Lancement du 1 er Appel à Projets 19 Janvier 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lancement du 1 er Appel à Projets 19 Janvier 2015"

Transcription

1 Lancement du 1 er Appel à Projets 19 Janvier

2 Les objectifs de notre Appel à Projets Identifier, faire émerger et soutenir, par l attribution du label FINANCE INNOVATION, les start-up, TPE/PME innovantes au cœur des mutations du secteur de la finance Mettre notre expertise financière à la disposition des Régions et des Pôles de compétitivité et irriguer le territoire d outils innovants de financement des PME Promouvoir et stimuler l émergence d innovations qui favorisent le développement de nos 6 filières stratégiques (Banque, Assurance, Gestion d actifs, Economie Sociale & Solidaire, Métiers du Chiffre et du Conseil, Immobilier) 2

3 Appel à projets 2015 : Les atouts de la labellisation des meilleurs projets Le «Label Finance Innovation» a pour objectif d aider l entreprise à trouver : un financement public (BPI France ou collectivités) ou un financement privé (capital ou dette) et/ou de nouveaux clients dans le secteur financier. Ce label vient renforcer la crédibilité des projets, portés individuellement par l entreprise, répondant à trois critères : innovant, stratégique pour le secteur, crédible. Le Pôle accompagne l entreprise à travers toutes les étapes : même en cas d un avis négatif de labellisation, celle-ci bénéficie d un accompagnement au vu d un futur repassage pour la labellisation. 3

4 Partenaires de l Appel à projets : Votre participation permettra de collaborer au dynamisme des territoires sur des thématiques à forts enjeux économiques, sociétaux et environnementaux de soutenir les TPE/PME de votre territoire dans leurs démarches d innovation visant les secteurs de la finance De contribuer à votre notoriété auprès du tissu économique local, en facilitant vos relations avec les TPE/PME innovantes 4

5 Partenaires de l Appel à projets : Votre rôle Votre rôle en tant que partenaire est de relayer l AAP auprès de vos membres/clients, de votre réseau et plus généralement vos cibles de communication de communication : sites institutionnels newsletter forums etc. Les appels à projets seront lancés en partenariat avec : la Caisse des Dépôts et Bpifrance pour accroître la diffusion auprès des TPE/PME les chambres de commerce et réseaux d entreprises 5

6 Les modalités de l Appel à Projet Champs d application : Secteur financier (Assurance Banque - Gestion d actifs Immobilier - Métiers du chiffre et du conseil - Économie Sociale et Solidaire) 6 secteurs d innovation prioritaires Dépôt du dossier de candidature à remplir par le porteur de projet via une plateforme informatique dédiée (dossier déposé chez huissier pour sécurité juridique et transparence) Suivi des dossiers de candidature sur la plateforme web par l équipe du Pôle et des experts indépendants Lancement de l AAP : 19 janvier 2015 Durée : du 19 janvier au 31 mars

7 Annexes 1. Processus de labellisation 2. Défis/thèmes pour les six filières stratégiques 7

8 Processus de labellisation 1. IDENTIFICATION et ORIENTATION Dépôt du dossier de candidature par le porteur de projet sur la plateforme web Le chargé de mission du Pôle fait une première analyse du projet et évalue l opportunité d entrée en procédure de labellisation 2. LABELLISATION Un expert indépendant, désigné par le Pôle avec l accord du porteur de projet rédige un rapport d expertise et justifie ses recommandations directement sur la plateforme web Le dossier est ensuite envoyé au Comité de labellisation Projets simples (12 personnes) qui se réunit 15 fois par an Décision de labellisation communiquée sous 2 mois 3. ACCOMPAGNEMENT AVAL Le Pôle aide l entreprise à trouver un financement : Public Aide à la maturation de projets innovants (AIMA) (30k ), Prêt d honneur (15 60k ) Prêt participatif d amorçage BPI (50-75k ) Aide au Partenariat Technologique (50k ) Privé/Clients Banques Capital investissement/comité d investisseurs Clients/business Alternatif : Prêt participatif en quasi fonds propres, émission obligatoire accessible au PME, affacturage complémentaire 5

9 2.I Défis et thèmes Filière Banque 9

10 La banque : structure du marché Les éléments de marché Les chiffres clés Un secteur bancaire qui pèse lourd dans l économie française : Structuré autour de 720 établissements de crédit, il emploie plus de personnes en 2012, ce qui fait de lui le troisième employeur privé français et un des secteurs les plus dynamiques en matière de création d emploi (+5,1% en 10 ans) Il représentait près de 43,5 milliards d euros en 2008 (selon la comptabilité nationale), soit un peu moins de 3% du PIB français Un marché mondial estimé à milliards de dollars en 2012 et qui pourrait atteindre milliards de dollars en 2017, soit un taux de croissance moyen de ~5% sur 5 ans Un produit net bancaire qui a évolué positivement ces dernières années pour les établissements français du secteur de la banque détail mais qui recule pour les métiers de BFI, sous l effet d une contraction générale de l activité : Banque de détail : 93,3 mds en 2011 vs. 83,8 mds en 2009 (soit un taux de croissance moyen de +6%) BFI : 25,6 mds en 2011 vs. 27,1 mds en 2009 (soit un taux de croissance moyen de -3%) Objectifs de croissance sur le marché de la banque Marché Banque CA marché France 43,5 mds (France, 2008) CA des PME du Pôle 34,2 m (2012) Objectifs des PME du Pôle par marché à trois ans Objectifs des PME du Pôle par marché de la 3 ème à la 6 ème année +2.5% croissance de CA +3% croissance de CA Les segments de marché et les atouts du Pôle Le Pôle FINANCE INNOVATION se positionne sur les trois segments de marché : Banque de Financement et d Investissement (BFI) Banque de détail Banque privée Des atouts significatifs pour le Pôle FINANCE INNOVATION : Grandes entreprises et ETI Groupe Crédit Mutuel, Groupe Crédit Agricole, BPCE, Société Générale, BNP Paribas, Chèque Déjeuner, La Banque Postale, HSBC, Laser, Atos, CB, Cap Gemini, Eurogroup, Gemalto, Ingenico Atouts et ressources du pôle PME Recherche Partenariats clés 4G Secure, Aqoba, AriadNEXT, Bankeez, Bankin, Box Automation Solutions, Eco2market, Eolen, FB2L Facto, Flouss.com, Genmsecure, Leetchi.com, Limonetik, Linxo, Up & Net, Watt is it.com, 3V Finance, CID Consulting, Day By Day, ETP Datasystems, Finance Active, Fractabole, Heavenize, Lunalogic, Neomantis, Netheos, Paytop, Promontory Financial Group, PW Consultants, Scaled Risk ENSI Caen, Institut Louis Bachelier, Université Rennes I, ENST Brest, Université Bordeaux CNAM 10 IV, Pôle TES, Pôle SCS, PRIL, FBF, Banque de France, ACP, AMF

11 La banque : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés (1/2) Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Technologies clés Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans 1. L'intégration des NTIC / numérique - Dématérialisation - Gestion optimisée des finances personnelles - Numérisation des ordres - Aspects de production (définition des produits) et de distribution - Développement de nouveaux services en ligne associés aux nouveaux systèmes de paiement (recharge automatique, programme de fidélité commerçants, etc.) Big Data ; Agrégateurs de données ; Interopérabilité des bases de données ; Compatibilité des différentes plateformes logicielles (langages informatiques, etc.) ; Cloud computing, Paiement à distance et sans contact (NFC) ; Monnaie électronique ; Paiement Mobile ; Micro-paiements ; Cartes inter-bancaires 2. La gestion des risques - Bâle III - Supervision et surveillance prudentielles - Gestion des risques de marché - Renforcement de la régulation des produits OTC dans un futur moyen terme: impacts sur la gestion du collatéral (risques de crédit) - Agences de notation : émergence de nouveaux modèles - Chambres de compensation/gestion du collatéral - Sécurité numérique des données - Retour de la titrisation et basculement de modèle «originate-to-distribute» vs «originate-to-hold» - Sécurité numérique des données 3. Le financement de l économie : l'épargne longue et le financement des investissements à long terme - Mise en œuvre des recommandations rapport Epargne longue de Paris EUROPLACE 11

12 La banque : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés (2/2) Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Technologies clés Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans 4. La finance et l'économie durables - Encadrement des activités de marché (shadow banking, HTF, dark pools, etc.) - ISR - Les plateformes boursières - Le développement de nouveaux modèles de financement du bas de bilan (mutualisation de la trésorerie) associant les acteurs d une filière (PME, ETI et grand groupes). Les nouvelles sources de liquidité à travers le poste client (affacturage, reverse factoring) - La création d un fonds de garanties par des groupements d entreprises au service d entreprises d un territoire (solidarité et proximité) - Le financement participatif et crowdfunding - Les prêts participatifs et les quasi fonds propres - Encadrement de la rémunération - Nouveaux produits de marché plus simples et plus transparents - Nouvelles techniques de financement - Le financement des PME (projet de Bourse des PME -> question de l implication des banques dans le dispositif) mais aussi ETI (crédit nonbancaire, placements privés ou plateformes obligataires) - La notation et l évaluation des entreprises Outils de sécurisation des paiements (3D Secure, etc.) Big data, data mining, data screening, technologies de traitement et de fouille des données 5. L'évolution des modèles économiques et de rentabilité des entreprises - Désintermédiation - Nouveaux concurrents non bancaires - Développement de nouvelles places de marché - Désintermédiation - Nouveaux concurrents non bancaires - Personnalisation des produits - Restructuration complète des agences bancaires - Modèle économique de gestion des données privées des clients 12

13 2.II Défis et thèmes Filière Assurance 13

14 L assurance : structure du marché Les éléments de marché Les chiffres clés Les segments de marché et les atouts du Pôle L assurance vie pilier de l épargne longue, poumon de l économie française, un rôle majeur auprès des PME Collecte de cotisations d assurance vie en 2012 : 114 milliards Sur les placements financiers à MT et LT de milliards d euros, l assurance en représente 55 % Placements des assureurs : plus de milliards d euros à fin 2012, dont 953 milliards investis dans les entreprises et 528 milliards finançant les dettes souveraines Fin 2011, détention par les assureurs de 24,5 milliards d euros au capital des PME non cotées (+ 3 milliards d euros d investissements nouveaux par rapport à 2010 malgré la crise). Assureurs acteurs majeurs de la couverture des risques sociaux Versement en 2011 de plus de 100 milliards d'euros en couverture des risques sociaux (dont 25 % au titre de la santé et 33 % pour la retraite). Acteur majeur en Santé et épargne retraite : - 14 % la consommation de soins et biens médicaux financés par les organismes complémentaires Retraite et régimes supplémentaires : contribution des assureurs de 6 MD de prestations versées sous forme de rentes par les organismes d assurance au titre de la retraite, 275 MD de prestations versées par les régimes obligatoires au titre de la retraite. Objectifs de croissance sur le marché de l assurance Marché Assurance CA marché France 182,3 mds (France, 2012) CA des PME du Pôle 72,4 m (2012) Objectifs des PME du Pôle par marché à trois ans Objectifs des PME du Pôle par marché de la 3 ème à la 6 ème année +2,5% croissance de CA +3% croissance de CA 14 Le Pôle FINANCE INNOVATION se positionne sur cinq segments de marché : Epargne longue Financement des retraites Financement des PME Evolutions des régimes en Prévoyance Santé Dépendance Distribution de produits d assurance & NTIC/Digital Evaluation, modélisation et gestion des risques Grandes entreprises et ETI MACIF, COVEA, AGIPI, PREVOIR, CCR, Atouts et ressources du pôle PME Recherche Partenariats clés ACTUARIS, AFIAVIE, DOMPLUS, ITN Consultants, KOESION, YSAVIE, KW CONSEIL, APOLOGIC, ADAMA, DOMIDOM SERVICES, DOMIDOM SOINS, GIE APRIONIS & HUMANIS, IRCEM, TRIALOG, ARIADNEXT, NETADVISE, BONASSUR, Les furets (COURTANET), SENTINELLE-ADVIZE, METEO PROTECT, MIIIR SERVICES, KAYENTIS, CLIMPACT, ALTERNATIVA, ISODEV SAS, SINALYS CONSULTING, AGORA SEARCH CNR Santé, CATEL, SOLIAGE, INSTITUT SILVERLIFE Associations professionnell es FFSA, GEMA, ROAM Pôles de compétitivité : cap Digital, Medicen

15 L assurance : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés (1/2) Défis d innovation transverses 1. L'intégration des NTIC / numérique Défis technologiques / non technologiques Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans - Silver economy : filière en croissance de la Domotique Robotique Produits à fort contenu technologique - Dépendance & Habitat : proposition d'outils et de solutions d'adaptation du logement pour bienvivre chez soi - Distribution de produits d'assurance (concept de distribution multicanale) - Big data : amélioration de la distribution en points de vente physiques, sur internet et en situation de mobilité - Marketing : Automatisation des processus, innovation et personnalisation du service, fidélisation - Risques : Dématérialisation des documents, contrôle des risques, optimisation de la performance, lutte contre la fraude - L impact du numérique : adaptation des nouveaux modes de distribution et l enrichissement des processus de distribution - Silver economy - Big data - L impact du numérique dans l assurance la transformation du secteur et des chaînes de valeur - Nouveaux métiers / Nouveaux emplois / Formation - Open data - Interopérabilité - Systèmes experts Technologies clés Big data ; Agrégateurs de données ; Solutions numériques dans les domaines de la télémédecine, e-santé, domotique (plateforme numérique santé et autonomie à domicile), robotique ; Serious games, simulations, open-data pour la formation, l apprentissage et la mise au point des argumentaires ; Interopérabilité des bases de données ; Comparateurs/simulateurs pour présenter les solutions d assurance ; Photos/vidéos, Réalité augmentée, pour les expertises sur place, l étude de tarification et les déclarations de sinistre ; Systèmes experts avancés 2. La gestion des risques - Soutien à la recherche sur les risques de longévité - Partage des données entre acteurs de la dépendance - Meilleure prise en compte de la prévention dans les produits d'assurance - Données de la vie courante et Sécurité numérique des données - Mobilité - Gestion des catastrophes naturelles - Les risques de longévité - Risques démographiques - Gestion des risques et des Catastrophes naturelles - Partage des données Bases de partage de données; Outils de sécurisation de transactions numériques sur internet ou en mobilité des assureurs (signature numérique) 15

16 L assurance : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés (2/2) Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans Technologies clés 3. Le financement de l économie : l'épargne longue et le financement des investissements à long terme - Solvabilité 2 ALM Financement de l exigence de capital - Gouvernance - Nouvelles couvertures et recours aux produits dérivés Titrisation Réassurance - Nouvelles garanties des contrats d assurance - Exigences en capital pour les mutuelles concentration du secteur 4. La finance et l économie durables - Financement des PME - Bas de bilan : L assurance des groupements d entreprises, l assurance des PME soustraitantes vis-à-vis des grands donneurs, pilotage du BFR, - Nouveaux modèles d investissement en capital dans les PME et ETI : Financement obligataire Emprunts groupés - Finance participative, Bourse des PME, venture loan, - Nouvelles solutions ou produits optimisant le risk management des entreprises, Assurance de l immatériel (brevets, marques, image, réputation), Assurance du poste client (assurance crédit) - L internationalisation de l analyse du risque crédit pour investir dans les PME - Financement de la dépendance - Epargne longue - Financement de la dépendance - Financement des retraites - Financement de l économie sociale et solidaire - Financement des PME - Prise en compte des Transition s énergétiques - Traitement de la Mobilité - (Nouveaux risques Nouvelles solutions) Outils de sécurisation des postes de travail mobiles 5. L'évolution des modèles économiques et de rentabilité des entreprises d assurance - Désintermédiation - Nouveaux concurrents non assurance - Développement de nouvelles places de marché - Désintermédiation - Nouveaux concurrents non assurance - Développement de nouvelles places de marchés 16

17 2.III Défis et thèmes Filière Economie Sociale & Solidaire 17

18 L économie sociale et solidaire : structure du marché Les éléments de marché Les chiffres clés Un poids de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) dans l économie française qui est important et un enjeu majeur en termes d emplois et d établissements : en 2012, l ESS représente près de 10% du PIB et des emplois salariés en France et plus de établissements et 2,34 millions de salariés Des entreprises de l ESS qui sont des acteurs économiques de premier plan: elles distribuent chaque année plus de 56,4 milliards d euros de masse salariale, soit environ 10% de l'emploi salarié et de la masse salariale versée chaque année par les entreprises privées; soit 2,5 fois le poids de la masse salariale du secteur de l hébergement et de la restauration et 1,5 fois plus d'emplois que le secteur de la construction Une ESS qui séduit de plus en plus de Français : 19 millions de Français adhèrent à une mutuelle de santé, près de 22 millions sont sociétaires d une banque coopérative, 21,1 millions sont sociétaires d une mutuelle d assurance, entre 11 et 16 millions sont bénévoles dans des associations, plus de 1 Français sur 4 adhèrent à une association. Au global, l ESS apporte une contribution significative à l emploi en France : il représente 10,3% de l emploi et 14% de l emploi privé (associations 78,6%, coopératives 13,1%, mutuelles 5,4% et fondations 2,9%. Objectifs de croissance sur le marché de l ESS Marché ESS CA marché France 10,3% de l emploi (France, 2012)* CA des PME du Pôle 0,38 m (2012) Objectifs des PME du Pôle par marché à trois ans Objectifs des PME du Pôle par marché de la 3 ème à la 6 ème année +2,5% croissance de CA +3% croissance de CA Les enjeux marché et les atouts du Pôle Trois grands enjeux pour le Pôle FINANCE INNOVATION - Contribution des acteurs de la finance et création d outils financiers pour améliorer la visibilité et la performance des entreprises de l ESS - Sourcing, accompagnement et passage à l échelle des projets de l ESS / Accès aux financements publics et privés - Identification et partage des meilleurs pratiques en Ile de France pour accélérer la création de projets, d entreprises et nouveaux emplois Grandes entreprises et ETI MACIF CRÉDIT COOPÉRATIF GROUPE CHÈQUE DÉJEUNER CAISSE DES DÉPÔTS GROUPE SOS FONDATION RATP FONDATION RENAULT CROIX ROUGE BNP MICRO FINANCE FONDATION GRAMEEN Atouts et ressources du pôle PME Recherche Partenariats clés Evolution Energie KOEO.net Meteo Protect MicroDon The Shift Project SPEAR EQUOSPHERE INVEST FOR CHANGE LUMO ECOSOL HEOH FINANSOL CNCRES CEGES Université de Marne la Vallée ESSEC FIDES Université Paris Financeurs publics : CDC, BPI, FEDER, Région IDF, Ville de Paris, Mairie de Nogent sur Oise, etc. Financeurs privés : Groupe SOS, Finansol, Esfin Gestion, etc.

19 L ESS : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Technologies clés 1. L'intégration des NTIC / numérique Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans - Crowdfunding - Aspects de production (définition des produits) et de distribution - Plateformes Peer-to-Peer, Social Games, Datacenter green, 2. La gestion des risques - Sécurisation des transactions - Régulation de la finance - Régulation - Responsabilité sociétales des entreprises 3. Le financement de l économie : l'épargne longue et le financement des investissements à long terme - Sécurisation de l'épargne - Assurance vie solidaire 4. La finance et l'économie durables - Innovation sociale - Evaluation de l'impact sociétal des activités - Microfinance - Crowdfunding - Financement des PME - Finance carbone - Transparence des investissements, - Nouvelles couvertures, gestion des risques (Mobilité durable ) - La finance solidaire - commissions et facturations - Titres (associatifs, participatifs, certificats mutualistes) - Social Impact Bonds et emprunts groupés - Actifs solidaires des OPCVM - Microdons - Monnaies complémentaires 5. L'évolution des modèles économiques et de rentabilité des entreprises - Impact dans les territoires (participation dans les PME locales) - Charte éthique des fonds d'investissements - Impact Investing 19

20 2.IV Défis et thèmes Filière Gestion d actifs 20

21 Périmètre du marché de la gestion d actifs Segments de marché CA Segment de marché 2012 Prévision de croissance du CA segment de marché à 2018 Cartographie des membres positionnés sur le segment CA des membres du segment de marché 2012 Sociétés de gestion d actifs Monétaires OPCVM Actions dont ISR Taux dont ISR Gestion alternative Capital-investissement Immobilier - France : emplois - moyenne AMUNDI BNP PARIBAS IP NATIXIS ASSET MANAGEMENT AXA INVESTMENT MANAGERS GROUPAMA ASSET MANAGEMENT ROTHSCHILD & CIE BANQUE CAPITAL FUND MANAGEMENT EIFFEL INVESTMENT EVEREST CAPITAL FEDERAL FINANCE FONDS DE RESERVE POUR LES RETRAITES CM CIC AM PIONEER INVESTMENTS ROBECO GESTIONS OFI AM BLACKFIN CAPITAL PARTNERS AXONE INVEST 570 ASSTET MANAGEMENT VIVIENNE INVESTISSEMENT 3 025Milliiards sous gestion Prestataires / Conseil Gestion des risques emplois en France - forte Middle / Back Office - forte AAA IC ARROW FINANCIAL CONSULTING DERIVEXPERT ECO2MARKET FRACTABOLE NEXFI WATCHOWAH CONSULTING OMEGA FINANCIAL SOLUTIONS RAISE PARTNER RISK DESIGN EFRONT EXOE FUNKIS HEAVENIZE JUMP INFORMATIQUE NOTIFIDE PHOENIX FINANCIAL SERVICES LUNALOGIC PRICING PARTNERS LEXIFI MOMENTUM CONSULTING VIMADES ANATEC BOURSE CARTEGO FINANCE CONATUS FINANCE PROMONTORY FINANCIAL GROUP REGULATION PARTNERS RIMAONE SCALED RISK PALICO SAS AM FINE CID CONSULTING HYC CONSEIL 23,2 Millions 37,5 Millions 21

22 La gestion d actifs : structure du marché Les éléments de marché Les chiffres clés Un marché français de la gestion d actifs qui se situe aux tous premiers rangs internationaux avec près de Md sous gestion à fin décembre 2011 : une position de leader européen en termes de gestion financière d OPCVM (1 550 Md, 19,6%) et un second rang mondial, après les États- Unis. Un nombre de sociétés de gestion françaises qui a presque doublé sur les six dernières années, passant de 350 en 1999 à environ 600 en 2012, avec des actifs gérés qui ont cru de 70% et emplois directs et emplois indirects. Près de fonds d investissement, dont OPCVM à vocation générale en Un modèle attrayant et résistant face à la crise économique et financière : Une compétence de longue date en gestion financière, appuyée sur une forte culture de l innovation dans un cadre maîtrisé Une régulation efficace favorisant à la fois la protection de l investisseur et le développement des acteurs de l industrie Une attention forte portée au contrôle des risques et à la prévention des conflits d intérêts Une neutralité fiscale (pas d imposition au niveau des fonds) par rapport à des placements directs sur les marchés Un important niveau d épargne et des réseaux de distribution solides et diversifiés Marché français très développé en matière d OPCVM monétaire Objectifs de croissance sur le marché de la gestion d actifs Marché Gestion d actifs CA marché France md d actifs sous gestion (2012) CA des PME du Pôle 62,95 m (2012) Objectifs des PME du Pôle par marché à trois ans Objectifs des PME du Pôle par marché de la 3 ème à la 6 ème année +2,5% croissance de CA +3% croissance de CA 22 Les segments de marché et les atouts du Pôle Un positionnement du Pôle sur deux segments de marché Sociétés de gestion d actifs Prestataires / Sociétés de conseil Des atouts significatifs pour le Pôle FINANCE INNOVATION Atouts et ressources du pôle Grandes entreprises et ETI PME Recherche Partenariats clés AMUNDI, BNP PARIBAS IP, NATIXIS ASSET MANAGEMEN, AXA INVESTMENT MANAGERS, GROUPAMA ASSET MANAGEMEN, ROTHSCHILD & CIE BANQUE, CAPITAL FUND MANAGEMENT, EIFFEL INVESTMENT, EVEREST CAPITAL, FEDERAL FINANCE, FONDS DE RESERVE POUR LES RETRAITES, CM CIC AM, PIONEER INVESTMENTS, ROBECO GESTIONS, OFI AM, BLACKFIN CAPITAL PARTNERS, AXONE INVEST, 570 ASSTET MANAGEMENT, VIVIENNE INVESTISSEMENT AAA IC, ARROW FINANCIAL CONSULTING, DERIVEXPERT, ECO2MARKET, FRACTABOLE, NEXFI, WATCHOWAH CONSULTING, OMEGA FINANCIAL SOLUTIONS, RAISE PARTNER, RISK DESIGN, PRICING PARTNERS, LEXIFI, MOMENTUM CONSULTING, VIMADES, ANATEC BOURSE, CARTEGO FINANCE, CONATUS FINANCE, PROMONTORY FINANCIAL GROUP, EFRONT, EXOE, FUNKIS, HEAVENIZE, JUMP INFORMATIQUE, NOTIFIDE, PHOENIX FINANCIAL SERVICES, REGULATION PARTNERS, RIMAONE, SCALED RISK, PALICO SAS, AM FINE, CID CONSULTING, HYC CONSEIL Université Paris- Dauphine, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Ecole Polytechniq ue HEC ESCP AFG, Fédération bancaire Française

23 La gestion d actifs : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Technologies clés Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans 1. L'intégration du numérique 2. La gestion des risques 3. Financement de l économie des investissements à long terme 4. Financement de l'économie responsables 5. L'évolution des modèles économiques et de rentabilité des entreprises - Technologies d automatisation des passages d ordres - Marketing et distribution de produit (distribution générale, distribution directe, ) - Aspects de production (définition des produits) et de distribution - Référentiel de données - Développer de nouvelles méthodologies des risques de portefeuille - Meilleure anticipation des signaux faibles pour les sociétés de gestion (banques, assurances, ) - Innovation du Marketing et de la distribution des produits - Epargne durable : accompagner les besoins en matière de finance durable et de solidarité en accélérant le développement de l'isr ; développer la finance solidaire ; prendre en compte les enjeux énergétiques - Détection des risques opérationnels - Attirer les talents - Techniques de gestion - Redéfinir des produits de retraite - Le financement des PME - Identification de nouvelles méthodologie de mesure des résultats: Mainstream vs Spécialisation - Evaluation des actifs (valorisation, reporting) - Croissance du besoin de reporting - Adaptation réglementaire - Passage d ordres - Référentiel de données - Besoin de reporting et adaptation réglementaire - Développer de nouvelles méthodologies des risques de portefeuille - Innovation du Marketing et de la distribution des produits - Détection des risques opérationnels - Attirer les talents - Croissance du besoin de reporting - Adaptation réglementaire 23 - Développer de nouvelles méthodologies des risques de portefeuille Big data : bases de données non structurées, technologie Hbase ; Agrégateurs de données ; Interopérabilité des bases de données ; Pilotage centralisé de la gestion, Référentiels de données Outils méthodologiques de gestion : data mining, statistiques, physiques statistiques, actuariat Vente et commercialisation des risques (technologies XXX) ; Liquidité du passif (outils informatiques permettant de mesurer le niveau de volatilité du passif des clients) ; Technologies d'automatisation des passages d'ordres (XXX) ; Produits d'épargne durable ; Utilisation des SI pour diminuer le risque opérationnel et le risque de fraude (outils d'indexation des communications, etc.) Reporting, Data, Recherche sur la performance des entreprises et des entreprises sociales Outils de valorisation indépendante et contre-valorisation (calcul stochastique et calcul numérique) ; interfaçage (outils type Reuters) pour automatiser les valorisations

24 2.V Défis et thèmes Filière Immobilier 24

25 L immobilier : structure du marché Les éléments de marché Les chiffres clés Les segments de marché et les atouts du Pôle Un marché considérable de mds, qui se segmente entre immobilier résidentiel et immobilier institutionnel et d entreprise : Valeur de l immobilier résidentiel : milliards d euros Montant des crédits à l habitat : 850 milliards d euros Valeur de l immobilier d entreprise : milliards d euros Montant des crédits de financement de l immobilier d entreprise : 300 milliards d euros Valeur de l investissement institutionnel en immobilier : 240 milliards d euros Un poids non négligeable des acteurs de l investissement en immobilier dans l économie nationale : Chiffre d affaires : 12 milliards d euros (loyers perçus) Nombre d emplois : Un marché qui devrait évoluer à la hausse à horizon 2018 : Valeur de l immobilier à 2018 : une croissance corrélée à celle du PIB nominal Montant des crédits à l immobilier : une croissance corrélée à celle de la masse monétaire Valeur de l investissement institutionnel : 10% de croissance par an Un enjeu en Ile de France dans le cadre du Grand Paris Objectifs de croissance sur le marché de l immobilier Marché Immobilier CA marché France mds (France, 2012) CA des PME du Pôle 27,25 m (2012) Objectifs des PME du Pôle par marché à trois ans Objectifs des PME du Pôle par marché de la 3 ème à la 6 ème année +3% croissance de CA +3% croissance de CA 25 Le Pôle FINANCE INNOVATION se positionne sur cinq segments de marché : Transparence et la couverture des risques Epargne et les véhicules d investissements Solvabilisation résidentielle Actif financier et outil performanciel Financement de l immobilier Des atouts significatifs pour le Pôle FINANCE INNOVATION Grandes entreprises et ETI Aviva Investors Real Estate, Allianz Real Estate, Crédit Agricole CIB, etc. Atouts et ressources du pôle PME Recherche Partenariats clés Terra Cités, Ysavie, Koesion EDHEC Risk Institute, Université Paris Dauphine IEF (Institut de l Epargne Immobilière Française), Pôle Advancity Collectivités (Politique logement) etc. du

26 L immobilier : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Technologies clés Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans 1. L'intégration des NTIC / numérique - Economies d'énergie - Aspects de production (définition des produits) et de distribution - Remontée d informations sur les transactions et les conditions d exploitation des biens immobiliers - Transition énergétique - Identification de la «valeur verte» dans l immobilier 2. La gestion des risques - Bâle III et Solvabilité II - Transparence et couverture des risques de marché (nouveaux indices et instruments dérivés) - Prise en compte de la dépendance et de la longévité en immobilier résidentiel - Nouveaux produits de gestion des risques 3. Le financement de l économie : l'épargne longue et le financement des investissements à long terme - Epargne et véhicules d'investissements, réflexion sur le cycle de vie - Vieillissement de la population, problématique de retraite - Intégration de l immobilier dans l allocation stratégique d actifs avec contrainte de passif 4. La finance et l'économie durables - Financement de l'immobilier - Financement de la transition énergétique - Financement de la dépendance à travers la solvabilisation d'actifs immobiliers des personnes âgés 5. L'évolution des modèles économiques et de rentabilité des entreprises - Solvabilisation résidentielle - Externalisation d immobilier d entreprise - Nouveaux dispositifs de financement, développement de la titrisation - Optimisation de la structure financière des entreprises 26

27 2.VI Défis et thèmes Filière Métiers du Chiffre & Conseil 27

28 Métiers du Chiffre et du Conseil : structure du marché Les éléments de marché Les chiffres clés Un secteur qui pèse lourd dans l économie française : Marché du conseil en management évalué à 5,1 Mds, en croissance de 5%/an en Europe mais fragilisé par la crise. Les premiers clients sont les services financiers (28 % du CA). La France est le 3 ème marché le plus important en Europe. Marché de l expertise comptable évalué à 2 Mds employant salariés. Marché des professions juridiques en croissance. Marché mondial des éditeurs de logiciel et des ESN évalués à 49,5 mds d. Les perspectives de croissance de marché à 2015 sont de 2 à 3% mais conditionnées à la résolution de la crise européenne. Un secteur en pénurie d emploi dans l Audit et l expertise comptable Un secteur du conseil qui est marqué par la consolidation du marché et dominé par les Grands cabinets d audits et stratégie qui ont dû adopter une stratégie de différenciation par l innovation (diversification de leurs services) Des axes d innovation identifiés sur les trois domaines suivants : - Traitement de l information comptable, financière et de gestion Communication financière : indicateurs, outils de pilotage et d aide à la décision Financement des PME et des petites collectivités : cash management, culture financière du dirigeant Objectifs de croissance sur le marché des Métiers du chiffre & Conseil Marché Chiffre & Conseil CA marché France 18 mds (France, 2011) CA des PME du Pôle 100,47 m (2012) Objectifs des PME du Pôle par marché à trois ans Objectifs des PME du Pôle par marché de la 3 ème à la 6 ème année +2,5% croissance de CA +3% croissance de CA 28 Les segments de marché et les atouts du Pôle Le Pôle FINANCE INNOVATION se positionne sur trois segments de marché : Professions réglementées : Expertise comptable, commissaires aux comptes, avocats Conseil en management (stratégie, audit, outsourcing, innovation ) Editeurs de logiciels et ESN (outil d aide à la décision, traitement des informations comptables, financières et de gestion) dont le segment du Cloud Computing Des atouts significatifs pour le Pôle FINANCE INNOVATION Grandes entreprises et ETI BDO, Alma Box Automation Solutions, consulting group, KPMG, Deloitte, Docapost, SAP Atouts et ressources du pôle PME Recherche Partenariats clés Arsene Taxand, Attoma, Compta Durable, Digital & Ethics, Efficient innovation, Equity Avocats, f.iniciativas, Lunalogic, Monte Cristo Consulting group, Pegase Croissance, PNO, Scores et decisions, Rok Solutions, Think Straight, RVS, W&G Conseil Dauphine, IAE de Paris, Finance pour entrepreneurs, CNAM, EISTI APROGED, ASCOFI, Ordre des Experts- Comptables, Conseil national des Commissaires aux Comptes, DFCG, CIGREF, Syntec

29 Chiffre et Conseil : les défis technologiques/non technologiques et les technologies clés Défis d innovation transverses Défis technologiques / non technologiques Technologies clés 1. L'intégration du numérique Défis à 3 ans Défis à 6 ans Défis à 10 ans - Big Data - Dématérialisation - Système d analyse et d exploitation des données - Sécurité de l information financière et comptable - Ergonomie des outils de pilotage et de management - Mobilité - Agrégateurs de données - Interopérabilité des bases de données - Compatibilité des différentes plateformes logicielles (langages informatiques, etc.) - Cloud computing, - GED - XBRL - Open data - Data visualisation 2. La gestion des risques - Lutte contre la fraude, le blanchiment - Agrégateurs de données ; Interopérabilité des bases de données ; Compatibilité des différentes plateformes logicielles (langages informatiques, etc.), GED, open data 3. Financement de l économie, l'épargne longue et le financement des investissements à long terme 4. la finance et l'économie responsables - Nouveaux indicateurs de communication financière : ex : Evaluation et mesure de l innovation - Méthode de due diligence, - Scoring des entreprises - Développement de la culture financière du dirigeant - Valorisation extra financier - Valorisation de l immatériel - Prise en compte et soutien à l internationalisation - Internationalisation des PME Data visualisation 5. L'évolution des modèles économiques et de rentabilité des entreprises - Traitement de données non structurées - Cash management - Méthode d accompagnement des dirigeants - Défi humain : spécificité règlementaire nécessite de disposer de compétences techniques aux côtés des professions réglementées. Intégration de l esprit collaboratif 29 Big data

30 Contact 30

Lancement de l Appel à Projets

Lancement de l Appel à Projets Lancement de l Appel à Projets dans toute la France pour relever les nouveaux défis du secteur financier 21 Janvier 2015 1 Les objectifs de l Appel à Projets Identifier et soutenir, par l attribution du

Plus en détail

Appel à Projets national pour relever les nouveaux défis du secteur financier. 22 Janvier 2015

Appel à Projets national pour relever les nouveaux défis du secteur financier. 22 Janvier 2015 Appel à Projets national pour relever les nouveaux défis du secteur financier 22 Janvier 2015 1 Les objectifs de notre Appel à Projets Identifier, faire émerger et soutenir, par l attribution du label

Plus en détail

Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative. Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014

Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative. Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014 Le mapping d écosystèmes R&D pour stimuler l innovation collaborative Expernova & Finance Innovation Dixit GFII 7 juillet 2014 Qui sommes nous? [ Une tendance forte à l Open Innovation ] «Le monde est

Plus en détail

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services www.orone.com VOUS ÊTES Une banque, un organisme de crédit, un acteur de l assurance ou de la protection sociale, une enseigne de la

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE FRANCE ACTIVE 2 FRANCE ACTIVE Association créée en 1988 Fondateurs Fondation de France Caisse des dépôts et consignations Crédit Coopératif

Plus en détail

LA GESTION INSTITUTIONNELLE SOUS MANDAT

LA GESTION INSTITUTIONNELLE SOUS MANDAT LA GESTION INSTITUTIONNELLE LA GESTION INSTITUTIONNELLE Face à la complexité de l environnement des marchés et aux exigences réglementaires sans cesse plus contraignantes, la gestion sous mandat offre

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Réunion Solvabilité 2

Réunion Solvabilité 2 Réunion Solvabilité 2 «Présentation Matrice du Club AMPERE» 9 septembre 2014 Alban JARRY Directeur du Programme Solvency 2 de La Mutuelle Générale La Mutuelle Générale, une entreprise de l économie sociale

Plus en détail

Au cœur du développement de la banque commerciale et des réseaux bancaires

Au cœur du développement de la banque commerciale et des réseaux bancaires Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement de la banque commerciale et des réseaux bancaires banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Natixis une

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Premier bilan de l activité de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 17/06/2013

Premier bilan de l activité de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 17/06/2013 Premier bilan de l activité de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 01. 02. Le numérique, au cœur de l innovation Présentation de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 03.Le premier bilan à J + 18 mois

Plus en détail

ESPACE ESPACE FINANCE ASSURANCE & EPARGNE CONSEIL EN INVESTISSMENTS FINANCIERS EPARGNE SALARIALE ET RETRAITE

ESPACE ESPACE FINANCE ASSURANCE & EPARGNE CONSEIL EN INVESTISSMENTS FINANCIERS EPARGNE SALARIALE ET RETRAITE ESPACE ESPACE FINANCE ASSURANCE CONSEIL EN INVESTISSMENTS FINANCIERS 18 Bd Montmartre 75009 Paris & EPARGNE EPARGNE SALARIALE ET RETRAITE 01 42 68 86 00 www.sinfoni.net A PROPOS Créée en 2006, Sinfoni

Plus en détail

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015 Optimisation de la gestion des risques opérationnels EIFR 10 février 2015 L ADN efront METIER TECHNOLOGIE Approche métier ERM/GRC CRM Gestion Alternative Approche Technologique Méthodologie Implémentation

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE. Octobre 2012 CAPTEO 2012 1

Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE. Octobre 2012 CAPTEO 2012 1 Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE Octobre 2012 1 Identité du Cabinet CAPTEO Cabinet de Conseil en Stratégie, en Organisation et en Management exclusivement dédié à la Finance Notre expertise La Banque

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

«Bien vivre à domicile!» Des besoins à l offre technologique

«Bien vivre à domicile!» Des besoins à l offre technologique «Bien vivre à domicile!» Des besoins à l offre technologique Matinales TASDA La silver economie 30 mai 2013 1 www.tasda.fr 4 juillet 2012 1 Agenda Quelques rappels de l évolution démographique en cours

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

LE GROUPE MACIF ET LA RSE

LE GROUPE MACIF ET LA RSE LE GROUPE MACIF ET LA RSE SOMMAIRE Présentation du Groupe MACIF, ses engagements RSE Quelle organisation, quelle prise en compte dans les pratiques internes Quelles réponses aux enjeux RSE dans le cœur

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES. Construisons ensemble votre projet de retraite collective

PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES. Construisons ensemble votre projet de retraite collective PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES Construisons ensemble votre projet de retraite collective Indemnités de fin de carrière, financement d une rente viagère ou d un complément de retraite, quel que soit le

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

BIM Journées de l Ecoconstruction

BIM Journées de l Ecoconstruction BIM Journées de l Ecoconstruction 09 octobre 2015 Lorraine Qualité Environnement Sommaire 1. Présentation du pôle Fibres Energivie 2. Qu est ce que le BIM 3. Les enjeux du BIM et de la transition numérique

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

UNIVERSITÉ DES SOCIÉTÉS COTÉES. Fonds de prêts à l économie, une réponse alternative au financement bancaire traditionnel des ETI

UNIVERSITÉ DES SOCIÉTÉS COTÉES. Fonds de prêts à l économie, une réponse alternative au financement bancaire traditionnel des ETI UNIVERSITÉ DES SOCIÉTÉS COTÉES Fonds de prêts à l économie, une réponse alternative au financement bancaire traditionnel des ETI 20-22 JUIN 2014 1 Le Groupe OFI 20-22 JUIN 2014 - UNIVERSITÉS DES SOCIÉTÉS

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire Présentation Bpifrance Janvier 2014 Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire 01. Qui sommes-nous? 02. Le financement bancaire 03. Le soutien à l innovation Titre de la présentation 2 01.

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

INNOVER LA FINANCE A VOS COTES

INNOVER LA FINANCE A VOS COTES INNOVER LA FINANCE A VOS COTES SOMMAIRE QUI SOMMES NOUS? NOS VALEURS MODELE ET STRATEGIE D ENTREPRISE POSITIONNEMENT ET AVANTAGE STRATEGIQUE NOS DOMAINES D EXPERTISE QUI SOMMES NOUS? CIRA FINANCE est un

Plus en détail

Chargé d'etudes - Risques de Contrepartie (H/F)

Chargé d'etudes - Risques de Contrepartie (H/F) Chargé d'etudes - Risques de Contrepartie (H/F) Ile-de-France Stage Chargé d'etudes - Risques de Contrepartie (H/F) Direction :Risk and Permanent Control Type de Métier :Engagement et Risques Date de prise

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

La fonction Conformité dans l assurance

La fonction Conformité dans l assurance La fonction Conformité dans l assurance L approche par les risques L exemple de la lutte contre le blanchiment Présentation pour : Faculté d Orléans Intervenant(s) : Laurent GUEREL AG2R LA MONDIALE 1/19

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

LE SOCIAL CLUB, BIEN PLUS QU UN SITE WEB...

LE SOCIAL CLUB, BIEN PLUS QU UN SITE WEB... LE SOCIAL CLUB, BIEN PLUS QU UN SITE WEB... SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ... 5 ANS D EXPÉ- RIENCE, DE SER- VICES, 5 ANS D ÉCHANGES Le site du Social Club a 5 ans. Ces cinq années de partenariat

Plus en détail

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Édito Plan de la Région Souss Massa Drâa Pourquoi le Fonds Igrane? Qui sont les promoteurs du Fonds Igrane? Fiche signalétique du

Plus en détail

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts EH Intelligence Maîtriser le risque sur le bout des doigts «Avec EH Intelligence, nous bénéficions d une visibilité en temps réel des indicateurs de suivi du poste client, ce qui améliore considérablement

Plus en détail

PEGASE. La paie sur mesure pour chacun de vos clients. La suite logicielle de paie spécialement conçue pour les cabinets d expertise comptable.

PEGASE. La paie sur mesure pour chacun de vos clients. La suite logicielle de paie spécialement conçue pour les cabinets d expertise comptable. PEGASE La suite logicielle de paie spécialement conçue pour les cabinets d expertise comptable. La paie sur mesure pour chacun de vos clients Production paie Déclaratif Ressources Humaines Accompagnement

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS

PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER enfi.fr PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS Donnez un nouvel élan à votre projet professionnel avec les formations de l ENFI ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT

Plus en détail

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente?

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Micro conférence Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Intervenants Georges Crampette Expert comptable Cabinet Crampette Sylvain Lherm Sonia Piasentin Direction

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11

SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11 SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11 Avertissement Ce document est destiné exclusivement aux investisseurs qualifiés au sens des articles L. 411-2

Plus en détail

COMMUNIQUÉ PRODUIT 15 décembre 2014. Conformité, arbitrages et suivi? O2S s occupe de tout! La gestion de la conformité dans un seul logiciel

COMMUNIQUÉ PRODUIT 15 décembre 2014. Conformité, arbitrages et suivi? O2S s occupe de tout! La gestion de la conformité dans un seul logiciel Conformité, arbitrages et suivi? O2S s occupe de tout! O2S, le logiciel d agrégation de comptes et de suivi client, sort une version majeure avec de nouvelles fonctionnalités pour optimiser et simplifier

Plus en détail

Un système de garantie et de solidarité bénéficie à l ensemble des établissements de crédit affiliés à BPCE.

Un système de garantie et de solidarité bénéficie à l ensemble des établissements de crédit affiliés à BPCE. Mai 2011 En bref PROFIL Le Groupe BPCE est le deuxième groupe bancaire en France, avec 36 millions de clients, 8 millions de sociétaires et 125 000 collaborateurs. Constitué des réseaux des Banques Populaires

Plus en détail

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance Nos compétences à votre service Quelles que soient votre taille et vos activités : un service optimal et de qualité Aon Benfield, leader mondial et N 1 en

Plus en détail

Mardi 17 novembre 2015. Les services collaboratifs et le SAAS, enjeux majeurs pour votre cabinet

Mardi 17 novembre 2015. Les services collaboratifs et le SAAS, enjeux majeurs pour votre cabinet Mardi 17 novembre 2015 Les services collaboratifs et le SAAS, enjeux majeurs pour votre cabinet Sommaire Le Cloud : Qu est ce que c est? Les tendances Le Cloud to Cloud Du Cloud au MOBICLO Le Cloud privé

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Le cabinet. Notre expertise métier. Quelques chiffres clés. Nos services. Nos offres. Nos clients. Nos atouts P. 2 P. 3 P. 4 P. 5 P. 6 P.

Le cabinet. Notre expertise métier. Quelques chiffres clés. Nos services. Nos offres. Nos clients. Nos atouts P. 2 P. 3 P. 4 P. 5 P. 6 P. Le cabinet Quelques chiffres clés P. 2 Notre expertise métier P. 3 Nos services Nos offres P. 4 P. 5 Nos atouts P. 6 Nos clients P. 7 QUELQUES CHIFFRES CLÉS 2 NOTRE EXPERTISE MÉTIER 3 Nombre de clients

Plus en détail

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale Présentation du cabinet PEOPLE BASE CBM (Compensations and Benefits Management)

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS FACTOR 2014 Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR TRENTE ANS BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Notre métier : financer, gérer

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé»

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Evolution prospective des métiers et recommandations en matière de ressources humaines Version du 17 janvier BPI 37, rue du Rocher 75008 Paris France Tel:

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Repères sur l Investissement Socialement Responsable et le Label ISR Novethic

Repères sur l Investissement Socialement Responsable et le Label ISR Novethic Repères sur l Investissement Socialement Responsable et le Label ISR Novethic Novethic, centre de recherche axé sur l ISR Créé il y a presque dix ans (2001) Novethic est un organisme à but non lucratif

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

Présentation Bpifrance Octobre 2014

Présentation Bpifrance Octobre 2014 Présentation Bpifrance Octobre 2014 01. Qui sommes-nous? 02. Nos métiers 03. Au cœur des régions 04. Bpifrance à date 05. Focus sur 2 01. Qui sommes-nous? Bpifrance, banque publique d investissement, est

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE»

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006. En partenariat avec

Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006. En partenariat avec Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006 En partenariat avec 1 Plan Syntec Logiciel pour les Éditeurs Jean-Pierre Brulard, Président du Comité Éditeurs Journée «Croissance Éditeurs Syntec informatique», 6

Plus en détail

200 M (accélérateurs) 15 M (attractivité) 175 M 126 M 175 M 50 M. Transition numérique de l Etat. French Tech. Technos et usages du numérique

200 M (accélérateurs) 15 M (attractivité) 175 M 126 M 175 M 50 M. Transition numérique de l Etat. French Tech. Technos et usages du numérique 1 Technos et usages du numérique Transition numérique de l Etat French Tech Subventions et avances remboursables Appels à projets Fonds propres Investissement avisé Prêts Subventions Subventions Fonds

Plus en détail

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau Droit FIDUCIAL SOFIRAL Chiffre FIDUCIAL Audit FIDUCIAL

Plus en détail