L intégration du. tout-petit dans une. classe TPS-PS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L intégration du. tout-petit dans une. classe TPS-PS"

Transcription

1 Karine DESPLACE N de dossier: Y IUFM de Dijon L intégration du toutpetit dans une classe TPSPS Mai 2006 Sous la direction de Patrice Carrière

2 Je tiens à remercier tout particulièrement Patrice CARRIERE pour son aide précieuse ainsi que pour sa disponibilité. 2

3 Sommaire Introduction Page 4 I Etat des lieux Page 5 1 ) Historique de la scolarisation des deux ans Page 5 2 ) Les besoins spécifiques de l'enfant de deux ans Page 9 3 ) La spécificité de l'accueil des deux ans à l'école maternelle II Les différents points de vue Page 11 Page 14 1 ) L'avis des spécialistes Page 14 2 ) L'avis des enseignants Page 16 3 ) Ce que pensent les syndicats Page 17 4 ) Ce que pensent les parents Page 17 III L'intégration du toutpetit Page 18 1 ) Ce que disent les textes officiels Page 18 2 ) L'intégration au sein du groupe classe Page 20 3 ) L'intégration dans les apprentissages Page 21 Conclusion Page 26 Bibliographie Page 27 Sitographie Page 28 Sommaire des annexes Page 29 Table des figures Page 40 3

4 Introduction " Le problème avec les deux ans, c est qu ils n ont pas trois ans! La différence est importante mais c est un vrai et un faux problème. La question fondamentale est de savoir comment scolariser les jeunes enfants là où ils en sont, et quels sont les moyens nécessaires à ces enfants et à leur famille ". (Jean Epstein, psychosociologue) L accueil des enfants de deux ans à l école maternelle soulève débats et controverses. Certains font le pari que les «petits», les enseignants, l école dans son ensemble et, audelà, la société toute entière en retireront des avantages importants ; d autres considèrent que la scolarisation à deux ans est prématurée voire dangereuse Mais il existe une question que le débat a tendance à occulter : les deux ans sont très souvent scolarisés dans des classes à double niveau TPSPS. Il s agit donc de savoir si cette intégration est bénéfique ou non pour ses enfants dont les parents ont de toute manière déjà fait leur choix sur cette scolarisation précoce. Il semble donc nécessaire de commencer par établir un état des lieux de la scolarisation à deux ans en France à travers son historique, les besoins spécifiques de l enfant de deux ans et la spécificité de son accueil, pour ensuite s intéresser aux différents points de vue qu ont les spécialistes, les enseignants, les syndicats et les parents. Enfin, il sera temps de se pencher sur cette intégration du toutpetit dans un double niveau que ce soit au sein du groupe classe ou dans les apprentissages mais après avoir noté ce que proposent les textes officiels. 4

5 I Etat des lieux 1 ) Historique de la scolarisation des deux ans La scolarisation des enfants de deux ans n est pas une nouveauté de notre siècle dans la mesure où elle est prévue par les lois de Jules Ferry datant de , mais elle n est pas obligatoire comme le reste de la maternelle. Cependant, la scolarisation des deux ans n est pas entrée dans les mœurs contrairement à celle des trois ans, quatre ans et cinq ans, ce que montre le graphique cidessous : Figure 1 Evolution du taux de scolarisation des enfants de 2 ans à 5 ans ( ) Dans la mesure où la scolarité est obligatoire à partir de six ans, il est normal de constater que la première tranche d âge à être scolarisée à 100% est celle des cinq ans (1967), suivie de celle des quatre ans (1976) et enfin celle des trois ans mais plus tardivement (1992). En ce qui concerne les deux ans, ils ne sont toujours pas scolarisés à 100%. Ce phénomène se comprend aisément lorsqu on sait que cette population est acceptée à l école maternelle en fonctions des places disponibles. Cependant, le nombre d enfants de deux ans scolarisés avait bien augmenté avant de rechuter ces dernières années à 30% (2003). Ce nombre est à peu près stable depuis les années 80. 5

6 Ces chiffres s arrêtent en Il serait donc intéressant d observer le nombre de naissances afin de pouvoir faire une estimation de la suite de cette évolution. Voici donc un tableau faisant état des naissances de 2000 à 2005 : Nombre de naissances Ensemble Filles Garçons (p) (p) données provisoires ; Champ : France métropolitaine ; Source : Insee, bilan démographique. Figure 2 Nombre de naissances en France ( ) Il est intéressant de constater qu il y a bel et bien eu une baisse des naissances entre 2000 et 2003 (13318 naissances en moins), ce qui explique la diminution du taux de scolarisation des deux ans depuis Cela permet également de confirmer cette tendance jusqu en Mais les chiffres s inversent par la suite : naissances en plus entre 2003 et Cela laisse donc entrevoir un retournement et une augmentation du taux de scolarisation des deux ans pour les rentrées 2006 et Cette évolution diffère en fonction du type d établissement (privé ou public) comme le montrent ce tableau ainsi que ce diagramme en bâtons : Public Privé Total 2 ans ans ans ans Total Taux de scolarisation 25 ans 28,8 100,0 100,0 100,0 82,9 Champ : France métropolitaine. ; Source : Ministère de l'éducation nationale, Dep. Figure 3 Répartition des effectifs du préélémentaire par âge et taux de scolarisation (Année scolaire ) 6

7 Excepté l année , chaque baisse de la fréquentation des établissements publics correspond à une hausse de la fréquentation des établissements privés et vice versa. C est d ailleurs l année représentée dans le tableau de la figure 3. D après ce tableau le pourcentage d élèves du public par rapport à celui d élèves du privé est à peu près constant pour les trois ans, quatre ans et cinq ans (88,04%/18,12% ; 87,87%/12,13% ; 87,51%/12,49%). Ce chiffre est légèrement différent en ce qui concerne les deux ans (81,88% dans le public et 18,12% dans le privé). Il est peu probable de penser que les deux ans seraient scolarisés dans des établissements privés, puis dans des établissements publics à trois ans. Ce pourcentage pourrait peutêtre donc signifier que la part de scolarisation des deux ans dans le secteur privé est importante. Figure 4 Evolution de la scolarisation des enfants de 2 ans (publicprivé) 7

8 Cette évolution diffère également d un point de vue géographique comme le soulignent les deux cartes de France suivantes : Métropole : 35,2 % Guadeloupe : 17,1 % Martinique : 38,4 % Guyane : 2,8 % Réunion : 13,8 % 61 % et plus De 50 % à 60,9 % De 39 % à 49,9 % De 28 % à 38,9 % Moins de 28 % Figure 5 Taux de scolarisation à 2 ans en 1999 (public + privé) Métropole : 0,1 point Guadeloupe : + 5,5 points Martinique : + 14,6 points Guyane : + 0,9 points Réunion : + 4,4 points + 6 points et plus De + 2 à + 5,9 points De 2 à + 1,9 points De 6 à 2,1 points Inférieur à 6 point s Figure 6 Taux de scolarisation à 2 ans : évolution entre 1990 et 1999 (public + privé) Il apparaît donc ici que le taux de scolarisation des deux ans a tendance à baisser alors que le taux de natalité augmente. Dans la mesure où il existe diverses structures d accueil pour les moins de trois ans, il est pensable que cette classe d âge se dirige de plus en plus vers ces modes d accueil. Sont proposés aux parents des lieux d accueil régulier (crèches collectives, minicrèches, crèches parentales ou familiales, jardins d enfants), des lieux d accueil occasionnel (haltesgarderies, garderies périscolaires) et des structures multiaccueil (crèches+haltesgarderies). Les enfants peuvent également rester avec leurs parents lorsque l un d eux ne travaille pas. 8

9 Cet historique permet donc de se rendre compte de la situation relative à la scolarisation des deux ans. Mais il ne faut pas oublier que ces enfants ne sont pas que des chiffres et qu ils ont des besoins spécifiques. 2 ) Les besoins spécifiques de la scolarisation des deux ans Des besoins d ordre affectif Du fait de sa prématuration, l enfant de deux ans a besoin de protection, d attention, de sécurité pour se développer à son rythme. P.M. Baudonnière 1 remarque qu un enfant de deux ans ne peut communiquer qu avec un partenaire à la fois, que pour interagir par l imitation il a besoin de s isoler du groupe, que les excès de sollicitations générés par le groupe vont à l encontre d un développement harmonieux et serein. Entrer à l école pour la première fois, c est affronter des lieux inconnus, d autres enfants, c est être plongé dans une collectivité nombreuse et bruyante, et ces dépaysements coïncident avec la séparation d avec la mère et la maison familière. Plus l enfant est jeune, plus il est nécessaire que l adulte soit très présent, par le corps, la voix, l attitude (baissée très souvent), par le calme et la disponibilité de sa présence. C est lui qui initie à l espace de la classe et de l école, qui fournit les sollicitations pour jouer ou travailler et qui détourne l angoisse des premières heures comme plus tard il suscitera l intérêt et le plaisir. C est lui qui protège éventuellement contre les autres. Nicole Pradel2 a distingué quatre types de besoins qui favorisent la communication entre l enfant et l enseignant : l enfant ressent le besoin d être écouté et apprivoisé (confier un secret, jalousie des autres ), mais également d être rassuré (quitter la maman, timidité ). Nous pouvons constater aussi que l enfant a besoin d être regardé (être le centre du monde dans la classe), mais surtout d être aimé et compris (test du rejet et de la tendresse par rapport à l arrivée d un nouveauné par exemple BAUDONNIERE P.M. (1988), L évolution des compétences à communiquer chez l enfant de 2 à 4 ans, PUF, Paris. Citation extraite de À l école à 2 ans, pourquoi pas?, Nicole PRADEL, Paris, 1994.

10 Des besoins d ordre physiologique Les enfants de deux ans ont en effet des besoins spécifiques, totalement différents de ceux de leurs aînés. Ils ont besoins, plus encore que les autres, de sécurité, d amour et de rythmes doux, respectueux de leur sommeil et de leur fatigue. Matériellement, ils sont plus dépendants, physiquement, ils sont moins à l aise et psychologiquement, plus fragiles. Le Moi d un enfant n est pas encore totalement construit. A ce sujet, Jacques Lévine, psychologue, pense qu une des solutions pour la maternelle à deux ans serait «de démassifier les effectifs actuels en les rapprochant de ceux des bonnes crèches (deux ou trois enseignants pour vingt enfants) afin de pouvoir répondre correctement aux besoins d alimentation, de sommeil, de lavage, de promenade, de rencontre, de calme, de territoire, parce que ce sont des conditions structurantes du Moi3.». En plus de l alimentation et du sommeil, il semble intéressant de s arrêter également sur la propreté. L alimentation : elle doit être variée et équilibrée pour permettre une bonne croissance de l enfant. Les toutpetits se déshydratent rapidement, il faut donc prévoir des gobelets en classe leur permettant ainsi de boire quand ils le désirent. Le sommeil : les besoins de sommeil varient d un enfant à l autre et d un jour à l autre. Ils doivent donc pouvoir se lever de la sieste quand ils ont «fini de dormir». Ce qu on oublie également assez souvent, c est de prévoir un coin repos dans la classe. L enfant peut ainsi s y reposer quand il en ressent le besoin. La propreté : à cet âge là, l acquisition de la propreté est récente. Il se peut donc que des «accidents» surviennent. D autant plus que les enfants n ont pas forcément envie au même moment. Il faut donc les amener à demander quand ils veulent aller aux toilettes. C est d ailleurs un apprentissage fondamental dans le domaine du vivre ensemble (règles d hygiène, s habiller et se déshabiller seul, respect de l autre ) Citation extraite de La maternelle, portes ouvertes, Christiane Brancourt & Catherine Lelièvre, CalmannLévy, Paris, 1987.

11 Les enfants de deux ans ont donc des besoins spécifiques d ordre affectif et physiologique. Il faut donc les prendre en compte pour réaliser un bon accueil de cette population particulière à l école maternelle. 3 ) La spécificité de l'accueil des deux ans à l'école maternelle Guy Vermeil, pédiatre spécialiste des rythmes de l enfant, pense que «les écoles maternelles actuelles ne sont pas en état de recevoir des enfants de moins de trois ans. Il est en effet malheureux de constater que «rares sont les écoles qui ont véritablement réfléchi sur l accueil des toutpetits. [ ] Les locaux, les effectifs, la formation des institutrices, l organisation du temps et de l espace, la pédagogie rien de tout cela n est a priori vraiment adapté aux très jeunes enfants.4» Guy Vermeil pense également qu «il est souhaitable que les enfants de deux ans puissent être accueillis au moins une partie de la journée, dans des collectivités conçues pour eux.» Afin d améliorer les conditions d accueil, les effectifs réduits semblent une solution idéale. D après les textes officiels, une classe de toute petite section ne doit pas dépasser trentecinq élèves. Cependant, l Education nationale admet que ce seuil soit abaissé à trente élèves. Le principal syndicat des instituteurs (SNIPEGC) souhaiterait n accueillir pas plus de vingtcinq élèves. En revanche, les professionnels sur le terrain considèrent qu une toute petite section ne devrait pas compter plus de quinze élèves Citation extraite de La maternelle, portes ouvertes, Christiane Brancourt & Catherine Lelièvre, CalmannLévy, Paris, 1987, p.14.

12 Même si ces conditions sont loin d être atteintes, elles s améliorent au fil des années comme le montre le graphique suivant : Figure 7 Evolution de la taille moyenne des classes des écoles maternelles ( ) Il est intéressant de constater qu une grande différence existait en 1960 puisque la moyenne d une classe en école publique comportait environ huit élèves de plus par rapport à une classe en école privée. Cette différence se résorbe à partir de 1977 mais la moyenne reste encore élevée (37 élèves environ par classe). Depuis cette date, la diminution est progressive et la moyenne actuelle est de 26 élèves par classe dans le public comme dans le privé. Un autre point important dans l accueil des toutpetits est l aménagement de l espace. En effet, la superficie, l agencement et l aménagement des classes sont essentiels car avec les deux ans, tout est axé sur le développement psychomoteur. 12

13 L enseignant des deux ans se retrouve donc avec un rôle spécifique du à la spécificité même de cette population et de son accueil. Comme l explique MarieClaude Augeard 5, cet enseignant a plusieurs rôles. Il doit : devenir médiateur observer chaque enfant Gérer la séparation Introduire les règles de l école Adopter une position professionnelle dans la relation avec les parents S appuyer sur une réflexion collective L accueil des deux ans doit donc être spécifique à cette classe d âge. Il serait à présent intéressant de comparer les différents points de vue des spécialistes comme des non spécialistes Enseignante maternelle du Groupe d Etude et de Recherche sur l école maternelle, CRDP de l académie de Montpellier.

14 II Les différents points de vue 1 ) L avis des spécialistes Dans un premier temps, il semble important de s arrêter sur les différents points de vue que peuvent adopter certains spécialistes. Ainsi, dans un débat publié dans l Express le 22/03/2004, Sylvie Chevillard (Conseillère pédagogique et chercheuse à l université Paris VIII) affirme qu elle est pour cette scolarisation à deux ans. Elle explique que c est le début de la socialisation et que cela peutêtre un véritable atout pour les enfants issus de milieux défavorisés. Alain Bentolila (linguiste) la rejoint d ailleurs lorsqu il affirme ceci : " Si la société française n accorde pas l importance qu elle lui doit à l accueil des toutpetits, ces 2 ans dont nous parlons, alors elle prend le risque de condamner injustement ceux qui sont issus des milieux les plus défavorisés à ne pas se développer comme ils le devraient au plan linguistique, au plan social, au plan psychologique. Que l école réponde présent pour cet accueil, bravo. Mais alors elle a le devoir de bien les accueillir "6. Figure 8 Répartition des élèves par type de cheminement dans l élémentaire selon la durée de scolarisation préélémentaire (panel d élèves entrés en sixième en 1980) (%) Extrait d un article du 14/01/2004 publié par le Snuipp Tableau extrait de Education & formations n 66 juillet décembre 2003

15 Figure 9 Age d entrée à l école maternelle et carrière scolaire en début d école élémentaire (panel d élèves de cours préparatoire recruté en 1997) (%)8 Ces deux tableaux viennent donc prouver les affirmations apportées par Sylvie Chevillard et Alain Bentolila. Maurice Titan (pédiatre) vient renforcer ce premier point de vue : «Se soucier de l accueil du jeune enfant est une action politique. Un enfant a de la valeur à tous les âges de sa vie, et tant qu il ne maîtrise pas le langage, il ne peut offrir que des comportements. Il a besoin d interrelations pour grandir. En classe, l enfant apprend des autres enfants. Ils sont plus en capacité d apprendre en petits groupes que seul face à un adulte».9 Sylvie Chevillard nuance tout de même son propos en faisant allusion aux conditions d accueil qui sont loin d être optimales pour cette population. Jean Epstein (psychosociologue) vient conforter cette opinion nuancée en affirmant que " Le problème avec les deux ans, c est qu ils n ont pas trois ans! La différence est importante mais c est un vrai et un faux problème. La question fondamentale est de savoir comment scolariser les jeunes enfants là où ils en sont, et quels sont les moyens nécessaires à ces enfants et à leur famille ". Danièle Dalloz (psychanalyste) tient un propos plus tranché en écrivant que l école à deux ans traumatise10. Elle affirme en effet que les thèses récentes en faveur de l'accueil des toutpetits en maternelle ne tiennent pas compte des besoins de l'enfant Tableau extrait de Education & formations n 66 juillet décembre 2003 Extrait d un article du 14/01/2004 publié par le Snuipp Article publié le 5/09/2003 dans Libération

16 Enfin, il paraît intéressant de conclure sur une réponse apportée lors d un entretien par Agnès Florin (Professeur de psychologie de l enfant et de l éducation, directrice du Labécd) à la question suivante : «Alors, fautil bannir ou généraliser l école à 2 ans?». Elle a expliqué que «De très nombreux enfants tirent bénéfice de ce mode d accueil, ceux de milieu défavorisé tout particulièrement, dans des écoles prêtes, avec du personnel compétent et qui ont su développer une pédagogie adaptée aux toutpetits. L école à 2 ans, je dis oui, mais pas pour tous les enfants et pas dans toutes les écoles.»11. En règle générale, les spécialistes sont tous favorables à la préscolarisation précoce si l école s adapte plus aux enfants qu elle ne leur demande de s adapter à elle. Il s agit à présent de s intéresser à d autres spécialistes qui, eux, sont sur le terrain : les enseignants. 2 ) L avis des enseignants D une manière générale, tous les enseignants se rejoignent pour affirmer que le véritable problème de cette scolarisation précoce, ce sont les conditions d accueil. Ainsi, Béatrice Guerville affirme ceci : «Aucun enfant de 2 ans ne devrait aller à l'école plus de deux ou trois heures par jour. Avant 3 ans, lorsque l'espace et les conditions d'encadrement ne sont pas adaptés, c'est du malmenage, il n'y a pas d'autre mot.» 12. Elle apparaît donc comme opposante à Sylvie Chevillard dans le débat publié par l Express le 22/03/2004. Il en ressort donc de cette discussion que la scolarisation à deux ans pourrait être bénéfique si les effectifs étaient encore réduits et si l aménagement des classes était pensé pour cette classe d âge. 11 Extrait d un article du 14/01/2004 publié par le Snuipp Extrait de Ne mettez pas votre enfant à l'école, il est trop petit, First Editions,

17 3 ) Ce que pensent les syndicats Les syndicats sont tout à fait favorables à cette scolarisation à deux ans et c est donc dans cette perspective qu ils affirment se battre pour l amélioration des conditions d accueil : «Cela suppose des conditions d accueil et de scolarisation adaptées, une réelle formation des enseignants et un dialogue organisé avec les familles.»13. Il est cependant préférable de se montrer prudent face à ces déclarations dans la mesure où ces mêmes syndicats ont tout à gagner en se rangeant du côté des enseignants. 4 ) Ce que pensent les parents D une manière générale, les parents sont plutôt défavorables à la scolarisation des deux ans. Eux ne peuvent pas voir l aspect positif présenté par les enseignants et certains spécialistes : ils ne peuvent que se rendre compte des mauvaises conditions dans lesquelles l école accueille leurs enfants. Là encore, on retrouve le critère de milieu social dans la scolarisation des deux ans : «Je pense qu'à cet âge la place de l'enfant est encore auprès de sa maman sauf à considérer qu'il se trouve dans un milieu défavorisé.»14. Il apparaît que 60% des parents d'élèves ne sont pas prêts à mettre leur enfant à l'école dès l'âge de deux ans, même s'ils en ont la possibilité, contre 39% qui y sont favorables15. Parmi ceux qui sont favorables à cette scolarisation précoce et toujours d après cette enquête, 4% le sont parce que l école est pour eux un mode de garde gratuit. Ceux qui au contraire sont défavorables, mettent en avant les effectifs trop élevés pour permettre un réel épanouissement de ces toutpetits enfants. Ils estiment que l'enseignant(e) ne peut donc malheureusement pas donner toute l'attention dont les deux ans ont besoin. Enfin, ces parents affirme que la séparation d'avec le milieu familial est trop brutale: l'enfant passe d'un milieu où il est le centre de l'attention à un milieu où il y 25 autres enfants qui le «gênent» plus qu'ils ne l'aident à s'épanouir. Voici donc le bilan relativement mitigé des spécialistes, des enseignants, des syndicats et des parents. Mais il existe encore une autre réalité: celle où les deux ans sont intégrés à une classe de petite section. 13 Lettre du 31/03/2005des différents syndicats de l Education Nationale en réponse à un colloque de l Association Française de Psychiatrie sur la scolarisation des enfants de deux ans à l école maternelle tenu le 1/04/2005 : «Une fausse bonne idée» 14 Extrait de Envie de le dire du 19/08/ Sondage réalisé le 20/05/2004 par la fédération de parents d élèves PEEP (Parents d Elèves de l Enseignement Public) 17

18 III L intégration du toutpetit 1 ) Ce que disent les textes officiels L intégration des toutpetits au sein d une classe à double niveau TPSPS amène de façon implicite la question de l hétérogénéité. Plusieurs cas sont possibles concernant l organisation de l école maternelle16 : une répartition par âge permettant la constitution de classes homogènes un regroupement de tous les enfants scolarisés pour la première fois (qu ils aient deux ans ou trois ans) dans la même section une répartition en trois sections (petite section, moyenne section, grande section) regroupant les enfants de deux ans et de trois ans dans la même classe un regroupement des enfants de deux ans, trois ans et quatre ans dans des sections hétérogènes, laissant seuls les enfants de cinq ans dans des sections homogènes une intégration des toutpetits en tutorat dans des classes de grands Extrait de Pour une scolarisation réussie des toutpetits, CNDP, 2003

19 L Education nationale a examiné les avantages et les inconvénients de ces diverses structures dans le tableau suivant : Figure 10 Avantages et inconvénients liés à diverses situations d intégration des toutpetits17 La situation concernée ici est la deuxième. Il est facilement remarquable que ce type d intégration est favorable aux toutpetits sans oublier le risque majeur : délaisser les toutpetits en faveur des plus grands. Il s agit d ailleurs du reproche que font les spécialistes à l école maternelle. Il est à présent intéressant d observer sur le terrain si cette intégration est bénéfique ou non aux toutpetits. Cette observation va porter sur plusieurs écoles : une classe de TPSPS en SaôneetLoire, une classe de TPSPS en Côte d Or et, pour avoir un autre point de comparaison, une classe de TPS dans le Rhône Extrait de Pour une scolarisation réussie des toutpetits, CNDP, 2003

20 2 ) L'intégration au sein du groupe classe L intégration au sein du groupe classe peut parfois être difficile d autant plus que les deux ans sont en général minoritaires face aux trois ans. En effet, en Côte d Or, la classe était composée de deux toutpetits et de quinze petits. En SaôneetLoire, un seul toutpetit était présent dans une classe de quatorze enfants, soit treize petits. Dans le premier cas, les deux toutpetits (une fille et un garçon) étaient perdus : ils ne faisaient pas partie du groupe classe. L enseignante laissait d ailleurs l ATSEM s occuper d eux pendant les ateliers. Pendant les regroupements, ils faisaient ce qu ils voulaient. Ce qui posait problème, notamment en ce qui concerne le toutpetit : il n avait visiblement pas compris qu il y a des règles à l école. Il ne communiquait qu en violentant ses camarades, ce qui perturbait tout le groupe classe. En revanche, la toute petite était tout l inverse : elle était extrêmement calme et allait s asseoir dans un coin de la classe quand elle ne voulait plus être avec les autres. Ce tempérament entraîne cependant un point négatif pendant les temps de récréation : elle était toujours seule excepté lorsque les autres filles de l école voulaient jouer à la maman. La toute petite était alors un «parfait bébé». L intégration de ses deux toutpetits au sein du groupe classe n est pas effective dans la mesure où il y avait une classe de petits plus eux deux : ils ne faisaient pas véritablement partie de la classe. En revanche, l intégration du toutpetit en SaôneetLoire se passait visiblement très bien : il n était jamais seul, il communiquait avec ses camarades (avec des mots et non des coups), il participait à toutes les activités au même titre que les autres. Il était vraiment un élève de cette classe. Son intégration au sein du groupe classe était donc tout à fait réussie d un point de vue social L exemple vu dans le Rhône permet de nuancer cette intégration sociale. En effet, ces enfants s épanouissaient bien mieux dans cette classe homogène, plutôt que dans la classe de Côte d Or. Cependant, le toutpetit de SaôneetLoire était davantage stimulé grâce à ces camarades plus âgés jusqu à ne plus voir la différence entre le toutpetit et les petits. Pour conclure, il semble important de dire que l intégration du toutpetit au sein du groupe classe peut être réelle et bénéfique. Il faut cependant que l enseignant(e) ne favorise pas la séparation entre ces deux classes d âge. 20

21 3 ) L'intégration dans les apprentissages Afin d analyser au mieux cette intégration dans les apprentissages, il semble judicieux de la segmenter selon les domaines définis dans les programmes officiels. Le langage au cœur des apprentissages Compétences de communication Dans les trois cas cités ici, les toutpetits sont capables de répondre aux sollicitations de l'adulte en se faisant comprendre. Cependant, il existe des différences : les toutpetits de Côte d Or s exprimaient souvent par des hochement de tête (la petite fille) ou par des mots (le petit garçon) pour se faire comprendre comme par exemple «pipi» ou encore «puzzle», ce dernier étant évidemment écorché par l enfant. En SaôneetLoire en revanche, le toutpetit construisait des phrases complètes tout comme dans le Rhône. La difficulté était pour eux la prononciation. Par exemple, les [r] manquaient souvent dans leurs mots. Il faut cependant noter que l observation faite en Côte d Or a eu lieu en novembre décembre alors que celle faite dans les deux autres départements a eu lieu en février. La différence de niveau entre ces enfants peut bien évidemment résider dans ces deux mois de scolarisation supplémentaire. Mais l observation faite dans ces classes a montré que les enfants ayant une communication plus construite, participaient tous les jours à des échanges avec l enseignante ou avec leurs pairs. Ils savent attendre leur tour même si c est un peu difficile. Mais en ce qui concerne le fait de rester dans le propos de l échange, il y a des progrès à faire. Ces mêmes enfants «à la communication construite» étaient également capables de prendre euxmêmes l initiative de communiquer avec les autres. Compétences concernant le langage d accompagnement de l action (langage en situation) Tous les toutpetits observés étaient capables de comprendre les consignes ordinaires de la classe. Cette compétence est facilement vérifiable lors des divers ateliers. Le manque de communication ne se répercute donc pas forcément sur la compréhension orale. En revanche, seuls les enfants de SaôneetLoire et du Rhône étaient capables de verbaliser des actions, contrairement aux enfants observés en côte d Or. Cela se comprend assez facilement puisqu ils n ont jamais eu l habitude de communiquer avec leur enseignante. Et c est malheureusement impossible à construire en trois semaines de stage. 21

22 Compétences concernant le langage d évocation Concernant ces compétences, les observations sont à peu près identiques à celles faites concernant les compétences concernant le langage en situation. Cependant, d autres informations peuvent être apportées par rapport aux comptines et aux jeux de doigts. Aucune observation n a malheureusement pu être faite dans le Rhône, contrairement aux deux autres départements. Tout d abord, en SaôneetLoire, le toutpetit participait activement aux comptines et parfois même plus que les petits. Il aide même la stagiaire en cas de trou de mémoire. En Côte d Or, les deux toutpetits bougeaient timidement leurs mains mais n ont jamais prononcé la comptine ou le jeu de doigts. Cela peut également être en relation avec le fait que l enseignante ne les incite pas à communiquer. Compétences concernant le langage écrit Cette compétence n est pas encore très présente en TPSPS. Cependant, le toutpetit de SaôneetLoire savait bien écrire son prénom en capitales d imprimerie si l on prend son âge en considération : il s appelle Alex et la seule erreur commise réside dans l écriture du A. Il avait en effet «la tête en bas». C est plutôt bien pour un toutpetit. D autant plus que tous les autres petits de la classe n étaient pas capables de faire aussi bien. Vivre ensemble Tous les enfants observés en stage sont capables d identifier et connaître les fonctions et le rôle des différents adultes de l'école. En revanche, tous ne sont pas capables de jouer leur rôle d écolier dans une activité en adoptant un comportement individuel qui tient compte des contraintes de la vie collective. En effet, le toutpetit de Côte d Or n avait visiblement pas compris certaines règles. Il interrompait la lecture d un album en parlant, en allant voir ses camarades, en demandant un puzzle à l enseignante. Il n avait pas intégré les règles. Lorsqu il avait fini son travail, il allait chercher plusieurs jeux avec lesquels il jouait un court instant mais qui ne les rangeait pas par la suite. Les règles de la vie collective n étaient visiblement intégrées pour cet enfant. 22

23 Agir et s exprimer avec son corps C est principalement dans ce domaine que se remarque la différence entre petit et toutpetit. En effet, certains ne souhaitent pas participer comme, par exemple, la petite fille de Côte d Or. D autres ne sont pas dans l activité mais perturbent la séance en ennuyant les autres comme, par exemple, le petit garçon de Côte d Or. Enfin, certains participent avec enthousiasme comme par exemple le toutpetit de Mâcon lors d une séance de jeux collectifs. Il s agissait de «la rivière aux crocodiles». Voici brièvement les règles de ce jeu : il y a un crocodile (un enfant) dans une rivière (espace délimité par des cordes par exemple). Les gazelles (les autres enfants) doivent traverser la rivière sans se faire manger (sans se faire attraper le foulard accroché au pantalon) par le crocodile. Une des conduites typiques des enfants en fin de partie, lorsqu il n y a plus qu une gazelle face au crocodile, est de ne pas s aventurer dans cette rivière. L enseignante doit alors trouver une stratégie pour inciter la gazelle à traverses quand même. Cette situation s est produite : le toutpetit était la dernière gazelle. Mais au lieu d hésiter, il s est jeté dans «la gueule du crocodile». La différence entre petit et toutpetit se voit également dans la façon de courir : les petits courent comme de petits enfants alors que le toutpetit court plus comme un bébé. Sa course est moins sûre, elle ne décrit pas vraiment une ligne droite. L intégration aux activités motrices n est donc pas évidente chez tous les toutpetits. Certains ont envie d entrer dans l activité et d autres non. Découvrir le monde Compétences dans le domaine du vivant, de l environnement, de l hygiène et de la santé En ce qui concerne le domaine du vivant, les enfants de SaôneetLoire devaient assembler correctement deux puis trois parties d un même animal. Cet exercice a été particulièrement bien réussi par le toutpetit alors que d autres petits ont échoué. En Côte d Or, les enfants devaient relier le bébé animal à sa maman (Cf. annexe n 3). La petite fille a réussi avec l aide de la stagiaire, aide qui aurait d ailleurs été utile à d autres petits. Dans ce cas précis, les toutpetits avaient été installés à la même table que les petits. Ils n étaient pas isolés tous les deux à leur table. Il y a d ailleurs eu échange entre la petite fille de deux ans et une autre de trois ans. 23

24 Compétences dans le domaine de la structuration de l espace Ce domaine a été abordé pendant une séance de motricité dans l école de SaôneetLoire. Les enfants devaient suivre un parcours et expliquer ce qu ils faisaient : marcher sur la corde, dans le cerceau, autour des quilles De façon générale, cette verbalisation est faite correctement par tous les enfants. La notion «sur/sous» a alors été abordée avec toute la classe (Cf. annexe n 4). Après le travail en salle de motricité, les enfants ont dû réaliser l activité sur papier. Avec l aide de la stagiaire, la toute petite a réussi. Compétences relatives aux formes et aux grandeurs Plusieurs travaux ont été réalisés en côte d Or : par rapport aux formes et par rapport aux tailles des objets. Avec l aide de la stagiaire la toute petite a pu réaliser ces activités. Une activité a été proposée concernant les formes (Cf. annexes n 5 et 6) et deux concernant la taille (Cf. annexes n 7, 8 et 9). Les étiquettes étaient découpées à l avance par l ATSEM et la stagiaire. Les enfants devaient trier et coller ce qui est déjà bien suffisant. Il faut cependant veiller à prendre le travail lorsqu il semble terminé car ils ont tendance à continuer de coller. A force, ils collent même ce qu il ne fallait pas coller. Compétences relatives aux quantités et aux nombres La seule notion abordée avec les toutpetits de Côte d Or est le «2». Ils ont dû pour cela réaliser une activité dans laquelle il fallait coller deux cadeaux sous chaque sapin (Cf. annexe n 10). Après avoir expliqué ce que signifiait «chaque sapin», les toutpetits ont réussi leur travail. La sensibilité, l imagination, la création Arts visuels Dans ce domaine, l intégration des toutpetits est effective non seulement parce qu ils font l activité avec et en même temps que le reste de la classe mais aussi parce qu ils souhaitent y participer. Ils ont d ailleurs pris du plaisir à peindre, coller les feuilles qu ils avaient ramassées l aprèsmidi même (classe de Côte d Or). 24

25 Education musicale Dans ce domainelà par contre, l intégration n est pas totale. Les toutpetits étaient intégrés au reste de la classe mais ne souhaitaient pas participer lorsque la stagiaire proposait des chants ou des comptines. Dans le cadre d un travail instrumental (explorer tous les bruits que l on peut faire avec une bouteille d eau vide), la participation des deux toutpetits est apparue (classe de Côte d Or). 25

26 Conclusion L'ensemble de cette réflexion apporte quelques réponses concernant l'intégration du toutpetit dans une classe à double niveau, et plus particulièrement ici, dans une classe TPSPS. Oui, l'intégration des deux ans peutêtre bénéfique pour ces derniers. Il est cependant clairement identifiable, à travers les diverses observations faites, que les conditions d'accueil sont loins d'être optimales en ce qui concerne les besoins spécifiques de cette population: du côté de l'alimentation, les besoins sont souvent satisfaits; du côté de l'affectif, il y aurait des améliorations à apporter même si les enseignants font du mieux qu'ils peuvent... avec de tels effectifs; et du côté du sommeil, les besoins des toutpetits ne sont pas du tout respectés dans la mesure où ils doivent dormir à une heure précise, on les réveille quand ce n'est plus «l'heure de dormir» et enfin, ils n'ont pas souvent la possibilité de se reposer au cours de leurs longues journées d'apprentis écoliers. Autres observation désastreuse: les toutpetits sont souvent laissés de côté au profit de leurs aînés. L'école maternelle devient pour eux, à ce momentlà, plus une garderie qu'un lieu d'apprentissage. A ce moment précis de la scolarisation des deux ans, cette dernière peut en effet être dangereuse pour ces enfants dans la mesure où ils pourraient commencer à nourrir un dégoût pour cette institution. C'est ce point qui amène les spécialistes à nuancer leurs propos concernant les bénéfices de cette scolarisation précoce. Pour conclure, l'intégration de ces toutpetits dans des classes TPSPS serait tout à fait bénéfique pour cette tranche d'âge si des efforts sont faits. L'Education Nationale pourrait alors réduire les effectifs des classes. Les enseignants pourraient alors s'engager à ne plus délaisser ces enfants afin qu'ils puissent apprendre leur nouveau métier d'écolier. 26

27 Bibliographie BRANCOURT C. & LELIÈVRE C., La maternelle, portes ouvertes, CalmannLévy, Paris, CNDP, Qu apprendon à l école maternelle, CNDP, Pour une scolarisation réussie des toutpetits, document d'accompagnement des programmes, GEDREM, Accueillir la petite enfance, Édition Syros, Paris, GUERVILLE B., Ne mettez pas votre enfant à l'école, il est trop petit!, First Editions, Paris, JARDINE M., L'accueil des toutpetits : crèche, assistante maternelle, haltegarderie, école maternelle, en vacances, Retz, Paris, LURÇAT L., La maternelle : une école différente?, Les éditions du CERF, Paris, PRADEL N., À l école à 2 ans, pourquoi pas?, Hachette Éducation, Paris, ROLLAND M.C., Enseigner aujourd hui à l école maternelle, Éditions Ellipses, Paris, ZAZZO B., L école maternelle à deux ans : oui ou non?, Éditions Stock/Laurence Pernoud, Paris, Géographie de l'école numéro 7 édition

28 Sitographie _141447_a_2_ans_a_lecole_.txt

29 Sommaire des annexes Annexe n 1 Une journée chez les deuxtrois ans Page 28 Annexe n 2 Proposition d'empoi du temps Page 29 Annexe n 3 Découvrir le monde / domaine du vivant: comprendre et continuer une relation logique Page 30 Annexe n 4 Découvrir le monde / espace: les notions «sur» et «sous» Page 31 Annexe n 5 Découvrir le monde / formes et grandeurs: reconnaître la forme ronde (support) Page 32 Annexe n 6 Découvrir le monde / formes et grandeurs: reconnaître la forme ronde (étiquettes à coller) Page 33 Annexe n 7 Découvrir le monde / tri classement: effectuer un classement en fonction de la taille des objets (support) Page 34 Annexe n 8 Découvrir le monde / tri classement: effectuer un classement en fonction de la taille des objets (étiquettes à coller) Page 35 Annexe n 9 Découvrir le monde / taille des objets: colorier les grands ronds Page 36 Annexe n 10 Découvir le monde / approche du nombre: réaliser une collection de deux éléments Page 37 29

30 Annexe n 1 Une journée chez les deuxtrois ans 18 Le matin Accueil individualisé des enfants : jeux libres dans les coins aménagés de la classe ou déguisement, construction, porteurs (une heure environ). Petit regroupement : comptines, jeux de doigts, histoire autour d un livre d images (environ vingt minutes). Goûter : petite collation autour d un verre de lait ou de jus d orange avec des céréales, du pain, un fruit ou un fromage (environ vingt minutes). Récréation (environ une demiheure). Regroupement langage en situation : commentaire de l institutrice autour d activités précises avec les volontaires, les intéressés (environ vingt minutes). Rangement. Regroupement pour l éducation motrice : exercices toujours suivis d un moment de repos relaxation au tapis (environ vingt minutes). REPAS L aprèsmidi Sieste (durée variable selon les enfants) ; Chacun se réveille selon son rythme et va participer dans la classe aux activités en cours. Petits ateliers calmes : collages de gommettes, enfilages de perles, puzzles, encastrements, coin livres (environ une heure). Rangement collectif de la classe. Musique : audition d un disque, jeux chantés. Chants mimés. Petit regroupement qui précède l heure des mamans Extrait de La maternelle, portes ouvertes, Christiane Brancourt & Catherine Lelièvre, CalmannLévy, Paris, 1987.

31 Annexe 2 Proposition d emploi du temps Extrait de Pour une scolarisation réussie des toutpetits, CNDP,

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Page 1 Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Sommaire 1. Cadre institutionnel

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

PÔLE PRE-ELEMENTAIRE DES VOSGES

PÔLE PRE-ELEMENTAIRE DES VOSGES PÔLE PRE-ELEMENTAIRE DES VOSGES COMMENT PRENDRE EN COMPTE LES BESOINS ET LES POSSIBILITES DES TOUT PETITS ET DES PETITS DANS L AMENAGEMENT DES ESPACES, L ORGANISATION DU TEMPS ET LES SITUATIONS D APPRENTISSAGE

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL Vous allez effectuer un stage dans notre structure. Ce livret d accueil a été rédigé pour vous souhaiter la bienvenue et vous donner quelques informations

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Règlement Intérieur. Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire

Règlement Intérieur. Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire Règlement Intérieur Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire Service de la Restauration Scolaire Tél : 02 96 71 05 20 Restaurant Scolaire Règlement intérieur Pour la plupart des

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Dossier pédagogique

ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Dossier pédagogique ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Dossier pédagogique " Le problème avec les deux ans, c est qu ils n ont pas trois ans! La différence est importante mais c est un vrai et un faux

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

NOTE D INFORMATION L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES

NOTE D INFORMATION L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES M AT E RNE L L E S Note d information réalisée par le rectorat de l académie de Montpellier, le centre national de la fonction publique territoriale, le centre

Plus en détail

Enquête sur la réforme des rythmes scolaires

Enquête sur la réforme des rythmes scolaires Enquête sur la réforme des rythmes scolaires Une étude exclusive de l AMF Enquête sur la réforme des rythmes scolaires Près de 4 000 communes, soit 17% des municipalités scolarisant 22% des élèves du public,

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

eveil et jeux de l enfant de 12 à 24 mois

eveil et jeux de l enfant de 12 à 24 mois eveil et jeux de l enfant de 12 à 24 mois 1 SOMMAIRE 3 4 8 Introduction Entre 12 et 18 mois Entre 18 et 24 mois 2 La marche et le langage sont 2 étapes jouant un rôle considérable dans l évolution de l

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

DOSSIER 1 AMÉNAGER LA CLASSE DES TOUT-PETITS

DOSSIER 1 AMÉNAGER LA CLASSE DES TOUT-PETITS DOSSIER 1 AMÉNAGER LA CLASSE DES TOUT-PETITS L agencement des espaces de la classe de tout-petits et de l école Les espaces et les équipements de l école sont conçus pour être au service des apprentissages

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE

PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE A/ LA STRUCTURE D ACCUEIL I La localisation II L Accueil de loisirs sans hébergement : LES LOULOUS DU PIC I La localisation L accueil de Loisirs se trouve dans la ville de Saint

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Compte-rendu d une expérience Un album à jouer... Le château de Radégou

Compte-rendu d une expérience Un album à jouer... Le château de Radégou Compte-rendu d une expérience Un album à jouer... Le château de Radégou (Publié par la revue EPS1) Deux classes... TPS/PS : Julie NIELSEN MS/GS : Karine BONIFACE (Mail : ec-taulignan@montelimar.ac-grenoble.fr)

Plus en détail

Petite Enfance. Livret accueil

Petite Enfance. Livret accueil 1 Petite Enfance Livret accueil Les préinscriptions Les préinscriptions à la crèche des rives, à la crèche des Ferrayonnes et à la crèche familiale se font tout au long de l année. Les femmes enceintes

Plus en détail

Groupe de pilotage de la scolarisation des enfants de moins de trois ans - Département de l Yonne

Groupe de pilotage de la scolarisation des enfants de moins de trois ans - Département de l Yonne Groupe de pilotage de la scolarisation des enfants de moins de trois ans - Département de l Yonne Ce document a pour vocation de permettre aux écoles qui souhaitent accueillir l un des dispositifs de scolarisation

Plus en détail

Projet Pédagogique. Accueil Périscolaire. Service Enfance et Jeunesse. Mairie de Varces Allières et Risset. Décembre 2013

Projet Pédagogique. Accueil Périscolaire. Service Enfance et Jeunesse. Mairie de Varces Allières et Risset. Décembre 2013 Projet Pédagogique - Accueil Périscolaire Service Enfance et Jeunesse Mairie de Varces Allières et Risset - Décembre 2013 Page 1 SOMMAIRE 1. Le contexte varçois... 3 2. Des intentions pédagogiques portées

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991)

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991) A.T.S.E.M. Le statut très particulier des ATSEM conduit les directrices(teurs) des écoles maternelles à travailler en étroite collaboration avec le service du personnel des communes. En effet, les ATSEM

Plus en détail

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Un livret, pour qui? Ce livret est destiné aux parents et futurs parents qui souhaitent trouver un mode de garde

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Proposition module maternelle : courir

Proposition module maternelle : courir Proposition module maternelle : courir Compétences des programmes Champs d actions Capacité Forme(s) de pratique(s) Adapter ses déplacements à des environnements ou des contraintes variées Pratique d activités

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale Le sondage du jour Type d outil : Activité rituelle permettant de valoriser les relations et de susciter des activités dénombrement au départ du nombre d'élèves de la classe. Auteur(s) : Pauline Gobert

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

Mairie d Orange Direction AFFAIRES SCOLAIRES / ANIMATION SPORT LOISIRS. Accueil de Loisirs Périscolaire de Camus. Rue Joachim du Bellay 84100 ORANGE

Mairie d Orange Direction AFFAIRES SCOLAIRES / ANIMATION SPORT LOISIRS. Accueil de Loisirs Périscolaire de Camus. Rue Joachim du Bellay 84100 ORANGE Mairie d Orange Direction AFFAIRES SCOLAIRES / ANIMATION SPORT LOISIRS Accueil de Loisirs Périscolaire de Camus Rue Joachim du Bellay 84100 ORANGE PROJET PEDAGOGIQUE Année 2012-2013 Autour du livre Présentation

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Ces règles en vigueur à l école Ste Anne ont été établies dans l intérêt des élèves. Leur respect participera au bien-être et à la sécurité de chacun.

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

Charte du temps de Restauration

Charte du temps de Restauration Rentrée 2013 Charte du temps de Restauration Mairie d Evecquemont Ecole d Evecquemont Edito Si l année dernière, nous avons bien failli voir une classe fermer dans notre école, cette question n est plus

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

CENTRE DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT ----- PROJET PÉDAGOGIQUE

CENTRE DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT ----- PROJET PÉDAGOGIQUE CENTRE DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT ----- PROJET PÉDAGOGIQUE SOMMAIRE INTRODUCTION.. page 3 I. LE CONTEXTE...4 II. LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES...5 III. L'ORGANISATION DU CENTRE DE LOISIRS..7 IV. LE RÔLE

Plus en détail

Informations aux familles. Organisation Temps d Activités Périscolaires TAP à l école Jean de la Fontaine

Informations aux familles. Organisation Temps d Activités Périscolaires TAP à l école Jean de la Fontaine Informations aux familles Organisation Temps d Activités Périscolaires TAP à l école Jean de la Fontaine 15 rue de Kérourien - 29200 BREST 07-88-04-22-93 (Catherine PERRAMENT) Rentrée de septembre 2015

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

2013 2014 LIVRET D ACCUEIL CANTINE - GARDERIE

2013 2014 LIVRET D ACCUEIL CANTINE - GARDERIE 2013 2014 LIVRET D ACCUEIL CANTINE - GARDERIE Chers parents, L éducation de vos enfants est une priorité. Ce domaine représente une part importante de nos investissements financiers. Votre ou vos enfants

Plus en détail

en Bref Pédibus : Aller Pédibus c est : Pédibus en toute assurance :

en Bref Pédibus : Aller Pédibus c est : Pédibus en toute assurance : en Bref Une nouvelle façon d aller à l école : un ramassage organisé, à pied, d une caravane d enfants : C'est un groupe d'écoliers conduit à pied par des adultes (souvent des parents) bénévoles, qui suit

Plus en détail

Article 2 : Le restaurant scolaire fonctionne de 12h00 à 13h50 les lundis, mardis, jeudis et vendredis du temps scolaire.

Article 2 : Le restaurant scolaire fonctionne de 12h00 à 13h50 les lundis, mardis, jeudis et vendredis du temps scolaire. MAIRIE DE SAINT-CLEMENT REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES CHAPITRE I. RESTAURANT SCOLAIRE Article 1 : Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire. Il a pour objet d assurer, dans les meilleures

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Etude sur Le service de restauration scolaire

Etude sur Le service de restauration scolaire Etude sur Le service de restauration scolaire En accord avec les objectifs de l Association des Parents d Elèves de Génération ECOLE, une enquête de satisfaction de la cantine scolaire a donné les résultats

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil d école du 13 novembre 2008

Compte-rendu du Conseil d école du 13 novembre 2008 Compte-rendu du Conseil d école du 13 novembre 2008 Participants : - Directeur d école : M Santoni - Enseignants : Mmes Batifoulier, Bralet, Genoux, Convert, Teppe et Mlle Mely (Professeur des Ecoles 2,

Plus en détail

Rebecca Léo Thomas Gaspard

Rebecca Léo Thomas Gaspard Parfois on va à l'école parce que nos parents n'ont pas le temps, ou sinon nos parents ne savent pas tout. On va à l école pour avoir un bon métier et une belle maison, pour développer notre intelligence,

Plus en détail

WEDNESDAY CLUB 2014 / 2015

WEDNESDAY CLUB 2014 / 2015 BORDEAUX INTERNATIONAL SCHOOL WEDNESDAY CLUB 2014 / 2015 Bordeaux International School 252 Rue Judaïque, 33000 Bordeaux Tél : 05 57 87 02 11 Email : bis@bordeaux-school.com Site web : www.bordeaux-school.com

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

Boîte à outils pour l inversion de la pause- repas : Jouer avant de manger!

Boîte à outils pour l inversion de la pause- repas : Jouer avant de manger! Boîte à outils pour l inversion de la pause- repas : Jouer avant de manger! L inversion de la pause-repas consiste à changer l ordre de l heure de jeu et de l heure du dîner. Dans les écoles qui ont adopté

Plus en détail

NOUVEAUTÉS JEUNESSE. Juin Juillet Août 2015

NOUVEAUTÉS JEUNESSE. Juin Juillet Août 2015 NOUVEAUTÉS JEUNESSE Juin Juillet Août 2015 Contacts : Responsable des relations presse : Thérèse Leridon 01 44 39 43 92 tleridon@larousse.fr Attachée de presse Jeunesse : Maryline Crocq 01 44 39 44 41

Plus en détail

COMMUNE DE DAMPRICHARD DOSSIER D'INSCRIPTION PÉRISCOLAIRE 2015/2016. REPRÉSENTANTS LÉGAUX DE(S) l ENFANT(S) :

COMMUNE DE DAMPRICHARD DOSSIER D'INSCRIPTION PÉRISCOLAIRE 2015/2016. REPRÉSENTANTS LÉGAUX DE(S) l ENFANT(S) : COMMUNE DE DAMPRICHARD DOSSIER D'INSCRIPTION PÉRISCOLAIRE 2015/2016 Date de réception du dossier le :.. A retourner en mairie avant le 20 août 2015 Demande d inscription à partir du pour l enfant (s) :

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE DU RPI OZENAY-PLOTTES ECOLE LES JOYEUX CARTABLES

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE DU RPI OZENAY-PLOTTES ECOLE LES JOYEUX CARTABLES REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE DU RPI OZENAY-PLOTTES ECOLE LES JOYEUX CARTABLES Article 1 Bénéficiaires Le restaurant scolaire municipal accueille les enfants scolarisés dans les écoles DU RPI OZENAY-PLOTTES.

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier Collège Anatole France - Bethoncourt Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier - Rapport d étape - Résumé du projet : Afin de favoriser le lien entre les apprentissages du collège et du lycée en utilisant

Plus en détail

Communauté de Communes du Pays de Ribeauvillé Service Enfance Jeunesse 1 rue Pierre de Coubertin 68150 Ribeauvillé 03.89.73.27.10 03.89.73.27.

Communauté de Communes du Pays de Ribeauvillé Service Enfance Jeunesse 1 rue Pierre de Coubertin 68150 Ribeauvillé 03.89.73.27.10 03.89.73.27. Communauté de Communes du Pays de Ribeauvillé Service Enfance Jeunesse 1 rue Pierre de Coubertin 68150 Ribeauvillé 03.89.73.27.10 03.89.73.27.11 Projet pédagogique Périscolaire Le p tit Grimm Accueil de

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Politique du sommeil

Politique du sommeil Politique du sommeil Centre de la Petite Enfance Beauce-Sartigan Politique du sommeil Novembre 2012 Objectif; L objectif de cette politique est de guider le personnel éducateur et d informer les parents

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE GENERALITES. Article 1 : Objet. Article 2 : Responsabilité. Article 3 : Organisation. Article 4 : Taux d'encadrement

REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE GENERALITES. Article 1 : Objet. Article 2 : Responsabilité. Article 3 : Organisation. Article 4 : Taux d'encadrement REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE La restauration scolaire est un service public confié à un délégataire. Différentes catégories de personnels interviennent sur le temps de repas. Bien que relevant de statuts

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

Comment être un bon conseil syndical?

Comment être un bon conseil syndical? Comment être un bon conseil syndical? Association des Responsables de Copropriétés www.unarc.asso.fr Comment être un bon conseil syndical? 3 Introduction Nous n oublierons jamais que le député qui a introduit

Plus en détail