LA COMPÉTENCE COMME DISPOSITIF D IMPUTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COMPÉTENCE COMME DISPOSITIF D IMPUTATION"

Transcription

1 COMMENT PEUT ON ÊTRE COMPÉTENT? BERNARD REY 1 LA COMPÉTENCE COMME DISPOSITIF D IMPUTATION Pour approcher la notion de compétence, nous partirons de l examen des objets qu on lui fait ordinairement subsumer. Quel que soit le domaine dont elle relève, la compétence est généralement formulée par l évocation de l action qu elle rend possible : savoir conduire une réunion, savoir effectuer une multiplication, savoir placer des huisseries en aluminium, savoir danser le tango, savoir résumer un texte narratif. Ces formulations disent quelque chose de ce que la compétence est censée produire ; elles indiquent la performance. Mais elles ne disent rien ni de la manière de s y prendre pour réaliser l acte désigné ni de l organisation mentale de celui qui en est capable, ni a fortiori des conditions qui en permettraient l apprentissage. Un tel silence conduit à douter de l existence même de la compétence. C est au prix d une inférence risquée qu on détermine que quelqu un est compétent. Du constat d une performance, on infère un quelque chose qui est censé l avoir rendu possible, qui serait au cœur du sujet, qu on appelle la compétence, mais dont on ne sait rien dire. L énoncé d une compétence n apprend rien. Il ne fait que répéter ce qu il est censé expliquer. Une telle carence sémantique conduit à se demander si ce n est pas dans l ordre illocutoire qu il faut chercher la fonction du vocable compétence. À défaut de dire quelque chose, il fait quelque chose. Que fait il? Il reconnaît le pouvoir et la légitimité sociale qu ont certains d accomplir certaines actions. La formulation d une compétence constitue bien un acte social et non pas la simple description d un fait. Que se passe t il en effet, lorsqu on déclare que quelqu un détient la compétence correspondant à un type d action? Le constat objectif sur lequel ce jugement prétend se fonder est l accomplissement, 1 Université Libre de Bruxelles. selon les normes socialement établies, d une action. Une multiplication a été effectuée, des huisseries en aluminium ont été placées dans une maison, un texte narratif a été résumé, etc. Si l action a été accomplie, c est bien parce qu un acteur est intervenu ; mais cette intervention à son tour n a été possible que par un état historiquement situé des techniques, des moyens disponibles, des besoins et des normes pour y répondre. Si l action a été réussie, c est grâce à l institution d un rapport favorable entre des moyens et une fin, fin qui loin d être posée par l exécutant relève de pratiques sociales qui le dépassent, de même que le dépassent les critères qui déterminent la réussite. L acteur, qu il conviendrait mieux d appeler agent, n est qu un élément dans ce système circonstanciel. Or parler de compétence, c est dépasser ce constat pour attribuer au seul acteur d une action la réussite ou l échec de celle ci. Cette centration exclusive et cette imputation sont d autant plus remarquables que, comme on l a vu dans la manière dont sont formulées les compétences, on ne sait pas si ce pouvoir de réussite relève effectivement des spécificités de l acteur, car on ne sait rien non plus de ce qui, au sein du sujet, engendre l action adéquate. Si en effet on s en tient à ce qui est constatable, c està dire l accomplissement d une tâche par un sujet, rien n assure que celui ci sera en mesure d accomplir ultérieurement une tâche du même ordre, puisque la première performance peut devoir son succès au hasard ou à la singularité d une circonstance. Ce n est pas la répétition de telles performances sur des tâches de même type qui peut strictement fournir plus de garanties, tant qu on n a pas éclairci ce qui, au cœur du sujet, rend compte de ce succès itératif. Or on a beau parcourir les listes de compétences (les référentiels) qui se multiplient dans le monde scolaire comme dans celui du travail, on n y trouve jamais que des énoncés semblables à ceux que nous venons d évoquer, qui décrivent la performance attendue, mais ne disent rien ni des démarches à suivre pour l atteindre ni des processus mentaux ou physiques qui y conduisent. Ainsi, l imputation de la performance au sujet est effectuée sans qu on ait explicité le détail et l ordonnancement des actes qui conditionnent la réussite, sans qu on ne les ait rendus publics et disponibles à tout être humain qui voudrait les acquérir. La compétence, telle qu elle apparaît dans Ce texte est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution Vous devez citer le nom de l auteur Pas d Utilisation Commerciale Pas de Modification 3.0 France.

2 2 ces usages, tient alors, non à des règles d action offertes à tous, mais à des caractères singuliers propres à certains individus, cachés au plus profond d eux et mystérieusement efficaces, comme des charismes. LA FACE SOMBRE DE LA COMPÉTENCE À quoi sert cette opération idéologique qui consiste à rabattre sur son seul auteur la responsabilité de la réussite (ou de l échec dans le cas de l incompétence) tout en restant muet sur ce qui en lui engendre ce résultat? Plusieurs sociologues ont critiqué l usage qui est fait de la notion de compétence dans le monde de l entreprise. Car elle a émergé en opposition à la notion de qualification. Cette dernière renvoie à des règles : elle correspond à un diplôme, obtenu à la suite d épreuves qui sanctionnent une formation de durée et de contenus formellement définis ; elle permet d accéder à un poste de travail déterminé, auquel correspond une échelle de rémunération. Elle résulte de conventions et de négociations au sein d institutions diverses (État, syndicats, associations patronales, institutions de formation, instances de contrôle et de résolution judiciaires des conflits). Or certains employeurs estiment que ce qui importe pour le recrutement ou la promotion, ce n est pas tant la formation que l expérience (Levy Leboyer, 1996), ce n est pas tant la qualification du salarié que les qualités personnelles qu il peut avoir et qui lui permettront de s adapter à des exigences en constante mutation. En ce sens, comme le montre Stroobants (1994, 1999), la notion de compétence dérégularise le rapport salarial en justifiant le contournement de règles contractuelles et publiques. Mais il y a autre chose. Par sa structure, qui explicite les effets qu elle est censée engendrer tout en faisant silence sur le processus d engendrement, c est à dire sur ce qu elle est, la notion de compétence s accorde bien à ce qu on appelle parfois le culte des résultats. On peut avancer que différentes institutions, notamment celles qui concernent la santé, l éducation et la formation, étaient naguère évaluées sur les processus et les moyens qu elles mettaient en œuvre pour accomplir les missions qui leur étaient dévolues. L ouverture au marché de ces organismes, dans beaucoup de pays, tend progressivement à faire porter leur évaluation sur les «produits» plutôt que sur les processus. C est à chaque organisme qu il revient, en pleine liberté, de choisir et de mettre en place les moyens et les modalités d action qu il juge les plus efficaces. C est par la mise en comparaison de ses résultats avec ceux d autres établissements du même type qu il sera évalué. En ce qui concerne l éducation par exemple, chaque établissement peut choisir les méthodes pédagogiques et l organisation qu il met en œuvre. C est par le degré de réussite de ses élèves à des épreuves externes standardisées (nationales ou internationales) qu on jugera de sa qualité. Cette nouvelle forme de «gouvernance» s installe comme outil universel pour évaluer les systèmes nationaux ou régionaux, les établissements et finalement les acteurs individuels eux mêmes. À ce dernier niveau, l attention exclusive à la performance de l individu et l ignorance des démarches qu il doit mettre en œuvre pour y parvenir, lesquelles sont renvoyées à sa responsabilité et sa sphère intime, paraissent trouver leur modélisation idéale dans la notion de compétence, telle que nous l avons décrite jusquelà. L énoncé d une compétence proclame ce qui doit être fait, dans l indifférence à ce qui doit être mis en œuvre pour y parvenir. L énonciation des compétences est sémantiquement attachée aux situations de commandement, non d exécution. Elle s inscrit dans une forme d exercice du pouvoir. LES COMPÉTENCES À L ÉCOLE Les choses se présentent autrement lorsqu on parle de compétence à l école ou en formation. Car la compétence ne peut plus être tenue comme une disposition mystérieuse qui détermine l accomplissement d actions, puisqu on est dans un lieu où il s agit non plus de repérer et d utiliser ce pouvoir, mais de le construire et donc d éclairer les mécanismes qui permettent d accomplir l action attendue. L école, parce qu elle repose sur le postulat que l acquisition du pouvoir sur les choses ne relève ni d une allégeance globale du novice à l expert ni de dons de nature, subvertit la notion de compétence et ses implications sociopolitiques. Elle oblige à rendre publiques les conditions d acquisition de compétences. Elle interdit de se référer à une intériorité opaque. Si une modalité actuelle d exercice du pouvoir consiste à contrôler les résultats, dans l indifférence aux processus qui y conduisent, l école en revanche n existe que par le projet

3 3 d expliciter ces processus et la manière de les construire. Comment penser ces processus? Tel est le problème. Les conditions en sont simples : parler de compétence, c est supposer que si un individu accomplit correctement une tâche, ce n est pas dû au hasard ni à un concours de circonstances, mais à quelque chose qui relève de lui ; et ce quelque chose doit lui permettre de répéter cet accomplissement dans l avenir face à toute tâche du même type. Autrement dit, ce dont il faut rendre compte, du moins en première analyse, c est de la répétabilité de la performance : déplier ce qui rend quelqu un itérativement performant dans un champ donné. Comment penser le sujet pour rendre compte de cette possibilité? Les premières réponses consistent à invoquer des règles de fonctionnement du psychisme. LES RÉPONSES APPORTÉES PAR LA PSYCHOLOGIE Le behaviorisme Certaines compétences scolaires renvoient à des opérations qui s exercent sur des objets aux propriétés invariantes : effectuer une multiplication, accorder le verbe avec le sujet, mettre une phrase anglaise à la forme interrogative, etc. Un système de règles permet de répondre d une manière univoque à tous les cas particuliers. Le processus d effectuation consiste en la mise en œuvre d algorithmes et son apprentissage se fait par des exercices répétitifs. Un mécanisme mental, que le behaviorisme a de longue date théorisé, garantit que face à un signal (pourvu que celui ci ne soit pas ambigu) le sujet mettra en œuvre l algorithme auquel il aura été entraîné. La compétence tient alors à l automatisation d une procédure. Elle n est rien d autre que le lien acquis entre un signal et l effectuation d opérations standardisées. Devant un effet si sûr, la tentation est forte de tenir toute activité intellectuelle pour une juxtaposition de ces procédures automatisables et d en tirer les conséquences à la fois pédagogiques et évaluatrices. Du côté des stratégies pour faire apprendre, il s agira de décomposer toute compétence, quel que soit son degré de complexité, en une série de procédures élémentaires dont chacune est susceptible d être automatisée par un entraînement répétitif. Du côté de l évaluation, en contrôlant la maîtrise par un individu de chacune de ces procédures, on peut estimer avoir la garantie qu il détient toute compétence dont elles sont les éléments. Mais il est patent qu un grand nombre d activités scolaires ne se plient à une telle réduction qu au prix d une simplification rapidement décevante (Rey et al., 2003) : ainsi en va t il par exemple lorsqu il s agit de comprendre un texte, écrire un texte, conduire une démarche scientifique, faire la synthèse d informations, construire un modèle mathématique pour une situation, interpréter un événement historique, etc. Sans doute, dans ces différents exemples, des procédures standardisées entrent elles en jeu. Mais il semble que ni la détermination de celles qui sont nécessaires ni leur ordonnancement ne ressortent de règles uniformes. Car ces tâches sont à chaque fois nouvelles. L élève doit bien, pour en venir à bout, mettre en œuvre des procédures qu il a acquises, mais selon des principes de sélection et de combinaison qui, à chaque fois, dépendent de la singularité de la situation. Il s agit que l élève mobilise «à bon escient» ce qu il sait faire. Or ce type de tâches complexes et à chaque fois inédites est très présent dans l univers scolaire. Dans les référentiels de compétences (par exemple dans le Socle commun des connaissances et compétences), on les repère facilement à ce qu elles comportent, dans leur formulation, des expressions comme «d une manière adaptée», «en fonction de», «selon», «qui convient», «d une manière adéquate», «à bon escient», etc. Elles y sont les plus nombreuses et il est possible d estimer qu elles le sont à juste titre, car à la différence des procédures automatisables évoquées ci dessus, elles impliquent l autonomie intellectuelle du sujet. Au demeurant elles correspondent à l usage le plus courant de la notion de compétence : pour que quelqu un soit considéré comme compétent, dans quelque domaine que ce soit, il ne suffit pas qu il accomplisse, en réponse à des ordres, des actes stéréotypés, il faut qu il soit capable, dans une situation inédite (mais relevant de son domaine), de déterminer d une manière autonome ce qu il convient de faire. Reste alors à voir ce que la psychologie propose pour rendre compte de cette possibilité

4 4 La notion de transfert Les compétences de ce type ont un caractère génératif : l individu compétent est celui qui est capable de produire des réponses adéquates à une multiplicité de situations. Puisqu elles relèvent de la même compétence, ces situations ont des éléments communs, mais elles comportent également des singularités et c est pour cela que la compétence qui permet de les affronter de manière satisfaisante doit être conçue en des termes qui permettent de rendre compte de cette adaptation aux singularités. Pour répondre à ces exigences, les psychologues font trois hypothèses. La première est qu il existe une structure commune à toutes les tâches ou situations qui relèvent d une même compétence par delà leurs caractères singuliers. La deuxième est qu il existe une organisation mentale qui est efficace dans toutes les situations partageant cette structure. Enfin ils supposent qu une fois acquise dans une ou plusieurs situations particulières, cette organisation mentale pourra s appliquer dans d autres situations de même structure, malgré les différences d objets, d apparence ou de contexte entre elles. C est ce qu on appelle le transfert. Ce sont ces hypothèses que l on rencontre, entre autres, dans les travaux de Piaget. Pour lui, un schème, une fois acquis, peut s appliquer à des actions diverses portant elles mêmes sur des objets divers, pourvu qu on retrouve en elles les mêmes invariants. C est en cela qu il s agit d une psychologie structuraliste. En dehors du courant piagétien, de nombreux travaux ont été conduits sur les phénomènes de transfert. Ils consistent toujours à tenter de montrer que certains modes de pensée peuvent devenir autonomes par rapport aux contenus ou aux objets sur lesquels ils portent dans une occurrence donnée. Les expérimentations auxquelles ils donnent lieu portent, pour l essentiel, sur des compétences logiques. On peut lire en eux l espoir qu il puisse exister des compétences formelles (savoir raisonner, savoir conceptualiser, savoir synthétiser, etc.) qui constitueraient des puissances de connaître, sans l embarras des connaissances. Or les expérimentations font apparaître que le transfert ne s opère pas toujours (Richard, 1990). Lorsqu un sujet sait résoudre un problème ou une tâche relevant d une démarche mentale, cela ne garantit nullement qu il saura résoudre une tâche différente relevant pourtant de la même démarche. À titre d exemple, face à la question suivante «Si Catherine va au marché, elle prend sa voiture. Hier elle a pris sa voiture, que peut on en conclure?», beaucoup de sujets mettront en œuvre correctement les règles de l implication et notamment sa non réversibilité : le fait que Catherine ait utilisé sa voiture ne permet pas d affirmer qu elle soit allée au marché. Mais parmi ces sujets un certain nombre ne mettront pas en œuvre cette propriété de l implication devant la question suivante : «Si Pierre fait la cuisine, alors il utilise un four à micro ondes. Ce matin, il a utilisé son four à micro ondes. Que peut on en conclure?» Beaucoup estimeront en effet que, la fonction du micro ondes étant essentiellement culinaire, son usage par Pierre rend très vraisemblable le fait qu il ait fait la cuisine et ils concluront en ce sens. Pour rendre compte du fait que le transfert ne s opère pas systématiquement, les psychologues invoquent le «poids du contexte» ou encore le «poids de l habillage». Ce seraient des éléments superficiels (dans notre exemple, l usage quasi exclusif du four à micro ondes dans des activités de cuisine), propres au contexte de la tâche, qui empêcheraient le transfert de se produire. Dans cette perspective, certains font la distinction entre les traits de surface et les traits de structure d une situation ou d une tâche. Le repérage des traits de structure conduit le sujet à établir un rapprochement entre la tâche actuelle et des tâches passées pour lesquelles il disposait d une démarche adéquate et c est cette saisie des traits structurels qui permet le transfert. C est ce qui arrive en général pour les experts, alors que les novices, parce qu ils ne repèrent que les traits superficiels, ne peuvent établir les transferts adéquats et même effectuent des transferts indus entre tâches qui superficiellement se ressemblent, alors qu elles n ont pas la même structure. Or ces explications, tout en éclaircissant quelque peu le phénomène du transfert, laissent sans réponse au moins deux questions essentielles. En premier lieu, pourquoi se fait il que ce fameux contexte, qui tient aux singularités de chaque tâche, parfois empêche le transfert et parfois ne l empêche pas et cela chez un même individu? D autre part, à quoi tient la différence entre traits de structure et traits de surface d une tâche ou d une situation? Quel est le principe qui permet de les distinguer? Pour reprendre l exemple cidessus, au nom de quoi faudrait il tenir pour superficiel le fait que l usage d un four à micro

5 5 ondes laisse supposer une activité culinaire et au contraire tenir pour «structurel» la forme d implication logique qu a l énoncé du problème? Or ces questions sont déterminantes, non pas seulement pour pouvoir annoncer qu on a percé l énigme du transfert et par là même celle de la compétence, mais aussi du point de vue de la formation. Car si on ne peut rendre compte de la distinction entre traits superficiels et traits structurels d une situation, on ne voit pas par quelle voie on pourrait aider le novice à devenir expert. Plus généralement, tant qu on n a pas répondu à ces questions, on n a pas la règle d engendrement de l action adéquate. On n a alors pas ce qui paraît indispensable à un enseignement de la compétence (dans son aspect d aptitude à aborder des situations à chaque fois singulières, mais ayant la même structure). On trouve cependant, parmi les nombreux travaux qui ont porté sur le transfert, quelques éléments qui éclairent les conditions favorables à ce que se produise le transfert. Des expérimentations font apparaître que le transfert a plus de chance de s effectuer lorsqu on attire l attention du sujet confronté à une tâche sur des tâches antérieures relevant de la même structure et qu il a correctement résolues. Il en va de même lorsqu on fait effectuer au sujet plusieurs tâches successives relevant de la même structure. Dans les deux cas, il s agit, par des moyens différents, d orienter l attention du sujet sur ce qu il y a de commun entre différentes situations. Il y a là un élément qui ouvre sur une nouvelle appréhension du problème de la compétence. D AUTRES VOIES POUR APPRÉHENDER LE PROBLÈME Préférence, plutôt qu empêchement Lorsqu un sujet ne met pas en œuvre une démarche mentale dans une situation qui la requiert, alors qu il l a déjà utilisée dans un autre cas, les psychologues expliquent cela par le poids du contexte. Tout se passe comme si ce dernier produisait un empêchement. On aurait quelque chose comme un mécanisme d inhibition. Or, plutôt que de parler d un empêchement que le sujet subirait à son insu, on peut se demander si ce n est pas plutôt que le sujet choisit une autre interprétation de la situation, oriente son attention sur d autres traits de celle ci, lesquels le conduisent à établir une homologie entre elle et d autres situations que celle qu impliquerait le privilège donné aux traits «de structure». Plutôt que d un empêchement, on aurait affaire à une préférence. Ainsi, un sujet peut parfaitement connaître les caractères logiques de l implication et estimer cependant que, si Pierre a utilisé son four à microondes, c est qu il a fait la cuisine. C est qu il juge préférable alors de voir la situation non pas à la lumière d un formalisme logique, mais en fonction des inférences de la vie pratique. Mais prenons un autre exemple, tiré d une observation de classe en deuxième année du primaire (CE1). Dans cette classe, après plusieurs semaines de travail sur la soustraction, l enseignante propose aux élèves différents petits problèmes, parmi lesquels celui ci : «Victor a 7 euros ; il veut s acheter un jouet qui coute 12 euros ; combien doit il demander à ses parents?». Interpellé par un adulte (en l occurrence un chercheur présent dans la classe), une jeune élève donne, oralement, la réponse suivante : «Victor va demander à sa maman». L adulte fait alors remarquer que la question est de savoir combien Victor va demander à sa maman (ou à tout autre). Réponse de l élève : «Il va demander à sa maman». Et c est cette même phrase qui sera obstinément répétée en réponse à l adulte qui, de son côté, insiste sur la question de savoir quelle somme manque à Victor pour son achat. La suite du dialogue fait apparaître qu aux yeux de la jeune élève, c est la maman de Victor qui va accorder (ou non) son autorisation pour l achat et qui, si elle l accorde, va dans le même mouvement déterminer la somme manquante. La petite fille applique au problème posé, non pas la modélisation mathématique attendue, mais un modèle renvoyant à un scénario familial courant pour un enfant de sept ans. Bien que ne correspondant pas à l interprétation scolairement légitime, la réponse de l élève témoigne d une autre interprétation qui n est pas absurde. Face à une même situation, l enseignante construit un objet qui est l écart numérique entre 7 et 12, tandis que la petite fille en construit un autre qui est une scène familiale incluant la dépendance financière de l enfant et les transactions relationnelles que cela entraîne.

6 6 L homologie comme objet construit Au point où nous en sommes, le sujet compétent paraît être celui qui saisit l homologie entre une situation nouvelle et d autres qu il a rencontrées antérieurement et pour lesquelles il détient une démarche adéquate. Ainsi l enseignant saisit l homologie de structure entre le problème de Victor qui possédant 7 veut acheter un objet qui coute 12 et celle ci : «j avais 12, j en dépense 7, combien me reste t il?». Mais cette homologie n est pas un donné qui provoquerait par un mécanisme psychologique un type de démarche. C est l enseignant qui voit la même structure entre les deux situations. Ce n est pas parce que cette vision est partagée par toute personne qui a routinisé la saisie arithmétique des événements de la vie pratique qu elle est la seule possible et qu elle a un caractère nécessaire. Car s il en était ainsi, le transfert s effectuerait toujours. L identité de structure entre deux situations ne suscite pas par elle même son usage. Ce qui est décisif, c est le fait que le sujet soit conscient de cette identité. Or ce que font apparaître les exemples précédents c est qu il peut être conscient d autre chose, porter son attention sur autre chose et ainsi établir des homologies d un autre type, lesquelles peuvent avoir aussi leur intérêt et leur efficacité. L identité de structure entre deux situations n est ni un caractère qui leur serait inhérent et qui engendrerait une réponse identique du sujet (comme dans le modèle behavioriste) ni l effet d un mécanisme mental comme le présupposent les recherches psychologiques sur le transfert. Que deux situations aient quelque chose en commun, voilà qui est un objet construit par le sujet. Et il l est par l effet d une orientation du regard, ce qui implique que d autres orientations sont possibles qui détermineront la construction d autres homologies entre d autres situations. Ces constructions qui, chez un même individu, peuvent être diverses à propos d une même situation sont les effets de formes intentionnelles diverses : visées pragmatiques, esthétiques, imaginaires, scientifiques, rationalisantes, émotionnelles, etc. C est donc au prix d une visée particulière, qui est loin d être la seule, qu un sujet peut saisir face à une tâche nouvelle pour lui, ce que celle ci a de commun avec d autres dont il connaît la démarche de résolution. Rien d étonnant dès lors à ce que, comme le font apparaître différentes expérimentations évoquées ci dessus, le transfert d une démarche d une situation à une autre se produise lorsque, par des moyens divers, on attire l attention du sujet sur ce que ces situations peuvent avoir de commun. C est que par là on induit chez lui la visée qui permet de construire l objet que constitue cette homologie. Conséquences : Cette façon d interpréter la compétence comme forme intentionnelle ou comme visée particulière sur la réalité a plusieurs conséquences qui concernent l école et les moyens qu elle peut mettre en œuvre pour faire acquérir des compétences. Traditionnellement, les difficultés éprouvées par certains élèves dans la réalisation des tâches scolaires sont interprétées comme trouvant leur origine dans un déficit : manque de connaissances, manque de travail, manque de persévérance, dysfonctionnement cognitif, etc. Cette vision de la difficulté scolaire en terme de carence s appuie sur le constat immédiat que l élève n a pas fait ce qui était attendu ou n a pas vu ce qu il était important de saisir dans la tâche concernée. Dès lors qu on prend en compte le fait qu au cœur d une compétence, il y a toujours un type très spécifique de visée sur le monde, l élève en difficulté ne se caractérise plus par un déficit, mais par le fait qu il a sur les activités de l école une autre visée que celle qui est scolairement attendue. La reconnaissance de ces manières d appréhender le monde et de leur pluralité est susceptible de modifier le traitement de la difficulté scolaire : car il ne s agit plus de réparer un objet déficient, mais de faire partager à un sujet, par une démarche de compagnonnage, une visée possible sur le monde qu il n avait pas jusque là. Cette approche fait valoir également que les savoirs scolaires relèvent de visées sur la réalité très particulières et qui ne vont pas de soi. Souligner ce caractère, ce n est pas relativiser leur valeur. Si l on croit que l usage de la raison est émancipateur, on maintient le projet de faire partager ces visées. Mais reconnaître que l acquisition des compétences scolaires procède d une forme d interprétation très spécifique et nullement spontanée des situations, c est reconnaître que la difficulté scolaire est à penser non comme une insuffisance de l élève, mais

7 7 comme l effet d une relation entre lui et un rapport très particulier avec la réalité. CONCLUSION certains, donner de l importance à d autres. L enseignement n est pas une action sur l élève, mais le partage d un sens. L intérêt de la notion de compétence est peut être d abord d ouvrir ce débat. L examen d énoncés de compétence fait apparaître qu il n y a rien d autre, dans l usage de cette notion, que l expression d une attente sociale, inscrite le plus souvent dans une modalité d exercice du pouvoir. La compétence énonce la performance à accomplir et, par son mutisme sur les démarches à mettre en œuvre pour y parvenir, signifie qu elles ne relèvent que de la responsabilité de l acteur. Mais dès lors qu on est à l école ou dans tout lieu dévolu à la construction et au développement de compétences, les enjeux de l usage de cette notion changent. Car il s agit alors de comprendre comment on peut être compétent, c est à dire d expliquer la répétabilité d une performance dans des situations à chaque fois singulières. Le transfert, tel qu il est conçu généralement en psychologie, repose sur l hypothèse que les données objectives d une situation puissent déclencher des mécanismes mentaux de réutilisation de démarches qui se sont révélées efficaces dans le passé. Mais ces données objectives sont elles vraiment données? Il semble plutôt que toute situation (Rey, 2011) ne prend ses caractères et sa circonscription que de l intentionnalité qui l éclaire. Plus que des mécanismes psychologiques, ce qui semble agissant dans l exercice d une compétence, c est le sens que le sujet donne aux situations, autrement dit la manière dont il les interprète et les cadre. C est ce sens qui renvoie à une intentionnalité, laquelle n est pas à concevoir nécessairement comme une fin posée d une manière explicite et consciente, mais plutôt comme une normativité, une représentation agissante du meilleur. Cette manière de poser le problème des compétences a des implications sur la manière de conduire l action éducative. Si être compétent ce n est pas être habité de mécanismes psychiques, mais partager une visée particulière sur le réel, il ne s agit plus de tenter d agir sur l élève ni de le transformer (ni même en le confrontant à des situations dont on pense qu elles vont le modifier). Il s agit plutôt de lui faire partager des modalités de cadrage des situations rencontrées : hiérarchiser les aspects de la réalité, négliger RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Levy Leboyer, C., 1996, La gestion des compétences. Paris : Les Éditions d Organisation. Rey, B., Carette, V., Defrance, A. et Kahn, S., 2003, Les compétences à l école : apprentissage et évaluation, Bruxelles : De Boeck. Rey, B., 2011, Situation et texte dans la pratique de classe, Recherches en éducation, n o 12, «Revisiter la notion de situation : une approche plurielle», Richard, J. F., 1990, Les activités mentales. Comprendre, raisonner, trouver des solutions, Paris : Armand Colin. Stroobants, M., 1994, «La visibilité des compétences» in Ropé F. et Tanguy L. (dirs), Savoirs et compétences. Paris : L Harmattan, Stroobants M., 1999, «La qualification ou comment s en débarrasser» in Dolz, J. et Ollagnier, E. L énigme de la compétence en éducation. Bruxelles : De Boeck,

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

Pratiques d accompagnement en contexte de formation universitaire :

Pratiques d accompagnement en contexte de formation universitaire : 1 Pratiques d accompagnement en contexte de formation universitaire : Etude de la relation pédagogique de direction de mémoire Laetitia Gérard LISEC EA 2310 Université Nancy 2 3, place Godefroy de Bouillon

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur État de la question Ce que nous ont appris les recherches antérieures. Michel Vial UMR ADEF Aix-en-Provence 1/ Sur la VAE à l Université La question

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 CP Dans toutes les situations de somme et de différence (rappel : on est dans les deux cas dans le «champ additif) on demandera aux élèves de ne pas

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

L école maternelle. Quelques repères historiques. Christian LAJUS-IEN Préélémentaire LANDES

L école maternelle. Quelques repères historiques. Christian LAJUS-IEN Préélémentaire LANDES L école maternelle Quelques repères historiques L histoire de l école maternelle: des repères Pour mieux cerner ses enjeux éducatifs, sociaux, culturels et professionnels. Pour mieux comprendre les ruptures

Plus en détail

Présentation. c 2008, rue des écoles 1

Présentation. c 2008, rue des écoles 1 Présentation Moment particulier de la vie professionnelle des professeurs de l Éducation nationale, l inspection est le moment de vérité qui permet d évaluer la qualité de l enseignement dispensé aux élèves.

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION REFERENTIEL BTS COMMUNICATION PRINCIPES GENERAUX Le présent document vise à expliciter et justifier certains choix qui ont présidé à l écriture du projet. L élaboration du référentiel de certification

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE DANS LES PORTFOLIOS EUROPEENS DES LANGUES Francis Goullier Portfolio européen des langues Maquettes et ressources 1 Comment prendre

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts [1] Pour illustrer la mise en œuvre du compte au long de la vie, la mission IGAS a procédé à une simulation de son

Plus en détail

DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL

DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL I COL LOQUI DE JUSTÍCIA CONSTITUCIONAL DEL PRINCIPAT D ANDORRA Marek Safjan Président du Tribunal constitutionnel de la Pologne DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF Notice d accompagnement Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre livret de présentation des acquis de

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010 DVD APPRENDRE la science et la technologie à l école SCEREN distribué aux écoles ou aux participants Plan 1. Les attentes institutionnelles ( programmes 2008) 2. Des éléments essentiels à connaître 3.

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

CHOISIR LES ANNONCES. Comment. auxquelles répondre GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS

CHOISIR LES ANNONCES. Comment. auxquelles répondre GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS GUIDE POUR AGIR Comment CHOISIR LES ANNONCES auxquelles répondre JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi «choisir» des annonces? Peut-être pensez-vous

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4. Alphabétisation

Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4. Alphabétisation Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4 Alphabétisation «Une fortune est mieux protégée dans une tête que dans un sac.» Félix Leclerc Présentation du cours Arithmétique

Plus en détail

a médiation INTRODUCTION La médiation

a médiation INTRODUCTION La médiation L a médiation INTRODUCTION L objectif de ce guide est de familiariser à la médiation les dirigeants d entreprises et leurs salariés, leurs conseils, les avocats et experts-comptables. Il leur permet ainsi

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Contribution Lundi 3 septembre 2012 Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Groupe de travail n 4 : Des personnels

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE 18/04/2011 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DIPLOME D'ETAT DE CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE NOTICE D ACCOMPAGNEMENT 18/04/2011 Cette

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012 Dictée à l adulte Animation du 19 décembre 2012 Déroulement de l animation Recueil des représentations sur la dictée à l adulte Les Instructions officielles Constat Définition et objectifs Modalités, déclencheurs

Plus en détail

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Master européen en analyse et innovation en

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

Composition d Informatique (2 heures), Filière MP (XC)

Composition d Informatique (2 heures), Filière MP (XC) école polytechnique concours d admission 2014 ens : cachan Composition d Informatique (2 heures), Filière MP (XC) Rapport de M. Didier CASSEREAU, correcteur. 1. Bilan général A titre de rappel, cette épreuve

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM Détour historique En 1909:«Les exercices de calcul mental figureront à l emploi du temps et ne devront pas être sacrifiés à des

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

La prévention des difficultés numériques en maternelle

La prévention des difficultés numériques en maternelle Conférence de Valéry BARRY Lycée DURZY, Mercredi 12 mars 2014 Circonscription de Montargis Ouest La prévention des difficultés numériques en maternelle Les objectifs sont de : mettre en place des activités

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Les tâches complexes

Les tâches complexes Les tâches complexes 1) Définition 2) Eléments constitutifs des tâches complexes 3) Tâches complexes des évaluations nationales 2011 4) Tâches complexes différenciées 5) Tâches complexes et difficulté

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

ACCOMPAGNEMENT DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ACCOMPAGNEMENT DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES OBJET : IDENTIFIER LES POINTS FORTS DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES EN TERMES D EFFICACITE PEDAGOGIQUE TEMPS SCOLAIRE Le temps scolaire

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sfax Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax Mémoire de Mastère en comptabilité Sujet

Plus en détail

iesp L EVALUATION DES STAGES Blocs 1, 2 et 3 préscolaire 2015-16

iesp L EVALUATION DES STAGES Blocs 1, 2 et 3 préscolaire 2015-16 iesp HAUTE ÉCOLE LÉONARD DE VINCI Institut d enseignement supérieur pédagogique Louvain-la-Neuve L EVALUATION DES STAGES Blocs 1, 2 et 3 préscolaire 2015-16 BROCHURE DESTINÉE AUX ÉTUDIANTS STAGIAIRES AUX

Plus en détail

Formation à la prévention des risques électriques

Formation à la prévention des risques électriques Formation à la prévention des risques électriques PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL DES TÂCHES PROFESSIONNELLES LIÉES À L HABILITATION ÉLECTRIQUE POUR LA FORMATION DES ÉLÈVES DE LA FILIÈRE GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

Pratiquer la conduite de projet

Pratiquer la conduite de projet HENRI-PIERRE MADERS ÉTIENNE CLET Pratiquer la conduite de projet, 2005 ISBN : 2-7081-3364-0 INTRODUCTION Quelques constats pour démarrer cet ouvrage D après une enquête mondiale réalisée par le Cabinet

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs.

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Philippe Bouillard 1, Frédéric Robert 2, Nadine Postiaux 3 1 BATir (Building, Architecture

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail