La honte dans les affections de la peau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La honte dans les affections de la peau"

Transcription

1 La honte dans les affections de la peau Entretien avec Auriane Yus, étudiante en Psychologie à Paris Descartes. Auriane Yus : Je travaille sur l importance de la honte dans les affections de la peau. C est une problématique qui a été très peu étudiée et que j ai souhaité approfondir. «A partir de votre expérience avec ce type de patient, retrouvez-vous souvent des éléments tels que : - Le sentiment d abandon et/ou de manque affectif - Une faible estime de soi - La peur ou le sentiment d être rejeté par les autres» Joël Pacoret : Oui on retrouve tout à fait ces trois éléments chez les patients, mais pas seulement chez les personnes avec une maladie de la peau. C est ce que j appelle «la problématique narcissique». La plupart des personnes qui viennent consulter un psychologue ont ce type de problématique, pas seulement celles avec des dermatoses. A. Y. : «Avez- vous observé des traits de caractères assez semblable chez ces patients» J. P. : Non je ne parlerais pas de traits de caractère commun. Chacun vient avec son propre type de construction de personnalité. Cependant votre hypothèse est juste! Il est indéniable que la faille narcissique renforce la maladie, et que la maladie accentue la faille narcissique. Mais ce processus narcissique peut se rencontrer chez des personnes atteintes de dermatose. Certains patients n ont aucune faille narcissique, vont très bien et on tout de même une dermatose qui se déclare un jour. Mais chez les patients avec affection de la peau dont la problématique centrale est cette faille, alors oui il y a un cercle vicieux qui entre en jeu. Vous savez en psychosomatique on retrouve un graphique avec le corporel en abscisse et la psyché en ordonné ; à partir de là toutes les combinaisons sont possibles. La dermatose vient révéler quelque chose, elle fait signal. A. Y. : «Ces personnes ont-elles des relations compliquées au sein de leur famille? Un passé difficile?»

2 J. P. : Encore une fois, oui bien évidemment mais nombre de patients qui viennent me consulter ont un passé au vécu difficile. Mais, je dois dire que votre hypothèse serait plus particulièrement vraie chez les enfants : en général les autres enfants ne sont pas tendres avec eux. L enfant peut se sentir à part et cela va exacerber l existant, ça peut aggraver la dermatose. A.Y : Est-ce que chez ces enfants, on retrouve souvent des relations compliquées avec la figure maternelle? J.P : La relation avec la mère peut être problématique dans le sens où il y a prolongation de la dépendance physique : l enfant atteint de dermatose à besoin de soins corporel que la mère doit lui prodiguer. Ces soins peuvent être parfois prépondérant et perturber la relation avec la fratrie. Cependant, il faut dire que l enfant atteint de la maladie peut ne ressentir aucune honte, mais que ce sont les parents qui ont honte «pour» leur enfant. C est souvent le cas dans des situations de brûlure bénigne, où l enfant peut plutôt bien le vivre dans un premier temps, mais où les parents se sentent honteux. Dans le cas d une dermatose qui atteint un seul enfant sur une fratrie, les parents peuvent s interroger «pourquoi mon enfant est ainsi?» En tout cas, à cette période, l enfant peut emmagasiner un sentiment de honte profond. A. Y. : «Les relations sociales sont-elles affectées (difficulté à aller vers les autres? Gêne voir peur du regard des autres?)» J. P. Cela dépend de la localisation de la lésion. Il y plus souvent entrave dans la vie sociale lorsque la dermatose se situe sur les organes génitaux, les parties sexuelles, le visage et les mains. Cela dépend aussi du type d affection : il y a une grande différence entre l eczéma et le psoriasis. L eczéma est une maladie qui vient par poussée. Le patient peut avoir la peau nette pendant plusieurs mois avant d avoir une poussée d eczéma qui repartira. Lors de ces périodes de rémissions il n y a aucune trace sur le corps. En revanche dans le psoriasis, chaque poussée laisse une petite marque, il y a donc accumulation. Le psoriasis évolue souvent par paliers. Donc oui, dans le cas d un psoriasis ou d un eczéma qui s est installé de façon chronique, il peut y avoir entrave de la vie sociale. A.Y. : «Globalement, comment est vécue la maladie? (entrave dans la vie sociale, professionnelle, affective? Réajustement dans la vie quotidienne?)».

3 J.P. : Il faut distinguer quelle est l affection, l endroit où elle est localisée et l âge. La maladie n induit pas un type de construction : le vécu de la maladie dépend donc de la personnalité. Certaines personnes peuvent être complètement défiguré par leur maladie et le vivre très bien, alors que d autres peuvent avoir une petite affection qui peut engendrer ce sentiment de honte. A.Y. : «Quelle place prend la diagnostique médical dans l entretien?» J.P. : Il est fondamental! Un tiers de mes patients ont un suivi dermatologique. La thérapie les amène à être plus exigeants avec leurs dermatologues. Cela permet de travailler sur l enveloppe : je leur demande comment ils soignent leur peau, dans quelles situations ça les gratte, etc. Je travaille le corporel comme une entité et pas seulement comme un vécu. Pour cela le diagnostique est vraiment fondamental : il est important pour les patients de savoir ce qu ils ont pour pouvoir travailler. A.Y. : «Comment travaillez vous avec ces patients? Quel type de thérapie?» J. P. : Cela dépend : on peut pratiquer une thérapie classique en face en face. Pour ceux qui sont plus fragile cela peut aller presque jusqu à de «l Education Thérapeutique» autour des soins et de la maladie. En fonction de la demande, je propose parfois une psychanalyse, c est au patient de décider. Pour résumer, je dirais que ce qui est spécifique de la peau c est la question des limites, du contenant. S il y a quelque chose qui est plus souvent à travailler chez ces patients là, c est la fonction de par-excitant et de protection du Moi-Peau Je pense à un patient qui est venu me voir suite à une rupture amoureuse dont il souffre pendant laquelle son eczéma s est exacerbé. Quelques temps après, il s est rendu compte, et je cite ses propres mots, que pendant ce temps là il «s effaçait». La peau s est réveillée contre une forme d envahissement psychique : l exacerbation de l eczéma vient contrer l effacement. Un autre patient avait un eczéma inflammatoire, vraiment très rouge et très visible. Cet eczéma c est déclenché, pas vraiment dans le cadre d une rupture amoureuse, mais Il était dans une relation néfaste où il était envahit par l autre. Quand il s est dit qu il fallait arrêter cette relation, l eczéma s est résorbé. Il y a cette idée que lorsqu on est trop collé à l autre, c est trop envahissant. Le travail en psychothérapie permet de se recentrer. La peau exacerbée s apaise et redevient barrière.

4 La honte se retrouve plutôt dans les atteintes grave qui ne s en vont pas, où il faut faire avec. A.Y : D après ces deux cas que vous venez de me raconter, j ai l impression que les dermatoses peuvent être liées à des séparations. J.P : Oui c est souvent lié à des problématiques de séparation mais c est souvent découvert et travaillé dans l après coup. J ai eu une patient qui avait une problématique de séparation avec l image paternelle : elle ressentait beaucoup de culpabilité, beaucoup de souffrance. Cela à beaucoup compliqué ses relations avec les hommes. A.Y : Si j ai bien compris, par rapport à ces cas, la dermatose à en fait un effet de barrière protectrice? J.P : C est plutôt le signal d une protection qui ne fonctionne pas. La dermatose c est le Moi- Peau qui est en difficulté, qui ne fonctionne pas bien. Pour en revenir à votre hypothèse, je la trouve très intéressante. Je dirais que le point commun entre la honte et les dermatoses ce sont les limites. Pas comme dans les psychoses bien évidemment, mais dans le sens où il y a envahissement. Résultats La question des limites Selon Joël Pacoret, les patients atteints de lésions cutanées ont surtout besoin de travailler sur la question des limites et du contenant. La dermatose vient signaler un Moi-Peau en difficulté, particulièrement au niveau des fonctions de pare-excitant et de protection. Celles-ci seraient défaillantes, permettant une trop grande intrusion des stimuli externes. Comme vu dans les deux cas présentés lors de l entretien (se référer à l annexe 4) les patients se trouvaient dans des situations importantes d envahissement par l autre lorsque la dermatose s est déclenchée. Cependant, les sujets semblent avoir des difficultés à se séparer de ces objets envahissants. Le processus narcissique Les éléments figurants dans les hypothèses opérationnalisées, à savoir les sentiments d abandon et de manque affectif, une faible estime de soi ainsi que la peur ou le sentiment d être rejeté, sont regroupé par le psychologue sous le terme de

5 processus narcissique. Celui-ci peut en effet être présent chez les patients atteint de dermatoses mais pas seulement. De façon générale, il se retrouve chez la plus part des personnes en demande d une aide psychologique. La présence d un processus narcissique dépend de la construction de la personnalité du patient. Cependant, lorsqu un individu atteint de dermatose présente un tel processus, celui-ci renforce la maladie, qui, elle-même, va accentuer le processus. La figure maternelle Chez les enfants atteint de dermatose, on observe effectivement une problématique avec la mère mais qui n est pas celle de l abandon. Au contraire, il y a une prolongation de la dépendance physique du fait des soins apportés par la mère. La honte et ses répercussions La problématique de la honte n est pas forcément présente chez tous les sujets avec des dermatoses. Les répercussions possibles dépendent de plusieurs variables : comme dit précédemment, la personnalité du patient joue un rôle important dans le vécu de la maladie. Le type de dermatose a aussi son importance.

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Cours intensif de psychiatrie Toulouse, 27 février 2014 Dr Ludivine Franchitto, SUPEA franchitto.l@chu-toulouse.fr Les interactions parents bébé

Plus en détail

Les liens familiaux à l épreuve de la dépression

Les liens familiaux à l épreuve de la dépression Les liens familiaux à l épreuve de la dépression Régis Bigot 4 septembre 27 Le «baromètre des solidarités familiales en France» (enquête réalisée par le CREDOC à la demande de La Fondation Caisses d Epargne

Plus en détail

Le développement de l enfant dans la perspective psychanalytique

Le développement de l enfant dans la perspective psychanalytique Le développement de l enfant dans la perspective psychanalytique Les aspects cliniques et psychopathologiques auxquels le psychologue clinicien se confronte CM1 : 12 Septembre CM2 : 26 Septembre CM3 :

Plus en détail

Le soutien aux proches : un dispositif favorable à la communication dans le couple. Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux (28) 1

Le soutien aux proches : un dispositif favorable à la communication dans le couple. Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux (28) 1 Le soutien aux proches : un dispositif favorable à la communication dans le couple Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux (28) 1 Le couple et la maladie «La relation d amour est la relation qui

Plus en détail

Violences conjugales

Violences conjugales Violences conjugales Violence faite aux femmes (définition de l OMS) = tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles,

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

Un perte d estime de soi Un devoir d estime de soi Une dette d estime de soi. Catherine Tourette-Turgis, MCU

Un perte d estime de soi Un devoir d estime de soi Une dette d estime de soi. Catherine Tourette-Turgis, MCU Un perte d estime de soi Un devoir d estime de soi Une dette d estime de soi Catherine Tourette-Turgis, MCU Depuis les dernières décennies, les études sur le concept de soi et l estime personnelle se sont

Plus en détail

Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016

Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016 DOULEUR ET VECU DOULOUREUX Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016 Loi du 9 Juin 1999 (loi fondatrice des SP), article L1B: «Les soins palliatifs sont des soins

Plus en détail

Je vis avec...un psoriasis

Je vis avec...un psoriasis Je vis avec...un psoriasis CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique de la peau. Il provoque des lésions invalidantes

Plus en détail

Cabinet médical. 3 bis avenue de Castries Teyran Tel :

Cabinet médical. 3 bis avenue de Castries Teyran Tel : Cabinet médical 3 bis avenue de Castries 34820 Teyran Tel : 06 03 00 59 13 Qui suis-je? Je suis marié, âgé de 42 ans. La première partie de ma vie professionnelle a été consacrée au métier d infirmier

Plus en détail

CONTRIBUTION DU MODELE PSYCHANALYTIQUE A LA COMPREHENSION DU CONCEPT DE STRESS

CONTRIBUTION DU MODELE PSYCHANALYTIQUE A LA COMPREHENSION DU CONCEPT DE STRESS CONTRIBUTION DU MODELE PSYCHANALYTIQUE A LA COMPREHENSION DU CONCEPT DE STRESS Bruno Quintard Professeur de Psychologie de la Santé INSERM U1219 Equipe Psycho-Epidémiologie du vieillissement et des maladies

Plus en détail

SEXUALITÉ ET SOINS INFIRMIERS

SEXUALITÉ ET SOINS INFIRMIERS SEXUALITÉ ET SOINS INFIRMIERS Concept de «santé sexuelle» défendu par l OMS, la WAS et la chaire de l UNESCO élaborée en 2006 : «un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social en relation

Plus en détail

RÉVISIONS TD. IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017

RÉVISIONS TD. IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017 RÉVISIONS TD IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017 IVRISSE Sandrine Psychologue Clinicienne de la santé - Neuropsychologue 2017 AVANT D ÊTRE UN SOIGNANT,

Plus en détail

8e Congrès Francophone d'allergologie. M. Debons (Nantes)

8e Congrès Francophone d'allergologie. M. Debons (Nantes) Intérêt financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions ponctuelles : aucune Intérêts indirects : aucun S initier à la démarche du diagnostic éducatif ou la perfectionner S initier

Plus en détail

Avez-vous une ou plusieurs blessures du passé?

Avez-vous une ou plusieurs blessures du passé? Avez-vous une ou plusieurs blessures du passé? Pour répondre à ce test avec la plus grande ouverture et connexion à vous même ; Je vous invite à fermer les yeux. Respirez 3 fois et laissez les réponses

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

LES CONSÉQUENCES DU HARCÈLEMENT

LES CONSÉQUENCES DU HARCÈLEMENT LES CONSÉQUENCES DU HARCÈLEMENT La lutte contre le harcèlement à l École est une priorité du Ministère de l éducation nationale pour garantir un cadre de vie favorable à la réussite de chaque élève. Sensibiliser

Plus en détail

Toutes ces situations peuvent déclencher des sentiments de gêne, de honte et de culpabilité.

Toutes ces situations peuvent déclencher des sentiments de gêne, de honte et de culpabilité. Fratrie et autisme I. Contexte Les enfants qui grandissent avec un frère ou une sœur autiste sont confrontés à une situation familiale particulière. En effet, les liens fraternels vécus à cette époque

Plus en détail

ETATS LIMITES, PERVERSIONS ET PERSONNALITE PSYCHOPATHIQUE

ETATS LIMITES, PERVERSIONS ET PERSONNALITE PSYCHOPATHIQUE , PERVERSIONS ET PERSONNALITE PSYCHOPATHIQUE INTRODUCTION * Nosographie (classification) États limites, psychopathie - > troubles de la personnalité (groupe B) Perversions - > personnalité narcissique

Plus en détail

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE A partir de quand une attitude, un comportement devient pathologique, anormal? Le normal et le pathologique en médecine. Maladie= variation quantitative d un même

Plus en détail

Pourquoi l harmonie du couple et de la famille est-elle si fragile? par André Renaud Psychologue et psychanalyste

Pourquoi l harmonie du couple et de la famille est-elle si fragile? par André Renaud Psychologue et psychanalyste Pourquoi l harmonie du couple et de la famille est-elle si fragile? par André Renaud Psychologue et psychanalyste Association des avocats familialistes de Québec Jeudi, 13 octobre 2016 1 Deux personnes

Plus en détail

La thérapie familiale et la thérapie de couple

La thérapie familiale et la thérapie de couple La thérapie familiale et la thérapie de couple Qu est ce qu une thérapie familiale? L indication est la souffrance d une famille. Cette souffrance est souvent liée à une modification de la composition

Plus en détail

Pourquoi l Art-thérapie a-t elle un intérêt particulier dans. les TCA et autres addictions?

Pourquoi l Art-thérapie a-t elle un intérêt particulier dans. les TCA et autres addictions? Pourquoi l Art-thérapie a-t elle un intérêt particulier dans les TCA et autres addictions? Les patients ayant des troubles du comportement alimentaire ou toutes autres addictions ont souvent un niveau

Plus en détail

C est une pulsion irrépressible de s'approprier des objets, ceci en l'absence d'un motif économique ou d'un besoin réel de cet objet.

C est une pulsion irrépressible de s'approprier des objets, ceci en l'absence d'un motif économique ou d'un besoin réel de cet objet. Le terme kleptomania, qui vient du grec «folie du vol», est apparu dans la littérature psychiatrique au XIXe siècle. Elle consiste en l'impossibilité répétée de résister à l'envie impulsive de voler des

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE D UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE. Chantal SILVESTRI, Psychologue, 2014

LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE D UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE. Chantal SILVESTRI, Psychologue, 2014 LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE D UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE Chantal SILVESTRI, Psychologue, 2014 APPROCHE CULTURELLE DE LA MORT La mort est vécue de façon différente selon des facteurs socio-culturels

Plus en détail

Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie

Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie Troubles de l attachement et prématurité Dr Christine Albert La théorie de l attachement aujourd hui.1

Plus en détail

ELEMENTS DE PSYCHOSOMATIQUES

ELEMENTS DE PSYCHOSOMATIQUES ELEMENTS DE PSYCHOSOMATIQUES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Objectif principal Montrer l intrication du psyché avec le soma dans une co-occurrence qui met en gène tout thérapeute quant à la prise en charge. PLAN

Plus en détail

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»?

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Décembre 2014 Philippe Ceccaldi, psychiatre, Unité 29, CHU Nena

Plus en détail

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers Faculté de médecine Poitiers Examen médicopsychologique Examen psychiatrique Sémiologie Psychiatrique 1 Définition Psychiatrie : discipline médicale qui étudie et traite les maladies du psychisme Psychologie

Plus en détail

JOURNÉE INSERM/ASSOCIATIONS décembre 2015 STRESS/ÉMOTIONS. Regard des associations

JOURNÉE INSERM/ASSOCIATIONS décembre 2015 STRESS/ÉMOTIONS. Regard des associations JOURNÉE INSERM/ASSOCIATIONS décembre 2015 STRESS/ÉMOTIONS Regard des associations Nos émotions se comptent sur les doigts de deux mains, la colère, le dégoût, l étonnement, la joie, la peur, la tristesse.

Plus en détail

La continuité de la relation. dans le champ addictologique. Présentation par Marion Epitalon (psychologue)

La continuité de la relation. dans le champ addictologique. Présentation par Marion Epitalon (psychologue) La continuité de la relation dans le champ addictologique Présentation par Marion Epitalon (psychologue) Plan de la présentation 1. Introduction 2. L apport du psychologue 3. L apport de l équipe au psychologue

Plus en détail

COREVIH Ile de France Centre

COREVIH Ile de France Centre A. Simon, S. Consoli, M. Laprevotte, A.M. Ané, A. Afroun N. Edeb, M. Saulnier, S. Dionou, S. Herson Médecine Interne Pr S. Herson COREVIH Ile de France Centre Pôle Immuno-Infectieux-Inflammatoire Médecine

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

LA DOULEUR, JE M EN SORS

LA DOULEUR, JE M EN SORS LA DOULEUR, JE M EN SORS COMPRENDRE ET AGIR Pr Serge Perrot COLLECTION QUESTIONS DE PATIENTS LA DOULEUR, JE M'EN SORS COMPRENDRE ET AGIR Pr Serge Perrot COLLECTION QUESTIONS DE PATIENTS INTRODUCTION

Plus en détail

EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2. Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne

EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2. Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2 Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne 1 INTRODUCTION 2 Contexte Parcours médical du patient - Service de réanimation

Plus en détail

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE LA DOULEUR

ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE LA DOULEUR ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE LA DOULEUR ENTRE DOULEUR ET SOUFFRANCE NOCICEPTION : douleur sous sa forme anatomique, physiologique et chimique. DOULEUR : «sensation désagréable ressentie dans une partie de

Plus en détail

NOS EMOTIONS NOUS PARLENT. 1/29/2014 Atelier : Comprendre nos émotions

NOS EMOTIONS NOUS PARLENT. 1/29/2014 Atelier : Comprendre nos émotions NOS EMOTIONS NOUS PARLENT 1/29/2014 Atelier : Comprendre nos émotions ANNEXE 1 : QUESTIONNAIRE DE CONSCIENCE EMOTIONNELLE TIRE DE STEINER ET PERRY 1 Vous devez répondre en fonction de vous. Le but de ce

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal n Sentiment pénible, désagréable de la pensée n

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

Stress et psoriasis relations psychosomatiques

Stress et psoriasis relations psychosomatiques HS 3/2016 Médecine 3 Stress et psoriasis relations psychosomatiques Marc Fouradoulas Les personnes atteintes de psoriasis doivent souvent affronter une longue vie de souffrances et de limitations pouvant

Plus en détail

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 SOMMAIRE I DEFINITION II - APPROCHE ROGERIENNE III LES ATTITUDES IV - LES VARIABLES DE L ENTRETIEN V- LES TECHNIQUES D ENTRETIEN VI - CONDUIRE UN ENTRETIEN

Plus en détail

Avis de l Ordre des psychologues du Québec et de l Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec. sur

Avis de l Ordre des psychologues du Québec et de l Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec. sur Avis de l Ordre des psychologues du Québec et de l Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec sur L exercice d activités réservées (psychothérapie et évaluation des troubles mentaux) et

Plus en détail

Investigation de la personnalité 29/09/04

Investigation de la personnalité 29/09/04 Investigation de la personnalité 29/09/04 Cadre A-B : Le psychologue a un contrat avec le social et ce contrat lui impose une série de contraintes, de fonctions qu il doit assumer, remplir et par rapport

Plus en détail

L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur

L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur L intensité du stimulus douloureux est-il le seul paramètre influençant l intensité de la douleur ressentie par le patient? Delphine CAYZAC Psychologue Réseau Enfant-Do, Hôpital des Enfants de Toulouse

Plus en détail

A quoi servent les corticoïdes par voie locale?

A quoi servent les corticoïdes par voie locale? Je comprends l'importance du bon usage d un corticoïde par voie locale Véritable révolution thérapeutique, la corticothérapie locale allie efficacité et praticité. Une bonne information et le respect des

Plus en détail

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer 1 personne sur 4 après 80 ans Altération de la mémoire Perturbations émotionnelles

Plus en détail

Photothérapie dynamique

Photothérapie dynamique Photothérapie dynamique de la kératose actinique S agit-il d un cancer de la peau? Non. La kératose actinique n est pas encore un cancer de la peau à ce stade mais un précurseur, on parle d une lésion

Plus en détail

PARKINSON QUALITE DE VIE 1.5 LES MALADES: Bernard COMPERE. Etre parkinsonien en France aujourd hui. Chercher à comprendre et refuser de subir

PARKINSON QUALITE DE VIE 1.5 LES MALADES: Bernard COMPERE. Etre parkinsonien en France aujourd hui. Chercher à comprendre et refuser de subir Chercher à comprendre et refuser de subir 1.5 LES MALADES: RETENTISSEMENT DE LA MALADIE SUR LA VIE QUOTIDIENNE Bernard COMPERE PARKINSON QUALITE & DE VIE Etre parkinsonien en France aujourd hui 85 RETENTISSEMENT

Plus en détail

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie Marine MANGENOT L art-thérapie dans un service d onco-pédiatrie I. L art-thérapie en onco-pédiatrie II. L art-thérapie en soins palliatifs III. Vignettes

Plus en détail

Séance 7. : Rester présent dans le mouvement. Mes valeurs.

Séance 7. : Rester présent dans le mouvement. Mes valeurs. Séance 7. : Rester présent dans le mouvement. Mes valeurs. Plan : -1. Retour sur les exercices. -2. Explications : La pleine conscience en mouvement. -3. Écoute de l enregistrement 6 : Méditation marche

Plus en détail

Analyse et. prise en charge psychologique de la personne obèse. Cabinet Nutrition Longchamp

Analyse et. prise en charge psychologique de la personne obèse. Cabinet Nutrition Longchamp Cabinet Nutrition Longchamp Analyse et prise en charge psychologique de la personne obèse Déborah THOLLIEZ Psychologue clinicienne Psychothérapeute Docteur en psychopathologie Introduction L obésité s

Plus en détail

Les auteurs d agression sexuelle : quand la stigmatisation augmente le risque de récidive

Les auteurs d agression sexuelle : quand la stigmatisation augmente le risque de récidive Les auteurs d agression sexuelle : quand la stigmatisation augmente le risque de récidive XV e Colloque de l Association québécoise pour la réadaptation psychosociale 10 novembre 2010 Francis Laroche,

Plus en détail

Recherche sur les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui vivent avec le VIH en Europe et en Asie Centrale Mai 2010

Recherche sur les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui vivent avec le VIH en Europe et en Asie Centrale Mai 2010 Recherche sur les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui vivent avec le VIH en Europe et en Asie Centrale Mai 2010 Premiers résultats Cette recherche a été conduite de manière bénévole

Plus en détail

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Objectifs généraux Diagnostiquer un trouble de la personnalité et apprécier son retentissement sur la vie sociale du sujet Identifier les situations d'urgence et

Plus en détail

Vivre avec une transplantation rénale : le point de vue d une psychologue

Vivre avec une transplantation rénale : le point de vue d une psychologue Vivre avec une transplantation rénale : le point de vue d une psychologue Sylvie PUCHEU Psychologue, PhD U.F. Psychologie et Psychiatrie de Liaison de d Urgences Hôpital Européen Georges Pompidou 3èmes

Plus en détail

Psychologie et Santé. GRANIER Ghislaine Psychologue Octobre 2016

Psychologie et Santé. GRANIER Ghislaine Psychologue Octobre 2016 Psychologie et Santé GRANIER Ghislaine Psychologue Octobre 2016 Introduction Etre Humain = Complexité Patrimoine génétique, biologique Environnement Familial Environnement socio-culturel Histoire de Vie

Plus en détail

Approche des groupes de patients ou de familles à visée psychothérapeutique. P. Bruguière, P. de Collasson, H. Petropoulou, Psychologues cliniciennes

Approche des groupes de patients ou de familles à visée psychothérapeutique. P. Bruguière, P. de Collasson, H. Petropoulou, Psychologues cliniciennes Approche des groupes de patients ou de familles à visée psychothérapeutique P. Bruguière, P. de Collasson, H. Petropoulou, Psychologues cliniciennes Pratique des psychothérapies avec les patients cérébrolésés

Plus en détail

PRINCIPES DE LA PSYCHANALYSE. Cours du Professeur Askenazy

PRINCIPES DE LA PSYCHANALYSE. Cours du Professeur Askenazy PRINCIPES DE LA PSYCHANALYSE Cours du Professeur Askenazy 1. Historique Freud: inventeur de la psychanalyse à la fin du XIXème/ debut XXème siecle Son metier de base était neurobiologiste. Puis rencontre

Plus en détail

LE DICTIONNAIRE DU PSORIASIS POUR LES PATIENTS

LE DICTIONNAIRE DU PSORIASIS POUR LES PATIENTS LE DICTIONNAIRE DU PSORIASIS POUR LES PATIENTS Un guide pour vous informer sur votre maladie et vous aider à mieux dialoguer avec votre dermatologue DICTIONNAIRE PATIENTS SUR LE PSORIASIS Le psoriasis

Plus en détail

De la demande de perte de poids au changement de comportement

De la demande de perte de poids au changement de comportement De la demande de perte de poids au changement de comportement Pr Eric Bertin Demande de perte de poids Médecin Prescription diététique Patient Régime Sport Diététicien nutritionniste Evaluation / préconisations

Plus en détail

PsoHappy, la première application qui mesure l impact du psoriasis sur le bonheur.

PsoHappy, la première application qui mesure l impact du psoriasis sur le bonheur. Communiqué de presse Voisins-le-Bretonneux, le 21 février 2017 PsoHappy, la première application qui mesure l impact du psoriasis sur le bonheur. Le LEO Innovation Lab, laboratoire d innovation digitale

Plus en détail

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE Pour faciliter la prise en charge des soins infirmiers en psychiatrie, il est indispensable de se questionner sur la douleur morale et la souffrance psychique qui existe

Plus en détail

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV Intervention du 7 mars 2016 Dufeil SOUNGA leybrodneil@yahoo.fr Dufeil SOUNGA Psychologue clinicien Psychologue cognitivo-comportementaliste Psychothérapeutique

Plus en détail

Généralité sur le stress

Généralité sur le stress Généralité sur le stress Stress et émotion définissent un même processus. Leurs mécanismes neurologiques, et leurs manifestations corporelles et mentales sont identiques. Même si elles n ont pas les mêmes

Plus en détail

Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique.

Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique. Chaque toucher n a de valeur que par l interprétation qu on lui accorde. Prendre soin par le toucher massage une autre réponse face à la souffrance physique et psychique. INTRODUCTION Comment apporter

Plus en détail

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens

6éme Congrès national des réseaux de cancérologie 1et 2 octobre 2015 Amiens Place prépondérante de l infirmière du dispositif d annonce en cancérologie dans la prise en compte de la santé sexuelle du patient Par Camille Labille Som IDE 6éme Congrès national des réseaux de cancérologie

Plus en détail

Une population particulière, les personnes avec Asperger ou autisme de haut niveau. Postulat de départ Très peu de littérature est consacrée à la vie

Une population particulière, les personnes avec Asperger ou autisme de haut niveau. Postulat de départ Très peu de littérature est consacrée à la vie ASPERGER AMITIÉ Association de type Loi du 1er juillet 1901 Créée en juin 2010 à l initiative de Miriam Sarbac, l association regroupe plus de 100 familles, dans l objectif de : Les écouter et les orienter.

Plus en détail

LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC

LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC AVC et gériatrie: qualité de la prise en charge LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC îmes - 23 Septembre 2014 Anaïs SALMON-LEBRUN L Accident Vasculaire Cérébral Préambule Définition de l OMS: =>

Plus en détail

LIVRET DE SUR LE PSORIASIS

LIVRET DE SUR LE PSORIASIS qr & LIVRET DE SUR LE PSORIASIS À PROPOS? QUELLE EST L ORIGINE DU M OT «PSORIASIS»? QUELLE EST LA CAUSE? LE PSORIASIS EST-IL SIMPLEMENT UNE MALADIE DE LA PEAU? ! Le mot vient du grec «psora» qui signifie

Plus en détail

BPJEPS LTP 2013 DOSSIER SUR L ADOLESCENCE

BPJEPS LTP 2013 DOSSIER SUR L ADOLESCENCE DOSSIER SUR L ADOLESCENCE Le public adolescent : l adolescence qu est-ce que c est? Françoise Dolto dans «Le complexe du homard» nous amène à réfléchir sur l adolescence, ce que ça engendre, et entraine.

Plus en détail

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 L annonce d un diagnostic de neurofibromatose de type 1 que ce soit dans le cas d une forme sporadique ou familiale est un

Plus en détail

Les difficultés psychologiques en post-traitement. Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie

Les difficultés psychologiques en post-traitement. Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie Les difficultés psychologiques en post-traitement Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie Introduction Post-traitements, une étape délicate Pourquoi aborder

Plus en détail

Dr. Madeleine Badaro Taha Pédiatre, Pédopsychiatre

Dr. Madeleine Badaro Taha Pédiatre, Pédopsychiatre Facteurs de risque et Prévention des violences interpersonnelles et autoinfligées Expérience des Family Guidance Centers Dr. Madeleine Badaro Taha Pédiatre, Pédopsychiatre Family guidance Centers 1997-2011

Plus en détail

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le patient âgé,! peur du miroir!! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Introduction Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 février 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 29 octobre 1998 - (J.O. du

Plus en détail

Sexualité, vie de couple et procréation VIVRE AVEC LA SEP. Maria Carmelita Scheiber-Nogueira Lyon

Sexualité, vie de couple et procréation VIVRE AVEC LA SEP. Maria Carmelita Scheiber-Nogueira Lyon Sexualité, vie de couple et procréation VIVRE AVEC LA SEP Maria Carmelita Scheiber-Nogueira Lyon La sexualité est primordiale lors d une relation amoureuse (partage physique) La satisfaction conjugale

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017 Les deux activités principales

Plus en détail

PROBLEMES PSYCHIATRIQUES DANS NOS COMMUNAUTES THERAPEUTIQUES «NORMALES» POUR PERSONNES TOXICOMANES

PROBLEMES PSYCHIATRIQUES DANS NOS COMMUNAUTES THERAPEUTIQUES «NORMALES» POUR PERSONNES TOXICOMANES PROBLEMES PSYCHIATRIQUES DANS NOS COMMUNAUTES THERAPEUTIQUES «NORMALES» POUR PERSONNES TOXICOMANES Johanna Martens, Ph.D. Directrice CT "De Spiegel", Belgique Contactez : johanna.martens@advalvas.be 1.

Plus en détail

Les personnalités limites

Les personnalités limites Jean-Michel Fourcade Les personnalités limites Hypersensibles, à fleur de peau, écorchés vifs Tous borderlines?, 2011 ISBN : 978-2-212-54710-8 Chapitre Trop émotif? Beaucoup d entre nous éprouvons des

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

Les proches, Titre Ces autres à ne pas oublier.

Les proches, Titre Ces autres à ne pas oublier. Les proches, Titre Ces autres à ne pas oublier. Mme Ghislaine GRANIER Mme Rachel ROUYRE Psychologues Centre Hospitalier de Perpignan 16h15 Heure L étape du diagnostic: Le Patient: Véritable Tsunami Perte

Plus en détail

Les éléments du cadre institutionnel

Les éléments du cadre institutionnel UNITÉ D HOSPITALISATION MÈRE-BÉBÉ Pôle de Psychiatrie infanto-juvénile 67 I02 Chef de Pôle Dr Perrier Edmond Praticien Hospitalier Dr OSWALD Sophie Etablissement Public de Santé Alsace Nord Pavillon Lanteri

Plus en détail

Expertise psychologique d'enfants - adolescents

Expertise psychologique d'enfants - adolescents Expertise psychologique d'enfants - adolescents 1. Identification Nom : Prénoms : Âge : Date de naissance : / / Sexe : Adresse : Téléphones : Occupation au moment de l'affaire : Nationnalité : État Civil

Plus en détail

Table des matières. I - Un corps psychique

Table des matières. I - Un corps psychique Table des matières Avant-propos à la nouvelle édition... 9 Préface, Daniel Marcelli... 13 Prélude... 15 Introduction... 17 L adolescence... 19 Le corps... 19 Retour sur mon parcours professionnel Entretien

Plus en détail

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie La contention en psychiatrie Définition: La contention Selon le Larousse: «Procédé thérapeutique permettant d immobiliser un membre, de comprimer des tissus ou de protéger un malade agité» Selon Desharens

Plus en détail

Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours)

Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours) Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours) 1. Objectifs généraux de la formation L apprentissage de l hypnose thérapeutique vous permettra de développer une

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 décembre 1998 - (J.O. du 3

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 10 À 12 ANS

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 10 À 12 ANS ? SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 10 À 12 ANS ÉNONCÉ 1 On peut affirmer qui on est de plusieurs façons, pas seulement en s exprimant verbalement. VRAI OU

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

Starterkit: Urgence & Crise 1/6/2014 #

Starterkit: Urgence & Crise 1/6/2014 # Starterkit: Urgence & Crise L urgence en addictologie L urgence objective L urgence subjective Urgence: définition médicale L'urgence est l'expression d'une situation devenue ingérable pour le patient

Plus en détail

Regard sur la toxicomanie chez les troubles de la personnalité. Jean-Sébastien Leblanc, D.Ps., Caroline Audet, Ph.D., et Solange Marchildon, Ph.D.

Regard sur la toxicomanie chez les troubles de la personnalité. Jean-Sébastien Leblanc, D.Ps., Caroline Audet, Ph.D., et Solange Marchildon, Ph.D. Regard sur la toxicomanie chez les troubles de la personnalité Jean-Sébastien Leblanc, D.Ps., Caroline Audet, Ph.D., et Solange Marchildon, Ph.D. Objectifs de la présentation Distinguer le trouble de la

Plus en détail