Priyan DIAS Est-ce que la science est très différente de la religion? Une perspective polanyienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Priyan DIAS Est-ce que la science est très différente de la religion? Une perspective polanyienne"

Transcription

1 Priyan DIAS Est-ce que la science est très différente de la religion? Une perspective polanyienne Polanyi a fait valoir que la science devait être poursuivie comme une passion personnelle dans un cadre fiduciaire. Ses écrits sont utilisés pour démontrer que la science n'est pas complètement différente de la religion, même si elle a été construite pour l être. Science et religion se servent toutes deux de la foi pour agir. La science, comme la religion, a aussi des éléments subjectifs indispensables, mais cela n'empêche pas l'objectivité. En outre, la science elle-même est souvent dogmatique et dispose d'un ensemble d'engagements fondamentaux qui ne changent pas, ce qui est semblable aux croyances fondamentales dans les religions. Enfin, bien que la science cherche l'assentiment de tous ses praticiens alors que les gens sont divisés en de nombreuses religions, il ya des moments où la science est et peut-être même devrait être poursuivie dans différentes et écoles concurrentes de la pensée. Mots clés: alternatives, détachement, dogmatisme, doute, foi, paradigme, Polanyi, religion, science, subjectivité Introduction Il a été soutenu de façon convaincante que la conception chrétienne du monde avait largement contribué à créer la révolution scientifique en Europe 1 ; de nombreux scientifiques de renom ont été des chrétiens pratiquants et ont vu leur science comme faisant partie de leur dévotion à Dieu. Cependant, depuis les Lumières européennes, la science a largement, mais pas complètement, remplacé la religion comme fondement de nos structures de plausibilité. En plus de cela, avec la montée de guerres et de conflits sur la base des identités religieuses, certains pensent aujourd'hui que la religion est positivement dangereuse plutôt que simplement inoffensive 2. Le présent document examine certaines des revendications formulées pour la science contre la religion. Il fera ensuite largement appel aux travaux de Michael Polanyi, entre autres, pour montrer que la plupart des affirmations faites pour la science sont un peu déplacées, et qu'il ya beaucoup de similitudes entre la pratique de la science et de la religion. Il fera valoir que la science et la religion sont des activités de l'homme pour la découverte et pour l'action. Les quatre revendications à traiter sont les suivantes: 1. La science est basée sur des faits vérifiables, alors que la religion repose sur la foi qui est ne se prêtent pas à une vérification. 2. La science est réalisée de manière que le pratiquant est détaché de son enquête, alors que la religion est caractérisée par la subjectivité du pratiquant. 3. La science a vu ses théories renversées par de meilleures théories, tandis que la religion est caractérisée par des attitudes dogmatiques. 4. La science cherche l'assentiment de tous ses pratiquants, alors que les opinions sont très contrastées d'une religion à une autre. Ce n'est pas l'objectif de ce document de faire valoir qu'il n'y a pas de différences du tout entre science et religion. Toutefois, compte tenu de la perception populaire selon laquelle elles sont aux antipodes, comme en témoignent les revendications ci-dessus, l'intention ici est de montrer que le fossé 1 Alexander, D. Rebuilding the Matrix: Science and Faith in the 21st Century, Oxford: Lion (2001). 2 Dawkins, R. The God Delusion, Boston: Houghton Mifflin Harcourt (2006). 1/10

2 entre elles n'est pas infranchissable. Polkinghorne se réfère à une relation de «cousinage» entre la théologie et la science 3, évitant peut-être délibérément l'adjectif «fraternelle» qui dépeint une relation plus étroite. Ce document suppose une définition de travail de la religion comme un système de croyance qui implique une réalité transcendantale et l'expérience personnelle. Il fait quelques références spécifiques au christianisme, la religion dans le cadre de laquelle Polanyi a écrit. Michael Polanyi Michael Polanyi est né en Hongrie en 1891 et a commencé sa carrière en tant que médecin au cours de la Première Guerre mondiale. Plus tard, il a poursuivi son véritable amour, qui était la chimie, comme physico-chimiste à l'institut Kaiser Wilhelm à Berlin. Il a quitté l'allemagne dans l'ombre du nazisme dans les années 1930 pour rejoindre l'université de Manchester en Angleterre en tant que professeur de chimie physique. Après un certain nombre d'années dans ce poste, il a échangé cette chaire pour celle de professeur de sciences sociales, bien qu'il ait été élu membre (Fellow) de la Royal Society. Son dernier article scientifique a été publié en 1949, mais il avait publié en économie et en philosophie depuis Quand il a pris sa retraite de l'université de Manchester, il a travaillé pendant deux ans en tant que chercheur au Merton College à Oxford, où il a vécu et a continué à écrire jusqu'à sa mort en Ses trois ouvrages majeurs sont nés de séries de conférences qu il a été invité à donner, à savoir les conférences Riddell à l'université de Durham en 1946 (Science, foi et société 4 ), les conférences Gifford à l'université d'aberdeen en (Personal Knowledge 5 ) et les conférences Terry en 1962 à l'université de Yale (The Tacit Dimension 6 ). Les titres de ces livres sont un bon reflet de ses préoccupations. À bien des égards, la philosophie de Polanyi de la science était une critique du positivisme logique, qui tenait que l'observation sensorielle était le fondement de toute véritable connaissance. Le positivisme était un produit du siècle des Lumières européen, qui, à son tour a été considérablement influencé par René Descartes. Deux de ses idées clés ont trouvé leur expression dans le positivisme. La première est l'idée de détachement. Le scientifique était censé s'isoler de son enquête, afin de freiner les préjugés qu'il pourrait avoir. En fait ce détachement provient en partie de la doctrine cartésienne du dualisme cartésien (d après Descartes), qui soutient que l'esprit et la matière sont strictement des entités séparées. Son autre idée était que le scepticisme, aussi appelé doute méthodologique, devrait être la marque d'un scientifique, afin de s'assurer que la connaissance était certaine. La culture scientifique à laquelle a fait face Polanyi à l époque était obsédée par l'idée d objectivité indépendante du pratiquant (chercheur). Une grande préoccupation de Polanyi, c'était que les deux fondements de la science et les valeurs de la société avaient été érodées par une approche de l'épistémologie fondée sur ce détachement et ce doute méthodologique. Sa philosophie a été façonnée par son expérience en tant que scientifique, et sa thèse principale est que les connaissances scientifiques contiennent un élément tacite inexprimable, fourni par la formation (background) du scientifique, son imagination et sa compétence. Une telle connaissance personnelle, qui implique aussi un aspect fiduciaire (ou du domaine de la foi), n'est pas purement subjective, cependant, parce qu'elle compote une intention universelle, et est jugée par la communauté des scientifiques. Malgré un intérêt évident de Polanyi pour le débat ou le dialogue science-religion, c est un philosophe quelque peu oublié. Denis Alexander 7 ne se réfère pas du tout à lui dans son livre volumineux. C est la même chose pour Fraser Watts 8, le premier Maître de conférences Starbridge en 3 Polkinghorne, J. Theology in the Context of Science, London: SPCK (2008), p. xv. 4 Polanyi, M. Science, Faith and Society, Chicago: University of Chicago Press (1946) 5 Polanyi, M. Personal knowledge: Towards a Post-critical Philosophy, Chicago: University of Chicago Press (1958). 6 Polanyi, M. The Tacit Dimension, New York: Doubleday & Co. (1966). 7 Alexander op. cit., (1). 8 Watts, F. Are science and religion in conflict?, Zygon (1997) 32(1), /10

3 théologie et en sciences naturelles à l'université de Cambridge en sa conférence inaugurale. Lesslie Newbigin 9 et Vinoth Ramachandra 10, cependant, écrivant tous deux sur la mission chrétienne pour une culture scientifique, s appuient fortement sur Polanyi. Il en va de même pour John Polkinghorne, qui le décrit comme «le philosophe de la science qui... a offert la formulation la plus utile de la méthode et des résultats de la science.» 11 Revendication 1 - La science est basée sur des faits vérifiables, alors que la religion repose sur la foi qui n'est pas susceptible d'une vérification Cette revendication de la science est au moins partiellement fausse et constitue une diminution de sa stature intellectuelle. Le fait est que l'observation ou même le catalogage des faits ne constitue pas la science, qui se caractérise principalement par des théories. Polanyi a fait valoir que les théories sont plus objectives que l expérience immédiate, parce que, (i) une théorie est quelque chose d'autre que soi-même, (ii) une théorie ne peut pas se laisser égarer par ses illusions personnelles et (iii) une théorie peut être construite sans tenir compte de la démarche normale de chacun à l expérience. 12 Nous devrions nous méfier de l'expérience quotidienne, car elle pourrait donner naissance à la subjectivité et même à l'erreur 13 : c'est une telle expérience qui nous donne à penser que le soleil tourne autour de la terre, par exemple. En fait l'expérience quotidienne est très éloignée des frontières de la science à l'heure actuelle, avec les quarks, les supercordes, les multivers et l'énergie noire. De telles idées sont presque aussi difficiles à croire que, par exemple, l affirmation religieuse centrale pour les chrétiens selon laquelle quelqu'un est ressuscité des morts! Comme Polkinghorne le dit: «Même les spéculations théologiques les plus audacieuses ne dépassent guère en audace les conjectures des théoriciens des cordes.» 14 Il dit aussi que le critère de la vérité dans les sciences depuis le début du XXe siècle n'est pas de savoir si une proposition est «raisonnable», mais si un enchaînement logique peut être présenté pour elle 15, et que les prétentions à la vérité de la théologie devraient être présentées de la même manière. En d'autres termes, les descriptions scientifiques du monde moderne sont très contre-intuitives et nécessitent un degré considérable de consentement intellectuel - consentement qui n'est pas sans rappeler la foi. Le conte d'eddington des deux tables 16 (cité par Lipton 17 ) traduit cette différence entre la description scientifique et l'expérience quotidienne.... J ai tiré mes chaises vers mes deux tables. Deux tables! Oui, il ya des copies de tous les objets autour de moi - deux tables, deux chaises, deux stylos... L une d elles m a été familière depuis mes premières années... Elle possède une extension, elle est relativement stable, colorée, et surtout elle est importante... La Table N 2 est ma table scientifique... Elle n'appartient pas au monde mentionné ci-dessus... Ma table scientifique est essentiellement vide. Clairsemées dans ce vide existent de nombreuses charges électriques qui se précipitent en tous sens à grande vitesse, mais leur volume combiné représente moins d'un milliardième du volume de la table elle-même. Malgré sa construction étrange elle s avère être une table entièrement efficace. Elle supporte mon papier à écrire de manière aussi satisfaisante que la Table N 1, car lorsque je pose le papier sur elle, ses petites particules électriques se précipitent la tête la première pour frapper la face inférieure, de sorte que le papier est maintenu en vol plané à un niveau presque stable. Il faut dire cependant que les scientifiques s'attendent à ce que leurs théories soient vérifiées ou réfutées par des faits (par opposition à l'expérience quotidienne), et dans ce sens les faits pourrait être 9 Newbigin, L. Foolishness to the Greeks: The Gospel and Western Culture, London: SPCK (1986), pp Ramachandra, V. Gods that Fail: Modern Idolatry and Christian Mission, Carlisle: Paternoster (1996), pp Polkinghorne op. cit., (3), p Polanyi op. cit., (5), p ibid, p Polkinghorne op. cit., (3), p Polkinghorne op. cit., (3), p Eddington, A. The Nature of the Physical World, Cambridge: Cambridge University Press (1928), pp. xi-xii. 17 Lipton, P. Science and religion: The immersion solution, in Moore, A. & Scott, M. (eds) Realism and Religion:Philosophical and Theological Perspectives, Aldershot: Ashgate (2007), pp /10

4 considérés comme plus «fondamentaux» que les théories, malgré l'argument selon lequel les «faits» pourraient être chargés de théorie et eux aussi accessibles uniquement à travers un appareil expérimental. La plupart des «théories» religieuses (par exemple l'existence de Dieu) ne se prêtent pas à être testées de cette manière. Toutefois, en ce qui concerne le christianisme, la résurrection du Christ est présentée comme une affirmation qui peut être testée par des évidences historiques (par exemple, le corps manquant). Ici bien sûr, ce sera des critères historiques qui seraient nécessaires pour les évaluer (par exemple une preuve circonstancielle, des récits de témoins oculaires, l'intervalle de temps entre les événements et les premiers manuscrits), plutôt que des critères «scientifiques». En plus d'être contre-intuitive, la grande entreprise de la science elle-même nécessite une extrapolation intellectuelle, encore une fois très proche de l'expérience de la foi - comment pouvonsnous croire que nous, qui avons évolué à partir de poussières d'étoiles, sommes en mesure de comprendre les étoiles? Ramachandra fait valoir que les hypothèses nécessaires pour la poursuite de la science sont comme des articles de foi 18, à savoir (1) qu'il existe un monde réel en dehors de nos esprits, et que le monde est structuré d'une manière ordonnée et intelligible; (2) que cet ordre rationnel est contingent, il ne peut être déduit à l'avance par un raisonnement logique, mais est à découvrir, appelant ainsi à une attitude fondamentale d'humilité devant le monde dont nous cherchons à exprimer la rationalité au moyen de nos théories et expériences; et (3) que l'intelligibilité de l'univers est accessible à l'esprit humain: nos capacités épistémiques, bien que limitées, sont suffisantes pour cette tâche. De telles hypothèses ne peuvent pas être testées. Au contraire, elles sont vérifiées par le succès de la communauté scientifique. Ce n'est pas sans rappeler les affirmations des adeptes religieux prétendant que leurs systèmes de croyance sont authentifiés par leurs expériences mystiques ou pratiques partagées. Les scientifiques ne se contentent pas de tenir à leurs théories, mais ils s en servent aussi. Tout comme une canne devient une extension du bras d'un aveugle quand il l utilise pour explorer une grotte, une théorie scientifique est intériorisée par un scientifique quand il l utilise pour faire de nouvelles découvertes 19. Une telle intériorisation est semblable au fait d avoir une vision religieuse du monde. La prise de conscience focale du scientifique n'est pas centrée sur la théorie, mais sur la découverte. Néanmoins, il a une prise de conscience subsidiaire de la théorie, lui permettant d'être critique de la théorie si elle se trouve en défaut. Cette combinaison de prises de conscience focale et subsidiaire est ce que Polanyi appelle «connaissance tacite» 20. De même, la vraie religion est aussi moins une question de croyance que d'action. Dans le Nouveau Testament, il est dit: «Montre-moi ta foi sans les œuvres, et je te montrerai ma foi par ce que je fais. Vous croyez qu'il y a un seul Dieu. Bon! Même les démons le croient aussi - et ils tremblent. Vous, homme insensé, voulez-vous des preuves que la foi sans les œuvres est inutile?» (Jc 2: 18-20). Donc, ce qui est important, ce n'est pas l'intensité de la croyance, mais c est plutôt d agir avec le peu de croyance que l'on a. Plus tôt dans le Nouveau Testament, Jésus suggère également que la foi a juste besoin d être de la taille d'une graine de moutarde: «Si vous avez de la foi comme un graine de moutarde, vous pouvez dire à ce mûrier, «Déracine-toi et plante-toi dans la mer», et il vous obéira» (Lc 17: 6). Bien que cet accent mis sur l agir plutôt que sur le simple consentement mental à un ensemble de croyances soit invoqué dans le christianisme, c est probablement aussi le cas avec la plupart des autres religions. En bref, on peut affirmer que la science comporte une composante de foi-comme la religion. En fait, Polanyi a beaucoup utilisé le mot «fiduciaire» pour décrire comment la science devrait être 18 Ramachandra, V. Subverting Global Myths: Theology and Public Issues Shaping our World, Downers Grove: IVP Academic (2008), p Polanyi op. cit., (6), pp & ibid., pp /10

