Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?"

Transcription

1 Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Catherine Marty Service de neuro-orthopédie, hôpital Raymond-Poincaré, 104, boulevard Raymond-Poincaré, Garches, France Accepté le 9 septembre 2003 Mots clés : Scoliose ; Examen clinique Keywords: Scoliosis; Physical examination L interrogatoire permet de recueillir les impressions du patient sur le trouble de la statique. Il se plaint de «se déformer, de se tasser, de perdre de la taille, d avoir une hanche qui sort, d être déséquilibré et de pencher en avant ou sur le côté, d avoir les côtes qui entrent dans le bassin, d avoir des difficultés d habillement». Chez l enfant et l adolescent, ce sont souvent les parents qui remarquent la déformation du tronc «il se tient mal» et le diagnostic est souvent fait tard car hélas en France, il n existe plus de dépistage systématique et il y a un manque de formation des médecins. 1. Examen clinique L examen clinique doit être précis et suivre un protocole bien établi à la fois pour le diagnostic et pour le suivi de l évolution. Ainsi, cet examen doit être chiffré et avoir une bonne reproductibilité. L examen est fait dans les trois plans de l espace, la scoliose étant une déformation tridimensionnelle. L inspection du patient permet de noter l équilibre du tronc dans le plan frontal (gîte) (Fig. 1) et dans le plan sagittal. On décrit différents types de profil : normal, inversion des courbures, hypercyphose dorsale avec hyperlordose lombaire, cyphose à sommet dorsal bas ou dorsolombaire, insuffisance de courbures avec dos creux et dos plat (Fig. 2). On note l équilibre des épaules, la position des membres inférieurs en position debout, l alignement du cou, l asymétrie du pli de taille, éventuellement les gibbosités. Il est utile si possible de faire une photographie de face et de profil du sujet dans son ensemble. Fig. 1. Gîte du tronc, asymétrie des épaules, asymétrie du pli de taille. Fig. 2. Différents types de profil (Stagnara).

2 1.1. Examen dans le plan frontal L équilibre du rachis est évalué grâce à un fil à plomb tendu de l apophyse de C7 et une règle permettant de mesurer la distance entre le fil à plomb et le pli fessier (Fig. 3). On note l équilibre des épaules vu de face et vu de dos car il peut exister un enroulement d une ou deux épaules. On note la symétrie des flancs. L examen du bassin se fait dans plusieurs positions : debout, assis et en décubitus ventral en bout de table, les jambes pendantes. Debout, on note l équilibre du bassin vu de face et vu de dos (épines iliaques antérosupérieures et crêtes iliaques) (Fig. 4). On peut alors différencier un déséquilibre frontal du bassin d une rotation du bassin. On note également une déviation du pli fessier, ce qui se voit dans les scolioses se poursuivant ou ayant leur origine dans le bassin. En cas de déséquilibre du bassin il faut différencier un bassin oblique de cause basse, haute ou mixte (Fig. 5). En cas de bassin oblique de cause basse (inégalité des membres inférieurs, rétractions asymétriques des muscles de la ceinture pelvienne) ou en cas de rotation du bassin, le bassin se rééquilibre en décubitus ventral en bout de table avec les jambes pendantes. Un bassin qui reste déséquilibré en décubitus ventral en bout de table est un bassin oblique de cause haute comme on peut le voir dans une scoliose lombaire avec fermeture d un flanc. Il n est alors pas justifié de mettre une talonnette (de même dans les rotations du bassin). Fig. 3. Équilibre frontal, vu de dos : mesure du déséquilibre frontal = distance entre le fil à plomb mené de C7 et le pli fessier, visualisation des courbures scoliotiques.

3 Fig. 4. Équilibre frontal du bassin vu de dos : crêtes iliaques et épines iliaques postéro-inférieures. Fig. 5. Bassin oblique (dans les 3 plans de l espace) de cause mixte Examen dans le plan sagittal On le mesure grâce à un fil à plomb et un goniomètre. On place le fil à plomb en regard de C7. On note les points de tangence et les différentes flèches sagittales. En cas de profil normal, le fil à plomb est tangent en D6 environ et en S1 : il existe une flèche cervicale (environ 3 cm) et en L3 (environ 3 cm ) (Fig. 6). En cas de dos creux, on a une flèche dorsale (Fig. 7). En cas d inversion des courbures c est-à-dire lordose lombaire courte puis cyphose dorsolombaire puis lordose thoracique, il y a un point de tangence plus bas en dorsal bas ou en dorsolombaire et une flèche thoracique haute. En cas d augmentation des courbures rachidiennes avec hypercyphose dorsale et hyperlordose lombaire, il existe une augmentation de la flèche cervicale et de la flèche lombaire et éventuellement une flèche sacrée (Fig. 8). En cas de cyphose dorsolombaire globale, il existe une augmentation de la flèche cervicale, parfois une flèche dorsale haute, un point de tangence variable (Fig. 9). On note la version du bassin (antéou rétroversion), l alignement des membres inférieurs : hyperextension des hanches ou flessum des hanches, flessum des genoux. Le sujet âgé pour se rééquilibrer essaie de compenser en accentuant sa lordose lombaire : mais en raison de la diminution de la capacité lordosante lombaire avec le vieillissement et en raison de la diminution du nombre de vertèbres dans la lordose, il va rétroverser son bassin, étendre les hanches. Au maximum, lorsque la capacité d extension maximum des hanches est atteinte, le patient fléchit les genoux Fig. 6. Équilibre sagittal normal :mesure avec un fil à plomb (Figs. 9 et 12). La marche peut se faire aussi avec les bras en arrière et une règle des flèches cervicale et lombaire. Points de du tronc pour se rééquilibrer. tangence en dorsal moyen et en S1. Fig. 7. Scoliose dorsale dominante avec un dos creux : flèches cervicale, dorsale et lombaire (lordose étendue sur neuf vertèbres et insuffisance de cyphose dorsale). Fig. 8. Maladie de Scheuermann : augmentation des courbures sagittales, hypercyphose dorsale et hyperlordose lombaire compensatrice flèche sacrée et augmentation des flèches cervicale et lombaire.

4 Fig. 9. Scoliose lombaire (syndrome extrapyramidal) : déséquilibres latéral et antérieur (cyphose dorsolombaire globale) et flessum des genoux Examen dans le plan horizontal On examine le sujet soit debout avec un bassin équilibré en le faisant penché en avant, ou assis en se penchant en avant, ce qui élimine les causes basses de déséquilibre du bassin (Fig. 10). On note la topographie des gibbosités et leur nombre. L existence d une gibbosité permet de différencier la scoliose structurée d une attitude scoliotique. Les gibbosités dorsale supérieure et lombosacrée sont parfois difficiles à détecter et à mesurer. La scoliose peut être : soit courbure unique (dorsale, dorsolombaire, lombaire), scoliose souvent déséquilibrante et inesthétique soit scoliose à double courbure (double dorsale, dorsale et lombaire, dorsale et dorsolombaire) souvent détectée tard car peu visible car une courbure est compensée par l autre, dorsolombaire et lombosacrée (lombaire s étendant jusqu au sacrum), soit triple courbure (double dorsale et lombaire). On mesure les gibbosités en mesurant la dénivellation. (Fig. 11). Fig. 10. Gibbosités dorsale droite et lombaire gauche visibles en position penchée en avant.

5 Fig. 11. Mesure de la gibbosité = mesure de la dénivellation Réductibilité de la déformation On l apprécie cliniquement. On essaie de corriger la gîte frontale. De profil, on essaie de corriger l hypercyphose dorsale et de là l hyperlordose lombaire. S il existe une diminution de la lordose ou une cyphose dorsolombaire, on essaie de relordoser le rachis lombaire. En cas de dos creux, on essaie de cyphoser le rachis dorsal. Au total, on essaie de rétablir l équilibre sagittal, c est-à-dire de projeter le centre de gravité du tronc en arrière des têtes fémorales. On apprécie l effondrement du tronc en demandant au patient de s autograndir (Fig. 12). On apprécie la souplesse des gibbosités. On compare la taille couchée à la taille debout. On essaie de corriger le bassin oblique de cause haute en appréciant la possibilité d étirement du flanc fermé en décubitus ventral en bout de table. Fig. 12. Exemple de réductibilité chez une femme avec effondrement antérieur du tronc (scoliose). Elle se relordose en lombaire et projette ses bras en arrière Examen des ceintures

6 Les muscles des ceintures et les coxo-fémorales retentissent sur le bassin et de là sur le rachis. Ainsi, on apprécie la souplesse des fléchisseurs de hanche (Fig. 13), des ischiojambiers (Fig. 14), des pectoraux et on apprécie la mobilité des hanches. Un défaut d extension des hanches soit de cause musculaire (raideur des fléchisseurs de hanche) soit de cause articulaire (coxarthrose) entraîne une antéversion du bassin et de là une hyperlordose lombaire (Fig. 15). Mais en cas d enraidissement du rachis lombaire avec le vieillissement, le flessum des hanches entraîne un déséquilibre antérieur. À noter que les sujets qui ont une incidence faible seront plus facilement déséquilibrables. La raideur des muscles ischiojambiers a tendance à entraîner une rétroversion du bassin et un effacement de la lordose lombaire. La rétraction des pectoraux entraîne un enroulement des épaules, une saillie des omoplates. Cette rétraction est souvent associée à une hypercyphose dorsale. Fig. 13. Mesure de l extensibilité des fléchisseurs de hanche. Fig. 14. Mesure angulaire de l extensibilité des muscles ischiojambiers. Fig. 15. Exemple de rétraction des fléchisseurs de hanche (chez un myopathe) : hyperlordose lombaire et antéversion du bassin qui disparaissent après ténotomie des fléchisseurs Examen neurologique complet L examen neurologique est indispensable car le trouble de la statique rachidienne peut être secondaire à une maladie neurologique déjà connue ou qui sera découverte devant un trouble de la statique. On fera un testing musculaire y compris les spinaux. Chez l adulte, on peut découvrir tardivement une myopathie par exemple une myopathie fascioscapulohumérale (testing musculaire, EMG, dosages enzymes musculaires et au moindre doute biopsie musculaire et étude génétique). L abolition des réflexes cutané-abdominaux fait craindre une pathologie médullaire en particulier une syringomyélie associée à une scoliose. L IRM en fera le diagnostic. Il peut exister des séquelles de polyomyélite antérieur aiguë connue ou non. On cherche un syndrome extrapyramidal : maladie de Parkinson surtout dans sa forme akinétique et hypertonique ou autre syndrome extrapyramidal avec trouble de la statique. Les traitements par neuroleptiques peuvent aussi être responsables de troubles de la statique Examen général La mesure de la taille est indispensable chez l enfant et l adulte pour suivre la croissance et l évolution. La perte de taille est signe d aggravation d une scoliose ou d une cyphose. On cherche une hyperlaxité souvent associée au trouble de la statique. On cherche des signes d hypothyroïdie qui entraîne une perte musculaire. Un amaigrissement important chez le sujet âgé peut décompenser un trouble de la statique. Les signes pubertaires notés selon la classification internationale de Tanner (seins, testicules, pilosité) permettent d apprécier le risque évolutif. La ménopause semble être un facteur favorisant d évolution de la scoliose. On interroge la patiente sur la prise d un traitement hormonal substitutif. Certains métiers peuvent favoriser un trouble de la statique, métiers avec attitude penchée en avant. On recherche les antécédents familiaux (scoliose, cyphose et en particulier, celle secondaire à une maladie de Scheuermann), les antécédents personnels de chirurgie abdominale et lombaire. La spirométrie est nécessaire dans les formes touchant le rachis dorsal pour apprécier la capacité vitale, suivre l évolution chez l enfant avec la croissance et chez l adulte même en l absence d aggravation radiologique de la courbure dorsale. Il peut être nécessaire de faire des explorations fonctionnelles respiratoires plus complètes et des gaz du sang. 2. Examen radiologique Les radiographies permettant une analyse précise de la statique rachidienne sont des radiographies du rachis en entier (30 90 cm) de face et de profil du tragus aux têtes fémorales (qui doivent être visibles) avec les bras posés en avant à l horizontale (Fig. 16). Lors de la

7 première consultation pour scoliose, on fait une radiographie de face couchée pour juger la réductibilité et l effondrement. De plus, chez l enfant en cas de scoliose à petit angle, le diagnostic de l évolutivité se fait de préférence sur des radiographies en position couchée car les fluctuations de mesure sont minimisées. Pour une cyphose, le bilan initial comprend : une face debout et un profil debout et couché éventuellement avec un billot placé sous le sommet de la cyphose pour apprécier la réductibilité. Les radiographies faites pour suivre l évolution sont de type et de périodicité variables selon la pathologie et l âge. On peut apprécier également la réductibilité par des clichés en traction couché ou en suspension (Fig. 17). Les autres examens radiologiques pouvant être utiles sont le scanner avec reconstruction hélicoïdale, l IRM, la saccoradiculographie. Fig. 16. Radiographies du rachis en entier (Full-Spine) d une scoliose double majeure, face et profil debout : mesure des courbures (angle de Cobb). Fig. 17. Mesure radiologique de la réductibilité de la déformation : différence entre la radiographie couchée et debout La radiographie de face Sur la radiographie de face, on détermine : la topographie de la scoliose : nombre de courbures, vertèbres limites de chaque courbure et vertèbre sommet, siège de la rotation maximum (Figs. 18 et 20) ; l équilibre frontal ; l aspect des vertèbres, ce qui nécessite des clichés électifs (scoliose par anomalie vertébrale congénitale, lésions arthrosiques, tassement vertébral, lésions de Scheuermann) ; l existence ou non de dislocations (perte de l alignement de deux vertèbres sur la radiographie de face). On détermine si la dislocation est ouverte (disque ouvert du côté où il est le plus bas) ou fermée (disque fermé du côté où il est le plus bas) [1] (Fig. 19) ; l évolution : angle de Cobb de chaque courbure mesuré sur les vertèbres les plus inclinées sur l horizontal (Figs. 16 et 20) et rotation mesurée par la méthode de Perdriolle ou de Nasch. Étant donné les fluctuations de mesure (pouvant aller jusqu à 7 à 10 sur une radiographie debout et 4 sur une radiographie couchée), il est conseillé de faire un diagramme d évolution avec l âge en abscisse et l angle de Cobb en ordonnée ce qui permet de diminuer les fluctuations de mesure et de poser un diagnostic certain d évolutivité (Fig. 21). Fig. 18. Quelques exemples de différents types de scoliose. Il existe aussi des triples courbures. Fig. 19. Scoliose lombaire avec dislocations : dislocation ouverte L3 L4 et fermée L1 L2.

8 Fig. 20. Mesure de chaque courbure sur les vertèbres les plus obliques sur l horizontale (angle de Cobb α). Fig. 21. Diagramme d évolution d une scoliose de l adulte : âge en année en abscisse et angle de Cobb de chaque courbure en ordonnée La radiographie de profil Sur la radiographie de profil, on mesure les différents paramètres : (Fig. 22) [2,3] (voir article «composante sagittale de la statique rachidienne») : la pente sacrée : angle formé par le plateau sacré et l horizontale ; la lordose lombaire : angle formé par le plateau sacré et la vertèbre la plus inclinée sur l horizontale ; le nombre de vertèbres incluses dans la lordose lombaire ; la cyphose entre les vertèbres les plus inclinées sur l horizontale ; l incidence pelvienne : angle formé par la perpendiculaire au plateau sacré en son milieu et la droite joignant le milieu du plateau sacré au milieu de l axe bicoxofémoral ; la version pelvienne. La reconstruction tridimensionnelle de la scoliose et les différents paramètres cités ci-dessus peuvent être obtenus à partir des radiographies de face et de profil grâce au logiciel de J. Hecquet [2,3]. On peut accéder à d autres paramètres : gîte sagittale de T9, gîte lombaire. On note s il existe un spondylolisthésis, des lésions de Scheuermann, des tassements vertébraux. Fig. 22. Mesure des paramètres de profil, exemple d une hypercyphose dorsale par tassements ostéoporotiques, lordose lombaire insuffisante, rétroversion pelvienne, augmentation de la version pelvienne L âge osseux

9 On apprécie l âge osseux chez l enfant et l adolescent par les radiographies de la main gauche et du coude permettant de chiffrer l âge osseux selon la méthode de Greulich. Le signe de Risser est chiffré sur la radiographie des crêtes iliaques couché ou sur la radiographie du rachis en entier (Fig. 23). On apprécie la maturation des vertèbres en fonction de leur forme et des listels marginaux. Fig. 23. Mesure du Risser : Risser 3 (stade d ossification des crêtes iliaques). 3. Quelques exemples en pratique clinique En pratique clinique, pour apprécier rapidement et globalement l équilibre sagittal, on place sur la radiographie du rachis en entier de profil, le fil à plomb à environ 3 cm en avant du centre de T9, il doit passer en arrière de têtes fémorales. On s aide du tableau de corrélations pour analyser le trouble de la statique et pour en trouver la cause (Fig. 24). Ainsi, différents exemples : hyperlordose lombaire avec hypercyphose dorsale avec pente sacrée augmentée par rapport à l incidence et diminution voir même version pelvienne négative : rechercher une perte d extension de hanche par exemple une rétraction des fléchisseurs de hanche (Fig. 25) ; hypercyphose dorsale et hyperlordose lombaire avec pente sacrée corrélée à l incidence : l origine est l hypercyphose dorsale qui entraîne une hyperlordose lombaire (Fig. 26) ; hypercyphose dorsale par tassements ostéoporotiques mal compensée par la lordose lombaire et rétroversion pelvienne (Figs. 22 et 26) ; scoliose lombaire évolutive de l adulte avec dislocation : il existe une diminution de la lordose lombaire avec diminution du nombre de vertèbres dans la lordose et parfois cyphose lombaire (Fig. 27) ; différents types de profil décrits par Itoi chez les ostéoporotiques [4] (Fig. 28). Fig. 24. Tableau des corrélations entre les paramètres pelviens et les paramètres rachidiens.

10 Fig. 25. (à droite) Exemple d hyperlordose lombaire de cause indéterminée et (à gauche). Exemple d une hyperlordose par rétraction des fléchisseurs de hanche chez un myopathe FSH avec incidence pelvienne très faible. Fig. 26. Exemples d hypercyphose thoracique : à gauche tassements ostéoporotiques, à droite maladie de Scheuermann. Fig. 27. Scoliose lombaire avec dislocations étagées et cyphose lombaire, rétroversion pelvienne. Fig. 28. Différents types de profil du rachis chez l ostéoporotique d après Itoi (Spine, 1991, 16, 7, ). 4. Évolution du trouble de la statique L évaluation précise de l évolutivité d un trouble de la statique et de sa vitesse se fait grâce à la surveillance clinique et les différentes mesures chiffrées, grâce à l évolution de la taille et à la surveillance radiologique, diagramme évolutif, mesure des radiographies anciennes (Fig. 21). 5. Conclusion L examen de la statique rachidienne doit être systématique lors de tout examen du rachis d un enfant ou d un adulte. Avec le vieillissement de la population, les troubles de la statique augmentent. Chez l enfant comme chez l adulte, le diagnostic doit être fait précocement afin d éviter une évolution sévère qui nécessitera un traitement plus difficile voire même impossible. Références [1] Tassin JL, Defive Th, Despres E, Guillaumat M. Dislocations arthrosiques des scolioses lombaires adultes, scoliose lombaire idiopathique de l adulte sous la direction de Biot et Simon, 46. Masson Éditeur; [2] Duval-Beaupère G, Schmitt C, Cosson Ph. A barycentremetric study of the sagittal shape of spine and pelvis. Ann Biomed Engineer 1992;20: [3] Legaye J, Duval-Beaupère G, Hecquet J, Marty C. Pelvic Incidence: a fundamental pelvic parameter for three dimensionnal regulation of spinal sagittal curves. Eur Spine J 1998;7:

11 [4] Itoi E. Roentgenographic analysis of posture in spinal osteoporotics. Spine 1991;16: SFR - C. Marty / Revue du Rhumatisme 71 (2004)

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS

NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS. Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS Exercices pratiques pour diminuer le mal de dos OS ET ARTICULATIONS Le mal de dos s améliore en bougeant Ce que vous devez savoir En général, le mal de dos n est pas causé par

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ]

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ] DÉFINITION : La scoliose est caractérisée par une déviation latérale ou transversale du rachis. On en distingue cinq types : congénitale, neuropathologique, antalgique ou cicatricielle, malpositionnement

Plus en détail

Atteintes vertébrales : troubles statiques

Atteintes vertébrales : troubles statiques Le 9/12/2013 LAVIER Clémence D1 Appareil locomoteur Professeur P. Tropiano Relecteur 7 14 pages Atteintes vertébrales : troubles statiques Plan A. Généralités B. Troubles statiques dans le plan sagittal

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Orthèse lombaire et abdominale

Orthèse lombaire et abdominale Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Analyse biomécanique du mouvement

Analyse biomécanique du mouvement Analyse biomécanique du mouvement Introduction Les 4 mouvements qui seront étudiés dans cette section 1. Squat 2. Développé couché 3. Rameur tronc penché 4. Planche abdominale Squat arrière Squat Technique

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

LES ABDOMINAUX. Le grand droit. Le grand droit: partie haute et basse. Exercices proposés. schémas. Les différents muscles et leurs actions

LES ABDOMINAUX. Le grand droit. Le grand droit: partie haute et basse. Exercices proposés. schémas. Les différents muscles et leurs actions LES ABDOMINAUX schémas Le grand droit: partie haute et basse Le grand droit A. Crunch Origine du muscle : 5, 6, 7e côtes et apophyse xiphoïde jusqu à l épine pubis. Action: abaisseur des côtes, fléchisseurs

Plus en détail

L essentiel en 7 points

L essentiel en 7 points SUIVI D UN NOURRISSON, D UN ENFANT ET D UN ADOLESCENT NORMAL. DEPISTAGE DES ANOMALIES ORTHOPEDIQUES Question ECN n 44 Dr Manon BACHY Service de Chirurgie Orthopédique et Réparatrice de l Enfant Hôpital

Plus en détail

Etirements du sportif

Etirements du sportif Etirements du sportif Principales chaînes musculaires SP01 Un corps pour comprendre et apprendre Anne Le Rouzic Les exercices qui vont suivre nécessitent un échauffement musculaire préalable. Les étirements

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Protocole pour l évaluation des patients inclus dans l'étude

Protocole pour l évaluation des patients inclus dans l'étude LA SCOLIOSE DANS LE SYNDROME D ANGELMAN DIAGNOSTIC, TRAITEMENT ET SUIVI GUIDE PRATIQUE Ecrit par: Dr Anita Nogarol (Médecine de rééducation fonctionnelle); Michela Santin (Kinésithérapeute); Dr Giovanna

Plus en détail

TRAVAIL SUR L ATTITUDE MORPHO- STATIQUE CHEZ UN ADOLESCENT DE 14 ANS

TRAVAIL SUR L ATTITUDE MORPHO- STATIQUE CHEZ UN ADOLESCENT DE 14 ANS MEMOIRE DE FIN DE FORMATION A LA METHODE MEZIERES TRAVAIL SUR L ATTITUDE MORPHO- STATIQUE CHEZ UN ADOLESCENT DE 14 ANS AMIK PROMOTION 2010-2012. SOPHIE DAUDIN 1 2 SOMMAIRE : I. INTRODUCTION p.4 II. PRESENTATION

Plus en détail

Scoliose idiopathique de l adulte

Scoliose idiopathique de l adulte Encyclopédie Médico-Chirurgicale 15-876-A-10 Scoliose idiopathique de l adulte JM Vital B Biot F Vadier F Diard JP Claverie Résumé. À l âge adulte, on peut observer des scolioses idiopathiques (ou mieux

Plus en détail

Objectifs de prévention et de prise en charge orthopédiques, indications des appareillages chez l enfant porteur d un d

Objectifs de prévention et de prise en charge orthopédiques, indications des appareillages chez l enfant porteur d un d Objectifs de prévention et de prise en charge orthopédiques, indications des appareillages chez l enfant porteur d un d polyhandicap. 04/06/09 AMPAN-AFA. Dr Chantal Tessiot Angers. Classiquement, l -fonctionnelle,

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE La colonne vertébrale présente des courbures normales (physiologiques) : lordoses et cyphoses qu'il convient de différencier de courbures pathologiques (cyphose accentuée,

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE Pascal Canciani, Philippe Couture, Pierre Grenet Novembre 2006 DEMI SQUAT ET SQUAT 1. Demi squat et squat complet bras tendus 1. Position de départ 2.

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Fille 14 ans Asymétrie de la taille

Fille 14 ans Asymétrie de la taille Fille 14 ans Asymétrie de la taille? Fille 16 ans Sportivede haut niveau Asymétrie des épaules? Jeune fille 17 ans Dos vouté? Garçon 12 ans Cartable trop lourd?? TROUBLES STATIQUES DU RACHIS DE L ENFANT

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Exercices de mise en forme avec ballon

Exercices de mise en forme avec ballon Exercices de mise en forme avec ballon 1 Contenu de la présentation 1. 1. Avantages de de l entraînement nement avec ballon 2. 2. Qu est-ce que le le «core training»? 3. Choix du ballon et précautions

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

l avant, puis vers l arrière.

l avant, puis vers l arrière. Faire 10 répétitions de chaque mouvement Demi-cercle avec la tête Ne pas aller vers l arrière. Rotation des épaules Faites des rotations vers l avant, puis vers l arrière. Rotation du bassin Placez vos

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

Attention les articulations Fitness pour les sédentaires. Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band

Attention les articulations Fitness pour les sédentaires. Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band Attention les articulations Fitness pour les sédentaires Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Case postale 6002 Lucerne

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Traitement pour le soulagement des maux de dos

Traitement pour le soulagement des maux de dos Traitement pour le soulagement des maux de dos La Clinique SpineCor a été mise sur pied pour offrir le meilleur traitement Spine- Cor qui soit aux patients atteints de difformité spinale (scoliose, hypercyphose).

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ECOLE%D EDUCATION%PHYSIQUE%ET%DE%SPORT% FITNESS%&%AEROBIC% GENEVE%:%2008%

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ECOLE%D EDUCATION%PHYSIQUE%ET%DE%SPORT% FITNESS%&%AEROBIC% GENEVE%:%2008% ECOLE%D EDUCATION%PHYSIQUE%ET%DE%SPORT% FITNESS%&%AEROBIC% GENEVE%:%2008% % FITNESS 2 AEROBIC & POSTURE Il est intéressant de travailler en musique lorsque l on fait des exercices de renforcement musculaire

Plus en détail

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien CRF Bretegnier Centre de Réadaptation Fonctionnelle - Héricourt Apprendre à vivre avec son dos au quotidien Ce livret est destiné aux personnes souhaitant prendre soin de leur dos. CRF Bretegnier 14 rue

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

Rachis, Équilibre du Bassin et Pelvi-Périnéologie

Rachis, Équilibre du Bassin et Pelvi-Périnéologie B Parratte C Boulay J Bévalot - R Ramanah Service de Médecine Physique et de Réadaptation Laboratoire d Anatomie CHU Université Franche Comté 25000 Besançon Incontinence Urinaire d Effort réel problème

Plus en détail

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT PACOUIL Christophe1 Option culturisme 2012-2013 ANALYSE DU MOUVEMENT 1. Nous étudions les articulations concernées 2. Nous analysons la mécanique 3. Nous cherchons les muscles sollicités au plan moteur,

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

SOMMAIRE. Numéro Spécial : Médecine Orthopédique. Revue interne de la S.I.R.E.R. 2005-2006 N spécial. Siège social : Clinique du Parc

SOMMAIRE. Numéro Spécial : Médecine Orthopédique. Revue interne de la S.I.R.E.R. 2005-2006 N spécial. Siège social : Clinique du Parc EUROPEAN SPINAL RESONANCES Revue interne de la S.I.R.E.R. 2005-2006 N spécial SOMMAIRE 1. Spondylolisthésis. Traitement Orthopédique Conservateur Jean Claude de Mauroy....... 2 2. Scoliose lombaire dégénérative

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

La musculation en période hivernaleeeee

La musculation en période hivernaleeeee Centre de formation CR4C Roanne Flash performance n 2 (entraînement, biomécanique, nutrition, récupération ) Réalisé par Raphaël LECA & Jean-Charles ROMAGNY www.culturestaps.com La musculation en période

Plus en détail

Rééducation de la spondylarthrite ankylosante.

Rééducation de la spondylarthrite ankylosante. Rééducation de la spondylarthrite ankylosante. Aspects pratiques F. Michel*; B. Parratte**; E. Toussirot* ; D. Wendling* *Service de Rhumatologie, CHU J. Minjoz, 25030 Besançon **Service Explorations Fonctionnelles

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

Renforcer ses abdominaux correctement et sans en oublier! 1

Renforcer ses abdominaux correctement et sans en oublier! 1 Renforcer ses abdominaux correctement et sans en oublier! 1 Sandro ZATTA L'auteur est licencié en Education physique et agrégé de l'enseignement secondaire supérieur (ULg, 1997). Il travaille actuellement

Plus en détail

UNIVERSITE LOUIS PASTEUR STRASBOURG

UNIVERSITE LOUIS PASTEUR STRASBOURG UNIVERSITE LOUIS PASTEUR STRASBOURG A PROPOS D UNE SCOLIOSE LOMBAIRE DROITE IDIOPATHIQUE EN RECONSTRUCTION POSTURALE ARTEFACT OU REALITE Mémoire présenté par Christophe SIBILLE Masseur-Kinésithérapeute

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Formation à la Méthode Mézières Paris

Formation à la Méthode Mézières Paris Formation à la Méthode Mézières Paris 2015-2016 Les organisateurs Présentation La Méthode Mézières est une méthode de rééducation globale et individuelle conçue et élaborée dès 1947 par Françoise Mézières,

Plus en détail

IMPORTANCE DES ETIREMENTS

IMPORTANCE DES ETIREMENTS IMPORTANCE DES ETIREMENTS L'augmentation de la souplesse est l un des meilleurs moyens de prévention des blessures musculo-tendineuses. L entraînement de la souplesse, par la pratique d étirements avant

Plus en détail

Anatomie radiologique du squelette pédiatrique. JM Garcier Clermont-Ferrand

Anatomie radiologique du squelette pédiatrique. JM Garcier Clermont-Ferrand Anatomie radiologique du squelette pédiatrique JM Garcier Clermont-Ferrand DES radio - 6 février 2015 Évolution du squelette tout au long de l enfance Taille Morphologie Structure Donc évolution de l aspect

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos 1 2 3 4 Des causes diverses, souvent liées au travail Plaintes et lésions Prévention: mieux vaut

Plus en détail

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 MOUVEMENTS DE BASE (global) EN. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 Squat Développé Couché Traction Traction bphiver2013 Hamrouni Samy 2 Un travail de ces mouvements sur appareils guidés est plus sécurisant mais

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation PLAN : I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation I/ INTRODUCTION : Les 2 applications principales du travail avec élastique sont la re-musculation

Plus en détail

EOS. Un nouveau matériel en radiologie ostéo-articulaire Un partenariat innovant

EOS. Un nouveau matériel en radiologie ostéo-articulaire Un partenariat innovant EOS Un nouveau matériel en radiologie ostéo-articulaire Un partenariat innovant PETROVER D HOPITAL LARIBOISIERE Radiologie à visée diagnostique est la principale source d exposition aux radiations dans

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

EXAMEN OSTEOARTICULAIRE DU JEUNE ADOLESCENT OBESE (PRE-REHABILITATION)

EXAMEN OSTEOARTICULAIRE DU JEUNE ADOLESCENT OBESE (PRE-REHABILITATION) EXAMEN OSTEOARTICULAIRE DU JEUNE ADOLESCENT OBESE (PRE-REHABILITATION) PLAN : 1. Pathologies ostéo-articulaires du jeune obèse 2. Examen clinique 3. APA et obésité pédiatrique 4. Certificat Gailledrat

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute)

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) L ensemble de cette séance d étirements doit se faire après une journée d entraînement dans un esprit

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Claude Karger Anne Sophie Kesseler

Claude Karger Anne Sophie Kesseler Claude Karger Anne Sophie Kesseler Docteur, j ai mal au dos!! Faites de la natation, ça va passer Mythe ou réalité? Les poissons souffrent-ils du dos? A priori, non. Pourquoi? Ne sont pas soumis à la pesanteur!!

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Etirement des adducteurs

Etirement des adducteurs Etirement des adducteurs En cyclisme, les muscles adducteurs de la hanche sont principalement sollicités en montée, lorsque l on se met en danseuse. Consigne d étirement : debout, jambes écartées d environ

Plus en détail

Le muscle ilio-psoas : pathologies distales

Le muscle ilio-psoas : pathologies distales Le muscle ilio-psoas : pathologies distales Docteur François Prigent L'anatomie 1 - Le conflit ilio-psoas / prothèse de hanche,. 2 - La bursopathie ilio-pectinée, Le ressaut antérieur. Constitué de deux

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements

RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements RECUPERATION EN FIN DE JOURNEE Les Etirements Les étirements se font en fin de journée, lentement, sans à coup, c est une période de retour au calme. Le principe général est de partir d une position de

Plus en détail

Les Véritables contre-indications à la pratique du sport

Les Véritables contre-indications à la pratique du sport Les Véritables contre-indications à la pratique du sport L environnement familial joue beaucoup sur les conditions de pratique de nos enfants. En effet, si les parents veulent réaliser leurs rêves à travers

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR Commentaires : Staff médical de l équipe de France A masculine Support : Anaïs THILLOU, Pôle de Toulouse Réalisation : Vincent GRIVEAU, CTR Midi- Pyrénées Les étirements :

Plus en détail

TECHNIQUES DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SOUS LA DIRECTION DE A. A. BELKHIRIA

TECHNIQUES DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SOUS LA DIRECTION DE A. A. BELKHIRIA TECHNIQUES DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SOUS LA DIRECTION DE A. A. BELKHIRIA OBJECTIF : Cette formation a pour objectif de favoriser la capacité de l étudiant à maitriser les fondamentaux du renforcement

Plus en détail

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Contrôle adapté BAC EPS Séries générales et technologiques PRÉSENTATION DE L ÉPREUVE D ÉTIREMENTS PRINCIPE D ÉLABORATION DE L ÉPREUVE : Le candidat dispose de 10 à 15

Plus en détail

Pompes équilibre (Pectoraux, épaules, bras et abdominaux)

Pompes équilibre (Pectoraux, épaules, bras et abdominaux) Pompes équilibre (Pectoraux, épaules, bras et abdominaux) Saisissez le ballon fermement pour éviter qu il ne vous échappe, votre corps est gainé, les mains placées de part et d autre du ballon à largeur

Plus en détail

Ambassade de France au Maroc - Service de coopération et d action culturelle Bureau des examens et concours BACCALAURÉAT EPS

Ambassade de France au Maroc - Service de coopération et d action culturelle Bureau des examens et concours BACCALAURÉAT EPS Ambassade de France au Maroc - Service de coopération et d action culturelle Bureau des examens et concours BACCALAURÉAT EPS ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Stretching Contrôle adapté Séries générales et technologiques

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

La musculation avec bande élastique

La musculation avec bande élastique La musculation avec bande élastique Principes de base de la musculation Avant d entreprendre tout programme d exercices, assurez-vous d avoir l accord de votre médecin. Choix d exercices Choisir 4 exercices

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail