La contraception en péri ménopause

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La contraception en péri ménopause"

Transcription

1 La contraception en péri ménopause Dr F.Madaci, Dr Boudjellil, Dr Bounegar, Pr M.Derguini Service gynéco obstétrique Hôpital Bachir Mentouri Kouba 9ème congrès SAEREM 4ème congrès FAFEM 7-8 Mai 2011 ALGER

2 Introduction Périménopause: période de transition charnière de la vie de la femme adulte Elle se caractérise par: - l instabilité et l imprévisibilité de l ovulation et de sa date de survenue - augmentation des maladies ostrogénodépendantes - augmentation des pathologies métaboliques

3 Fertilité de la femme en périménopause Bien que le taux de fertilité décroît à partir de 35 ans, 50 % des femmes de plus de 40 ans sont encore potentiellement fertile Les grossesses tardives représentent 2,5% mais ce taux est sous-estimé du fait que 50% des grossesses après 40 ans évoluent spontanément vers une fausse couche et de ce fait échappent à toute statistique

4 En cas de grossesse évolutive l incidence des complications augmente avec l âge - diabète gestationnel -HTA - césarienne - prématurité - PPN La moitié de ces grossesses n est pas planifiée donc non désirées, de ce fait certaines femmes sont demandeuses d une contraception efficace jusqu à la ménopause

5 Le médecin qui doit conseiller une méthode contraceptive dispose d une large panoplie de moyens, mais il est aussi confronté à de nombreuses contre indications

6 L âge à lui seul ne contre indique aucune méthode contraceptive mais celle-ci doit être adaptée aux éventuelles pathologies gynécologiques fréquentes liées à cet âge et aux risques oncologiques et cardiovasculaires qui augmentent également avec l âge

7 Les différentes méthodes contraceptives

8 Contraception oestroprogestative Peut-on se permettre de poursuivre ou d instaurer une COP à cette période de la vie génitale de la femme? En France: utilisation pas courante en raison des craintes vis-à-vis de la tolérance métabolique et vasculaire de EE par voie orale dans cette tranche d âge Dans les pays anglo-saxons: largement prescrite après recherche des contre indications formelles

9 Les bénéfices de le COP sont nombreux à cette période où les troubles gynécologiques sont nombreux à cause de l orage hormonal, le blocage ovarien peut s avérer salvateur - efficacité contraceptive - amélioration du syndrome pré menstruel - baisse du flux menstruel - symptômes cliniques de la périménopause inexistants - prévention des Kc de l ovaire, endomètre, colon - protection sur l os

10 Les inconvénients : - augmentation du risque de Kc du sein - augmentation du risque d accidents cardiovasculaires - augmentation du risque d AVC Ces risques sont à prendre en compte surtout chez les femmes présentant des facteurs de risque (HTA, tabac, dyslipidémie, obésité, insuffisance veineuse)

11 Quelles molécules utilisées? Sont-elles toutes équivalentes? La préférence va vers les molécules les moins dosées en EE 15 à 20 µg + progestatif de 2-3 génération (drospirénone) qui ont une meilleure tolérance métabolique ( diminution de l impact cardiovasculaire)

12 La sélection est-elle particulière avant d instaurer la contraception? la sélection doit être rigoureuse (CI, facteur ciblant le risque thrombo embolique) Le suivi sera identique à celui des femme avant 35 ans mais avec une attention particulière aux seins

13 En résumé, dans la contraception oestro-progestative, l âge à lui seul ne constitue pas une CI en dehors des autres facteurs de risque Il faut respecter les contre indication aux oestro-progestatifs Sélection rigoureuse Surveillance

14 La contraception progestative La contraception à base de progestatifs seuls s avère un choix intéressant en périménopause Faut-il donner des microdosés, macrodosés, ou faut-il favoriser une contraception progestative locale (SIL) Se limiter aux prégnanes comme c est souvent recommandé

15 Les microprogestatifs sont à éviter du fait : - du contrôle médiocre du cycle - du taux d échec contraceptif élevé bien que le taux de fertilité baisse Les injectables non; malgré l efficacité contraceptive du fait du mauvais contrôle du cycle et de la fonction ovarienne avec effets secondaires (prise de poids, baisse DMO)

16 Les macroprogestatifs largement utilisés Pas d AMM, pas d indice de Pearl Les justificatifs théoriques à leur utilisation: - Existence de signes d hyperoestrogénie prévention des signes cliniques et des pathologies cellulaires

17 Les dérivés norstéroïdes ne sont pas recommandés à cause des effets androgéniques et inconvénients métaboliques Le choix se porte sur les dérivés norprogestérone, 17OHprogestérone utilisés 21/28 j Inconvénients : - diminution de la densité osseuse - pas d effet protecteur vis-à-vis du Kc du sein - troubles du cycle

18 SIL LNG (Mirena ) Intérêt particulier car il partage l efficacité de la contraception orale et la longue durée d action des DIU Efficacité contraceptive comparable à celle de la stérilisation (indice de Pearl 0 à 0,20) Action locale ==> effets secondaires réduits Le taux sérique d hormones est relativement faible 100 à 180 pg/ml (pas de CI métabolique)

19 Avantages: - diminution du flux menstruel - impact favorable sur la pathologie gynécologique fréquente à cet âge : - ménorragies (réduit le flux hémorragique de 86% à 3mois) - dysménorrhées -fibrome - adénomyose

20 Ces nombreux éléments d amélioration en matière d effet contraceptif et de tolérance gynécologique expliquent pourquoi le système intra-utérin LNG se prescrit en 1ère intention lors de la décision de contraception

21 Contraception mécanique DIU: représente un moyen sûr et efficace, mais : Tolérance souvent médiocre du fait des pathologies utérines qui se développent à cet âge Surtout ne résout pas le problème engendré par les anomalies hormonales qui augmentent avec l âge 25% chez la femme de 40 à 44 ans, après 45 ans seules 14,2%

22 Quand et comment envisager l arrêt de la contraception et gérer l éventuelle transition? Il n est pas toujours aisé de connaître chez une femme sous contraception hormonale la date de la ménopause, l âge de la ménopause ne pouvant être précisément déterminé au niveau individuel même en présence de signes climatériques

23 Il est recommandé de : - quand le DIU est utilisé, le laisser en place jusqu à 1 année d aménorrhée - si c est une CO à 51 ans, 2 options : Arrêt de celle-ci : test au Duphaston associé à une contraception mécanique Dosage de FSH dans la fenêtre thérapeutique au J6 d arrêt, si celle-ci > 30 UI le diagnostic de ménopause est confirmé; si < 30 UI soit poursuivre la CO pendant 1 an et refaire le test, soit faire une 2ème determination de FSH au J 24 d arrêt À 55 ans arrêter la CO

24 Conclusion Les femmes atteignant la périménopause disposent d une vaste gamme de moyens contraceptifs Le choix d une méthode doit tenir compte des pathologies fréquentes à cet âge La COP doit être instaurée après évaluation soigneuse du risque thromboembolique La contraception doit être maintenue jusqu à la ménopause

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013 AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE Docteur SAUTAI MAILLE Le 12 Septembre 2013 IMPLANT : Nextplanon - Dispositif sous cutané d Etonorgestrel pour 3 ans : progestatif 2 e génération qui

Plus en détail

CONTRACEPTION HORMONALE

CONTRACEPTION HORMONALE CONTRACEPTION HORMONALE 22/02/10 Dr Ausias Pharma I. Généralités II. Les associations oestroprogestatives combinées 1. Pilule normodosée 2. Pilule minidosée : microdosée B. Voie cutanée C. Voie vaginale

Plus en détail

Pour l OMS (http://www.who.int/reproductive-health/hrp/progress/46/news46_1.en.html )

Pour l OMS (http://www.who.int/reproductive-health/hrp/progress/46/news46_1.en.html ) Quelques messages issues de la soirée CO du 08/03/04 organisée par Hervé YVOIS. Intervenante Isabelle DESPLANCHES gynécologue. Recherche complémentaire sur La Revue Prescrire, le VIDAL, les sites de l

Plus en détail

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Un (tout petit) peu de méthodologie Un comité d organisation

Plus en détail

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME Objectifs pédagogiques terminaux : «prescrire et expliquer une contraception». N.B : ce texte ne traite pas l aspect «discuter les diverses

Plus en détail

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr Conflit d intérêt : Journées de formation à la pose d Essure sans anesthésie parrainées

Plus en détail

contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux 15/01/2010 B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Bénéfices additionnels

contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux 15/01/2010 B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Bénéfices additionnels Nouveautés en contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux Bénéfices additionnels B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Efficacité Safety Sécurité 1960 2009 1960 2009 1960 2009 1

Plus en détail

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES AMÉNORRHÉES SECONDAIRES On appelle aménorrhée secondaire une absence de menstruation depuis plus de trois mois chez une patiente antérieurement bien réglée. L'aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente

Plus en détail

Contraception de la femme VIH positive

Contraception de la femme VIH positive Contraception de la femme VIH positive COREVIH Alsace Commission Qualité des soins Qualité de la vie Jeanine OHL Novembre 2012 Eléments à considérer: 1. l épidémiologie En 2007, 33% des nouveaux cas en

Plus en détail

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale S. Ripart-Neveu, P. Marès CHU Nîmes Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets néfastes Effets bénéfiques

Plus en détail

LA CONTRACEPTION HORMONALE

LA CONTRACEPTION HORMONALE LA CONTRACEPTION HORMONALE Public cible Lés étudiants 4éme année médecine Les élèves sage femmes Les internes Les objectifs 1. Connaître les critères de choix d une méthode contraceptive. 2. Enumérer les

Plus en détail

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux L A C O N T R A C E P T I O N E N É V O L U T I O N Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux par Chantal Marquis «J ai 48 ans, j ai des chaleurs, je dors peu et j ai des saignements

Plus en détail

Nouveautés en contraception. Anne COGAN SOFOMEC 13/12/07

Nouveautés en contraception. Anne COGAN SOFOMEC 13/12/07 Nouveautés en contraception Anne COGAN SOFOMEC 13/12/07 Buts des progrès en contraception Améliorer le confort et la compliance des patientes Optimiser l efficacite Réduire le nombre d IVG PREVALENCE CONTRACEPTIVE

Plus en détail

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Geneviève Plu-Bureau Gynécologie Endocrinologie, Hôpitaux universitaires Paris Centre, Port-Royal Unité d hémostase, Hôpital Cochin

Plus en détail

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Description et mode d'action des différentes classes de contraception hormonale...1 1. 1 Les

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel Hyperandrogénies post ménopausiques A.Gompel Hyperandrogénie Liée à une sécrétion/utilisation exagérée des androgènes Hyperproduction des androgènes origine surrénalienne ou ovarienne associé à des troubles

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail

L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique?

L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique? L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique? Dr G Plu-Bureau Unité gynécologie - Unité hémostas Hôpital Hôtel-Dieu Université Paris Descartes Les méthodes contraceptives disponibles Les contraceptions

Plus en détail

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION.

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME. I DESCRIPTION ET MODE D ACTION DES DIFFERENTES CLASSES DE CONTRACEPTION HORMONALE. A LES ESTROPROGESTATIFS 1

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur... les règles.... sans jamais oser le demander.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur... les règles.... sans jamais oser le demander. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur... les règles... sans jamais oser le demander. Sommaire Les organes génitaux féminins 4 Le cycle menstruel 6 Les caractéristiques des règles 8 Les modifications

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandations pour la pratique clinique Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandations Décembre 2004 Service des recommandations professionnelles de l Anaes Pour recevoir

Plus en détail

ACTUALITES EN GYNECOLOGIE COURANTE

ACTUALITES EN GYNECOLOGIE COURANTE ACTUALITES EN GYNECOLOGIE COURANTE Dr ZERR DR ZILLIOX Gynécologie CH Haguenau FMC Hagueanu 11.01.2012 Invitation téléphonique du Dr L. ZILLIOX Dr Luc ZiLLIOX Gynécologie - CH Haguenau (Cliquez sur l image)

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

DÉSI R D ENFANT ET TABAC. Institut Serono pour la Fertilité et la Reproduction

DÉSI R D ENFANT ET TABAC. Institut Serono pour la Fertilité et la Reproduction DÉSI R D ENFANT ET TABAC Institut Serono pour la Fertilité et la Reproduction SOMMAIRE 4Introduction 5Comment le tabac agit-il sur la fécondité? 6Et l homme? 7 Conclusion INTRODUCTION On connaît bien les

Plus en détail

Contraception et risque cardiovasculaire. Orléans juin 2009

Contraception et risque cardiovasculaire. Orléans juin 2009 Contraception et risque cardiovasculaire Orléans juin 2009 Mlle C, 21 ans, vient vous voir car elle a des règles douloureuses et de l acné depuis la prise de sa nouvelle pilule microprogestative Tout allait

Plus en détail

U F R LARIBOISIERE-SAINT LOUIS DIU FIEC

U F R LARIBOISIERE-SAINT LOUIS DIU FIEC 1 U F R LARIBOISIERE-SAINT LOUIS DIU FIEC EVALUATION EN DIABETOLOGIE ET ENDOCRINOLOGIE L ESSAI CLINIQUE APPLIQUE A LA CONTRACEPTION HORMONALE Docteur J-L. THOMAS Praticien Attaché Service de Médecine Interne

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

ZOOM SUR LES PILULES DE 3ème ET 4ème GÉNÉRATION

ZOOM SUR LES PILULES DE 3ème ET 4ème GÉNÉRATION ZOOM SUR LES PILULES DE 3ème ET 4ème GÉNÉRATION Mai 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction 5 I - I. Les différents moyens

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

PCOS et syndrome métabolique. Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne

PCOS et syndrome métabolique. Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne PCOS et syndrome métabolique Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne PCOS - Définitions 2003 Rotterdam Workshop 2 sur 3: Hyperandrogénisme clinique/biologique Cycles irréguliers ou anovulatoires Morphologie

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA),

Plus en détail

Puberté Quoi de neuf?

Puberté Quoi de neuf? Puberté Quoi de neuf? A. Linglart Avec l aide de V. Merzoug, C. Bouvattier et C. Adamsbaum agnes.linglart@bct.aphp.fr INSERM U986 et endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Bicêtre-Paris Sud

Plus en détail

Le syndrome des ovaires micropolykystiques (OMPK): le point de vue de l endocrinologue

Le syndrome des ovaires micropolykystiques (OMPK): le point de vue de l endocrinologue Le syndrome des ovaires micropolykystiques (OMPK): le point de vue de l endocrinologue Dominique Maiter Cliniques Saint Luc UCL 1200 Brussels Réunion de l ALFORMEC, Luxembourg septembre 2011 Syndrome des

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF

CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF Les contraceptifs estroprogestatifs et les dispositifs intra-utérins sont les moyens contraceptifs réversibles les plus efficaces. Lorsqu une contraception hormonale

Plus en détail

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet

Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Ménopause Dr N Chabbert-Buffet Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, AP-HP, Paris Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, Université Paris 6 1 I) La ménopause : mécanisme (1) épuisement

Plus en détail

LES CONTRACEPTIONS DIFFICILES. Dr Guillaume DUCARME Service de Gynécologie Obstétrique CHD Vendée

LES CONTRACEPTIONS DIFFICILES. Dr Guillaume DUCARME Service de Gynécologie Obstétrique CHD Vendée LES CONTRACEPTIONS DIFFICILES Dr Guillaume DUCARME Service de Gynécologie Obstétrique CHD Vendée INTRODUCTION Difficulté de la contraception : Être évolutive Évolution des produits des connaissances de

Plus en détail

Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013

Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013 Méthodes de contraception de longue durée : du nouveau? Dr M. Jacot-Guillarmod Prangins, le 28.11.2013 Agenda Méthodes de longue durée «Pour et contre» Pour qui? Quoi de neuf? La contraception Longue durée

Plus en détail

Jocelyne Attia Service Pr D. Raudrant Pr F.Golfier CH Lyon Sud

Jocelyne Attia Service Pr D. Raudrant Pr F.Golfier CH Lyon Sud Cas Cliniques Contraception Jocelyne Attia Service Pr D. Raudrant Pr F.Golfier CH Lyon Sud 19 mai 2011 0ptions contraceptives dans diverses situations particulières 1-Co et adolescente contraception chez

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

Dé nitions et généralités

Dé nitions et généralités Chapitre 1 Dé nitions et généralités 1. L andropause, un terme polémique Le terme d andropause est de nature polémique, il suggère euphoniquement, qu à l instar de la ménopause il y aurait chez l homme,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006. Date de l'amm (procédure de reconnaissance mutuelle) : 21 janvier 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006. Date de l'amm (procédure de reconnaissance mutuelle) : 21 janvier 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 NEBIDO 1 000 mg / 4 ml, solution injectable B/1 ampoule (CIP: 367 582-7) Laboratoire SCHERING S.A undécanoate de testostérone Liste I Date de l'amm (procédure

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances Pilplan-d est efficace à 99% pour la prévention des grossesses, quand il est pris quotidiennement. Chaque plaquette contient un cycle de 28 comprimés

Plus en détail

Contraceptifs : Mode d action chimique

Contraceptifs : Mode d action chimique Pilule Modalité de mise en œuvre Un comprimé par jour à heure régulière Contraceptifs : Mode d action chimique > 99 % Voie orale, facile d utilisation Modification du mucus du Implant Inséré sous la peau

Plus en détail

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié Hôpitaux Universitaires de Genève Pr.. P.Bischof PhD Le Cycle Menstruel Les Généralités Le Cycle Ovarien Le Cycle Endometrial La Régulation du Cycle

Plus en détail

La formation de l appareil reproducteur

La formation de l appareil reproducteur CHAPITRE 5 LA PROCRÉATION 1 La formation de l appareil reproducteur Le sexe des individus est déterminé génétiquement mais la différenciation des appareils génitaux a lieu au cours du développement. Selon

Plus en détail

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan Anne-Sophie MAES Directeur de thèse : Dr HUGE INTRODUCTION Stratégies

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 INTRODUCTION Ménopause ou insuffisance ovarienne physiologique Phénomène inéluctable de l espèce

Plus en détail

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Sommaire Avant-propos...

Plus en détail

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Pr Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine INSERM U 933 Université Pierre et Marie Curie, Paris Androgènothérapie et fertilité Rôle des androgènes

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Environnement et ovulation

Environnement et ovulation Environnement et ovulation françoise Lorenzini DESC Médecine de la reproduction 2010 Cas clinique Madame Rose Mary, IDE, 37 ans, consulte en endocrinologie pour «perdre du poids avant la FIV» Elle est

Plus en détail

19 thèmes dans 10 villes

19 thèmes dans 10 villes SATISFAIRE À VOS OBLIGATION DE DPC FACILEMENT GRÂCE AU CNGOF DPC réalisés par le CNGOF et financée par l Agrément CNGOF : 11 75 32 07 175 - FMC 100 098 Indemnité de 345 par jour et prise en charge hôtellerie

Plus en détail

Contraception, espacement des naissances. IFMT-H.Barennes.Sémin Mère- Enfant 2004

Contraception, espacement des naissances. IFMT-H.Barennes.Sémin Mère- Enfant 2004 Contraception, espacement des naissances 1 Définition Eviter la conception d`un embryon Espacement des naissances =programmation des naissances = régulation des naissances Eviter une grossesse (G) non

Plus en détail

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation.

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation. Thème 3 A: Féminin, masculin Sexualité et procréation. I- La double fonction des glandes génitales A- l activité testiculaire. Les testicules sont constitués de nombreux tubes séminifères et d un tissu

Plus en détail

Ménopause, avant pendant et après

Ménopause, avant pendant et après Ménopause, avant pendant et après Sommaire 03 Auteur du guide Dr Catherine Waeber Stephan, endocrinologue FMH, spéc. en endocrinologie de la reproduction, ménopause, andropause, Clinique Générale Ste-Anne,

Plus en détail

Recommandations de Recueil

Recommandations de Recueil Recommandations de Recueil Murielle Mary-Krause INSERM U943 SFLS Juin 2013 Document Ministériel Règles de base Homogénéisation du recueil Envoyé aux ARS et aux différents hôpitaux Recueil de données :

Plus en détail

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple :

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple : J'ai oublié de prendre ma pilule, qu'est-ce que je dois faire? Le délai au-delà duquel il existe un risque de grossesse dépend du type de pilule que vous prenez. Afin de le connaître, reportez-vous à la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 février 2008 FORSTEO 250 µg / ml, solution pour injection en stylo pré-rempli B/1, 3ml en stylo prérempli Code CIP : 3622162 Laboratoires LILLY FRANCE SA tériparatide

Plus en détail

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Sexualité au cours du cycle spontané : influence

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Certificat Coordonné 4 4 ème année pharmacie Année Universitaire 2014/ 2015 1 Médicaments des dysfonctionnements ovariens

Plus en détail

ANEPF Contraception 25/10/02 10:28 Page 174. Chapitre 6. La contraception

ANEPF Contraception 25/10/02 10:28 Page 174. Chapitre 6. La contraception ANEPF Contraception 25/10/02 10:28 Page 174 Chapitre 6 La contraception 174 ANEPF Contraception 25/10/02 10:28 Page 175 Chapitre 6 : Contraception Quatrième Partie INTRODUCTION A - CONTRACEPTION MECANIQUE

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

LES MEDICAMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION : LES GONADOTROPHINES

LES MEDICAMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION : LES GONADOTROPHINES LES MEDICAMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION : LES GONADOTROPHINES RECOMMANDATIONS Actualisation 2007 Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, avril 2007 Agence Française de Sécurité

Plus en détail

Communiqué de presse. Boehringer Ingelheim, des résultats grâce à l innovation

Communiqué de presse. Boehringer Ingelheim, des résultats grâce à l innovation Communiqué de presse Boehringer Ingelheim, des résultats grâce à l innovation Boehringer Ingelheim France inaugure son nouveau siège social à Paris Boehringer Ingelheim s engage en oncologie et annonce

Plus en détail

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest Informations sur östradiolvalerat och dienogest Cette brochure concerne votre nouvelle pilule contraceptive Qlaira. Lisez attentivement son contenu avant de commencer votre première plaquette de pilules.

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

CHAPITRE III : LA MENOPAUSE

CHAPITRE III : LA MENOPAUSE CHAPITRE III : LA MENOPAUSE I- Définition II- Données démographiques III- Hormonologie de la péri et de la post-ménopause A- La péri-ménopause B- La ménopause C-La post-ménopause IV- La ménopause : savoir

Plus en détail

Quel androgène pour l exploration des hyperandrogénies de la femme? Recommandation 1

Quel androgène pour l exploration des hyperandrogénies de la femme? Recommandation 1 Quel androgène pour l exploration des hyperandrogénies de la femme? Recommandation 1 Le dosage de la testostérone totale est recommandé en première intention : avantages de la testostérone principal androgène

Plus en détail

Dr S. FRANTZ-BLANCPAIN Service du Pr HOCKE HOPITAL SAINT- ANDRE DESC DE MEDECINE DE LA REPRODUCTION 2010

Dr S. FRANTZ-BLANCPAIN Service du Pr HOCKE HOPITAL SAINT- ANDRE DESC DE MEDECINE DE LA REPRODUCTION 2010 Dr S. FRANTZ-BLANCPAIN Service du Pr HOCKE HOPITAL SAINT- ANDRE DESC DE MEDECINE DE LA REPRODUCTION 2010 INTRODUCTION Les tests de réserve ovarienne ont pour but d évaluer et de prédire la réponse sous

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE

PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE Centre DEFHY Association Craniopharyngiome Solidarité PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE Frédéric CASTINETTI Chef de clinique - Assistant Endocrinologie Adulte, Hopital de

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

INTRODUCTION. Les moyens de contraception ont fortement évolué au cours du temps. Pourquoi ai-je choisi de traiter des moyens de contraception?

INTRODUCTION. Les moyens de contraception ont fortement évolué au cours du temps. Pourquoi ai-je choisi de traiter des moyens de contraception? École de Sages-femmes de Besançon LES MOYENS DE CONTRACEPTION Natacha GHULAM Étudiante Sage-femme 1 ère Année Année 2007-2008 INTRODUCTION Les moyens de contraception ont fortement évolué au cours du temps.

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Le syndrome de Klinefelter

Le syndrome de Klinefelter Le syndrome de Klinefelter Le syndrome Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux.

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. A partir de la puberté, les appareils génitaux deviennent fonctionnels. Ce fonctionnement est régulé et permet une activité continue

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites Le pôle ORG Bordeaux! Pr Claude HOCKE Pôle d Obstétrique-Reproduction-Gynécologie Centre Aliénor d Aquitaine CHU Bordeaux OBJECTIFS

Plus en détail