PLACE de la NUCLEOLYSE à l ALCOOL ABSOLU dans le traitement des SCIATIQUES REBELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLACE de la NUCLEOLYSE à l ALCOOL ABSOLU dans le traitement des SCIATIQUES REBELLES"

Transcription

1 PLACE de la NUCLEOLYSE à l ALCOOL ABSOLU dans le traitement des SCIATIQUES REBELLES Eric STEPHANT, Nany AOUAD, Anne TERRAZ, Ronan JUGLARD, Antoine RIMBOT, Hélène PAOLETTI-ROBINET, Charles ARTEAGA JFR 2006

2 OBJECTIFS : Évaluer l efficacité de la nucléolyse à l alcool absolu sous contrôle scopique Sous anesthésie locale (AL) ou sous sédation («AG») Chez l adulte présentant des radiculalgies rebelles au traitement médical

3 Matériel et méthodes : étude rétrospective, bi-centrique, de 800 dossiers informatisés, de novembre 1999 à mai 2006 POPULATION : adultes de 20 à 76 ans présentant : - une cruralgie L3 et/ou L4 - une sciatalgie L5 et/ou S1 d origine DISCALE authentifiée par une imagerie en coupe (TDM ou IRM) traités pendant au moins 6 semaines par : Antalgiques per os niveau II à III, et par Anti Inflammatoires Stéroïdiens

4 Matériel et méthodes : Critères d inclusion : CLINIQUES: ANATOMIQUES : radiculalgie rebelle hernies discales (HD) sous-ligamentaires authentifiées par TDM ou IRM Critères d exclusion: CLINIQUES: paralysie motrice, syndrome de la queue de cheval, lombalgie commune isolée, ATCD chirurgical au même étage ANATOMIQUES : hernies discales migrées, transligamentaires, ou exclues, pour lesquelles le traitement est chirurgical en première intention, sciatiques non discales RADIOLOGIQUES: non étanchéité du disque lors de la discographie

5 Matériel et méthodes : Tous les patients ont été vu initialement en consultation par un neuro-chirurgien pour évaluation : - de la douleur (Echelle Visuelle Analogique EVA de 0 à 10) - du déficit clinique - des conditions anatomo-radiologiques

6 Matériel et méthodes : A l issue de la première consultation, choix du patient d une procédure : sous AL dans l hôpital sous «AG» (sédation) en clinique (injection d éthanol dans le nucléus pulposus douloureuse) En post procédure les patients restaient hospitalisés : 3 h pour le groupe AL jusqu au soir pour le groupe AG Après la nucléolyse, tous les patients ont été revus et évalués cliniquement à 10 jours puis à 60 jours, avec réévaluation de l EVA, critère principal d efficacité. Réharmonisation musculaire paraspinale et renforcement sangle musculaire abdominale systématique à partir de J10 (20 séances).

7 Matériel et méthodes : Evaluation de l efficacité : Echelle Visuelle Analogique (EVA) de la DOULEUR: < 3/10 GUERISON 3 à 4/10 AMELIORATION > 4/10 ECHEC Critères de MacNab et McCulloch [1, 2] Activité normale, restriction partielle ou complète d activité (professionnelle, sport, domestique)

8 Technique Réalisés par des radiologues expérimentés sur 2 sites différents Mesures d asepsies de type bloc opératoire Décubitus ventral Anesthésie locale dermique sur le trajet de l abord du nucleus pulposus dans les procédures sous AL +- sédation lors de l injection d éthanol dans le disque CLIQUEZ sur les liens bleus

9 Technique Abord discal de ¾ oblique dans le plan du disque sous contrôle scopique Double aiguilles co-axiales et discographie pour vérification de l étanchéité Injection lente de 0.7 à 1 cc d alcool absolu purifié (éthanol), et jusqu à 2 cc pour le groupe AG Retrait lent du système co-axial pour éviter les fuites Temps de procédure = 15 mn

10 RESULTATS : Nombre de procédures : AL AG Détails des résultats : AL AG

11 RESULTATS : Moyenne d âge : 46 ans AL : 45 ans AG : 48 ans Sexe : 2/3 Homme Niveau de HD : L3-L4 = 7% L4-L5 = 60% L5-S1 = 33% Localisation HD : 91% CANALAIRE (médiane, parasagittale ou latérale) 7% foraminale 2% extra foraminale Type de radiculalgie : 92% L5 et/ou S1 8% L3 et/ou L4 12% bilatérale Accident de travail (AT): 6%

12 RESULTATS : CONSULTATION INITIALE : EVA entre 8 et 9/10 J+10 : 45 % EVA< 3/10 quel que soit l âge J+60 : Entre 20 et 50 ans 76% EVA< 3/10 15% EVA entre 3 et 4/10 Entre 50 et 76 ans 75% EVA< 3/10 18% EVA entre 3 et 4/10 Taux de guérison comparables entre groupe AG et AL

13 RESULTATS : Groupe AL GUERISON 76% Amélioré 15% ECHEC 9%

14 RESULTATS : Groupe AG GUERISON 75% Amélioré 17% ECHEC 8%

15 RESULTATS : Aucune complication allergique Aucune complication infectieuse (discite)

16 DISCUSSION : Problème : que proposer à un patient algique déjà traité médicalement sans succès? Efficacité reconnue de la chymopapaïne (70-80%) depuis 1964 selon études (Smith, Shah, Guha) [3-5] Mais arrêt de sa commercialisation en 2000 (choc anaphylactique, neurolyse) [6]

17 DISCUSSION : Autres techniques ou molécules de remplacement : [7-10] Nucléotomie percutanée (GOBIN 90) Nucléolyse au laser (GANGI 96) Nucléolyse à l oxygène-ozone (MUTO 2004) Nucléolyse à l ETHANOL (RIQUELME)

18 DISCUSSION : Effet biologique de l éthanol sur nucleus : action lytique et nécrotique dégénérescence de la matrice de protéoglycane et glycosaminoglycanes du nucleus pulposus [11] déshydratation discale Autres thérapeutiques utilisant l action cytotoxique de l alcool absolu : traitement percutané des hémangiomes vertébraux Embolisation de MAV, de CHC Sympatholyse

19 DISCUSSION : Efficacité des différentes techniques : Nucléotomie percutanée automatisée : 44% 70% [13,7,14] Nucléolyse au laser : 76 % [8] Nucléolyse à l oxygène-ozone : 75% [9] Nucléolyse à l ETHANOL: 97% [10-11]

20 DISCUSSION : Aucune étude publiée sur les résultats de la nucléolyse à l alcool sous AL Notre étude : >90% d excellents et bons résultats Taux de guérison comparable sous AG ou AL Pas de meilleurs résultats chez le sujet jeune Facteurs anatomiques prédictifs de bons résultats : Etage de HD : non Localisation : Canalaire > Foraminale > Extraforaminale [15]

21 DISCUSSION : Guérison non immédiate de la nucléolyse à l éthanol : 45 % EVA < 3 à J10, dans les deux groupes AL et AG Attribuable à l augmentation du volume discal (donc de la pression intradiscale) par l injection d alcool. Guérison et nette amélioration à 8 semaines >90 %

22 Fuite épidurale DISCUSSION : Causes d échec : technique : Fuite discale (épidurale, veineuse) : 3% (varie selon l opérateur!) Abord impossible : 1.5% (L5-S1) = ARTHROSE +++ échec de l alcoolisation elle-même : Taux similaire (8-9 %) sous AG ou AL Chronicisation de la douleur : AT = 40% d échec Seulement 2% des patients toujours algiques après la procédure ont bénéficié d une chirurgie par microdiscectomie avec d excellents résultats.

23 DISCUSSION : Limites étude rétrospective non randomisée 2 % dossiers non exploitables (EVA non renseignée)

24 CONCLUSION Place de la nucléolyse à l éthanol : - étape ultime du traitement conservateur - > 90% d excellents et bons résultats si malades sélectionnés - technique éprouvée sous AL - ambulatoire - faible coût - ne récuse pas un traitement chirurgical en cas d échec recherche : gel d éthanol (équipe de Caen) [16]

25 Bibliographie : 1. McCulloch JA, McNab I. Technique of chemonucleolysis. In : McCulloch JA, Mc Nab, Eds. Sciatica and chymopapaïn. Baltimore : Williams and Wilkins ; Macnab I. Chemonucleolysis. Clin. Neurosurg. 1973, 20; Smith L. Enzyme dissolution of the nucleus pulposus in humans. JAMA. 1964;187: Shah NH, Dastgir N, Gilmore MF. Medium to long-term functional outcome of patients after chemonucleolysis. Acta Orthop Belg. 2003;69: Guha AR, Debnath UK, D Souza S. Chemonucleolysis revisited : a prospective outcome study in symptomatic lumbar disc prolapse. J Spinal Disord Tech. 2006, 19(3), Bouillet R Treatment of sciatica. A comparative survey of complication of surgical treatment and nucleolysis with chymopapain. Clin. Orthop 1990; 251 : Gobin P, Theron J, Courtheaux F, Huet H, Chos D, Loyau G. Nucléotomie lombaire percutanée automatisée. J. Radiol., 1990; 71, 6-7 : Gangi A, Dietmann JL, Ide C, Brunner P, Klinkert A, Warter JM. Percutaneous laser disc decompression under CT and fluoroscopic guidance : indications, technique, and clinical experience. Radiographics Jan; 16(1): Muto M, Andreula C, Leonardi M. Treatment of herniated lumbar disc by intradiscal and intraforaminal oxygen-ozone (o2-o3) injection. J. Neuroradiol. 2004; 31 :

26 Bibliographie (2) 10. Riquelme C, Tournade A, Cerfon J.F. Efficacité de la chimionucléolyse lombaire dans le traitement des hernies foraminales et extra-foraminales. J. Neuroradiol., 1999; 26 : Riquelme C, Musacchio M, Mont Alverne F, Tournade A. Chimionucleolysis of lumbar disc herniation with ethanol. J. Neuroradiol., 2001; 28 : Chiba K. An experimental study on the pathological changes of the intervertebral disc and its surrouding tissues after intradiscal injection of a various chemical substances (the first report). Nippon Seikeigeka Gakkai Zasshi Nov; 67(11) : Bonaldi G. Automated percutaneous lumbar discectomy : technique, indication, and clinical follow-up in over 1000 patients. Neuroradiolgy 2003 Oct ; 45(10) : Revel M. Payan C., Vallee C, Laredo JD, Lassale B, Roux C, Carter H, Salomon C, Delmas E, Roucoules J et al. Automated percutaneous lumbar discectomy versus chemonucleolysis in hte treatment of sciatica. A randomized multi center trial. Spine 1993 Jan, 18(1) : Benoist M. Le point sur la nucléolyse discale. Rev Rhum, 2000; 67 Suppl 4 : Theron J, Sola T, Guimaraens L, Casasco A, Courtheoux P. Nucléolyse à l éthanol gélifié. Etude pilote. CO mars XXXIIIe congrès annuel de la SFNR. Paris.

27 Protocole anesthésique : - Prémédication par benzodiazépine (XANAX 100mg) - DIPRIVAN : 1mg/kg - SUFENTANYL : 0.1 γ/kg - monitorage hémodynamique et cardiaque - masque O2 ; ventilation spontanée - médecin anesthésiste en salle - surveillance 1 h en salle de réveil

28

29

30 ¾ oblique L5-S1 L5-S1

31 ¾ oblique L5-S1 L5-S1

32 18 G 18 G 22 G 22 G

33

34 Fuite veineuse DISCUSSION : Causes d échec : technique : Fuite discale (épidurale, veineuse) : 3% (varie selon l opérateur!) Abord impossible : 1.5% (L5-S1) = ARTHROSE +++ échec de l alcoolisation elle-même : Taux similaire (8-9 %) sous AG ou AL Chronicisation de la douleur : AT = 40% d échec Seulement 2% des patients toujours algiques après la procédure ont bénéficié d une chirurgie par microdiscectomie avec d excellents résultats.

35 ANNEXE : résultats détaillés NUCLEOLYSES Nbre AL=500 Nbre AG=300 % AL % AG %EVA J0 %EVA J10 < 3/10 %EVA J60 <3/10 et 3 à 5 %Echec (fuite) %Echec AL / AG tout âge Age / / (2) 9 / / / 23 9 (3) Sexe 36F/64M 32F/68M Localisation canalaire / 6 (ALetAG) 1 (ALetAG) Foramen / 23 (ALetAG) 2 (ALetAG) Extra foraminale / 33 (ALetAG) 6 (ALetAG) Symptômes L3-L L5-S Hernie Discale L3-L / 17 L4-L / 24 L5-S / 23

REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE

REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE Valence le 13 octobre 2011 REUNION RHUMATOLOGUES DROME ET ARDECHE Bensaïd C. Le DISCOGEL Michel Forgerit forgerit.michel@gmail.com DISCOGEL J. Théron - 2 études prospectives ouvertes Percutaneous Treatment

Plus en détail

Journées Françaises de Radiologie octobre 2013 Paris

Journées Françaises de Radiologie octobre 2013 Paris Philippe Brunner, Nicolas Amoretti, Felipe Soares, Eliott Brunner, Elodie Cazaux, Mathieu Liberatore, Jean-Michel Cucchi, Michel -Yves Mourou, Serge Houllier, Stéphane Chanalet Hôpital Princesse Grace

Plus en détail

INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ,

INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ, INJECTION PERIDURALE THERAPEUTIQUE PAR LE HIATUS COCCYGIEN S. AZZOUZ, Hôpital Militaire Universitaire Spécialisé de Staoueli DEFINITION La Hernie Discale est une saillie que fait un disque intervertébral

Plus en détail

10/01/2010 LA LOMBOSCIATIQUE COMMUNE. La douleur radiculaire est à type de brûlure à la face. La douleur lombaire est décrite comme une barre non

10/01/2010 LA LOMBOSCIATIQUE COMMUNE. La douleur radiculaire est à type de brûlure à la face. La douleur lombaire est décrite comme une barre non La sciatique par hernie discale Monsieur P âgé de 50 ans présente une douleur lombo radiculaire droite depuis 14 jours. LA LOMBOSCIATIQUE COMMUNE La douleur lombaire est décrite comme une barre non impulsive

Plus en détail

dans le traitement des névralgies n cervico-brachiales

dans le traitement des névralgies n cervico-brachiales Intérêts des infiltrations cervicales foraminales scanoguidées dans le traitement des névralgies n cervico-brachiales R. Loffroy,, D. Ben Salem, B. Guiu,, M. Dranssart, L. Giré,, JM. Lerais,, JF. Couaillier,,

Plus en détail

La technique opératoire d implantation du DISCOGEL

La technique opératoire d implantation du DISCOGEL La solution innovante et totalement sécurisée pour le traitement de la Hernie Discale La technique opératoire d implantation du DISCOGEL L acte doit être effectué par un professionnel de santé entraîné

Plus en détail

QUELLE CHIRURGIE POUR LES STÉNOSES FORAMINALES LOMBAIRES? ÉVALUATION D'UNE SÉRIE DE 65 CAS AVEC UN RECUL DE 5 ANS

QUELLE CHIRURGIE POUR LES STÉNOSES FORAMINALES LOMBAIRES? ÉVALUATION D'UNE SÉRIE DE 65 CAS AVEC UN RECUL DE 5 ANS QUELLE CHIRURGIE POUR LES STÉNOSES FORAMINALES LOMBAIRES? ÉVALUATION D'UNE SÉRIE DE 65 CAS AVEC UN RECUL DE 5 ANS S. Azzouz ; B. Belbachir ; S. chabane ; H. Nzie ; M. Mokhtari ; H. Chelbi ; A. Ouahmed.

Plus en détail

Thérapeutiques invasives de prise en charge de la hernie discale

Thérapeutiques invasives de prise en charge de la hernie discale Thérapeutiques invasives de prise en charge de la hernie discale Quand opérer? Quels patients? Quel délai? ! Attention aux patients conditionnés! + + Ressources fiables : site du collège, Pubmed (+/- )

Plus en détail

EXÉRÈSE D UN DISQUE INTERVERTÉBRAL, PAR

EXÉRÈSE D UN DISQUE INTERVERTÉBRAL, PAR EXÉRÈSE D UN DISQUE INTERVERTÉBRAL, PAR VOIE TRANSCUTANÉE AVEC GUIDAGE RADIOLOGIQUE [NUCLÉOTOMIE TRANSCUTANÉE] Classement CCAM : 12.02.02.01 code : LHPH001 AVRIL 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Nucléoplastie par radiofréquence dans le traitement percutané des sciatiques d origine discale

Nucléoplastie par radiofréquence dans le traitement percutané des sciatiques d origine discale http://alsace.u-strasbg.fr/irws/index.html Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Nucléoplastie par radiofréquence dans le traitement percutané des sciatiques d origine discale X Buy, G Bierry, B Sauer,

Plus en détail

JC LE HUEC. SYNDROMES RADICULAIRES LOMBAIRES: SCIATALGIE CRURALGIE aspects chirurgicaux

JC LE HUEC. SYNDROMES RADICULAIRES LOMBAIRES: SCIATALGIE CRURALGIE aspects chirurgicaux SYNDROMES RADICULAIRES LOMBAIRES: SCIATALGIE CRURALGIE aspects chirurgicaux Rappel anatomo-pathologique JC LE HUEC L annulus fibrosus est le siège de micro-traumatismes et de micro-fissures qui peuvent

Plus en détail

Intérêt de la vertébroplastie dans les tassements vertébraux traumatiques récents

Intérêt de la vertébroplastie dans les tassements vertébraux traumatiques récents Intérêt de la vertébroplastie dans les tassements vertébraux traumatiques récents J GABRILLARGUES, E CHABERT, B CLAISE, N CHETRUS, JL MICHEL NEURORADIOLOGIE / RADIOLOGIE A echabert@chu-clermontferrand.fr

Plus en détail

Le disque lombaire. Concepts actuels.

Le disque lombaire. Concepts actuels. Le disque lombaire. Concepts actuels. Le 05 février 2011 EPU Rachis. SFR Rhône-Alpes Yannick Carrillon Centre Orthopédique Santy LYON L espace intervertébral Le segment mobile de Junghans Disque Massifs

Plus en détail

du G.I.E.D.A. inter rachis BRUXELLES

du G.I.E.D.A. inter rachis BRUXELLES 21ème RéunionR Annuelle du G.I.E.D.A. inter rachis BRUXELLES 12-13 13 décembred 2008 Chirurgie Endoscopique Transforaminale (C.E.T.) après «Syndrome d éd échec post chirurgical» (F.B.S.S.) REVUE DE LA

Plus en détail

BACTERIOLOGIE DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LA DISCOPATHIE DEGENERATIVE

BACTERIOLOGIE DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LA DISCOPATHIE DEGENERATIVE BACTERIOLOGIE DU DISQUE INTERVERTEBRAL DANS LA Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg DISCOPATHIE DEGENERATIVE J. Arndt, Y.P. Charles, I. Bogorin, J.-P. Steib Service de Chirurgie du Rachis Hôpitaux

Plus en détail

COMPARAISON RADIOLOGIQUE DE LA FUSION INTERSOMATIQUE OBTENUE PAR VOIE BILATÉRALE POSTÉRIEURE (PLIF) ET PAR VOIE UNILATÉRALE TRANS-FORAMINALE (TLIF).

COMPARAISON RADIOLOGIQUE DE LA FUSION INTERSOMATIQUE OBTENUE PAR VOIE BILATÉRALE POSTÉRIEURE (PLIF) ET PAR VOIE UNILATÉRALE TRANS-FORAMINALE (TLIF). COMPARAISON RADIOLOGIQUE DE LA FUSION INTERSOMATIQUE OBTENUE PAR VOIE BILATÉRALE POSTÉRIEURE (PLIF) ET PAR VOIE UNILATÉRALE TRANS-FORAMINALE (TLIF). S. Azzouz ; B. belbachir ; A. Ouahmed Hôpital Militaire

Plus en détail

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale :

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : aspects pratiques, prise en charge des patients et gestion des échecs Dr O Sisteron, Dr T Balme Service de Radiologie - Polyclinique

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA LOMBOSCIATIQUE PAR NUCLEOTOMIE LASER. A PROPOS DE 56 PATIENTS SUIVIS 12 MOIS

TRAITEMENT DE LA LOMBOSCIATIQUE PAR NUCLEOTOMIE LASER. A PROPOS DE 56 PATIENTS SUIVIS 12 MOIS Article original TRAITEMENT DE LA LOMBOSCIATIQUE PAR NUCLEOTOMIE LASER. A PROPOS DE 56 PATIENTS SUIVIS 12 MOIS DOSSIER TREATMENT OF LOMBO SCIATAGIA USING LASER NUCLEOTOMY. A TWELVE MONTH FOLLOWING OF 56

Plus en détail

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic

Contexte. Cimentoplastie. RCP métastases osseuses. Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle. Améliorations du pronostic Traitement des métastases osseuses en Radiologie Interventionnelle Cimentoplastie Contexte Améliorations du pronostic Augmentation de la fréquence des douleurs chroniques Y. Rolland Département d Imagerie

Plus en détail

La chirurgie rachidienne en ambulatoire

La chirurgie rachidienne en ambulatoire La chirurgie rachidienne en ambulatoire ColloqueAmbulatoire 12 décembre 2016 J.M. VITAL, C. DEGRYSE, A. GENNARI, O. GILLE Unité Rachis 1, CHU Bordeaux Etat des lieux de la chirurgie ambulatoire en Orthopédie

Plus en détail

T. SOMON ¹, D. ALCAIX ², D. RECOULES ³, D. WEINSTEIN ¹, A. CHEVROT ¹ ⁴ ¹ Service de radiologie, ² Service de rhumatologie, ³ Service de chirurgie du

T. SOMON ¹, D. ALCAIX ², D. RECOULES ³, D. WEINSTEIN ¹, A. CHEVROT ¹ ⁴ ¹ Service de radiologie, ² Service de rhumatologie, ³ Service de chirurgie du T. SOMON ¹, D. ALCAIX ², D. RECOULES ³, D. WEINSTEIN ¹, A. CHEVROT ¹ ⁴ ¹ Service de radiologie, ² Service de rhumatologie, ³ Service de chirurgie du rachis Hôpital Jacques Monod Le Havre France ⁴ Servie

Plus en détail

JOURNÉES DE PERFECTIONNEMENT EN APPAREILLAGE ISSOUDUN 09 ET 10 JUIN 2016

JOURNÉES DE PERFECTIONNEMENT EN APPAREILLAGE ISSOUDUN 09 ET 10 JUIN 2016 JOURNÉES DE PERFECTIONNEMENT EN APPAREILLAGE ISSOUDUN 09 ET 10 JUIN 2016 Laurent GILLET Hôpital Saint Dié-des-Vosges Dr. Hugues LOISON Médecine Physique et Réadaptation Orthoprothésiste salarié Roland

Plus en détail

Evaluation IRM de l'arthrodèse lombaire

Evaluation IRM de l'arthrodèse lombaire Evaluation IRM de l'arthrodèse lombaire T SOMON (1), D NGUES (1), F SALAMI (1), D WEINSTEIN (1), A CHEVROT (1-2), D RECOULES (3) ¹ Service de radiologie, Hôpital Jacques Monod Le Havre France ² Service

Plus en détail

Véronique Brulotte 24 octobre 2016

Véronique Brulotte 24 octobre 2016 Véronique Brulotte 24 octobre 2016 Rôle des interventions Risques Indication/efficacité des techniques fréquentes: Épidurale interlaminaire/foraminale/caudale Blocs facettaires Bloc de branche médiane

Plus en détail

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille T.M.S. NOV.2005 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

Implants inter-épineux et canal lombaire rétréci : faisabilité en radiologie interventionnelle

Implants inter-épineux et canal lombaire rétréci : faisabilité en radiologie interventionnelle Implants inter-épineux et canal lombaire rétréci : faisabilité en radiologie interventionnelle Auteurs : O. Andreani (1), N. Amoretti (1), C. Ibba (1), E. Cervantes (1) L. Huwart (2) (1) Nice France, (2)

Plus en détail

RACHIS LOMBAIRE DEGENERATIF. J-P Lafourcade Service de Neuroradiologie 13 décembre 2014

RACHIS LOMBAIRE DEGENERATIF. J-P Lafourcade Service de Neuroradiologie 13 décembre 2014 RACHIS LOMBAIRE DEGENERATIF J-P Lafourcade Service de Neuroradiologie 13 décembre 2014 Le disque intervertébral : Nucléus pulposus : 70-90 % eau (âge) Prote oglycanes (65 %) Collage ne type II (15-20 %)

Plus en détail

Rachis RADIOANATOMIE DU RACHIS. Articulation inter-vertébrale. Vertèbre-type : DES Anatomie ostéo-articulaire Dr E. NIEDERBERGER

Rachis RADIOANATOMIE DU RACHIS. Articulation inter-vertébrale. Vertèbre-type : DES Anatomie ostéo-articulaire Dr E. NIEDERBERGER Rachis RADIOANATOMIE DU RACHIS DES Anatomie ostéo-articulaire Dr E. NIEDERBERGER Vertèbre-type : Corps vertébral Arc postérieur : Pédicules Massifs articulaires Lames Processus transverses Processus épineux

Plus en détail

Anew area in the treatment of lumbar intervertebral

Anew area in the treatment of lumbar intervertebral Article original LA NUCLEOTOMIE PERCUTANEE AU LASER OU NUCLEOLASER DANS LE TRAITEMENT DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES DOSSIER PERCUTANEOUS LASER NUCLEOLYSIS FOR THE TREATMENT OF LUMBAR HERNIATED DISCS B.

Plus en détail

Y a-t-il des risques à manipuler un patient avec sciatique? Dr C. BLAES Service de Médecine physique et de réadaptation CHU Hautepierre- Strasbourg

Y a-t-il des risques à manipuler un patient avec sciatique? Dr C. BLAES Service de Médecine physique et de réadaptation CHU Hautepierre- Strasbourg Y a-t-il des risques à manipuler un patient avec sciatique? Dr C. BLAES Service de Médecine physique et de réadaptation CHU Hautepierre- Strasbourg INTRODUCTION Sciatique = motif fréquent en MMO Complications

Plus en détail

Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle. Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne

Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle. Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne Traitement des métastases osseuses par radiologie interventionnelle Réunion 3C 31 mai 2013 Iñaki ZUAZO Radiologie CHCB Bayonne Introduction Métastases osseuses (MO) fréquentes (20%) Pronostic variable

Plus en détail

EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX».

EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX». EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX DITE DE «FLEXION-DISTRACTION». par Karl VINCENT, D.C. Institut Franco-Europ Européen de Chiropratique 1ER CONGRÈS S NATIONAL DE LA SOFMMOO 08

Plus en détail

Cours de sémiologie 03 - LOMBOSCIATIQUE - Chapitre 09 - Appareil locomoteur - Dr. TIOURSI. LOMBOSCIATIcUE

Cours de sémiologie 03 - LOMBOSCIATIQUE - Chapitre 09 - Appareil locomoteur - Dr. TIOURSI. LOMBOSCIATIcUE Cours de sémiologie 03 - LOMBOSCIATIQUE - Chapitre 09 - Appareil locomoteur - Dr. TIOURSI LOMBOSCIATIcUE I - Définition : La sciatique est une affection fréquente le plus souvent bénigne et parfois très

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK :

ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK : ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK : Résultats à 3 mois E DE ROQUEFEUIL DURANDEAU (1), X BARREAU(1), C RENAUD (2), JM VITAL (1), V DOUSSET (1) (1) Bordeaux-France

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

Démarche diagnostique. L examen clinique est un élément essentiel. Décisions thérapeutiques

Démarche diagnostique. L examen clinique est un élément essentiel. Décisions thérapeutiques Evaluation clinique d un patient souffrant d une lombalgie et/ou d une radiculopathie persistante ou récidivante malgré une ou plusieurs interventions (définition du F.B.S.S.) L examen clinique est un

Plus en détail

L instabilité rachidienne

L instabilité rachidienne L instabilité rachidienne Dr Pierre Coloma, neurochirurgien Dr Sébastien Le Pape, chirurgien orthopédiste + (In)stabilité : définitions Stabilité : capacité des vertèbres à rester cohésives lors des mouvements

Plus en détail

A Lamberet 1, P Violas 2, P Tattevin 3, S Bataillon 4

A Lamberet 1, P Violas 2, P Tattevin 3, S Bataillon 4 A Lamberet 1, P Violas 2, P Tattevin 3, S Bataillon 4 1 Service de pédiatrie, 2 Service de chirurgie pédiatrique, 3 Service de maladies infectieuses, 4 Service d hygiène hospitalière, CHU Rennes Introduction

Plus en détail

DENERVATION DES MUSCLES PARASPINAUX LOMBAIRES : ASPECT EN IMAGERIE

DENERVATION DES MUSCLES PARASPINAUX LOMBAIRES : ASPECT EN IMAGERIE DENERVATION DES MUSCLES PARASPINAUX LOMBAIRES : ASPECT EN IMAGERIE R. RICHARD, B. LAW-YE, C. WATTEL, D. SIAHOU, S. MOKHTARI, D. SAFA, C. LE BRETON, R. CARLIER Hôpital Raymond Poincaré Garches Objectifs

Plus en détail

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES)

INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) INTERET DES INFILTRATIONS CERVICALES ET LOMBAIRES FORAMINALES SCANOGUIDEES DANS LE TRAITEMENT DES RADICULALGIES (NCB ET SCIATIQUES) Dr AJ BARAZA Priam 07/06/07 Rappels Les infiltrations de glucocorticoïdes

Plus en détail

25/06/2014. La discopathie active. Francois Rannou, MD, PhD. 1) Analyse biochimique, cellulaire et moléculaire du DIV. 2) Inflammation et DIV

25/06/2014. La discopathie active. Francois Rannou, MD, PhD. 1) Analyse biochimique, cellulaire et moléculaire du DIV. 2) Inflammation et DIV AGENDA La discopathie active Francois Rannou, MD, PhD Service de MPR Hopital Cochin, AP-HP INSERM U747 Université Paris Descartes 1) Analyse biochimique, cellulaire et moléculaire du DIV 2) Inflammation

Plus en détail

EM KOCHEIDA, G SALIOU, J FRANC, F DEMUYNCK, P LEHMANN, B VANDEEN ABEEL, R BOUAZIZ, JN VALLEE, H DERAMOND

EM KOCHEIDA, G SALIOU, J FRANC, F DEMUYNCK, P LEHMANN, B VANDEEN ABEEL, R BOUAZIZ, JN VALLEE, H DERAMOND EM KOCHEIDA, G SALIOU, J FRANC, F DEMUYNCK, P LEHMANN, B VANDEEN ABEEL, R BOUAZIZ, JN VALLEE, H DERAMOND Service d Imagerie Médicale - Pr VALLEE Groupe hospitalier CHU Nord Place Victor Pauchet 80054 Amiens,

Plus en détail

Vertébroplastie Cimentoplastie. X. Buy, J Palussiere, A. Gangi

Vertébroplastie Cimentoplastie. X. Buy, J Palussiere, A. Gangi Vertébroplastie Cimentoplastie X. Buy, J Palussiere, A. Gangi Vertébroplastie Injection de ciment dans un corps vertébral Objectifs: Consolidation + Antalgie Historique 1987, Deramond and Galibert, Neurochirurgie

Plus en détail

Lombalgie. anatomie du rachis indications radiologiques. Dr Montesanti (radiologue CHC Heusy)

Lombalgie. anatomie du rachis indications radiologiques. Dr Montesanti (radiologue CHC Heusy) Lombalgie anatomie du rachis indications radiologiques Dr Montesanti (radiologue CHC Heusy) Anatomie du rachis 7 cervicales 12 dorsales 5 lombaires 5 sacrées soudées -> sacrum 4-5 coccygiennes -> coccyx

Plus en détail

COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES

COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES H. HARRABI 1, A. DINH 2, G. GRAS 1, D. MULLEMAN 3, L. BERNARD 1 1- Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses,

Plus en détail

OBJECTIFS REVUE DE LA LITERATURE

OBJECTIFS REVUE DE LA LITERATURE DECOMPRESSION ENDOSCOPIQUE DANS LES STENOSES FORAMINALES DEGENERATIVES (FORAMINOPLASTIE) E. GOZLAN (Paris), B. LAVIGNOLLE (Bordeaux), V. AURILLAC-LAVIGNOLLE (Bordeaux) L abord endoscopique transforaminal

Plus en détail

Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM

Introduction La synoviorthèse à l Acide Osmique est un traitement validé et efficace dans traitement des coxopathies inflammatoires chroniques. La TDM LA SYNOVIORTHESE SOUS CONTROLE TDM : INTERET ET RESULTATS IMMEDIATS ET A LONG TERME MA. Jellali 1 ;S.Zrour 2 ;M.S.Ezzine 1 ;A.Zrig 1 ;W. Harzallah ;W.Mnari 1 ;J.Saad 1 ;B.Hmida 1 ; N.Bergaoui 2 ;M. Golli

Plus en détail

Techniques chirurgicales mini-invasives de décompression par voie postérieure

Techniques chirurgicales mini-invasives de décompression par voie postérieure Techniques chirurgicales mini-invasives de décompression 2ème Printemps du Rachis Dr Alexandre DELMOTTE Unité de Chirurgie du Rachis et Neurostimulation CHU de POITIERS 1 Techniques chirurgicales mini-invasives

Plus en détail

Hôpital Princesse Grace Monaco Hôpital l Archet CHU Nice Centre d Imagerie Médicale Ajaccio Journées Françaises de Radiologie octobre 2013 Paris

Hôpital Princesse Grace Monaco Hôpital l Archet CHU Nice Centre d Imagerie Médicale Ajaccio Journées Françaises de Radiologie octobre 2013 Paris Philippe Brunner, Nicolas Amoretti, Felipe Soares, Eliott Brunner, Maxime Challali, Jean-Michel Cucchi, Olivier Brocq, Mathieu Liberatore, Michel-Yves Mourou, Serge Houllier Hôpital Princesse Grace Monaco

Plus en détail

Sémiologie et examen clinique du rachis. Dr G.BRANDS MEDECINE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHC Liège

Sémiologie et examen clinique du rachis. Dr G.BRANDS MEDECINE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHC Liège Sémiologie et examen clinique du rachis Dr G.BRANDS MEDECINE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHC Liège Anatomie de la colonne vertébrale Axe central du corps Joue plusieurs rôles -support -mouvement du tronc

Plus en détail

Efficacité de la nucléolyse laser dans le traitement des radiculalgies par hernie discale (149 patients)

Efficacité de la nucléolyse laser dans le traitement des radiculalgies par hernie discale (149 patients) Presse Med. 2007; 36: 1527 35 2007 Elsevier Masson SAS Tous droits réservés. en ligne sur / on line on www.masson.fr/revues/pm Efficacité de la nucléolyse laser dans le traitement des radiculalgies par

Plus en détail

Traitement chirurgical des douleurs sciatiques

Traitement chirurgical des douleurs sciatiques Traitement chirurgical des douleurs sciatiques Hervé Tourneux Bertrand Dumas Chirurgie du rachis Lombo-radiculalgie aigues Hernie discale Lombo-radiculalgies chroniques Canal lombaire étroit Discopathie

Plus en détail

LA SCIATIQUE PAR HERNIE DISCALE 1

LA SCIATIQUE PAR HERNIE DISCALE 1 LA SCIATIQUE PAR HERNIE DISCALE 1 1. DEFINITION. GENERALITES C'est l'inflammation d'une racine sciatique, L5 ou S1, par une hernie du disque L4-L5 ou L5-S1. (Schéma) Tous les termes de la définition sont

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

CONCLUSIONS. NOM : PRODISC L, prothèse totale de disque lombaire. AVIS DE LA CNEDiMTS 06 Novembre 2012 complétant l avis du 24 Juin 2008

CONCLUSIONS. NOM : PRODISC L, prothèse totale de disque lombaire. AVIS DE LA CNEDiMTS 06 Novembre 2012 complétant l avis du 24 Juin 2008 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 06 Novembre 2012 complétant l avis du 24 Juin 2008 CONCLUSIONS NOM : PRODISC L, prothèse totale

Plus en détail

LES INFILTRATIONS PERIDURALES

LES INFILTRATIONS PERIDURALES LES INFILTRATIONS PERIDURALES UOAD 18-12-2014 Dr B. Kaschten CHU Liège - C.H. Dinant Infiltration péridurale = injection dans l espace péridural de corticoides dans un but anti-inflammatoire Anesthésie

Plus en détail

Chirurgie des douleurs anales. JJ Labat, R Robert, T Riant. Nantes SNFCP 2006

Chirurgie des douleurs anales. JJ Labat, R Robert, T Riant. Nantes SNFCP 2006 Chirurgie des douleurs anales JJ Labat, R Robert, T Riant. Nantes SNFCP 2006 Neurochirurgie dans certaines douleurs anales 1.Pourquoi opérer? 2.Qui opérer? 3.Comment opérer? 4.Quels résultats espérer?

Plus en détail

N. Zée 1, V. Freire 1, M. Benhamou 2, S. Poiraudeau. J.-L. Drape 1, A. Feydy 2

N. Zée 1, V. Freire 1, M. Benhamou 2, S. Poiraudeau. J.-L. Drape 1, A. Feydy 2 Évaluation de la hauteur discale lombaire : comparaison entre un système de radiographie basse dose à balayage (EOS) et un système de radiographie numérique (RN) N. Zée 1, V. Freire 1, M. Benhamou 2, S.

Plus en détail

L efficacité des infiltrations sous guidance scanner pour le traitement de la cervicobrachialgie chronique

L efficacité des infiltrations sous guidance scanner pour le traitement de la cervicobrachialgie chronique L efficacité des infiltrations sous guidance scanner pour le traitement de la cervicobrachialgie chronique Y. K. Maratos,, A. Gevargez-Zoubalan Zoubalan,, A. C. Küpper, J. Baier,, D. H. W. Grönemeyer Département

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien

HERNIE DISCALE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien HERNIE DISCALE LOMBAIRE DE L ADULTE Institut Du Rachis Parisien HERNIE DISCALE LOMBAIRE ÉPIDÉMIOLOGIE sciatiques 95 % sont des HD HD asymptomatique 20 % pop. Sciatique (France) 120 000 cas / an 37 000

Plus en détail

Peut-on corréler la présence d une radiculalgie à l asymétrie des muscles piriformes en TDM?

Peut-on corréler la présence d une radiculalgie à l asymétrie des muscles piriformes en TDM? Peut-on corréler la présence d une radiculalgie à l asymétrie des muscles piriformes en TDM? J Bolivar, D Hoa, Y Thouvenin, I Millet, MP Baron, C Cyteval Service de radiologie et imagerie médicale Pr.

Plus en détail

Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques?

Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques? Douleurs provoquées et imagerie médicale : comment améliorer les pratiques? Dr. B. Richioud, Radiologie Interventionnelle, Centre Léon Bérard, Lyon (69) Les actes de radiologie interventionnelle se déclinent

Plus en détail

CHIMIONUCLEOLYSE A LA PAPAINE

CHIMIONUCLEOLYSE A LA PAPAINE Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) CHIMIONUCLEOLYSE A LA PAPAINE Madame, Monsieur, Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur

Plus en détail

hiatus sacrococcygien,

hiatus sacrococcygien, épidurale Powerpoint Templates Infiltration hiatus par le sacrococcygien, expérience du service de MPR, CHU SAHLOUL Sousse Résidente GADDOUR Mariem Page 1 Plan DISCUSSION/ CONCLUSION 4 1 INTRODUCTION 2

Plus en détail

LES TECHNIQUES DE RADIOFREQUENCE INTRADISCALE

LES TECHNIQUES DE RADIOFREQUENCE INTRADISCALE LES TECHNIQUES DE RADIOFREQUENCE INTRADISCALE Michel FORGERIT*, Joël DELECRIN**, Rémi PONCER*** * Service de Médecine physique, CH NIORT ** Service de Chirurgie Orthopédique, CHU NANTES *** Chirurgie orthopédique

Plus en détail

Lombalgie commune 24/02/2009. Objectifs. Red flags = signes d alarme. Yellow flags = risque de chronicité

Lombalgie commune 24/02/2009. Objectifs. Red flags = signes d alarme. Yellow flags = risque de chronicité Lombalgie commune T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO R. Dardel, médecine manuelle 26 novembre 2008 Objectifs Distinguer une lombalgie commune d une lombalgie spécifique Reconnaître les

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

: DE LA DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE MODIC 1 AU CONCEPT DE DISCOPATHIE ACTIVE

: DE LA DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE MODIC 1 AU CONCEPT DE DISCOPATHIE ACTIVE 1988-2015 : DE LA DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE MODIC 1 AU CONCEPT DE DISCOPATHIE ACTIVE Christelle Nguyen MD, PhD 1,2 CCA-AHU Serge Poiraudeau 1,3, Michel Revel 1, François Rannou 1,2 1 Université Paris Descartes,

Plus en détail

QUELS EXAMENS DEMANDER : Cas clinique rhumatologie. Dr Modeste KOUMOUVI

QUELS EXAMENS DEMANDER : Cas clinique rhumatologie. Dr Modeste KOUMOUVI QUELS EXAMENS DEMANDER : Cas clinique rhumatologie Dr Modeste KOUMOUVI QUELS EXAMENS DEMANDER : Cas clinique rhumatologie Le 15 juin 2012 : Mr T B, 45 ans, maçon -Lombalgie aigue -installation brutale

Plus en détail

Intérêt d une prothèse discale lombaire dans certaines lombalgies chroniques

Intérêt d une prothèse discale lombaire dans certaines lombalgies chroniques Intérêt d une prothèse discale lombaire dans certaines lombalgies chroniques A propos de notre expérience depuis 2003, sur 50 Cas J.Godard, et collaborateurs Service de neurochirurgie CHU Besançon Lombalgies

Plus en détail

VERTEBROPLASTIE du SUJET AGE

VERTEBROPLASTIE du SUJET AGE VERTEBROPLASTIE du SUJET AGE J. CHIRAS, E. CORMIER, F CLARENCON Département de Neuroradiologie - GH La Pitie- Salpetriere Paris (France) VERTEBROPLASTIE = INJECTION DE CIMENT CORPS VERTEBRAL LESION TUMORALE

Plus en détail

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré.

Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. Aspect IRM des principales complications urgentes du rachis opéré. S Chinellato, G Koch, M Nonent, D Colin, P Mériot, D Ben Salem Service de Radiologie CHU La Cavale Blanche Brest. HIA Brest INTRODUCTION

Plus en détail

Les lombalgies en rhumatologie. T. Armingeat Service du Pr Lafforgue Hôpital de la conception

Les lombalgies en rhumatologie. T. Armingeat Service du Pr Lafforgue Hôpital de la conception Les lombalgies en rhumatologie T. Armingeat Service du Pr Lafforgue Hôpital de la conception Le problème de santé publique N 1! 13 % des accidents du travail! Durée moyenne 33 jours! Arrêt > 6 mois pour

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE (CNEDiMTS) AVIS DE LA COMMISSION. 31 mai 2011 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE (CNEDiMTS) AVIS DE LA COMMISSION. 31 mai 2011 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE (CNEDiMTS) AVIS DE LA COMMISSION 31 mai 2011 CONCLUSIONS CONFIDENCE SPINAL CEMENT SYSTEM, dispositif pour Nom : vertébroplastie

Plus en détail

Sémiologie du rachis. Pr Olivier GILLE

Sémiologie du rachis. Pr Olivier GILLE Sémiologie du rachis Pr Olivier GILLE DCEM1 Année 2010-2011 Sémiologie du rachis I. Rappels anatomiques II. Examen clinique III. Examen radiologique IV. Principales pathologies Dégénératives rachis cervical

Plus en détail

Lombalgie, si on cambrait?! Xavier Dufour 20 juin 2013! SNMKR!

Lombalgie, si on cambrait?! Xavier Dufour 20 juin 2013! SNMKR! Lombalgie, si on cambrait?! Xavier Dufour 20 juin 2013! SNMKR! Qui semble avoir mal?! Que feriez-vous pour être sûr de vous faire mal au dos?! Effort de port de charge! En flexion! Avec rotation associée!

Plus en détail

thérapeutiques classiques

thérapeutiques classiques Neurolyse par radiofréquence sous guidage TDM dans les neuropathies inguino-fémorales rebelles aux thérapeutiques classiques A. Kastler, A. Hashemizadeh-Kastler, J. Jehl, A. Parsai, S. Aubry Clermont-Ferrand

Plus en détail

Introduction. Fractures tassements vertébraux. Plan. Cimentoplastie. Kyphoplastie LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE

Introduction. Fractures tassements vertébraux. Plan. Cimentoplastie. Kyphoplastie LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE Dr S. Welschbillig Anesthésiste-Réanimateur Introduction Technique en plein essor Imagerie performante Coopération entre les équipes radiologie anesthésie orthopédie

Plus en détail

Prise en charge de la douleur post-opératoire Pr. Philippe PELISSIER

Prise en charge de la douleur post-opératoire Pr. Philippe PELISSIER Prise en charge de la douleur post-opératoire Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Antalgie in situ Antalgie et pansements

Plus en détail

ROLE DU MANIPULATEUR DANS LA GESTION AU SCANNER MULTIBARRETTE D UNE BIOPSIE HEPATIQUE HEMORRAGIQUE

ROLE DU MANIPULATEUR DANS LA GESTION AU SCANNER MULTIBARRETTE D UNE BIOPSIE HEPATIQUE HEMORRAGIQUE ROLE DU MANIPULATEUR DANS LA GESTION AU SCANNER MULTIBARRETTE D UNE BIOPSIE HEPATIQUE HEMORRAGIQUE JM GAILLOCHON R BIANC, D ROSITANO, S CIPPOLINI PY MARCY Centre A Lacassagne NICE JFR 2004 Le rôle du Manipulateur

Plus en détail

Intérêt de l analgésie péridurale continue dans la prise en charge de la douleur postopératoire en chirurgie gynécologique lourde

Intérêt de l analgésie péridurale continue dans la prise en charge de la douleur postopératoire en chirurgie gynécologique lourde Intérêt de l analgésie péridurale continue dans la prise en charge de la douleur postopératoire en chirurgie gynécologique lourde FC Rahmoune, H. Hadidji (*),S. Mezhoud, et M.Ouchtati Service d anesthésie

Plus en détail

Les blocs tronculaires superficiels de la face

Les blocs tronculaires superficiels de la face Diapositive 1 Les blocs tronculaires superficiels de la face Declerck Nicolas Praticien hospitalier CHRU Lille Hôpital Roger Salengro Diapositive 2 Introduction La prise en charge en urgence des plaies

Plus en détail

Traitement chirurgical moins invasif des hernies discales lombaires

Traitement chirurgical moins invasif des hernies discales lombaires Traitement chirurgical moins invasif des hernies discales lombaires Etude comparative entre la technique conventionnelle et une technique utilisant un système tubulaire de rétraction musculaire (communication

Plus en détail

Place de l imagerie dans les fractures de la Pars inter Articularis du sujet jeune

Place de l imagerie dans les fractures de la Pars inter Articularis du sujet jeune Place de l imagerie dans les fractures de la Pars inter Articularis du sujet jeune Ronan Juglard, Eric Stéphant, Hélène Paoletti, Benoit Talarmin, Antoine Rimbot, Charles Arteaga. Hôpital d Instruction

Plus en détail

IMAGERIE IRM SOUS CHARGE AXIALE DANS L EVALUATION DES KYSTES SYNOVIAUX LOMBAIRES DITS INNOCENTS

IMAGERIE IRM SOUS CHARGE AXIALE DANS L EVALUATION DES KYSTES SYNOVIAUX LOMBAIRES DITS INNOCENTS IMAGERIE IRM SOUS CHARGE AXIALE DANS L EVALUATION DES KYSTES SYNOVIAUX LOMBAIRES DITS INNOCENTS JG. FERNANDES, TS. NOGUEIRA, A. SILVA, MA. PORTO, LC. FRANCA, JC. SCHWAMBACH, JS. LEAL INSTITUTO DE PATOLOGIA

Plus en détail

Item n 215 : Rachialgies

Item n 215 : Rachialgies Généralité Interrogatoire Item n 215 : Rachialgies ATCD : cancer, tuberculose,... Caractéristique de la douleur : Siège et irradiation (radiculalgie) Horaire : inflammatoire ou mécanique Intensité : EVA

Plus en détail

APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX. Bordeaux-France

APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX. Bordeaux-France APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX M Chaker,, F Basseau,, V Pérot, A Cimpean, S Ferron,, J-L J Pariente,, N Grenier Bordeaux-France INTRODUCTION L Angiomyolipome rénal

Plus en détail

Les Prothèses Discales Lombaires

Les Prothèses Discales Lombaires Les Prothèses Discales Lombaires 31 èmes Journées Nationales d Etude et de Perfectionnement 16 mai 2014 Service de Neurochirurgie CHU DIJON Prothèses lombaires Expérience du service Premières poses en

Plus en détail

Rééducation des lombalgies et lombo-radiculalgies chroniques. Xavier Dufour

Rééducation des lombalgies et lombo-radiculalgies chroniques. Xavier Dufour Rééducation des lombalgies et lombo-radiculalgies chroniques Xavier Dufour Douleur des lombes Lombalgie Sciatalgie ou cruralgie Symptôme IL FAUT DÉTERMINER LA CAUSE POUR PROPOSER LE TRAITEMENT 1- Etiologie

Plus en détail

Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas

Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas A. Benzemrane, N.Diaf, K.Hachelaf, Y.Guidoum, A.Mekhaldi Service «COB» EHS de Douéra Objectif de l étude Evaluation de l efficacité

Plus en détail

PERCUTANÉE CERVICALE AUTOMATISÉE AUTOMATED CERVICAL DISCECTOMY

PERCUTANÉE CERVICALE AUTOMATISÉE AUTOMATED CERVICAL DISCECTOMY Rachis 1992, vol. 4, no2 pp. 93-105 ARTICLE ORIGINAL NUCLÉOTOMIE PERCUTANÉE CERVICALE AUTOMATISÉE PERCUTANEOUS AUTOMATED CERVICAL DISCECTOMY J. THERON*, H. HUET*, F. COURTHEOUX** " Service de Neuroradiologie

Plus en détail

L OXYGÉNODÉPENDANCE EN POSTOPÉRATOIRE

L OXYGÉNODÉPENDANCE EN POSTOPÉRATOIRE L OXYGÉNODÉPENDANCE EN POSTOPÉRATOIRE DE LOBECTOMIE PULMONAIRE ÉTUDE PRÉLIMINAIRE Boujibar Fairuz, JRKR 2014 CAS DE M.B (1)! Lobectomie supérieure gauche! Bilan préopératoire: - Tabac 100 PA sevré depuis

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES LOMBALGIES ET LOMBOSCIATIQUES COMMUNES DE MOINS DE TROIS MOIS D EVOLUTION

PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES LOMBALGIES ET LOMBOSCIATIQUES COMMUNES DE MOINS DE TROIS MOIS D EVOLUTION PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DES LOMBALGIES ET LOMBOSCIATIQUES COMMUNES DE MOINS DE TROIS MOIS D EVOLUTION TEXTE DES RECOMMANDATIONS ANAES FEVRIER 2000 La lombalgie est une douleur de

Plus en détail

Infiltration foraminale L5-S1 radioguidée dans le traitement de la lombosciatique S1

Infiltration foraminale L5-S1 radioguidée dans le traitement de la lombosciatique S1 :1937-41 Éditions Françaises de Radiologie, Paris, 2004 article original ostéo-articulaire Infiltration foraminale L5-S1 radioguidée dans le traitement JL Michel (1), S Lemaire (1), H Bourbon (2), C Reynier

Plus en détail

Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa

Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa Prise en charge médicale de la lombalgie commune chronique recommandations ANAES 2000 ET HAS 2005 Dr RAKOTONIRAINY Oliva Henintsoa 1 Plan Introduction Epidémiologie Evaluation initiale Stratégie thérapeutique

Plus en détail

TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83

TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83 TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83 Maleville M, Vergne M, Greva P, Lambert R, Dubois O, Arzalier JJ SAMU 83 Toulon Journées médicales et infirmières du Collège PACA de médecine d Urgence Marseille,

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement de la douleur pancréatique. Dr Sara MESSAOUDI EPH ILLIZI Algérie

Place de la chirurgie dans le traitement de la douleur pancréatique. Dr Sara MESSAOUDI EPH ILLIZI Algérie Place de la chirurgie dans le traitement de la douleur pancréatique Dr Sara MESSAOUDI EPH ILLIZI Algérie La douleur: sensation désagréable ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un

Plus en détail

LE LASER HOLMIUM YAG DANS LA CHIRURGIE ENDOSCOPIQUE DU RACHIS THE USE OF HOLMIUM YAG LASER IN THE ENDOSCOPIC SPINE SURGERY

LE LASER HOLMIUM YAG DANS LA CHIRURGIE ENDOSCOPIQUE DU RACHIS THE USE OF HOLMIUM YAG LASER IN THE ENDOSCOPIC SPINE SURGERY Article original LE LASER HOLMIUM YAG DANS LA CHIRURGIE ENDOSCOPIQUE DU RACHIS DOSSIER THE USE OF HOLMIUM YAG LASER IN THE ENDOSCOPIC SPINE SURGERY D. Gastambide Centre Tourville, Paris. du laser Holmium

Plus en détail