L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants?"

Transcription

1 Promouvoir la santé de la mère et de l enfant Quel rôle pour les hôpitaux? L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? Docteur Christine COLIN Directrice du Centre de Promotion de la santé CHU Sainte-Justine Professeur titulaire de santé publique Université de Montréal 10 ième colloque du RMEF Bordeaux 14 juin 2012

2 Plan de la présentation Introduction 1. La santé publique au Québec 2. La promotion de la santé 3. Les Hôpitaux Promoteurs de la Santé 4. La promotion de la santé dans les hôpitaux universitaires Conclusion

3 INTRODUCTION

4 Répartition des enfants de 7 ans selon la présence ou non de surplus de poids 1 à 4 ans, 6 ans et 7 ans Québec, 2002, 2004, 2005

5 Prévalence de l embonpoint et de l obésité Canada,

6 Source :Bilan des directeurs de la protection de la jeunesse, Les centres jeunesse du Québec, 2009

7 Influence des premières années de vie Référence : Center on the Developping Child, Harvard University,

8 1. La santé publique au Québec

9 Définition québécoise de la santé publique Une définition (1992), toujours actuelle: «L action sur les déterminants de la santé et du bienêtre au niveau de la population et des systèmes qui la régissent»

10 Principaux facteurs de risque La génétique et la biologie Les habitudes de vie et les comportements Les milieux de vie L environnement physique L environnement social et économique L organisation du système de soins et de services de santé.

11 Influence des conditions socio-économiques sur la santé Génétique condition physique Environnement social et économique Source : Colin C, 1989 Santé Bien-être Services de santé et services sociaux Christine Colin MSO janvier 2012 Environnement physique Habitudes de vie compétences

12 Les déterminants L OMS définit les déterminants sociaux de la santé comme «les circonstances dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent, vieillissent ainsi que les systèmes mis en place pour faire face à la maladie» Organisation Mondiale de la Santé, Commission des Déterminants sociaux de la santé. Combler le fossé en une génération : instaurer l équité en agissant sur les déterminants sociaux de la santé, Rapport final, Genève, 2008

13 Le Cadre conceptuel de la santé et de ses déterminants - résultat d une réflexion commune (MSSS, Québec, 2010) Source : MSSS, 2010

14 Contexte québécois de la santé publique Première réforme dans les années 1970 Deuxième réforme 1993 Dernières modifications en 2004 Un réseau de santé publique bien développé : Niveau national Niveau régional Niveau local

15 Le réseau de la santé et des services sociaux au Québec

16 Le réseau de la santé et des services sociaux au Québec

17 Le réseau de la santé et des services sociaux au Québec

18 Le réseau de la santé publique au Québec

19 Le réseau de la santé publique au Québec

20 Fonctions de la santé publique Connaissance et surveillance de l état de santé et de bien-être de la population Protection de la santé Risques biologiques, physiques et chimiques Maladies infectieuses, santé au travail, santé environnementale Prévention des maladies Promotion de la santé et du bien-être Contribution à l organisation et l évaluation des services de santé

21 2. La promotion de la santé

22 En amont des soins Prévention primaire : actions visant à diminuer les facteurs de risques Prévention secondaire : programmes de dépistage

23 Mais Dans les années 1980, on constate : Le peu d efficacité des interventions de prévention centrées uniquement sur les comportements La persistance d écarts importants entre les groupes sociaux Le lien entre les habitudes de vie et l environnement socioéconomique

24 La promotion de la santé La promotion de la santé vient s ajouter à la prévention : «Le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé et d améliorer celleci» Charte d Ottawa et OMS, 1986

25 Promotion de la santé C est bien plus que les changements de comportements ou la promotion de saines habitudes de vie La nécessité d agir sur les conditions de vie et sur les politiques publiques C est le développement de comportements et d environnements favorables à la santé

26 La promotion de la santé Les stratégies en promotion de la santé : Établir des politiques publiques saines Créer des milieux de vie favorables Renforcer l action individuelle Développer les aptitudes personnelles Réorienter les services de santé La participation des individus et des communautés (Charte d Ottawa et OMS)

27 Promotion de la santé Dans une perspective populationnelle En amont des problèmes Approche médicale, comportementale, socio-environnementale et politique Action interdisciplinaire Intervention intersectorielle

28 L éducation thérapeutique L éducation thérapeutique «vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie» (Rapport OMS-Europe, 1996) C est un processus continu d apprentissage et de soutien psychosocial où le patient est acteur de sa santé Elle tient compte de la motivation et des compétences à acquérir Elle fait partie intégrante et de façon permanente de la prise en charge du patient Données probantes sur l efficacité pour l asthme et le diabète de type 1.

29 Éducation thérapeutique Dans une perspective individuelle En aval des problèmes Approche médicale et comportementale

30 3. Les Hôpitaux Promoteurs de la Santé

31 Hôpitaux Promoteurs de la Santé/HPS OMS : Mouvements des Villes en santé, des Écoles en santé, etc. HPS : Mouvement international amorcé par l OMS de 1992 à 1997 Intégrer des activités de promotion de la santé dans la culture organisationnelle et la pratique quotidienne Action tournée vers les usagers, leur famille, le personnel et la communauté Dans une perspective d amélioration continue de la qualité pour : Mieux répondre aux besoins des usagers Diminuer l incidence des maladies chroniques Créer et maintenir un milieu de travail sain pour le personnel (incluant les médecins) Favoriser des comportements respectueux de l environnement Bâtir des communautés en santé

32 Les 5 «normes de qualité» HPS Mettre en place une politique de promotion de la santé Évaluer les besoins des usagers en Promotion de la santé en partenariat avec eux Donner de l information sur les facteurs significatifs pour améliorer la santé Développer un milieu de travail sain Collaborer de façon continue avec les autres établissements et la communauté (complémentarité interdisciplinarité) «Inscrire la promotion de la santé au cœur de l action des intervenants» Réseau québécois des établissements promoteurs de la santé, 2012

33 Développer un milieu de travail sain (norme 4) Relation prouvée entre la santé du personnel, la productivité et la qualité des soins au patient Les programmes de promotion de milieux de travail sains ont des effets positifs : Sur les employés ( réduction de l absentéisme, augmentation de l attraction et de la rétention, amélioration de la productivité, etc.) Sur la qualité des soins offerts Sur la sécurité des patients Possibilité de gains financiers diminution des indemnités et des coûts des assurances)

34 HPS dans le monde En 2011 : 856 établissements dans 40 pays et 26 réseaux nationaux: 173 centres hospitaliers en Italie 39 au Canada dont 33 au Québec incluant le CHU Sainte- Justine et le CHUM 33 en Suisse dont les HUG et le CHUV 15 en France dont les CHU de Nice, Brest, Caen et bientôt Bordeaux?

35 Données probantes Bénéfices : Satisfaction des patients et de leurs proches Satisfaction du personnel Davantage de travail d équipe Amélioration de la qualité des services Image améliorée de l Hôpital Etc. Exigences : Forte implication de la direction Formation du personnel pour faciliter la participation Temps pour implanter la transformation organisationnelle

36 Et les hôpitaux Mère-Enfant? Beaucoup de médecins, d autres professionnels de la santé et de gestionnaires qui travaillent avec les enfants sont préoccupés par la prévention et la promotion de la santé. Le groupe de travail des Hôpitaux pour les enfants et les adolescents promoteurs de la santé a été mis sur pied en 2004, par le bureau de l OMS-Europe à Barcelone (représentants des hôpitaux pour enfants, d instituts de recherche européens et d associations européennes). Parmi les 17 membres, des représentantes de l UCL et de l hôpital de Montréal pour enfants.

37 Les thèmes prioritaires : Hôpitaux pour les enfants et les adolescents promoteurs de la santé Définition d un cadre conceptuel spécifique Promotion du respect des droits des enfants dans les hôpitaux Cartographie et évaluation des pratiques actuelles de promotion de la santé pour les enfants et les adolescents dans les hôpitaux Réalisation d une communauté de pratique.

38 4. La promotion de la santé dans les hôpitaux universitaires mère-enfant

39 Le réseau de la santé publique au Québec

40 L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? Le Québec a dit OUI en 2004 La Direction et le Centre de Promotion de la santé du CHU Sainte-Justine de Montréal

41 Le réseau de la santé publique au Québec

42 Historique de la création de la direction de la promotion de la santé 2002: La prévention et la promotion de la santé deviennent l un des piliers de la mission du CHU Sainte-Justine. 2007: Création de la Direction de promotion de la santé 2010: Inauguration du Centre de promotion de la santé

43 La Promotion de la santé au CHU Sainte-Justine La promotion de la santé est l une des six missions du CHU Sainte-Justine au même titre que les soins, l enseignement, la recherche, l évaluation des technologies et la réadaptation. Nous croyons qu il ne suffit plus de viser l excellence pour les soins des enfants malades, mais qu il faut intervenir pour empêcher la survenue des maladies. Offrir un ensemble d interventions individuelles et collectives et miser sur l enseignement et la recherche, pour faciliter le développement d un environnement favorable à la santé ainsi que l acquisition et le maintien de saines habitudes de vie.

44 Le centre de promotion de la santé du CHU SJ Agir avant la maladie, en prévention et en promotion de la santé Au niveau des individus, des groupes vulnérables et de la communauté Est un laboratoire d enseignement, de recherche et d intervention Au niveau provincial, national et international Pour contribuer à améliorer la santé des jeunes du Québec et de leurs familles

45 Le Centre de promotion de la santé Pour les femmes enceintes, les enfants, les adolescents, et les parents Pour les membres du personnel Pour la communauté En partenariat et concertation, notamment avec le réseau de la santé et celui de santé publique Des collaborations locales, nationales et internationales

46 Centre de la promotion de la santé Directrice Directrice adjointe Portrait de santé et interventions prioritaires Promotion et soutien de l Allaitement maternel Programme de dépistage, prévention et promotion de la santé Établissement promoteur de la santé Mieux-être du personnel du CHUSJ

47 Des exemples de projets La recherche Découvrir, Développer, Devenir (Dr W Fraser) Des capsules d information sur la santé dans les salles d attente La promotion et le soutien de l allaitement maternel En nutrition : des machines distributrices-santé au CHU Le programme CIRCUIT (Dr M Lambert et JL Bigras) en prévention pour les adolescents à risques cardio-vasculaires La prévention du syndrome du bébé secoué En collaboration avec les chefs de pédiatrie, la prévention des traumatismes et des blessures en vélo

48 Exemples de grands projets en développement La mise à jour des besoins de santé des enfants de 0 à 5 ans et le développement de programmes de prévention et de promotion de la santé dans la communauté Le programme Mieux-être du personnel Une politique de promotion de la santé au CHU Sainte-Justine

49 CONCLUSION

50 Des enjeux : L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? L évolution des problèmes de santé Le développement des connaissances L importance de la petite enfance L intervention en amont L approche populationnelle La santé du personnel La qualité des soins Etc

51 Des défis : L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? L éducation thérapeutique partie intégrale de la prise en charge des malades, mais elle ne suffit pas. Penser prévention et promotion de la santé «en amont» pour diminuer la survenue de la maladie Développer et soutenir des environnements, des conditions de vie et des comportements favorables à la santé Souplesse requise : pas de solution unique Changer d attitudes et de culture Transformation organisationnelle Travailler ensemble : interdisciplinarité et intersectorialité Évaluer les résultats.

52 L hôpital universitaire doit-il s inscrire dans des actions de promotion de la santé au bénéfice des mères et des enfants? «La promotion de la santé fait partie intégrante du processus de soins de santé L amélioration de la qualité doit englober les activités de promotion de la santé.» OMS, 2006, Mise en œuvre de la promotion de la santé dans les hôpitaux Pour améliorer la santé des mères et des enfants

53 Je vous remercie de votre attention

Promotion de la santé et travail

Promotion de la santé et travail Promotion de la santé et travail Françoise Jabot, département SHS Laurent Madec, DSET Journées Santé Travail, 21 octobre 2014 1 Points abordés 1. Promotion de la santé - de quoi parle-t-on? 2. Promotion

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ CENTRE DE PROMOTION DE LA SANTÉ DU CHU SAINTE-JUSTINE

PROMOUVOIR LA SANTÉ CENTRE DE PROMOTION DE LA SANTÉ DU CHU SAINTE-JUSTINE LE CENTRE DE PROMOTION DE LA SANTÉ DU CHU SAINTE-JUSTINE Pour nous joindre : Dr Christine Colin, directrice Mme Anik Chatigny, assistante de direction 5757 rue Decelles, Bureau 112 Montréal (Québec) H3S

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE ET SANTE MENTALE

PROMOTION DE LA SANTE ET SANTE MENTALE PROMOTION DE LA SANTE ET SANTE MENTALE JOURNEE TERRITORIALE DE REFLEXION SUR LA SANTÉ SANTE MENTALE : QUE FAIRE AUJOURD HUI? Vendredi 10 mars 2017 PROMOTION DE LA SANTE ET SANTE MENTALE Mme Karyne PIERRE-LOUIS

Plus en détail

LE PERSONNEL INFIRMIER ET QUELQUES

LE PERSONNEL INFIRMIER ET QUELQUES ++ LE PERSONNEL INFIRMIER ET QUELQUES STRATÉGIES DE PROMOTION DE LA SANTÉ «Dans l eau jusqu au cou à combattre les alligators, il est facile d oublier que l objectif initial était de drainer le marais»

Plus en détail

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au PROMOTION DE LA SANTE EN MILIEU DE TRAVAIL «La prévention du diabète» Promouvoir la santé globale des travailleurs au cours de l exercice de la médecine du travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

Santé publique. Déterminants de la santé et Prévention. I. Les Déterminants de la Santé. 1. Déterminants biologiques

Santé publique. Déterminants de la santé et Prévention. I. Les Déterminants de la Santé. 1. Déterminants biologiques Santé publique Déterminants de la santé et Prévention I. Les Déterminants de la Santé Les déterminants de la santé : caractéristiques individuelles ou collectives susceptibles d influer directement ou

Plus en détail

Infirmière (infirmier) clinicienne (clinicien)

Infirmière (infirmier) clinicienne (clinicien) Une référence en intervention dans un contexte interculturel Le regroupe les CLSC de Côte-des-Neiges, Métro et de Parc-Extension ainsi que le Service régional Info-Santé de Montréal. Il est l un des six

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE LA SANTÉ

LES DÉTERMINANTS DE LA SANTÉ Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice versa, si le contexte s y prête. Par ailleurs, l expression infirmière autorisée

Plus en détail

Offre de service Équipe Saines habitudes de vie

Offre de service Équipe Saines habitudes de vie Préambule Le tabagisme, une alimentation inadéquate et la sédentarité représentent les trois premières causes de tous les décès 1. L amélioration des habitudes de vie peut contribuer à diminuer, de façon

Plus en détail

RAPPEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS

RAPPEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS RAPPEL DES CONCEPTS ET DEFINITIONS Promotion de la santé et prévention LA SANTE 1 ère définition: absence de maladie («le silence des organes»), 2ème définition: OMS -1946 «Etat complet de bien-être physique,

Plus en détail

Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail

Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail Politique relative à la prévention, à la promotion et aux pratiques organisationnelles favorisant la santé globale en milieu de travail Approuvée : Modifiée : Conseil d administration (Résolution CA-2011-18)

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

Marie-Agnès Lebreton Directrice du CSPE, Centre de pédiatrie sociale de Côte-des- Neiges Fondation du Dr Julien

Marie-Agnès Lebreton Directrice du CSPE, Centre de pédiatrie sociale de Côte-des- Neiges Fondation du Dr Julien Marie-Agnès Lebreton Directrice du CSPE, Centre de pédiatrie sociale de Côte-des- Neiges Fondation du Dr Julien Conférence «Presser le pas», Montréal 1 er novembre 2010 Tous droits réservés, Fondation

Plus en détail

Atelier 1 : Mise en place d'un continuum intégré en cancérologie

Atelier 1 : Mise en place d'un continuum intégré en cancérologie Atelier 1 : Mise en place d'un continuum intégré en cancérologie Pierre Paul Milette DGA Santé physique et DSM CIUSSS Centre-Sud- de l Île-de-Montréal Suzanne Leroux inf Bsc chef d unité de soins hémato

Plus en détail

Offre de INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Offre de INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Offre de SERVICE INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC En 1998, l Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a été créé suivant l adoption de sa loi constitutive (L.R.Q., chapitre I-13.1.1).

Plus en détail

L importance des déterminants en promotion de la santé

L importance des déterminants en promotion de la santé L importance des déterminants en promotion de la santé Journées régionales d échanges de pratiques PRC 26 novembre 2015 Anne Perrève SSU Fabienne Gelas Aides Auvergne Ludivine Doly Kuchcik Dispensaire

Plus en détail

Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année

Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année 2010-2011 27 avril 2011 PROGRAMME D ENCADREMENT CLINIQUE (PEC) SOMMAIRE MODULES 1, 2 ET 3 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE LA

Plus en détail

I. Le concept Hôpital Promoteur de Santé

I. Le concept Hôpital Promoteur de Santé I. Le concept Hôpital Promoteur de Santé L hôpital occupe une place centrale dans le processus de réforme du système de santé Gros consommateu r de fonds publics I. Le concept Hôpital Promoteur de Santé

Plus en détail

La contribution de l approchel École en santé à la prévention des violences en milieu scolaire

La contribution de l approchel École en santé à la prévention des violences en milieu scolaire La contribution de l approchel École en santé à la prévention des violences en milieu scolaire Présentation au Symposium «Contextes et violences à l él école: quand la recherche côtoie l intervention»

Plus en détail

Quelle place pour l éducation pour la. santé à l École?

Quelle place pour l éducation pour la. santé à l École? Déroulé de la journée 8h- 8h15 : Installation 8h15-9h00 : Accueil 9h00-9h20 : Intervention n 1 : Quelle place pour l éducation pour la santé à l école? 9h20-9h40 : Intervention n 2 : État de santé des

Plus en détail

Responsabilité populationnelle au Québec : l impulsion nationale, le soutien régional, la mise en œuvre locale

Responsabilité populationnelle au Québec : l impulsion nationale, le soutien régional, la mise en œuvre locale Responsabilité populationnelle au Québec : l impulsion nationale, le soutien régional, la mise en œuvre locale Martine Couture Présidente-directrice générale PLAN Définition de la responsabilité

Plus en détail

Maladies chroniques : abordezvous les déterminants sociaux de la santé?

Maladies chroniques : abordezvous les déterminants sociaux de la santé? Série de webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Maladies chroniques : abordezvous les déterminants sociaux de la santé? Diane Labossière, inf. aut. Infirmière praticienne Centre de médecine familiale

Plus en détail

S O M M A I R E P L A N S T R AT É G I Q U E

S O M M A I R E P L A N S T R AT É G I Q U E S O M M A I R E P L A N S T R AT É G I Q U E 2012-2015 VISION AGIR ENSEMBLE POUR LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTÉ DES LAVALLOISES ET LAVALLOIS. MISSION AMÉLIORER LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE DE LA POPULATION DE LAVAL

Plus en détail

LE PARCOURS EDUCATIF DE SANTE ET LES CPS

LE PARCOURS EDUCATIF DE SANTE ET LES CPS LE PARCOURS EDUCATIF DE SANTE ET LES CPS RAPPEL LEGISLATIF En référence à la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école qui stipule que les actions

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. CLD de L Érable

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. CLD de L Érable POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL CLD de L Érable HISTORIQUE Avant la création des CLD, en 1997, plusieurs tables sectorielles existaient au Centre-du-Québec. La politique de soutien au développement local

Plus en détail

ou les différentes façons d intervenir dans le cadre de la santé publique

ou les différentes façons d intervenir dans le cadre de la santé publique ou les différentes façons d intervenir dans le cadre de la santé publique A/ Veille et sécurité sanitaire B/ Prévention, éducation pour la santé, promotion de la santé C/ Restauration de la santé Définir

Plus en détail

Politiques, procédures et règlements

Politiques, procédures et règlements Politiques, procédures et règlements POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION Destinataires : Tous les usagers, visiteurs, employés, médecins, stagiaires et bénévoles au CSSS Pierre-Boucher Responsables de

Plus en détail

Il existe de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Il existe de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Quelles pistes pour renforcer la prévention dans le système de santé genevois?

Quelles pistes pour renforcer la prévention dans le système de santé genevois? Quelles pistes pour renforcer la prévention dans le système de santé genevois? Pascal Haefliger chef du secteur Prévention et promotion de la santé service du médecin cantonal direction générale de la

Plus en détail

Mieux agir ensemble pour réussir le développement collectif. Contenu. Développement collectif. 1- De quoi parle-t-on? 2- Résultats, limites et enjeux

Mieux agir ensemble pour réussir le développement collectif. Contenu. Développement collectif. 1- De quoi parle-t-on? 2- Résultats, limites et enjeux Mieux agir ensemble pour réussir le développement collectif Denis Bourque Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire, UQO Rouyn-Noranda, 25 février 2015 Contenu 1- De quoi parle-t-on?

Plus en détail

SANTE ET EPS. Médecine du Sport. 23 février 2006

SANTE ET EPS. Médecine du Sport. 23 février 2006 SANTE ET EPS Médecine du Sport 23 février 2006 Sport et Santé Contexte 1 Contexte Les publications scientifiques sur les effets positifs de la pratique d une activité physique et sportive Effets fonctionnels

Plus en détail

St Roch Espace de Santé Publique

St Roch Espace de Santé Publique Un environnement spécifique : Une population de 1 million d habitants dans le département des Alpes-Maritimes Les grandes priorités de santé publique en Provence Alpes Côte d Azur : Vieillissement, enfance,

Plus en détail

Proposition d une démarche et d outils centrés sur les besoins de développement des enfants

Proposition d une démarche et d outils centrés sur les besoins de développement des enfants Proposition d une démarche et d outils centrés sur les besoins de développement des enfants Danielle Lessard Université de Montréal Carl Lacharité Université du Québec à Trois-Rivières 6 e Colloque québécois

Plus en détail

Les Québécois et leurs habitudes de jeu: Prévalence, incidence et trajectoires sur 4 ans

Les Québécois et leurs habitudes de jeu: Prévalence, incidence et trajectoires sur 4 ans Les Québécois et leurs habitudes de jeu: Prévalence, incidence et trajectoires sur 4 ans Chercheur principal Sylvia Kairouz, U. Concordia Co-chercheur(s) Louise Nadeau, U. de Montréal Nom des partenaires

Plus en détail

Comment l implication du patient est un levier incontournable d amélioration continue

Comment l implication du patient est un levier incontournable d amélioration continue Comment l implication du patient est un levier incontournable d amélioration continue «Reconnaître l expérience et l expertise des patients : Un enjeu primordial pour la santé publique et pour une transformation

Plus en détail

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire À l agenda d une école promotrice de réussite, de santé et de bien-être : favoriser des relations harmonieuses et égalitaires Marie-Claude Roberge, INSPQ JASP : La violence dans les relations intimes à

Plus en détail

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Objectifs de la présentation Décrire les grands principes qui nous ont guidés

Plus en détail

L intégration au Québec de la santé dans toutes les politiques (partie1) Séminaire d échanges entre acteurs SFSP 17 et 18 mars 2015

L intégration au Québec de la santé dans toutes les politiques (partie1) Séminaire d échanges entre acteurs SFSP 17 et 18 mars 2015 L intégration au Québec de la santé dans toutes les politiques (partie1) Séminaire d échanges entre acteurs SFSP 17 et 18 mars 2015 Hélène Valentini: INSPQ / Inpes Collaborations et remerciements Réfips:

Plus en détail

Mémoire. de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Mémoire. de la Fédération des commissions scolaires du Québec Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec Présenté dans le cadre de la consultation de la Commission sur l éducation à la petite enfance Novembre 2016 Document : 7243 Fédération des

Plus en détail

Brigitte Pinard MD MSc FRCPC Direction de santé publique, CISSS de l Outaouais. Congrès de l ACSTR, 25 avril 2016, Montréal

Brigitte Pinard MD MSc FRCPC Direction de santé publique, CISSS de l Outaouais. Congrès de l ACSTR, 25 avril 2016, Montréal Brigitte Pinard MD MSc FRCPC Direction de santé publique, CISSS de l Outaouais Congrès de l ACSTR, 25 avril 2016, Montréal Objectif de la présentation Dresser un portrait régional des interventions pour

Plus en détail

Régie des alcools, des courses et des jeux

Régie des alcools, des courses et des jeux Plan d action de développement durable 2013-2015 LE MOT DE LA PRÉSIDENTE J ai le plaisir de vous présenter le Plan d action de développement durable 2013-2015 de la Régie des alcools, des courses et des

Plus en détail

Programme de prévention et de gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC)

Programme de prévention et de gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC) ACTION-SANTÉ : CENTRE DE GESTION DES MALADIES CHRONIQUES DU CLSC DE VERDUN Programme de prévention et de gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC) Par: Marie-Christine Duchesne, Nutritionniste

Plus en détail

Les SIPPE et le soutien aux

Les SIPPE et le soutien aux Les SIPPE et le soutien aux familles très s vulnérables : où en sommes-nous? Laurence Le Hénaff et Monique Rainville Équipe Adaptation familiale et sociale, secteur 0-5 ans Direction de santé publique

Plus en détail

AGIR MIEUX, ÇA CHANGE TOUT

AGIR MIEUX, ÇA CHANGE TOUT AGIR MIEUX, ÇA CHANGE TOUT Stratégie québécoise pour vaincre l AVC Journées annuelles de santé publique Louise Clément md, MSSS 26 novembre 2012 Pourquoi s occuper de l AVC? 3 ième cause de mortalité (dans

Plus en détail

Prévention, Promotion de la santé, Education pour la santé : Parle-t-on de la même chose?

Prévention, Promotion de la santé, Education pour la santé : Parle-t-on de la même chose? Prévention, Promotion de la santé, Education pour la santé : Parle-t-on de la même chose? C.VANDOORNE, G.MELEN, SCPS APES-ULg Formation des candidats inspecteurs des centres PMS MONS, le 6 mai 2009 Comment

Plus en détail

MUTUALISATION EN EDUCATION THERAPEUTIQUE Atelier du CCECQA - 25 septembre 2012

MUTUALISATION EN EDUCATION THERAPEUTIQUE Atelier du CCECQA - 25 septembre 2012 MUTUALISATION EN EDUCATION THERAPEUTIQUE Atelier du CCECQA - 25 septembre 2012 PLACE DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LE PROJET REGIONAL DE SANTE Martine Ruello - ARS Aquitaine - Département Prévention

Plus en détail

La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public. Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes

La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public. Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public et des personnes atteintes Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes Introduction L importance de la prévention Le rôle de l Inpes

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2014-2015 EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr S. AMAROUCHE Maitre assistante en Epidémiologie Université 3 de Constantine 1 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Vers une compréhension commune de la surveillance en santé au travail

Vers une compréhension commune de la surveillance en santé au travail Vers une compréhension commune de la surveillance en santé au travail Robert Arcand INSPQ Journées annuelles de santé publique 26 novembre 2012 Groupe de travail Robert Arcand (INSPQ) Denis Laliberté (DSP

Plus en détail

Déroulement du programme de. Gestion prévisionnelle de la main-d œuvre d expérience. (outil #2)

Déroulement du programme de. Gestion prévisionnelle de la main-d œuvre d expérience. (outil #2) Chapitre 1 31 mars 2004 Déroulement du programme de gestion prévisionnelle de la main-d œuvre d expérience (outil #2) Comité sectoriel de main-d œuvre de l industrie textile du Québec 2 La problématique

Plus en détail

MÉMOIRE MONTRÉAL PHYSIQUEMENT ACTIVE VERS UNE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL

MÉMOIRE MONTRÉAL PHYSIQUEMENT ACTIVE VERS UNE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL MÉMOIRE MONTRÉAL PHYSIQUEMENT ACTIVE VERS UNE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL JANVIER 2017 PRÉSENTATION Ce mémoire est rédigé par Vincianne Falkner, coordonnatrice régionale, Montréal physiquement active,

Plus en détail

Kino-Québec Le modèle québécois pour la promotion de l activité physique JASP 2006 Véronique Martin, M.A. Diane Boudreault, M.A.

Kino-Québec Le modèle québécois pour la promotion de l activité physique JASP 2006 Véronique Martin, M.A. Diane Boudreault, M.A. Kino-Québec Le modèle québécois pour la promotion de l activité physique JASP 2006 Véronique Martin, M.A. Diane Boudreault, M.A. Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Gouvernement du Québec 1

Plus en détail

Plan stratégique du Cégep de Jonquière

Plan stratégique du Cégep de Jonquière Plan stratégique du Cégep de Jonquière 2010-2015 document synthèse Un cégep engagé dans son milieu LE CÉGEP EN BREF... Le Cégep de Jonquière, établissement d enseignement supérieur, offre 20 programmes

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

La création de conditions favorables à la responsabilisation du personnel en regard de leur santé L acquisition de saines habitudes de vie

La création de conditions favorables à la responsabilisation du personnel en regard de leur santé L acquisition de saines habitudes de vie Entreprise en santé: L expérience du Centre jeunesse Chaudière-Appalaches Présenté aux journées annuelles de santé publique Par Patrick Simard Directeur des services professionnels et ressources humaines

Plus en détail

Cahier des charges de l Appel à Projet : Perspectives innovantes pour la promotion de la santé

Cahier des charges de l Appel à Projet : Perspectives innovantes pour la promotion de la santé 2015 Cahier des charges de l Appel à Projet : Perspectives innovantes pour la promotion de la santé Direction Santé Publique Sous-direction Promotion et Prévention de la Santé SOMMAIRE 1 - PREAMBULE...

Plus en détail

ATELELIER 8 JUIN «Peut-on prévenir la perte d autonomie?»

ATELELIER 8 JUIN «Peut-on prévenir la perte d autonomie?» ATELELIER 8 JUIN 2017 «Peut-on prévenir la perte d autonomie?» Intervenants Jean-Pierre AQUINO, Gériatre et directeur médical de la clinique de la Porte Verte; Emmanuel RUSCH, Professeur des universités;

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DRH P5 CA 452.16 2010 05 11 POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DU CÉGEP DE L OUTAOUAIS Notes chronologiques Politique adoptée en vertu de la : Politique sur la santé et la sécurité au travail

Plus en détail

D SURVOL HISTORIQUE. Origines et contexte d application du travail avec les communautés en santé publique

D SURVOL HISTORIQUE. Origines et contexte d application du travail avec les communautés en santé publique D SURVOL HISTORIQUE Origines et contexte d application du travail avec les communautés en santé publique D- SURVOL HISTORIQUE 1. Une tradition lointaine de pratiques en DC 2. La grande mouvance autour

Plus en détail

POLITIQUE D ALLAITEMENT MATERNEL. Conseil d Administration du CSSS de l Ouest-de-l Île

POLITIQUE D ALLAITEMENT MATERNEL. Conseil d Administration du CSSS de l Ouest-de-l Île POLITIQUE D ALLAITEMENT MATERNEL Unité administrative : Rédaction : Validation : Périnatalité et petite enfance, Direction Santé mentale et services spécifiques Diane Lemieux, chef d admin. de programme

Plus en détail

Aux fondements de la santé mentale et de la psychiatrie: les partenariats entre patients

Aux fondements de la santé mentale et de la psychiatrie: les partenariats entre patients Aux fondements de la santé mentale et de la psychiatrie: les partenariats entre patients Jean-François PELLETIER, PhD Professeur sous octroi (IRSC-FRQS) Université de Montréal, Département de psychiatrie

Plus en détail

- 1 - DESCRIPTION D EMPLOI. But du poste. Tâches et responsabilités

- 1 - DESCRIPTION D EMPLOI. But du poste. Tâches et responsabilités DESCRIPTION D EMPLOI Titre du poste : Département : Gestionnaire : Employés sous gestion : Agent de liaison Partenariats et Communications Directeur des Partenariats et des Communications (supervision)

Plus en détail

Soutenir le pouvoir d'agir des parents et des communautés pour la santé des enfants : Les façons de faire du Québec

Soutenir le pouvoir d'agir des parents et des communautés pour la santé des enfants : Les façons de faire du Québec parents et des communautés pour la santé des enfants : Les façons de faire du Québec Daniel Beauregard Institut national de santé publique du Québec parents et des communautés pour la santé des enfants

Plus en détail

AGENDA COMMUN MUNICIPALITÉ ET SANTÉ PUBLIQUE :

AGENDA COMMUN MUNICIPALITÉ ET SANTÉ PUBLIQUE : Cette présentation a été effectuée le 22 novembre 2016, au cours de la journée «Rendre l environnement bâti sain et sécuritaire pour les citoyens à l échelle municipale : on se donne les moyens!» dans

Plus en détail

ARIQ. Attraction, Rétention, Implication des Infirmières et Qualité des Soins. Sabine Stordeur William D hoore

ARIQ. Attraction, Rétention, Implication des Infirmières et Qualité des Soins. Sabine Stordeur William D hoore ARIQ Attraction, Rétention, Implication des Infirmières et Qualité des Soins Sabine Stordeur William D hoore Position du problème Sur le plan international : pénurie infirmière Sur le plan national : difficultés

Plus en détail

LE SUICIDE ET LES AÎNÉS État de la situation dans la région des Laurentides

LE SUICIDE ET LES AÎNÉS État de la situation dans la région des Laurentides LE SUICIDE ET LES AÎNÉS État de la situation dans la région des Laurentides Présenté par Dr Éric Goyer, directeur de santé publique des Laurentides Journée régionale sur le suicide et les aînés «La vie

Plus en détail

Les suivis systématiques de clientèles

Les suivis systématiques de clientèles Les suivis systématiques de clientèles Un apport aux projets cliniques, à la gestion des maladies chroniques et à la mise en œuvre des réseaux intégrés de services 1 Plan de la présentation Quelques constats

Plus en détail

Le développement social local et le soutien aux familles : Le soutien aux jeunes parents et à la parentalité

Le développement social local et le soutien aux familles : Le soutien aux jeunes parents et à la parentalité Le développement social local et le soutien aux familles : Le soutien aux jeunes parents et à la parentalité Atelier présenté aux Journées annuelles de santé publique Marthe Hamel Montréal 23 octobre 2006

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

Bilan comparatif des médicaments en oncologie Une approche collaborative!

Bilan comparatif des médicaments en oncologie Une approche collaborative! Bilan comparatif des médicaments en oncologie Une approche collaborative! Présenté par : Stéphanie Vaillancourt (conseillère en gestion de programmes) Marie-Claude Asselin (chef de programme en cancérologie)

Plus en détail

L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés.

L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés. Orthophonie L orthophoniste est le professionnel des troubles de la communication qui évalue et traite les personnes aux prises avec des problèmes variés. Langage (parler, comprendre, lire et écrire) Par

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT/ INTERVENANT

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT/ INTERVENANT EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT/ INTERVENANT TYPE DE PROGRAMME En présentiel NUM PROGRAMME Réf. Prog. 20701600007 PUBLIC VISE Public obligé au DPC : Paramédicaux, Médicaux, Ambulanciers, pharmaciens,

Plus en détail

La politique de santé à Genève face au vieillissement

La politique de santé à Genève face au vieillissement La politique de santé à Genève face au vieillissement Congrès "les défis du vieillissement" 3 décembre 2015 Adrien Bron, Directeur général de la santé 15.12.2015 - Page 1 Promouvoir les conditions et comportements

Plus en détail

Plan d action. de la politique familiale

Plan d action. de la politique familiale Plan d action 2005 2007 de la politique familiale La Politique familiale de la Ville de Québec tend à faire de Québec un milieu de vie qui soutient activement les familles, facilite leur organisation

Plus en détail

Quand la comorbidité est prise en charge en GMF histoire de cas

Quand la comorbidité est prise en charge en GMF histoire de cas Quand la comorbidité est prise en charge en GMF histoire de cas Alain Larouche, MD président, Groupe santé Concerto Claude Sicotte, Ph.D., professeur titulaire et consultant, Département d administration

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

OBJECTIFS GÉNÉRAUX DE FORMATION EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE, INCLUANT LES COMPÉTENCES CanMEDS

OBJECTIFS GÉNÉRAUX DE FORMATION EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE, INCLUANT LES COMPÉTENCES CanMEDS OBJECTIFS GÉNÉRAUX DE FORMATION EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE, INCLUANT LES COMPÉTENCES CanMEDS COMITÉ CONJOINT DES PROGRAMMES DE RÉSIDENCE EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE DES UNIVERSITÉS McGILL, DE MONTRÉAL ET DE SHERBROOKE

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Cette présentation a été effectuée le 8 décembre 2015, au cours de la journée «Exercer la responsabilité populationnelle en maladies chroniques : s inspirer d expériences prometteuses intégrant le modèle

Plus en détail

Relation avec le patient: Un univers de compétences DOCTEURE AUDREY GARCEAU OMNIPRATICIENNE - GMF DES RÉCOLLETS ET CIUSSS MCQ-CHAUR

Relation avec le patient: Un univers de compétences DOCTEURE AUDREY GARCEAU OMNIPRATICIENNE - GMF DES RÉCOLLETS ET CIUSSS MCQ-CHAUR Relation avec le patient: Un univers de compétences DOCTEURE AUDREY GARCEAU OMNIPRATICIENNE - GMF DES RÉCOLLETS ET CIUSSS MCQ-CHAUR Objectifs 1. Présenter les compétences CanMEDS 2. Expliquer les compétences

Plus en détail

Marc Steben, Président Marie-Claude Drouin, Coordonnatrice Comité/Unité ITSS

Marc Steben, Président Marie-Claude Drouin, Coordonnatrice Comité/Unité ITSS Travailler dans un contexte de santé sexuelle et de réduction des méfaits : Intégration du VIH, du VHC et d autres infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) : Données probantes et la

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION

IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION DESCRIPTION DE POSTE Personnel d encadrement IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION Chef d untié de vie 507 Titre : Chef d unité de vie en hébergement Chef de service Direction : SAPA, Direction

Plus en détail

D AIDE AUX EMPLOYÉS ET AUX GESTIONNAIRES

D AIDE AUX EMPLOYÉS ET AUX GESTIONNAIRES PROGRAMMES D AIDE AUX EMPLOYÉS ET AUX GESTIONNAIRES Notre expertise en gestion d invalidité et en réadaptation intégrées à la prévention est unique. La performance de nos programmes d aide en témoigne.

Plus en détail

De la médecine scolaire vers la santé scolaire

De la médecine scolaire vers la santé scolaire De la médecine scolaire vers la santé scolaire Projet de réforme Sommaire Introduction: pourquoi une réforme? Concertation en vue de l élaboration du projet de réforme Changements prévus: travaux réalisés

Plus en détail

LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL

LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL LA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL Présenté par: Nom: Intervenants SAT-CIUSSS Capitale Nationale OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION 1. Vous sensibiliser à l importance grandissante des problèmes de santé psychologique

Plus en détail

APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL

APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL 29 novembre 2006 Direction de la santé des personnes et des organisations Secrétariat du Conseil du trésor PRÉAMBULE Une recherche portant sur la

Plus en détail

janvier 2009 centre de réadaptation estrie

janvier 2009 centre de réadaptation estrie A p o l l o r é i n v e n t e r l e s s e r v i c e s a v e c l e s m o y e n s d u b o r d janvier 2009 centre de réadaptation estrie Pourquoi Apollo? Au Québec, 8 500 personnes étaient en attente de

Plus en détail

INFIRMIÈRE TECHNICIENNE EN GMF

INFIRMIÈRE TECHNICIENNE EN GMF INFIRMIÈRE TECHNICIENNE EN GMF L infirmière technicienne en GMF évalue l état de santé, détermine et assure la réalisation du plan de soins et de traitements infirmiers. Elle prodigue les soins et traitements

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES CHU Sainte-Justine Titre : Codification : USAGE DU TABAC AU CHU SAINTE-JUSTINE 0 1 5 0 0 4-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction

Plus en détail

Graphisme : Graphic-Art

Graphisme : Graphic-Art 1 Graphisme : Graphic-Art Crédits photos : Agence de la santé et des services sociaux de l Estrie et Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (CSSS-IUGS)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. - Contribuer à créer un environnement favorable aux apprentissages et à l enseignement au sein de l ESSC. ESSC

CAHIER DES CHARGES. - Contribuer à créer un environnement favorable aux apprentissages et à l enseignement au sein de l ESSC. ESSC ESSC CAHIER DES CHARGES 1. Identification du poste Institution : Ecole de soins et santé communautaire Dénomination du poste : Infirmier-ère scolaire en santé communautaire (ISC) 2. Positionnement hiérarchique

Plus en détail

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé SOIXANTE-DEUXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA62.14 Point 12.5 de l ordre du jour 22 mai 2009 Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé La

Plus en détail

La RECHERCHE infirmière en France

La RECHERCHE infirmière en France La RECHERCHE infirmière en France Quel bilan en 2015 Groupe de contact en Sciences Infirmières Lundi 30 novembre 2015 Bruxelles Valérie. Berger, Inf., PhD, Cadre supérieure, CHU Bordeaux, France Sommaire

Plus en détail

POUR UN AGIR INTÉGRÉ. COMPLICE Conseil d Orientation et de Mobilisation des Partenaires Locaux pour l Intervention des Communautés de l Énergie

POUR UN AGIR INTÉGRÉ. COMPLICE Conseil d Orientation et de Mobilisation des Partenaires Locaux pour l Intervention des Communautés de l Énergie POUR UN AGIR INTÉGRÉ COMPLICE Conseil d Orientation et de Mobilisation des Partenaires Locaux pour l Intervention des Communautés de l Énergie Présentation au colloque «Agir pour et avec l usager, ses

Plus en détail

LA DÉMARCHE PROMOTION DE LA SANTÉ DES SALARIÉS

LA DÉMARCHE PROMOTION DE LA SANTÉ DES SALARIÉS LA DÉMARCHE PROMOTION DE LA SANTÉ DES SALARIÉS LA PROMOTION DE LA SANTÉ Promotion de la santé : - Charte d Ottawa, en 1987 Établir une politique publique saine Créer des milieux favorables Renforcer l

Plus en détail

L expertise de santé publique au Québec: Positionnement et contribution de l INSPQ

L expertise de santé publique au Québec: Positionnement et contribution de l INSPQ L expertise de santé publique au Québec: Positionnement et contribution de l INSPQ Dr. Luc Boileau Président-directeur général Institut national de santé publique du Québec Plan de la présentation Un regard

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ «PERSONNALISÉS»: PRUDENCE ET BALISES LES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION

LES SOINS DE SANTÉ «PERSONNALISÉS»: PRUDENCE ET BALISES LES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION LES SOINS DE SANTÉ «PERSONNALISÉS»: PRUDENCE ET BALISES LES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION Présentation de M e Nicole Beaudry, secrétaire générale Commission de l éthique en science et en technologie

Plus en détail

Education thérapeutique : Effet de mode? ou Terrain de jeu laissé à la dynamique des acteurs?

Education thérapeutique : Effet de mode? ou Terrain de jeu laissé à la dynamique des acteurs? Education thérapeutique : Effet de mode? ou Terrain de jeu laissé à la dynamique des acteurs? Dr jacques EYMIN secrétaire MG France Isère. o Aucun conflit d intérêt. Rapport OMS- Europe 1996: l ETP fait

Plus en détail

Mission Vision Valeurs Orientations stratégiques Axes d intervention

Mission Vision Valeurs Orientations stratégiques Axes d intervention Mission Vision Valeurs Orientations stratégiques Axes d intervention Notre mission Le CSSS de Vaudreuil-Soulanges connait, maintient et améliore la santé et le bien-être de la population de son territoire.

Plus en détail