5 pratiquée. Il a rejeté la méthodologie du doute de Descartes, en soulignant que dans l'histoire de la science, le scepticisme avait autant que la croyance conduit à l'erreur. Par conséquent, il n'y a pas de ligne directrice universelle permettant de décider si le doute ou la croyance est meilleur pour la découverte scientifique 21 ; les actes tacites ne sont jamais ni critiques, ni non critiques, mais plutôt a- critiques 22. Toutefois, Polanyi a déclaré que toute expérience, y compris celle des scientifiques, est basée sur une croyance 23. Il a comparé cette croyance à la foi religieuse, et cité saint Augustin qui dit: «nisi credideritis, non intelligitis» (si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas) 24. En résumé donc, bien qu'il ait été suggéré que certaines affirmations du christianisme puissent être testés par des preuves historiques, le principal argument pour contester la revendication 1 est que science et la religion utilisent touts deux la foi (la conviction des choses non vues) pour la découverte et l'action. Revendication 2 La science est conduite de manière que le pratiquant soit détaché de son enquête, tandis que la religion est caractérisée par la subjectivité du pratiquant Polanyi dit que la connaissance est une activité de résolution de problème, et que nous y sommes poussés par une implication personnelle et une passion heuristique. C est la passion qui dirige le choix d un problème de recherche 25. Même, les animaux dit-il, font preuve d'une passion pour résoudre un problème auquel ils sont confrontés, même sans recevoir de gratification 26. Une des passions qui conduisent les êtres humains est un désir de beauté, ce qui s'est reflété dans de nombreux domaines d'activités 27 : L'affirmation d'une grande théorie scientifique est en partie l'expression d'un plaisir. La théorie a une composante inarticulée acclamant sa beauté, et cela est essentiel à la croyance que la théorie est vraie... Une théorie scientifique qui attire l'attention sur sa propre beauté, et repose en partie sur elle comme justification pour représenter la réalité empirique, s'apparente à une œuvre d'art qui attire l'attention sur sa propre beauté comme un gage de la réalité artistique... En enseignant ses propres canons d excellence formelle, la science fonctionne comme l'art, la religion, la morale, le droit et d'autres constituants de la culture. De grands scientifiques comme Kepler et Einstein avaient une grande passion pour la beauté intellectuelle dans leurs théories 28. Polanyi a également déclaré que les scientifiques avaient une passion convaincante 29 pour faire accepter leurs théories par les autres, ce qui avait parfois généré des controverses scientifiques. Polanyi soutient donc non seulement que la science est basée sur la foi, mais aussi qu'elle est motivée par des passions personnelles. Cette position soulève deux problèmes. Le premier c est la circularité, puisqu'on ne peut exprimer ses convictions ultimes qu à partir de cette conviction. Cela ne semble pas déranger Polanyi, qui dit que même un dictionnaire est circulaire, puisqu un mot est défini en utilisant une chaîne d'autres mots qui pourraient les ramener au mot de départ 30. Le second problème est le dogmatisme qui s ensuit. Ici, Polanyi cite Tillich, un théologien chrétien qui a dit: «La foi inclut elle-même et le doute sur elle-même» 31, suggérant ainsi que la foi peut inclure un élément de doute. En outre, Polanyi a déclaré que le dogmatisme pourrait être corrigé par des contrôles à la fois 21 Polanyi op. cit., (5), pp ibid., p ibid., p ibid., p ibid., p ibid., p ibid., p ibid., pp ibid., p ibid., p ibid., p /10

6 internes et externes. Toutefois, une science qui avancerait par une foi de facto tout en prétendant ne pas le faire, possèderait un dogmatisme qui ne pourrait pas être vérifié 32. Même s'il y a de nombreux éléments personnels impliqués dans la connaissance scientifique, Polanyi dit qu'elle est sous-tendue par une intention universelle. En d'autres termes, les scientifiques réalisent les «intégrations» de leurs indices pour arriver à des conclusions au sujet d'une réalité extérieure dont ils sentent que d'autres pourraient aussi arriver à la cerner. Ceci requiert un engagement équivalent à une responsabilité morale personnelle, qu un processus mécanique d'induction scientifique ne demanderait pas 33. Il a comparé cela à la décision rendue par un juge 34 : Nous pouvons regarder le mécanisme de l'engagement fonctionner sur une petite échelle, et pourtant révéler toutes ses caractéristiques, dans la façon dont le juge décide sur un cas nouveau. Sa discrétion s'étend sur les alternatives possibles laissées ouvertes à lui par le cadre explicite existant de la loi, et dans ce domaine il doit exercer son jugement personnel. Mais la loi n'admet pas qu'il ne parvienne pas à couvrir tous les cas possibles et imaginables. En cherchant la bonne décision le juge doit trouver la loi, censée être en vigueur même si elle est encore inconnue. C'est pourquoi finalement sa décision devient exécutoire comme loi. La discrétion du juge est donc ramenée à zéro par la mainmise de sa propre intention universelle - par la puissance de sa responsabilité sur lui-même. Nous voyons ici que la liberté de la personne subjective de faire comme il lui plaît est annulée par la liberté de la personne responsable d'agir comme il se doit. Remarquez cependant, qu'il n'y aurait pas eu de responsabilité s il n'y avait pas indépendance. Une autre façon de le dire est que le progrès scientifique a besoin d'une conscience scientifique en plus de pulsions créatives et de précaution critique 35. Polanyi a déclaré que les critères tels que la simplicité, la symétrie et l'économie, bien que tenus comme des normes objectives pour évaluer les théories, ont toujours impliqué des jugements subjectifs 36. Il existe une similitude ici avec les critères de Kuhn concernant le choix d une théorie 37, auxquels nous nous référons ci-dessous dans le présent document. Le travail d'un scientifique est alors comparable à celui d'un interprète doué qui joue en accord avec des critères que pour l essentiel il s est donné à lui-même 38.. Dans la description que fait Polanyi de l'engagement du juge et de la responsabilité, semble se dissoudre la distinction qu'il fait entre le détachement et la passion. Néanmoins, il est clair que la science exige l'implication personnelle du scientifique, non seulement pour interpréter les données, mais aussi pour postuler des «conjectures audacieuses». Bien que la connaissance soit donc de nature personnelle, Polanyi a déclaré qu'elle n'était pas purement subjective, parce que (i) elle fait référence à une réalité extérieure et (ii) elle est affirmée avec la conviction que d'autres pourraient y arriver aussi. Il a dit, cependant, qu une telle croyance pourrait être erronée. En outre, même si elle vraie, sa portée et sa signification futures sont largement indéterminées, ce qui est une caractéristique de la connaissance théorique 39. En tout cas, Polanyi a affirmé que «l'homme peut transcender sa propre subjectivité en s'efforçant avec passion à remplir ses obligations personnelles à des normes universelles» 40 Fraser Watts 41, aussi, résonne fortement avec Polanyi, en précisant que «Le fait que la subjectivité est impliquée ne veut pas dire que l'objectivité est impossible à atteindre. Cette idée que la subjectivité et l'objectivité sont des pôles opposés s'inscrit dans le cadre de notre héritage intellectuel de l'époque 32 ibid., p ibid., p ibid., pp Polanyi op. cit., (4), p Polanyi op. cit., (5), p Kuhn, T.S. The Essential Tension: Selected Studies in Scientific Tradition and Change, Chicago:University of Chicago Press (1977), pp Polanyi op. cit., (5), p ibid., p ibid., p Watts op. cit., (8) 6/10

7 moderne, un vestige dont je crois que nous devons nous débarrasser», et encore, «le développement d'une représentation scientifique est une question d'interprétation, et pas seulement de l'accumulation de faits». Selon Popper, cependant, la subjectivité en science est souhaitable principalement au stade de la «conjecture audacieuse», alors que la phase de test critique appelle à un grand degré d objectivité» 42.C est à peu près parallèle à la tension entre la passion personnelle et la vocation universelle pour Polanyi. Là où la religion est concernée, toutefois, de nombreux arguments pour l'authentification sont fondés sur l'expérience personnelle, mais partagée. En résumé donc, il faut admettre que la religion est sans doute moins objective que la science. Toutefois, la revendication 2 peut être contestée parce que nous voyons que la science a aussi d indispensables éléments subjectifs, comme la religion ; mais ceci ne doit pas faire obstacle et ne fait pas obstacle à l'objectivité. Revendication 3 - La science a eu ses théories renversées par de meilleures théories, tandis que la religion est caractérisée par des attitudes dogmatiques Une autre similitude très intéressante entre la science et la religion, à laquelle font allusion à la fois Kuhn et Polanyi, est l éducation rigoureuse dans une tradition (ou le paradigme dominant comme Kuhn l a appelé) et l'idée de l'apprentissage au sein d une communauté (décrite par Polanyi). La communauté est très importante pour l'épistémologie de Polanyi. Un de ses rôles principaux est d être le support de la tradition. Si la connaissance tacite dépend de la capacité à habiter ou intérioriser un cadre de connaissances, une communauté est nécessaire pour maintenir ce cadre. Ceci, selon Polanyi, est réalisé grâce au processus de l'éducation, où la connaissance est transmise, et l'autorité, à la fois de cette connaissance et de ses pratiquants, a été reconnue par les étudiants. Polanyi compare l'éducation scientifique avec l'enseignement religieux d'une part et avec l'apprentissage artisanal de l'autre. Ils ont lieu tous deux au sein de communautés. La comparaison avec l'enseignement religieux souligne l aspect de la soumission volontaire à un ensemble de valeurs ultimes ; c'est une telle soumission de fait qui à son tour soutient la communauté 43 et donne lieu à une coopération entre ses membres dans un esprit de convivialité 44. Kuhn, lui aussi, décrit la façon dont les scientifiques sont formés. L'étudiant est formé essentiellement par des manuels, qui contiennent des corpus de la connaissance établie. Les étudiants en sciences ne sont pas exposés à des connaissances de pointe (dans des revues par exemple) jusqu'à très tard dans leur formation. En outre, les manuels de sciences contiennent peu ou pas de description de l'évolution historique de leur objet d étude. Les paradigmes ou les cadres qui avaient fonctionné auparavant, ne sont pas considérés comme importants et seule la conception dominante est présentée 45. Il y a très peu de place pour enseigner aux élèves à distinguer entre les différents points de vue, parce que tous les manuels scientifiques dans un domaine donné ont le même point de vue - à savoir, celui fondé sur le paradigme dominant 46. L'objectif est d éduquer les élèves dans un moule bien défini - celui du paradigme dominant. Cette éducation a été décrite par Kuhn comme «une éducation étroite et rigide, sans doute plus que tout autre, sauf peut-être dans la théologie orthodoxe» 47. Un enseignement scientifique, donc, induit en fait un esprit de dogmatisme. 42 Popper, K.R. Conjectures and Refutations: The Growth of Scientific Knowledge, 5th edn., London: Routledge (1989), pp Polanyi op. cit., (4), p Polanyi op.cit., (5), p Kuhn, T.S. The Structure of Scientific Revolutions, 2nd edn., Chicago: University of Chicago Press (1970), pp Kuhn op. cit., (37), p Kuhn op. cit., (45), p /10

8 Des mots tels que «foi», «confiance» et «tenu pour acquis» figurent dans les écrits de Kuhn 48, ces mots sont plus souvent associés à la foi religieuse. Cependant, Kuhn a fait valoir qu une telle foi et un tel dogmatisme créent le contexte dans lequel une erreur ou anomalie peut «surgir» 49 et conduire à un changement de paradigme. La rigidité même de la tradition permet l'éclatement de cette même tradition. Il a fait sienne la maxime de Bacon «la vérité émerge plus facilement de l'erreur que de la confusion» 50 en préférant un paradigme unique pour gouverner la science normale plutôt que d'avoir plusieurs alternatives simultanées, comme préféré par Feyerabend 51 et Lakatos 52. Les arguments ci-dessus tendent donc à montrer que le dogme, au moins d'un type particulier, fait tout à fait partie de la science, à la fois avec Polanyi et Kuhn faisant allusion à la manière dont cet aspect rend une communauté scientifique semblable à une communauté religieuse. Il est clair, cependant, qu'il y a eu de nombreux changements dans le paradigme dominant concernant la science. Kuhn les a appelé des révolutions scientifiques. Popper a utilisé la notion de réfutabilité pour distinguer entre science et non-science. Il a été profondément influencé par l'attitude d'einstein pour arriver à son épistémologie et a écrit ceci dans son autobiographie intellectuelle 53 : Mais ce qui m'a impressionné le plus a été la propre déclaration claire d'einstein qu'il considérerait sa théorie comme insoutenable si elle devait échouer dans certains tests. Ainsi il a écrit par exemple: «Si le décalage vers le rouge des raies spectrales en raison du potentiel gravitationnel n existe pas, alors la théorie de la relativité générale va être intenable». Il y avait là une attitude tout à fait différente de l'attitude dogmatique de Marx, Freud, Adler, et plus encore celle de leurs disciples. Einstein a été à la recherche d'expériences cruciales dont l'accord avec ses prédictions ne pourrait en aucun cas établir sa théorie, tandis qu'un désaccord, comme il a été le premier à le souligner, montrerait sa théorie intenable. Ceci, je l ai senti, était la véritable attitude scientifique. C était tout à fait différent de l attitude dogmatique qui sans cesse proclame trouver des «vérifications» pour ses théories préférées. Ainsi je suis arrivé... à la conclusion que l'attitude scientifique est l attitude critique, qui ne recherche pas des vérifications, mais des tests cruciaux; des tests qui pourraient réfuter la théorie testée, mais ne pourraient jamais l établir. Il semblerait de façon superficielle que les religions ne sont pas mises à réfuter leurs croyances fondamentales de la même manière que Popper le préconise pour la science. Cependant, presque toutes les religions comportent une interprétation, et de nombreuses religions, en particulier le christianisme, ont subi des changements majeurs dans la façon dont leurs enseignements et leurs pratiques sont promus parmi les adhérents. Par exemple, il y a eu des changements importants dans les attitudes sur des questions telles que l'esclavage, les droits des femmes et la protection de l'environnement. L'Eglise catholique romaine a connu des changements significatifs dans la théologie après le Concile Vatican II. Polkinghorne donne un exemple de la façon dont l'eglise a largué une théorie du troisième siècle d'origène sur l'œuvre expiatoire du Christ 54. Ces changements pourraient être considérés comme résultant d un «test critique» et du «renversement» d hypothèses religieuses, ce qui n'est pas sans rappeler ce qui se passe dans la science. Qu en est-il des croyances religieuses fondamentales, cependant? Dans le christianisme, par exemple ce serait l'idée d'un Dieu créateur qui s'est révélé lui-même à l'homme. Pour la religion en général, une croyance fondamentale commune serait probablement l'affirmation d'une réalité transcendantale ultime. Il est peu probable que de telles croyances vont changer, parce que cela constituerait un abandon de l'ensemble du projet. Cependant, la science aussi a des phénomènes immuables, non pas tant dans ses théories ou paradigmes que dans ses hypothèses implicites (comme 48 Hoyningen-Huene, P. Reconstructing Scientific Revolutions: Thomas S. Kuhn s Philosophy of Science, Chicago: University of Chicago Press (1993). 49 Kuhn op. cit., (37), pp Kuhn op. cit., (45), p Feyerabend, P. How to defend society against science, in Hacking, I. (ed.) Scientific Revolutions,Oxford: Oxford University Press (1981), pp Lakatos, I. History of science and its rational reconstructions, in Hacking, I. (ed.) op. cit., (51), pp Popper, K.R. Unended Quest: An Intellectual Autobiography, Glasgow: Fontana, 1976, p Polkinghorne op. cit., (3), p /10

9 en témoigne par exemple la citation de Ramachandra ci-dessus p. 5 dans le présent document) et dans ses critères de définition. Ces critères sont souvent utilisés pour décider entre des paradigmes concurrents, tout comme les croyances fondamentales d'une religion seront utilisés pour décider entre des croyances périphériques. Kuhn, par exemple, a proposé cinq critères 55 sans prétendre être exhaustif, à savoir: (i) précision: en ce qui concerne les prévisions faites par la théorie; (ii) cohérence: en ce qui concerne les éléments à la fois internes à la théorie et externes à elle (par exemple, la façon dont elle s'inscrit dans le cadre d'autres théories en science, même dans des domaines différents, ou même avec une position métaphysique); (iii) étendue: ce qui est la quantité de phénomènes expliqués par la théorie; (iv) simplicité: ce qui est presque une idée esthétique et donc métaphysique, mais à laquelle presque tous les scientifiques souscriraient (v) fécondité: qui se rapporte à la promesse de continuer l activité scientifique, et pas nécessairement associée à la correspondance avec le monde (comme le sont les trois premiers critères). Donc, en résumé, la revendication 3 est contestée en faisant valoir que la science elle-même est souvent dogmatique et qu'elle a aussi un ensemble d'engagements fondamentaux qui ne changent pas; aussi que les changements dans les enseignements, les pratiques ou encore les orientations d'une religion peuvent être semblables au renversement des hypothèses. Revendication 4 - La science cherche l'assentiment de tous ses pratiquants, tandis qu il ya des opinions très contrastées d'une religion à une autre La distinction décrite dans cette revendication n'est pas aussi claire qu'il y paraît. L idée que la science a l'assentiment de tous ses pratiquants a été le mieux présenté par Kuhn. Kuhn définit la science pré-normale 56 comme une science immature, où les différentes écoles concurrentes avaient chacune leur propre cadre de recherche. Une science passe d'un stade pré-normal à un stade normal lorsque l'un des écoles concurrentes l'a emporté sur les autres. Ceci se passe lorsque l'école victorieuse peut montrer que son cadre a expliqué les problèmes fondamentaux dans le domaine mieux que les autres, et a réussi à attirer les scientifiques principaux pour suivre son exemple. C'est cette convergence de vues sur un paradigme qui fait de la science normale un tel exercice productif avec de nombreux scientifiques axés sur la résolution de divers problèmes, mais tous dans le même paradigme global. C est-aussi cette unanimité qui crée une communauté de scientifiques, qui transcende les identités nationales et autres. Cependant, chaque fois qu'il y a des différents dans les principes fondamentaux d'un domaine, la science est caractérisée par des points de vue divergents. Bien que Kuhn appelle ceci science prénormale ou crise dans une discipline scientifique existante, Lakatos 57 et Feyerabend 58 évoquent des alternatives simultanées à tout moment. En fait, Feyerabend considère la science dangereuse, car elle exclut des explications alternatives 59. Récemment, le physicien théoricien Lee Smolin 60 a fait appel aux idées de Feyerabend pour obtenir que des scientifiques poursuivent des alternatives au paradigme dominant de la théorie des cordes, décrivant comment des scientifiques avec des opinions divergentes ont eu du mal à obtenir des postes de professeurs dans des universités américaines, malgré le fait que la théorie des cordes n'a pas produit de résultats significatifs depuis un quart de siècle. 55 Kuhn op. cit., (37), pp Kuhn op. cit., (45), pp Lakatos op. cit., (52). 58 Feyerabend, P. Against Method: Outline of an Anarchistic Theory of Knowledge, London: NLB (1975). 59 Feyerabend op. cit., (51). 60 Smolin, L. The Trouble with Physics, London: Penguin (2006), pp /10

10 Les religions sont bien sûr largement acceptées comme ayant des doctrines contrastées, mais au moins un des objectifs de la discipline de la religion comparative est l'identification de thèmes d enseignements communs dans les différentes religions, en dépit de leurs visions du monde très différentes. Ainsi les questions du bien et du mal, et de la vie et de la mort sont traitées dans toutes les religions, bien que de manière différente. Polkinghorne suggère que de telles différences peuvent être considérées comme similaires à la façon dont les physiciens ont maintenu à la fois les théories ondulatoire et particulaire de la lumière de 1900 à 1925, jusqu'à ce que le paradoxe ait été résolu par la théorie quantique 61. Dans le même temps, les adeptes de nombreuses religions recommandent leur foi à d'autres de confession différente, sans doute parce qu'ils estiment que ces autres ont besoin d'être conduits à leur vérité - en d'autres termes, ils cherchent un assentiment universel. À certains moments la propagation de la foi a malheureusement été associée à la séduction ou même à la violence. C est peut-être pour cette raison que les sociétés modernes ont consigné la religion à une sphère relativement privée, ce qui suggère que ce qui importe, ce n'est pas ce que vous croyez, mais plutôt si votre croyance est capable de vous aider ou de vous ennoblir. Cette position est évidemment rejetée par beaucoup, mais en aucun cas par tous les adhérents, qui soutiennent que les prétentions à la vérité des religions sont importants et «réels», au moins dans la mesure où les scientifiques attribuent une position réaliste pour la science. Ceci fait qu il est important de débattre de ces prétentions à la vérité sur la place publique, de manière similaire à la façon dont le sont des théories scientifiques contrastées. Ainsi, la revendication 4 peut être contestée, car il y a des moments où la science est et peut-être devrait être poursuivie dans des écoles de pensée différentes et même en compétition, bien que l'objectif de la science soit de converger sur un consensus. Les religions ont aussi des similitudes contrastées par rapport à la science - d'une part montrant un terrain d'entente à une sorte de métaniveau, et d autre part cherchant à défendre leurs prétentions à la vérité sur la place publique tout en adoptant une position réaliste. Clôture Malgré son énorme succès, Polanyi estime que l'approche surcritique de la science, caractérisée par le détachement et le doute, a détruit ses fondements mêmes. Ainsi il a écrit 62 : Le mouvement critique, qui semble être presque à la fin de son cours aujourd'hui, était peut-être l'effort le plus fructueux jamais soutenu par l'esprit humain. Les quatre ou cinq derniers siècles, qui ont progressivement détruit ou éclipsé tout le cosmos médiéval, nous ont enrichi mentalement et moralement dans une mesure inégalée par toute période de même durée. Mais son incandescence s'est nourrie de la combustion de l'héritage chrétien dans l'oxygène du rationalisme grec, et quand ce carburant a été épuisé le cadre critique lui-même s est consumé. Ce document a utilisé le travail de Polanyi, et aussi ceux d'autres philosophes des sciences bien connus du XXe siècle pour prétendre que la science et la religion ne sont pas aussi différents qu'ils ont été faits pour l'être, même (ou surtout?) pour une religion fortement basée sur la foi comme le christianisme. La principale approche a été de montrer que la science est similaire à la religion, bien que la similitude inverse a également été traitée. La principale contribution de Polanyi à ce débat, c'est son argument selon lequel la science doit être poursuivie comme une passion personnelle au sein d'un cadre fiduciaire. Priyan Dias est un professeur principal de génie civil à l'université de Moratuwa, Sri Lanka et un membre de Sri Lanka National Academy of Sciences. Source : Science & Christian Belief, (2010),Vol 22, No. 1, Polkinghorne op. cit., (3), p Polanyi op. cit., (5), pp /10

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

linguiste. De cette façon nous pourrons définir un aspect fondamental de la Linguistique Appliquée.

linguiste. De cette façon nous pourrons définir un aspect fondamental de la Linguistique Appliquée. RÉSUMÉ EN FRANÇAIS Cette thèse a deux objectifs principaux qui, compte tenu de leur complémentarité, nous pouvons les combiner dans un seul but qui est le suivant: l'étude de la formation à la communication

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

Remarques sur la présentation de M. Mehl

Remarques sur la présentation de M. Mehl International Web Meeting Remarques sur la présentation de M. Mehl Murakami Katsuzo Après avoir résumé brièvement la présentation de M. Mehl, je poserai deux questions. Ⅰ.La métaphysique en mal de monde

Plus en détail

Jésus-Christ est-il monothéiste ou non dualiste?

Jésus-Christ est-il monothéiste ou non dualiste? By Brother Martin. Jésus-Christ est-il monothéiste ou non dualiste? Ce qui suit n est pas un texte scientifique. C est plutôt une vue personnelle sur le sujet. Judaïsme, Chrétienté et Islam sont généralement

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur Cette note vise à évaluer la diffusion de l œuvre de Paul Ricœur dans l univers des revues scientifiques.

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens Deux courants sociologiques anciens Le holisme selon lequel on ne peut saisir la façon dont les hommes agissent en société qu en étudiant les mécanismes et les déterminismes qui les enserrent dans leur

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

René Descartes Discours de la méthode, 1637 Quatrième partie

René Descartes Discours de la méthode, 1637 Quatrième partie René Descartes Discours de la méthode, 1637 Quatrième partie Question 1 : pourquoi Descartes juge-t-il nécessaire de nous faire part de ses méditations? Descartes estime que, malgré les réticences qu'il

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

On parle beaucoup aujourd hui de

On parle beaucoup aujourd hui de Couverture Noël: une reconnaissante dépendance du Christ Le message de Sa Grâce Rowan Williams, archevêque de Canterbury, pour les lecteurs de 30Jours On parle beaucoup aujourd hui de ceux qui préfèrent

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 PRÉVENTION/GESTION DES CONFLITS J-L NIGAUD PRÉAMBULE CONFLIT : Un des modes d expression parmi d autres du «Vivre ensemble» dans tout groupe social. Système

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

COURS DE PHILOSOPHIE. Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013

COURS DE PHILOSOPHIE. Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013 COURS DE PHILOSOPHIE Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013 La philosophie Le sujet Le désir La culture L histoire La raison et le réel La démonstration La vérité

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Les risques en aéronautique, une réalité

Les risques en aéronautique, une réalité MENTALPILOTE.COM Les risques en aéronautique, une réalité En tant que pilote vous êtes davantage vulnérables si vous n êtes pas conscient des dangers qui vous menacent, et la prévention commence par l

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations. Formulaire de demande d admission. Section 1 - Identification

Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations. Formulaire de demande d admission. Section 1 - Identification Programme de Maîtrise en Leadership & Management des organisations Formulaire de demande d admission Nom complet : Adresse actuelle : Section 1 - Identification Adresse permanente (si différente de l'adresse

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail