Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques"

Transcription

1 Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Dr Dahmane Nabila Service de pédiatrie, CHU Bab El Oued 10 ème congrès de lutte contre la douleur 8-9 Octobre 2015, Hôtel El Aurassi

2 Introduction Quelle place occupent les céphalées aux urgences pédiatriques? céphalées douleurs Tous les motifs

3 Céphalées Interrogatoire + Examen clinique +/- Examens complémentaires Pathologie sous jacente +/- Signes d alerte (processus expansif intracrânien)

4 Interrogatoire: les ATCDs (neurologique, ORL, ophtalmo ), durée d évolution, caractères des céphalées, signes associés Examen clinique: poids, taille, T, TA, examen ORL, examen neurologique Examens complémentaires: FO, PL, imagerie cérébrale, EEG, bilan biologique (infection) Diagnostic étiologique Traitement

5 Les causes des céphalées Céphalées primaires 1. Migraine 2. Céphalées du type tensionnel 3. Céphalées du type cluster et autres céphalées trigémino-autonomes 4. Autres céphalées primaires Céphalées secondaires 5. Traumatisme crânien ou de la colonne cervicale 6. Anomalies vasculaires (p.ex. angiomes, hémorragies) intracrâniennes ou cervicales 7. Maladies intracrâniennes non-vasculaires (p.ex. tumeurs, pseudotumor cerebri, hydrocéphalie, malformation d Arnold-Chiari) 8. Substance ou sevrage 9. Infections (méningite, encéphalite, abcès cérébral) 10. Trouble de l homéostase (p.ex. anémie, hypoxie, hypoglycémie) 11. Maladies du crâne et du cou, des yeux, oreilles, nez, sinus, dents, bouche et autres structures du visage et du crâne 12. Maladies psychiatriques (p.ex. dépression) Névralgies et autres 13. Névralgies crâniennes (p.ex. névralgie du trijumeau) 14. Autres céphalées International Headache Society (IHS) 2004

6 Enquête «céphalées»

7 Objectifs Préciser la part des céphalées parmi les autres douleurs Identifier les principales causes Evaluer le recours aux examens complémentaires

8 Matériel et méthodes Enquête transversale réalisée au niveau du pavillon des urgences pédiatriques (service de pédiatrie, CHU Bab El Oued) sur une durée de 30 jours (du 03/08/15 au 01/09/15). Critères d inclusion: tout enfant qui consulte pour douleur en âge d exprimer une plainte Critères d exclusion: nouveau-né et autres motifs de consultation Support: un questionnaire

9 Matériel et méthodes: Le questionnaire Les paramètres recherchés : -l âge, le sexe - les antécédents - l intensité selon une échelle verbale simple - la notion d exposition au soleil, Co, un traumatisme -les caractères cliniques et la durée d évolution -les symptômes associés - l examen clinique - les examens complémentaires.

10 Matériels et méthodes Les étiologies des céphalées étaient classées selon l International Headache Society (IHS) 2004.

11 Résultats

12 Résultats Répartition des consultants 16% Le nombre total de consultants : % Consultants pour douleur 518 (16.3%) autres motifs douleurs

13 Place des céphalées parmi les autres douleurs douleurs abdominales 45% otalgies 23% céphalées 11% maux de gorge 9% dysuries 5.6% douleursostéoartculaires 3.2% douleurs thoraciques 2.7%

14 Résultats Nous avons colligé 48 enfants présentant céphalées, âgés entre 2-15 ans ( M= 8.6) La céphalée a représenté 1.5% du total des consultants (11% des douleurs).

15 Céphalées: Caractéristiques Répartition selon le sexe N=48 La répartition selon l'intensité des céphalées % garçons filles % % faible modérée sévère

16 Céphalées: Classification N= % % 5 8.3% 0 céphalées secondaires céphalées primaires causes indéterminées

17 Céphalées: Etiologies N=48 infections respiratoires hautes 37.5% insolations 25% céphalées primaires 16% (migraine:12.5%) autres 8.3% traumatismes crâniens 6.2% méningites virales 4.1% les causes des céphalées tumeurs cérébrales 2%

18 Céphalées secondaires: Etiologies N=36 tumeurs cérébrales 2.7% les céphalées secondaires traumatismes crâniens 8.3% infections respiratoires hautes 50% insolations 33.3% méningites 5.5%

19 Céphalées: examens complémentaires réalisés N= fond d'œil ponction lombaire imagerie cérébrale

20 Discussion

21 Discussion Les céphalées représentent le 3ème motif de consultation parmi toutes les douleurs après les douleurs abdominales et les otalgies

22 Discussion Céphalées secondaires: Les infections respiratoires hautes sont la première cause de céphalées (37.5%) L insolation représente la 2 ème cause des céphalées secondaires (25% ): saison estivale Un seul cas de tumeur cérébrale dont l examen neurologique était déjà perturbé.

23 Discussion Céphalées primaires: Retenir le diagnostic de céphalée primaire et surtout de migraine était difficile notamment lorsqu il s agissait du premier épisode de céphalée

24 Discussion les étiologies des céphalées Etude de Burton et al à Miami (1993) L étude r de Kan et al à New York (2000) Etude prospective de Lewis et al (2000) Etude prospective de Paola Scagni à l Itali (2008) Notre étude Céphalées 1.3 % 0.7% - 1% 1.5% Céphalées primaires 20.5% 10% 18% 56.7% 16.6% Céphalées secondaires 79.5% 90% 82% 42% 75% Céphalées indéterminées - 11% %

25 Discussion les étiologies des céphalées primaires Etude de Burton et al à Miami (1993) L étude r de Kan et al à New York (2000) Etude prospective de Lewis et al (2000) Etude prospective de Paola Scagni à l Itali (2008) Etude de Conicella et al (2008) Notre étude migraine 16% 8.5% 18% 5.4% 18.5% 12.5% Céphalées de tension 4.5% 1.5% %

26 Discussion les étiologies des céphalées secondaires Etude de Burton et al à Miami (1993) L étude r de Kan et al à New York (2000) Etude prospective de Lewis et al (2000) Etude prospective de Paola Scagni à l Itali (2008) Etude de Conicella et al (2008) Notre étude Infections respiratoires hautes (virales) 39% 28.5% 39% 90.2% 19.2% 37.5% Post traumatique 6.6% 20% 20% - 5.5% 6.2% Méningite virale 5% 2.3 9% 0.3% 1.6% 4.1% Tumeur cérébrale 0.1% - 2.6% 0.3% 0.7% 2%

27 Discussion Les examens complémentaires: prescription limitée, orientée par la clinique fond d'œil ponction lombaire imagerie cérébrale

28 Recours à l imagerie et résultats Auteurs n Imagerie Résultat : imagerie anormale n(%) % Notre étude 48 2 (4.1) 50 Kan et al (41) 10 Burton et al (7.3) 19 Goldstein et al (14.5) 5.5

29 Conclusion Les céphalées secondaires sont les plus fréquentes Les Infections respiratoires aigues représentent la première cause des céphalées Les causes neurologiques sérieuses sont rares, souvent révélées par des anomalies à l examen clinique Un bon examen clinique permet le diagnostic et limite le recours aux examens complémentaires

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Céphalées de l enfant. Dr Yoann Huguenin Hôpital pédiatrique CHU Bordeaux

Céphalées de l enfant. Dr Yoann Huguenin Hôpital pédiatrique CHU Bordeaux Céphalées de l enfant Dr Yoann Huguenin Hôpital pédiatrique CHU Bordeaux Objectifs du cours N 98. Céphalée aiguë et chronique chez l'adulte et l'enfant - Diagnostiquer une céphalée aiguë et une céphalée

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINES

CÉPHALÉES ET MIGRAINES CÉPHALÉES ET MIGRAINES LA SECONDE CLASSIFICATION DES CÉPHALÉES DE L IHS La classification de l IHS est divisée en trois parties : 1) Les céphalées primaires (codes IHS 1 à 4) 2) Les céphalées secondaires

Plus en détail

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale définition céphalées Douleur de l extrémité céphalique et faciale Toute céphalée n est pas une migraine+++ interrogatoire Début : brutal? À l effort? Signes d accompagnements : nausées, signes neurologiques+++,oculaires,

Plus en détail

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA «J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA CEPHALEES Prévalence estimée à + de 90% dans la population occidentale Motif de 4% des passages dans les services d urgence International

Plus en détail

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Dr Romain Borel SAU-SAMU-SMUR Nancy COLMU 11/12/2007 Céphalées aux urgences : épidémiologie

Plus en détail

10 questions pour comprendre le diagnostic de la migraine

10 questions pour comprendre le diagnostic de la migraine 1 10 questions pour comprendre le diagnostic de la migraine La vérité scientifique sera toujours plus belle que les créations de notre imagination et les illusions de notre ignorance! Claude Bernard Ou

Plus en détail

Epidémiologie des céphalées dans les SU. Motif d admission de 1 à 2 % Prédominance féminine nette Le plus souvent sujet jeune

Epidémiologie des céphalées dans les SU. Motif d admission de 1 à 2 % Prédominance féminine nette Le plus souvent sujet jeune Epidémiologie des céphalées dans les SU Motif d admission de 1 à 2 % Prédominance féminine nette Le plus souvent sujet jeune CEPHALEE : EPIDEMIOLOGIE Médecine générale : 34ème motif; 0,5% des consultations

Plus en détail

LA CEPHALEE CERVICALE REVISITEE.

LA CEPHALEE CERVICALE REVISITEE. LA CEPHALEE CERVICALE REVISITEE. Bilan d une enquête observationnelle sur plus de 4 ans entre 1998 et 2002, en cabinet de rhumatologie à orientation médicale manuelle ostéopathique. Dr Norbert TEISSEIRE-Rhumatologue

Plus en détail

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux FMC du GMBS La Châtre CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux 05/01/2010 1 CEPHALEES 1) Aigues 2) Sub-aigues 3) chroniques 05/01/2010 2 CEPHALEES

Plus en détail

journée de La céphalée aiguë suspecte : Très fréquemment observée dans la pratique que cache-t-elle? neurochirurgie

journée de La céphalée aiguë suspecte : Très fréquemment observée dans la pratique que cache-t-elle? neurochirurgie suspecte : que cache-t-elle? journée de neurochirurgie Michel W. Bojanowski, MD, FRCSC, et Nancy McLaughlin, MD Présenté par l Université de Montréal dans le cadre de La deuxième Journée du Département

Plus en détail

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE - 1 - APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE A. Cardio-vasculaire 1. Toute douleur thoracique doit faire pratiquer un électrocardiogramme. 2. Toute douleur épigastrique doit faire pratiquer un électrocardiogramme.

Plus en détail

Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un service des urgences

Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un service des urgences Article publié dans le journal American Journal of Emergency Medecine en Mai 2012 Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

CENTRE&HOSPITALIER&UNIVERSITAIRE&DE&NICE& DEPARTEMENT&HOSPITALO2UNIVERSITAIRE&DE&MEDECINE&D URGENCE&

CENTRE&HOSPITALIER&UNIVERSITAIRE&DE&NICE& DEPARTEMENT&HOSPITALO2UNIVERSITAIRE&DE&MEDECINE&D URGENCE& CENTRE&HOSPITALIER&UNIVERSITAIRE&DE&NICE& DEPARTEMENT&HOSPITALO2UNIVERSITAIRE&DE&MEDECINE&D URGENCE& Protocole&de&service&accueil&des&urgences& Titre Prise en charge d une céphalée aux urgences - Migraine

Plus en détail

Les céphalées secondaires Expérience de la consultation de neurologie à l EHS Ait Idir

Les céphalées secondaires Expérience de la consultation de neurologie à l EHS Ait Idir 8 ème congrès national & 3 ème congrès Pan Arabe de lutte contre la douleur Alger octobre 2012 Les céphalées Expérience de la consultation de neurologie à l EHS Ait Idir S. Bahbouh ; M. Ait Kaci Ahmed

Plus en détail

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent?

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Introduction Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Paris-Rio 1er juin 2009 sonde Pitot Le labyrinthe En pratique un incident peut arriver à différents niveaux... Bases physiopathologiques

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX.

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX. EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX Dr BOMBARD Adrien I. INTRODUCTION Les traumatismes crâniens (TC) sont un motif fréquent

Plus en détail

Imagerie des céphalées

Imagerie des céphalées Imagerie des céphalées MAHI M, AKHADDAR A, SEMLALI S, El KHARRAS A, BENAMEUR M, AKJOUJ S, CHAOUIR S. Services d imagerie médicale. Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V. Rabat. Maroc INTRODUCTION Symptome

Plus en détail

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent?

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Introduction Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Paris-Rio 1er juin 2009 sonde Pitot Le labyrinthe En pratique un incident peut arriver à différents niveaux... Bases physiopathologiques

Plus en détail

Table Ronde Acouphènes Interrogatoire et bilan

Table Ronde Acouphènes Interrogatoire et bilan Table Ronde Acouphènes Interrogatoire et bilan Didier Bouccara Service d ORL GH Pitié Salpêtrière et Paris XV L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêts Approche clinique: consultation ciblée sur

Plus en détail

MIGRAINE SANS AURA : critères diagnostiques selon l International Headache Society (IHS)

MIGRAINE SANS AURA : critères diagnostiques selon l International Headache Society (IHS) LES MIGRAINES 1 M. sans aura 2 Aura avec céphalée migraineuse ou non 3 Aura sans céphalée 4 M. hémiplégique 5 M. rétinienne 6 M. basilaire 7 M. compliquée 8 Equivalents migraineux chez l enfant 9 M. probable

Plus en détail

La boiterie de l enfant

La boiterie de l enfant La boiterie de l enfant A. FAURE, T. MERROT Chirurgie Pédiatrique Hôpital Nord IFI T Joseph Croix Rouge Française Rappels d anatomie Rappels d anatomie Boiterie = altération des éléments fondamentaux du

Plus en détail

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique

Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Élaboration d'un score d'aide au diagnostic de la méningo-encéphalite herpétique Diane KEIL 1, Amandine RALLO 1, Stéphane GENNAI 1, Raphaelle GERMI 2,4, Patrice MORAND 2, 4, Olivier Epaulard 3,4 1 - Service

Plus en détail

XXVI èmes Journées Nationales d Hépato-Gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive

XXVI èmes Journées Nationales d Hépato-Gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive XXVI èmes Journées Nationales d Hépato-Gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive EFFETS SECONDAIRES DUS A LA BITHERAPIE PEGYLEE AU COURS DU TRAITEMENT DE L HEPATITE VIRALE C CHEZ LES HEMODIALYSES DR

Plus en détail

CEPHALEES DU Douleur 7 Avril 2017

CEPHALEES DU Douleur 7 Avril 2017 CEPHALEES DU Douleur 7 Avril 2017 Dr A.S. Koskas Sergent Consultation Migraine Traitement de la Douleur CHU Clémenceau de Caen CH de Bayeux Céphalées primaires Migraine Céphalée de tension Algie vasculaire

Plus en détail

CEPHALEES ET MIGRAINE DIAGNOSTIC

CEPHALEES ET MIGRAINE DIAGNOSTIC CEPHALEES ET MIGRAINE DIAGNOSTIC LES CÉPHALÉES PRINCIPALES CAUSES DE CÉPHALÉES Céphalées primaires 66% chez le sujet âgé, 90% chez le jeune Céphalées secondaires C. de tension Migraine C. déclenchées par

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

VADE- MECUM DE MÉDECINE GÉNÉRALE

VADE- MECUM DE MÉDECINE GÉNÉRALE Docteur Christophe BELTZ VADE- MECUM DE MÉDECINE GÉNÉRALE 20 situations fréquentes Préface Voici le livre qu un jeune interne cherchait désespérément dans le fond de sa mallette lors d un émouvant premier

Plus en détail

Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne

Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne Rapport annuel des interventions médicales Année 2016 (janvier 2016 décembre 2016) Professeur Pierre Bonfils Hôpital Européen Georges

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CEPHALEES BRUTALES DANS LE SERVICE D URGENCES

PRISE EN CHARGE DES CEPHALEES BRUTALES DANS LE SERVICE D URGENCES PRISE EN CHARGE DES CEPHALEES BRUTALES DANS LE SERVICE D URGENCES Dr Taurin Gregory, chef de service, unité de neurologie, Saint Malo Trucs et Astuces CONSULTATIONS TRES FREQUENTES ETIOLOGIES MULTIPLES

Plus en détail

La céphalée est due à l'activation de structures sensibles à la douleur dans ou autour du cerveau, du crâne, du visage, des sinus ou des dents.

La céphalée est due à l'activation de structures sensibles à la douleur dans ou autour du cerveau, du crâne, du visage, des sinus ou des dents. Céphalée Le site du Docteur Abdoul Karim CHIRARA Adresse du site : www.docvadis.fr/doc.chirara Article tiré du manuel Merck. Céphalée La céphalée est une douleur dans n'importe quelle partie de la tête,

Plus en détail

Dysrégulation de la nociception dans le somnambulisme de l adulte

Dysrégulation de la nociception dans le somnambulisme de l adulte + Dysrégulation de la nociception dans le somnambulisme de l adulte Régis Lopez 1,2, Isabelle Jaussent 2, Yves Dauvilliers 1,2 1 Centre de référence narcolepsie / hypersomnie idiopathique CHU Gui de Chauliac,

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

A propos de patients migraineux vus en consultation douleur Quelles options thérapeutiques?

A propos de patients migraineux vus en consultation douleur Quelles options thérapeutiques? A propos de patients migraineux vus en consultation douleur Quelles options thérapeutiques? Dr Nadia Bouamrane N Médecine Interne-Douleur Généralités «Mi-graine» Hemi- crâne,hemi-graine,migraine Galien

Plus en détail

JORF n 0043 du 20 février Texte n 26

JORF n 0043 du 20 février Texte n 26 Le 21 février 2010 JORF n 0043 du 20 février 2010 Texte n 26 ARRETE Arrêté du 10 février 2010 modifiant l arrêté du 19 février 2009 relatif à la classification et à la prise en charge des prestations d

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

113 Douleur EVA

113 Douleur EVA AIRWAY 100 Arrêt cardio-respiratoire Absence de pouls carotidien BREATH DIFFICULTES RESPIRATOIRES 101 Détresse respiratoire aiguë 200 Difficulté respiratoire nette 201 Hémoptysie 300 Dyspnée modérée ou

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot ALGIES CRANIO-FACIALES Neuro-sémiologie Névralgie essentielle du trijumeau Névralgie symptomatique du trijumeau Migraines Céphalées méningées

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES CHRONIQUES DE L'ENFANT

DOULEURS ABDOMINALES CHRONIQUES DE L'ENFANT DOULEURS ABDOMINALES CHRONIQUES DE L'ENFANT Le site du Docteur Oussama ABOU AMARA Adresse du site : www.docvadis.fr/pediatre.abouamara.toulouse Les douleurs abdominales chroniques ou récidivantes sont

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Desrumaux Amélie¹, François Patrice², Pascal Céline², Cans Christine³, Croizé Jacques 4,, Gout Jean-Pierre

Plus en détail

Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d Alzheimer et comment les reconnaitre? MOOC Alzheimer FUN Session 1 Support.

Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d Alzheimer et comment les reconnaitre? MOOC Alzheimer FUN Session 1 Support. ALZHEIMER : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir. Joël Belmin UPMC Programme TIL Joël Belmin Les maladies apparentées «Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l Alzheimer sans avoir pu le

Plus en détail

Motifs de consultation durant l enquête. Dr F. Benachenhou

Motifs de consultation durant l enquête. Dr F. Benachenhou Motifs de consultation durant l enquête Dr F. Benachenhou Introduction Ce travail, effectué dans le cadre de l étude P.U.R.M.A, a eu lieu fin automne 26 / début hiver 27. Il porte sur les motifs de consultation

Plus en détail

MIGRAINE DE L ENFANT

MIGRAINE DE L ENFANT MIGRAINE DE L ENFANT Pathologie fréquente : 1ère cause de céphalée primaire récurrente de l enfant Pathologie mal connue : Facteurs psychologiques déclenchent les accès migraineux Excès d examens complémentaires

Plus en détail

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Prise en charge des AIT Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Définition classique «Déficit neurologique focal d installation brutale, résolutif en moins de 24 heures, d origine vasculaire

Plus en détail

La Névralgie du Trijumeau

La Névralgie du Trijumeau La Névralgie du Trijumeau Situation Clinique Homme, 50 ans, Migraineux, Insuffisant respiratoire par exposition professionnelle à l'amiante Description de la douleur : *évolution depuis 1 semaine *douleur

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Soins d urgence AFGSU. 1. Prise en charge des urgences vitales Prise en charge des urgences potentielles...

Table des matières. Partie 1 Soins d urgence AFGSU. 1. Prise en charge des urgences vitales Prise en charge des urgences potentielles... Table des matières Partie 1 Soins d urgence AFGSU 1. Prise en charge des urgences vitales... 3 qqprotection et alerte... 3 Étapes 1 et 2 Analyse de la situation et identification du danger réel ou potentiel

Plus en détail

Syncopes (malaises). Recommandations HAS Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH

Syncopes (malaises). Recommandations HAS Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH Syncopes (malaises). Recommandations HAS 2008 Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH 2011-10 Définition Abandonner le terme peu spécifique de malaise (motif de recours) Pas de différence de gravité

Plus en détail

Dr Pierre M BULA, Neuropédiatre Centre Relais du Langage et des Troubles des Apprentissages Pôle Santé Sarthe et Loir Centre Hospitalier

Dr Pierre M BULA, Neuropédiatre Centre Relais du Langage et des Troubles des Apprentissages Pôle Santé Sarthe et Loir Centre Hospitalier Dr Pierre M BULA, Neuropédiatre Centre Relais du Langage et des Troubles des Apprentissages Pôle Santé Sarthe et Loir Centre Hospitalier Universitaire - Angers Définition et origine des troubles d apprentissage

Plus en détail

Mr le pharmacien, j ai mal. Comment agir?

Mr le pharmacien, j ai mal. Comment agir? Mr le pharmacien, j ai mal Comment agir? Anne Spinewine, Pharm., M. Clin. Pharm. Unité de pharmacologie cellulaire et moléculaire Université catholique de Louvain, Bruxelles Luxembourg - 22.11.2001 Mr

Plus en détail

Cas clinique. Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06

Cas clinique. Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06 Cas clinique Franchitto Nicolas Séminaire Infectiologie 10/01/06 Motif d hospitalisation Mr T Bernard, âgé de 72 ans, est hospitalisé : en urgence, un triste samedi de février, en fin d après-midi, pour

Plus en détail

N INDICATIONS ET MODALITÉS D'APPEL DE L'ASTREINTE DE NEUROCHIRURGIE AU CHU DE DIJON PAR LES URGENTISTES . P R O C E D U R E..

N INDICATIONS ET MODALITÉS D'APPEL DE L'ASTREINTE DE NEUROCHIRURGIE AU CHU DE DIJON PAR LES URGENTISTES . P R O C E D U R E.. . P R O C E D U R E.. N 006 2015 INDICATIONS ET MODALITÉS D'APPEL DE L'ASTREINTE DE NEUROCHIRURGIE AU CHU DE DIJON PAR LES URGENTISTES RÉDACTEURS : RUB : Dr BARONDEAU-LEURET Agnès CMUB :. Dr FADDOUL Minerva.

Plus en détail

Quelle est la fréquence de l Hypersensibilité au Gluten chez les enfants présentant un Syndrome de l Intestin Irritable?

Quelle est la fréquence de l Hypersensibilité au Gluten chez les enfants présentant un Syndrome de l Intestin Irritable? CRAAAP 23 juin 2016 Quelle est la fréquence de l Hypersensibilité au Gluten chez les enfants présentant un Syndrome de l Intestin Irritable? Lucile Gonnaud Dr Destombe Critères de Rome III Syndrome de

Plus en détail

Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique?

Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique? Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique? Alexis descatha -Unité de pathologie Professionnelle Inserm U1018 -SAMU 92 -CHU Poincaré, Garches Colloque CŒUR ET TRAVAIL 30 septembre

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Tomographie axiale (TDM-scan)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Tomographie axiale (TDM-scan) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Méningites. ISSA Nahéma Réanimation médicale Hôpital Saint André

Méningites. ISSA Nahéma Réanimation médicale Hôpital Saint André Méningites ISSA Nahéma Réanimation médicale Hôpital Saint André Définitions Inflammation des méninges Habituellement infectieuses ( rarement néoplasiques, inflammatoires, médicamenteuses) Le plus souvent

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 28 février 2011 modifiant l arrêté du 19 février 2009 modifié relatif à la classification et à la

Plus en détail

Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance

Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance 2 chiffres 10 % des admissions en médecine d urgence L interrogatoire, l examen clinique, des examens paracliniques simples donnent

Plus en détail

F. Boudjenah, A. Asma, M. Bensafia, S. Boumrah, M. Hasbellaoui Service ORL & CCF du CHU Tizi-Ouzou

F. Boudjenah, A. Asma, M. Bensafia, S. Boumrah, M. Hasbellaoui Service ORL & CCF du CHU Tizi-Ouzou Explorations des troubles de l équilibre et de la marche F. Boudjenah, A. Asma, M. Bensafia, S. Boumrah, M. Hasbellaoui Service ORL & CCF du CHU Tizi-Ouzou Vertige= «vertere» : tourner. C est une illusion

Plus en détail

Service de pédiatrie A

Service de pédiatrie A Service de pédiatrie A identité Mohammed Age: 11ans scolarisé ATCD: traumatisme crânien à l age de 8 ans Absence d ATCD familiaux de pathologies cardiaques, de diabète ou d HTA Histoire de la maladie Installation

Plus en détail

Le tri infirmier aux urgences

Le tri infirmier aux urgences Le tri infirmier aux urgences EL MARGAI Nadia Infirmière chef adjointe Urgences adultes site horta 2 SOMMAIRE UN PEU D HISTOIRE QUELQUES DEFINITIONS ET LA LOI? MISSIONS DE L IOA COMMENT TRIER? OUTILS DE

Plus en détail

Cérébrolésion: quels examens médicaux?

Cérébrolésion: quels examens médicaux? REVIVRE, 19 mars 2011 Cérébrolésion: quels examens médicaux? Dr S. Boulvin, Neurologue, CTR Cérébrolésion Pathologies vasculaires Accident Vasculaire Cérébral ischémique = thrombose Hémorragie cérébrale

Plus en détail

L HEMATOME EXTRA-DURAL HEMATOME SOUS DURAL. Mécanisme L HYPERTENSION INTRA-CRANIENNE AUGMENTATION DU VOLUME

L HEMATOME EXTRA-DURAL HEMATOME SOUS DURAL. Mécanisme L HYPERTENSION INTRA-CRANIENNE AUGMENTATION DU VOLUME HEMATOME SOUS DURAL L HEMATOME EXTRA-DURAL Collection sanguine constituée entre la dure-mère et l arachnoïde Epanchement sanguin entre la dure-mère et l os Version améliorée par la correction en cours

Plus en détail

Infection urinaire de l enfantl. Quel bilan.

Infection urinaire de l enfantl. Quel bilan. Infection urinaire de l enfantl Quel bilan. Infection urinaire Pathologie fréquente Plus souvent la fille que le garçon 3/1 Chez le nouveau-né les garçons sont plus souvent atteints que les filles Il faut

Plus en détail

Une forme particulière d hypertension intracérébrale: l hypertension idiopathique

Une forme particulière d hypertension intracérébrale: l hypertension idiopathique Une forme particulière d hypertension intracérébrale: l hypertension idiopathique Nicoleta ROTARU, Silviu HINCU, Adriana BOGORIN, Maher ABU EID, Silviu DRAGHICI, Aikaterini FITSIORI, Jean Louis DIETEMANN

Plus en détail

QUELLE FILIERE POUR LES AIT?

QUELLE FILIERE POUR LES AIT? L AVC en Basse-Normandie - 1 ère journée régionale médicale Atelier 2 QUELLE FILIERE POUR LES AIT? Animateurs Julien Arzur, Juliette Houhayer, Grégory Szwarc, Toni Chauvin 19 juin 2014 AIT? «Episode bref

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION

MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION 1 ère version de la classification Version 1.2 de la fonction groupage Volume 3 Arbre de décision Décembre 2013 SOMMAIRE DU VOLUME

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION

MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION 1 ère version de la classification Version 1.1 de la fonction groupage Volume 3 Arbre de décision Version provisoire SOMMAIRE DU

Plus en détail

National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Dr. Olivia Mourier, Pr. Jacques Motte (CHU Reims) MAJ : 06/01/2006

National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Dr. Olivia Mourier, Pr. Jacques Motte (CHU Reims) MAJ : 06/01/2006 Objectifs : Convulsions chez le nourrisson et chez l enfant Item 190 Objectifs généraux du module 11 de l ECN A la fin du 2ème cycle, l étudiant doit être capable, dans des situations cliniques très fréquentes

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

Que faire devant un enfant hyperactif?

Que faire devant un enfant hyperactif? Que faire devant un enfant hyperactif? J. BELEMBERT-MALNOU, PÉDOPSYCHIATRE UNITÉ UNIVERSITAIRE DE PSYCHIATRIE DE L ENFANT ET L ADOLESCENT, HÔPITAL MÈRE-ENFANT DE NANTES, SERVICE DU PR. BONNOT Congrès Preuves

Plus en détail

Embolisation des ruptures de malformations artérioveineuses pulmonaires dans la maladie de Rendu-Osler

Embolisation des ruptures de malformations artérioveineuses pulmonaires dans la maladie de Rendu-Osler Embolisation des ruptures de malformations artérioveineuses pulmonaires dans la maladie de Rendu-Osler P Lacombe*, M El Hajjam*, S Binsse*, E Kuhl** **, J Desperramons*, JP Pelage* *Consultation pluridisciplinaire

Plus en détail

LE TRI DES ADULTES AUX URGENCES Retour d expérience du Canada Perspectives pour le CHU Brugmann

LE TRI DES ADULTES AUX URGENCES Retour d expérience du Canada Perspectives pour le CHU Brugmann LE TRI DES ADULTES AUX URGENCES Retour d expérience du Canada Perspectives pour le CHU Brugmann EL MARGAI Nadia infirmière chef adjointe service des urgences site Horta 2 SOMMAIRE DEFINITION DU TRIAGE

Plus en détail

Comment j explore un ptôsis. Dr Njeukui SMT 18/11/2010

Comment j explore un ptôsis. Dr Njeukui SMT 18/11/2010 Comment j explore un ptôsis Dr Njeukui SMT 18/11/2010 ptôsis Ptôsis: signe relativement fréquent - fluctuant, augmentant à l effort, la chaleur, ou permanent - isolé ou associé à d autres signes: diplopie

Plus en détail

Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger

Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger 6 ème congrès national de la SAMEV Hilton : 23-25 Avril 2015 Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT : diagnostique(s) H Le Hors Urgences pédiatriques Timone enfants. Marseille COPACAMU 2009

DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT : diagnostique(s) H Le Hors Urgences pédiatriques Timone enfants. Marseille COPACAMU 2009 DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT : Démarche(s) diagnostique(s) H Le Hors Urgences pédiatriques Timone enfants. Marseille COPACAMU 2009 Motif de recours très fréquent Causes médicales : les plus fréquentes

Plus en détail

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon A propos de 5 cas cliniques Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon Constat: Leptospirose : maladie rare et méconnue chez l enfant mais non exceptionnelle Objectifs de l étude

Plus en détail

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires Les maladies autoinflammatoires : le point de vue du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires de l enfant Adam, 2 ans 1/2 Consultation en octobre 2010

Plus en détail

Quel risque prend le médecin à ne pas donner d antibiotique dans les infections respiratoires courantes : quelques éléments de réponse

Quel risque prend le médecin à ne pas donner d antibiotique dans les infections respiratoires courantes : quelques éléments de réponse Quel risque prend le médecin à ne pas donner d antibiotique dans les infections respiratoires courantes : quelques éléments de réponse Pr Renaud VERDON Maladies Infectieuses CHU de CAEN journée référents

Plus en détail

Épisode dépressif caractérisé de l adulte : prise en charge en soins de premier recours

Épisode dépressif caractérisé de l adulte : prise en charge en soins de premier recours SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Épisode dépressif caractérisé de l adulte : prise en charge en soins de premier recours 1. Diagnostic Octobre 2017 CRITÈRES DIAGNOSTIQUES D UN ÉPISODE DÉPRESSIF

Plus en détail

Rapport de mission Novembre 2014

Rapport de mission Novembre 2014 Rapport de mission Novembre 2014 Contexte } Les enfants de la Buse ont mené leur mission en novembre 2014, pour la 4 ème année consécutive. } La mission a été réalisée, comme en 2013, auprès de 5 établissements

Plus en détail

Prise en charge pluridisciplinaire des vertiges et troubles de l équilibre : quelle orientation par l ORL?

Prise en charge pluridisciplinaire des vertiges et troubles de l équilibre : quelle orientation par l ORL? Prise en charge pluridisciplinaire des vertiges et troubles de l équilibre : quelle orientation par l ORL? Didier Bouccara, Service d ORL, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Paris 75013 et 54

Plus en détail

Apprentissage de la sémiologie comme langage médical Les règles de la prise d'observation médicale

Apprentissage de la sémiologie comme langage médical Les règles de la prise d'observation médicale 23/09/2014 THIBAUD Claire L2 CR : Julie CHABERT Sémiologie Générale (SG) Pr. Jean-Robert Harlé 6 pages SEMIOLOGIE GENERALE Apprentissage de la sémiologie comme langage médical Apprentissage de la sémiologie

Plus en détail

HEMATOME SOUS DURAL. Collection sanguine constituée e entre la arachnoïde

HEMATOME SOUS DURAL. Collection sanguine constituée e entre la arachnoïde HEMATOME SOUS DURAL Collection sanguine constituée e entre la dure-mère et l arachnol arachnoïde L HEMATOME EXTRA- DURAL Epanchement sanguin entre la dure-mère et l osl Mécanisme Une fracture de la voûte

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

Maïmouna 18 mois. Troubles aigus de la marche

Maïmouna 18 mois. Troubles aigus de la marche Maïmouna 18 mois Troubles aigus de la marche Antécédents personnels Naissance à terme, P=3100g, T=50cm, PC=35cm, pas d évènement néonatal particulier Pas d antécédent notable Vaccinations à jour Développement

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION 2 e version de la classification Version 2.3 de la fonction

Plus en détail

Sinusites sévères à l adolescence

Sinusites sévères à l adolescence Sinusites sévères à l adolescence Catherine Weil-Olivier Université Paris VII JNI Bordeaux 2006 Des recommandations disponibles Savoir penser sinusite bactérienne «Devant un tableau clinique de rhinopharyngite,

Plus en détail

Les Acouphenes. Xavier BARREAU Service de neuroimagerie diagnostique et therapeutique CHU Bordeaux

Les Acouphenes. Xavier BARREAU Service de neuroimagerie diagnostique et therapeutique CHU Bordeaux Les Acouphenes Xavier BARREAU Service de neuroimagerie diagnostique et therapeutique CHU Bordeaux Acouphènes Perception PARASITE d un son pendant plus de 5 minutes en dehors de toute stimulation sonore.

Plus en détail

Céphalées aiguës. Philippe Le Conte

Céphalées aiguës. Philippe Le Conte Céphalées aiguës Philippe Le Conte Signes de gravité Immédiats Troubles de la vigilance Risques d'inhalation ou d'obstruction des voies aériennes Troubles hémodynamiques Détresse respiratoire Prise en

Plus en détail

Déficit neurologique récent

Déficit neurologique récent 33 Item 192 Déficit neurologique récent I. LIMITES DU CHAPITRE II. CLÉS DU DIAGNOSTIC NEUROLOGIQUE III. DÉFICIT FOCAL CENTRAL TRANSITOIRE IV. DÉFICIT NEUROLOGIQUE CENTRAL CONSTITUÉ V. PARAPLÉGIE ET TÉTRAPLÉGIE

Plus en détail