Héparine Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Héparine Bas Poids Moléculaire (HBPM)"

Transcription

1 Page 1 sur 5 Décembre 2011 VERSION N 02 I. DÉFINITION Modalités de prescription, de préparation et d administration d un traitement anticoagulant par HEPARINE BAS POIDS MOLECULAIRE (HBPM) II. OBJECTIFS Eviter les erreurs de dosage Rappeler les gestes de préparation et les bons sites d injection. III. PERSONNES CONCERNÉES Prescripteurs IDE Pharmaciens IV. TEXTES RÉGLEMENTAIRES AFSSaPS 14 octobre 2002 AFSSaPS 23 avril 2008 point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM AFSSaPs oct 2011 Modification des recommandations sur la surveillance plaquettaire d un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire V. RÈGLES DE BONNES PRATIQUES Les textes officiels recommandent une prescription médicale rédigée en unités internationales (UI anti- Xa), horodatée et signée, adaptée au poids du patient et à sa fonction rénale. Remarque : lors d une prescription de sortie d un établissement, il est très important de noter sur l ordonnance l heure de la dernière administration pour respecter l intervalle entre deux doses. TRAITEMENT PREVENTIF : Dans ce type de traitement sont concernés les faibles dosages (différents selon les laboratoires). Les seringues ne sont pas graduées, le choix de la seringue dépend de la prescription médicale. TRAITEMENT CURATIF : Dans ce type de traitement sont concernés les forts dosages (différents selon les laboratoires). Les seringues sont alors graduées de 0,1 ml en 0,1 ml et parfois en UI anti-xa, afin de respecter la prescription médicale.

2 Page 2 sur 5 VOIE D ADMINISTRATION : Voie sous- cutanée stricte. Ne pas injecter par voie intramusculaire. TECHNIQUE D INJECTION : Mode d administration : Retirer le bouchon de protection de l aiguille. Pour le traitement curatif, le dosage de la spécialité doit être choisi en fonction de la quantité de produit à injecter ; sinon, ajuster en fonction de la prescription ; ainsi le volume excédentaire doit être éliminé avant injection en orientant la seringue vers le bas (afin de garder la bulle d air dans la seringue). L apparition d une goutte à l extrémité de l aiguille est possible. Dans ce cas, éliminer la goutte avant l injection en tapotant sur le corps de la seringue (aiguille vers le bas). NE PAS PURGER LA BULLE D AIR DANS LA SERINGUE avant l injection. Lieu d injection L injection doit être réalisée, de préférence chez un patient en décubitus, dans le tissu cellulaire souscutané de la ceinture abdominale antérolatérale et postérolatérale, tantôt à droite tantôt à gauche. L aiguille doit être introduite perpendiculairement et non tangentiellement, dans l épaisseur d un pli cutané réalisé entre le pouce et l index de l opérateur. Le pli doit être maintenu durant toute la durée de l injection. Ne pas faire au niveau des cuisses ou de la région sous-claviculaire SURVEILLANCE : Afssaps - Octobre 2011 Situations nécessitant une surveillance plaquettaire systématique pendant toute la durée du traitement, que l indication du traitement soit préventive ou curative : contexte chirurgical ou traumatique (immobilisation plâtrée ) actuel ou récent (dans les 3 mois), contexte non chirurgical / non traumatique chez des patients à risque : > antécédents d exposition à l Héparine Non Fractionnée ou aux HBPM dans les 6 derniers mois, compte tenu du risque de TIH (risque de TIH > 0.1%, voire > 1%), > comorbidité importante, compte tenu de la gravité potentielle des TIH chez ces patients. Situations ne nécessitant pas de surveillance plaquettaire systématique : contexte non chirurgical / non traumatique (risque de TIH < 0.1%) : il est rappelé que l insuffisance cardiaque quelle qu en soit l origine, toute affection nécessitant un décubitus prolongé ainsi que les maladies infectieuses, les hémopathies, les polyglobulies et les affections oncologiques peuvent être à l origine de thromboses veineuses profondes.

3 Page 3 sur 5 L apparition d une TIH constitue une situation d urgence nécessitant un avis spécialisé. Toute baisse significative (de l ordre de 50% de la valeur initiale) de la numération plaquettaire doit donner l alerte, avant même que cette valeur n atteigne le seuil critique (< mm3). La constatation d une diminution du nombre de plaquettes impose : un contrôle immédiat de la numération ; la suspension du traitement héparinique, en l absence d une autre étiologie évidente, si la baisse est confirmée (voire accentuée) lors de ce contrôle ; la prévention ou le traitement des complications thrombotiques de la TIH. Les signes évocateurs d une TIH sont : aggravation ou nouvelle suspicion d événements thrombo-emboliques veineux et/ou artériels, lésion cutanée douloureuse au point d injection sous-cutanée, manifestation systémique anaphylactoïde Traitement par HBPM Contexte chirurgical ou traumatique Contexte non chirurgical/ non traumatique (sauf patients à risque) Surveillance plaquettaire Systématique Non systématique Dosage plaquettaire Avant traitement ou au plus tard 24 h après début traitement, Puis 2 fois par semaine pendant un mois Puis 1 fois par semaine jusqu à l arrêt du traitement, en cas de traitement prolongé Avant traitement ou au plus tard 24 h après début traitement, En cas de manifestation clinique évocatrice de thrombopénie induite par l héparine

4 Page 4 sur 5 Annexes : Tableaux correspondance unités et posologies usuelles Rappel : La prescription doit être rédigée en UI pour éviter les erreurs de doses Correspondance unités selon spécialités Spécialités Dosage (UI anti-xa) Dosage (mg) Volume (ml) Lovenox (énoxaparine) ,2 Lovenox (énoxaparine) ,4 Lovenox (énoxaparine) ,6 Lovenox (énoxaparine) ,8 Lovenox (énoxaparine) Fragmine (daltéparine) ,2 Fragmine (daltéparine) ,2 Fragmine (daltéparine) ,75 Fragmine (daltéparine) Fraxiparine (nadroparine) ,2 Fraxiparine (nadroparine) ,3 Fraxiparine (nadroparine) ,4 Fraxiparine (nadroparine) ,6 Fraxiparine (nadroparine) ,8 Fraxiparine (nadroparine) Fraxodi ,6 Fraxodi ,8 Fraxodi Nadroparine GSK ,4 Nadroparine GSK ,6 Nadroparine GSK ,8 Nadroparine GSK Innohep (tinzaparine) ,25 Innohep (tinzaparine) ,35 Innohep (tinzaparine) ,45 Innohep (tinzaparine) ,5 Innohep (tinzaparine) ,7 Innohep (tinzaparine) ,9 Clivarine (reviparine) ,25 Clivarine (reviparine) ,6 Clivarine (reviparine) ,9

5 Page 5 sur 5 Posologies usuelles des HBPM Traitement préventif spécialité des thromboses veineuses Risque modéré Risque élevé Lovenox* 2000 UI/jour 4000 UI/jour Fragmine* 2500 UI/jour 5000 UI/jour Fraxiparine* 2800 UI/jour 40 à 60 UI/kg/jour Innohep* 2500 UI/jour 3500 à 4000 UI/jour Fraxodi* Doses AMM pour un patient à fonction rénale normale Traitement curatif (thromboses veineuses et/ou artérielles) Thromboses veineuses et artérielles 100 UI/kg x2/jour 1 mg/kg x2/jour Thromboses veineuses: 100 UI/kg x2/jour Thromboses artérielles : 120 UI/kg x2/jour Thromboses veineuses et artérielles 85 UI/kg x2/jour (0,1ml/10 kg x2/jour) Thromboses veineuses 175 UI/kg/jour Thromboses veineuses 171 UI/kg/jour 0,1 ml/10kg par jour

Point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM Message destiné aux professionnels de santé

Point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM Message destiné aux professionnels de santé 23 avril 2008 Point sur les HBPM et rappel des règles d utilisation des HBPM Message destiné aux professionnels de santé Rappel du contexte Des effets indésirables graves (notamment de nature allergique)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 1 juin 2000

Plus en détail

NOTICE UI anti-xa/0,6 ml 8000 UI anti-xa/0,8 ml UI anti-xa/ 1 ml. Solution injectable (S.C.) en seringue pré-remplie

NOTICE UI anti-xa/0,6 ml 8000 UI anti-xa/0,8 ml UI anti-xa/ 1 ml. Solution injectable (S.C.) en seringue pré-remplie NOTICE Lovenox énoxaparine sodique 6000 UI anti-xa/0,6 ml 8000 UI anti-xa/0,8 ml 10000 UI anti-xa/ 1 ml Solution injectable (S.C.) en seringue pré-remplie Lisez attentivement l intégralité de cette notice

Plus en détail

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 MALADIE THROMBO EMBOLIQUE VEINEUSE : CONSTAT DE SANTÉ PUBLIQUE

Plus en détail

3. LES HEPARINES. 3.a. la pharmacologie. Obtention des héparines et poids moléculaire. PLAN

3. LES HEPARINES. 3.a. la pharmacologie. Obtention des héparines et poids moléculaire. PLAN PLAN On verra successivement La pharmacologie des héparines L'utilisation des héparines Une autoévaluation 3.a. la pharmacologie. 3. LES HEPARINES Obtention des héparines et poids moléculaire. En fonction

Plus en détail

E02 - Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse

E02 - Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse E02 E02 Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse. I n t r o d u c t i o n L évaluation du risque thromboembolique veineux doit être systématique pour tout patient, hospitalisé ou

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT KASKADIL CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT KASKADIL CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT KASKADIL CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Complexe prothrombique humain ou PPSB Composition qualitative et quantitative : Facteur II de la coagulation (Prothrombine) Facteur

Plus en détail

ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY

ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY 1 STADES DE LA MRC 1: DFG Nl, néphropathie, protéinurie 2: DFG 60 à 89 ml/mn/1,73 m² 3: DFG 30 à 59 ml/mn/1,73 m² 4: DFG 15 à 29 ml/mn/1,73 m² 5: DFG < 15 ml/mn/1,73

Plus en détail

Les Anticoagulants. Groupe 2 Le 21 octobre 2013

Les Anticoagulants. Groupe 2 Le 21 octobre 2013 Les Anticoagulants Groupe 2 Le 21 octobre 2013 Les anticoagulants Classification :! Les anticoagulants inhibent certaines étapes de la coagulation.! On distingue 3 grandes Classes :! Les Héparines Non

Plus en détail

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Les HBPM Gestion pendant la grossesse D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Modifications coagulation Augmentation Filtration Rénale Augmentation Volume Plasmatique Augmentation poids Gène retour veineux Normalisation

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Syndrome hémorragique sous anticoagulant... 3 I.1 Diagnostiquer un accident des anticoagulants...3 I.2

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

L aspirine ASPEGIC, KARDEGIC, SOLUPSAN.

L aspirine ASPEGIC, KARDEGIC, SOLUPSAN. ANTIAGREGANTS PLAQUETTAIRES Les médicaments antiagrégants plaquettaires sont une famille hétérogène de médicaments utilisés pour empêcher la formation pathologique de thrombus au niveau de défauts des

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Ajustement de l anticoagulothérapie avec la Tinzaparine (Innohep) lors de l hémodialyse et en situation de coagulation partielle ou massive du circuit. NUMÉRO : 10.12

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 30 novembre

Plus en détail

Inspiré de VTE, Thrombophilia, Antithrombotic Therapy, and Pregnancy. CHEST 2012.

Inspiré de VTE, Thrombophilia, Antithrombotic Therapy, and Pregnancy. CHEST 2012. GROUPE HOSPITALIER PITIE SALPETRIERE Service de gynécologie Obstétrique Professeur DOMMERGUES Auteurs : Jacky NIZARD (GO) Danièle VAUTHIER-BROUZES (GO) Annick ANKRI (Hémostase) Isabelle MARTIN-TOUTAIN

Plus en détail

Les anticoagulants. Rappels : DEFINITIONS

Les anticoagulants. Rappels : DEFINITIONS Les anticoagulants Dr Foudad Rappels : DEFINITIONS Hémostase primaire Clou plaquettaire 3 étapes Coagulation Caillot de fibrino-cruorique Fibrinolyse Dissolution du caillot Catégories des anticoagulants

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 5 Questions Comment détecter les anticorps antiphospholipides? Quand retenir le diagnostic de syndrome antiphospholipides?

Plus en détail

Prise en charge des suspicions de la thrombose veineuse aux Urgences

Prise en charge des suspicions de la thrombose veineuse aux Urgences Université catholique de Louvain Cliniques universitaires Saint-Luc association sans but lucratif Service des urgences Pr F. Thys ABCD FGHIJ KLMNO PQRST UVWXY abcde fghij klmn Prise en charge des suspicions

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance d'un traitement antithrombotique

Item 175 : Prescription et surveillance d'un traitement antithrombotique Item 175 : Prescription et surveillance d'un traitement antithrombotique Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Héparines... 3 I.1 Pharmacocinétique et mode d administration...4 I.2

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

Vincent Lombard ACC. .distension liquide modérée des anses iléales de la fosse iliaque droite, .contrastant avec des anses jéjunales plates

Vincent Lombard ACC. .distension liquide modérée des anses iléales de la fosse iliaque droite, .contrastant avec des anses jéjunales plates Patiente de 87 ans, opérée d un remplacement valvulaire aortique. Dans les suites, syndrome occlusif avec distension abdominale, arrêt du transit et douleur. Persistance de quelques bruits hydro-aériques.

Plus en détail

B) Pas de prise de Coumadine le soir et contrôle le lendemain. C) Réduire la Coumadine à 7,5 mg/j. D) Hospitalisation en urgence. Que faites vous?

B) Pas de prise de Coumadine le soir et contrôle le lendemain. C) Réduire la Coumadine à 7,5 mg/j. D) Hospitalisation en urgence. Que faites vous? Jean-Francois SCHVED Laboratoire d Hématologie CHU Montpellier Une patiente de 47 ans doit subir une cholecystectomie sous coelioscopie pour un calcul cholestérolique après échec d un traitement par Questran.

Plus en détail

ANTICOAGULATION ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EER

ANTICOAGULATION ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EER ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE ANTICOAGULATION UNE NECESSITE Jean Louis Pallot RISQUE THROMBOTIQUE RISQUE HEMORRAGIQUE Service de réanimation polyvalente Hôpital André Grégoire (Montreuil 93)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 30 novembre 1999 par arrêté du 16 mars 2000. ANAHELP 1 mg/1 ml, solution

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 6 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE J. LEMOINE Questions Quel est le degré d'anticoagulation nécessaire

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. CALCIPARINE U.I/0,2 ml et U.I/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie (souscutanée)

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. CALCIPARINE U.I/0,2 ml et U.I/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie (souscutanée) NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR CALCIPARINE 5 000 U.I/0,2 ml et 7 500 U.I/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie (souscutanée) héparine calcique Veuillez lire attentivement l intégralité

Plus en détail

Anticoagulants et grossesse

Anticoagulants et grossesse Anticoagulants et grossesse JMVF 11 mai 2012 Emmanuelle de Raucourt Laboratoire d hématologie_hopital Beaujon-HUPVS Modifications de l hémostase et grossesse Hypercoagulabilité Augmentation des taux de

Plus en détail

Embolie pulmonaire et Grossesse M. COLLET

Embolie pulmonaire et Grossesse M. COLLET Embolie pulmonaire et Grossesse M. COLLET Embolie pulmonaire et grossesse 1ère cause de mortalité maternelle USA / GB, 4ème cause en France Grossesse : facteur de risque de MVTE (x2 x6) Risque absolu :

Plus en détail

THROMBOPHILIE ET GROSSESSE : PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES

THROMBOPHILIE ET GROSSESSE : PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES THROMBOPHILIE ET GROSSESSE : PRÉVENTION DES RISQUES THROMBOTIQUES MATERNELS ET PLACENTAIRES P. Edelman Club de Périfoetologie - 38, rue Beaujon 75008 Paris Extrait des Recommandations : Textes long et

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1)

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) Occlusion d une veine par un caillot sanguin Localisation préférentielle : les membres inférieurs Souvent asymptomatique THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE FACTEURS

Plus en détail

Fiche technique N 2. Anticoagulants : héparine non fractionnée, héparine de bas poids moléculaire, anticoagulants oraux

Fiche technique N 2. Anticoagulants : héparine non fractionnée, héparine de bas poids moléculaire, anticoagulants oraux P. Niclot, service de neurologie, CH du Havre. Héparine non fractionnée Mécanisme d action L héparine non fractionnée (HNF) se lie à l antithrombine, anticoagulant naturel dont elle accélère l interaction

Plus en détail

LES S I NJECTION O S

LES S I NJECTION O S UE 4.4 S2 Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical Promotion 2010-2013 PLAN Introduction Cadre législatif Anatomie Physiologie Les injections Définitions Les différentes voies d injection Préparation

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

Actilyse dans l infarctus aigu du myocarde

Actilyse dans l infarctus aigu du myocarde 1/5 1 ) OBJECTIF(S) : modalités d utilisation de l'actilyse dans l infarctus aigu. 2 ) DOMAINE D APPLICATION : Fédération inter hospitalière de cardiologie Réseau CardioRance 3 ) LES PERSONNELS CONCERNES

Plus en détail

Anticoagulation chez la personne âgée. Thomas Vogel Praticien Hospitalier Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Anticoagulation chez la personne âgée. Thomas Vogel Praticien Hospitalier Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Anticoagulation chez la personne âgée Thomas Vogel Praticien Hospitalier Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Héparines Glycosaminoglycanes sulfatés Groupe hétérogène avec coexistence

Plus en détail

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Comité de lutte contre la douleur Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Référence : CLUD 14 Version : 4 Date de diffusion Intranet : 2016 Références

Plus en détail

LES AVK CHEZ LA PERSONNE AGEE. Armelle GENTRIC 14 mars2008

LES AVK CHEZ LA PERSONNE AGEE. Armelle GENTRIC 14 mars2008 LES AVK CHEZ LA PERSONNE AGEE Armelle GENTRIC 14 mars2008 Antivitamines K - AVK Indications MVTE (au moins 6 mois) AC/FA (souvent à vie) Fluindione (Préviscan) : 72 % (½ vie : 31 heures) (comprimés quadrisécables

Plus en détail

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique.

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique. Absence d anticorps d anti HéparineH parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite par l héparine l chez le patient septique. Docteur Cécile Chopard Anesthésiste CHI Eure-Seine Evreux 31 Mai

Plus en détail

Protocoles d analgésie obstétricale

Protocoles d analgésie obstétricale Protocoles d analgésie obstétricale Indications 1) Demande de la patiente La sage-femme entend la demande de la patiente. Elle fait appel au médecin anesthésiste qui, muni des informations données par

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 juillet 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 1 juin 2000 (JO du 2 mars 2001) CALSYN 50UI/0,5 ml, solution injectable

Plus en détail

Gestion périopératoire des AVK

Gestion périopératoire des AVK Gestion périopératoire des AVK Jacqueline Conard Service d Hématologie Biologique Avec la collaboration de Marc Samama Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu, Paris Taux d hospitalisation pour effet

Plus en détail

Thrombose et cancer ELALAMY I., M.CAZAUBON,C DANIEL,V.ARFI, FA.ALLAERT. 64es Journées Internationales Francophones d Angéiologie

Thrombose et cancer ELALAMY I., M.CAZAUBON,C DANIEL,V.ARFI, FA.ALLAERT. 64es Journées Internationales Francophones d Angéiologie Thrombose et cancer ELALAMY I., M.CAZAUBON,C DANIEL,V.ARFI, FA.ALLAERT 64es Journées Internationales Francophones d Angéiologie Thrombose veineuse et cancer Rappel épidémiologique Etude «pilote» SFA Particularités

Plus en détail

Prise en charge d un patient traité par dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente

Prise en charge d un patient traité par dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente Prise en charge d un patient traité par dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente Gilles Pernod et Pierre Albaladejo, pour le Mise en garde

Plus en détail

Soins Infirmiers aux Personnes atteintes d Affections Cardio-Vasculaires

Soins Infirmiers aux Personnes atteintes d Affections Cardio-Vasculaires INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005-2008 1 ère année 2005-2006 Module Soins Infirmiers aux Personnes atteintes d Affections Cardio-Vasculaires CARDIOLOGIE MODULE GLOBAL /40POINTS MODULE

Plus en détail

Traitements anti-thrombosants Docteur Gilles PERNOD Décembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Traitements anti-thrombosants Docteur Gilles PERNOD Décembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Traitements anti-thrombosants Docteur Gilles PERNOD Décembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Mécanisme normal de l hémostase primaire et coagulation (DCEM1) Mécanismes d action des antiagrégants

Plus en détail

ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE

ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE Dr Fr.GOUBAULT - N. OUACHENE 1 ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES Evaluer le risque d hémorragie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Traitement par Héparine

Traitement par Héparine Traitement par Héparine Table des matières - Présentation du cas 3 - La patiente 4 - La patiente 5 - Le traitement médicamenteux 6 - Exercice : Validation de l'ordonnance : 7 - Exercice 8 - Suite du cas

Plus en détail

Cancer et Thrombose: les liaisons dangereuses

Cancer et Thrombose: les liaisons dangereuses Cancer et Thrombose: les liaisons dangereuses PE MORANGE CHU TIMONE INSERM UMR 1062 MARSEILLE Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit, Arch Int Med 2000 Délai diagnostic du cancer et TV Blom, JAMA

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

INJECTION INTRA-MUSCULAIRE

INJECTION INTRA-MUSCULAIRE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE INJECTION INTRA-MUSCULAIRE FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition But Indication Contre-indications Introduction sous pression d'une substance médicamenteuse

Plus en détail

INDICATIONS ET MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

INDICATIONS ET MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE INDICATIONS ET MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE E. PAUTAS Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix - AP-HP LES HEPARINES... ET SURTOUT LES HBPM Incidence de la MTEV et âge 40-60 50-59

Plus en détail

La Maladie Thrombo- Embolique Veineuse

La Maladie Thrombo- Embolique Veineuse La Maladie Thrombo- Embolique Veineuse AMMPPU - METZ 31 Mars 2009 E.STEYER E.STEYER 2009 Une histoire que vous avez déjà rencontré Après un trajet en bus, un peu long, un peu chaud, une douleur dans le

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

Surveillance du traitement par héparines et AVK

Surveillance du traitement par héparines et AVK Surveillance du traitement par héparines et AVK 1 Suivi du ttt par héparine 1.1 Classification et mode d action (Cf section V) 1.2 Suivi et valeur cible Numération plaquettaire o SYSTEMATIQUE!! o Tous

Plus en détail

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK»

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK» Contexte : La prescription d AVK est fréquente : environ 600 000 patients sont traités par une anti vitamine K (AVK) en France chaque année (soit environ 1 % de la population). Les accidents hémorragiques

Plus en détail

ETUDE DES PRESCRIPTIONS DES HEPARINES A BAS POIDS MOLECULAIRE (HBPM) POUR LA PREVENTION DU RISQUE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUX

ETUDE DES PRESCRIPTIONS DES HEPARINES A BAS POIDS MOLECULAIRE (HBPM) POUR LA PREVENTION DU RISQUE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUX Caisse nationale REGIME AMPI - SERVICE MEDICAL ETUDE DES PRESCRIPTIONS DES HEPARINES A BAS POIDS MOLECULAIRE (HBPM) POUR LA PREVENTION DU RISQUE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUX Rapport d étude ACTION GDR XX.98.11.01.008

Plus en détail

Item 182 : Accident des anticoagulants

Item 182 : Accident des anticoagulants Item 182 : Accident des anticoagulants Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Accidents liées

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 février 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 27 avril 1999 - (J.0. du 04

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT FASTURTEC CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT FASTURTEC CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT FASTURTEC CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Rasburicase Composition qualitative et quantitative : 1,5mg/1mL Poudre + Solution Injectable 1mL 7,5mg/5mL Poudre + Solution

Plus en détail

BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTALGIQUES EN MILIEU HOSPITALIER

BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTALGIQUES EN MILIEU HOSPITALIER BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTALGIQUES EN MILIEU HOSPITALIER Dr. Eric BRANGER Pharmacien - C.H. Plöermel Journée IRD Pays Loire / Bretagne - REDO - Vannes 29 Janvier 2010 1) RAPPELS REGLEMENTAIRES Circuit

Plus en détail

Maladie veineuse thrombo-embolique

Maladie veineuse thrombo-embolique Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Maladie veineuse thrombo-embolique DANS LES AFFECTIONS CANCÉREUSES. Avec le soutien de la Ligue contre le cancer du Val-de-Marne Novembre 2004

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par avis de renouvellement à compter du

Plus en détail

ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE

ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE Docteur Jean-Louis PALLOT Service de Réanimation Médico-chirurgicale, Montreuil L anticoagulation du circuit extra corporel est une nécessité au cours de l épuration

Plus en détail

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF Référence du Cas-Clinique- Progressif : Faculté Nom et prénom du rédacteur Nom et prénom du relecteur Spécialité du rédacteur

Plus en détail

Surveillance biologique d un traitement par héparine standard

Surveillance biologique d un traitement par héparine standard Surveillance biologique d un traitement par héparine standard 2 buts : adapter la posologie diagnostic précoce de TIH I. Rappel sur l héparine standard médicament antithrombotique ayant une action immédiate

Plus en détail

INTRODUCTION - HISTORIQUE

INTRODUCTION - HISTORIQUE Dr Nairouz Ghannouchi Jaafoura, Pr Fethi Bahri Service de médecine interne et maladies infectieuses CHU Hached (Sousse) Conférence présentée à la 7 ème journée de médecine d urgence du centre, 10 mars

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉS RÉSERVÉES Évaluer l état physique et mental d une personne symptomatique. Exercer une surveillance clinique de la personne dont l état de santé présente des risques, incluant le monitorage et

Plus en détail

Un beau relais. Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz

Un beau relais. Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz Un beau relais Par Alexis Regnault Anesthésiste à la Polyclinique d Aguiléra Biarritz La consultation Rdv anesthésiste pour chirurgie réglée d un canal carpien gauche La patiente habituelle Femme de 66

Plus en détail

COURS DE CARDIOLOGIE

COURS DE CARDIOLOGIE COURS DE CARDIOLOGIE Docteur Eric DRAI ericdrai@yahoo.fr Maladie thrombo embolique veineuse Thrombose veineuse profonde (Phlébite) Formation d un caillot (thrombus) dans le réseau veineux profond des membres

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. (colistimethate sodium) Poudre pour solution. (équivalent à 150 mg de colistine base) Antibiotique antibactériens

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES. (colistimethate sodium) Poudre pour solution. (équivalent à 150 mg de colistine base) Antibiotique antibactériens RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES Pr Colistimethate pour injection, U.S.P. (colistimethate sodium) Poudre pour solution (équivalent à 150 mg de colistine base) Antibiotique antibactériens SteriMax Inc. 1-2735

Plus en détail

Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013

Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013 Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013 DIABETE Facteur pronostic : Plus âgés, plus de comorbidités

Plus en détail

Prise en charge diagnostique et thérapeutique des Embolies pulmonaires chez la femme enceinte Geneviève PLU-BUREAU

Prise en charge diagnostique et thérapeutique des Embolies pulmonaires chez la femme enceinte Geneviève PLU-BUREAU Prise en charge diagnostique et thérapeutique des Embolies pulmonaires chez la femme enceinte Geneviève PLU-BUREAU Unité de Gynécologie Endocrinienne, Hôpital Port-Royal, Paris Unité d hémostase, Hôpital

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décision du 11 février 2013 de l Union nationale des caisses d assurance maladie relative à la liste des actes

Plus en détail

ADMINISTRATION D UNE INJECTION SOUS- CUTANEE

ADMINISTRATION D UNE INJECTION SOUS- CUTANEE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE ADMINISTRATION D UNE INJECTION SOUS- CUTANEE FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition But Indication Contre-indications Introduction d une substance médicamenteuse

Plus en détail

Anticoagulation des syndromes coronariens aigus

Anticoagulation des syndromes coronariens aigus Anticoagulation des syndromes coronariens aigus Journées de Printemps - 2012 Dr Mohamed Boussarsar Réanimation médicale Sousse Introduction / SCA diagnostic Introduction / SCA Rupture de la «plaque» Introduction

Plus en détail

Les Référentiels de la STAAR

Les Référentiels de la STAAR SOCIÉTÉ TUNISIENNE D'ANESTHÉSIE, D'ANALGÉSIE ET DE RÉANIMATION Les Référentiels de la STAAR La Prophylaxie de la Maladie Thrombo-embolique Postopératoire Mai 2006 Les référentiels de la STAAR LA PROPHYLAXIE

Plus en détail

POSE ET ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE

POSE ET ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE POSE ET ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE PERIPHERIQUE DEFINITION SOINS INFIRMIERS PERMETTANT D ASSURER LA POSE ET L ENTRETIEN D UNE VOIE VEINEUSE PERIPHERIQUE DANS DES CONDITIONS D HYGIENE ET D ASEPSIE OPTIMALES

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans Par arrêté du 18 octobre 1999 (JO du 23 octobre

Plus en détail

En savoir plus Anticoagulants et personne âgée

En savoir plus Anticoagulants et personne âgée En savoir plus Anticoagulants et personne âgée Il existe plusieurs particularités chez le patient âgé concernant les médicaments anticoagulants et la prise en charge de la maladie thrombo-embolique veineuse

Plus en détail

Prescription Des Héparines de Bas Poids Moléculaire (HBPM) en milieu médical

Prescription Des Héparines de Bas Poids Moléculaire (HBPM) en milieu médical Prescription Des Héparines de Bas Poids Moléculaire (HBPM) en milieu médical Elaborées à la demande de La Direction Générale de la Santé vec la coordination de L ssociation Tunisienne de Réanimation (TR)

Plus en détail

Guide de l usage optimal des héparines de faible poids moléculaire pour les patients obèses et les patients insuffisants rénaux

Guide de l usage optimal des héparines de faible poids moléculaire pour les patients obèses et les patients insuffisants rénaux Guide de l usage optimal des héparines de faible poids moléculaire pour les patients obèses et les patients insuffisants rénaux En collaboration avec l Association des pharmaciens des établissements de

Plus en détail

Reconstitution ÉTAPE 1 : Préparation du matériel [1]

Reconstitution ÉTAPE 1 : Préparation du matériel [1] «Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament ZYPADHERA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette

Plus en détail

CLASSIFICATION DES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS

CLASSIFICATION DES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS CLASSIFICATION DES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Syndrome Coronaire Aigu (SCA) ECG initial Diagnostic d entrée SCA avec élévation ST SCA sans élévation ST Elévation des troponines Troponine normale ECG final

Plus en détail

Évalua&on de l instaura&on d un traitement an&coagulant dans les suspicions de thromboses veineuses profondes

Évalua&on de l instaura&on d un traitement an&coagulant dans les suspicions de thromboses veineuses profondes Évalua&on de l instaura&on d un traitement an&coagulant dans les suspicions de thromboses veineuses profondes LIMOGES Département Universitaire Médecine Générale Dr Karen RUDELLE Pr Daniel BUCHON DUMG

Plus en détail

Infos Maladie Maladie thrombo-embolique veineuse

Infos Maladie Maladie thrombo-embolique veineuse Infos Maladie Maladie thrombo-embolique veineuse Qu est-ce que la maladie thrombo-embolique veineuse? La thrombose correspond à la formation d'un ou plusieurs caillots [?] (appelés aussi thrombus) dans

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 13 juin 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 FRAGMINE 7 500 U.I anti-xa/0,3ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 10 seringues (CIP 397 430-0) FRAGMINE 12 500 U.I anti-xa/0,5ml,

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Quel est votre hypothèse diagnostique principale. Quels éléments recherchez vous à l interrogatoire et l examen?

Quel est votre hypothèse diagnostique principale. Quels éléments recherchez vous à l interrogatoire et l examen? Patiente de 92 ans douleurs abdominales brutales flanc droit sans défense ni contracture ni trouble du transit en juillet 2006 patiente vivant seule à domicile.arrivée aux urgences avec les pompiers prévenus

Plus en détail

I Contexte d application. Exclusions : TOUS LES AUTRES SERVICES DU CENTRE HOSPITALIER D AVIGNON. II Documents de référence :

I Contexte d application. Exclusions : TOUS LES AUTRES SERVICES DU CENTRE HOSPITALIER D AVIGNON. II Documents de référence : Code : SAM COR 01 M Version : n 1 Date de validation : Avril 2007 Page : 1/7 I Contexte d application Inclusions : URGENCES ADULTES - CARDIOLOGIE Exclusions : TOUS LES AUTRES SERVICES DU CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4)

AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre ARANESP 60 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 ARANESP 15 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V. et S.C.) (Boîtes de 1 et 4) ARANESP 25 µg, solution injectable (1 ml) (voie I.V.

Plus en détail

Mme D. R 54 ans, mère de huit enfants doit subir une hystérectomie pour cancer du col utérin.

Mme D. R 54 ans, mère de huit enfants doit subir une hystérectomie pour cancer du col utérin. Mme D. R 54 ans, mère de huit enfants doit subir une hystérectomie pour cancer du col utérin. Antécédents: appendicectomie, thyroïdectomie sub-totale, ligatures des trompes. Aucun épisode transfusionnel.

Plus en détail