La responsabilité civile de l Expert-Comptable en Europe. Conférence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La responsabilité civile de l Expert-Comptable en Europe. Conférence"

Transcription

1 La responsabilité civile de l Expert-Comptable en Europe Conférence

2 INTERVENANTS Étienne LAMPERT Expert-Comptable Yves-Marie MORAY Avocat au Barreau de Paris Président d Eurolaw et de Culture Économique Défense André KILESSE Président IRE Belgique, Vice-Président FEE [Fédération Européenne des Experts-Comptables] Michel JALANS Inspecteur Mutuelle du Mans Assurances Maxime DELHOMME Avocat 2

3 SOMMAIRE Présentation de la conférence Étienne LAMPERT Aspects sociologiques Étienne LAMPERT États des lieux en Europe André KILESSE États des lieux en France Yves-Marie MORAY Régime de garantie de la RCP Michel JALANS Spécificités pénales Maxime DELHOMME Perspectives souhaitables Étienne LAMPERT Conclusion Étienne LAMPERT 3

4 Présentation Étienne LAMPERT

5 PRÉSENTATION La responsabilité : une valeur qui monte! Inflation des exigences Revendication qualitative sans surcoût Impact de la normalisation des diligences professionnelles Tentation d imposer une obligation de résultat dissociée du niveau des moyens alloués Evolution inquiétante de la jurisprudence : incuriosité fautive 5

6 PRÉSENTATION La responsabilité : une valeur qui monte! Recrudescence des mises en cause Recherche accrue d un fautif/coupable solvable Réclamation accrue d un dédommagement pour tout préjudice [trop souvent déconnecté du lien de causalité] Réclamation accrue d un dédommagement pour tout préjudice [trop souvent déconnecté du lien de causalité] Tentation de la victime de se défausser de ses propres responsabilités sur l expert investi d un devoir de conseil élargi Accroissement des incriminations pénales ou disciplinaires 6

7 Aspects Sociologiques Étienne LAMPERT

8 ASPECTS SOCIOLOGIQUES L Expert-Comptable : un bouc-émissaire commode Un professionnel libéral responsable par principe Expert omni compétent devant tout savoir Disparition du droit à l erreur ou à l approximation Devoir de conseil imposant l excellence : zéro défaut 8

9 ASPECTS SOCIOLOGIQUES L Expert-Comptable : un bouc-émissaire commode La normalisation encercle l exercice professionnel Pression à la hausse du concept de diligences normales Le juge oublie le caractère contractuel des missions de l EC Institutionnalisation ou sublimation apparente de la mission de l EC Renversement implicite de la charge de la preuve 9

10 ASPECTS SOCIOLOGIQUES L Expert-Comptable : un bouc-émissaire commode La couverture d assurance : un miroir aux alouettes Revendications "aimantées" par l espérance de dédommagement Montée inflationniste des primes et des plafonds de garantie Risque d appauvrissement de l offre d assurance RCP 10

11 ASPECTS SOCIOLOGIQUES Problématiques de la responsabilité civile Une zone d incertitude juridique préjudiciable Un risque accru de mise en cause arbitraire Une grande imprévisibilité des réparations allouées Des obligations requalifiées de manière aléatoire 11

12 ASPECTS SOCIOLOGIQUES Problématiques de la responsabilité civile La plainte pénale : outil de revendication civile Incrimination des opérateurs et de leurs conseils afin d élargir l assiette des contributeurs solvables Transfert de la quête des preuves à l autorité publique [évitement de l article 1315 du Code Civil] Contournement de la prescription triennale du CAC [transfert de risques] Recherche de complicité supposée par négligence "l expert ne pouvait pas ne pas savoir" 12

13 ASPECTS SOCIOLOGIQUES Différences de régimes de garantie en Europe Situation disparate des Experts-Comptables Textes de base : codes et lois spéciales Prescriptions contractuelle et délictuelle différentes Assurance responsabilité civile professionnelle Caractéristiques : obligations, contrat groupe, défense pénale Limitations légales composites [montant, durée] 13

14 État des lieux en Europe André KILESSE

15 ÉTATS DES LIEUX EN EUROPE Modalités de garantie des missions d expertise comptable Situation hétérogène et complexe Un périmètre hybride des missions et des zones de risques floues Des règles juridiques assez contradictoires Large liberté des clauses de limitation contractuelle Plafonds légaux maximums en vigueur Allemagne 1 à 4 Millions Autriche 2 à 8 Millions Belgique 3 à 12 Millions Espagne Grèce Royaume Uni projet loi en cours : garantie proportionnelle au CA x fois la rémunération du Président de la Cour des Comptes ou bien une année d'honoraires Projet loi en cours : plafond fixé par l assemblée 15

16 ÉTATS DES LIEUX EN EUROPE Modalités de garantie des missions d expertise comptable Situation hétérogène et complexe Source sérieuse de distorsion de concurrence Difficulté d apprécier une offre à géométrie variable Nécessité d harmoniser les règles contractuelles 16

17 ÉTATS DES LIEUX EN EUROPE Modalités de garantie des missions d expertise comptable Modalités de garantie des missions d audit légal Un principe fréquent : interdiction de limiter la responsabilité Conséquences : risque d atteinte grave à la pluralité de l offre Effets pervers des appels d offres : réduction des moyens alloués Concentration excessive des opérateurs Risque de raréfaction de l offre d assurance 17

18 ÉTATS DES LIEUX EN EUROPE Modalités de garantie des missions d expertise comptable Modalités de garantie des missions d audit légal Évolution attendue pour les missions d audit légal Une impérieuse nécessité : délimiter le niveau des risques La consultation de la Commission européenne Un seul plafond pécuniaire au niveau européen Plafond variant selon la taille de la société Plafond variant selon les honoraires audit facturés à l entité Responsabilité proportionnelle 18

19 ÉTATS DES LIEUX EN EUROPE Modalités de garantie des missions d expertise comptable Modalités de garantie des missions d audit légal Évolution attendue pour les missions d audit légal Réponses de la FEE du 22 mars et 28 juin 2007 Sur le site de la FEE : 19

20 État des lieux en France Yves-Marie MORAY

21 ÉTATS DES LIEUX EN EUROPE Panorama des modalités de la RCP professionnelle Analyse transversale de l étude comparative EUROLAW en Europe Grande divergence des situations nationales Tendance majoritaire à une large liberté conventionnelle Des modalités juridiques essentielles très différentes Limitation de la garantie : plafonnement légal ou contractuel Durée de prescription sensiblement plus courte [moyenne 5 ans] et souvent paramétrable contractuellement Un principe central commun : la responsabilité du praticien Une notion de base quasi universelle Des pratiques sensiblement différenciées Une obligation d assurance non systématique Un niveau de garantie assez fluctuant (rapport de 1 à 10) Un montant des primes assez hétérogène 21

22 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Rappel des principes généraux de la RCP Fondements de la responsabilité Ordonnance ordinale du 19/09/1945 : article 12 Code de déontologie : décret du 27/09/2007 Serment professionnel : art 3 code déontologie "Je jure d exercer ma profession avec conscience et probité, de respecter et faire respecter les lois dans mes travaux" 22

23 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Rappel des principes généraux de la RCP Fondements de la responsabilité Éléments constitutifs Faute Préjudice Lien causalité 23

24 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Rappel des principes généraux de la RCP Fondements de la responsabilité Éléments constitutifs Sources des obligations Notion de diligence normale : règle de l art La convention entre les parties : lettre de mission La réglementation : code de déontologie et normes Le devoir de conseil : informer, mettre en garde, exiger 24

25 LE DEVOIR DE CONSEIL : INFORMER, METTRE EN GARDE, EXIGER Devoir d'informer Devoir d'alerter C A D R E D E - Obligations à respecter - Informations relatives au régime fiscal du client - Opportunités à étudier - Recommandations - Conséquences du non respect des obligations - Dysfonctionnements et anomalies observés - Risques de préjudices Courrier d'explication Courrier de mise en garde Devoir d'exiger Devoir de refuser L A M I S S I O N - Nécessité de prendre en compte les observations émises - Nécessité de procéder aux régularisations demandées - Demander tout éclaircissement - Impossibilité de faire preuve de la moindre complaisance - Nécessité de manifester clairement sa réprobation - Pas de caution des irrégularités Lettre de relance et de mise en demeure Lettre de rupture de collaboration Moyens de preuve 25

26 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Obligations de l Expert-Comptable Mise en œuvre des diligences convenues : obligation de moyens Répondre aux contraintes réglementaires : régularité Respecter les règles déontologiques et les délais prescrits Optimiser les options facultatives Satisfaire le devoir de conseil Obligations de l entreprise cliente Devoir d information et de coopération loyale et spontanée Devoir de surveillance et d organisation des services Devoir de rémunération complète et ponctuelle 26

27 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Principaux manquements Insuffisance technique, délégation excessive Défaut de conseil : renversement de la charge de la preuve Non respect des délais impartis Absence de détection de détournements : perte de chance Modalités des procédures civiles Charge de la preuve [art 1315 Code Civil] Principe du contradictoire et de bonne foi 27

28 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Limitations contractuelles Situation contractuelle confuse Principe admis : la liberté de choix des contractants Restriction du périmètre de légitimité des conventions Interdiction du renoncement à la prescription [Art 2220 Code Civil] Prohibition du plafonnement général des réparations [clause léonine] Options conventionnelles incertaines Validité des clauses d abréviation de la durée de réclamation Risque de contestation des clauses de plafonnement des garanties Intangibilité de la prescription en matière délictuelle [10 ans] 28

29 ÉTATS DES LIEUX EN FRANCE Aspects juridiques Limitations contractuelles Situation contractuelle confuse Intangibilité de la prescription en matière délictuelle [10 ans] Solutions jurisprudentielles contrastées Validation des clauses de limitation des réparations [sous conditions] Exigence d un accord contractuel formel manifeste Nécessité d une formulation explicite et sans équivoque Neutralisation des clauses abusives pour dénaturation du contrat Existence d une faute lourde : dol, négligence grossière, refus Conception objective : inexécution d une obligation essentielle Conception subjective : gravité du comportement du débiteur Fautes intentionnelles : escroquerie 29

30 Régime de la garantie de la RCP Michel JALANS

31 RÉGIME GARANTIE RCP Sinistralité Évolution des sinistres 31

32 RÉGIME GARANTIE RCP Statistiques des indemnisations Nombre Coût moyen (en K ) 32

33 RÉGIME GARANTIE RCP Sinistralité Évolution des sinistres Statistiques des indemnisations Typologie des sinistres Natures des mises en cause 33

34 RÉGIME GARANTIE RCP Natures des mises en cause 3% 4% 8% 11% Erreurs (comptes) Erreurs (déclarations et paies) 9% Manquements au devoir de conseil 35% Retards (comptes et déclarations) Détournements de fonds Missions diverses 30% Autres (archives et défense) 34

35 RÉGIME GARANTIE RCP Coûts par nature en Erreurs Erreurs Manquements Retards Détournements Missions diverses Autres (comptes) (déclarations et au devoir de (comptes et de fonds (archives et paies) conseil déclarations) défense) 35

36 RÉGIME GARANTIE RCP Sinistralité Régimes d assurance RCP Particularités du contrat groupe MMA Plafonds d assurance et franchise Nature des indemnisations Niveau des primes Défense pénale Principes contractuels Direction des procès Pas de reconnaissance de responsabilité 36

37 RÉGIME GARANTIE RCP Sinistralité Régimes d assurance RCP Pérennité des systèmes de couverture Tendance à la réduction des opérateurs spécialisés Raréfaction de l offre de mutualisation des risques? Subsistance de freins à l assurance "transfrontalière"! Perspectives d évolution à moyen terme Éventualité d un contrat RCP Européen? 37

38 Spécificités pénales Maxime DELHOMME

39 SPÉCIFICITÉS PÉNALES Caractéristiques de la mise en cause pénale Spécificités pénales Éléments constitutifs Prescription Déroulement de la procédure Organisation de la défense du praticien 39

40 SPÉCIFICITÉS PÉNALES Caractéristiques de la mise en cause pénale Spécificités pénales Déroulement de la procédure Problématique [instruction à charge, écrasement de la chronologie ] Modalités [perquisitions, garde à vue, détention provisoire ] Comportement approprié [affirmation du jugement professionnel ] Organisation de la défense du praticien 40

41 SPÉCIFICITÉS PÉNALES Caractéristiques de la mise en cause pénale Spécificités pénales Déroulement de la procédure Organisation de la défense du praticien Sublimation de la présomption d innocence Contact avec les intervenants [assureur, expert, avocat] Préparation sérieuse du dossier [clarté des notes de synthèse] Problème du secret de l instruction Évolution positive des droits de la défense [Décret du 12 juillet 2005 art 5] Assouplissement de la faculté de communication de renseignements au delà du client "pour l exercice des droits de la défense" [expertise] 41

42 SPÉCIFICITÉS PÉNALES Incrimination de la complicité par négligence L incuriosité constitutive d une faute intentionnelle Une évolution préoccupante de la jurisprudence [Cass crim ] " compte tenu de la compétence professionnelle et de l expérience des prévenus [l un Expert-Comptable et l autre commissaire aux comptes], l incuriosité dont ils font état est incompatible avec l exercice de leur mission " " en établissant les comptes annuels, les déclarations mensuelle de TVA en attestant de la conformité et de la sincérité de comptes dont le caractère fictif ne pouvait lui échapper " " en certifiant en connaissance de cause et sur plusieurs exercices lesdits comptes " " ces professionnels du chiffre ont sciemment fourni à l auteur principal les moyens lui permettant de réitérer l escroquerie " 42

43 SPÉCIFICITÉS PÉNALES Incrimination de la complicité par négligence L incuriosité constitutive d une faute intentionnelle Une évolution préoccupante de la jurisprudence La négligence et la carence grave de diligences caractérisent un acte de complicité par abstention délibérée [Cass crim ] " en s abstenant d accomplir, comme par hasard, les nombreux contrôles inhérents aux normes de sa profession et en ne décelant pas l infraction commise [ une gigantesque escroquerie] " " la moindre diligence normale aurait permis de révéler au grand jour l ensemble des escroqueries " 43

44 SPÉCIFICITÉS PÉNALES Incrimination de la complicité par négligence L incuriosité constitutive d une faute intentionnelle Une évolution préoccupante de la jurisprudence La négligence et la carence grave de diligences caractérisent un acte de complicité par abstention délibérée Une position relativement controversée par la doctrine Légitimation dangereuse du concept arbitraire " le praticien incriminé savait ou aurait du savoir " Des commentaires assez critiques de nombreux juristes???? 44

45 Perspectives souhaitables Étienne LAMPERT

46 PERSPECTIVES SOUHAITABLES Améliorer la prévention de la responsabilité Maîtriser l exercice des missions Prévention des risques Encadrement de la responsabilité Maitriser la gestion des sinistres Maîtriser les procédures Préparer et assurer sa défense 46

47 PERSPECTIVES SOUHAITABLES Améliorer la prévention de la responsabilité Envisager la fixation de limites de garanties contractuelles Revisiter les conditions générales d exécution des missions Proposer une modulation contractuelle de la prescription Sortir de l anachronisme de la prescription trentenaire Réduire raisonnablement la prescription décennale [4 ou 5 ans] Renforcer les exigences de contrôle interne par l entreprise Vérifier la réalité de la surveillance des services internes Mettre en garde contre les cumuls de fonctions du comptable (signature) Imposer un contrôle contradictoire des rapprochements bancaires Mieux distinguer les responsabilités respectives Ne pas favoriser une "défausse" par transfert de risques Signaler en temps réel les anomalies et identifier leurs causes Définir leurs auteurs et fixer les modalités de leur régularisation 47

48 PERSPECTIVES SOUHAITABLES Améliorer la prévention de la responsabilité Envisager la fixation de limites de garanties contractuelles Revisiter les conditions générales d exécution des missions Adapter les garanties d assurance aux objectifs des missions Moduler les plafonds de couverture par rapport aux moyens alloués Proposer une ligne de garantie supplémentaire [impact de la prime] Subordonner certaines zones de risques à des conditions spéciales Cas des détournements : accès aux moyens de paiement et défaut de surveillance régulière, désordre comptable Formuler des mises en garde écrite face aux options aléatoires 48

49 Conclusion Étienne LAMPERT

50 CONCLUSION La responsabilité civile : une valeur essentielle de l exercice professionnel de l expertise comptable et de l audit Des règles de mise en œuvre disparates au sein de l Union européenne Une source de distorsion de concurrence à résorber sans retard Une propension à une mise en cause systématique au moindre aléa Une montée des exigences techniques et une réduction des moyens Un accroissement de l incertitude face aux dédommagements financiers déconnectés de la nature de l obligation de moyens et des objectifs Un impact inquiétant sur l offre d assurance et sur les primes 50

51 CONCLUSION La responsabilité civile : une valeur essentielle de l exercice professionnel de l expertise comptable et de l audit Un impératif : améliorer la maitrise des risques Mieux définir le contenu et les finalités des missions Revisiter les modalités de supervision de la délégation des travaux Renforcer les sécurités et le respect des normes d exercice Améliorer la prévention des mises en cause et la vigilance Favoriser une meilleure clarification des responsabilités respectives Mettre en garde contre les faiblesses du contrôle interne Assurer une meilleure transparence des options aléatoires 51

52 CONCLUSION La responsabilité civile : une valeur essentielle de l exercice professionnel de l expertise comptable et de l audit Un impératif : améliorer la maitrise des risques Une nécessité : mieux encadrer le périmètre des garanties Repenser les conditions générales d exécution des missions Proposer une modulation raisonnable de la prescription Favoriser une relative contractualisation du plafond des risques Subordonner ou écarter la couverture de certains types de risques Mieux appréhender les modalités d assurance de la RCP 52

53 CONCLUSION Les professionnels comptables libéraux sont prêts à assumer avec détermination leurs responsabilités à la quadruple condition : De ne pas devenir les boucs émissaires de dysfonctionnements structurels auxquels ils sont étrangers De ne pas se voir imputer les responsabilités qui incombent aux autres acteurs de la sécurité financière De disposer des moyens appropriés pour exercer leur métier De promouvoir la stabilité de normes professionnelles et d exigences techniques en perpétuelle inflation Un expert-comptable pleinement responsable de ses actes mais pas coupable automatique des fautes des autres et de tous les dysfonctionnements du système financier 53

54 Merci de votre attention! 54

55 La responsabilité civile de l Expert-Comptable en Europe Conférence

La responsabilité civile des experts comptables. Intervention du 05 Septembre

La responsabilité civile des experts comptables. Intervention du 05 Septembre Intervention du 05 Septembre Expert comptable : une profession à risque Le constat : une recrudescence des mises en cause Les données : Augmentation du nombre : Doublement en 10 ans Augmentation du coût

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey Responsabilité civile il : comment éviter la mise en cause? Les Estivales Juillet 2009 Alain Maurey Sommaire Les fondements de la responsabilité Quelques obligations de l expert-comptable Les grandes caractéristiques

Plus en détail

Réglementation professionnelle & le champ des possibles

Réglementation professionnelle & le champ des possibles ATELIER DE LA PROFESSION Réglementation professionnelle & le champ des possibles Exercer vos missions sociales avec assurance Exercer vos missions sociales avec assurance Marie-Christine LAMPERT-LAURENCE

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Table des matières. SECTION 1 L obligation d information en dehors des contrats... 11

Table des matières. SECTION 1 L obligation d information en dehors des contrats... 11 Table des matières Sommaire...................................................................... 5 1 Introduction générale...................................................... 7 François Glansdorff professeur

Plus en détail

Table des matières. Le nouveau droit de l expertise judiciaire. Avertissement 5. Hakim Boularbah

Table des matières. Le nouveau droit de l expertise judiciaire. Avertissement 5. Hakim Boularbah Table des matières Avertissement 5 Le nouveau droit de l expertise judiciaire Hakim Boularbah I. l expertise judiciaire, véritable procès dans le procès 7 II. Les lignes de force de la loi du 15 mai 2007

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Responsabilité de l'expert-comptable

Responsabilité de l'expert-comptable Litec Libraire de la Cnnr He rassation - 27. olace Dauohine - 75001 Paris Anne-Claire Maddoli-Restoux avocat á la Cour d'appel de París Responsabilité de l'expert-comptable Risques judiciaires et préventions

Plus en détail

Table des matières. Développements nouveaux sur la déclaration du risque dans les assurances de personnes... 9

Table des matières. Développements nouveaux sur la déclaration du risque dans les assurances de personnes... 9 Table des matières 1 Développements nouveaux sur la déclaration du risque dans les assurances de personnes... 9 Jean-Marc Binon maître de conférences invité à l U.C.L. référendaire à la Cour de justice

Plus en détail

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Atelier n 5 Quelle rémunération et quelle transparence? L interprofessionnalité peut-elle permettre une généralisation

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1

CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1 CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE 1 PREAMBULE Vous trouverez dans cette partie des outils d aide aux contrôleurs pour élaborer les conclusions de leurs rapports (tirés d un travail

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Le Correspondant Informatique & Libertés. Forum International de l Assurance. 19 avril 2013 - Casablanca

Le Correspondant Informatique & Libertés. Forum International de l Assurance. 19 avril 2013 - Casablanca Le Correspondant Informatique & Libertés Forum International de l Assurance 19 avril 2013 Casablanca Ph. SALAÜN : CIL de CNP Assurances 1 Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» Le CIL Risques et moyens

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

ROYAUME DU MAOC UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES

ROYAUME DU MAOC UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES ROYAUME DU MAOC UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES MASTER GOUVERNANCE PUBLIQUE ET AUDIT DU DEVELOPPEMENT HUMAIN ANNEE 2010/2011 «L AUDIT JURIDIQUE» EXPOSE PREPARE

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

La responsabilité de l évaluateur

La responsabilité de l évaluateur La responsabilité de l évaluateur MARIE-MANUELE SAMION / AVOCATE DIDIER FAURY / CNECJ THIERRY SAINT-BONNET / CNEJFD 1 Plan de l intervention Typologie des missions d évaluation Les fondements de la responsabilité

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 TABLE DES MATIÈRES Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 PREMIÈRE PARTIE LA PHASE D ÉLABORATION : LES DOCUMENTS COMPTABLES RÉGIS PAR LE DROIT Titre 1 - L objectif

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

Fiscalité et responsabilité professionnelle

Fiscalité et responsabilité professionnelle Fiscalité et responsabilité professionnelle Intervenants Maxime DELHOMME Avocat Gaëtan LE CORNEC Directeur du service GRP (grand risque professionnel) chez AON groupe Jean-Marie TOUZET Expert-comptable

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 ème trimestre 2013 Numéro 6 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Cette année 2012

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des médecins. Plenary meeting CEOM 1

Responsabilité professionnelle des médecins. Plenary meeting CEOM 1 Responsabilité professionnelle des médecins 1 Le risque juridique du médecin revêt 3 aspects - Pénal : dont le but est de punir l auteur d une infraction ne peut être couvert par un contrat d assurance

Plus en détail

SUPÉRIEUR - MODIFICATION

SUPÉRIEUR - MODIFICATION BREVET DE TECHNICIEN Le B.O. 1 8 0 9 1 - Le cadre de la vie juridique 1.1 Notion de droit et divisions du droit Distinguer le droit objectif des droits subjectifs. 1.2 Les sources du droit objectif Caractériser

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

FEDERATION DES GEOMETRES FRANCOPHONES Ouagadougou, Octobre 2012. Assurance Responsabilité Civile des Géomètres-Experts

FEDERATION DES GEOMETRES FRANCOPHONES Ouagadougou, Octobre 2012. Assurance Responsabilité Civile des Géomètres-Experts FEDERATION DES GEOMETRES FRANCOPHONES Ouagadougou, Octobre 2012 Assurance Responsabilité Civile des Géomètres-Experts Sommaire L obligation d assurance des Géomètres-Experts Français Une obligation légale

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

LE MANUEL POUR LA GESTION DE MON SINISTRE

LE MANUEL POUR LA GESTION DE MON SINISTRE LE MANUEL POUR LA GESTION DE MON SINISTRE Table des matières 1. L EXPERTISE 1. Indépendance de l expert juridiciaire p. 3 2. Expertise médicale contradictoire présence des personnes autres que les parties

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif DCG session 2009 UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif «SA ESSENTIALS» DOSSIER 1 1.1 Nombre des membres du directoire Questions Le nombre des membres du directoire est fixé par les statuts et ne peut

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21 Table des matières Avant-propos... 7 Préface... 9 Liste des abréviations... 11 Introduction générale... 15 1. Sociétés concernées... 15 2. Dérogations au principe de la responsabilité limitée... 16 3.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

Cette lettre de mission a pour objet de confirmer notre entretien et de définir les conditions de notre collaboration.

Cette lettre de mission a pour objet de confirmer notre entretien et de définir les conditions de notre collaboration. M...... Madame, Monsieur, Vous avez bien voulu nous consulter en qualité d expert-comptable pour une mission de présentation des comptes annuels de votre activité. Nous vous remercions de cette marque

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution 2 e édition Patricia Grelier Wyckoff

droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution 2 e édition Patricia Grelier Wyckoff droit Le mémento des marchés privés de travaux rives Intervenants, passation & exécution Patricia Grelier Wyckoff 2 e édition TABLE DES MATIÈRES 1. Les maîtres d ouvrage 1 1.1. La maîtrise d ouvrage...

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer!

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Vous Créez Vous Reprenez Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Offre spécifique auto-entrepreneur Consultation GRATUITE «valider votre statut» nombreux avantages partenaires

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer!

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Vous Créez Vous Reprenez Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Détails des offres et liste des Experts-Comptables participants sur : www.creer-accompagner.fr ourquoi

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

La protection juridique des professionnels du Transport

La protection juridique des professionnels du Transport La protection juridique des professionnels du Transport Présentation de Judicial 2013 I Les solutions d accompagnement juridique pour les Professionnels du Transport 2 Qui sommes-nous? Accompagner et prendre

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Objectifs de la conférence n Préciser les modalités pratiques de mise en œuvre de la NEP 510 - Contrôle du bilan d ouverture du premier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE

CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE Année universitaire 2015-2016 CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE ENTRE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE LILLE ET UNE ASSOCIATION ETUDIANTE Entre d une part, L Institut d Etudes Politiques

Plus en détail

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant I. Bases 1. Considérations générales 1.1. Le contrôle financier externe des états financiers du projet du cocontractant

Plus en détail

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise I Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 2 PERENNITE ENTREPRISE I : Être acteur au moment critique Pour

Plus en détail

Expérience Européenne en Assurance et Réassurance de Responsabilité Décennale

Expérience Européenne en Assurance et Réassurance de Responsabilité Décennale Expérience Européenne en Assurance et Réassurance de Responsabilité Décennale Jean Paul PIROG Jean TUCCELLA SOMMAIRE I Régimes Contractuels de Responsabilité Décennale II Obligations Légales d Assurance

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail