L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen"

Transcription

1 La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique Dans les normes établies dans les Lignes directrices touchant les programmes et services de santé obligatoires, selon les normes relatives aux maladies chroniques, aux blessures et aux programmes de santé de la famille, les conseils de santé doivent mettre au point du matériel pédagogique et des campagnes médiatiques afin de sensibiliser les gens aux différents comportements de santé et de faire acquérir des connaissances en la matière. La télévision (vidéo) est un des médiums spécifiquement indiqués comme moyen de transmettre de l information sur la vie sans tabac, la saine alimentation, les poids santé, l activité physique régulière, la prévention des blessures et de l abus de drogues et d alcool et les questions de santé des enfants. De plus, selon l objectif d accès égal, tous les Ontariens doivent pouvoir participer à des programmes de santé publique. Ainsi, les programmes et services obligatoires doivent être accessibles à ceux qui sont confrontés à des obstacles dus à leur niveau d alphabétisation, leur langue, leur culture, la géographie, des facteurs sociaux, l éducation, leur situation économique ou leur capacité mentale et physique. Cet élargissement de l accès pourra exiger l élaboration des programmes spéciaux, y compris du matériel pédagogique. La vidéo peut permettre d adapter celui-ci à différentes langues, à divers niveaux d alphabétisation ou à d autres situations. L information de base La vidéo (qui, par définition, inclut le film) constitue un moyen de communication très puissant. Il peut s agir d un outil important pour les éducateurs sanitaires, car elle encourage et fait intervenir émotionnellement un public, personnalise les enjeux, permet de surmonter les problèmes d alphabétisation et touche les populations qui préfèrent l information visuelle, comme les enfants. Évidemment, les professionnels de la santé se servent de

2 La video pour la sensibilisation à la santé 2 la vidéo comme moyen de faire connaître une foule de comportements de santé bénéfiques, comme le dépistage du cancer, l abandon du tabagisme et la saine alimentation. La question À la recherche de réponses Quelles sont les preuves? Étant donné que la vidéo est de plus en plus utilisée, les hygiénistes demandent des renseignements sur son efficacité. Comme les budgets de promotion de la santé sont limités et que la production vidéo coûte relativement cher, ils veulent s assurer que les ressources sont employées de manière efficiente et efficace. La demande de vidéos augmentera à mesure que les coûts de production diminueront et que de nouvelles possibilités se présenteront grâce à des technologies interactives comme l ordinateur. Un examen systématique des études publiées a été effectué. Les auteurs ont examiné 175 études pertinentes qui comprenaient des conclusions sur l efficacité de la vidéo lorsqu il s agit de sensibiliser les gens à la santé. Lesdites études ont été divisées en deux catégories : promotion de la santé et cadres de soins de santé. Il faudrait davantage porter attention aux évaluations solides du point de vue méthodologique, y compris aux essais sur échantillon aléatoire et contrôlé et aux études coûtefficacité. Bon nombre des études examinées reposaient sur des méthodes peu solides, ce qui limitait les renseignements fournis. Il s est avéré difficile d évaluer les effets de la vidéo seulement, car dans la plupart des études, celle-ci figurait parmi plusieurs moyens d intervention. Les preuves concernant l usage de la vidéo en promotion de la santé sont contrastées. Les études examinées révèlent que la vidéo peut être un outil de santé publique efficace dans certaines conditions. Promotion de la santé et preuves de prévention Il a été démontré que les vidéos donnent des résultats concluants lorsqu il s agit d enseigner aux enfants à éviter les ravisseurs potentiels et de promouvoir le don de sang auprès des adolescents. La vidéo s avère efficace pour modéliser des comportements, surtout lorsque l on ajoute du feed-back et la répétition du comportement. S avéraient fructueuses les études où l on utilisait la vidéo pour modéliser les comportements sexuels plus sains auprès de groupes à haut risque dont les

3 La video pour la sensibilisation à la santé 3 antécédents socio-économiques ou le niveau de scolarité, ou les deux, étaient plus faibles. Dans le cas des populations plus instruites et moins à risque, il n est pas clair si la vidéo offre quelque avantage par rapport à d autres techniques de sensibilisation. Les interventions par vidéo à base théorique visant à enseigner des aptitudes sociales comme l argumentation persuasive et les comportements associés à la consommation responsable d alcool ont été relativement réussies. La vidéo utilisée pour transmettre des messages sur les dangers des drogues dures ou la distinction entre les drogues licites et illicites, ou les deux, peut être fructueuse, mais seulement si les messages choisis sont cohérents. Les interventions servant à encourager les gens à cesser de fumer, y compris les présentations personnalisées de conséquences sur la santé, ont un certain succès. Les interventions par vidéo visant à enseigner aux adolescents à résister aux pressions sociales qui sont exercées pour qu ils fument n ont pas donné de résultats positifs. La vidéo employée en sensibilisation à la nutrition peut s avérer un médium utile, mais il faut choisir l information et le contexte avec soin. Les interventions par vidéo sur la nutrition ont un certain impact lorsqu elles attirent activement l attention des gens quand ils prennent des décisions, comme le fait de faire passer de courts clips pendant que les consommateurs font leur épicerie. Des changements dans les intentions comportementales ont été notés chez les adultes dans le cas d interventions par vidéo où sont montrées les conséquences sur la santé de l exposition au soleil et du port de la ceinture de sécurité. Cadres de soins de santé Rien ne prouve que les interventions par vidéo ont permis de réduire l anxiété que ressentent les adultes ou les enfants lorsqu ils rendent visite à leur dentiste. Les résultats du recours à la vidéo pour augmenter la participation aux programmes de dépistage du cancer, en particulier chez les femmes de minorités ethniques, sont encourageants. Les enfants et les adultes atteints d une maladie chronique, comme l asthme et le diabète, ont modélisé des comportements appropriés en matière

4 La video pour la sensibilisation à la santé 4 d autogestion de la santé après que des interventions par vidéo aient été effectuées. Les répercussions sur la pratique et la recherche La vidéo peut s avérer efficace lorsqu il s agit de faire acquérir des connaissances à court ou à moyen terme et de modifier les attitudes et les comportements, surtout si elle est combinée à d autres interventions. Le public cible et l effet souhaité doivent être clairement définis avant que la vidéo ne soit mise au point. Le recours à la vidéo offre un bon potentiel dans le cas des groupes aux besoins de santé particuliers, surtout chez les jeunes et les gens dont le statut socioéconomique ou le niveau de scolarité, ou les deux, est plus faible. Leur participation active tout au long du processus d élaboration est essentielle au succès de l intervention. C est lorsqu elles reposent sur une théorie comportementale, comme celle sur l apprentissage social, que les interventions par vidéo fonctionnent le mieux. La vidéo peut s avérer un médium puissant pour modéliser les comportements, surtout lorsqu elle s accompagne d occasions de répétition et de feed-back. La vidéo est plus efficace si elle fait activement intervenir le public. L exposition passive ne suffit pas à exercer une influence sur le changement de comportement. Source de renseignements Eiser, Richard J., Eiser, Christine. (1996). Effectiveness of video for health education: a review, Health Education Authority, Londres Sommaire réalisé par Glenn Brunetti, MBA Coordonnateur des projets de promotion de la santé City of Hamilton, Public Health and Community Services Department Healthy Lifestyles and Disease Prevention Division

5 La video pour la sensibilisation à la santé 5 Coordonnées du Projet de pratique efficace en santé publique (PPESP): Public Health Services Effective Public Health Practice Project 2 King Street West, 3rd Floor Dundas, Ontario L9H 6Z1 Phone: , Ext Fax: Website:

6 La video pour la sensibilisation à la santé 6 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La question Étant donné que la vidéo est de plus en plus utilisée, les hygiénistes demandent des renseignements sur son efficacité. Comme les budgets de promotion de la santé sont limités et que la production vidéo coûte relativement cher, ils veulent s assurer que les ressources sont employées de manière efficiente et efficace. La demande de vidéos augmentera à mesure que les coûts de production diminueront et que de nouvelles possibilités se présenteront grâce à des technologies interactives comme l ordinateur. L information de base La vidéo (qui, par définition, inclut le film) constitue un moyen de communication très puissant. Il peut s agir d un outil important pour les éducateurs sanitaires, car elle encourage et fait intervenir émotionnellement un public, personnalise les enjeux, permet de surmonter les problèmes d alphabétisation et touche les populations qui préfèrent l information visuelle, comme les enfants. Évidemment, les professionnels de la santé se servent de la vidéo comme moyen de faire connaître une foule de comportements de santé bénéfiques, comme le dépistage du cancer, l abandon du tabagisme et la saine alimentation. Le mandat de la santé publique Dans les normes établies dans les Lignes directrices touchant les programmes et services de santé obligatoires, selon les normes relatives aux maladies chroniques, aux blessures et aux programmes de santé de la famille, les conseils de santé doivent mettre au point du matériel pédagogique et des campagnes médiatiques afin de sensibiliser les gens aux différents comportements de santé et de faire acquérir des connaissances en la matière. La télévision (vidéo) est un des médiums spécifiquement indiqués comme moyen de transmettre de l information sur la vie sans tabac, la saine alimentation, les poids santé, l activité physique régulière, la prévention des blessures et de l abus de drogues et d alcool et les questions de santé des enfants. De plus, selon l objectif d accès égal, tous les Ontariens doivent pouvoir participer à des programmes de santé publique. Ainsi, les programmes et services obligatoires doivent être accessibles à ceux qui sont confrontés à des obstacles dus à leur niveau d alphabétisation, leur langue, leur culture, la géographie, des facteurs sociaux, l éducation, leur situation économique ou leur capacité mentale et physique.

7 La video pour la sensibilisation à la santé 7 Cet élargissement de l accès pourra exiger l élaboration des programmes spéciaux, y compris du matériel pédagogique. La vidéo peut permettre d adapter celui-ci à différentes langues, à divers niveaux d alphabétisation ou à d autres situations. Quelles sont les preuves? Les preuves concernant l usage de la vidéo en promotion de la santé sont contrastées. Les études examinées révèlent que la vidéo peut être un outil de santé publique efficace dans certaines conditions. Promotion de la santé et preuves de prévention Il a été démontré que les vidéos donnent des résultats concluants lorsqu il s agit d enseigner aux enfants à éviter les ravisseurs potentiels et de promouvoir le don de sang auprès des adolescents. La vidéo s avère efficace pour modéliser des comportements, surtout lorsque l on ajoute du feed-back et la répétition du comportement. S avéraient fructueuses les études où l on utilisait la vidéo pour modéliser les comportements sexuels plus sains auprès de groupes à haut risque dont les antécédents socio-économiques ou le niveau de scolarité, ou les deux, étaient plus faibles. Dans le cas des populations plus instruites et moins à risque, il n est pas clair si la vidéo offre quelque avantage par rapport à d autres techniques de sensibilisation. Les interventions par vidéo à base théorique visant à enseigner des aptitudes sociales comme l argumentation persuasive et les comportements associés à la consommation responsable d alcool ont été relativement réussies. La vidéo utilisée pour transmettre des messages sur les dangers des drogues dures ou la distinction entre les drogues licites et illicites, ou les deux, peut être fructueuse, mais seulement si les messages choisis sont cohérents. Les interventions servant à encourager les gens à cesser de fumer, y compris les présentations personnalisées de conséquences sur la santé, ont un certain succès. Les interventions par vidéo visant à enseigner aux adolescents à résister aux pressions sociales qui sont exercées pour qu ils fument n ont pas donné de résultats positifs. La vidéo employée en sensibilisation à la nutrition peut s avérer un médium utile, mais il faut choisir l information et le contexte avec soin. Les interventions par vidéo sur la nutrition ont un certain impact lorsqu elles attirent activement l attention des gens quand ils prennent des décisions, comme le fait de faire passer de courts clips pendant que les consommateurs font leur épicerie. Des changements dans les intentions comportementales ont été notés chez les adultes dans le cas d interventions par vidéo où sont montrées les conséquences sur la santé de l exposition au soleil et du port de la ceinture de sécurité.

8 La video pour la sensibilisation à la santé 8 Cadres de soins de santé Rien ne prouve que les interventions par vidéo ont permis de réduire l anxiété que ressentent les adultes ou les enfants lorsqu ils rendent visite à leur dentiste. Les résultats du recours à la vidéo pour augmenter la participation aux programmes de dépistage du cancer, en particulier chez les femmes de minorités ethniques, sont encourageants. Les enfants et les adultes atteints d une maladie chronique, comme l asthme et le diabète, ont modélisé des comportements appropriés en matière d autogestion de la santé après que des interventions par vidéo aient été effectuées. Répercussions La vidéo peut s avérer efficace lorsqu il s agit de faire acquérir des connaissances à court ou à moyen terme et de modifier les attitudes et les comportements, surtout si elle est combinée à d autres interventions. Le public cible et l effet souhaité doivent être clairement définis avant que la vidéo ne soit mise au point. Le recours à la vidéo offre un bon potentiel dans le cas des groupes aux besoins de santé particuliers, surtout chez les jeunes et les gens dont le statut socioéconomique ou le niveau de scolarité, ou les deux, est plus faible. Leur participation active tout au long du processus d élaboration est essentielle au succès de l intervention. C est lorsqu elles reposent sur une théorie comportementale, comme celle sur l apprentissage social, que les interventions par vidéo fonctionnent le mieux. La vidéo peut s avérer un médium puissant pour modéliser les comportements, surtout lorsqu elle s accompagne d occasions de répétition et de feed-back. La vidéo est plus efficace si elle fait activement intervenir le public. L exposition passive ne suffit pas à exercer une influence sur le changement de comportement. Source de renseignements Eiser, Richard J., Eiser, Christine. (1996). Effectiveness of video for health education: a review, Health Education Authority, Londres Sommaire réalisé par Glenn Brunetti, MBA Coordonnateur des projets de promotion de la santé City of Hamilton, Social and Public Health Services Department Healthy Lifestyles and Disease Prevention Division

9 La video pour la sensibilisation à la santé 9 Coordonnées du Projet de pratique efficace en santé publique (PPESP): Public Health Services Effective Public Health Practice Project 2 King Street West, 3rd Floor Dundas, Ontario L9H 6Z1 Phone: , Ext Fax: Website:

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

La matrice GDE (Goals for Driver Education) comme référentiel de la recherche scientifique, de la formation des conducteurs et de l évaluation des

La matrice GDE (Goals for Driver Education) comme référentiel de la recherche scientifique, de la formation des conducteurs et de l évaluation des La matrice GDE (Goals for Driver Education) comme référentiel de la recherche scientifique, de la formation des conducteurs et de l évaluation des compétences 11/05/2011 L objectif à atteindre Réduire

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues;

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues; Procédure administrative : La drogue et l alcool Numéro : PA 7.009 Catégorie : Administration des écoles Pages : 7 Approuvée : le 19 octobre 1998 Modifiée : le 10 septembre 2012 Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Internet et promotion de la santé. Lise Renaud, Ph.D. Directrice de COMSANTE, UQAM

Internet et promotion de la santé. Lise Renaud, Ph.D. Directrice de COMSANTE, UQAM Internet et promotion de la santé Lise Renaud, Ph.D. Directrice de COMSANTE, UQAM Plan Moyen incontournable : information et comportement Facteurs favorisant l utilisation d Internet Efficacité des interventions

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Ivy Lynn Bourgeault, directrice scientifique Réseau de recherche sur l amélioration de la santé des populations ivy.bourgeault@uottawa.

Ivy Lynn Bourgeault, directrice scientifique Réseau de recherche sur l amélioration de la santé des populations ivy.bourgeault@uottawa. Ivy Lynn Bourgeault, directrice scientifique Réseau de recherche sur l amélioration de la santé des populations ivy.bourgeault@uottawa.ca Le 29 juin 2010 1) les différents types de questions de recherche

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Marketing social. PPA Mars 2007

Marketing social. PPA Mars 2007 Marketing social PPA Mars 2007 Objectifs Survol des principes du marketing social. VOUS en tant que spécialiste du marketing social. Qu est-ce que le marketing social? Le marketing social est «l utilisation

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

Table des matières. Formation à l ISPC

Table des matières. Formation à l ISPC Table des matières Ateliers... 2 Planification et prise de décisions axées sur la santé de la population... 2 Autoapprentissage à l ISPC... 3 Introduction à la santé de la population... 3 Explorer la santé

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer.

Sun Life. Programme d aide aux employés. Pour aider votre entreprise à mieux performer. Sun Life Programme d aide aux employés Des services professionnels et confidentiels pour aider à résoudre les problèmes susceptibles de nuire à la performance au travail. Pour aider votre entreprise à

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Hausse immédiate du taux : pourquoi il est grand temps de hausser la taxe d accise sur le tabac

Hausse immédiate du taux : pourquoi il est grand temps de hausser la taxe d accise sur le tabac Hausse immédiate du taux : pourquoi il est grand temps de hausser la taxe d accise sur le tabac Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des banques et du commerce

Plus en détail

Revue des données probantes l utilité et les limites des différentes approches

Revue des données probantes l utilité et les limites des différentes approches Revue des données probantes l utilité et les limites des différentes approches LES REVUES SYSTÉMATIQUES Projet financé par l Agence de la santé publique du Canada Affilié à l Université McMaster Donna

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

La santé, un facteur d insertion

La santé, un facteur d insertion La santé, un facteur d insertion Anne Danibert - Chef de projets prévention et promotion de la santé Mutuelle Atlantique Une orientation politique de la Mutuelle En 1996, la mutuelle inscrit comme orientation

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Table des matières INTRODUCTION... 2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA LOI SUR LA RÉGLEMENTATION DE

Plus en détail

C entre de F ormation C ontinue à D istance

C entre de F ormation C ontinue à D istance L action de formation proposée «La démarche HACCP au travers de l ISO 22 000» Cette formation-action est basée sur la mise en œuvre d un projet sur un système HACCP au travers de l ISO 22 000. Ce projet

Plus en détail

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Parler au téléphone, accéder à une salle de réunion, lire l écran de son ordinateur la plupart d entre nous tiennent ces activités

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être

Votre lien direct à la santé et au mieux-être Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

Technologies de l Information et de la. Communication (TICs) dans le curriculum

Technologies de l Information et de la. Communication (TICs) dans le curriculum Technologies de l Information et de la Communication (TICs) dans le curriculum 2006 Auteur: Dr Patti Swarts, Spécialiste de l éducation pour GeSCI, http://www.gesci.org Traduit en français grâce à Lionel

Plus en détail

Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé

Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé BAC PRO ASSP Première et Terminale Pôle 2 Sciences Médico-Sociales et Animation - Éducation à la santé Options en structure et à domicile Auteurs : Löetitia CARRERA Nathalie DAVID Christophe RAGOT Anita

Plus en détail

Initiatives de valorisation des connaissances au Groupe de recherche Médias et santé

Initiatives de valorisation des connaissances au Groupe de recherche Médias et santé Journées de la Prévention INPES 3 avril 2009- Paris Initiatives de valorisation des connaissances au Groupe de recherche Médias et santé Jérôme Elissalde Agent de valorisation et de transfert des connaissances

Plus en détail

VOYAGES : AGIR SEMAINE NATIONALE DE SENSIBILISATION AUX VICTIMES D ACTES CRIMINELS COLOQUE FÉDÉRAL LE 7 AVRIL 2014

VOYAGES : AGIR SEMAINE NATIONALE DE SENSIBILISATION AUX VICTIMES D ACTES CRIMINELS COLOQUE FÉDÉRAL LE 7 AVRIL 2014 VOYAGES : AGIR SEMAINE NATIONALE DE SENSIBILISATION AUX VICTIMES D ACTES CRIMINELS COLOQUE FÉDÉRAL LE 7 AVRIL 2014 Présenté par : Perminder Flora et Rubina Mudhar Remerciements Ministère de la Justice

Plus en détail

PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E.

PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E. PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E. Il est important pour le CPE de se différencier par une approche axée sur la valeur ajoutée. Vous découvrirez en lisant nos objectifs que notre approche marketing sera

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE :

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE : College of Homeopaths of Ontario 163 Queen Street East, 4 th Floor, Toronto, Ontario, M5A 1S1 TEL 416-862-4780 OR 1-844-862-4780 FAX 416-874-4077 www.collegeofhomeopaths.on.ca TITRE : ÉTAPE : NORMES ET

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

1 place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne.

1 place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne. Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne.fr ALCOOL ET JEUNES Les mesures les plus efficaces Guylaine Bénec h - gbenech@cirdd-bretagne.fr 02-23-20-62-07

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Évaluation de suivi des soins en oncologie au moyen de réseaux de soutien régional

Évaluation de suivi des soins en oncologie au moyen de réseaux de soutien régional Évaluation de suivi des soins en oncologie au moyen de réseaux de soutien régional Décembre 2003 Timothy Whelan Eva Grunfeld Jonathan Sussman Julia Abelson Andrew Willan Scott Sellick Cathy Charles Margaret

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Journée nationale de prévention

Journée nationale de prévention L institut BVA a fait le choix de ne procéder à aucun redressement pour redonner aux quotas croisés leur poids réel (Paris/ Province, taille des entreprises). Ces différentes options méthodologiques posent

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Document de base concernant le profil de compétence Conseil en soins infirmiers Version du 11 octobre 2013 1 La situation initiale dans le rapport

Plus en détail

Un MOOC pour la promotion de l activité physique et la lutte contre la sédentarité des jeunes (APS)

Un MOOC pour la promotion de l activité physique et la lutte contre la sédentarité des jeunes (APS) Développer des compétences en promotion de la santé Un MOOC pour la promotion de l activité physique et la lutte contre la sédentarité des jeunes (APS) Stéphanie Regat Frédéric Forestier INPES - Département

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2008/6 9 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail