RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA"

Transcription

1 RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille

2 CONTEXTE DE CREATION DU GT. Recommandations OMS. Préparations pour nourrissons (protéines de lait de vache ou de soja). Préparations : - stériles sous forme liquide prête à l emploi - non stériles sous forme de poudre.. Conditions de préparation, manipulation et conservation essentielles pour éviter les contaminations et multiplications microbiennes

3 POPULATIONS A RISQUE. Prématurés < 36 semaines d âge gestationnel jusqu à un âge post- natal de 4-6 semaines. Nouveau-nés à terme hospitalisés dans les unités de soins intensifs de niveau 2 et 3. Enfants immuno-déprimés quel que soit leur âge

4

5 ALERTES SANITAIRES. Octobre - décembre 2004 : 4 cas d infections sévères (méningite, septicémie) et 5 colonisations digestives à Enterobacter sakazakii chez des nouveau-nés hospitalisés pour prématurité ou hypotrophie 2 décès. Décembre Mai 2005 : 143 cas d infections à Salmonella Agona chez des nourrissons à domicile (diarrhée parfois sanglante fièvre) évolution favorable pour tous Saisine de l Afssa par la DGS en Novembre 2004 concernant l émission de recommandations en matière d hygiène des biberons en crèche et établissement hospitalier

6 Groupe de travail multidisciplinaire spécifiquement créé

7 FONCTIONNEMENT DU GT (2005) - Février à juillet 7 réunions du groupe de travail Définition du cadre des travaux du groupe : - établissements de santé, structures d accueil de la petite enfance, domicile - lait de femme et lait de mère délivrés en biberon - alimentation continue par seringue - Avril - Juin - Juillet Audition des professionnels de la diététique infantile Présentation d un «pré-rapport» aux acteurs concernés Présentation devant les CES «Eaux», «Nutrition humaine» et «Microbiologie». Finalisation du rapport et envoi aux administrations - 17 Octobre Réunion publique de présentation du rapport

8 REGLEMENTATION EN COLLECTIVITES Etat des lieux réglementaire : - Mise en œuvre au 1 er janvier 2006 du règlement 852/2004/CE : Règles générales en matière d hygiène des denrées alimentaires - Dispositions relatives aux préparations lactées (Codex( alimentarius) - Principes HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point et Guides de bonnes pratiques d hygiène Recommandations du GT : - Formation du personnel aux principes d application de la méthode HACCP - Port de la charlotte et du masque (masque de soins)

9 LOCAUX, EQUIPEMENTS, PROFESSIONNELS (Collectivités). Deux groupes de structures, selon l existence d une unité centralisée : - H (Etablissements de santé, pouponnières) - C (Structures d accueil de la petite enfance). La biberonnerie : «marche en avant» et séparation des secteurs - secteur général ou neutre - secteur propre ou protégé ; enceinte réfrigérée - secteur sale. Entretien du matériel selon H (niveau intermédiaire) ou C (bas niveau). Entretien des locaux (plan défini). Professionnels : - qualification du personnel (FC hygiène de base et alimentaire) - tenue vestimentaire du personnel (travail et protection-usage unique). Fiche technique sur l entretien du réfrigérateur (sauf domicile). Recommandations pour le domicile (Encadré en fin de chapitre)

10 LOCAUX, EQUIPEMENTS (Domicile). Préparation du biberon dans un endroit propre sur un plan de travail préalablement nettoyé. Si biberon reconstitué pas immédiatement consommé : conservation du biberon dans un réfrigérateur propre (lavé au moins une fois par mois avec de l eau savonneuse, rincé à l eau puis à l eau javellisée). Nettoyage du biberon et annexes : description technique (avec lave-vaisselle ou non). A domicile, il n est pas indispensable de stériliser les biberons

11 CONSEQUENCES NUTRITIONNELLES DES TRAITEMENTS THERMIQUES DES PREPARATIONS LACTEES. Traitement thermique des préparations pour nourrissons : - lait en poudre - lait liquide UHT - lait liquide post-stérilisé ou autoclavé. Effets des traitements thermiques : - protéines du lait : effet Maillard pour T 37 C - minéraux : biodisponibilité fer et cuivre - vitamines hydrosolubles : vitamine C. Absence d études randomisées comparant la valeur nutritionnelle des différentes formes de lait en fonction du traitement thermique

12 CONSEQUENCES NUTRITIONNELLES DES TRAITEMENTS THERMIQUES DES PREPARATIONS LACTEES. Traitement thermique : - avantages sur la qualité microbiologique des laits infantiles - possibles inconvénients nutritionnels (post-stérilisation des laits liquides). Recommandations aux industriels : - minimiser l accumulation des traitements thermiques et développer les traitements alternatifs athermiques - idem pour les ingrédients - préciser sur l emballage les traitements thermiques utilisés - réaliser des études cliniques randomisées pour vérifier l efficacité nutritionnelle des laits liquides

13 CONSEQUENCES NUTRITIONNELLES DES TRAITEMENTS THERMIQUES DES PREPARATIONS LACTEES. Chez l enfant à terme : - avantages de sécurité microbiologique des laits liquides («nourettes») > aux éventuels inconvénients jours) nutritionnels pour une utilisation en maternité (qq. Chez le prématuré : - interrogations persistantes sur la valeur nutritionnelle des laits liquides ayant subi un procédé de post-stérilisation - préférer les laits liquides ayant subi un procédé UHT - à défaut, utiliser les laits en poudre (attention aux règles d hygiène)

14 LAIT DE FEMME ET DE MERE DELIVRES EN BIBERON (domicile, lactarium) L allaitement direct au sein doit toujours être privilégié +++. Contamination possible du LF collecté (prématuré). Lait de mère recueilli sur place et utilisé immédiatement : - donné à l enfant dans les 4 heures - sauf si prématurité importante (risque d infection Cytomegalovirus). Lait provenant du domicile : - durée de conservation maximale de 48 heures dans une enceinte réfrigérée ( ( 4 C) - si conservation du lait souhaitée plus de 48 heures, congélation du lait (maximum 4 mois à 18 C)

15 EAU Il n est pas nécessaire de recourir au chauffage de l eau pour la préparation des biberons.. Au domicile :. Utilisation de l eau de distribution publique sous réserve de : - «Purge» du robinet qq secondes, utilisation d eau froide exclusivement (attention position mitigeur), entretien régulier du robinet, plan de travail et accessoires à proximité du point d eau, pas d eau filtrée ou adoucie, composition de l eau compatible avec les critères de qualité (avis Afssa Saisine du 2 décembre 2003) Pb < 10 µg/l. À défaut : utiliser une eau embouteillée non gazeuse (ne pas utiliser d eau provenant d une bouteille ouverte et réfrigérée depuis 24h). Situations exceptionnelles : en l absence d eau potable ou eau embouteillée eau bouillie et refroidie

16 EAU (En collectivités). Structures d accueil de la petite enfance : cf. domicile. Unités de soins (si les biberons y sont préparés) : - Eau embouteillée, réfrigérée, conservée < 24 h après ouverture, avec un stockage adéquat. Etablissements de santé, centres thérapeutiques, : - cas communs : eau embouteillée ou, mieux pour les hygiénistes, eau bactériologiquement maîtrisée - immunodéprimés : laits liquides prêts à l emploi - prématurés : eau stérile si absence de laits liquides

17 RECONSTITUTION DU BIBERON (En collectivités). Objectif : préparation de qualité sur le plan microbiologique & nutritionnel. Mode de reconstitution idéal des biberons = extemporané. Conditions techniques préalables : - hygiène de la tenue, des mains et du plan de travail. Description de la technique à suivre selon les types d établissements. Traçabilité : biberons munis d une étiquette ou d un système de traçabilité équivalent (nom de l enfant, lait, substances ajoutées, date et heure limites de consommation). Enregistrement quotidien

18 REFROIDISSEMENT, CONSERVATION ET TRANSPORT DES BIBERONS (Collectivités). Si préparations réalisées en unité centralisée : refroidissement rapide nécessaire avant conservation en enceinte réfrigérée à 4 C (atteindre 4 C en < 30 minutes). Si préparations non réalisées en unité centralisée : - Si biberon destiné à être consommé avant 1 h, il peut rester à température ambiante, à l abri du soleil et de toute source de chaleur - Sinon, placement immédiat à T < 4 C. Importance de la mesure et de l enregistrement de la T de l enceinte réfrigérée

19 REFROIDISSEMENT, CONSERVATION ET TRANSPORT DES BIBERONS (Collectivités). Délai maximal autorisé en enceinte réfrigérée avant consommation : 30 heures. Transport : pas de rupture de la chaîne du froid, utilisation d une armoire réfrigérée si transport d une durée 10 minutes après la sortie de l enceinte réfrigérée. Consommation du biberon dans un délai d une heure après la sortie de l enceinte réfrigérée. Réduction du délai à 30 minutes en cas de réchauffement du biberon

20 CONSOMMATION DU BIBERON. Si conservation au préalable : biberons à sortir de l enceinte réfrigérée immédiatement avant utilisation. Réchauffement de la préparation lactée non indispensable. Consommation possible à T ambiante. Si réchauffement : - rapide au bain-marie ou chauffe-biberons (ne pas le laisser à T ambiante) - en pratique hospitalière : privilégier un chauffe-biberons à sec - ne pas utiliser de four à micro-ondes

21 CONSOMMATION DU BIBERON. Avant de donner le biberon à l enfant : toujours agiter le biberon pour homogénéiser la température du lait et vérifier la T en versant qq gouttes de lait sur l avant- bras. Jeter tout biberon non terminé dans un délai d 1 heure après le début de sa consommation par l enfant. Délai réduit à 30 minutes si le biberon réchauffé

22 ALIMENTATION ENTERALE AVEC DU LAIT DE FEMME OU DES PREPARATIONS LACTEES (NON PRETES A L EMPLOI). Préparation en unité centrale sous conditions rigoureuses d asepsie. Respect de la chaîne du froid impératif. Pas plus de 4 heures entre la sortie de l enceinte réfrigérée et le moment où le liquide nutritif est entièrement consommé par l enfant

23 Annexe 1. Choses à ne pas faire au domicile (Messages-clés). Dépasser un délai d une heure pour la consommation du biberon. Si biberon réchauffé, délai réduit à 30 minutes. Réchauffer le biberon à l aide d un four à micro-ondes. Dépasser une durée de conservation du lait de mère de 48 heures au réfrigérateur à 4 C, et de 4 mois au congélateur à - 18 C

24 Annexe 1. Choses à ne pas faire en collectivités (Messages-clés). Conserver les biberons en enceinte réfrigérée à 4 C plus de 30 heures après leur préparation. Ne pas vérifier que la température intérieure des enceintes réfrigérées est 4 C, enregistrée et contrôlée quotidiennement, ne pas réaliser un étalonnage régulier de cette température. Transporter des biberons sur le site de consommation sans utiliser une armoire réfrigérée lorsque le transport dure plus de 10 minutes

25 Annexe 2. Fiche de synthèse pour le domicile 2 parties :. Recueil, conservation et transport du lait de mère. Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons

26 DOMICILE : SUITES DONNEES AU RAPPORT. Réactualisation du carnet de santé : micro-onde proscrit, T ambiante. Relais des travaux de l Afssa par la presse spécialisée. Dépliant spécifique distribué en maternité (en préparation) PROFESSIONNELS DE SANTE :. Mise en ligne : sante.gouv.fr ; afssa.fr ; nosobase.chu-lyon.fr. Lettre d information de la DHOS aux établissements de santé ( ). Lettre d information aux Conseils généraux ( ). Actualisation de la Circulaire DGS/SP2 du (à venir). Demande à la HAS d un référencement du rapport (à venir)

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses juillet 2006 Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses Cas 1 Au domicile Thème 1 : Préparation du biberon L eau du robinet peut-elle être utilisée

Plus en détail

Objectif. Techniques et méthodes

Objectif. Techniques et méthodes FFi icchhee Prraat tiqquuee Recommandations d''hygiène pour la préparation et la conservation des biberons (lait maternel et préparation lactée) Objectif L allaitement maternel constitue la référence pour

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins

Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins Cette brochure contient des informations visant à vous aider à réaliser des préparations à partir des préparations en poudre pour

Plus en détail

ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE

ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE 5.04 Objectif Donner aux enfants une alimentation de qualité c est-à-dire un contenu de qualité bactériologique satisfaisante dans un contenant

Plus en détail

Centre Hospitalier de Dinant

Centre Hospitalier de Dinant Centre Hospitalier de Dinant Quelques conseils pour vous aider à alimenter votre enfant au biberon. mars 2007 Lorsque pour une raison ou une autre, vous ne pouvez ou ne désirez pas allaiter votre bébé,

Plus en détail

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON?

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? V ous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) allaiter votre bébé au sein, ou vous souhaitez cesser de l allaiter plus tôt que ce qui est recommandé. Il faut alors lui donner

Plus en détail

Matériel nécessaire :

Matériel nécessaire : Allaitement maternel et prématurité: don, recueil, conservation et transport du lait maternel Date de la diffusion : mars 2013 Version : 1 Rédaction : Anne-Sophie Monnier Validation: groupe de travail

Plus en détail

Préparation des poudres pour nourrissons pour une alimentation au. biberon à la maison

Préparation des poudres pour nourrissons pour une alimentation au. biberon à la maison Préparation des poudres pour nourrissons pour une alimentation au biberon à la maison Ce document est publié par le Département Sécurité sanitaire des aliments, zoonoses et maladies d origine alimentaire,

Plus en détail

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Accueillir un enfant allaité, c est possible possible, pendant le temps de l accueil, par l intermédiaire des biberons Ce

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil Réf. : Date : 03/07/2012 Allaitement maternel en structure d'accueil Pôle : Pilotage et coordination Thème : Alimentation Allaitement maternel et mode d accueil L allaitement maternel en crèche ou chez

Plus en détail

comment préparer le biberon à la maison?

comment préparer le biberon à la maison? comment préparer le biberon à la maison? Chers parents Vous venez de quitter la maternité ou le service de néonatologie de l az groeninge avec votre bébé et vous vous demandez peut-être comment bien préparer

Plus en détail

PROTOCOLE ALLAITEMENT

PROTOCOLE ALLAITEMENT PROTOCOLE ALLAITEMENT Vous allaitez votre enfant, sachez que ce n est pas incompatible avec son accueil en crèche ; un lieu spécifique est aménagé pour l allaitement si vous le désirez. Si vous choisissez

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Protocole des repas et goûters

Protocole des repas et goûters MICRO-CRECHE «Les Loupiots» Place des Boutiques - La Joue du Loup - 05250 LE DEVOLUY Tél : 04 92 58 95 10 Le 07 novembre 2009 Protocole des repas et goûters Le présent protocole a pour but de participer

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques

Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques Stocker votre lait Précautions quand vous tirez votre lait Lavez-vous les mains avant de tirer votre lait. Installez-vous au calme, confortablement,

Plus en détail

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :...

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :... Carnet de santé Nom :................................................................... Prénom :.............................................................. Conseils aux parents Alimentation Pendant

Plus en détail

Guide de préparation de biberons de lait en poudre

Guide de préparation de biberons de lait en poudre Guide de préparation de biberons de lait en poudre Méthodes de stérilisation et accessoires La stérilisation à froid Quel objectif? Ce guide complète l information qui vous a été donnée par les infirmières

Plus en détail

3-5 7-10 11-13 14-17 19-20 21-23

3-5 7-10 11-13 14-17 19-20 21-23 1 3-5 6 7-10 11-13 14-17 18 19-20 21-23 24 2 Un collectif de crèches du Nord Vaucluse en partenariat avec le réseau Novanat travaille à faciliter la poursuite de l allaitement dans leurs structures avec

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Alimentation. Dès la naissance LE BIBERON DE LAIT LES PRÉPARATIONS DE LAIT INFANTILE. ONE.be

Alimentation. Dès la naissance LE BIBERON DE LAIT LES PRÉPARATIONS DE LAIT INFANTILE. ONE.be Alimentation LE BIBERON DE LAIT LES PRÉPARATIONS DE LAIT INFANTILE Dès la naissance ONE.be SOMMAIRE Comment choisir le lait pour votre bébé?... 3 Quels laits pour quel âge?... 3 Quel biberon et quelle

Plus en détail

Information destinée aux parents. Guide de préparation de biberons de lait en poudre

Information destinée aux parents. Guide de préparation de biberons de lait en poudre Information destinée aux parents Guide de préparation de biberons de lait en poudre Contenu du livret Sommaire 1. Méthodes de stérilisation et accessoires 4 2. Préparation d un biberon pour chaque repas

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail

DELEGATION ENFANCE FAMILLE PARENTALITE. SERVICE DEPARTEMENTAL DE PROTECTION MATERNELLE et INFANTILE ALLAITER ET CONFIER SON ENFANT A UN TIERS

DELEGATION ENFANCE FAMILLE PARENTALITE. SERVICE DEPARTEMENTAL DE PROTECTION MATERNELLE et INFANTILE ALLAITER ET CONFIER SON ENFANT A UN TIERS DELEGATION ENFANCE FAMILLE PARENTALITE SERVICE DEPARTEMENTAL DE PROTECTION MATERNELLE et INFANTILE ALLAITER ET CONFIER SON ENFANT A UN TIERS 1 SOMMAIRE TITRES PAGES Poursuite de l allaitement des enfants

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

Code de la santé publique Loi du 5 mars 2007

Code de la santé publique Loi du 5 mars 2007 Code de la santé publique Loi du 5 mars 2007 Actions pré natales, péri natales et post natales Action de prévention médico sociales en faveur des enfants de moins de 6 ans Accueil petite enfance Approche

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau du robinet sur le territoire du SEDIF est une eau d excellente qualité L eau potable est l un des produits alimentaires les plus contrôlés. Elle est un vecteur potentiel de nombreuses maladies et

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES

Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande un allaitement exclusif jusqu à l âge de 6 mois. Nestlé soutient ces recommandations. CONSIGNES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Allaiter et travailler : Comment faire?

Allaiter et travailler : Comment faire? Allaiter et travailler : Comment faire? 2 Allaiter et travailler, ce n est pas si compliqué... On s organise! Sommaire : Comment composer les repas de mon enfant en mon absence?...p.4 Comment conserver

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Dossier de presse Sommaire Contexte de la saisine...2 Recommandations pour la préparation et la conservation des biberons...3

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS (LAIT MATERNEL ET PREPARATIONS LACTEES)

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS (LAIT MATERNEL ET PREPARATIONS LACTEES) RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS (LAIT MATERNEL ET PREPARATIONS LACTEES) Alimentation LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Avril 2009 Objectif L allaitement

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

15 rue de l'ecole de Médecine - 75006 Paris Tel : 01 40 46 42 00 Fax : 01 40 51 76 74 Page Internet : http://www.ccr.jussieu.

15 rue de l'ecole de Médecine - 75006 Paris Tel : 01 40 46 42 00 Fax : 01 40 51 76 74 Page Internet : http://www.ccr.jussieu. 15 rue de l'ecole de Médecine - 75006 Paris Tel : 01 40 46 42 00 Fax : 01 40 51 76 74 Page Internet : http://www.ccr.jussieu.fr/cclin Inter Clin Pédiatrique ALIMENTATION DU NOURRISSON EN COLLECTIVITÉ PEDIATRIQUE

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Hygiene recommendations for the preparation, handling and storage of feeding bottles - Juillet 2005/July 2005-1 Coordination

Plus en détail

Bonne pratique de soins en maternité

Bonne pratique de soins en maternité Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bonne pratique de soins en maternité de la salle d accouchement à la pouponnière Prévention du risque

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Présentation Stéphane GRAFFIN formation, diagnostic et conseil interviens depuis 2014 sur l ensemble du territoire national auprès

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Un guide pour nourrir son bébé avec une préparation commerciale pour nourrissons

Un guide pour nourrir son bébé avec une préparation commerciale pour nourrissons Un guide pour nourrir son bébé avec une préparation commerciale pour nourrissons Dans ce livret Page Nourrir son bébé avec une préparation commerciale pour nourrissons 1 Le choix de biberons 2 Choisir

Plus en détail

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil 5 avenue des Prés 94266 FRESNES Tel. +33 1 49 84 84 84 contact@cemafroid.fr

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Avis 28-2004 - Risques liés à Enterobacter sakazakii. (dossier Sci Com 2004/09)

Avis 28-2004 - Risques liés à Enterobacter sakazakii. (dossier Sci Com 2004/09) Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire 1 / 7 Avis 28-2004 - Risques liés à Enterobacter sakazakii. (dossier Sci Com 2004/09) Le Comité scientifique de l'agence fédérale pour la Sécurité

Plus en détail

DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie

DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie Nom du déclarant : N d Ordre :... Dénomination sociale de la société :. Dénomination commerciale

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

Les mélanges à glace comme vous les désirez. Et tant d autres spécialités encore...

Les mélanges à glace comme vous les désirez. Et tant d autres spécialités encore... Les mélanges à glace comme vous les désirez. Et tant d autres spécialités encore... Pasteurisateurs Electroniques Carpigiani pour Mélanges à Glaces Les machines Pastomaster RTL préparent, pasteurisent,

Plus en détail

LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE. Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés»

LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE. Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés» LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés» LE CHOIX DU MODE D ALIMENTATION Le choix du mode d alimentation de votre bébé est une décision extrêmement importante. Ce dépliant

Plus en détail

Rencontre prénatale 4 Allaitement

Rencontre prénatale 4 Allaitement Rencontre prénatale 4 Allaitement. Plan de la rencontre Services, ressources et références Mythes et réalités: pourquoi allaiter? Les avantages de l allaitement Les préparations commerciales pour nourrissons

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

Livret e t d Accuei e l i

Livret e t d Accuei e l i Livret d Accueil Les Bonnes Pratiques d Hygiène Livret de présentation (Version 2012) Avoir une tenue adéquate Toute tenue personnelle doit être rangée au vestiaire Au travail = Tenue SPECIFIQUE et PROPRE!

Plus en détail

Crèmes glacées et sorbets

Crèmes glacées et sorbets Crèmes glacées et sorbets 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité L'unité de crèmes glacées - sorbets s'intègre comme industrie de seconde transformation à la fois dans la filière lait et dans la filière

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

working in partnership

working in partnership Les boissons pour les enfants de moins de 5 ans working in partnership Ce dépliant contient des informations relatives aux types de boissons que l on doit donner aux enfants jusqu à l âge de cinq ans.

Plus en détail

1. CONTEXTE ET PORTÉE :

1. CONTEXTE ET PORTÉE : Section : Direction clientèle services à la communauté N o : 1 Titre : Politique d allaitement maternel Préparé par : Monique Thérien, chef de service Santé publique Page : Page 1 de 9 Professionnels ou

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses Règles de Bonnes Pratiques Règles de de Fabrication de médicaments Bonnes Pratiques cytostatiques de Fabrication en petites de médicaments quantités cytostatiques suisses en petites quantités Dr. Farshid

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

3.3.5 Réception des marchandises et stockage

3.3.5 Réception des marchandises et stockage .. Réception des marchandises et stockage Danger s à observer Mesures correctives et autres mesures.. Livraison de marchandises de mauvaise qualité ou en quantités incorrectes Interruption de la chaîne

Plus en détail

DE RETOUR A LA MAISON, QUELS CONSEILS AU QUOTIDIEN

DE RETOUR A LA MAISON, QUELS CONSEILS AU QUOTIDIEN Version 0 Avril 2011 Version 1 - Juillet 2012 Version 2 Sept 2012 Obstétrique Fiche d information N 5 Page 1/6 Validation DE RETOUR A LA MAISON, QUELS CONSEILS AU QUOTIDIEN Document 10-3 Condition 10 ALIMENTATION

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Directives. Préparation, conservation et manipulation dans de bonnes conditions des préparations en poudre pour nourrissons

Directives. Préparation, conservation et manipulation dans de bonnes conditions des préparations en poudre pour nourrissons Préparation, conservation et manipulation dans de bonnes conditions des préparations en poudre pour nourrissons Directives Organisation mondiale de la Santé En collaboration avec l Organisation des Nations

Plus en détail

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Qu est ce que l hygiène? L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections. Elle se base essentiellement sur trois actions : le

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS C. DECADE -Dr L. MARTY -D. DEMONTROND Dr C.MANUEL - Dr R.CABRIT - Dr G.MANN Centre Médical de Forcilles 77150 FEROLLES-ATTILLY

Plus en détail

COMMENT ECONOMISER DE

COMMENT ECONOMISER DE COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE EN CUISINE CE QUE LES RESTAURATEURS DOIVENT SAVOIR RESTAURATEURS : Les astuces pour consommer moins d énergie Depuis plusieurs dizaines d années, le monde a pris conscience

Plus en détail

Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né

Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né Sorties de maternité après accouchement conditions et organisation du retour à domicile des mères et de leur nouveau né RECOMMANDATIONS HAS MAI 2013 (EN COURS DE VALIDATION) C BOITHIAS RÉANIMATION PÉDIATRIQUE

Plus en détail

LE LAIT MATERNEL : L ALIMENT IDEAL DE VOTRE BEBE CONSEILS POUR LA PREPARATION DES BIBERONS

LE LAIT MATERNEL : L ALIMENT IDEAL DE VOTRE BEBE CONSEILS POUR LA PREPARATION DES BIBERONS LE LAIT MATERNEL : L ALIMENT IDEAL DE VOTRE BEBE Le lait maternel est le mieux adapté pour l alimentation et l immunité du nourrisson. En effet, sa composition varie en fonction des heures et des jours

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 7 juillet 2015 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «un projet de guide de bonnes pratiques

Plus en détail

Choix du biberon et stérilisation. Importance du choix des biberons et stérilisation pour lutter contre les microbes

Choix du biberon et stérilisation. Importance du choix des biberons et stérilisation pour lutter contre les microbes Choix du biberon et stérilisation Importance du choix des biberons et stérilisation pour lutter contre les microbes Votre bébé ne va pas tarder à pointer le bout de son nez et pourtant quelques questions

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail