Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques. Christelle Dufour, Jacques Grill"

Transcription

1 Tumeurs cérébrales et handicap : modalités de prises de décisions thérapeutiques Christelle Dufour, Jacques Grill

2 Généralités 2ème cause de cancer (23 %) 1ère cause de tumeurs solides: 430 nouveaux cas /an 1ère cause de décès par cancer 3 types de problèmes : - diagnostic - prise en charge thérapeutique - prise en charge des séquelles : - Motrices - Neurocognitives - Endocriniennes / orthopédiques - Psychologiques

3 Prise en charge thérapeutique Chimiothérapie? Chirurgie? Efficacité Toxicité Séquelle Radiothérapie?

4 Chirurgie? Facteurs pouvant influencer les séquelles à long terme: Hydrocéphalie pré-opératoire Complications postopératoires: Mutisme akinétique Syndrome cérébelleux persistant Dommage cérébelleux

5 % Chirurgie? < QI Avec mutisme Sans mutisme

6 Chirurgie?

7 Chirurgie? Traitement de l hydrocéphalie Pas de section de vermis Prudence avec les noyaux dentelés Biopsie? Exérèse? Chimiothérapie préopératoire?

8 Radiothérapie? Indication Dose volume: > 35Gy : 85% QI < 80 Age Principales indications de la RT Gliomes de bas grade (évolutif) Gliomes malins Tumeurs germinales Médulloblastomes Ependymomes Craniopharyngiomes

9 Radiothérapie? âge NVIQ change by age at diagnosis 7 years; < 7 years p = vs points/y D après Ris MD et al, JCO 2001, 19,

10 Radiothérapie? Age? FSIQ change by baseline intelligence 100; < 100 p <.01. D après Ris MD et al, JCO 2001, 19,

11 Radiothérapie?

12 Radiothérapie? Indication d une irradiation craniospinale à dose standard (36 Gy) avant l âge de 5 ans Indication d une irradiation à discuter en fonction de l âge de l enfant chez l enfant de moins de 5 ans

13 Prise en charge globale dès le diagnostic Annonce dès le diagnostic du suivi des séquelles à long terme (neurocognitives +++) Prise en charge dès le diagnostic : Bilan et évaluation neuropsychologique Prescription des différentes rééducations Suivi psychologique Suivi à long terme Suivi et orientation scolaire (CMD )

14 Prise en charge palliative : spécificités des tumeurs cérébrales Prise en charge palliative parfois dès le diagnostic : ATRT, gliome malin du tronc Durée de la prise en charge variable Prise en charge multidisciplinaire: infirmières, kinésithérapeute, psychologique

15 Ale.. 14 ans Pas d antécédent particulier. Aout 2011 : depuis 4 à 5 jours, paralysie faciale gauche et paralysie du VI gauche. Pas de céphalées, ni de vomissements Consultation aux urgences Paralysie du VI gauche - Troubles de l élocution - syndrome cérébelleux statique avec marche déviée

16 Ale.. 14 ans Biopsie le Suites opératoires simples Histologie: gliome infiltrant du tronc cérébral Inclusion dans l étude de phase I CILENT : radiothérapie du 29 aout 2011 au 12 octobre 2011: Aggravation de l état neurologique avec hémiparésie et fausses routes en cours de radiothérapie nécessitant la réaugmentation des corticoïdes et mise en place de la kinésithérapie. Amélioration. Va à l école

17 Ale.. 14 ans A la fin de la RT : stabilité clinique Hémiparésie droite prédominant au niveau de la main droite Diplopie Paralysie faciale gauche Paralysie du VI gauche Déviation de la marche Troubles de l élocution Prise en charge en kinésithérapie motrice

18 Ale.. 14 ans Progression clinique et radiologique en novembre 2011: Arrêt Cilengitide Traitement par rapamycine Stabilité clinique mais prise de poids +++ Poursuite de la scolarisation et de la prise en charge en kinésithérapie

19 Ale.. 14 ans Aggravation clinique en avril 2012 en rapport avec une progression de la maladie: Etat grabataire, paralysie faciale, dysarthrie nette, dysphonie, quelques fausses routes Mise en place d une HAD, scopolamine, TEMODAL Fin mai 2012: hospitalisation pour troubles respiratoires.

20 Ch. E. Pas d antécédent particulier Difficulté alimentaire : 6 à 7 x 50 à 70 ml/jour. S arrête de téter, boude sa tétine. Absence de prise de poids Consultation avec le pédiatre à J15 de vie : Motilium, gel de Polysilane et changement de lait

21 Ch. E. Consultation aux urgences à 1 mois de vie: Poids 3,960 Kg (-1DS) Enfant dénutri avec un pli cutané paresseux Nystagmus d allure centrale. Tonus axial et périphérique conservé

22 Ch. E. Traitement par chimiothérapie SIOP LGG Mauvaise tolérance digestive avec difficulté de prise pondérale. Mise en place NEDC. HAD. Complications infectieuses amenant à arrêter le SIOP LGG Parents épuisés Hospitalisation de répit pendant quelques jours puis en centre : VP oral

23 Ch. E. Aggravation clinique liée à une hydrocéphalie en rapport avec progression tumorale : arrêt VP16 oral Mise en place d une DVP Douleur: Corticoïdes Morphine

24 Conclusions Prise en charge multidisciplinaire Traitement pour limiter les séquelles à long terme, notamment chez le toutpetit enfant Prise en charge globale dès le diagnostic

Etude sur les séquelles des survivants à long terme de tumeur cérébrale chez l enfant en région Rhône Alpes

Etude sur les séquelles des survivants à long terme de tumeur cérébrale chez l enfant en région Rhône Alpes Etude sur les séquelles des survivants à long terme de tumeur cérébrale chez l enfant en région Rhône Alpes Céline LAGRANGE Mémoire de DES de pédiatrie 22 octobre 27 Quelques chiffres USA : 29,1 nouveaux

Plus en détail

L après cancer: le point de vue du pédiatre. Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009

L après cancer: le point de vue du pédiatre. Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009 L après cancer: le point de vue du pédiatre Christelle Dufour Institut Gustave Roussy 15 octobre 2009 30 ans après... 1940 1950 1960 1970 1980 Quelle espérance de vie? Quel état de santé? Importance de

Plus en détail

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans Jean-Jacques MAZERON Service de radiothérapie oncologique Groupe Hospitalier Pitie-Salpêtrière, Paris Les irradiations les plus fréquentes 1. Les irradiations

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Place de la chimiothérapie à haute dose en neurooncologie. Christelle DUFOUR DIUNO 7 décembre 2009

Place de la chimiothérapie à haute dose en neurooncologie. Christelle DUFOUR DIUNO 7 décembre 2009 Place de la chimiothérapie à haute dose en neurooncologie Christelle DUFOU DIUNO 7 décembre 2009 Principes généraux Notion d effet dose : Acquisition de résistance par les cellules tumorales Augmenter

Plus en détail

Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS

Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS DIU Neuro-oncologie 08/04/2011 Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS Guillaume HERBET - Neuropsychologue Service de Neurologie Hôpital Gui de Chauliac CHRU Montpellier

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique

Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique TAO CTC novembre 2015 Elika loir, interne oncologie médicale Hôpital Cochin, paris Mme M., 64 ans Antécédent Syndrome de SHARP depuis 20 ans,

Plus en détail

Les tumeurs rares. Christelle DUFOUR DIUNO 2011

Les tumeurs rares. Christelle DUFOUR DIUNO 2011 Les tumeurs rares Christelle DUFOUR DIUNO 2011 Plan Les tumeurs du plexus choroïdes Les tumeurs atypiques teratoïdes et rhabdoïdes (ATRT) Les PNET sus-tentorielles Les tumeurs du plexus choroïdes Généralités

Plus en détail

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS

RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS RADIOTHERAPIE CEREBRALE ET TROUBLES COGNITIFS Dr François DUBOIS (CHU de Lille) NEUROTOXICITE DE LA RADIOTHERAPIE CEREBRALE Initialement décrite chez l enfant traité pour leucémie aigue ou tumeurs cérébrales

Plus en détail

Glioblastome du sujet âgé: Hypofractionnement et c est tout? Delphine Antoni

Glioblastome du sujet âgé: Hypofractionnement et c est tout? Delphine Antoni Glioblastome du sujet âgé: Hypofractionnement et c est tout? Delphine Antoni Epidémiologie Gliomes: 70% des tumeurs cérébrales de l adulte Glioblastome (GBM): 50% des gliomes - Age médian au diagnostic:

Plus en détail

TUMEURS GERMINALES MALIGNES (TGM) INTRA CRANIENNES

TUMEURS GERMINALES MALIGNES (TGM) INTRA CRANIENNES TUMEURS GERMINALES MALIGNES (TGM) INTRA CRANIENNES C Patte, IGR, Villejuif QUELQUES GÉNÉRALITÉS SUR LES TGM TUMEURS GERMINALES A partir de cellules "primordiales" totipotentes Tumeurs variées avec des

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive 11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive NIORT 19 janvier 2017 2- Prise en charge nutritionnelle du patient atteint de cancer digestif tout au long de son parcours de soins Prise en charge

Plus en détail

PRONOPALL en gastro-entérologie

PRONOPALL en gastro-entérologie Approche du pronostic à court terme, des tumeurs solides métastatiques en chimiothérapie palliative,dans une unité d oncologie en C.H.G.: intérêt du score PRONOPALL en gastro-entérologie L. Vivès et M.

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE Territoires de Santé Besançon - Gray - Pontarlier. Formation des infirmiers en Oncologie - Hématologie

CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE Territoires de Santé Besançon - Gray - Pontarlier. Formation des infirmiers en Oncologie - Hématologie CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BESANCON CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE Territoires de Santé Besançon - Gray - Pontarlier Coordinateur Pr. Pierre-Simon ROHRLICH Secrétariat Mme Sofia KEROUAZ

Plus en détail

20/11/09 Benjamin, 13 ans. Fracture de l humerus en jouant au hand ball

20/11/09 Benjamin, 13 ans. Fracture de l humerus en jouant au hand ball 20/11/09 Benjamin, 13 ans Fracture de l humerus en jouant au hand ball Scanner 25/11/09 Immobilisation simple pendant 5 semaines 5 semaines plus tard Ablation du plâtre fin décembre Réapparition des douleurs

Plus en détail

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD,

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

TRAITEMENT DE SECONDE LIGNE DES GLIOBLASTOMES QUE PROPOSER EN 2009

TRAITEMENT DE SECONDE LIGNE DES GLIOBLASTOMES QUE PROPOSER EN 2009 TRAITEMENT DE SECONDE LIGNE DES GLIOBLASTOMES QUE PROPOSER EN 2009 Dr BENOUAICH-AMIEL Alexandra Neuro-Oncologue CHU Toulouse INTRODUCTION Bénéfice médiocre des chimiothérapies de seconde lignes: Taux de

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen

Présentation clinique des tumeurs cérébrales. Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Présentation clinique des tumeurs cérébrales Dr. Jean-Sébastien Guillamo Département de Neurologie CHU Caen Variabilité clinique: facteurs influençant la présentation - localisation -taille - rapidité

Plus en détail

Présentation de deux cas cliniques récents en Réanimation Pédiatrique

Présentation de deux cas cliniques récents en Réanimation Pédiatrique Présentation de deux cas cliniques récents en Réanimation Pédiatrique Donia BEN HAMADI, Karine FRANNAIS, Cécile FLUSIN, Violaine MATTIONI, Philippe SACHS Service de Hôpital Robert Debré, Paris David Donia

Plus en détail

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE GLIOBLASTOME DU SUJET AGE DR FOTSO, DR TESTA, DR MANET, DR GENGUENE, DR VASSAL, DR DUTHEL, DR HATEM, DR BENHAMOUDA, DR NJEE BUGHA, DR NUTI NEUROCHIRURGIE CHU SAINT ETIENNE introduction Malgré des progrès

Plus en détail

Gliome malin du sujet âgé. Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière

Gliome malin du sujet âgé. Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière Gliome malin du sujet âgé Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière Gliomes sujets âgés Incidence En augmentation dans les pays industrialisés (Greig,

Plus en détail

TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? SUBEPENDYMOME SURVEILLANCE

TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? SUBEPENDYMOME SURVEILLANCE TABLEAU A.1 ASPECT IRM TRES EVOCATEUR D UNE TUMEUR GLIALE DE GRADE I CONTEXTE DE NEUROFIBROMATOSE? OU TRAITEMENT HISTOLOGIE? DES SUBEPENDYMOMES - EXAMEN CLINIQUE ANNUEL - IRM CEREBRALE POST-OPERATOIRE

Plus en détail

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon CANCERS DE L ENFANT CANCERS DE L ENFANT - Maladie rare : cancer de l enfant

Plus en détail

Traitements adjuvants du médulloblastome. Christelle DUFOUR

Traitements adjuvants du médulloblastome. Christelle DUFOUR Traitements adjuvants du médulloblastome Christelle DUFOUR Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie Traitement Devenir à long terme des patients traités pour un médulloblastome IGR pédiatrie 1964-1991

Plus en détail

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique P. Chastagner, CHU Nancy Président du conseil scientifique de la Société Française du Cancer de l Enfant

Plus en détail

TUMEUR CÉRÉBRALE (MÉTASTASE CÉRÉBRALE ET GLIOBLASTOME) DU SUJET ÂGÉ: TRAITEMENT OU ABSTENTION?

TUMEUR CÉRÉBRALE (MÉTASTASE CÉRÉBRALE ET GLIOBLASTOME) DU SUJET ÂGÉ: TRAITEMENT OU ABSTENTION? Rédigé par le Docteur Nathalie Marques (Lyon) TUMEUR CÉRÉBRALE (MÉTASTASE CÉRÉBRALE ET GLIOBLASTOME) DU SUJET ÂGÉ: TRAITEMENT OU ABSTENTION? D après les communications orales de Ph. Métellus (Marseille)

Plus en détail

Tumeurs intracrâniennes

Tumeurs intracrâniennes Tumeurs intracrâniennes Diagnostic Type histologique Traitement Pr E. Jouanneau, Module 10, U.F.R. Lyon SUD Objectifs : Savoir évoquer le diagnostic Savoir prescrire les examens amenant au diagnostic Avoir

Plus en détail

Botulisme et Bioterrorisme. Jean Pierre BRU Maladies Infectieuses et Tropicales CH d'annecy

Botulisme et Bioterrorisme. Jean Pierre BRU Maladies Infectieuses et Tropicales CH d'annecy Botulisme et Bioterrorisme Jean Pierre BRU Maladies Infectieuses et Tropicales CH d'annecy Botulisme: la toxine Produite par le groupe Clostridium botulinum (baratii & butyricum) le gène de la toxine aurait

Plus en détail

Cancer du pancréas. Cancer fréquent et grave: décès/an UE Facteurs favorisants: tabac ++ Pronostic catastrophique: Comment améliorer cela???

Cancer du pancréas. Cancer fréquent et grave: décès/an UE Facteurs favorisants: tabac ++ Pronostic catastrophique: Comment améliorer cela??? Cancer du pancréas Cancer fréquent et grave: 40 000 décès/an UE Facteurs favorisants: tabac ++ Pronostic catastrophique: Survie à 5 ans: < 5 % voire < 1 % Diagnostic tardif et génie évolutif particulier

Plus en détail

Collège d ORL et De Chirurgie Cervico-faciale

Collège d ORL et De Chirurgie Cervico-faciale Collège d ORL et De Chirurgie Cervico-faciale Item 60 Déficit neurosensoriel du sujet âgé : surdité et vertiges Item 294 Altération de la fonction auditive Item 313 Epistaxis (avec le traitement) Item

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES PRISE EN CHARGE DES TUMEURS CÉRÉBRALES Dr Clotilde VERLUT ÉPIDÉMIOLOGIE Tumeurs rares Incidence augmente avec l âge Incidence augmente depuis une trentaine d année Facteurs favorisants Prédisposition familiale

Plus en détail

Les tumeurs cérébrales de l enfant

Les tumeurs cérébrales de l enfant Les tumeurs cérébrales de l enfant Prise en charge médicale des tumeurs cérébrales de l enfant : évolution récente et perspectives thérapeutiques Dr Jacques Grill, Institut Gustave-Roussy, Villejuif Les

Plus en détail

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE

CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE STEREOTAXIQUE Indications,Apport diagnostic,complications,limites DIU de neuro-oncologie 2006-2008 Seminaire caen 8 9 fevrier 2007 CHIRURGIE STEREOTAXIQUE CHIRURGIE FONCTIONNELLE: Parkinson et

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer Chimiothérapie I. Généralités Cancer = ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l organisme et multiplient indéfiniment, envahissant les tissus voisins et distants et les détruisant Trois caractéristiques

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

UE 4. Perception, système nerveux, revêtement cutané

UE 4. Perception, système nerveux, revêtement cutané UE 4 Perception, système nerveux, revêtement cutané Item n 95 Polyradiculonévrite aiguë inflammatoire (syndrome de guillain barré) diagnostiquer un syndrome de Guillain Barré identifier les situations

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire Neuro-oncologie

Diplôme Inter-Universitaire Neuro-oncologie Diplôme InterUniversitaire Neurooncologie Domaine : Sciences, Technologies, Santé Organisation : Faculté de Médecine Lieu de formation : Sur les sites des universités partenaires (Facultés de Médecine

Plus en détail

Autres modalités d hypofractionnements - BOOST INTEGRE pour les cancers du sein T1-T2 N0 M0

Autres modalités d hypofractionnements - BOOST INTEGRE pour les cancers du sein T1-T2 N0 M0 Autres modalités d hypofractionnements - BOOST INTEGRE pour les cancers du sein T1-T2 N0 M0 Congrès de la SFSPM avec le parrainage de la SFRO 16 au 18 novembre 2016 Jean-Christophe FAIVRE oncologue radiothérapeute

Plus en détail

GLIOMES DU TRONC CEREBRAL DE L ADULTE ASPECTS CHIRURGICAUX

GLIOMES DU TRONC CEREBRAL DE L ADULTE ASPECTS CHIRURGICAUX GLIOMES DU TRONC CEREBRAL DE L ADULTE ASPECTS CHIRURGICAUX «where therapies change surgical perceptions have to change» «les astrocytomes pilocytiques sont fréquents. Ils doivent être reconnus et enlevés

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Avis du 20 juin 2008 relatif aux critères d agrément des établissements pratiquant la cancérologie NOR : SJSH V

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Avis du 20 juin 2008 relatif aux critères d agrément des établissements pratiquant la cancérologie NOR : SJSH V MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation du système de soins Bureau des

Plus en détail

LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL LES TUMEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL ETUDE RETROSPECTIVE D UNE SERIE DE 900 CAS S. DERRAZ; T.EL. MADHI; B. BOUAYAD; A. EL KHAMLICHI Service de Neurochirurgie, Hôpital des Spécialités ONO. CHU. Ibn Sina

Plus en détail

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic : Nom du médecin responsable du patient dans le service

Plus en détail

PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE

PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE EPP CH SUD-GIRONDE Dr Patricia Carey - Sonia Labouyerie - DIM PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des sarcomes des tissus mous non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des sarcomes des tissus mous non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des sarcomes des tissus mous non métastatiques - janvier 2006 - Diagnostic clinique Examen clinique (standard) : anamnèse examen de la région tumorale : localisation

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Année Académique 2016-2017 (Version corrigée du : 19 octobre 2016 ) Informations de l'unité d'enseignement Implantation Parnasse-ISEI Cursus de Intitulé Spécialisation en pédiatrie et néonatalogie Soins

Plus en détail

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma

Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Gamma Knife article 8, page 1 Indications rares du traitement radiochirurgical par Gamma Knife N. Massager, D. Devriendt Centre de Radiochirurgie par Gamma Knife, U.L.B. - Hôpital Erasme Résumé A côté

Plus en détail

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Le site du Docteur François ARTUS Adresse du site : www.docvadis.fr/francois-artus Validé par le Comité Scientifique Oncologie

Plus en détail

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Généralités Epidémiologie Incidence 7800 nouveaux cas par an (1) 70-80 ans Prédominance masculine Bilan pré thérapeutique TDM TAP Echoendoscopie + biopsie si réalisable

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

GESTION PERIOPERATOIRE DU PATIENT AGE EN CANCEROLOGIE

GESTION PERIOPERATOIRE DU PATIENT AGE EN CANCEROLOGIE GESTION PERIOPERATOIRE DU PATIENT AGE EN CANCEROLOGIE Rencontres d OncoGériatrie Bourgogne Franche-Comté 24 avril 2015 Dr Nathalie LOUVIER Anesthésiste Centre Georges François Leclerc Dijon INTRODUCTION

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin

Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin Suivi du cancer du sein chez la femme jeune: qui fait quoi? C Jamin contact@afacs.fr www.afacs.fr Merci à Marc Spielmann Le plan cancer mesure 48 Développement de la coordination des soins, des réseaux,

Plus en détail

ORTHORISQ PARIS

ORTHORISQ PARIS ORTHORISQ le 15 novembre 2013 ORTHORISQ le 15 novembre 2013 Analyse des dossiers Radioscopie Sinistralité Facteurs favorisants (environnement) Causes à l origine des décisions (chirurgien) Causes à l origine

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic :. Nom du médecin responsable du patient : non encore défini L annonce

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Christine TEMPELAERE Pr Anract, Dr Babinet, Dr Biau, Dr Larousserie Samedi 18 octobre 2014 Introduction Localisation: 90% métaphyse des os longs

Plus en détail

VASCULARISATION DU CERVEAU

VASCULARISATION DU CERVEAU E. Antonello VASCULARISATION DU CERVEAU Polygone de Willis 1. a. carotide interne 2. a. hypophysaires 3. a. cérébrale moyenne 4. a. cérébrale antérieure Branches carotidiennes (profil) 1. a. carotide

Plus en détail

r rentiels Oncolor Neuro - Oncologie 2010 K. HASSANI Groupe qualité 16/11/2010

r rentiels Oncolor Neuro - Oncologie 2010 K. HASSANI Groupe qualité 16/11/2010 Mise à jour référentiels r rentiels Oncolor Neuro - Oncologie 2010 K. HASSANI Groupe qualité 16/11/2010 Groupe NENO Association loi 1901 : Nord Est Neuro Oncologie Collaborations inter-centres (NE + Amiens)

Plus en détail

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Les Cancers Secondaires Radio-induits Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Radiothérapie Traitement local des tumeurs malignes +++ Traitement prophylactique des récidives à distance

Plus en détail

Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES

Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES Regimbeau JM Service de chirurgie digestive et Oncologique CHU Amiens Nord, université de Picardie Amiens

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 ATELIER DE SOINS PALLIATIFS Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» - statuts déposés en 2009 Président : M. Yves

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon. Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon du sujet âgé Pascale Rivera 12 avril 2011 Réunion Régionale Oncogériatrie Chimiothérapie adjuvante Cancer du colon RECOMMANDATIONS : pour les stades III : FOLFOX

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L'APLASIE FÉBRILE. Christelle DUFOUR Département de pédiatrie Institut Gustave Roussy DIUOP

PRISE EN CHARGE DE L'APLASIE FÉBRILE. Christelle DUFOUR Département de pédiatrie Institut Gustave Roussy DIUOP PRISE EN CHARGE DE L'APLASIE FÉBRILE Christelle DUFOUR Département de pédiatrie Institut Gustave Roussy DIUOP 2014-2015 APLASIE FÉBRILE Complication grave à la chimiothérapie Morbidité Infection documentée

Plus en détail

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON

Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans. Jean-Jacques MAZERON Radiothérapie des tumeurs cérébrales après 75 ans Jean-Jacques MAZERON Service de radiothérapie oncologique Groupe Hospitalier Pitie-Salpêtrière, Paris Les radiothérapies classiques Les irradiations de

Plus en détail

Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous

Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous Les sarcomes cutanés Quelle est la proportion malin/bénin? Quelle est la conduite à tenir face à une tumeur superficielle?

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées Sarcome des tissus mous de l adulte Dr. Richard Aziza Radiologue Institut Claudius Regaud, Toulouse Dr. Christine Chevreau Oncologue Institut Claudius Regaud,

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

L UTILISATION DES ATTELLES A MAT LATERAL DANS LA PREVENTION DES DEFORMATIONS DU PIED DANS LE PLAN FRONTAL CHEZ L ENFANT: A PROPOS DE 103 CAS

L UTILISATION DES ATTELLES A MAT LATERAL DANS LA PREVENTION DES DEFORMATIONS DU PIED DANS LE PLAN FRONTAL CHEZ L ENFANT: A PROPOS DE 103 CAS L UTILISATION DES ATTELLES A MAT LATERAL DANS LA PREVENTION DES DEFORMATIONS DU PIED DANS LE PLAN FRONTAL CHEZ L ENFANT: A PROPOS DE 103 CAS DELVERT Céline DES de pédiatrie 08/10/2010 Directeurs du mémoire:

Plus en détail

Douleurs et cancer. Cas clinique

Douleurs et cancer. Cas clinique Douleurs et cancer Cas clinique Un patient de 54 ans vous consulte pour toux persistante A l interrogatoire, vous retrouvez un tabagisme actif à 40PA, une perte de poids de 5 kilos en trois semaines, une

Plus en détail

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu

Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu Les choses ne sont jamais ce qu elles paraissent... Christian Dimitriu cas 1 patiente de 39 ans, femme au foyer origine africaine depuis 3 semaines une hémiparésie droite d aggravation progressive au moment

Plus en détail

Dr Gilbert Simonin CHU Timone-EnfantsMarseille

Dr Gilbert Simonin CHU Timone-EnfantsMarseille Dr Gilbert Simonin CHU Timone-EnfantsMarseille Craniopharyngiome chez l enfant Croissance Journée DEPHY 3 Décembre 2016 1 Fréquence Tumeur épithéliale bénigne d origine embryonnaire Incidence: 0,5-2 /

Plus en détail

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique Trajectoire et profil patient pour le SSR à orientation oncogériatrique Francine AUBEN UCOG PACA-Est Pole de gérontologie-chu Nice Monaco Age Oncologie 19-20 mars 2015 L'ÉVALUATION ONCOGÉRIATRIQUE Indiquée

Plus en détail

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric Diagnostic et traitement des cancer du poumon Dr Fiteni Frédéric Données essentielles en France métropolitaine Nombre de nouveaux cas estimés de cancer du poumon en 2012 = 39 495 (28 211 hommes et 11 284

Plus en détail

Sémiologie et examen clinique du rachis. Dr G.BRANDS MEDECINE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHC Liège

Sémiologie et examen clinique du rachis. Dr G.BRANDS MEDECINE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHC Liège Sémiologie et examen clinique du rachis Dr G.BRANDS MEDECINE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHC Liège Anatomie de la colonne vertébrale Axe central du corps Joue plusieurs rôles -support -mouvement du tronc

Plus en détail

REFERENTIEL DES SARCOMES DES TISSUS MOUS

REFERENTIEL DES SARCOMES DES TISSUS MOUS REFERENTIEL DES SARCOMES DES TISSUS MOUS Médecins responsables : Dr LEBRUN-LY, Dr FIORENZA, Dr WEINBRECK Membres du groupe de travail : Dr BOUVIER Stéphane Chirurgien digestif (CHU de Limoges chirurgie

Plus en détail

Parcours des tumeurs intracrâniennes de l enfant

Parcours des tumeurs intracrâniennes de l enfant Parcours des tumeurs intracrâniennes de l enfant Laurent RIFFAUD Neurochirurgie Epidémiologie 25 cas nouveaux par million d enfants Pic entre 4 et 8 ans Nourrisson = 10% Garçon = fille Tumeurs solides

Plus en détail

Tolérance des thérapies ciblées orales

Tolérance des thérapies ciblées orales Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Tolérance des thérapies ciblées orales Cas cliniques Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU Oncauvergnales le 20 septembre

Plus en détail

«Le syndrome X fragile 22 ans plus tard et Cap sur les Neurosciences et qualité de vie» Prise en charge : avancées et difficultés

«Le syndrome X fragile 22 ans plus tard et Cap sur les Neurosciences et qualité de vie» Prise en charge : avancées et difficultés «Le syndrome X fragile 22 ans plus tard et Cap sur les Neurosciences et qualité de vie» Prise en charge : avancées et difficultés Conseils après le diagnostic Suivi thérapeutique, coordination des thérapies

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES AVC Audit de pratiques : Prévention des complications (ACC5 AVCprév) Préambule

PRISE EN CHARGE DES AVC Audit de pratiques : Prévention des complications (ACC5 AVCprév) Préambule Audit de pratiques : Prévention des complications (ACC5 AVCprév) Préambule Ce document est issu des audits cliniques réalisés en 2005 lors de l élaboration des référentiels : «prise en charge hospitalière

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Expérience du service Pr.S.Ghomari-Bezzar Dr.H.Aris Introduction : Le cancer

Plus en détail

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour!

Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! Traitement adjuvant des cancers du rectum : cette maison est pour! et n a pas de conflits d intérêt Pr Thierry CONROY Chimiothérapie adjuvante des cancers du rectum : le point de la situation Cancers du

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail