Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION"

Transcription

1 1. PRESENTATION Les bassins côtiers méditerranéens s'étendent du bassin de l'oued Rhiss-Nekor à l est au bassin de l'oued Fnidek à l ouest et occupent une superficie de près Km 2, leur altitude moyenne est de 550 m. La population globale dans ces bassins est de l'ordre de 1,4 Millions d'habitants, les ruraux représentent environ 54 % et sont concentrés surtout en zone de montagne. La région a un relief très accidenté constitué, d'ouest en Est, d'une succession de vallées et de montagnes. Elle est drainée par de nombreux cours d'eau qui, à leurs embouchures, forment des vallées étroites à l'exception de celles de Martil, de Rhiss-Nekor et de l'oued Laou qui sont relativement larges. Sur la base de considérations hydro-climatiques et afin de mieux préciser la distribution des ressources en eau, la zone est départagée en deux grandes unités hydrologiques homogènes : la zone Méditerranée Ouest d une superficie de 3330 Km 2, sous influence mixte, comprend la zone côtière de Fnideq à Oued El Had; elle est principalement drainée par les Oueds Smir, Martil, Amsa, Laou et El had, Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 119

2 la zone Méditerranée Est, au-delà de l Oued El Had d une superficie de 3580 Km 2, sous influence méditerranéenne, comprend les petits bassins versants côtiers méditerranéens des oueds Amter, Ouringa, Mesatasa, Boufrah, Badès et Bousicour et s étend aux bassins versants des Oueds Rhiss et Neckor près d Al Hoceima. La zone, soumise aux influences méditerranéenne au Nord, océanique à l'ouest, continentale à l'est, est caractérisée par un climat de transition qui présente une grande diversité allant du semi-aride à l humide : la chaîne rifaine qui s étend de Tétouan à Ketama en passant par Chefchaouen caractérisée par un climat semi humide ; les précipitations dépassent souvent 1000 mm et peuvent atteindre 1800 mm sur les hauts reliefs, la zone Est de Jebha à Al Hoceima, à climat semi aride, avec des précipitations qui ne dépassent pas 600 mm. Les précipitations nivales intéressent les altitudes au dessus de 1000 à 1500 m des hauts reliefs du Rif, où on enregistre 5 à 10 jours de neige par an. Sur les sommets de plus de 2000 m situés au centre de la chaîne du Rif, l enneigement dure de 1 à 3 mois selon les années. La fonte des neiges contribue au soutien des débits d étiage des oueds côtiers méditerranéens entre Tétouan et Oued Laou, ainsi qu à l alimentation des aquifères souterrains, notamment de la chaîne calcaire du Rif. Le long de la côte méditerranéenne, sous l effet de l influence continentale, le climat devient de plus en plus aride lorsqu on s éloigne vers l Est. En effet, les précipitations baissent de 634 mm à Oued Laou à seulement 337 mm à Jebha et 346 mm à Al Hociema. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 120

3 Poste Nb. moyen de jours pluvieux Pluie max moyenne journalière (mm) Part de la pluie moyenne annuelle (%) Bab Taza Tétouan Koudiat Kourirène Jebha Targuist Pluviométrie dans les bassins Côtiers Méditerranéens L'évaporation varie entre 1200 mm et 1900 mm. L'évaporation du mois de Janvier est la plus faible alors que le maximum est atteint en Juillet et Août. Ces deux mois totalisent près de 30 % de l'évaporation totale annuelle. La température moyenne varie entre 16 et 18 C avec un minimum en Janvier et un maximum en Août. La température minimum varie entre 1 C et 3 C. Les bassins versants méditerranéens connaissent une importante érosion des sols en raison de facteurs naturels (Relief, climat, géomorphologie, couvert végétal, etc.) et de facteurs liés à l'activité humaine (défrichement des forêts, surpâturage, inadéquation des pratiques culturales ). Les mesures de l'envasement et du transport solide permettent d'évaluer la dégradation spécifique à des valeurs variant de 900 à 3360 T/km²/an dans la région de Tétouan et de 2000 à 2400 T/km²/an dans la zone d Al Hoceima. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 121

4 2. RESSOURCES EN EAU La région est caractérisée par d'importantes variabilités topographiques (Altitudes élevées pour les montagnes du Rif et basses au niveau des plaines côtières..), climatiques (Montagnes très arrosés et plaines orientales semi-arides) et géologiques (Nappes karstiques très importantes, zones étendues sans aquifères, plaines et vallées réduites), ce qui induit une disparité quant à la disponibilité et à l'abondance des ressources en eau particulièrement en ce qui concerne les ressources en eau souterraines Les eaux de surface L'importance des précipitations, l'imperméabilité des terrains de couverture et le caractère montagneux fait que le ruissellement est relativement important dans les bassins versants de la région et que les cours d'eau ont des régimes irréguliers caractérisés par un écoulement torrentiel en périodes de crues. Les apports mensuels maximums sont enregistrés sous forme de crues souvent violentes entre les mois de Décembre et Février. Les débits de crues peuvent atteindre des valeurs élevées et les étiages sont souvent nuls à l'exception des oueds drainant la dorsale calcaire qui continuent à s'alimenter en période estivale par les eaux de résurgence des sources. Oued Bassin Débit (m 3 /s) (km 2 ) Module Max. Min. Martil , ,2 Laou , ,0 Amsa 125 1, ,0 Smir 75 0, ,0 Rhiss 800 1, ,0 Neckor 960 1, ,0 Débits des différents cours d eau Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 122

5 Les apports en eau annuels de la région connaissent de fortes variations selon les différentes zones du bassin. Évalué à 1685 Mm 3 en moyenne, le volume total des apports varie de 270 à 5150 Mm 3. Zone Méditerranéens Ouest Méditerranéens Est Apports (Mm 3 /an) Surface (km 2 ) Moyen Min. Maxi. Décennale sèche Décennale humide Total Apports des principaux bassins 2-2. Les eaux souterraines Les formations géologiques de la zone sont essentiellement constituées par des faciès imperméables ou peu perméables. Seules la chaîne calcaire, les plaines, les vallées alluviales et quelques petits bassins isolés, bénéficient de l infiltration des eaux de pluie. Ces éléments font que les réservoirs d eau souterraine de la zone sont limités, à l exception des unités hydrogéologiques suivantes : la chaîne calcaire, Rhiss- Neckor, Martil-Allila et Oued Laou. La chaîne calcaire du Rif La chaîne calcaire du Rif constitue une des principales chaînes calcaires du Maroc, caractérisée par une porosité de fissures et par une karstification développée. Elle s étend sur une superficie d environ 1100 km 2, depuis la région de Sebta au Nord jusqu à celle d Al Hoceima à l Est. Elle est subdivisée en trois unités principales: le Haouz de Tétouan, la Dorsale calcaire et la chaîne des Bokoya. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 123

6 La chaîne reçoit une pluviométrie moyenne variant entre 300 mm/an (massif des Bokoya à l Est) et 1100 mm/an (dorsale calcaire au centre). Les connaissances très limitées de la géométrie des unités constituant cette chaîne, font qu une évaluation précise des réserves en eau qu elles renferment n est pas possible à l état actuel. La recharge de la chaîne par l infiltration des eaux de pluie est évaluée à environ 270 Mm 3 /an, dont 53 Mm 3 sur le Haouz de Tétouan, 200 Mm 3 sur la dorsale calcaire et 15 Mm 3 sur la chaîne de Bokoya. Le drainage de la chaîne calcaire se fait par une multitude de sources, dont les principales sont citées ciaprès : Source Ras El Ma (Chefchaouène) Source de Ras El Ma: elle est située à l Est de la ville de Chefchaouen et constitue sa seule source d alimentation en eau potable. Son débit moyen est de 420 l/s. L eau de la source est également utilisée pour l irrigation de 600 ha de cultures maraîchères, Source Zerka : elle est située à environ 8 km au Sud-Est de la ville de Tétouan et draine un débit moyen d environ 300 l/s ( ). L eau est utilisée pour l irrigation des parcelles situées dans la vallée de l oued Zerka (environ 500 ha), Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 124

7 Source Maggou : elle est située à environ 9 km au Nord -Est du centre Bab Taza. Le débit moyen de l oued Maggou, qui reçoit à la fois les écoulements de la source et le ruissellement superficiel, est de 440 l/s. L eau est utilisée pour l alimentation en eau du douar limitrophe et pour l irrigation de 200 ha environ, Source Danou : son débit varie entre 100 et 800 l/s, alimentant l oued Farda, affluent de l oued Laou, Sources Ghbalou et Deffagh : leur débit de crue dépasse 100 l/s. Ces sources sont intégralement utilisées pour l alimentation en eau potable rurale des petites agglomérations voisines de Tétouan, sources du versant Est du Jbel Moussa : sont captées pour l alimentation en eau potable de la ville de Sebta, avec un débit moyen d environ 100 l/s, Sources Cherafate : elle est située à 12 km de la ville de Bab Taza et draine le massif du Jbel Lechheb, avec un débit moyen de 105 l/s. L eau est utilisée pour l alimentation en eau et pour l irrigation de 200 ha. Le drainage de la chaîne se fait également par plusieurs cours d eau superficiels, dont les écoulements se poursuivent en aval au niveau des plaines alluviales qui jalonnent la côte méditerranéenne (Oued Laou, Bou Ahmed, et Amsa ). Les nappes alluviales de la côte méditerranéenne Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 125

8 La nappe Rhiss-Neckor Cette nappe est la plus importante des nappes alluviales de la zone méditerranéenne. De forme triangulaire, elle s étend sur une superficie d environ 100 Km2 entre la mer Méditerranée au Nord, le massif calcaire des Bokoya au Nord-Ouest, les vulcanites au nord-est, les cônes de déjection à l Est et par les flyschs schisto-gréseux imperméables au Sud-Est. Elle circule dans un remplissage quaternaire, constitué d alluvions hétérogènes, composé de galets, cailloutis, sable, limon, argile, etc. La nappe est libre ou captive selon les secteurs. Son substratum est constitué par des marnes schisteuses bleues et de quartzites primaires. L épaisseur des alluvions varierait entre 100 et 200 m à l amont et entre 300 et 400 m dans la moitié aval. Les niveaux piézométriques de la nappe connaissent une remontée quasi-générale pouvant atteindre par endroit 10 m pendant les 5 dernières années, soit une augmentation moyenne annuelle variant entre 0 et 0.5 m. Cette remontée a commencé depuis la réalisation du barrage M.B.A El Khattabi. Des périodes de baisse du niveau de la nappe sont enregistrées, elles coïncident avec des années de sécheresse et une diminution des lâchers du barrage. La salinité de l eau varie entre 2 et 5 g/l. Les zones de faible minéralisation correspondent aux axes d alimentation préférentiels situés le long des oueds Rhiss et Neckor. Les prélèvements sont évalués à environ 3 Mm 3 /an, répartis en 2 Mm 3 /an pour les pompages agricoles et 1 Mm 3 /an pour les pompages d eau potable. Le bilan de la nappe montre qu il y a un excédent d environ 1.7 Mm 3 /an, qui corrobore la tendance à la remontée des niveaux d eau enregistrés depuis Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 126

9 Nappe de l oued Laou La plaine de l'oued Laou qui renferme un aquifère considéré comme l un des plus importants du littoral méditerranéen, est située à environ 40 Km au Sud-Est de la ville de Tétouan et s'étend sur une superficie d environ 18 Km 2. Son importance réside dans la qualité et la quantité de ses ressources en eau, actuellement très peu exploitées. Elle est limitée au nord par les formations marneuses du Pliocène, à l est par la mer Méditerranée et du Sud -Est jusqu au Nord Ouest par des formations primaires. Les formations aquifères sont constituées par, d'une part, les alluvions sablo-graveleuses à ciment limoneux du Quaternaire récent, constituant la nappe supérieure et ayant pour toit des limons sableux avec graviers et d'autre part les sables et graviers libres et conglomérats à éléments calcaro-gréseux (probablement d age villafranchien) constituant l aquifère inférieur. Les deux formations aquifères sont séparées par des vases plastiques imperméables. Le substratum de l aquifère est constitué d argiles bleues du Pliocène inférieur. La profondeur de la nappe est généralement comprise entre 2 et 3 m et atteint à moins de 1 m dans la zone de merja et à plus de 4 m au niveau de la limite amont. L écoulement général de la nappe se fait du Sud Ouest vers le Nord Est, en direction de la mer. La productivité des ouvrages est importante, pouvant dépasser 50 l/s. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 127

10 Oued Laou Cote de l'épaisseur des formations aquifères Epaisseur (en m) Km Epaisseur de l'aquifère de l'oued Laou La cote de la surface piézomètrique de la nappe varie entre 8 m et le niveau général de la mer. L analyse des historiques piézomètriques montre des variations saisonnières du niveau de la nappe, de l ordre de 1 m d amplitude. Ce régime de fonctionnement témoigne du caractère alluvial de la nappe qui est soutenue par la percolation des eaux de surface. Les prélèvements au niveau de la nappe sont encore limités et ne dépassent guère 0.4 Mm 3 /an et sont destinés à l'alimentation du centre Oued Laou et pour assurer l'appoint de l'irrigation au niveau de la plaine. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 128

11 Autres nappes alluviales de la côte méditerranéenne Plusieurs autres nappes alluviales, plus ou moins importantes, jalonnement la bordure méditerranéenne entre les villes de Tanger et d Al Hoceima. Les nappes les plus importantes sont Martil-Allila, Negro, Bou Ahmed. Ces nappes sont actuellement en équilibre. Les autres nappes sont d'une importance locale du fait qu'elles assurent l'alimentation en eau potable des centres limitrophes (Ksar Sghir, Targha, Azla, Jebha, Beni Boufferah.) mais ce rôle est à appeler à diminuer au fur et à mesure de l'augmentation des besoins en eau et de leur fragilité à une éventuelle surexploitation en raison des risques d'intrusion marine. Nappe Entrées (Mm 3 /an) Sorties (Mm 3 /an) Total des prélèvements (Mm 3 /an) Ressources supplémentaires mobilisables (Mm 3 /an) Rhiss-Neckor 17,0 15,5 3,0 6,0 Oued Laou 16,8 16,8 0,6 10,0 Martil-Allila > 29,5 > 31,3 7,8 1,5 Negro 2,1 2,1 0,7 0,9 3. QUALITE DES RESSOURCES EN EAU 3-1. Les sources de pollution Pollution Domestique Le volume d eau usée générée par la ville de Tétouan, principale grande ville de la région est estimé à m 3 /j soit une charge organique de l ordre de kg d O2/j Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 129

12 A côté de la grande ville, les rejets d eaux résiduaires domestiques des autres centres sont représentés comme suit : Al Hoceima: 5300 m 3 /j ; Chefchaouen: 3900 m 3 /j; Fnideq: 3580 m 3 /j; Mdiq: 2130 m 3 /j; Martil :2340 m 3 /j. Il est à noter que les stations d épuration de la région ne sont pas opérationnelles (Al Hoceima : hors service et Chefchaouen : non raccordée) ; celles des centres touristiques Ksar Errimal, Marina Smir, Kabila, Restinga et Holiday fonctionnent en période estivale seulement. La zone dispose également de deux stations expérimentales fonctionnelles une à Mdiq et une à Tétouan. Pollution industrielle A Tétouan, il s agit surtout des industries chimiques, parachimiques, mécaniques, métallurgiques électroniques et agroalimentaires. La charge de pollution industrielle est estimée à 1929 T de MO/an. eau 3-2. Impact de la pollution sur les ressources en Eau de surface Le diagnostic de l'état de la qualité des ressources en eau, permet de distinguer quatre zones différentes: Les oueds des bassins versants situés entre la ville de l'oued Laou et Al Hoceima avec des eaux de bonne qualité. Les oueds avec des eaux de bonne qualité, situés en général en amont des bassins versants et comprenant notamment, les cours d'eaux des oueds Martil, Fnidek et Bailème avant leur entrée en zone urbaine Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 130

13 en amont des rejets respectivement des villes de Tétouan, de Fnidek et du centre d'azla. Les zones où les eaux sont très polluées, situées en aval des rejets urbains et industriels. Il s'agit notamment de : - l'oued Martil à l'aval des rejets de la ville de Tétouan, - l'oued Fnidek à l'aval des rejets de la ville de Fnidek, - l'oued Bailème à l'aval des rejets du centre d'azla. Les zones proches des estuaires à salinité élevée (oued Laou, Targha, Rhiss, oued Martil et oued Smir). Eaux souterraines Les nappes de la région peuvent être subdivisées en deux catégories: Les nappes où les eaux sont généralement de bonne qualité et aptes à tous les usages: Negro, Emsa, Laou et Martil à l'amont des rejets des eaux usées de la ville de Tétouan, Les nappes où les eaux sont de qualité moyenne à mauvaise : Nappe de Martil dans sa frange côtière ayant une salinité élevée en raison de l'intrusion marine (10 g/l) ou à proximité de l'oued Martil du fait de la contamination par l'infiltration des eaux polluées de l'oued et la nappe de Neckor-Rhiss qui présente à l'aval un taux de salinité relativement élevé. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 131

14 Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 132 Etat de qualité de la nappe de Rhis-Neckor

15 4. MOBILISATION ET UTILISATION DES RESSOURCES EN EAU 4-1. L effort de mobilisation L'effort de mobilisation des eaux de surface de la région est resté très modeste eu égard à ce qui a été fait pour d'autres régions. Les barrages Barrage M.B.A.Al Khattabi En effet, les performances hydrauliques des sites, la forte dégradation des sols qui engendre l'envasement précoce des barrages et les glissements de terrains sont autant de facteurs qui n'ont pas encouragé le développement de la mobilisation des eaux de surface à des coûts acceptables. Les principaux grands barrages qui régularisent les cours d'eau des bassins côtiers méditerranéens totalisent une capacité de stockage de près de 82 Mm 3 et permettent de régulariser actuellement près de 190 Mm 3 dont 140 Mm 3 exclusivement pour la production hydroélectrique (barrage Ali Thelat). Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 133

16 Barrage Mise en service Capacité (Mm 3 ) Volume régularisé (Mm 3 ) Ali Thelat ,0 E But Nakhla ,0 11,0 AEPI Smir ,0 17,0 AEPI M.B.A. Khattabi El ,0 19,0 AEPI,I Joumouâa ,5 2,5 AEPI Ajras ,0 - I TOTAL - 81, Les eaux souterraines Aménagements hydrauliques existants Les prélèvements dans les nappes s'élèvent à plus de 70 Mm 3 /an et sont destinés principalement à l'aepi des villes et centres urbains et à l'irrigation des PMH. Ces ressources, qui sont exploitées soit à partir des nappes alluviales soit à partir des résurgences des sources au pied de la dorsale calcaire, constituent aussi une ressource stratégique pour l'alimentation en eau potable des populations rurales. La pression sur les nappes de la région est encore supportable mais risque de connaître une surexploitation si des mesures de gestion rationnelle et de protection ne sont pas mises en place Utilisation de l eau L eau potable L'alimentation en eau potable et industrielle des centres urbains totalise près de 56 Mm 3. Les villes de Chefchaouen et Oued Laou sont exclusivement alimentées à partir des eaux souterraines tandis que d'autres (Tétouan, Martil, Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 134

17 Mdi'q, Fnidek, Al Hoceima et Targuist ) sont principalement approvisionnées à partir des eaux de surface. En milieu rural, le taux global d'accès à l'eau potable est passé de 11% en 1994 à près de 46% en L irrigation L'irrigation bénéficie de près de 73 Mm 3. Les périmètres de la PMH moderne s étendent actuellement sur une superficie agricole totale de 7810 ha. On y distingue : Le périmètre de l oued Laou, développé à proximité de l embouchure de l oued sur une superficie agricole utile de 1400 ha, est d aménagement ancien datant des années quarante. L irrigation est assurée par un seuil de dérivation sur le cours aval de l oued Laou ; le barrage, actuellement complètement envasé d Ali Thelat n assure plus de régularisation des eaux. Le périmètre d Ajras, d une superficie de 695 ha et irrigué depuis 1975 par la retenue collinaire d Ajras, sera alimenté par les eaux du barrage Raouz qui sera mis en service cette année Le périmètre de Rhiss-Neckor de la plaine d Al Hoceima est aménagé sur une superficie de ha. L alimentation en eau est assurée par les eaux dérivées de l oued Rhiss et les eaux régularisées par le barrage M.B.A El Khattabi sur l oued Neckor. Or devant l importance des apports solides (1 Mm 3 /an en moyenne), qui ont eu pour conséquence une réduction de la capacité du barrage à seulement 20 Mm 3, et le développement de la demande en eau potable de la ville d Al Hoceima ; l irrigation du périmètre ne pourra plus être assurée à terme par le barrage. Actuellement, seuls 6 Mm 3 sont annuellement lâchés pour les besoins de l irrigation du périmètre de Neckor. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 135

18 L énergie hydroélectrique L énergie hydro-électrique est relativement peu développée dans les bassins côtiers méditerranéens au regard des potentialités en ressources en eau et des chutes naturelles existantes. La puissance hydro-électrique totale installée est de 16 MW au complexe de l oued Laou-Talembote. Le productible annuel moyen observé sur les trente dernières années est de 36 GWh/an. 5. DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES EN EAU 5-1. La demande en eau La demande en eau globale dans la bassin devrait passer de 130 Mm 3 actuellement à plus de 150 Mm 3 à l horizon Usage Besoins en eau (Mm 3 ) AEPI Irrigation Total Aménagements hydrauliques projetés Les barrages Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 136

19 Eu égard au développement de la demande en eau potable, des projets d aménagement hydro- agricoles identifiés et des objectifs de lutte contre les inondations ; quatre projets de grands barrages ont été identifiés dans la zone : Les barrages Koudiat Guensoura et Amsa entrent en concurrence pour l alimentation en eau potable de Tétouan. Cependant, le barrage Koudiat Guensoura offre plusieurs avantages : à la taille envisagée (100 Mm 3 ), ce barrage régularise un important volume qui permet de s affranchir de la demande en eau potable supplémentaire de la ville de Tétouan et sa zone côtière bien au-delà de l horizon 2030 ; les apports au niveau de ce barrage sont beaucoup plus soutenus et dépassent de cinq à six fois ceux affichés au site du barrage Amsa ; ce qui offre une meilleure sécurisation des besoins en eau potable ; il contribuera à la protection contre les inondations de la plaine de Martil au droit de la ville de Tétouan. Le barrage Ifassyène : étudié pour l alimentation en eau potable de la ville d Al Hoceima et le soutien de l irrigation du périmètre de Rhiss-Nekor, ce barrage a peu de chance d être retenu, il sera comparé au dessalement de l eau de mer et à la désalinisation des eaux de la nappe de Rhiss-Nekor. Le barrage Moulay Bouchta : sa réalisation est nécessaire pour sécuriser l alimentation en eau potable de la ville de Chefchaouen. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 137

20 Dans la zone entre oued Laou et oued Rhiss, les bassins versants sont de très modeste taille avec une géologie et une topographie défavorables et une demande en eau faible et dispersée ; les sites identifiés représentent des projets techniquement complexes et économiquement coûteux. Mais ils constituent les seules ressources sur lesquelles le versant Nord des montagnes du Rif peut asseoir son développement. Barrage Koudiet Guensoura Oued Apports (Mm 3 /an) Capacité (Mm 3 ) Volume régularisé (Mm 3 ) Mharjate But AEPI Tétouan, PMH, protection contre les inondations Amsa Amsa AEPI Tétouan Mly. My AEP Bouchta Bouchta Chefchaouen AEPI Al Ifassyenne Rhiss Hoceima, PMH Aménagements hydrauliques projetés Les eaux souterraines Les nappes de la chaîne calcaire du Rif Ces nappes sont contenues dans les différentes unités hydrogéologiques constituant la chaîne calcaire du Rif, s étendant entre la région de Tétouan (Haouz de Tétouan, dorsale calcaire) et celle d Al Hoceima (chaîne des Bokoya), sur une superficie de 1050 Km 2 située dans sa majorité dans la partie la plus arrosée de la zone. La recharge naturelle de cette chaîne est évaluée à environ 270 Mm 3 /an, alimente plusieurs dizaines de sources plus ou moins importantes. Elles sont exploitées pour Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 138

21 l alimentation en eau potable (Source Ras El Ma pour l AEP de la ville de Chefchaouen, Sources Yarghist et Torreta pour l AEP de la ville de Tétouan), ou utilisées par la population limitrophe pour satisfaire ses besoins domestiques ou pour l irrigation de quelques petits périmètres agricoles traditionnels (cas de la source Souyah, débit moyen variant entre 300 et 400 l/s, qui alimente un périmètre irrigué d environ 600 ha de superficie). Cependant, la mobilisation importante des ressources en eau de cette chaîne est difficilement envisageable dans l état actuel, pour les raisons suivantes : la connaissance encore limitée des différentes unités hydrogéologiques de la chaîne qui se traduit par la difficulté d identifier les zones de fortes productivités ; cette difficulté est due en premier lieu à l extrême complexité tectonique de la chaîne résultant de son compartimentage en plusieurs blocs calcaires d extension plus ou moins importante. Ce compartimentage est parfois responsable des faibles productivités au niveau des forages captants. En second lieu, il existe une incertitude sur l importance de l enracinement de la chaîne calcaire en profondeur empêchant toute évacuation des réserves permanentes situées sous le niveau des exutoires naturels (sources et cours d eau superficiels) de ce complexe aquifère ; les conséquences socio-économiques importantes, pouvant être engendrées des tarissements des sources par des pompages dans des forages d exploitation sans investigation approfondie au préalable permettant de maîtriser les implications éventuelles, la difficulté de réalisation de travaux de reconnaissance, liée à des problèmes d accès. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 139

22 De part la nature géologique des unités qui la constituent et la pluviométrie qu'elle reçoit, la chaîne calcaire recèle un potentiel de ressources important mais jusqu'à présent insuffisamment investigué et évalué. La source Zarka au Sud de la ville de Tétouan l une des plus importantes sources de la dorsale calcaire Ceci est dû d'une part aux raisons évoquées ci-dessus et d'autre part à l'inexistence de besoins en eau importants justifiant un effort d'investigation approfondie. Un effort de reconnaissance serait impératif dans l'avenir pour évaluer le potentiel exploitable de cette chaîne sans porter préjudice ni aux utilisations actuelles ni aux différents équilibres hydrologiques. Les nappes alluviales de la cote méditerranéenne Nappes pouvant permettre de mobiliser des ressources en eau supplémentaires plus ou moins importantes Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 140

23 Ces nappes sont celles, Rhiss-Nekor, Oued Laou, Martil- Allila et Negro. Ces nappes alluviales des bassins côtiers méditerranéens renferment d importantes ressources en eau souterraine. Ces nappes sont soit en équilibre (Oued Laou, Martil-Allila et Negro), soit excédentaires (Rhiss- Nekor). La nappe Rhiss-Neckor est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans l'alimentation en eau de la ville d'al Hoceima et ce au fur et à mesure de la réduction de la capacité de régularisation du Barrage M.B.A El Khattabi par le phénomène d envasement. Le niveau d'exploitation de la nappe Oued Laou est actuellement en dèça de ses potentialités. Ces potentialités permettront, en plus de l'appoint d'irrigation de la plaine, de garantir pour un horizon lointain les besoins en eau potable du centre Oued Laou et des localités rurales limitrophes. Nappes d intérêt hydrogéologique limité Ces unités sont constituées par les nappes alluviales des bassins côtiers méditerranéens suivants: Smir, Amsa, Azla, Beni Boufrah et Bouhmed. Ces nappes sont caractérisées par de réserves totales et des pouvoirs de recharge naturelle limités ; leurs ressources mobilisables restent par conséquent limitées. Cependant, ces nappes dont la qualité des réserves d eau est généralement bonne à moyenne, peuvent jouer des rôles non négligeables pour la satisfaction des besoins en eau de petits projets : AEP rurale, alimentation de petits périmètres irrigués (de quelques dizaines d hectares), alimentation de petits projets touristiques, etc. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 141

24 Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 142

25 Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 143

26 5-3. Orientations stratégiques de développement des ressources en eau L'ensemble de la zone connaît un important développement économique et social engendrant une forte demande en eau. En plus des aménagements, présentés ci-dessus, nécessaires à la mobilisation de l eau à même de satisfaire une demande sans cesse croissante, des actions devraient être entreprises notamment pour la préservation des ressources et la protection contre les inondations. Préservation de la qualité de l'eau Pour les eaux de surface, les principales sources de pollution sont les rejets domestiques et industriels. C'est le cas des oued Lao et Martil. Pour l'oued Martil, qui est le cours d'eau le plus pollué du bassin, outre l'épuration des eaux usées domestiques prévue par le concessionnaire de l'assainissement liquide de Tétouan, un effort considérable doit être mené auprès des industrielles aux fins sensibiliser sur l'impact probable et les inciter à réduire les charges polluantes rejetées dans les cours d'eau. Pour ce qui est des eaux des retenues des barrages Nakhla et Smir, l'établissement des périmètres de protection tout autour des retenues de barrages permettra de préserver la qualité des eaux de ces barrages, notamment en cas de pollution accidentelle. Bassins Hydrauliques des Côtiers Méditerranéens 144

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa 1 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SOUSS MASSA - AGADIR 2 CONTEXTE GEOGRAPHIQUE REGION DU SOUSS MASSA ET DRAA 5 provinces et préfectures 30.000 km2 1,9 Millions

Plus en détail

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION 1. PRESENTATION L unité Souss Massa se situe au centre géographique du Maroc et couvre une superficie de l ordre de 23.950 km², renfermant trois bassins versants drainés par les principaux cours d eau

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE 1 SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE Mohammed Serraj Directeur de la Planification Branche Eau Lisbonne, le 06/06/2013 PLAN 1. CONTEXTE DU SECTEUR DE L EAU 2. MISSIONS ET PRINCIPAUX INDICATEURS

Plus en détail

La population est actuellement de près de 2.927.000 habitants dont près de 60% en milieu rural.

La population est actuellement de près de 2.927.000 habitants dont près de 60% en milieu rural. 1. PRESENTATION Situé au centre Ouest du Maroc, Le bassin du Tensift s étend sur une superficie de 18.210 Km 2 couvrant totalement la wilaya de Marrakech, et partiellement les provinces d Essaouira, d

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

LE PHENOMENE DE REMONTEE DES EAUX DANS LA VALLEE DE OUED SOUF PROBLEMATIQUE SOLUTIONS PRECONISEES

LE PHENOMENE DE REMONTEE DES EAUX DANS LA VALLEE DE OUED SOUF PROBLEMATIQUE SOLUTIONS PRECONISEES Ministère des ressources en eau Office National de l Assainissement O. N. A LE PHENOMENE DE REMONTEE DES EAUX DANS LA VALLEE DE OUED SOUF PROBLEMATIQUE SOLUTIONS PRECONISEES la Vallée du Souf: La vallée

Plus en détail

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GESTION DE L IRRIGATION DANS LA ZONE D ACTION DE L ORMVA DU SOUSS-MASSA

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GESTION DE L IRRIGATION DANS LA ZONE D ACTION DE L ORMVA DU SOUSS-MASSA CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GESTION DE L IRRIGATION DANS LA ZONE D ACTION DE L ORMVA DU SOUSS-MASSA INTRODUCTION La région du Souss Massa est caractérisée par un climat semi-aride à subdésertique, avec

Plus en détail

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6(X)9-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE CARTE DE VULNERABILITE

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne Le Tableau de Bord du SAGE Vienne - Décembre 2008 - Etablissement Public du Bassin de la Vienne 3 place du 11 novembre 87220 FEYTIAT Tél. : 05.55.06.39.42 Fax. : 05.55.30.17.55 epbv@epbv.fr www.eptb-vienne.fr

Plus en détail

Assainissement et Protection de la ressource dans le Bassin Versant

Assainissement et Protection de la ressource dans le Bassin Versant Julie Blazy Vincent Hornsperger Johanna Lanoue Maëlle Lepoutre Edith Martin Renaud Rincent Jeudi 22 janvier 2009 Assainissement et Protection de la ressource dans le Bassin Versant Le B.V du BV topographique

Plus en détail

2. INDICATEURS PERTINENTS (permettant de suivre l évolution de la variable dans le temps)

2. INDICATEURS PERTINENTS (permettant de suivre l évolution de la variable dans le temps) GARONNE 2050 VARIABLE : stockage et utilisation des stocks 1. DÉFINITION DE LA VARIABLE Cette variable s intéresse aux différents moyens de stocker l eau en un site donné et à une période donnée de l année

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME

MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME AVEC LE SDAGE DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE 2010 FICHE 1. LES ORIENTATIONS ET DISPOSITIONS DU SDAGE A TRADUIRE DANS LES DOCUMENTS D URBANISME DIRECTIONS DEPARTEMENTALES

Plus en détail

Mots clés : Arbonne-la-Forêt, ru de Rebais, nappe du Calcaire de Brie, inondation. En bibliographie, ce rapport sera cite de la façon suivante :

Mots clés : Arbonne-la-Forêt, ru de Rebais, nappe du Calcaire de Brie, inondation. En bibliographie, ce rapport sera cite de la façon suivante : Rapport final BRGMIRP-54032-FR juin 2005 Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du BRGM 2005 EAU G17 J.C. Martin Approbateur : Nom : J.F. Vernoux Nom : J.F. Vernoux Date : 12/07/05

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS

EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS EROSION ET ENVASEMENT DES BARRAGES-RESERVOIRS Exposé établi par Mr MANSER Amor

Plus en détail

PROBLEMES DE GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU EN ZONE ARIDE

PROBLEMES DE GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU EN ZONE ARIDE PROBLEMES DE GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU EN ZONE ARIDE Ennabli Mohamed Institut National de Recherche Scientifique et Technique Soliman - Tunisie INTRODUCTION I. II. III. IV. V. La problématique de

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Quelques documents pour illustrer le cours d'hydrogéologie générale Réservoir Temps de renouvellement (Jacques, 1996) Temps de renouvellement (Gleick,

Plus en détail

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90)

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90) SOCIETE TRAITEMENT-RECUPERATION-TRANSFORMATION ZONE INDUSTRIELLE - UNGERSHEIM - 68 190 ENSISHEIM TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE

Plus en détail

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr - Hydrogéologie - L3 Pro CTH cedric.legout@ujf-grenoble.fr 1 2 2. Bilan d eau en km 3 en France 3 Figure: D après Roux Les enjeux associés aux ressources souterraines : utilisateurs Eaux de surface (hm

Plus en détail

DÉSIGNATION DE ZONES DE PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES DESTINÉES À LA CONSOMMATION HUMAINE

DÉSIGNATION DE ZONES DE PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES DESTINÉES À LA CONSOMMATION HUMAINE DÉSIGNATION DE ZONES DE PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES DESTINÉES À LA CONSOMMATION HUMAINE Brochure d informations de l Administration de la Gestion de l Eau TABLE DES MATIÈRES 3 AVANT-PROPOS DU MINISTRE

Plus en détail

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LA GESTION DES BASSINS ET LA COOPÉRATION DANS LA RÉGION EURO - MÉDITÉRRANÉENNE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU MÉDITERRANÉEN DES ORGANISMES DE BASSIN (REMOB) BEYROUTH (LIBAN)

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD Gestion des terres et des ressources en eau 1. Les présentes lignes directrices 1 ne constituent pas un manuel de gestion des ressources naturelles mais exposent certains problèmes décisifs et les concepts

Plus en détail

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP PERMIS DE CONSTRUIRE NOTICE TECHNIQUE INFILTRATION DES EAUX DE DRAINAGE JUILLET 2013 SOMMAIRE 1 OBJET

Plus en détail

GESTION DES RISQUES LIES AUX INONDATIONS

GESTION DES RISQUES LIES AUX INONDATIONS ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE L EAU ET DE L ENVIRONNEMENT Agence du Bassin Hydraulique du Tensift ASSEMBLEE GENERALE DU RESEAU MEDITERRANEEN DES ORGANISMES DE BASSIN BUREAU

Plus en détail

Persan est aussi traversé en son milieu par une petite rivière affluente de l Oise : l Esches avec son bras de décharge la Copette.

Persan est aussi traversé en son milieu par une petite rivière affluente de l Oise : l Esches avec son bras de décharge la Copette. Le territoire communal est couvert par environ 37% de la surface agricole utile en céréales (blé, maïs, colza), 41% en betteraves et 21% en Fourrage. Une des exploitations est un verger situé au Nord-

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

VERS UNE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU. EXEMPLE DE LA TUNISIE.

VERS UNE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU. EXEMPLE DE LA TUNISIE. VERS UNE GESTION OPTIMALE DES RESSOURCES EN EAU. EXEMPLE DE LA TUNISIE. Habaieb H*., Albergel J.** * Institut National Agronomique de Tunisie ** Mission IRD de Tunis RESUME La Tunisie reçoit en moyenne

Plus en détail

Voir Figure 5 : situation de la carrière par rapport aux eaux superficielles (ci-après)

Voir Figure 5 : situation de la carrière par rapport aux eaux superficielles (ci-après) Dossier de demande d autorisation d exploiter une carrière GRAVALOIRE CARRIERES Carrière de la Vallée résumé non technique du projet Indice 3 P. 11 sur 38 La majorité des eaux ruisselant sur le site aboutissent,

Plus en détail

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de PointeàPitre Convention DEALBRGM (déc. 2010) Rapport BRGM/RP60857FR (mars 2012) Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

Pas moins de sept codes traitent du domaine. La définition des événements naturels dans le régime. des catastrophes naturelles.

Pas moins de sept codes traitent du domaine. La définition des événements naturels dans le régime. des catastrophes naturelles. La définition des événements naturels dans le régime L auteur Christophe Gadouleau des catastrophes naturelles La prévention et la gestion des risques majeurs en France s articule autour de nombreux textes

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement Tranchées d épandage à faible profondeur Principe de fonctionnement Cette filière est généralement utilisée dans un sol perméable et d épaisseur suffisante (environ 1 mètre de terre végétale) pour permettre

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins Marrakech : 23-26 Mai 2005 1 SOMMAIRE -Introduction - Le potenteil hydrique:

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU Seine-Maritime CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU REGLEMENTATION APPLICABLE au titre du Code de l Environnement Articles R 214-1 à R 214-6 du code de l environnement relatifs à la nomenclature des opérations

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur :

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur : Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR ua o Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du B R G M 8EAUG6 U- A.CARN-DHEILLY

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

Commission Thématique «Risques majeurs» Vendredi 13 juin 2008 14h Péronne SOMMAIRE

Commission Thématique «Risques majeurs» Vendredi 13 juin 2008 14h Péronne SOMMAIRE COMMISSION LOCALE DE L EAU SAGE DE LA HAUTE-SOMME Commission Thématique «Risques majeurs» Vendredi 13 juin 2008 14h Péronne SOMMAIRE 1. Objectifs de la réunion...2 2. Contexte...2 2.1. Rappel de fonctionnement

Plus en détail

L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau

L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau Référence 5 L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau Résumé Pour bien concevoir et élaborer un plan d aménagement, on a besoin d informations et de connaissances d un spécialiste. Une bonne connaissance

Plus en détail

DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH)

DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH) DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH) INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE L aménagement hydro agricole du périmètre du N fis (Région

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques Dossier police de l'eau Pièce IV >> Notice d incidence Chapitre 2. Sensibilité des milieux aquatiques chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques 2.1. Sensibilité des eaux souterraines 2.1.1. Quelques

Plus en détail

Département de l ISERE. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Commune de MOISSIEU

Département de l ISERE. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Commune de MOISSIEU Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de MOISSIEU Schéma de gestion des Eaux Pluviales Août 2007 Sommaire 1. Typologie des problèmes liés aux E.P. :... 1 1.1. Ruissellements...

Plus en détail

Régime: république 0.05 203,70

Régime: république 0.05 203,70 Superficie : 316 km 2 Le contexte global Population :.0,4 M (urbaine: 0,36 / rurale: 0,04) PIB/hab 2007 : 10700 USD Régime: république Divisions administratives: aucune (La Vallette administre directement

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5

NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5 COMMUNE DE L HOUMEAU PLAN LOCAL D'URBANISME Modification évolution réglementaire PROJET APPROUVE LE 29 Janvier 2010 ANNEXES NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5 COMMUNE DE L HOUMEAU PLAN LOCAL D'URBANISME

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF Dossier de Déclaration et de Mise en Place d un Assainissement Non Collectif De Type : Fosse Toutes Eaux avec Epandage souterrain en sol naturel A ETABLIR

Plus en détail

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date Séminaire Arceau Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective Intervenant le Grand Paris Service Date Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome Commune de : Date de réception du dossier Numéro du dossier : Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome G E N E R A L I T E S Demandeur: Nom:...Prénom:... Adresse......

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE ET DE LA RECHERCHE INVENTAIRE DES POINTS D'EAU - PIÉZOMÉTRIE ET BATHYMÉTRIE DES ALLUVIONS DU LIT MAJEUR DE LA LOIRE ENTRE SAINT-HILAIRE-SAINT-MESMIN (Loiret) ET SAINT-LAURENT-DES-EAUX

Plus en détail

Charte Qualité pour la Bonne Réalisation des Études de Conception de Filières d Assainissement Non Collectif

Charte Qualité pour la Bonne Réalisation des Études de Conception de Filières d Assainissement Non Collectif Charte Qualité pour la Bonne Réalisation des Études de Conception de Filières d Assainissement Non Collectif 2015 Avec le soutien financier de Préambule Le département de la Dordogne est situé à l affleurement

Plus en détail

Délibération no 01.26 du 15 novembre 2001

Délibération no 01.26 du 15 novembre 2001 AGENCE DE L'EAU SEINE NORMANDIE CONSEIL D'ADMINISTRATION Réunion du 15 novembre 2001 Délibération no 01.26 du 15 novembre 2001 PORTANT APPROBATION DU VII ème PROGRAMME ETENDU A L'ANNEE 2002 Le Conseil

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Phénomènes naturels et aléas

Phénomènes naturels et aléas Phénomènes naturels et aléas 1 Définitions généralesg de l aléa Ce chapitre traite des phénomènes et des aléas. Comme nous l'avons vu dans l'approche générale du risque, l aléa est défini comme un «phénomène

Plus en détail

L objectif est de préserver et valoriser l agriculture tout en luttant contre les phénomènes des friches périurbaines.

L objectif est de préserver et valoriser l agriculture tout en luttant contre les phénomènes des friches périurbaines. Zone A CARACTERE DE LA ZONE Cette zone est à protéger en raison de la valeur agricole des terrains ou de la richesse du sol ou du soussol. Elle comprend les secteurs : Ac correspondant à une zone où les

Plus en détail

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT ANNEXE du PLU Gestion de l eau ASSAINISSEMENT 1. CONTEXTE La prise en compte de la loi sur l eau n 92-3 du 3 janvier 1992, modifiée en 1995, imposait d assurer la cohérence des démarches eau et urbanisme

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux p.5 Introduction Pourquoi un PPR? p.7 Partie 1 Méthode de détermination de l aléa p.22

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Etude de six sites potentiels de stockage provisoire de déchets de marée noire en Corse du Sud

Etude de six sites potentiels de stockage provisoire de déchets de marée noire en Corse du Sud Ministère de l'industrie, de la Poste et des Etude de six sites potentiels de stockage provisoire de déchets de marée noire en Corse du Sud juin 1996 R 38965 Eaide dalis& dans le cadre des actions de SelYiCe

Plus en détail

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA First International Conference on saltwater Intrusion and Coastal Aquifers- Monitoring, Modeling, and Management. Essaouira, Morocco, April 23-25,21 ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers PREFECTURE DU LOT DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers BASSIN DE RISQUE «CARENNAC A SAINT-CERE»

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

L IMPORTANCE DES EAUX KARSTIQUES DANS L APPROVISIONNEMENT EN EAU DE LA POPULATION DE TLEMCEN

L IMPORTANCE DES EAUX KARSTIQUES DANS L APPROVISIONNEMENT EN EAU DE LA POPULATION DE TLEMCEN Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 06, Décembre 2007, pp. 57-64 2007 Tous droits réservés L IMPORTANCE DES EAUX KARSTIQUES DANS L APPROVISIONNEMENT EN EAU DE LA POPULATION DE TLEMCEN BENSAOULA F. 1,2,

Plus en détail

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME Sano Khokana Népal S.A.R.L GEOGEOPHY Jean-Marc Ragot FONDATION SOGREAH Les Taureaux Nord RAPPORT 10/03/686 26300 Besayes Mars 2010 Tel/Fax/rep

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail