Imagerie interventionnelle en pathologie ostéo-articulaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imagerie interventionnelle en pathologie ostéo-articulaire"

Transcription

1 Imagerie interventionnelle en pathologie ostéo-articulaire B. Daenen CHC Liège

2 Préalables Prise en charge protocolée Information au patient Interrogatoire du patient Indication du geste Absence de contre-indication Adaptation éventuelle du traitement En collaboration avec le clinicien

3 Information au patient Peut prendre différentes formes Fiche d information lors de la prise du rendezvous Information donnée avant le geste Consultation préalable Consentement éclairé

4 Traitement anti-coagulantou anti-agrégant Anticoagulants Ponction périphérique possible si INR < 3 Ponction profonde : arrêt des ACO 5 J avant, relais par HBPM 2x/J à J-3, arrêt 12 à 24 h avant, vérifier INR (< 1,5) Pradaxaet Xarelto: arrêt 36 h avant (4 J si IRC)

5 Traitement anti-coagulantou anti-agrégant Anti-agrégants Aspirine : inhibition des fonctions plaquettaires Irréversible Seules les plaquettes renouvelées sont actives Elles se renouvellent au rythme de 10 %/ jour Il faut au moins plaquettes actives

6 Anti-agrégants Leur arrêt est dangereux Mortalité et risque d infarctus X5 Risque d AVC x3 Aspirine ou Plavix: risque hémorragique de 20 % Aspirine + Plavix: risque hémorragique de 50 %

7 Anti-agrégants Evaluer le risque Patients à haut risque : on diffère le geste < 3 m après infarctus < 3 m après stentnon actif < 12 m après stentactif Patients à faible risque : stop Plavix5 J avant, garder l aspirine (100 mg/j) Prévention primaire : stop aspirine 5 J avant

8 Information et Interrogatoire Vérifier que l indication est bien posée Expliquer le déroulement du geste Pour les infiltrations, prévoir un repos de 48 h Prévenir des complications potentielles

9 Complications potentielles Varient en fonction du geste réalisé Générales Infection : rare (1/77300) Douleurs dans les premiers jours Malaise vagal

10 Asepsie Recommandé : détersion, séchage, antisepsie Bonnet et masque, tablier, gants stériles Lavage chirurgical des mains (lavage au savon doux, séchage, hydroalcoolisation) Doit être maximale et systématique

11 Gestes réalisés Arthro-CT et Arthro-IRM Infiltrations articulaires et péritendineuses Ponction de kystes, trituration de calcification, traitement des tendinopathies Infiltrations rachidiennes Biopsies Vertébroplastie Traitement des métastases osseuses Traitement de l ostéome ostéoïde Nucléotomie percutanée

12 Infiltrations articulaires, péritendineusesou des membres

13 Agents infiltrés Anesthésiques locaux Dérivés cortisonés Viscosupplémentation

14 Agents infiltrés Anesthésiques locaux Bloc test Produits utilisés Lidocaïne (Xylocaïne) : meilleur index thérapeutique, courte durée d action (3 h), peu d effets systémiques Buvipacaïne (marcaïne) : plus toxique, action plus puissante et plus prolongée (4 à 6 heures). A éviter en cas de cardiopathie avec trouble de conduction ou d excitabilité ou en cas de prise d inhibiteur calcique ou de B-bloquants Levobuvipacaïne (chirocaïne) : idem

15 Agents infiltrés Anesthésiques locaux Accidents et incidents Réactions allergiques En cas d injection intravasculaire : passage de la BHE et risque de convulsion Accidents cardiaques (surtout bupivacaïne) : bradycardies, bloc AV, FV

16 Corticoïdes Agents infiltrés Risque infectieux : latence de 24 à 72 heures Réaction douloureuse immédiate Réaction inflammatoire plus tardive : précipitation de microcristaux Arthrite à microcristaux (dans les 12 heures) Effet atrophiant sur la peau, les tissus sous-cutanés, les tendons, dépigmentation Réactions allergiques rares Flush aux corticoïdes (48 heures) Hypertension artérielle + 5 mm Hg pendant 2 sem Déséquilibre d un éventuel diabète pendant 10 jours

17 Dérivés cortisonés Méthylprednisolone(Depo-médrol) Béthaméhasone(Diprophos) Hexatrione(Albicort) En Belgique, l administration épidurale n est pas reprise dans les indications Albicort: réservé aux arthrites inflammatoires

18 Choix de la méthode de guidage Fluoroscopie Tomodensitométrie Echographie IRM : appareillage et matériel spécialisé

19 Fluoroscopie Rapidité Disponibilité 2D (intégration de l espace) Temps réel Précision balistique moindre

20 Tomodensitométrie Précision balistique Scopie réelle ou non Irradiation Disponibilité

21 Echographie De plus en plus fréquente Guidage en temps réel Non irradiant (ALARA) Pas de produit de contraste iodé Asepsie rigoureuse Connaissance des indications Echographie diagnostique Respect des voies d abord

22 Infiltrations sous guidage échographique Imprécision relative des infiltrations non guidées (gléno-huméral 50 %) Eviter les complications Visualisation de l aiguille sur tout son trajet Éviter vx, nerfs, tendons Effets délétères de l injection de dérivés cortisonés en intratendineux

23 Infiltrations sous guidage échographique Temps diagnostique et d information au patient ( 1 ou 2 temps) Déroulement du geste Pas de garantie de résultat Repos de 48 h Complications

24

25 Préparation de la peau

26 Préparation de la peau Recommandations françaises

27 Préparation de la peau Pas de rasage Désinfection à l isobetadineou à la chlorhexidine Au moins deux passages Dernier passage par le radiologue

28 Asepsie du médecin et de la sonde Nettoyage de la sonde Gel stérile : rester à distance du gel et de la sonde Kits pour couverture de la sonde

29 Technique de ponction

30 Critères de réussite Apparition de liquide ou d air dans la cavité à injecter (mouvements browniens)

31 Membre supérieur : épaule Acromio-claviculaire : abord sagital d avant en arrière BSAD : membre en rotation interne

32 Coude Epicondyliens En superficie du tendon Nerf ulnaire : voie axiale Branche profonde du nerf radial : voie axiale Nerfs : s en approcher mais rester à distance

33 Poignet Ténosynovite de De Quervain Compartiment unique ou double Poignet en flexion ulnaire Abord axial dorsal : éviter la brsens du n radial Canal carpien Poignet en légère extension Repérage axial, abord ulnaire ou radial

34 Poignet Kystes : aspiration / infiltration Rhizarthrose: abord palmaire dans l axe du 2 ème méta

35 Main Doigt à ressaut Kystes des poulies Ténosynovites

36 Membre inférieur : hanche Tendons glutéauxet bursite péritrochantérienne Décubitus latéral Coussin sous la jambe Extension Abord transversal antérieur ou postérieur

37 Hanche Ilio-psoas : abord axial latéral Evacuation de collection de Morel Lavallée

38 Genou Kyste poplité Tendinopathieet bursopathieautour du genou Kyste méniscal ou mucoïde

39 Mollet Evacuation d une collection suite à une désinsertion musculo-aponévrotique du gastrocnémien médial Quand : dès qu on peut (J0 à J15) Toutes les collections importantes Compression indispensable

40 Cheville et Pied Ténosynovites Aponévrose plantaire : abord médial Avant-pied : Morton (voie sagdorsale ascendante)

41 Voie fluoroscopique Gléno-humérale Coude Genou Hanche Tibio-tarsienne

42 EPAULE Omarthrose Rupture de coiffe Capsulite rétractile

43

44

45

46 Ponction lavage des calcifications Contrôle scopique ou échographique Bonne anesthésie de la BSAD Ponctionner la calcification et essayer de l aspirer Infiltration cortisonée

47 INDICATIONS Épaule hyperalgique bloquée Épaule rebelle nocturne Grosse calcification:conflit Épaule chronique récidivante au moindre effort

48 TECHNIQUE Mise en place de deux aiguilles 18 G Essai de fragmentation ou perforation de la calcification (PL 22G) Le passage est douloureux et on sent un crissement qui prouve la bonne position de l aiguille. On injecte de la xylocaïne pdt toute la procédure et on a parfois la chance de ré-aspirer du matériel calcique. A la fin on injecte dans la calcification une ampoule de dépo-médrol (parfois dans la bourse ou dans l articulation)

49 TECHNIQUE

50 RESULTATS

51 ASPIRATION

52 Contrôle échographique Calcification peu atténuante (type III) Technique identique

53 Infiltrations sous contrôle CT

54 Infiltrations sous contrôle TDM Articulations «compliquées» anatomiquement Sous-talienne Sacro-iliaques Articulaires postérieures au niveau rachidien

55 INFILTRATIONS SACRO- ILIAQUES Pelvispondylite rhumatismale Amélioration nette dans 80% des cas à un mois et 70% des cas à un an

56 Infiltrations sous contrôle TDM Infiltrations rachidiennes dans le cadre des lombalgies et radiculalgies Articulaires postérieures Infiltrations radiculaires (foraminales et épidurales)

57 Articulaires postérieures Origine des douleurs : kyste ou diverticule : vraie sciatique Syndrome facettaire: pseudosciatiquepar réaction inflammatoire adjacente à la racine

58 ARTICULAIRES POST. LOMBAIRES CRITERES La sélection des patients est le facteur le plus important : 4 critères majeurs (critères de Cochin) Lombalgies associées à des douleurs de l aine ou de la cuisse Douleur paraspinale bien localisée Reproduction de la douleur à l hyperextension-rotation du côté douloureux Arthrose zygapophysaire radiologique SPECT-CT Age > 65 ans, diminution des douleurs en décubitus, pas d augmentation des douleurs au Valsalva

59

60 Infiltrations foraminaleset épidurales Gestion de la douleur Toujours après consultation préalable Toujours chez un patient averti Toujours disposer d un examen CT ou IRM Vérifier l indication Ne pas hésiter à réfuter ou à explorer

61

62 Infiltrations périradiculaires et épidurales Traitement des radiculalgies d origine discale (sans déficit) résistantes au traitement conservateur Bonne évolution spontanée dans la plupart des cas Accélère l évolution et améliore le confort du patient Evite la mémorisation centrale de la douleur 76 % des infiltrations extraforaminales et 69 % des épidurales ont de bons résultats à court terme

63 Revue de 2012 Efficacité à court terme des infiltrations lombaires : 86 % à 6 semaines Délai et durée de l effet antalgique variable selon la balistique et le produit utilisé Efficacité : foraminales > épidurales Association foraminale/épidurale

64 INFILTRATIONS PERIRADICULAIRES

65 Technique Patient en procubitus, délordosé Aiguille à PL de 22 G (biseau) Examen de repérage Balistique Désinfection Mise en place de l aiguille Vérification de sa position (contraste)

66

67

68

69

70 Complications Liées à la mise en place de l aiguille (les plus fréquentes) Lipothymie Malaise vagal Syndrome post ponction lombaire Hématome intra-canalaire Infection Blessure radiculaire

71 Complications liées à l injection du corticoïde Paraplégie ou tétraplégie Traumatisme ou embolisation de l artère radiculo-médullaire, avec ischémie dans le territoire de l artère spinale antérieure Au total : 29 décrits (2011) Lombaire : 12 (10 foraminales, 1 interlamaire, 1 articulaire postérieure) Chirurgie antérieure dans 8 cas Tendance des particules des dérivés cortisonésà former des agrégats

72 Complications liées à l injection Effets endocrines (PA, diabète) du corticoïde Injection intra-thécale: méningite chimique, thrombophlébite encéphalique Allergiques Exacerbation transitoire des douleurs Effets sur le SNC: décompensation psy Accidents vasculaires veineux (syndrome de Tachon) : sensation d oppression thoracique ou dorso-lombaire intense mais transitoire Granulome calcifié

73 Complications neurologiques graves Artères radiculo-médullaires : grande variabilité anatomique Cervical : nombreuses anastomoses

74

75 Complications neurologiques graves Au niveau lombaire AK : majde T9 à L2 15 % de T5-T8 10% de L1 à L2 1,4 % en L3 0,2 % en L4-L5

76 Foramen cervical Oblique vers l avant Pas de zone safe

77 Foramen cervical Position recommandée de l aiguille : plus vraiment en intra-foraminalmais en position latérale externe Alternative : articulaire postérieure avec rupture épidurale Contraste!!!!!!

78 Infiltration cervicale

79 Infiltration cervicale

80

81 Foraminale cervicale

82 Foramen lombaire Racine sous-pédiculaire Variabilité vasculaire

83 En résumé Polémiques sur l efficacité Accidents neurologiques graves AFFSAPS : synthèse en mars 2011, qui reste relativement favorable à ces gestes

84 NCB et radiculalgies évoluant depuis plusieurs mois, malgré un traitement médical bien conduit, chez un patient averti Facteurs de risques des accidents neurologiques Rachis opéré : éviter le niveau opéré Voie foraminale: position plus à distance, contraste

85 SYNDROMES CANALAIRES Manifestation clinique sensitive ou motrice lié à un conflit mécanique d un nerf périphérique. Sites vulnérables - canal fibreux - canal ostéo-fibreux Syndrome du canal d Alcock Syndrome du canal sous pyramidal

86 SYNDROME D ALCOCK Nerf honteux interne comprimé dans la fosse ischio-rectale Dédoublement de l aponévrose de l obturateur interne Algies périnéales Cyclistes, femmes âgées

87 SYNDROME DU PIRIFORME Entre le bord inférieur du pyramidal et le bord supérieur du petit ligt. sacro-sciatique Post chirurgie bassin

88 Syndrome du piriforme Compression du nerf sciatique Aggravation en position assise et en flexion de la hanche Imagerie non contributive Alternative : botox dans le muscle

89 Autres syndromes canalaires Nerf fémoro-cutané Sous ou au travers du ligament inguinal à 1 cm sous l épine iliaque antérosupérieure Méralgie paresthésique de Roth : région antéro-latérale de la cuisse jusqu au genou

90 Biopsies osseuses Indications Suspicion de lésion secondaire ++++ Suspicion de tumeur primitive Pour différencier tumeur/infection Pour différencier tassement bénin/malin

91 Biopsies osseuses Contre-indications Pas de CI absolue Troubles majeurs de l hémostase Thrombopénie (< plaquettes) Pas d intérêt pour le traitement Site inaccessible (C1)

92 Biopsies osseuses Indication posée par une équipe pluri-disciplinaire Etude du dossier avant le geste Biopsier de préférence les lésions lytiques Importance de l abord (unicompartimental) Hôpital de jour Voie veineuse (antalgique) et anxiolytique SN

93 Biopsies osseuses Le plus souvent sous contrôle TDM Bonne anesthésie du périoste Biopsie en périphérie de la lésion

94

95

96

97 Vertébroplastie Injection sous contrôle scopiqueou tomodensitométrique de ciment acrylique dans un corps vertébral pathologique Utilisée dans les fractures traumatiques stables, les fractures ostéoporotiques, les fractures métastatiques ou myélomateuses, les angiomes vertébraux agressifs

98 Efficacité But premier : antalgique Discuté récemment mais études limitées : critères d inclusion inadéquats (pas uniquement des fractures récentes) Importance d une IRM récente 3 nouvelles études démontrent une réduction significative de la douleur et une amélioration de la qualité de vie

99 Complications Extravasation de ciment Très fréquentes Le plus souvent asymptomatiques Atteinte radiculaire ou médullaire (2 à 3 %) Importance de la voie d abord (pédiculaire) Maîtrise de la courbe de viscosité du ciment

100 Complications Nouvelle fracture de la vertèbre cimentée Rare (0,56%) Présence d une collection liquidienne intravertébrale sur l IRM pré-opératoiredans 90 % des cas

101 Complications Survenue d une nouvelle fracture vertébrale Adjacente ou non au corps vertébral cimenté Serait lié à une modification des contraintes et à la reprise d une activité physique plus importante 12 à 20 % de nouvelles fractures dans l année Augmentation significative du risque pour la vertèbre adjacente à la vertèbre cimentée Discuté dans les publications plus récentes, car nouvelles fractures aussi avec traitement médical X4 après première fracture

102 Pratiquement Sous contrôle scopique(bi-plan) ou CT + arceau de scopie AG ou sédation Contrôle continu lors de l injection du ciment

103 Fuite veineuse Fuite discale Fuite épidurale symptomatique

104 Fuite veineuse avec embolie pulmonaire Fuite veineuse

105 Traitement percutané des métastases osseuses Radiofréquence Cryothérapie Cimentoplastie: pas d effet carcinologique

106 Cimentoplastie

107 Conclusion Importance du contact patient Travail multidisciplinaire Radiologue «clinicien» Asepsie et technique rigoureuse

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015

RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015 RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Ostéo-Articulaire DES Radiologie Imagerie Médicale Module National - Jeudi 5 Février 2015 Antoine FEYDY Radiologie B Hôpital COCHIN Université Paris Descartes http://www.sfrnet.org/sfr/societe/6-groupes-et-societesspecialises/fri/index.phtml

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Informations sur les infilrations rachidiennes et du bassin

Informations sur les infilrations rachidiennes et du bassin Centre d imagerie Ostéoarticulaire Clinique du Sport Informations sur les infilrations rachidiennes et du bassin Madame, Monsieur, Vous avez prochainement rendez-vous dans notre service pour passer une

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

Conduite à tenir devant un kyste poplité

Conduite à tenir devant un kyste poplité Conduite à tenir devant un kyste poplité Emmanuel Hoppé Service de rhumatologie Journée de FMC du 30.01.2014 Kyste de Baker (XIXè ) Kyste de nature synoviale liquide synovial + synoviocytes Mécanisme Hernie

Plus en détail

Réticence du médecin Ponctions et infiltrations en rhumatologie

Réticence du médecin Ponctions et infiltrations en rhumatologie Réticence du médecin Ponctions et infiltrations en rhumatologie Atelier pratique 2015 Michael Nissen Service de Rhumatologie Peur de faire une erreur technique des effets secondaires Anticoagulation Diabète

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Gestion du risque hémorragique en radiologie interventionnelle musculo-squelettique

Gestion du risque hémorragique en radiologie interventionnelle musculo-squelettique Gestion du risque hémorragique en radiologie interventionnelle musculo-squelettique Thibaut DELCHAMBRE 1, Vincent DUCOULOMBIER 2, Jean-François BUDZIK 1 Service d imagerie Médicale (1), service de Rhumatologie

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Conduite à tenir devant une épaule douloureuse (306a) Professeur Philippe GAUDIN, Docteur Laurence PITTET-BARBIER Juillet 2003 (Mise à jour juillet 2005) Pré-Requis : Anatomie fonctionnelle de l épaule

Plus en détail

PLAN INTRODUCTION L ÉCHOGRAPHIE COMME OUTIL DIAGNOSTIC: ÉPAULE ET HANCHE. Introduction. Avantages et limites de l échographie Démonstration sujet sain

PLAN INTRODUCTION L ÉCHOGRAPHIE COMME OUTIL DIAGNOSTIC: ÉPAULE ET HANCHE. Introduction. Avantages et limites de l échographie Démonstration sujet sain L ÉCHOGRAPHIE COMME OUTIL DIAGNOSTIC: ÉPAULE ET HANCHE Martin Lamontagne, physiatre CHUM, HÔPITAL NOTRE-DAME et CLINIQUE DE PHYSIATRIE ET MÉDECINE DU SPORT DE MONTRÉAL Introduction PLAN Avantages et limites

Plus en détail

DIPLOME D UNIVERSITE 2011 2012

DIPLOME D UNIVERSITE 2011 2012 UFR MEDECINE MONTPELLIER-NIMES Scolarité 3 ème cycle Bureau des DU/DIU 2, rue Ecole de Médecine CS 59001 34060 Montpellier Cedex 2 Quel que soit le document, prière de transmettre : PAR COURRIER : un dossier

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec

Contenu de formation kinésithérapie Collège des Masso-Kinésithérapeutes du Québec 1. Système Crânio-sacrée 1.1 Théorie 1.2 Structure et anatomie 1.3 Mouvement du MRP 1.4 Phase du MRP 1.5 Rôle du MRP 1.6 Perturbation du MRP 1.7 Cause 1.8 Traitement clinique 1.9 Bio-mécanique Contenu

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

La maladie discale lombalgie et radiculalgie. Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset

La maladie discale lombalgie et radiculalgie. Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset La maladie discale lombalgie et radiculalgie Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset Invitation téléphonique du Dr Benoit COURSIMAULT Dr Benoit COURSIMAULT Chir. Orthopédique Haguenau

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011

CAS CLINIQUE n 1. CAS CLINIQUE n 1 EXAMEN CLINIQUE. CAS CLINIQUE n 1 ANAMNESE 22/06/2011 T. Sacroug L. Brulhart D. Nguyen Lombalgie, syndrome radiculaire: quelle imagerie pour qui et à quel moment? Patient de 67 ans En vacances à Genève, retour à Moscou prévu 15 jours après notre 1 ère consultation.

Plus en détail

COMPRESSION MEDULLAIRE

COMPRESSION MEDULLAIRE COMPRESSION MEDULLAIRE I - Les causes EXTRADURALES : RACHIDIENNES et EPIDURALES - Les TUMEURS OSSEUSES : surtout les METASTASES (sein, prostate, poumon, rein, thydoïde, organes génitaux, tube digestif,

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

Syndromes Canalaires du Bassin

Syndromes Canalaires du Bassin Syndromes Canalaires du Bassin Philippe MEYER Pascal Huot Maryse Moinard- Marie-Hélène Moreau-Durieux Gérald Paris Eric Pelé - Lionel Pesquer Alain Silvestre CAFCIM 29 septembre 2012 Syndrome du Piriforme

Plus en détail

Atelier d infiltration. Guylaine Arsenault, M.D., F.R.C.P.C, Service de rhumatologie Université de Sherbrooke

Atelier d infiltration. Guylaine Arsenault, M.D., F.R.C.P.C, Service de rhumatologie Université de Sherbrooke Atelier d infiltration Guylaine Arsenault, M.D., F.R.C.P.C, Service de rhumatologie Université de Sherbrooke Plan Généralités sur la ponction articulaire Contre-indications Complications Matériel Corticoïdes

Plus en détail

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE INTRODUCTION Hernie discale : débord disque Membre inférieur: Sciatique Cruralgie Membre supérieur Névralgie cervico-brachiale (NCB) RAPPELS ANATOMIQUES L5 Racine S1 S1 PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME»

INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» INJECTIONS PERIDURALES THERAPEUTIQUES PAR LE HIATUS COCCYGIEN APRES SYNDROME D ECHEC POST CHIRURGICAL «FAILED BACK SURGERY SYNDROME» E. GOZLAN, Paris Congrès GIEDA, Bruxelles- déc. 2008 En cas de résultat

Plus en détail

Infiltrations et petit interventionnel ostéo-articulaire- Pourquoi? Comment?

Infiltrations et petit interventionnel ostéo-articulaire- Pourquoi? Comment? Infiltrations et petit interventionnel ostéo-articulaire- Pourquoi? Comment? A SOBOTKA, C MUTSCHLER, V VUILLEMIN-BODAGHI, V BRUN, G FRIJA Hôpital Européen Georges Pompidou Paris JFR 2005 15-19 octobre

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007

LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents. J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 LOMBOSCIATIQUES 130 cas récents J.R. ALLIEZ,, N.HILAL, C. BALAN B.ALLIEZ C.H.U. Nord Neurochirurgie Marseille Mars 2007 Définition Lombo : Syndrome rachidien Sciatique : Syndrome radiculaire Chronique

Plus en détail

PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Professeur J.F. Kempf, CCOM Avenue Baumann 67400 ILLKIRCH

PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Professeur J.F. Kempf, CCOM Avenue Baumann 67400 ILLKIRCH PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Professeur J.F. Kempf, CCOM Avenue Baumann 67400 ILLKIRCH I. L EXAMEN CLINIQUE PROGRAMMÉ DE L ÉPAULE L inspection Elle recherchera une déformation du moignon de l

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Les Bougainvilliers 9 allée Lazare Sauvaigo 98000 Monaco Tél. : +377 97 77 89 60 www.imagein.pro

Les Bougainvilliers 9 allée Lazare Sauvaigo 98000 Monaco Tél. : +377 97 77 89 60 www.imagein.pro Vous allez avoir une infiltration SOUS RAYONS X (TDM OU RADIOGRAPHIE) DE CORTISONE Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement.

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 MODALITÉS D'IMAGERIE UTILISÉES PARTIE 2 RACHIS

SOMMAIRE PARTIE 1 MODALITÉS D'IMAGERIE UTILISÉES PARTIE 2 RACHIS SOMMAIRE PARTIE 1 MODALITÉS D'IMAGERIE UTILISÉES 1 Radiographie... 3 2 Fluoroscopie... 7 3 Échographie... 9 4 Médecine nucléaire et tomographie par émission de positons... 11 5 Tomodensitométrie...15 6

Plus en détail

PRINCIPES DE TRAITEMENT. Traitement médical

PRINCIPES DE TRAITEMENT. Traitement médical PRINCIPES DE TRAITEMENT Traitement médical ARGUMENTS EN FAVEUR DU T FONCTIONNEL. fréquence des lésions de la CDR lors des dissections cadavériques varie de 5 à 50% et augmente avec l age. Etude IRM: ep

Plus en détail

Pathologies responsables de douleurs du membre inférieur lors de la pratique sportive. De la clinique à l imagerie. Dr Caroline Dubois

Pathologies responsables de douleurs du membre inférieur lors de la pratique sportive. De la clinique à l imagerie. Dr Caroline Dubois Pathologies responsables de douleurs du membre inférieur lors de la pratique sportive De la clinique à l imagerie Dr Elodie Gailledrat Dr Caroline Dubois Dr Béatrice Villemur Mme S. 17ans Douleurs des

Plus en détail

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL

SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL SYNDROME DE LA QUEUE DE CHEVAL Minimum requis pour l examen : Question Internat 227 : Syndrome de la queue de cheval : diagnostic Objectifs de la Société Française de Neurologie (à titre d exemple des

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien

CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI. Institut Du Rachis Parisien CANAL LOMBAIRE ÉTROIT ET RÉTRECI Institut Du Rachis Parisien SÉMANTIQUE canal lombaire étroit état / congénital canal rétréci / sténose canalaire évolution acquise / dégénératif NB : rétrécissement peu

Plus en détail

Survenue aigüe Peut évoluer par étapes Douleur latérale ou fessière Reproduite par le mouvement nocif Testing des rotateurs

Survenue aigüe Peut évoluer par étapes Douleur latérale ou fessière Reproduite par le mouvement nocif Testing des rotateurs Lésions musculaires des Membres inférieurs, fréquentes Rôle du sport 46 ème Congrès de Médecine Manuelle-Ostéopathie Ploërmel, 15 Octobre 2011. Dr Th. CHARLAND M inférieurs : Quadriceps, Droit fémoral,

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Echographie de l épaule

Echographie de l épaule Echographie de l épaule GH JL Brasseur Pitié-Salpêtrière Journées de Bichat; l épaule du sportif Paris 12 Mars 2015 But d une imagerie de l épaule Prévalence +++ des images anormales asymptomatiques rupture

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE COMMUNE Symptomatique Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci - Inf - Tumorale Clinique - Mono-radiculaire = L5 ou S1 - Mécanique - Lombalgies

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

KYSTES MUCOIDES. CHU de Dijon

KYSTES MUCOIDES. CHU de Dijon KYSTES MUCOIDES CHU de Dijon CAS CLINIQUE N 1 OBSERVATION Homme de 39 ans Consulte pour douleur de l é l épaule apparue progressivement depuis 2 ans Gène à l abduction abduction rotation externe A A l

Plus en détail

«Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur

«Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur «Red Flags» Pour les conseils en pharmacie concernant l appareil locomoteur Dr. Jean-Dominique Lavanchy méd. gén. FMH, méd. manuelle SAMM Médecin formateur ForOmNv et en médecine manuelle 1462 Yvonand

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE D. VAN LINTHOUDT La Chaux-de-Fonds Lausanne, le 19.11.2004 SYNDROMES DOULOUREUX PAR SURCHARGE DU MEMBRE SUPERIEUR épaule

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence Hervé COLLADO Centre Phocéa Pôle de l appareil locomoteur St Marguerite Pôle de MPR et de Médecine du Sport AP-H Marseille DESC Médecine du Sport Diplômé

Plus en détail

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un

Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un 1 Centre Hospitalier du Grand Hornu-Frameries La hernie discale Un peu d'anatomie pour comprendre. Entre chacune des vertèbres se trouve un disque ; ce disque est constitué d'un anneau fibreux, contenant

Plus en détail

Thérapie par Ondes de Choc

Thérapie par Ondes de Choc V 0 0 6 A S 2 0 1 3 / 0 9 / 1 3 Thérapie par Ondes de Choc BTL ENCYCLOPEDIE THERAPEUTIQUE V 1 1 1 A S 2 0 1 3 / 0 9 / 1 3 1 achillodynie... 3 2 arthrose du genou... 4 3 blessure musculaire... 6 4 calcification

Plus en détail

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum Patient de 30 ans, sportif de haut niveau, marathonien. Présente des épisodes répétés de douleurs du mollet droit, survenant environ après une demie heure de course. Une échographie hauterésolution de

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE. Dr Muracciole Paul

LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE. Dr Muracciole Paul LESIONS MICROTRAUMATIQUES DE L APPAREIL LOCOMOTEUR DE L ATHLETE Dr Muracciole Paul ETIO-PATHOGENIE FACTEURS DE RISQUES INTRINSEQUES : INDIVIDU EXTRINSEQUES : ENTRAINEMENT STRUCTURES TOUCHEES OS ARTICULATION

Plus en détail

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE?

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE? Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs?

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une déchirure des tendons au niveau de leur insertion sur l humérus. Il s agit le plus souvent

Plus en détail

LES CAPSULITES RETRACTILES DE l EPAULE Dr. Derdabi Sara DEFINITION La capsulite rétractile (capsulose rétractile ou capsulite adhésive) limitation de toutes les amplitudes passives, sans s arthropathie

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

Prise en charge des douleurs lombo-sacrées

Prise en charge des douleurs lombo-sacrées Prise en charge des douleurs lombo-sacrées Du lumbago au FBSS Mélanie Laverdière Hôtel Dieu de Lévis 2 février 2012 Objectifs Établir les bases d une consultation chez un patient douloureux chronique Déterminer

Plus en détail

Les ruptures de la coiffe des rotateurs Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les ruptures de la coiffe des rotateurs Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Les ruptures de la coiffe des rotateurs Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 anatomie descriptive et fonctionnelle de l épaule imagerie

Plus en détail

1.1.1. Interrogatoire général - 20 1.1.2. Interrogatoire ciblé - 20

1.1.1. Interrogatoire général - 20 1.1.2. Interrogatoire ciblé - 20 TABLE DES MATIÈRES Le mot du doyen...................................................................... 5 Le mot du médecin généraliste...................................................... 7 Remerciements........................................................................

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

4.5. Radiologie ostéoarticulaire

4.5. Radiologie ostéoarticulaire 4.5. Radiologie ostéoarticulaire télécharger ces fiches au format.pdf - rachis cervical (Os1) - rachis thoracique (Os2) - rachis lombo-sacré (Os3) - bassin standard (Os4) - hanche standard face et profil

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO.

CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. CERVICALGIE COMMUNE : Définition, données cliniques, conduite thérapeutique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue Diplômé en MMO. DEFINITION. - Cervicalgie : douleur susceptible d intéresser la région s étendant

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

I N S T I T U T M c K E N Z I E F r a n c e

I N S T I T U T M c K E N Z I E F r a n c e PROGRAMME 1 DETAILLE DE LA FORMATION LONGUE McKENZIE COMPOSEE DES 4 MODULES A, B, C ET D DE 28H CHACUN SUR 4 JOURS SOIT 112 HEURES SUR 16 JOURS AU TOTAL : PROGRAMME 2 DETAILLE DU COURS McKENZIE A : Le

Plus en détail

FENÊTRE II MYALGIES - NÉVRALGIES - SACRALGIES - ARTHROPATHIES - DISCOPATHIES - NÉVRITES

FENÊTRE II MYALGIES - NÉVRALGIES - SACRALGIES - ARTHROPATHIES - DISCOPATHIES - NÉVRITES FENÊTRE II MYALGIES - NÉVRALGIES - SACRALGIES - ARTHROPATHIES - DISCOPATHIES - NÉVRITES Anomalies de l'attitude et de la démarche Arthrite aiguë Arthrite goutteuse Arthrite rhumatoïde (Polyarthrite rhumatoïde)

Plus en détail

Sémiologie de l appareil locomoteur

Sémiologie de l appareil locomoteur Sémiologie de l appareil locomoteur Pr. Claude JEANDEL Service de Médecine Interne et gériatrie Centre de prévention et de traitement des maladies du vieillissement CHU Montpellier INTERROGATOIRE signes

Plus en détail

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Pathologie du pied Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Fracture du calcanéus Anatomie Thalamus Sustentaculum tali Tubérosité Corps

Plus en détail

Item 215 : Rachialgies (Évaluations)

Item 215 : Rachialgies (Évaluations) Item 215 : Rachialgies (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 4 Scénario : Madame D., soixante-huit ans, est lombalgique chronique depuis quinze ans, mais elle

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail