The way to meat. Coop Pass SCRL MANUEL QUALITE : PASS POR VERSION : 9 CAHIER DES CHARGES DATE: 26/06/06 FILIERE PASS POR. Fich.Pas.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "The way to meat. Coop Pass SCRL MANUEL QUALITE : PASS POR VERSION : 9 CAHIER DES CHARGES DATE: 26/06/06 FILIERE PASS POR. Fich.Pas."

Transcription

1 Fich.Pas.000 Coop Pass SCRL FILIERE PASS POR The way to meat

2 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 1 / 16 Tables de Matières : CHAPITRE A : Promoteur - Détenteur 2 Article 1 : Identification du promoteur 2 CHAPITRE B : Nom du produit 2 CHAPITRE C : Méthode de production 3 Article 2 : La génétique 3 Article 3 : Le type d'exploitation 3 Article 4 : L approvisionnement 3 Article 5 : La bonne conduite des loges 4 Article 6 : Les aliments 5 Article 7 : Les soins 5 Article 8 : Le bien-être animal 6 Article 9 : L'embarquement et transport vers l'abattoir 6 Article 10 : L'abattage, la découpe et la transformation 6 CHAPITRE D : Procédures de contrôles 7 Article 11 : Le schéma de contrôle 7 Article 12 : La dissémination de microbes pathogènes 9 CHAPITRE E : Caractère différencié 10 Article 13 : La plus-value aux producteurs 10 CHAPITRE F : Caractéristiques du produit 11 Article 14 : Les caractéristiques du produit 11 Article 15 : Des analyses sensorielles 11 Article 16 : Les étapes du processus de production 12 Article 17 : Points supplémentaires 13 Article 18 : La qualité différenciée 13 ANNEXE 1 : La liste positive des matières premières ANNEXE 2 : Le registre de soins médicamenteux ANNEXE 3 : Les autocontrôles FICH.PAS.001/002 : Instructions pour les formulaires d'audit en ferme DOC.PAS.001 : Formulaires d'audit d élevage en ferme DOC.PAS.002 : Formulaires d'audit d élevage à l abattoir FICH.PAS.010 : Instructions pour les formulaires d'audit du transport DOC.PAS.010 : Formulaires d'audit du transport FICH.PAS.020 : Instructions pour les formulaires d'audit à l'abattoir DOC.PAS.020 : Formulaires d'audit à l'abattoir sur la production

3 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 2 / 16 CHAPITRE A. PROMOTEUR - DETENTEUR ARTICLE 1 : IDENTIFICATION DU PROMOTEUR - DETENTEUR Afin d être reconnu au titre de la qualité différenciée telle que prévue, pour le secteur porcin, à l article 5 de l Arrêté du Gouvernement wallon du 26 octobre 2000 modifiant l Arrêté du Gouvernement wallon du 17 juillet 1997 concernant les aides à l agriculture et dans le cadre du Décret du 19 décembre 2002 relatif à la promotion de l'agriculture et au développement des produits agricoles de qualité différenciée, le cahier des charges est établi par les adhérents de la filière Pass'Por. Le détenteur de la filière Pass'Por est : S.C.R.L COOP'PASS, (La COOpérative des Producteurs de Porcs ASSociés) Rue de l'abattoir Mouscron Le promoteur de la filière Pass'Por est : A.S.B.L PRO'POR Rue de l'abattoir 46/C 7700 Mouscron fax: 056/ tél.: 0496/ Le chef du projet est Madame Patricia Goemaere CHAPITRE B. NOM DU PRODUIT Nom du produit : Pass'Por Dans le nom, on entend passeport ou carte d'identité. Ce nom est bien représentatif de l'image que nous voulons faire passer. Le numéro d'inscription dans le bureau des marques - Benelux :

4 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 3 / 16 CHAPITRE C. METHODE DE PRODUCTION ARTICLE 2 : A.2.1 A.2.2 LA GENETIQUE La viande doit provenir d un porc issu du croisement entre une truie NN (homozygote résistante au stress) et un verrat piétrain. La totalité des porcs doit satisfaire à cette caractéristique. Les truies, les verrats et les semences de verrats ainsi que les porcelets doivent provenir de fournisseurs connus. L'éleveur s'engage à donner les coordonnées des fournisseurs des truies, des verrats et des semences de verrats. # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. 1 = critères non essentiels à la traçabilité et à la securité. 2 = critères essentiels à la traçabilité et à la securité. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu # ** 2 A 2 A ARTICLE 3 : A.3.1 A.3.2 A.3.3 LE TYPE D'EXPLOITATION Les exploitations sont des circuits fermés de type familial. Les exploitations familiales spécialisées dans l'engraissement ne sont autorisées que si elles travaillent en circuit fermé avec des exploitations de naissage constantes et connues (max. 3 n de frappe). Une exploitation de type familial est une exploitation de maximum 3 unités de travail à temps plein. Une unité de travail à temps plein correspond à 1000 places de porcs à l'engrais ou 250 places de truies d'élevage ou 100 places de truies en circuit fermé L'éleveur doit être propriétaire des porcs qu'il élève. L'ensemble du cheptel doit être exclusivement destiné à la filière Pass'Por. # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu # ** 2 A 1 A 1 A ARTICLE 4 : A.4.1 A.4.2 A.4.3 A.4.4 L APPROVISIONNEMENT Sont acceptés pour l'engraissement les porcs femelles ou verrats châtrés. Les monorchides, les cryptorchides et les hermaphrodites doivent être clairement identifiés dès que la malformation a pu être observée. La castration des porcs mâles doit être réalisée dans les 7 premiers jours après leur naissance. La section partielle de la queue, lorsqu'elle est pratiquée, a lieu durant les 7 jours qui suivent la naissance des porcelets. Le poids maximal du stade porcelet déterminant le passage de la phase d'élevage à la phase d'engraissement est fixé à 25 kg. Le poids vif des porcs à l'abattage doit être de minimum 95 kg et maximum 120 kg. # ** 1 E 1 E 1 E 1 A

5 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 4 / 16 A.4.5 Chaque éleveur s engage à distribuer le type d'aliments adapté aux différentes phases de la production. La formulation alimentaire sera adaptée au stade de croissance (et finition) des porcs. L éleveur s engage à fournir la composition de l aliment distribué. # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu 2 A ARTICLE 5 : A.5.1 A.5.2 A.5.3 A.5.4 A.5.5 A.5.6 LA BONNE CONDUITE DES LOGES La ventilation du bâtiment doit être réglée de sorte que les concentrations en gaz ammoniac ne soient pas nuisibles aux porcs. Une norme maximale de taux d'ammoniac (NH 3 ) est imposée: 20 ppm. Une norme maximale de taux de dioxyde de carbone (CO 2 ) de 3000 ppm est imposée. La luminosité naturelle doit atteindre un minimum de 40 lux à l'intérieur des porcheries. La mesure est effectuée à un mètre du sol au milieu du local. Ainsi définie, la luminosité correspond à une section d'entrée de lumière équivalant à un quinzième de la superficie au sol. En lumière artificielle, l'intensité minimale reste de 40 lux et la durée d'éclairage doit équivaloir à celle de la journée, du lever au coucher du soleil. La gestion des effluents d'élevage, tant pour le stockage que pour l'épandage, respecte la législation régionale en vigueur. Un programme de lutte contre les animaux nuisibles doit être mis en place dans l'exploitation. Les produits de lutte contre les nuisibles ne peuvent jamais être accessibles aux porcs. Seuls les produits autorisés par l'afsca peuvent être utilisés. Une eau fraîche et potable est en permanence mise à la disposition des animaux (germes totaux maximum /ml, coliformes totaux maximum 100/ml). Des normes maximales relatives à la qualité de l eau sont imposées : ph <8 ; NO - 3 < 50 mg/l ; NO - 2 < 0,1 mg/l ; fer (Fe) < 1 mg/l. Une analyse annuelle est réalisée dans les puits privés. Lorsque des personnes étrangères à l'exploitation doivent pénétrer au sein de la porcherie, il est obligatoire de les faire passer par le vestiaire où elles trouveront des salopettes propres à l'exploitation ou des survêtements à usage unique. Les visites se font uniquement en présence de l éleveur. # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu # ** 1 M 1 M 1 A 1 V/ A 1 M 1 V/ E

6 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 5 / 16 ARTICLE 6 : LES ALIMENTS # ** A.6.1 Seuls les aliments pour porcs issus de fabricants certifiés GMP sont autorisés. 2 A A.6.2 Tous les porcs doivent obligatoirement être nourris avec des aliments élaborés à partir des ingrédients repris dans la liste positive (la liste positive en annexe 1). Cette liste inclut les ingrédients des rations d engraissement et des rations A/ d élevage, à savoir des porcelets premier âge et, le cas échéant, des truies. Seuls 2 M les porcelets de moins de 20 kg peuvent être nourris avec des aliments qui leur sont exclusivement destinés. Un aliment solide sera donné aux porcelets dès 8 jours. Ils auront accès à de l eau fraîche dès l âge de 8 jours. A.6.3 Chaque éleveur s'engage à fournir la liste des fournisseurs d'aliments. L'éleveur ne peut avoir recours qu à un seul fournisseur par type d'aliment (aliment truie gestante, aliment truie lactation, aliment post-sevrage, aliment croissance, aliment finition). Tout changement d'aliment et de fournisseur d'aliment doit être signalé à la 2 A scrl Coop Pass. Lorsque l'agriculteur change de fournisseur pour un type d'aliment, le silo d'entreposage doit être complètement vidé. Il y a un délai de 15 jours après le changement d'aliment pour la réactualisation de la déclaration d'aliments. A.6.4 La liste des matières premières autorisées exclut la distribution d antibiotiques préventifs et/ou systématiques par l alimentation et l utilisation de toutes autres 2 M substances susceptibles de nuire à la santé des animaux et des consommateurs. A.6.5 Tous les additifs ajoutés dans les compléments minéraux et vitamines sont interdits (ex.: Antibiotiques, calmants, facteurs de croissance, hormones ou autres substances médicamenteuses, ). Les minéraux majeurs (chlorure de sodium, phosphates solubles et oxydes de magnésium) peuvent être incorporés dans le complément minéral vitaminé. 2 M # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu ARTICLE 7 : LES SOINS # ** A.7.1 Les traitements vermifuges doivent être correctement administrés. 1 A A.7.2 Les traitements vétérinaires préventifs et/ou systématiques sont interdits, à l'exception des vaccins et vermifuges. Les traitements thérapeutiques sont autorisés, sur prescription vétérinaire. L'éleveur doit disposer dans l'étable d'un registre de soins médicamenteux (ANNEXE 2) mentionnant les traitements. Toute intervention thérapeutique de V/ 1 groupe ou d'individu est renseignée dans le registre. Les animaux dont un M traitement individuel exige un délai d attente avant l abattage, doivent être identifiés et marqués. En cas de bris d une aiguille au moment de l injection, l animal doit être clairement identifié. Le registre de soins doit être tenu dans l'exploitation pendant 2 ans après l'abattage. A.7.3 L'usage de calmants est interdit. 2 M # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu

7 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 6 / 16 ARTICLE 8 : LE BIEN-ETRE ANIMAL Le bien-être animal est un élément important pour la filière Pass'Por. Les éléments importants liés au bien-être des porcs sont décrits dans un règlement interne de la SCRL Coop Pass, consultable sur demande (SCRL Coop'Pass, rue de l'abattoir 48, 7700 Mouscron). Ce règlement est basé sur un code de bonnes pratiques. ARTICLE 9 : L'EMBARQUEMENT ET TRANSPORT VERS L'ABATTOIR # ** A.9.1 La séparation des lots (ensemble d'animaux élevés ou engraissés simultanément dans une loge identique d'un bâtiment donné) pendant la mise à jeun, le transport et 1 E l'attente à l'abattoir est obligatoire. A.9.2 La durée du jeune entre le dernier repas et le chargement doit être de 12 heures au moins et de 18 heures au plus. 1 M A.9.3 Toute source de stress doit être évitée pendant le déplacement des animaux. E/ 1 L utilisation de moyens électriques est interdite. V A.9.4 Le chauffeur ne peut avoir accès aux bâtiments. 1 E A.9.5 Les porcs qui ont pénétré dans le camion ou qui sont entrés en contact avec le camion ne peuvent plus retourner à la porcherie. 1 E A.9.6 Le mélange de porcs provenant de cheptels différents est interdit. 2 V A.9.7 A l'arrivée à l abattoir, il convient de prévoir une période de repos de minimum 2 heures et de maximum 4 heures. 1 V A.9.8 De l'eau fraîche en suffisance sera mise à disposition des porcs maintenus dans les loges de l'abattoir. 1 V A.9.9 En cas de température supérieure à 20 C, les porcs sont rafraîchis par brumisation. 1 M # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu ARTICLE 10 : L'ABATTAGE, LA DECOUPE ET LA TRANSFORMATION # ** A.10.1 L'anesthésie est réalisée au gaz CO 2 (concentration de 85% CO 2 ). 1 V A.10.2 En quittant l'abattoir, la température de la carcasse est inférieure à 7 C. 1 M A.10.3 La découpe des porcs est effectuée le lendemain de l'abattage, sauf les week-ends et les jours fériés. 2 A A.10.4 Les critères suivants sont pris en compte pour sélectionner les carcasses destinées à la viande Pass Por : Taux de viande maigre (TVM) entre 55 et 63 % ET conformation entre 1,8 et 2,2 ET 2 M réflectance < 45 OU ph 24 entre 5,6 et 6 A.10.5 La transformation de la viande découpée doit se faire 48 h après l'abattage du porc, sauf les week-ends et les jours fériés. 2 A A.10.6 Une fois par mois, des analyses sont effectuées sur les carcasses de Pass'Por à 1 M

8 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 7 / 16 l'abattoir (5 échantillons provenant de 5 carcasses) et sur les produits finis (5 échantillons de viande hachée ou préparation de viande). L'échantillonnage, les limites, et les méthodes d analyses sont repris dans le règlement CE N 2073/2005 de la Commission du 15 novembre 2005 concernant les critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires. Les porcs Pass'Por sont prioritaires pour la prise d'échantillons. A.10.7 La viande de porc utilisée pour les produits préparés vendus sous la marque Pass'Por, doit contenir au minimum 80% de viande provenant de porcs Pass'Por. Seuls les produits destinés à la préparation de produits à base de viandes sont autorisés. # Catégorie : distinction entre les critères en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. ** Type de contrôles : V:Visuel, A:Administratif, M:Mesures, E:Engagement de l individu 1 M CHAPITRE D. PROCEDURES DE CONTROLE ARTICLE 11 : LE SCHEMA DE CONTROLE Le contrôle du cahier des charges est effectué par un délégué employé par la coopérative et désigné par le conseil d'administration (la qualification minimale requise pour l'auditeur est du niveau du graduat ou bachelier professionnalisant). Il vise à contrôler le respect des obligations des partenaires liés par une convention. La certification du système d'assurance qualité (autocontrôle) mis en place en interne est effectuée par l'entremise et le contrôle de l'organisme certificateur. L'A.S.B.L. PROCERVIQ (Avenue Deponthière, 14 à Loncin) et S.A. Quality Partner (Rue Hayeneux,62 à Herstal) sont reconnus en qualité d'organisme certificateur pour délivrer les attestations de qualité "Pass'Por". Les critères du cahier des charges ont été divisés en deux catégories en fonction de leur importance et en fonction des conséquences que leur non-respect entraîne pour l éleveur. Catégorie 1 = critères non essentiels à la traçabilité. Catégorie 2 = critères essentiels à la traçabilité. Ces critères doivent être impérativement respectés. En cas de non-respect d un de ces critères, la sanction est immédiate. La sanction est maintenue jusqu au contrôle suivant constatant le respect du ou des critère(s). 1. Au niveau de l'élevage La fréquence minimale : 1 fois par an

9 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 8 / 16 Après le contrôle d accès initial, des contrôles de suivi seront effectués durant toute la période d adhésion à la coopérative du producteur Pass'Por. Ces contrôles seront effectués de manière inopinée. Lorsqu une infraction au cahier des charges est constatée, notamment lors d un contrôle de suivi inopiné, appelé contrôle de suivi I, la SCRL Coop Pass envoie un avertissement à l éleveur concerné. Cet avertissement explicitera les conséquences du non-respect des critères du cahier des charges. Suite à cet avertissement, le producteur Pass'Por peut, à tout moment, avertir la SCRL Coop'Pass de sa mise aux normes imposées par le cahier des charges. La coopérative s engage alors à effectuer un second contrôle, appelé contrôle de suivi II. Un délai de 5 jours, hors jours fériés, est nécessaire entre la déclaration de mise aux normes par l éleveur et le constat réel permettant la mise à niveau. Les porcs sont déclassés jusqu'a ce que l'éleveur soit en ordre. S il s avère que, lors du contrôle de suivi II, le producteur Pass'Por n est pas en règle, les frais de ce contrôle seront à sa charge. Les frais de contrôle seront directement retenus sur la facture suivante de la vente des porcs qui sera adressée à ce producteur Pass'Por. Si le producteur Pass'Por est en règle, les frais de ce contrôle ne lui seront pas imputés et seront à charge de la coopérative SCRL Coop'Pass. Le contrôle de suivi II peut être répété jusqu à ce que l éleveur soit en règle avec le cahier des charges. La composition du régime alimentaire, les formules de fabrication des aliments et le nom du fabricant sont connus de l'organisme certificateur. L'éleveur autorise l'organisme de contrôle à demander les données qui concernent les quantités et les formules des aliments achetés chez ces fournisseurs d'aliment. Toutes les formules alimentaires utilisées doivent être conformes au présent cahier des charges. Les audits en ferme sont réalisés au moins 1 fois par an. L audit est réalisé à l aide du formulaire DOC.PAS.001 (annexe 3) pour les critères du cahier des charges concernant la production contrôlable en ferme et du formulaire DOC.PAS.002 (annexe 3) pour les critères du cahier des charges concernant les contrôles à l abattoir. Chaque document de l audit est accompagné par une fiche de travail qui explique la procédure de contrôle FICH.PAS.001/002 (annexe 3). 2. Au niveau du chargement et du transport vers l'abattoir La fréquence minimale : 4 fois par an par abattoir

10 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 9 / 16 Les audits à l abattoir sont réalisés au moins 1 fois par trimestre. L audit est réalisé à l aide du formulaire DOC.PAS.010 (annexe 3) pour les critères du cahier des charges concernant le départ des porcs de l exploitation. Le document de l audit est accompagné d une fiche de travail qui explique la procédure de contrôle. FICH.PAS.010 (annexe 3) 3. Au niveau de l'abattage jusqu'à la transformation La fréquence minimale : 12 fois par an par abattoir Les audits à l'abattoir et à l'atelier de découpe sont réalisés au moins 1 fois par mois. L'audit est réalisé à l'aide du formulaire DOC.PAS.020 (annexe 3). Chaque document de l'audit est accompagné par une fiche de travail qui explique la procédure de contrôle FICH.PAS.020 (annexe 3). ARTICLE 12 : LA DISSEMINATION DES ORGANISMES PATHOGENES Les mesures prévenant la dissémination des organismes pathogènes : < Dans 100% des exploitations : échantillonnage pour détection de Salmonella. Méthode de travail : par cinq lots de porcs, on prélève à chaque fois un échantillon comprenant 3 petits tas de fumier aussi frais que possible. Cet échantillon de fumier sera conservé dans un sachet «stomacher» et sera isolé selon une méthode rapide. < Pour 100% des exploitations : échantillonnage pour détection de Listeria. Méthode de travail : 1 échantillon prélevé à la surface des porcs et 1 échantillon prélevé sur les murs de la porcherie Sur base des résultats, chacune des exploitations se verra attribuer un «statut Samonelle» et un «statut Listeria». Un résultat positif ne sera pas sanctionné en première instance. Le but premier est d établir un inventaire de la situation au niveau des exploitations porcines et d en informer l abattoir concerné de telle sorte qu il puisse en tenir compte. Des stratégies complémentaires ne peuvent être déterminées que sur base des éventuelles actions que les pouvoirs publics sont susceptibles de décider dans le cadre d un plan de lutte contre les salmonelles. CHAPITRE E. ARTICLE 13 : CARACTERE DIFFERENCIE LA PLUS-VALUE AUX PRODUCTEURS Les éleveurs reconnus dans la filière Pass'Por sont rémunérés pour leur travail sur base d'un prix garanti qui est déterminé comme suit :

11 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 10 / 16 Le prix de base Pass'Por = prix évoluant selon les principaux marchés sur lesquels sont négociées les ventes (Danis, Anderlecht, ZMP, AIB, Bretagne) +0,05 /kg. Le poids étant calculé à la sortie de l'exploitation sur un pont pesant à proximité de l'éleveur. Cette plusvalue est accordée aux éleveurs remplissant toutes les conditions du cahier des charges. Une plus-value ou moins-value complémentaire sera calculée selon les résultats qui fluctuent par rapport à la moyenne des TVM (Teneur en Viande Maigre). La relation privilégiée de la filière avec l'abattoir Goemaere SA a comme avantage que l'abattoir prend les frais de transport à sa charge, que les éleveurs sont prioritaires pour l'abattage de leurs porcs et qu'ils ont un débouché assuré. Le nom Pass'Por fait référence à un passeport ou une carte d'identité, ce qui communique l'idée de traçabilité et de transparence auprès des consommateurs. Sur les viandes préemballées, l étiquette fait référence à un numéro de lot. Ce numéro permet au consommateur, par le biais d'internet, de retrouver l'origine de la viande achetée. Le consommateur trouvera l'éleveur et une brève présentation de leur exploitation avec des photos, ainsi que des informations concernant le mode de production. Le lien que l'on veut rétablir entre l'éleveur et le consommateur est aussi une revalorisation du travail des éleveurs. Les éleveurs ne sont plus des inconnus et sont liés aux produits finis. Ceci constitue, pour les éleveurs, une motivation supplémentaire dans leur souci de toujours fournir un produit de meilleure qualité. La SCRL Coop'Pass représente des éleveurs auprès des différentes instances et administrations, afin de mieux défendre leurs droits. La valorisation et la promotion de la production des éleveurs sont assurées par l'abattoir et la distribution. En outre, grâce au feedback (résultat de l'audit et rapport d'abattage) fourni par la SCRL Coop'Pass et reprenant les caractéristiques des lots de porcs abattus, l'éleveur a un suivi permanent de la qualité de sa production et peut améliorer ses performances techniques.

12 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 11 / 16 CHAPITRE F. ARTICLE 14 : CARACTERISTIQUES DU PRODUIT LES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT Les produits commercialisés sous le nom Pass'Por sont issus d'élevages de type familial qui travaillent en circuit fermé et en multi-site. Cela permet d'assurer une plus-value à l'éleveur et pas uniquement à l'engraisseur. Cela permet également d'assurer le suivi des porcs de manière précise et d'en connaître la provenance. Ces agriculteurs sont plus proches de leur élevage et peuvent mieux suivre le bon déroulement de toutes les opérations. Les exploitations en circuit fermé permettent un meilleur suivi sanitaire et donc une diminution des interventions thérapeutiques. Le bon respect du cahier des charges est assuré de plusieurs manières : tout d'abord par des autocontrôles réguliers mais aussi des inspections par un organisme de contrôle indépendant dans les élevages, à l'abattoir, à la découpe et à la transformation. La certification par l'organisme certificateur garantit, pour le consommateur, une qualité du mode de production et du produit fini. Un système de traçabilité complémentaire au système sanitel, propre à la SCRL Coop Pass, a été mis au point pour pouvoir suivre les carcasses lors des différentes étapes avant le conditionnement pour la vente au consommateur. Ainsi le consommateur, s'il le désire, peut grâce à Internet retrouver l'exploitation d'origine et le jour d'abattage du porc qu'il consomme. Les caractéristiques physiques et organoleptiques du produit fini sont la couleur de la viande et le goût naturel. Les efforts dans la méthode de production nous permettent de minimaliser le nombre de porcs stressés avant l'abattage. En plus, au moyen de l analyse de la réflectance, les viandes PSE et DFD sont éliminées de la filière Pass'Por. Le résultat est une couleur uniforme. En prenant ces initiatives pour éliminer des résidus médicamenteux dans la viande, on obtient une viande d'un goût naturel. ARTICLE 15 : DES ANALYSES SENSORIELLES Les analyses sensorielles sur la viande de porc fraîche et sur la viande préparée dans la filière Pass'Por sont régulièrement effectuées à l'abattoir par des personnes formées à ces analyses. Le but des analyses sensorielles n'est pas de démontrer une caractéristique particulière. L objectif des analyses sensorielles de la filière est d assurer une qualité constante des produits finis.

13 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 12 / 16 ARTICLE 16 : LES ETAPES DU PROCESSUS DE PRODUCTION Les éleveurs qui font partie de la filière Pass'Por exploitent en circuit fermé. Les porcs quittent l'exploitation lorsqu'ils ont atteint un poids vif entre 95 kg et 120 kg. L'éleveur prévient le mercredi avant midi par téléphone ou fax du nombre de porcs qu'il met en vente. Le vendredi soir, il est prévenu du jour d'enlèvement des porcs. Les porcs sont mis à jeun pendant 12h minimum avant le chargement. Une fois arrivés à l'abattoir, les porcs sont enregistrés dans le registre des entrées. La traçabilité de la naissance du porc jusqu'au consommateur est assurée de la manière suivante: Traçabilité Sanitel N Frappe Puce Mémoire Web Truies X Porcelets X Porcs gras X X Transport X X Abattage X X X Découpe X Transformation X X Magasin X Assiette X Sanitel : Système officiel de traçabilité mis en place en Ce système comprend un ensemble de documents pour la détention, le transport des animaux mais aussi une marque auriculaire apposée sur chaque porc qui permet de retrouver l'origine. N de Frappe : Système, lui aussi officiel, qui consiste à apposer un tatouage spécial avec un code de 4 chiffres et/ou lettres. Ce tatouage permet de retrouver le lieu d'engraissement du porc. Puce mémoire : Système utilisé à la filière Pass'Por pour suivre individuellement chaque carcasse ou morceau de porc jusqu'à l'emballage final. Une puce mémoire accompagne la carcasse de porc tout le long de la chaîne d'abattage et de refroidissement. Cette puce comporte toutes les informations, concernant notamment, l'éleveur, le poids, la TVM (Teneur en Viande Maigre), la réflectance et la destination. La découpe doit être organisée de telle sorte que la traçabilité du lot, telle que prévue par l'abattoir, reste garantie. La découpe des porcs se fera dans une période bien programmée (premier lot du matin). L'identification à la découpe se fait au moyen d'une puce apposée sur des bacs plastiques et de l'application d'étiquettes sur les crochets pour les pièces nobles comme des jambons. La puce mémoire ainsi que l'étiquette mémorisent l'information concernant l'origine et la qualité de la carcasse et sa destination. La transformation de la viande découpée doit être organisée de telle sorte que la traçabilité de la base du lot, telle que prévue par l'abattoir, reste garantie. A cette fin, la transformation par lot doit s'opérer par regroupement dans le temps. Pour tous les produits vendus en préemballé, le numéro de lot doit être apposé sur l'étiquette.

14 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 13 / 16 ARTICLE 17 : LES POINTS SUPPLEMENTAIRES Les mesures propres à la filière Pass'Por sont en caractère italique. Les chapitres du cahier des charges suivent le même ordre que les articles de l'arrêté ministériel du 2 février 2004 définissant les critères minimaux permettant la reconnaissance de la qualité différenciée dans le secteur de la production porcine. Les critères minimaux sont repris en caractère standard. ARTICLE 18 : LA QUALITE DIFFERENCIEE Le cahier des charges est introduit auprès du Ministre de l Agriculture et de la Ruralité pour obtenir la reconnaissance de la qualité différenciée. L'Arrêté ministériel du 23 juin 2004 entré en vigueur le 23 juin 2004 agrée le cahier des charges Pass'Por en tant que cahier des charges conduisant à une production de qualité différenciée donnant droit aux aides à l'investissement dans le secteur porcin.

15 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 14 / 16 ANNEXE 1 LA LISTE POSITIVE DES MATIERES PREMIERES 1 Froment (blé) 29 Pulpes de betteraves 2 Orge (escourgeon), y compris les radicelles 30 Pulpes de chicorées 3 Avoine, y compris le malt d'avoine 31 Protéines de pomme de terre 4 Triticale 32 Pois 5 Epeautre 33 Féveroles 6 Seigle 34 Lupin 7 Sarrasin 35 Lentilles 8 Millet 36 Caroubes 9 Milecorn 37 Luzerne déshydratée 10 Rebulet de blé 38 Levure de bière 11 Son fin de blé 39 Levure de boulangerie 12 Remoulage de blé 40 Lactosérum acide ou doux, liquide ou en poudre 13 Maïs 41 Lait écrémé liquide ou en poudre 14 Maïs grain humide 42 Lait entier liquide ou en poudre 15 Maïs grain inertage 43 Babeurre liquide ou en poudre 16 Gluten de blé 44 Mélasse de betterave ou de canne 17 Gluten de maïs 45 Matières grasses végétales 1 18 Glutenfeed de blé 46 Acides aminés 2 19 Glutenfeed de maïs 47 Acides organiques 3 20 Tourteaux de germes de maïs 48 Enzymes 4 21 Germes de blé 49 Amidon 22 Tourteaux de colza 50 Dextrose 23 Graines de colza 51 Glucose 24 Tourteaux de tournesol 52 Sucre de betterave ou de canne 25 Tourteaux de soya 53 Probiotiques 26 Graines de soya 54 Prébiotiques 27 Tourteaux de lin 55 Compléments minéraux et vitaminés 5 28 Graines de lin 56 Fourrages produits localement 6 1 A l'exclusion des mélanges d'acides gras d'origine végétale 2 Lysine, méthionine, tryptophane, thréonine 3 Citrique, fumarique, lactique, propionique, formique 4 Phytases, amylases, xylanases, glucanases, galactosidases, protéases: leur emploi ne permet pas la pratique d'un élevage concentrationnaire. 5 Ne comportant aucun additif tel que antibiotique, calmant, facteur de croissance, hormone ou autres substances médicamenteuses 6 Et sans transformation par un agent non agricole (en ce compris les racines et tubercules, ensilage de maïs, paille, rutabaga)

16 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 15 / 16 ANNEXE 2 LE REGISTRE DE SOINS MEDICAMENTEUX Identification Code (1) Nb de porcs Affection Code (2) Nom du médicament Qui Code (3) Mode d'administration Code (4) Dose Date début traitement Date fin traitement Délai d'attente Code (1) : Traitement en groupe : Numéro des cases Traitement individuel : Numéro de case et marquage sur le porc traité Code (2) : 1= Pneumonie; 2= Diarrhée; 3= Balancements; 4= Arthrite; 5= Maladie du carré 6= Inflammation cutanée; 7= Morsures oreilles / queue; 8= Bataille; 9= Retard(s) 10= bris d'une aiguille Code (3) : EP= éleveur / propriétaire VE= Vétérinaire de l'entreprise AV= Autre vétérinaire Code (4) : I= Injection P= Eau potable A= Aliments E= Externe

17 Fich.Pas.000 FILIERE PASS POR PAGE : 16 / 16 ANNEXE 3 LES AUTOCONTROLES FICH.PAS.001/002 DOC.PAS.001 DOC.PAS.002 FICH.PAS.010 DOC.PAS.010 FICH.PAS.020 DOC.PAS.020 : Instructions pour les formulaires d'audit en ferme : Formulaires d'audit d élevage en ferme : Formulaires d'audit d élevage à l abattoir : Instructions pour les formulaires d'audit du transport : Formulaires d'audit du transport : Instructions pour les formulaires d'audit à l'abattoir : Formulaires d'audit à l'abattoir sur la production

18 MANUEL QUALITE : Pass Por INSTRUCTIONS POUR LES FORMULAIRES D AUDIT Fich.Pas.001 AUDIT D ELEVAGE EN FERME PAGE : 1 / 5 GENERALITES Les audits en ferme sont réalisés au moins 1 fois par an par l auditeur de la SCRL Coop Pass. L audit est réalisé à l aide du formulaire DOC.PAS.001 (formulaire d audit d élevage en ferme) et DOC.PAS. 002 (formulaire d audit d élevage à l abattoir). Le questionnaire est basé sur une réponse positive ou négative. Une case est réservée à la cotation. Si la réponse est oui la cotation est 0, si la réponse est négative, une cote de 1 à 3 est attribuée selon la gravité de l anomalie. La cote 1 est la moins grave, la cote 3 est la plus grave. La somme est réalisée pour l ensemble des points. Si la somme (DOC.PAS DOC.PAS.002) est supérieure ou égale à 8 le lot n est plus considéré comme Pass Por. Il est considéré comme porc standard. Les porcs sont déclassés jusqu'à ce que l'éleveur soit en ordre (contrôle de suivi II). CHAPITRE 1. IDENTIFICATION DU PROMOTEUR A.1.1. NOMS DE L AUDITEUR L audit est effectué par un délégué employé par la SCRL Coop Pass et désigné par le conseil d administration. CHAPITRE 2. GENETIQUE A.2.1. STRESS NEGATIF Les contrôles sont ciblés et se font au niveau de l abattoir. Sur les rapports d abattage (DOC.PAS.090), il est mentionné le nombre de porcs morts à l arrivée. Si le nombre de porcs morts à l arrivée est supérieur à 1%, un prélèvement à l abattoir sera fait par un organisme de contrôle pour un contrôle génétique. Dans ce cas il faut prendre 10 prélèvements sur 10 porcs suspects. Si on observe deux résultats positifs au stress sur ces 10 prélèvements, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. L appréciation est positive quand la mortalité à l arrivée est inférieure à 1%. A.2.2. LES TRUIES, LES VERRATS ET LES SEMENCES DE VERRATS AINSI QUE LES PORCELETS DOIVENT PROVENIR DES FOURNISSEURS CONNUS Les fournisseurs peuvent être identifiés et contrôlés par les dernières factures. Les noms des fournisseurs doivent correspondre aux noms qui sont enregistrés chez SCRL Coop Pass (DOC.PAS.005) Si les contrôles documentaires sont bons, l appréciation est positive. Dans les autres cas, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. CHAPITRE 3. TYPE D EXPLOITATION A.3.1. LES EXPLOITATIONS AUTORISEES SONT DES CIRCUITS FERMES Les exploitations spécialisées dans l engraissement ne sont autorisées que si elles travaillent en circuit fermé avec au maximum 3 exploitations d élevage (= multi site fermé).

19 MANUEL QUALITE : Pass Por INSTRUCTIONS POUR LES FORMULAIRES D AUDIT Fich.Pas.001 AUDIT D ELEVAGE EN FERME PAGE : 2 / 5 Le contrôle se fait par comparaison des fiches d inscription de lot de porcs et d une dizaine de boucles d oreilles dans un compartiment. Les numéros sanitel inscrits sur les boucles d oreilles doivent correspondre aux numéros de frappe qui sont enregistrés chez SCRL Coop Pass. (DOC.PAS.005) De plus, par compartiment une seule origine de porcelets peut être logée. Tandis que dans les bâtiments de la ferme au maximum 3 différentes origines de porcelets sont acceptées. Si les contrôles documentaires et visuels sont bons, l appréciation est positive. Dans les autres cas, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.3.2. UNE EXPLOITATION FAMILIALE Une exploitation de type familiale est une exploitation de maximum 3 unités de travail à temps plein. S il y a plus de trois personnes qui y travaillent à temps plein, l appréciation est négative. L appréciation est positive dans les autres cas. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.3.3. L ELEVEUR EST RESPONSABLE DES PORCS QU IL ELEVE Les bordereaux sont contrôlés. Si l éleveur ne peut pas présenter les bordereaux mentionnant les cotisations à la filière, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. L appréciation est positive dans les autres cas. CHAPITRE 4. APPROVISIONNEMENT A.4.1. LES PORCS FEMELLES ET VERRATS CHATRES SONT ACCEPTES A l arrivée à l abattoir, les transporteurs mentionnent le nombre de verrats non châtrés. Ce chiffre est repris dans le rapport d abattage (DOC.PAS.009) ou dans le registre des entrées. Si le nombre de verrats sur le rapport d abattage (DOC.PAS.090) ou dans le registre des entrées est inférieur ou égal à 1% du lot contrôlé, l appréciation est positive. Dans les autres cas, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.4.2. LA CASTRATION NE PEUT AVOIR LIEU QUE DANS LES 7 JOURS SUIVANT LA NAISSANCE Les porcelets mâles d un âge de 7 jours au maximum sont châtrés. Le contrôle d un seul compartiment suffit car il faut minimaliser le nombre de visites à la maternité. L appréciation est négative dès que des porcelets de 8 jours et plus ne sont pas encore châtrés. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. L appréciation est positive dans les autres cas. A.4.3. LA SECTION PARTIELLE DE LA QUEUE, LORSQU'ELLE EST PRATIQUEE, A LIEU DANS LES 7 JOURS QUI SUIVENT LA NAISSANCE DES PORCELETS Elle est pratiquée sur les porcelets d un âge de 7 jours au maximum. Le contrôle d un seul compartiment suffit car il faut minimaliser le nombre de visites à la maternité. L appréciation est négative dès que sur des porcelets de 8 jours et plus, la section partielle de la queue n est pas encore pratiquée. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. L appréciation est positive dans les autres cas. A.4.4. LE POIDS VIF MOYEN A L ABATTAGE D UN CHARGEMENT DOIT ETRE DE MINIMUM 95 KG ET MAXIMUM 120 KG

20 MANUEL QUALITE : Pass Por INSTRUCTIONS POUR LES FORMULAIRES D AUDIT Fich.Pas.001 AUDIT D ELEVAGE EN FERME PAGE : 3 / 5 DOC.PAS.090 : Les rapports d abattage mentionnent le poids total du chargement. Un décompte de 2 kg par porc est pratiqué. Le poids vif moyen est donc égal à (Brut 2*Nombre de porcs au chargement)/ nombre de porcs au chargement. Le poids moyen des porcelets est verifié dans le registre Sanitel. L appréciation est négative dès que le poids vif à l abattage est inférieur à 95 kg ou supérieur à 120 kg, ou si le poids moyen des porcelets lors du passage à l'étable d engraissement est > 25 kg. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. L appréciation est positive dans les autres cas. A.4.5. LE TYPE D ALIMENT DISTRIBUE AUX DIFFERENTES PHASES DE LA PRODUCTION Les fournisseurs d aliments peuvent être identifiés et contrôlés par les dernières factures. Les noms des fournisseurs sont enregistrés chez SCRL Coop Pass sur Doc.Pas.005. (Fiche d éleveur). Si les contrôles documentaires sont bons, l appréciation est positive. Dans les autres cas l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. CHAPITRE 5. LA BONNE CONDUITE DES LOGES A.5.1. LES NORMES MAXIMALES DE 20 PPM D AMMONIAC ET DE 3000 PPM CO ² SONT IMPOSEES Les taux d ammoniac et de CO 2 sont mesurés à 3 places différentes dans l étable à une hauteur de 1,5 m. Si la moyenne du taux d ammoniac est inférieure à 20 ppm et du taux de CO 2 inférieure à 3000 ppm, l appréciation est positive. Dans les autres cas, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.5.2. L INTENSITE LUMINEUSE DE 40 LUX MINIMUM EST IMPOSEE L intensité lumineuse est mesurée à 3 places différentes dans l étable à une hauteur de 1 m. Si la moyenne de l intensité lumineuse est supérieure ou égale à 40 lux, l appréciation est positive. Dans les autres cas, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.5.3. LA GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE La gestion des effluents d'élevage, tant pour le stockage que pour l'épandage répond à l'arrêté du Gouvernement wallon du 10 octobre 2002 relatif à la gestion durable de l'azote en agriculture. Si les contrôles documentaires sont bons, l appréciation est positive. Dans les autres cas, l appréciation est négative. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.5.4. UN PROGRAMME CORRECT DE LUTTE CONTRE LES ANIMAUX NUISIBLES DOIT ETRE SUIVI Le contrôle se fait au niveau de l étable. Si les produits de lutte contre les nuisibles ne sont pas accessibles aux porcs et s il n y a pas de possibilité de contamination de la nourriture et de l eau par les produits de lutte et si ces produits de lutte contre les nuisibles sont repris dans la liste des produits autorisés (DOC.PAS.013), l appréciation est positive. L appréciation est négative dans les autres cas. La cause de l anomalie est indiquée dans la case réservée aux remarques. A.5.5. UNE EAU FRAICHE ET POTABLE

Aucune cotisation complémentaire n est due par l éleveur porcin pour CodiplanPLUS.

Aucune cotisation complémentaire n est due par l éleveur porcin pour CodiplanPLUS. Cahier des charges CodiplanPLUS Porcs 1. Champ d application et fonctionnement Le présent cahier des charges s applique aux éleveurs porcins et est à utiliser exclusivement en complément du Guide sectoriel

Plus en détail

Fiches techniques : Filière Porc Fleuri

Fiches techniques : Filière Porc Fleuri Fiches techniques : Filière Porc Fleuri FICHE TECHNIQUE 1 LE PORC FLEURI SAVOUREUX Méthode de production : RACE ET TYPE DE PORC : La viande doit provenir d un animal de type Piétrain. On entend par «type

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur

A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur Mise à jour : Septembre 201 2 Références réglementaires et infra réglementaires : Directive 2000/1 3/CE du 20 mars 2000 modifiée relative au rapprochement

Plus en détail

FILIERE «NUTRI BEL» CAHIER DES CHARGES

FILIERE «NUTRI BEL» CAHIER DES CHARGES FILIERE «NUTRI BEL» CAHIER DES CHARGES TABLE DES MATIERES I. PROMOTEUR - DETENTEUR... 2 II. NOM DU PRODUIT... 2 III. METHODE DE PRODUCTION... 2 3.1. TYPE D ELEVAGE...2 3.2. RACE ET TYPE DE PORC...3 3.2.1.

Plus en détail

RI.ZA.03.01 juillet 2014. Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Afrique du Sud Viandes de volaille séparées mécaniquement

RI.ZA.03.01 juillet 2014. Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Afrique du Sud Viandes de volaille séparées mécaniquement I. Domaine d application Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Viandes de volaille séparées mécaniquement 02 07 II. Certificat bilatéral Code AFSCA EX.VTL.ZA.03.01 Titre du certificat

Plus en détail

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Manifestation médiatique Proviande: Posieux, 29 janvier 2014 Page 1 Aide-mémoire La

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE ET IMPLICATIONS EN DROIT INTERNE

REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE ET IMPLICATIONS EN DROIT INTERNE REGLEMENTATION COMMUNAUTAIRE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE ET IMPLICATIONS EN DROIT INTERNE PREMIERE PARTIE : UNE REGLEMENTATION GENERALE DE L ETIQUETAGE ALIMENTAIRE DEUXIEME PARTIE : UNE REGLEMENTATION

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux WTC III Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1000 Bruxelles Tél. 02

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Liste de vérifications destinée aux producteurs

Liste de vérifications destinée aux producteurs PLAN DE SURVEILLANCE ET DE CONTRÔLE DES SALMONELLES CHEZ LE PORC Liste de vérifications destinée aux producteurs FICHE TECHNIQUE no 14 Le questionnaire qui suit est conçu pour aider le producteur de porcs

Plus en détail

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS JOURNÉE D'ÉTUDE SUR LE PORC BIO, 27 OCTOBRE 2015 BÉNÉDICTE HENROTTE QUELQUES CHIFFRES La France : deuxième producteur de porc en Europe après le Danemark 212.854 porcs

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Programme canadien de certification des porcs exempts de ractopamine : Information sur le programme et les protocoles pour les activités à la ferme

Programme canadien de certification des porcs exempts de ractopamine : Information sur le programme et les protocoles pour les activités à la ferme Programme canadien de certification des porcs exempts de ractopamine : Information sur le programme et les protocoles pour les activités à la ferme Introduction Le Programme canadien de certification des

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

FICHE «AGRICULTURE BIOLOGIQUE» ETABLIE A L ATTENTION DES METIERS DE LA VIANDE

FICHE «AGRICULTURE BIOLOGIQUE» ETABLIE A L ATTENTION DES METIERS DE LA VIANDE FICHE «AGRICULTURE BIOLOGIQUE» ETABLIE A L ATTENTION DES METIERS DE LA VIANDE CAB/I011/12-1 Cette fiche concerne tous les opérateurs abattoirs, ateliers de découpe et boucheries travaillant des produits

Plus en détail

Foire aux Questions Identification chevaux

Foire aux Questions Identification chevaux Foire aux Questions Identification chevaux 1/ Dans quelle mesure les exigences d identification de l arrêté royal du 16 juin 2005 s appliquent-elles aux chevaux en provenance de l étranger? Qu entend-on

Plus en détail

Mode de calcul des critères GTE

Mode de calcul des critères GTE Septembre 2009 Mode de calcul des critères GTE Version 1.1 Principales modifications version 1.2 / 1.1 Ajout des critères de classement TMP, % dans la gamme, plus-values mis en place à compter du 18/12/2006,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ

CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ CAHIER DES CHARGES AUDIT QUALITÉ DU FABRICANT NOM : ADRESSE : DIRECTION REGIONALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS DE : EN VUE DE L OBTENTION DE LA DELEGATION DE POINCON DE GARANTIE 1 PREAMBULE L attention

Plus en détail

Principes de la réglementation en matière de transport d'animaux vivants (TAV)

Principes de la réglementation en matière de transport d'animaux vivants (TAV) PRÉFET DE LA CÔTE-D OR Direction départementale de la protection des populations 4 rue Hoche BP 53533 21035 Dijon cedex Principes de la réglementation en matière de transport d'animaux vivants (TAV) Tél.

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements www.sodexo.com SOMMAIRE 1. Notre organisation 2. Nos produits 3. Nos fournisseurs 4. La qualité de nos approvisionnements 1. Notre organisation Notre vision des achats La Direction des Achats de Sodexo

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Fiche technique activité TRA ACT 125 Version n 2 11/06/2015

Fiche technique activité TRA ACT 125 Version n 2 11/06/2015 Description brève Fabricant engrais sous produits animaux Description Code Lieu Fabricant PL43 Activité Fabrication AC39 Produit Engrais, amendements de sol, substrats de culture et PR128 produits connexes

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES Page 2 sur 9 SOMMAIRE CADRE REGLEMENTAIRE DES ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES... 3 MODALITES D EXECUTION DE LA PRESTATION... 4 A. Le laboratoire d analyse...

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter

GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter ID-SC-190 GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES 10/02/2014 GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter Références règlementaires :

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

Document de circulation FEUILLET A CONSERVER PAR LE DETENTEUR DE DEPART

Document de circulation FEUILLET A CONSERVER PAR LE DETENTEUR DE DEPART FEUILLET A CONSERVER PAR LE DETENTEUR DE DEPART N SIREN 7 N SIREN 7 de départ 14 :j atteste que les informations sont d arrivée 15 : j atteste que les informations sont FEUILLET A ENVOYER A L EDE PAR LE

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle Pour le Cacao Version 3.1, Juin 2012 Introduction La liste de contrôle UTZ Certified est un outil pour les organisations à évaluer leur performance

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

Check-list SUISSE GARANTIE Viande et produits carnés

Check-list SUISSE GARANTIE Viande et produits carnés Date: Service d inspection et de certification : Lieu: Auditeur: Nom: Téléphone: Entreprise: Numéro d'exploitation: Nom: Rue: NPA/lieu: Responsa pour SUISSE GARANTIE: Nom: E-mail: Autres collaborateurs

Plus en détail

EXPORTATION VERS L UE DE PRODUITS CARNÉS DESTINES A L ALIMENTATION HUMAINE

EXPORTATION VERS L UE DE PRODUITS CARNÉS DESTINES A L ALIMENTATION HUMAINE EXPORTATION VERS L UE DE PRODUITS CARNÉS DESTINES A L ALIMENTATION HUMAINE ACCORD BILATERAL SUISSE / UE SUR LES PRODUITS ISSUS DE L AGRICULTURE L'accord du 21 juin 1999 entre la Confédération suisse et

Plus en détail

AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE INFORMATIONS GENERALES. Unité d'établissement

AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE INFORMATIONS GENERALES. Unité d'établissement PB 07 - CL 02 - REV 1-2012 AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE CHECKLIST POUR LA VALIDATION DE "L'AUTOCONTROLE" (PRESCRIPTIONS EN MATIERE D'HYGIENE ET REGISTRES) dans le cadre de

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants.

TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants. TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants. REFERENCE : J.O. n 5752 du 12 juillet 1997, page 265

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3.

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Annexe III.8.11. de l arrêté royal du 16 janvier 2006 fixant les modalités des agréments, des

Plus en détail

En France, l identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental

En France, l identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental Traçabilité de la viande de porc en France : identification des lieux d élevage et des animaux Jean Dagorn En France, l identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental (EDE).

Plus en détail

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur.

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur. Guide pour la préparation de l audit ECOCERT Référentiels Cosmétiques ECOCERT et/ou COSMOS Les modifications apportées à ce document sont identifiées par un trait vertical dans la marge TS017(GC-COS)v03

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO Le contexte règlementaire Ce document est la propriété d Ecocert. Il ne peut être reproduit sans son accord. Le contexte règlementaire La règlementation Le process/

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981)

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981) CODEX STAN 57 Page 1 de 1 NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS 1 CHAMP D APPLICATION (CODEX STAN 57-1981) La présente norme s applique au produit tel qu il est défini à la section 2 ci-dessous,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

PLAN DE CONTRÔLE POUR LES DEMARCHES «Viande Ovine Française» (VOF) ET «Viande d Agneau Français» (VAF)

PLAN DE CONTRÔLE POUR LES DEMARCHES «Viande Ovine Française» (VOF) ET «Viande d Agneau Français» (VAF) PLAN DE CONTRÔLE POUR LES DEMARCHES «Viande Ovine Française» (VOF) ET «Viande d Agneau Français» (VAF) 1. OBJET ET ORGANISATION DES CONTROLES 1.1. FREQUENCE DES INTERVENTIONS Les fréquences de contrôles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN ID-SC-177- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN 13.02.14 GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art 14 RCE 834/2007 - Conversion = art. 17 RCE 834/2007

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

La Certification Biologique- Par France Gravel Directrice Ecocert Canada

La Certification Biologique- Par France Gravel Directrice Ecocert Canada La Certification Biologique- Par France Gravel Directrice Ecocert Canada Plan de la présentation Ecocert Canada Processus de certification Les normes L audit Référentiels étrangers Ecocert Canada Historique

Plus en détail

Ce certificat généalogique relatif à un bovin contient les indications conformes à celles du modèle suivant :

Ce certificat généalogique relatif à un bovin contient les indications conformes à celles du modèle suivant : Annexe CHAPITRE I er. Conditions zootechniques pour le taureau dont le sperme est collecté, traité ou stocké en qualité de sperme de bovin reproducteur de race pure dans un centre de collecte agréé A.

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

(BO n 4662 du 04/02/1999, page 89)

(BO n 4662 du 04/02/1999, page 89) Décret n 2-98-617 du 17 ramadan 1419 (5 janvier 1999) pris pour l application du dahir portant loi n 1-75-291 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) édictant des mesures relatives à l'inspection sanitaire

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE S - 10 PANNEAUX POUR LIGNES CONVENTIONNELLES EDITION : 2003 Index 1. INTRODUCTION...3 1.1. OBJET...3 1.2. DOMAINE D APPLICATION...3 1.3.

Plus en détail

PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU DES MATERIAUX DESTINES AU BATIMENT TUBES ET RACCORDS PVC FILMS PVC SUPPORTS TEXTILES REVETUS PLAFONDS PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

RGD du 22 juin 1977 (Mém. n 40 du 20 juillet 1977, p.1269)

RGD du 22 juin 1977 (Mém. n 40 du 20 juillet 1977, p.1269) Règlement grand-ducal du 22 juin 1977 concernant les produits d'oeufs. - base juridique: L du 25 septembre 1953 (Mém. A - 62 du 10 octobre 1953, p. 1259) - reprend: 1968R1619 du 01 janvier 1500 1996R95

Plus en détail

Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique

Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique REGLEMENT GENERAL Le Clos du Verger organise cette année les Champêtreries a Jasseron le 23 Mai 2015. Au programme : Marché des animaux

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001.

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995 Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. Amendée en 2010, 2013, 2014 CODEX STAN 290-1995 2 1. CHAMP D

Plus en détail

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage,

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE)

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE) ANNEXE A CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE) ENTRE Nom de l établissement :... Nom du responsable

Plus en détail

CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE

CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE Programme canadien de contrôle «Entreposage humide» s entend de l'entreposage temporaire (moins de 60 jours) de coquillage «vivants» provenant de sources approuvées et destinés

Plus en détail

ASSURANCE QUALITE PRODUITS

ASSURANCE QUALITE PRODUITS Page : 1 / 16 ASSURANCE QUALITE PRODUITS Conditions de livraison et de réception des produits Page : 2 / 16 1. AVANT-PROPOS... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 3 3. PRINCIPE... 3 TOUTE LIVRAISON EFFECTUÉE

Plus en détail

Plan individuel de prévention et de gestion des déchets pour les déchets d équipements électriques et électroniques

Plan individuel de prévention et de gestion des déchets pour les déchets d équipements électriques et électroniques Plan individuel de prévention et de gestion des déchets pour les déchets d équipements électriques et électroniques Le plan doit être introduit en langue française ou néerlandaise. Les données sont reprises

Plus en détail

Circulaire relative à l information sur la chaîne alimentaire pour les volailles

Circulaire relative à l information sur la chaîne alimentaire pour les volailles Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire Circulaire relative à l information sur la chaîne alimentaire pour les volailles Référence PCCB/S2/EH/570888 Date 03/01/2014 Version actuelle 2.0

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019. Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire

PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019. Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire 4.3.2015 2014/0255(COD) PROJET D'AVIS de la commission de l'environnement, de la santé publique

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Mot du président. Application de la nouvelle Convention de mise en marché des porcs

Mot du président. Application de la nouvelle Convention de mise en marché des porcs L Indice BULLETIN D INFORMATION DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC AVRIL 2016 Mot du président Application de la nouvelle Convention de mise en marché des porcs Chers éleveurs, Après plus de deux ans de négociations,

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV)

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) - 1-916.401 Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) du 9 novembre 1983 Le Conseil d'etat du canton du Valais

Plus en détail

TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION

TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION Le label «Terroir Fribourg» Par la marque régionale fribourgeoise : L Association pour la Promotion des Produits du Terroir du Pays de Fribourg Table

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES ID-SC-175 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES 11.07.11 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale = Art.14 du RCE 834/2007

Plus en détail

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe.

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe. RÈGLEMENT (CE) N 854/2004 FIXANT LES RÈGLES SPÉCIFIQUES D ORGANISATION DES CONTRÔLES OFFICIELS CONCERNANT LES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE DESTINÉS À LA CONSOMMATION HUMAINE H 3 Points clés : Délivrance

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Signes cliniques à surveiller. Q17 (B) : Déterminer la fréquence des observations :

Signes cliniques à surveiller. Q17 (B) : Déterminer la fréquence des observations : Q17 : Procédure pour porcs malades ou blessés Q17(A) : Liste des signes de douleur ou de maladie Signes cliniques à surveiller Maternité Changement au niveau des selles et/ou de l urine Diminution de la

Plus en détail

LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE

LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE 5 LE MARCHÉ AU CADRAN DU PORC PROPOSE UNE COUVERTURE DE MARGE AUX ÉLEVEURS PAR LA VENTE À LIVRAISON DIFFÉRÉE QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONJONCTURE ESTIMATION DES PRIX MOYENS PAYÉS AUX ÉLEVEURS 2010 / 2011 Ce

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION

Plus en détail

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO CHIMIE INORGANIQUE Note explicative Les délais indiqués sont, à titre indicatif. Ils peuvent varier en fonction de l activité du laboratoire. Les délais indiqués correspondent aux délais analytiques incompressibles.

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail