LA COMPÉTENCE COMME DISPOSITIF D IMPUTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COMPÉTENCE COMME DISPOSITIF D IMPUTATION"

Transcription

1 COMMENT PEUT ON ÊTRE COMPÉTENT? BERNARD REY 1 LA COMPÉTENCE COMME DISPOSITIF D IMPUTATION Pour approcher la notion de compétence, nous partirons de l examen des objets qu on lui fait ordinairement subsumer. Quel que soit le domaine dont elle relève, la compétence est généralement formulée par l évocation de l action qu elle rend possible : savoir conduire une réunion, savoir effectuer une multiplication, savoir placer des huisseries en aluminium, savoir danser le tango, savoir résumer un texte narratif. Ces formulations disent quelque chose de ce que la compétence est censée produire ; elles indiquent la performance. Mais elles ne disent rien ni de la manière de s y prendre pour réaliser l acte désigné ni de l organisation mentale de celui qui en est capable, ni a fortiori des conditions qui en permettraient l apprentissage. Un tel silence conduit à douter de l existence même de la compétence. C est au prix d une inférence risquée qu on détermine que quelqu un est compétent. Du constat d une performance, on infère un quelque chose qui est censé l avoir rendu possible, qui serait au cœur du sujet, qu on appelle la compétence, mais dont on ne sait rien dire. L énoncé d une compétence n apprend rien. Il ne fait que répéter ce qu il est censé expliquer. Une telle carence sémantique conduit à se demander si ce n est pas dans l ordre illocutoire qu il faut chercher la fonction du vocable compétence. À défaut de dire quelque chose, il fait quelque chose. Que fait il? Il reconnaît le pouvoir et la légitimité sociale qu ont certains d accomplir certaines actions. La formulation d une compétence constitue bien un acte social et non pas la simple description d un fait. Que se passe t il en effet, lorsqu on déclare que quelqu un détient la compétence correspondant à un type d action? Le constat objectif sur lequel ce jugement prétend se fonder est l accomplissement, 1 Université Libre de Bruxelles. selon les normes socialement établies, d une action. Une multiplication a été effectuée, des huisseries en aluminium ont été placées dans une maison, un texte narratif a été résumé, etc. Si l action a été accomplie, c est bien parce qu un acteur est intervenu ; mais cette intervention à son tour n a été possible que par un état historiquement situé des techniques, des moyens disponibles, des besoins et des normes pour y répondre. Si l action a été réussie, c est grâce à l institution d un rapport favorable entre des moyens et une fin, fin qui loin d être posée par l exécutant relève de pratiques sociales qui le dépassent, de même que le dépassent les critères qui déterminent la réussite. L acteur, qu il conviendrait mieux d appeler agent, n est qu un élément dans ce système circonstanciel. Or parler de compétence, c est dépasser ce constat pour attribuer au seul acteur d une action la réussite ou l échec de celle ci. Cette centration exclusive et cette imputation sont d autant plus remarquables que, comme on l a vu dans la manière dont sont formulées les compétences, on ne sait pas si ce pouvoir de réussite relève effectivement des spécificités de l acteur, car on ne sait rien non plus de ce qui, au sein du sujet, engendre l action adéquate. Si en effet on s en tient à ce qui est constatable, c està dire l accomplissement d une tâche par un sujet, rien n assure que celui ci sera en mesure d accomplir ultérieurement une tâche du même ordre, puisque la première performance peut devoir son succès au hasard ou à la singularité d une circonstance. Ce n est pas la répétition de telles performances sur des tâches de même type qui peut strictement fournir plus de garanties, tant qu on n a pas éclairci ce qui, au cœur du sujet, rend compte de ce succès itératif. Or on a beau parcourir les listes de compétences (les référentiels) qui se multiplient dans le monde scolaire comme dans celui du travail, on n y trouve jamais que des énoncés semblables à ceux que nous venons d évoquer, qui décrivent la performance attendue, mais ne disent rien ni des démarches à suivre pour l atteindre ni des processus mentaux ou physiques qui y conduisent. Ainsi, l imputation de la performance au sujet est effectuée sans qu on ait explicité le détail et l ordonnancement des actes qui conditionnent la réussite, sans qu on ne les ait rendus publics et disponibles à tout être humain qui voudrait les acquérir. La compétence, telle qu elle apparaît dans Ce texte est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution Vous devez citer le nom de l auteur Pas d Utilisation Commerciale Pas de Modification 3.0 France.

2 2 ces usages, tient alors, non à des règles d action offertes à tous, mais à des caractères singuliers propres à certains individus, cachés au plus profond d eux et mystérieusement efficaces, comme des charismes. LA FACE SOMBRE DE LA COMPÉTENCE À quoi sert cette opération idéologique qui consiste à rabattre sur son seul auteur la responsabilité de la réussite (ou de l échec dans le cas de l incompétence) tout en restant muet sur ce qui en lui engendre ce résultat? Plusieurs sociologues ont critiqué l usage qui est fait de la notion de compétence dans le monde de l entreprise. Car elle a émergé en opposition à la notion de qualification. Cette dernière renvoie à des règles : elle correspond à un diplôme, obtenu à la suite d épreuves qui sanctionnent une formation de durée et de contenus formellement définis ; elle permet d accéder à un poste de travail déterminé, auquel correspond une échelle de rémunération. Elle résulte de conventions et de négociations au sein d institutions diverses (État, syndicats, associations patronales, institutions de formation, instances de contrôle et de résolution judiciaires des conflits). Or certains employeurs estiment que ce qui importe pour le recrutement ou la promotion, ce n est pas tant la formation que l expérience (Levy Leboyer, 1996), ce n est pas tant la qualification du salarié que les qualités personnelles qu il peut avoir et qui lui permettront de s adapter à des exigences en constante mutation. En ce sens, comme le montre Stroobants (1994, 1999), la notion de compétence dérégularise le rapport salarial en justifiant le contournement de règles contractuelles et publiques. Mais il y a autre chose. Par sa structure, qui explicite les effets qu elle est censée engendrer tout en faisant silence sur le processus d engendrement, c est à dire sur ce qu elle est, la notion de compétence s accorde bien à ce qu on appelle parfois le culte des résultats. On peut avancer que différentes institutions, notamment celles qui concernent la santé, l éducation et la formation, étaient naguère évaluées sur les processus et les moyens qu elles mettaient en œuvre pour accomplir les missions qui leur étaient dévolues. L ouverture au marché de ces organismes, dans beaucoup de pays, tend progressivement à faire porter leur évaluation sur les «produits» plutôt que sur les processus. C est à chaque organisme qu il revient, en pleine liberté, de choisir et de mettre en place les moyens et les modalités d action qu il juge les plus efficaces. C est par la mise en comparaison de ses résultats avec ceux d autres établissements du même type qu il sera évalué. En ce qui concerne l éducation par exemple, chaque établissement peut choisir les méthodes pédagogiques et l organisation qu il met en œuvre. C est par le degré de réussite de ses élèves à des épreuves externes standardisées (nationales ou internationales) qu on jugera de sa qualité. Cette nouvelle forme de «gouvernance» s installe comme outil universel pour évaluer les systèmes nationaux ou régionaux, les établissements et finalement les acteurs individuels eux mêmes. À ce dernier niveau, l attention exclusive à la performance de l individu et l ignorance des démarches qu il doit mettre en œuvre pour y parvenir, lesquelles sont renvoyées à sa responsabilité et sa sphère intime, paraissent trouver leur modélisation idéale dans la notion de compétence, telle que nous l avons décrite jusquelà. L énoncé d une compétence proclame ce qui doit être fait, dans l indifférence à ce qui doit être mis en œuvre pour y parvenir. L énonciation des compétences est sémantiquement attachée aux situations de commandement, non d exécution. Elle s inscrit dans une forme d exercice du pouvoir. LES COMPÉTENCES À L ÉCOLE Les choses se présentent autrement lorsqu on parle de compétence à l école ou en formation. Car la compétence ne peut plus être tenue comme une disposition mystérieuse qui détermine l accomplissement d actions, puisqu on est dans un lieu où il s agit non plus de repérer et d utiliser ce pouvoir, mais de le construire et donc d éclairer les mécanismes qui permettent d accomplir l action attendue. L école, parce qu elle repose sur le postulat que l acquisition du pouvoir sur les choses ne relève ni d une allégeance globale du novice à l expert ni de dons de nature, subvertit la notion de compétence et ses implications sociopolitiques. Elle oblige à rendre publiques les conditions d acquisition de compétences. Elle interdit de se référer à une intériorité opaque. Si une modalité actuelle d exercice du pouvoir consiste à contrôler les résultats, dans l indifférence aux processus qui y conduisent, l école en revanche n existe que par le projet

3 3 d expliciter ces processus et la manière de les construire. Comment penser ces processus? Tel est le problème. Les conditions en sont simples : parler de compétence, c est supposer que si un individu accomplit correctement une tâche, ce n est pas dû au hasard ni à un concours de circonstances, mais à quelque chose qui relève de lui ; et ce quelque chose doit lui permettre de répéter cet accomplissement dans l avenir face à toute tâche du même type. Autrement dit, ce dont il faut rendre compte, du moins en première analyse, c est de la répétabilité de la performance : déplier ce qui rend quelqu un itérativement performant dans un champ donné. Comment penser le sujet pour rendre compte de cette possibilité? Les premières réponses consistent à invoquer des règles de fonctionnement du psychisme. LES RÉPONSES APPORTÉES PAR LA PSYCHOLOGIE Le behaviorisme Certaines compétences scolaires renvoient à des opérations qui s exercent sur des objets aux propriétés invariantes : effectuer une multiplication, accorder le verbe avec le sujet, mettre une phrase anglaise à la forme interrogative, etc. Un système de règles permet de répondre d une manière univoque à tous les cas particuliers. Le processus d effectuation consiste en la mise en œuvre d algorithmes et son apprentissage se fait par des exercices répétitifs. Un mécanisme mental, que le behaviorisme a de longue date théorisé, garantit que face à un signal (pourvu que celui ci ne soit pas ambigu) le sujet mettra en œuvre l algorithme auquel il aura été entraîné. La compétence tient alors à l automatisation d une procédure. Elle n est rien d autre que le lien acquis entre un signal et l effectuation d opérations standardisées. Devant un effet si sûr, la tentation est forte de tenir toute activité intellectuelle pour une juxtaposition de ces procédures automatisables et d en tirer les conséquences à la fois pédagogiques et évaluatrices. Du côté des stratégies pour faire apprendre, il s agira de décomposer toute compétence, quel que soit son degré de complexité, en une série de procédures élémentaires dont chacune est susceptible d être automatisée par un entraînement répétitif. Du côté de l évaluation, en contrôlant la maîtrise par un individu de chacune de ces procédures, on peut estimer avoir la garantie qu il détient toute compétence dont elles sont les éléments. Mais il est patent qu un grand nombre d activités scolaires ne se plient à une telle réduction qu au prix d une simplification rapidement décevante (Rey et al., 2003) : ainsi en va t il par exemple lorsqu il s agit de comprendre un texte, écrire un texte, conduire une démarche scientifique, faire la synthèse d informations, construire un modèle mathématique pour une situation, interpréter un événement historique, etc. Sans doute, dans ces différents exemples, des procédures standardisées entrent elles en jeu. Mais il semble que ni la détermination de celles qui sont nécessaires ni leur ordonnancement ne ressortent de règles uniformes. Car ces tâches sont à chaque fois nouvelles. L élève doit bien, pour en venir à bout, mettre en œuvre des procédures qu il a acquises, mais selon des principes de sélection et de combinaison qui, à chaque fois, dépendent de la singularité de la situation. Il s agit que l élève mobilise «à bon escient» ce qu il sait faire. Or ce type de tâches complexes et à chaque fois inédites est très présent dans l univers scolaire. Dans les référentiels de compétences (par exemple dans le Socle commun des connaissances et compétences), on les repère facilement à ce qu elles comportent, dans leur formulation, des expressions comme «d une manière adaptée», «en fonction de», «selon», «qui convient», «d une manière adéquate», «à bon escient», etc. Elles y sont les plus nombreuses et il est possible d estimer qu elles le sont à juste titre, car à la différence des procédures automatisables évoquées ci dessus, elles impliquent l autonomie intellectuelle du sujet. Au demeurant elles correspondent à l usage le plus courant de la notion de compétence : pour que quelqu un soit considéré comme compétent, dans quelque domaine que ce soit, il ne suffit pas qu il accomplisse, en réponse à des ordres, des actes stéréotypés, il faut qu il soit capable, dans une situation inédite (mais relevant de son domaine), de déterminer d une manière autonome ce qu il convient de faire. Reste alors à voir ce que la psychologie propose pour rendre compte de cette possibilité

4 4 La notion de transfert Les compétences de ce type ont un caractère génératif : l individu compétent est celui qui est capable de produire des réponses adéquates à une multiplicité de situations. Puisqu elles relèvent de la même compétence, ces situations ont des éléments communs, mais elles comportent également des singularités et c est pour cela que la compétence qui permet de les affronter de manière satisfaisante doit être conçue en des termes qui permettent de rendre compte de cette adaptation aux singularités. Pour répondre à ces exigences, les psychologues font trois hypothèses. La première est qu il existe une structure commune à toutes les tâches ou situations qui relèvent d une même compétence par delà leurs caractères singuliers. La deuxième est qu il existe une organisation mentale qui est efficace dans toutes les situations partageant cette structure. Enfin ils supposent qu une fois acquise dans une ou plusieurs situations particulières, cette organisation mentale pourra s appliquer dans d autres situations de même structure, malgré les différences d objets, d apparence ou de contexte entre elles. C est ce qu on appelle le transfert. Ce sont ces hypothèses que l on rencontre, entre autres, dans les travaux de Piaget. Pour lui, un schème, une fois acquis, peut s appliquer à des actions diverses portant elles mêmes sur des objets divers, pourvu qu on retrouve en elles les mêmes invariants. C est en cela qu il s agit d une psychologie structuraliste. En dehors du courant piagétien, de nombreux travaux ont été conduits sur les phénomènes de transfert. Ils consistent toujours à tenter de montrer que certains modes de pensée peuvent devenir autonomes par rapport aux contenus ou aux objets sur lesquels ils portent dans une occurrence donnée. Les expérimentations auxquelles ils donnent lieu portent, pour l essentiel, sur des compétences logiques. On peut lire en eux l espoir qu il puisse exister des compétences formelles (savoir raisonner, savoir conceptualiser, savoir synthétiser, etc.) qui constitueraient des puissances de connaître, sans l embarras des connaissances. Or les expérimentations font apparaître que le transfert ne s opère pas toujours (Richard, 1990). Lorsqu un sujet sait résoudre un problème ou une tâche relevant d une démarche mentale, cela ne garantit nullement qu il saura résoudre une tâche différente relevant pourtant de la même démarche. À titre d exemple, face à la question suivante «Si Catherine va au marché, elle prend sa voiture. Hier elle a pris sa voiture, que peut on en conclure?», beaucoup de sujets mettront en œuvre correctement les règles de l implication et notamment sa non réversibilité : le fait que Catherine ait utilisé sa voiture ne permet pas d affirmer qu elle soit allée au marché. Mais parmi ces sujets un certain nombre ne mettront pas en œuvre cette propriété de l implication devant la question suivante : «Si Pierre fait la cuisine, alors il utilise un four à micro ondes. Ce matin, il a utilisé son four à micro ondes. Que peut on en conclure?» Beaucoup estimeront en effet que, la fonction du micro ondes étant essentiellement culinaire, son usage par Pierre rend très vraisemblable le fait qu il ait fait la cuisine et ils concluront en ce sens. Pour rendre compte du fait que le transfert ne s opère pas systématiquement, les psychologues invoquent le «poids du contexte» ou encore le «poids de l habillage». Ce seraient des éléments superficiels (dans notre exemple, l usage quasi exclusif du four à micro ondes dans des activités de cuisine), propres au contexte de la tâche, qui empêcheraient le transfert de se produire. Dans cette perspective, certains font la distinction entre les traits de surface et les traits de structure d une situation ou d une tâche. Le repérage des traits de structure conduit le sujet à établir un rapprochement entre la tâche actuelle et des tâches passées pour lesquelles il disposait d une démarche adéquate et c est cette saisie des traits structurels qui permet le transfert. C est ce qui arrive en général pour les experts, alors que les novices, parce qu ils ne repèrent que les traits superficiels, ne peuvent établir les transferts adéquats et même effectuent des transferts indus entre tâches qui superficiellement se ressemblent, alors qu elles n ont pas la même structure. Or ces explications, tout en éclaircissant quelque peu le phénomène du transfert, laissent sans réponse au moins deux questions essentielles. En premier lieu, pourquoi se fait il que ce fameux contexte, qui tient aux singularités de chaque tâche, parfois empêche le transfert et parfois ne l empêche pas et cela chez un même individu? D autre part, à quoi tient la différence entre traits de structure et traits de surface d une tâche ou d une situation? Quel est le principe qui permet de les distinguer? Pour reprendre l exemple cidessus, au nom de quoi faudrait il tenir pour superficiel le fait que l usage d un four à micro

5 5 ondes laisse supposer une activité culinaire et au contraire tenir pour «structurel» la forme d implication logique qu a l énoncé du problème? Or ces questions sont déterminantes, non pas seulement pour pouvoir annoncer qu on a percé l énigme du transfert et par là même celle de la compétence, mais aussi du point de vue de la formation. Car si on ne peut rendre compte de la distinction entre traits superficiels et traits structurels d une situation, on ne voit pas par quelle voie on pourrait aider le novice à devenir expert. Plus généralement, tant qu on n a pas répondu à ces questions, on n a pas la règle d engendrement de l action adéquate. On n a alors pas ce qui paraît indispensable à un enseignement de la compétence (dans son aspect d aptitude à aborder des situations à chaque fois singulières, mais ayant la même structure). On trouve cependant, parmi les nombreux travaux qui ont porté sur le transfert, quelques éléments qui éclairent les conditions favorables à ce que se produise le transfert. Des expérimentations font apparaître que le transfert a plus de chance de s effectuer lorsqu on attire l attention du sujet confronté à une tâche sur des tâches antérieures relevant de la même structure et qu il a correctement résolues. Il en va de même lorsqu on fait effectuer au sujet plusieurs tâches successives relevant de la même structure. Dans les deux cas, il s agit, par des moyens différents, d orienter l attention du sujet sur ce qu il y a de commun entre différentes situations. Il y a là un élément qui ouvre sur une nouvelle appréhension du problème de la compétence. D AUTRES VOIES POUR APPRÉHENDER LE PROBLÈME Préférence, plutôt qu empêchement Lorsqu un sujet ne met pas en œuvre une démarche mentale dans une situation qui la requiert, alors qu il l a déjà utilisée dans un autre cas, les psychologues expliquent cela par le poids du contexte. Tout se passe comme si ce dernier produisait un empêchement. On aurait quelque chose comme un mécanisme d inhibition. Or, plutôt que de parler d un empêchement que le sujet subirait à son insu, on peut se demander si ce n est pas plutôt que le sujet choisit une autre interprétation de la situation, oriente son attention sur d autres traits de celle ci, lesquels le conduisent à établir une homologie entre elle et d autres situations que celle qu impliquerait le privilège donné aux traits «de structure». Plutôt que d un empêchement, on aurait affaire à une préférence. Ainsi, un sujet peut parfaitement connaître les caractères logiques de l implication et estimer cependant que, si Pierre a utilisé son four à microondes, c est qu il a fait la cuisine. C est qu il juge préférable alors de voir la situation non pas à la lumière d un formalisme logique, mais en fonction des inférences de la vie pratique. Mais prenons un autre exemple, tiré d une observation de classe en deuxième année du primaire (CE1). Dans cette classe, après plusieurs semaines de travail sur la soustraction, l enseignante propose aux élèves différents petits problèmes, parmi lesquels celui ci : «Victor a 7 euros ; il veut s acheter un jouet qui coute 12 euros ; combien doit il demander à ses parents?». Interpellé par un adulte (en l occurrence un chercheur présent dans la classe), une jeune élève donne, oralement, la réponse suivante : «Victor va demander à sa maman». L adulte fait alors remarquer que la question est de savoir combien Victor va demander à sa maman (ou à tout autre). Réponse de l élève : «Il va demander à sa maman». Et c est cette même phrase qui sera obstinément répétée en réponse à l adulte qui, de son côté, insiste sur la question de savoir quelle somme manque à Victor pour son achat. La suite du dialogue fait apparaître qu aux yeux de la jeune élève, c est la maman de Victor qui va accorder (ou non) son autorisation pour l achat et qui, si elle l accorde, va dans le même mouvement déterminer la somme manquante. La petite fille applique au problème posé, non pas la modélisation mathématique attendue, mais un modèle renvoyant à un scénario familial courant pour un enfant de sept ans. Bien que ne correspondant pas à l interprétation scolairement légitime, la réponse de l élève témoigne d une autre interprétation qui n est pas absurde. Face à une même situation, l enseignante construit un objet qui est l écart numérique entre 7 et 12, tandis que la petite fille en construit un autre qui est une scène familiale incluant la dépendance financière de l enfant et les transactions relationnelles que cela entraîne.

6 6 L homologie comme objet construit Au point où nous en sommes, le sujet compétent paraît être celui qui saisit l homologie entre une situation nouvelle et d autres qu il a rencontrées antérieurement et pour lesquelles il détient une démarche adéquate. Ainsi l enseignant saisit l homologie de structure entre le problème de Victor qui possédant 7 veut acheter un objet qui coute 12 et celle ci : «j avais 12, j en dépense 7, combien me reste t il?». Mais cette homologie n est pas un donné qui provoquerait par un mécanisme psychologique un type de démarche. C est l enseignant qui voit la même structure entre les deux situations. Ce n est pas parce que cette vision est partagée par toute personne qui a routinisé la saisie arithmétique des événements de la vie pratique qu elle est la seule possible et qu elle a un caractère nécessaire. Car s il en était ainsi, le transfert s effectuerait toujours. L identité de structure entre deux situations ne suscite pas par elle même son usage. Ce qui est décisif, c est le fait que le sujet soit conscient de cette identité. Or ce que font apparaître les exemples précédents c est qu il peut être conscient d autre chose, porter son attention sur autre chose et ainsi établir des homologies d un autre type, lesquelles peuvent avoir aussi leur intérêt et leur efficacité. L identité de structure entre deux situations n est ni un caractère qui leur serait inhérent et qui engendrerait une réponse identique du sujet (comme dans le modèle behavioriste) ni l effet d un mécanisme mental comme le présupposent les recherches psychologiques sur le transfert. Que deux situations aient quelque chose en commun, voilà qui est un objet construit par le sujet. Et il l est par l effet d une orientation du regard, ce qui implique que d autres orientations sont possibles qui détermineront la construction d autres homologies entre d autres situations. Ces constructions qui, chez un même individu, peuvent être diverses à propos d une même situation sont les effets de formes intentionnelles diverses : visées pragmatiques, esthétiques, imaginaires, scientifiques, rationalisantes, émotionnelles, etc. C est donc au prix d une visée particulière, qui est loin d être la seule, qu un sujet peut saisir face à une tâche nouvelle pour lui, ce que celle ci a de commun avec d autres dont il connaît la démarche de résolution. Rien d étonnant dès lors à ce que, comme le font apparaître différentes expérimentations évoquées ci dessus, le transfert d une démarche d une situation à une autre se produise lorsque, par des moyens divers, on attire l attention du sujet sur ce que ces situations peuvent avoir de commun. C est que par là on induit chez lui la visée qui permet de construire l objet que constitue cette homologie. Conséquences : Cette façon d interpréter la compétence comme forme intentionnelle ou comme visée particulière sur la réalité a plusieurs conséquences qui concernent l école et les moyens qu elle peut mettre en œuvre pour faire acquérir des compétences. Traditionnellement, les difficultés éprouvées par certains élèves dans la réalisation des tâches scolaires sont interprétées comme trouvant leur origine dans un déficit : manque de connaissances, manque de travail, manque de persévérance, dysfonctionnement cognitif, etc. Cette vision de la difficulté scolaire en terme de carence s appuie sur le constat immédiat que l élève n a pas fait ce qui était attendu ou n a pas vu ce qu il était important de saisir dans la tâche concernée. Dès lors qu on prend en compte le fait qu au cœur d une compétence, il y a toujours un type très spécifique de visée sur le monde, l élève en difficulté ne se caractérise plus par un déficit, mais par le fait qu il a sur les activités de l école une autre visée que celle qui est scolairement attendue. La reconnaissance de ces manières d appréhender le monde et de leur pluralité est susceptible de modifier le traitement de la difficulté scolaire : car il ne s agit plus de réparer un objet déficient, mais de faire partager à un sujet, par une démarche de compagnonnage, une visée possible sur le monde qu il n avait pas jusque là. Cette approche fait valoir également que les savoirs scolaires relèvent de visées sur la réalité très particulières et qui ne vont pas de soi. Souligner ce caractère, ce n est pas relativiser leur valeur. Si l on croit que l usage de la raison est émancipateur, on maintient le projet de faire partager ces visées. Mais reconnaître que l acquisition des compétences scolaires procède d une forme d interprétation très spécifique et nullement spontanée des situations, c est reconnaître que la difficulté scolaire est à penser non comme une insuffisance de l élève, mais

7 7 comme l effet d une relation entre lui et un rapport très particulier avec la réalité. CONCLUSION certains, donner de l importance à d autres. L enseignement n est pas une action sur l élève, mais le partage d un sens. L intérêt de la notion de compétence est peut être d abord d ouvrir ce débat. L examen d énoncés de compétence fait apparaître qu il n y a rien d autre, dans l usage de cette notion, que l expression d une attente sociale, inscrite le plus souvent dans une modalité d exercice du pouvoir. La compétence énonce la performance à accomplir et, par son mutisme sur les démarches à mettre en œuvre pour y parvenir, signifie qu elles ne relèvent que de la responsabilité de l acteur. Mais dès lors qu on est à l école ou dans tout lieu dévolu à la construction et au développement de compétences, les enjeux de l usage de cette notion changent. Car il s agit alors de comprendre comment on peut être compétent, c est à dire d expliquer la répétabilité d une performance dans des situations à chaque fois singulières. Le transfert, tel qu il est conçu généralement en psychologie, repose sur l hypothèse que les données objectives d une situation puissent déclencher des mécanismes mentaux de réutilisation de démarches qui se sont révélées efficaces dans le passé. Mais ces données objectives sont elles vraiment données? Il semble plutôt que toute situation (Rey, 2011) ne prend ses caractères et sa circonscription que de l intentionnalité qui l éclaire. Plus que des mécanismes psychologiques, ce qui semble agissant dans l exercice d une compétence, c est le sens que le sujet donne aux situations, autrement dit la manière dont il les interprète et les cadre. C est ce sens qui renvoie à une intentionnalité, laquelle n est pas à concevoir nécessairement comme une fin posée d une manière explicite et consciente, mais plutôt comme une normativité, une représentation agissante du meilleur. Cette manière de poser le problème des compétences a des implications sur la manière de conduire l action éducative. Si être compétent ce n est pas être habité de mécanismes psychiques, mais partager une visée particulière sur le réel, il ne s agit plus de tenter d agir sur l élève ni de le transformer (ni même en le confrontant à des situations dont on pense qu elles vont le modifier). Il s agit plutôt de lui faire partager des modalités de cadrage des situations rencontrées : hiérarchiser les aspects de la réalité, négliger RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Levy Leboyer, C., 1996, La gestion des compétences. Paris : Les Éditions d Organisation. Rey, B., Carette, V., Defrance, A. et Kahn, S., 2003, Les compétences à l école : apprentissage et évaluation, Bruxelles : De Boeck. Rey, B., 2011, Situation et texte dans la pratique de classe, Recherches en éducation, n o 12, «Revisiter la notion de situation : une approche plurielle», Richard, J. F., 1990, Les activités mentales. Comprendre, raisonner, trouver des solutions, Paris : Armand Colin. Stroobants, M., 1994, «La visibilité des compétences» in Ropé F. et Tanguy L. (dirs), Savoirs et compétences. Paris : L Harmattan, Stroobants M., 1999, «La qualification ou comment s en débarrasser» in Dolz, J. et Ollagnier, E. L énigme de la compétence en éducation. Bruxelles : De Boeck,

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 CP Dans toutes les situations de somme et de différence (rappel : on est dans les deux cas dans le «champ additif) on demandera aux élèves de ne pas

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

> Rectorat d Orléans-Tours. Rapport de jury. Concours de recrutement SAENES Classe supérieure 2013

> Rectorat d Orléans-Tours. Rapport de jury. Concours de recrutement SAENES Classe supérieure 2013 > Rectorat d Orléans-Tours Rapport de jury Concours de recrutement SAENES Classe supérieure 2013 Organisation générale du concours Première session du concours de SAENES Classe supérieure organisé dans

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Chapitre 0 : La gestion du temps Part I

Chapitre 0 : La gestion du temps Part I Chapitre 0 : La gestion du temps Part I I. Quelques citations "Plus on dispose de temps pour faire un travail, plus ce travail prend du temps". (Parkinson) "Quand il est urgent, il est déjà trop tard".

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Année propédeutique santé Présentation générale du programme

Année propédeutique santé Présentation générale du programme Année propédeutique Sante 2014-2015 DCA/sbe révision Août 2014 Année propédeutique santé s Présentation générale du programme Introduction et finalités de l année propédeutique santés L objectif de cette

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés.

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Le Coaching 1 Qu estce que le coaching? C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Grâce à un questionnement précis,

Plus en détail

Séminaire fédéral du réseau bilingue de Russie ---- Institut français de Moscou 19-21 novembre 2014

Séminaire fédéral du réseau bilingue de Russie ---- Institut français de Moscou 19-21 novembre 2014 Séminaire fédéral du réseau bilingue de Russie ---- Institut français de Moscou 19-21 novembre 2014 Hélène Buisson Attachée de coopération pour le français Institut français de Russie 22 ème séminaire

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Sommaire des mises à jour au document : Indicateurs de rendement des mathématiques M à 9 de l Alberta

Sommaire des mises à jour au document : Indicateurs de rendement des mathématiques M à 9 de l Alberta Sommaire des mises à jour au document : Indicateurs de rendement des mathématiques M à 9 de l Alberta Ce document présente les mises à jour qui ont été faites au document d appui Indicateurs de rendement

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Les fondamentaux des Ressources Humaines

Les fondamentaux des Ressources Humaines Les fondamentaux des Ressources Humaines Référence GRH-01 JOUR 1 Les grands principes de la fonction RH Acquérir une vision globale de la gestion des ressources humaines dans l'entreprise. Maîtriser les

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Identification du module

Identification du module Identification du module Numéro de module 168 Titre Assister des processus métier au moyen d outils TIC Compétence Analyser des processus métier d un département de l entreprise et apporter un soutien

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail

L évaluation scolaire est-elle au service de l orientation?

L évaluation scolaire est-elle au service de l orientation? L évaluation scolaire est-elle au service de l orientation? Lucie Mottier Lopez, Ph.D. Université de Genève Marcelle Gingras, Ph.D. Université de Sherbrooke Les fonctions de l évaluation scolaire en Europe

Plus en détail

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie ================================== Espace Régional de Formation des Professions de Santé 14, rue du Professeur Stewart 76042 ROUEN Cedex 1 02.32.88.85.45/46 Fax : 02.32.88.83.72 Secretariat.IFCS@chu-rouen.fr

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail