Prise en charge des méningites carcinomateuses

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge des méningites carcinomateuses"

Transcription

1 Prise en charge des méningites carcinomateuses ANNE STAUB CCA ONCOLOGIE MEDICALE, ICR 19 DECEMBRE 2013

2 Plan Généralités et définition Score pronostique Modalités de traitement : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie Les tumeurs Her2+ Algorithme Conclusion

3 Généralités Méningite carcinomateuse : fréquent dans les hémopathies 0,8 à 5% des cancers du sein (1% poumon, 1-5% mélanome ) Associée dans 5 à 20% des cas à des métastases cérébrales Dans les séries autopsiques, 40% des méningites K n ont pas de cellules dans le LCR Glass, Neurology 1979:29:

4 Physiopathologie Voie hématogène Infiltration plexus choroïde Extension directe par tumeurs contigües Migration centripète le long des axes péri-neuraux et péri-vasculaires

5 Facteurs de risque de méningite carcinomateuse Chirurgie métastase cérébelleuse Chirurgie métastase supratentorielle avec brèche Carcinome lobulaire Jayson, Cancer 1994,74: , Lamovec, J Surg oncol 1991,48:28-33, Meattini, J chemothérapy, 2012,24: Niwinska, Med oncol,2013,30: Controversé : Arpino,Breast cancer res,2004,6: Négativité des récepteurs hormonaux Lin,Cancer 2008,113: (CNS) Gauthier, Ann Oncol 2010,21: Le Rhun, J Neurooncol 2011,105: Niwinska, Med oncol,2013,30: Torrejon, The Breast,2013,22:19-23

6 Tumeur triple négative Sur 118 patientes! Niwinska, Med oncol,2013,30:

7 Signes cliniques 1/3 à l interrogatoire 2/3 à l examen clinique Gleissner, Lancet Neurology, 2006;5:

8 Définition Ponction lombaire : présence de cellules néoplasiques Hyperprotéinorachie > 50 mg/ml Hypoglucorachie Pression LCR Taux élevé de VEGF 1 ère PL : 50-80% + 2 ème PL : 90% + Renouveler 2 fois la PL! IRM (Se=75%, Sp=75%) : Prise de contraste méningée, des nerfs craniens, de la corticale superficielle Nodules subarachnoïdiens hydrocéphalie Modification du flux de LCR

9 IRM

10 Pronostic Le Rhun, Bull Cancer 2013; 100:

11 Pronostic Âge<42 ans (ou< 60 ans)* Protéinorachie < 45 mg/ml Absence d encéphalopathie Karnovski>70 <3 lignes antérieures de chimiothérapie RH + Réponse à J15** L absence de blocage de LCR après RTE *** L absence de«bulky» subarachnoid CNS disease *** Lara-Medina, the Breast Cancer 2012,3: Palma,Cli Neurology,2013,115:19-25 *Herlinger, J Neurol sciences,2004,223: ** Jayson, Cancer 1994,74: ***Gleissner, Lancet Neurology, 2006;5:

12 Score pronostique Curie OMS 3 ou 4 > 3 lignes antérieures de chimiothérapie RH - (Cypra 21-1 élevé dans LCR) Établi sur étude de 91 méningites K de cancers du sein,traités par méthotrexate IT OS= 17 semaines 25% OS>1 an Gauthier, Annals oncol 2010,21: Bidard, Annals oncol,2011,22:

13 Modalités de traitement Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie : Intra-veineuse Intra-téchale Soins de support

14 Chirurgie Shunt ventriculo-péritonéal avec valve ON/OFF DeAngelis,J Neurooncol,1998,38: Réservoir OMMAYA Lishner,Arch Inter Med,1990,150:

15 Radiothérapie 20 Grays en 5 fractions ou 30 Grays en 10 fractions Toujours citée dans la prise en charge mais pas d études randomisées ou prospectives!!! Pas de RTE de l ensemble du nevraxe Indication : débulking altération de la barrière hémato-méningée pour faciliter le passage de la chimiothérapie intraveineuse

16 Chimiothérapie intra-téchale Méthotréxate 15 mg 2x/semaine Aracytine : 50 mg 2x/semaine Depocyte (aracytine liposomale) : 50 mg 1 x/15 jours Jaeckle,Brit J of cancer, 2001,84: K sein, OS=12 semaines Jaeckle,J Neurooncology,2002,57: K, 38 K sein, OS=13 semaines Fusco, J Neurooncol,2013, 27 K dont 15 K sein OS=20 semaines Thiotepa (agent alkylant non spécifique du cycle cellulaire)

17 Chimiothérapie intra-téchale 11 K sein ns Meilleure réponse quand RTE Dépocyte>AraC 11 K sein Dépocyte=metho Trt IV> Metho IT Kim,Jpn J clin Oncol K sein MTX vs MTX+araC OS :MTX < MTX+araC Réponse cyto : MTX < MTX+araC Le Rhun, Bull Cancer 2013; 100:

18 Méthotrexate intra-téchal Méthotrexate 15 mg/jour J1 à J5 pour J1=J14 91 K sein OS=17 semaines Corrélation réponse clinique à 1 mois et survie globale Gauthier, Annals of Oncolgy,2012,22: Méthotrexate 15 mg x2/semaine puis x1/semaine 67 K sein OS=16 semaines (22%>6 mois, 7%>1an) Pas de corrélation entre réponse LCR et OS Rudnicka,J neuroooncol,2007,84:57-62

19 Drogues utilisées en intra-téchale Gleissner, Lancet Neurology, 2006;5:

20 Chimiothérapie intra-téchale : limites Shapiro,Semin Oncol,2009,36:S46-S54

21 Chimiothérapie intra-veineuse Chimiothérapie intra-veineuse> MTX IT Boogerd, EJC,2004,40: Cytarabine Thiotepa Methotrexate hautes doses (8 à 12 g/m²) Blaney,Oncology,1991,5: Glantz,JCO,1998,16:

22 HAS mars 2006

23 Tumeurs Her2+ Mesure rapport concentration Trastuzumab dans le sang et le LCR quand injection IV (8 cas) Avant RTE=420/1 Après RTE=76/1 Avec méningite K=49/1 Stemmler,anti cancer drugs,2007,18:23-28 Revue de la littérature : 13 articles, 17 cas Trastuzumab IT +/- Trastuzumab IV +/- chimiothérapie IV +/- chimiothérapie IT OS=13,5 mois Zagouri,Breast Cancer res trat,2013,139:13-22

24 Tumeurs Her2+ Zagouri,Breast Cancer res trat,2013,139:13-22

25 Perspectives Injection autres anticorps monoclonaux IT Bevacizumab IT chez le lapin Brastianos, J Neurooncol 2012,10:81-88 Mieux comprendre les différences entre barrière hémato-encéphalique et barrière hémato-méningée Groves,arch neurol, 2010,67:

26 Algorithme de prise en charge Chamberlain,the oncologist, 2008;13:

27 Algorithme de prise en charge Gleissner, Lancet Neurology, 2006;5:

28 Conclusion Diagnostic à évoquer, PL x 2, IRM Traitement en fct critères pronostiques Chimiothérapie IV/IT? Thérapeutiques ciblant Her2+

29 Bibliographie GLEISSNER, LANCET NEUROLOGY, 2006;5: BOOGERD,EJC SUPPLEMENTS,2007,5:41-51 CHAMBERLAIN, THE ONCOLOGIST 2008;13: LE RHUN, BULL CANCER,2013,100: ZAGOURI,BREAST CANCER RES TRAT,2013,139:13-22

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Avi ASSOULINE Réunion du CORP 22/05/2008 Introduction Fréquent : 20-40% des patients cancéreux Plus fréquentes des tumeurs cérébrales Incidence

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

F Lamontagne, A Moulignier, T Lukiana, JB Guiard-Schmid, Ph Bonnard, G Pialoux. Service des Maladies Infectieuses, Hôpital Tenon, AP-HP

F Lamontagne, A Moulignier, T Lukiana, JB Guiard-Schmid, Ph Bonnard, G Pialoux. Service des Maladies Infectieuses, Hôpital Tenon, AP-HP Amélioration spectaculaire de la survie dans le lymphome cérébral primitif associé au VIH par la combinaison d antirétroviraux actifs et de méthotrexate intraveineux à haute dose F Lamontagne, A Moulignier,

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Septembre 2015 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 2, ASCO, ESMO et NCCN, serviront de cadre général aux recommandations

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

LYMPHOME CÉRÉBRAL PRIMITIF TRAITEMENT ET ORGANISATION PRISE EN CHARGE RÉGIONALE

LYMPHOME CÉRÉBRAL PRIMITIF TRAITEMENT ET ORGANISATION PRISE EN CHARGE RÉGIONALE LYMPHOME CÉRÉBRAL PRIMITIF TRAITEMENT ET ORGANISATION PRISE EN CHARGE RÉGIONALE Réunion OncoMiP 4 novembre 2016 Lucie Oberic oberic.lucie@iuct-oncopole.fr Généralités- Données OncoMip Recommandations Diagnostiques

Plus en détail

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Classification Les sarcomes utérins sont rares : 1% des tumeurs malignes gynécologiques : 3,3/100.000

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires

Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires Sabiani L, Houvenaeghel G, Heinemann M, Reyal F, Classe J-M, Cohen M, Garbay J-R, Giard S, Charitansky

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 02 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 02 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 02 juin 2004 DEPOCYTE 50 mg/5 ml, suspension injectable Boîte de 1 flacon MUNDIPHARMA S.A.S cytarabine Liste I Date de l'amm : 11

Plus en détail

Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS

Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS Dr Ton Van, Dr. Mouawad 10/12/ Dr TON VAN DONNÉES GÉNÉRALES ET MÉTHODOLOGIE Les enjeux Modification de l incidence Répartition des sites tumoraux

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

Tumeurs épithéliales de l ovaire aux stades III et IV : Analyse observationnelle des pratiques et impacts des stratégies thérapeutiques sur la survie

Tumeurs épithéliales de l ovaire aux stades III et IV : Analyse observationnelle des pratiques et impacts des stratégies thérapeutiques sur la survie Tumeurs épithéliales de l ovaire aux stades III et IV : Analyse observationnelle des pratiques et impacts des stratégies thérapeutiques sur la survie À partir d une étude bi-centrique de 1474 patientes

Plus en détail

En Regard La première grossesse : = 24 ans = 29 ans

En Regard La première grossesse : = 24 ans = 29 ans Cancer du Sein et Grossesse CANCER DU SEIN ET GROSSESSE Définition : début?? => 1 an après Est-ce fréquent : 1 à 3 gr/10 000 1 à 2 % des K.S sont enceintes au moment du diagnostic Est-ce grave? En 1954

Plus en détail

Métastases cérébrales uniques Place de la radiothérapie

Métastases cérébrales uniques Place de la radiothérapie Métastases cérébrales uniques Place de la radiothérapie O.THOMAS 30 avril 2005 1 Plan épidémiologie objectifs moyens thérapeutiques effets secondaires résultats questions non résolues 2 Epidémiologie Tumeur

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 32% > 70 ans 10% > 80 ans SEER Epidémiologie

Plus en détail

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez

Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Interne: A. Pham Tuteur : Dr Peugniez Généralités Epidémiologie Incidence 7800 nouveaux cas par an (1) 70-80 ans Prédominance masculine Bilan pré thérapeutique TDM TAP Echoendoscopie + biopsie si réalisable

Plus en détail

Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES

Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES Prise en charge des patients avec cancer du rectum et métastases hépatiques synchrones RESECABLES Regimbeau JM Service de chirurgie digestive et Oncologique CHU Amiens Nord, université de Picardie Amiens

Plus en détail

Facteurs de risque de LEMP chez les patients vivant avec le VIH. Hugues Melliez JRPI 11 octobre

Facteurs de risque de LEMP chez les patients vivant avec le VIH. Hugues Melliez JRPI 11 octobre Facteurs de risque de LEMP chez les patients vivant avec le VIH Hugues Melliez JRPI 11 octobre Liens d intérêt Honoraires, congrès, et soutiens à la recherche : Abbott, BMS, Gilead, Janssen, MSD, Viiv

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

Atteintes leptoméningées de tumeurs solides chez les adultes Leptomeningeal metastases of solid tumors in adults

Atteintes leptoméningées de tumeurs solides chez les adultes Leptomeningeal metastases of solid tumors in adults Atteintes leptoméningées de tumeurs solides chez les adultes Leptomeningeal metastases of solid tumors in adults E. Le Rhun 1, S. Taillibert 2, L. Taillandier 3 Épidémiologie les méningites carcinomateuses

Plus en détail

Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s?

Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s? 12 ème rencontre sur les urgences et complications sévères chez le patient cancéreux Quelle imagerie en cas de douleurs vertébrales aiguës s? Dr J. Alexiou Service d Imagerie Médicale Institut Bordet Douleur

Plus en détail

Etudes cliniques dans les atteintes méningées métastatiques. E Le Rhun 19.04.12

Etudes cliniques dans les atteintes méningées métastatiques. E Le Rhun 19.04.12 Etudes cliniques dans les atteintes méningées métastatiques E Le Rhun 19.04.12 6 études randomisées Chamberlain, 2010 Intrathecal Trastuzumab HER2 is overexpress in 30% of primary BC 29% of patients with

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Stratégie thérapeutique devant une tumeur HER2 surexprimé en phase adjuvante

Stratégie thérapeutique devant une tumeur HER2 surexprimé en phase adjuvante 3 e édition des RCP de la SFSPM Nancy, 13 juin 2013 Stratégie thérapeutique devant une tumeur HER2 surexprimé en phase adjuvante Dr Mathilde Deblock (ICL, Nancy) Dr Marc Spielmann (IGR, Villejuif) Madame

Plus en détail

LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES DE LA RADIOTHERAPIE: Apport de l imageriel

LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES DE LA RADIOTHERAPIE: Apport de l imageriel LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES DE LA RADIOTHERAPIE: Apport de l imageriel HSAINI Y., MOUNACH J., ELMARJANY M*., ZERHOUNI A., SATTE A., KAROUACHE A., SEMLALI A, BOULAHRI T, BOURAZZA A., MOSSEDDAQ R. Service

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er juillet 2015 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 232 3 2) TARCEVA 100 mg, comprimé pelliculé B/30 (CIP : 34009 369 234 6 1 TARCEVA 150 mg, comprimé

Plus en détail

Place de la TEP-TDM dans l évaluation. néoadjuvantedu cancer du sein

Place de la TEP-TDM dans l évaluation. néoadjuvantedu cancer du sein Place de la TEP-TDM dans l évaluation précoce de la chimiothérapie néoadjuvantedu cancer du sein Dr Alexandre Cochet Centre Georges-François Leclerc, Dijon, France. LE2i CNRS UMR 6304, Dijon, France. Chimiothérapienéoadjuvanteet

Plus en détail

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires V.Aflalo-Hazan, K.Kerrou, F.Gutman, F.Montravers, D.Grahek, JN.Talbot Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Cas clinique

Plus en détail

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques Prise en charge des CBNPC oligométastatiques À partir d'un cas clinique Dr Stéphane HOMINAL, Centre Hospitalier Annecy-Genevois Les incontournables 7 octobre 2014 Cas clinique / femme 66 ans - juillet

Plus en détail

Situation difficile dans le cancer du côlon La récidive ganglionnaire. F Dumont

Situation difficile dans le cancer du côlon La récidive ganglionnaire. F Dumont Situation difficile dans le cancer du côlon La récidive ganglionnaire F Dumont Les situations «difficiles» Elles sont difficiles car le pronostic est médiocre, les diagnostics difficiles et les niveaux

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT AVASTIN CARACTERISTIQUES HISTORIQUE DES MODIFICATIONS

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT AVASTIN CARACTERISTIQUES HISTORIQUE DES MODIFICATIONS DENOMINATION DU MEDICAMENT AVASTIN CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Bevacizumab Composition qualitative et quantitative : AVASTIN 100 mg Flacon 25 mg/ml AVASTIN 500 mg Flacon 25 mg/ml Statut : A.M.M.

Plus en détail

Préservation de la fertilité féminine : indications en oncologie médicale Dr Laurence GLADIEFF

Préservation de la fertilité féminine : indications en oncologie médicale Dr Laurence GLADIEFF Préservation de la fertilité féminine : indications en oncologie médicale Dr Laurence GLADIEFF Institut Claudius Regaud Oncomip, 24 novembre 2016 Introduction Préservation de la fertilité chez la femme

Plus en détail

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie Radiothérapie stéréotaxique Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie PLAN Introduction Radiothérapie Stéréotaxique INTRA-crânienne EXTRA-crânienne Conclusion INTRODUCTION RT Stéréotaxique

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0!

Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0! Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0! Pour quelle patientes? 12 juin 2015 - Dr C Perrin UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Introduction Traitements adjuvants

Plus en détail

Cas clinique femme âgée cancer du sein. Dr BACIUCHKA-PALMARO Marjorie Dr CRETEL-DURAND Elodie CHU NORD AP-HM

Cas clinique femme âgée cancer du sein. Dr BACIUCHKA-PALMARO Marjorie Dr CRETEL-DURAND Elodie CHU NORD AP-HM Cas clinique femme âgée cancer du sein Dr BACIUCHKA-PALMARO Marjorie Dr CRETEL-DURAND Elodie CHU NORD AP-HM 12/2014 Cs rhumato pour douleur de hanche Découverte d une tumeur du sein droit Palpation d un

Plus en détail

13/03/15. Rationnel. Rationnel. Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire

13/03/15. Rationnel. Rationnel. Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire CORP 12 mars 2015 Sophie GUILLERM Service de Radiothérapie du Pr Hennequin Hôpital Saint Louis Rationnel >75% des rechutes

Plus en détail

Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature

Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature M. Chehab, JL Sautière, Y. Maisonnette-Escot, D. Riethmuller, R. Maillet CHU Besançon Introduction

Plus en détail

La classification TNM du cancer bronchique

La classification TNM du cancer bronchique La classification TNM du cancer bronchique Jean-Paul Sculier Service des Soins Intensifs et Urgences Oncologiques & Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet, Centre des Tumeurs de l Université Libre

Plus en détail

Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS

Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS DIU Neuro-oncologie 08/04/2011 Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS Guillaume HERBET - Neuropsychologue Service de Neurologie Hôpital Gui de Chauliac CHRU Montpellier

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 Épidémiologie Tumeur rare 10% des sarcomes utérins 0,2% des néoplasies utérines Ashraf-Ganjoei T et al. World J Surg Oncol. 2006

Plus en détail

Tuberculomes cérébraux IFMT-MS

Tuberculomes cérébraux IFMT-MS Tuberculomes cérébraux IFMT-MS.2006 1 Tuberculome (TBM) : généralités 2ème localisation de TB au SNC (après la méningite), de haute gravité Les TBM peuvent survenir sans autre localisation TB évidente

Plus en détail

Cancers du poumon et infection VIH/SIDA. Chouaid C. Hôpital Saint Antoine, Paris

Cancers du poumon et infection VIH/SIDA. Chouaid C. Hôpital Saint Antoine, Paris Cancers du poumon et infection VIH/SIDA Chouaid C. Hôpital Saint Antoine, Paris Plan Cancers du poumon population générale Caractéristiques chez patients VIH/SIDA Questions non résolues Population générale

Plus en détail

Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués. Applications dans les cancers du poumon. Dr Jessica Ohnona

Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués. Applications dans les cancers du poumon. Dr Jessica Ohnona Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués Applications dans les cancers du poumon Dr Jessica Ohnona Physiopathologie Angiogenèse Formation de néo-vaisseaux à partir d un réseau

Plus en détail

Echelle pronostique et aide à la décision des métastases cérébrales Delphine ANTONI Centre Paul Strauss - Strasbourg

Echelle pronostique et aide à la décision des métastases cérébrales Delphine ANTONI Centre Paul Strauss - Strasbourg Echelle pronostique et aide à la décision des métastases cérébrales Delphine ANTONI Centre Paul Strauss - Strasbourg Les métastases cérébrales (MC) 1ère cause de tumeur maligne intracérébrale 20 à 40%

Plus en détail

Hématome sous dural chronique révélant une métastase durmérienne d'un néo du sein

Hématome sous dural chronique révélant une métastase durmérienne d'un néo du sein Hématome sous dural chronique révélant une métastase durmérienne d'un néo du sein H Jalal 1, M Ouali Idrissi 1, A Benhaddou 1, K Aniba 2, S Ait Benali 2, O Essadki 1, A Ousehal 1 1- Service de Radiologie

Plus en détail

Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec

Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec Introduction: Quatre questions fondamentales Un sujet atteint de cancer développe un épanchement pleural: S agit-il

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 32% > 70 ans 10% > 80 ans SEER 1 Epidémiologie

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Adénopathie axillaire; cancer sein occulte, s y retrouver.. Par André Blais MD FRCPC Hémato oncologue

Adénopathie axillaire; cancer sein occulte, s y retrouver.. Par André Blais MD FRCPC Hémato oncologue Adénopathie axillaire; cancer sein occulte, s y retrouver.. Par André Blais MD FRCPC Hémato oncologue Plan de la présentation 1- brève histoire de cas et questions soulevées 2- diagnostic différentiel

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Métastases hépatiques colorectales. Diane Goéré Michel Ducreux

Métastases hépatiques colorectales. Diane Goéré Michel Ducreux Métastases hépatiques colorectales Diane Goéré Michel Ducreux Patiente de 58 ans ATCD personnels : Stent coronaire en 2007 ATCD familiaux : RAS Juin 2012: Sigmoidectomie pour tumeur infiltrante, sténosante,

Plus en détail

Place de la chimiothérapie à haute dose en neurooncologie. Christelle DUFOUR DIUNO 7 décembre 2009

Place de la chimiothérapie à haute dose en neurooncologie. Christelle DUFOUR DIUNO 7 décembre 2009 Place de la chimiothérapie à haute dose en neurooncologie Christelle DUFOU DIUNO 7 décembre 2009 Principes généraux Notion d effet dose : Acquisition de résistance par les cellules tumorales Augmenter

Plus en détail

Cancer colo-rectal: quoi de neuf?

Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Cancer colique ou rectal: des différences d approche Dépistage, diagnostic et bilan d extension du cancer colique: TDM Bilan d extension

Plus en détail

Prise en charge du risque. traitements

Prise en charge du risque. traitements Prise en charge du risque d ostéoporose oporose associé aux traitements Caroline Antoine, Serge Rozenberg VIème Journée de formation Cancer du sein Samedi 7 mars 2009 Qu est-ce que l ostéoporose? Etat

Plus en détail

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux?

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dr Jean-Philippe DURAND Président du CLAN du GHU Paris Centre Praticien Hospitalier Service

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE REVELE PAR DES METASTASES AXILLAIRES. Véronique VAINI- COWEN Polyclinique du Parc RAMBOT Aix- en- Provence

CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE REVELE PAR DES METASTASES AXILLAIRES. Véronique VAINI- COWEN Polyclinique du Parc RAMBOT Aix- en- Provence CANCER DU SEIN INFRACLINIQUE REVELE PAR DES METASTASES AXILLAIRES Véronique VAINI- COWEN Polyclinique du Parc RAMBOT Aix- en- Provence DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL Toutes les adénopathies axillaires : Bénignes:

Plus en détail

métastase au cours du cancer

métastase au cours du cancer Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses

Plus en détail

ALR et Cancer : Quelles nouveautés en 2014

ALR et Cancer : Quelles nouveautés en 2014 ALR et Cancer : Quelles nouveautés en 2014 Hugues de Courson Antoine Giraudon DESAR, CHU de Bordeaux Articles de l année en anesthésie réanimation 1 Bénéfices de l ALR Ce que l on sait déjà : (court et

Plus en détail

Imagerie des complications des méningites chez l enfant

Imagerie des complications des méningites chez l enfant Imagerie des complications des méningites chez l enfant H. Bouamri, K. Chbani, A. Benmoussa, S. Salam, L. Ouzidane Service de Radiologie Pédiatrique - Hôpital d Enfants A. EL Harouchi, CHU Ibn Rochd, Casablaca,

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE

GLIOBLASTOME DU SUJET AGE GLIOBLASTOME DU SUJET AGE DR FOTSO, DR TESTA, DR MANET, DR GENGUENE, DR VASSAL, DR DUTHEL, DR HATEM, DR BENHAMOUDA, DR NJEE BUGHA, DR NUTI NEUROCHIRURGIE CHU SAINT ETIENNE introduction Malgré des progrès

Plus en détail

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Introduction Cancer du pénis = rare Incidence : 1/100 000 hommes en Europe Pic de fréquence entre 60-70

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Cancer du poumon: LES THERAPIES CIBLEES

Cancer du poumon: LES THERAPIES CIBLEES LES INCONTOURNABLES EN CANCEROLOGIE Cancer du poumon: LES THERAPIES CIBLEES Dr Michaël Duruisseaux, Pr Denis Moro Sibilot Unité d Oncologie Thoracique Clinique de Pneumologie Hôpital Michallon, CHU de

Plus en détail

Compléments de Radiologie RDGN Topic 3: substance blanche cérébrale

Compléments de Radiologie RDGN Topic 3: substance blanche cérébrale Compléments de Radiologie RDGN 2130 Secteur de NEURORADIOLOGIE Topic 3: substance blanche cérébrale Dr. Thierry Duprez Professeur Clinique UCL-St-Luc Thierry.Duprez@uclouvain.be http://www.saintluc.be

Plus en détail

Oncologie médicale. [Date]

Oncologie médicale. [Date] Candidate I.D. Collez la vignette ici Voici des exemples de questions que vous pourriez retrouver dans un examen à réponse courte. Les réponses modèles sont fournies à titre d information. [Date] Confidentiel

Plus en détail

Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein

Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein Anne Choquette Pathologiste, Hôpital du Saint-Sacrement, CHA Cancer du sein Facteur pronostique: Caractère clinique, pathologique ou biologique témoignant

Plus en détail

Corrélation entre. le Volume Oscillatoire du LCS ventriculaire et la PL soustractive. dans les Hydrocéphalies chroniques de l adulte

Corrélation entre. le Volume Oscillatoire du LCS ventriculaire et la PL soustractive. dans les Hydrocéphalies chroniques de l adulte Corrélation entre le Volume Oscillatoire du LCS ventriculaire et la PL soustractive dans les Hydrocéphalies chroniques de l adulte S. ElSankari (1, 2), A. Fichten (3), C. Gondry-Jouet (4), M. Czosnyka

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Diagnostic des HSA non-anévrysmales

Diagnostic des HSA non-anévrysmales Tunisie - avril 2011 Diagnostic des HSA non-anévrysmales Pr Fabrice Bonneville Service de Neuroradiologie CHU Toulouse Objectifs Reconnaitre une HSA (isodense, iso ) Proposer une méthode d exploration

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse?

La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse? Tumeurs localement évoluées: traitements néo-adjuvants La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse? S.Giard Centre O.Lambret - Lille DPI : rien à déclarer Limites du sujet: la chirurgie mammaire et

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Chapitre 3 Cancers de la cavité buccale Généralités Les cancers de la cavité buccale représentent environ 30 % des cancers ORL (REF). Le type histologique le plus fréquent est le carcinome épidermoide

Plus en détail

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables?

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? Symposium International de Cancérologie Digestive SAHGE-FFCD 12 Décembre 2010 Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? K. Bentabak, A. Graba Service de Chirurgie Oncologique

Plus en détail

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers Bisphosphonates et cancers Erick Legrand CHU et Université, Angers Les traitements de l ostéoporose Activité physique régulière 3 heures par semaine Correction des carences alimentaires en calcium Eviction

Plus en détail

Marqueurs du suivi au stade M+

Marqueurs du suivi au stade M+ Marqueurs du suivi au stade M+ François-Clément Bidard Département d Oncologie Médicale Laboratoire des biomarqueurs circulants dirigés par le Pr Jean-Yves Pierga Institut Curie Biopsie liquide «surrogate»

Plus en détail

ESTIMATION DU RISQUE DE RÉCIDIVE DES CANCERS DIFFÉRENCIÉS DE LA THYROÏDE (CDT) CHEZ LES PATIENTS CLASSÉS P T4. Dr MEZIANI N

ESTIMATION DU RISQUE DE RÉCIDIVE DES CANCERS DIFFÉRENCIÉS DE LA THYROÏDE (CDT) CHEZ LES PATIENTS CLASSÉS P T4. Dr MEZIANI N ESTIMATION DU RISQUE DE RÉCIDIVE DES CANCERS DIFFÉRENCIÉS DE LA THYROÏDE (CDT) CHEZ LES PATIENTS CLASSÉS P T4. Dr MEZIANI N INTRODUCTION - Incidence du cancer de la thyroïde est en augmentation - SEER:

Plus en détail

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans Modes de découverte

Plus en détail

Toxicité neurologique centrale des traitements anti-cancéreux. Damien RICARD service de neurologie HIA du Val-de-Grâce (Paris)

Toxicité neurologique centrale des traitements anti-cancéreux. Damien RICARD service de neurologie HIA du Val-de-Grâce (Paris) Toxicité neurologique centrale des traitements anti-cancéreux Damien RICARD service de neurologie HIA du Val-de-Grâce (Paris) Journées internationales de la SFN 6-7 octobre 2011 Situations cliniques Agent

Plus en détail

CLINIQUE EL MANAR-TUNIS

CLINIQUE EL MANAR-TUNIS CLINIQUE EL MANAR-TUNIS DIABETE INSIPIDE ET CANCER DU SEIN H. SAADAOUI UNITE D IMAGERIE MEDICALE CLINIQUE EL MANAR-TUNIS S. KAMDOURIDIS SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL SAINT PIERRE-BRUXELLES OBJECTIF Attirer

Plus en détail

Le diagnostic anatomopathologique. H. Bégueret

Le diagnostic anatomopathologique. H. Bégueret Pleurésie et cancer Le diagnostic anatomopathologique H. Bégueret Mérignac, le 29/11/2008 Plèvre pariétale Plèvre médiastinale Plèvre viscérale Plèvre diaphragmatique Épanchements tumoraux: incidence

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES?

FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES? FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES? V Juhan, P Siles Hôpital La Timone, Marseille SFSPM, Marseille, Nov 2011 Progrès technologiques Pression commerciale Principes de précaution Exigence des patients

Plus en détail

du rein : le paradoxe de Dunning-Kruger

du rein : le paradoxe de Dunning-Kruger Traitements antiangioge niques dans le cancer du rein : le paradoxe de Dunning-Kruger Dr. Renaud GREPIN Centre Scientifique de Monaco 12 ème Biennale Monégasque de Cancérologie 3 février 2016 Score 1.

Plus en détail

Observation clinique

Observation clinique Observation clinique Actualités des tumeurs endocrines, 12/05/09 G. Goujon Service d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive (Pr. Dorval) CHRU Tours Etape (1) Femme, 39 ans, hospitalisée pour

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 17 novembre 2014

Communiqué de presse. Bâle, 17 novembre 2014 Communiqué de presse Bâle, 17 novembre 2014 Roche obtient l homologation par la FDA d Avastin plus chimiothérapie pour le traitement des femmes atteintes d un cancer de l ovaire récidivant résistant au

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

Les formes oligométastatiques de CBNPC

Les formes oligométastatiques de CBNPC Les formes oligométastatiques de CBNPC Groupe de travail Delphine Antoni, Véronique Beckendorf, Christelle Clément-Duchène, Didier Debieuvre, Bertrand Delclaux, Pierre-Emmanuel Falcoz, Jean Lahourcade,

Plus en détail

Conduite à tenir devant une carcinose localisée

Conduite à tenir devant une carcinose localisée XVIème Journée de l Association Picarde de Cancérologie Digestive Conduite à tenir devant une carcinose localisée Diane Goéré Département de Chirurgie Oncologique Institut Gustave Roussy Université Paris

Plus en détail

Gliome malin du sujet âgé. Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière

Gliome malin du sujet âgé. Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière Gliome malin du sujet âgé Florence Laigle-Donadey Service de Neuro-oncologie du Pr Delattre Hôpital de la Salpêtrière Gliomes sujets âgés Incidence En augmentation dans les pays industrialisés (Greig,

Plus en détail