Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne"

Transcription

1 Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

2 A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles parmi les ATB majeurs BHR : résistance à plusieurs familles d ATB majeurs dont les ATB de derniers recours Les BMR/BHR n ont en général pas de facteurs de virulence particuliers, problème=thérapeutique Contexte actuel : - Peu de perspectives de nouveaux antibiotiques - Mondialisation : diffusion rapide des résistances => Danger = Augmentation des situations d impasse thérapeutique. (= sans ATB efficace)

3 Evolution des résistances bactériennes

4 CARACTERE NATUREL OU ACQUIS DE LA RESISTANCE Résistance naturelle Caractéristique ristique d une d espèce bactérienne Phénotype normal «sauvage» Définit le spectre d activit d activité des ATB Espèces habituellement sensibles, I ou R Résistance acquise Comportement «anormal» de certaines souches d une d espèce R évolutives, fréquence variable Phénotype résistantr Modifications génétiquesg par mutations Ou acquisition de gènes étrangers Gènes intégr grés s au chromosome Éléments mobiles (plasmides, transposons, intégrons grons)

5 Campaign to Prevent Antimicrobial Resistance in Healthcare Settings Emergence des résistances Bactéries résistantes Bactérie sensible Mutations XX Transfert de gènes de résistance Nouvelle souche de bactérie résistante

6 Campaign to Prevent Antimicrobial Resistance in Healthcare Settings Sélection des souches résistantes xx Rares souches résistantes xx xx xx Exposition aux antibiotiques x x xx Prédominence des souches résistantes

7 2. BMR

8 BMR

9 Consommation ATB en médecine humaine

10 Evolution consommation ATB en villes 90%

11 10%

12

13 ENP 2012, Volet Antibiotiques : Résultats Prévalence des patients traités par antiinfectieux - Prévalence des patients traités par ATB - 1 molécule N= (71,3%) - 2 molécules N= (24,4%) - 3 molécules et plus N=2 145 (4,3%) - Prévalence des patients traités par antifongiques Prévalence des traitements antiinfectieux N % , , , ,0 - Prévalence des traitements ATB ,2 - Prévalence des traitements antifongiques ,8

14 ENP 2012 : Prévalences des patients traités par antibiotiques, par ES Médiane : 13,3% ES ayant inclus au moins 20 patients (N=1 821) 0 ES (N) 0 ]0-1] ]1-2] ]2-3] ]3-4] ]4-5] ]5-6] ]6-7] ]7-8] ]8-9] ]9-10] ]10-11] ]11-12] ]12-13] ]13-14] ]14-15] ]15-16] ]16-17] ]17-18] ]18-19] ]19-20] ]20-21] ]21-22] ]22-23] ]23-24] ]24-25] ]25-26] ]26-27] ]27-28] ]28-29] ]29-30] ]30-31] ]31-32] ]32-33] ]33-34] ]34-35] ]35-36] ]36-37] ]37-38] ]38-39] ]39-40] ]40-41] ]41-42] ]42-43] ]43-44] ]44-45] ]45-46] ]46-47] ]47-48] ]48-49] ]49-] Prévalence des patients traités par antibiotiques (%)

15 B. BMR Problème actuel principal Augmentation incidence des entérobactéries BLSE à l hôpital mais aussi en ville

16 1. Epidémiologie : émergence de E coli BLSE CTXM BLSE : enzyme inactivant la plus part des betalactamines (sauf carbapénèmes et Céphamycines) Support Plasmidique Résistance croisée (aminoside, FQ) Emergence dans les années 80 (utilisation des C3G) Augmentation dans les années 90 avec les caractéristiques suivantes I Nosocomiale Réanimation +++ Epidémies nosocomiales ( Klebsielle, E aerogenes) Gene TEM et SHV +++ Fin des années 90 émergence de nouveau gènes CTX- M => installation

17

18

19 Enquête RAISIN BMR 1181 ES en 2012 Tendances évolutives

20 Enquête RAISIN BMR Répartition géographique

21 E coli BLSE Acquisition communautairenosocomiale?

22 2. Acquisition communautaire? Acquisition nosocomiale et communautaire? Portage à l admission en réanimation Portage à l entrée Transmission intra-familiale Espagne : portage en population générale 0.7% à 5.5% entre 2002 et 2007

23 2. Acquisition communautaire? Acquisition nosocomiale et communautaire? Portage à l admission en réanimation Portage à l entrée Transmission intra-familiale Espagne : portage en population générale 0.7% à 5.5% entre 2002 et 2007 Rôle de l environnement, BLSE retrouvées chez l animal (élevage), dans les effluents.

24 Acquisition communautaire? Résultats de la surveillance réalisée dans un CH de Saône et Loire Au total, 132 BLSE positifs (soit 15%) pour 904 patients dépistés MCO 11% de positifs (86 /783) 6% de positifs (23/414) dépistés à l entrée (dans les 3 jours suivant l admission) sans notion d hospitalisation antérieure au C.H. dans les 6 mois EHPAD 40% de positifs (37 /92) SSR 31% de positifs (9 /29)

25 Acquisition communautaire? CONCLUSION : Acquisition nosocomiale communautaire Révélation souvent nosocomiale (ATB transmission croisée)

26 BMR Prévention (côté médecine humaine) Lutter contre la sélection => bon usage des ATB Lutter contre la dissémination Mesures d hygiène Dans les ES Précautions standard Précautions complémentaires (CONTACT) +/- dépistage des patients à risque Secteur à risque Situation épidémique

27 BHR Résistantes à plusieurs familles d antibiotiques dont les ATB de dernier recours Gram + ; glycopeptides SA résistant aux glycopeptides (GISA VISA) ERG => risque de transfert au S Aureus Gram - : Penem Entérobactéries résistantes aux carbapenems P. Aeruginosa totor Acinetobacter baumannii Hautement résistant (carbapénèmes) (ABRI)

28 BHR dont BHRe Parmi ces BHR, celles qui ont un haut potentiel épidémique à l Hôpital ou en ville un mécanisme de résistance transférable un mode de diffusion sporadique ou épidémique limité en France Commensales du tube digestif => BHRe

29 BMR et Espèces commensales Lorsque la MR touche des espèces commensales, 1. le risque de diffusion (nosocomiale et communautaire) Eléments favorisants Concentration importante (ex : Entérobactéries) => Excrétion importante, risque de transmission et de contamination de l environnement Durée de portage longue (pas de contre-sélection) Il existe des résistances croisées et donc des «sélections croisées» 2. Les infections ne sont que la partie émergeante de l iceberg (porteur sains)

30 Flore bactérienne du TD

31 BHR dont BHRe BHRe Parmi les BGN : Entérobactéries sécrétrices de carbapenemase (EPC) Parmi les Gram+ : Enterococcus feacium résistant aux glycopeptides (ERG ou ERV) Mesures spécifiques Les autres BHR (P aeuginosa et A.baumannii) ne présentent pas le même potentiel de diffusion mais exposent les patients au risque de l impasse thérapeutiques. Attention : épidémies dans les secteurs à risques (Réa, hémato) => Mesures spécifiques dans ces secteurs.

32 ERG en quelques mots Espèce commensale, assez peu pathogène Résistance : genes Van A(++) à G=> transposons 1 ère souches Vanco R dans les années 80 Situation endémique aux USA (USI) avec des s. nosocomiales En France, portage élevé dans les années 90 en population générale, peu d infections, pas d épidémies nosocomiales avec actuellement une évolution favorable (élevage : Avoparcine) Politiques ATB différentes (homme et élevage), souches différentes => epidémiologie très différente Mais depuis les années 2000, rares épidémies nosocomiales en France, Dont Epidémie de grande envergure en Lorraine

33 ERG en quelques mots Enjeux Quelques cas observé de transfert de la résistance de l entérocoque vers Staphylococcus aureus => redouté +++ car S aureus plus pathogène. Si la résistance touche des clones plus pathogènes => augmentation de la morbi-mortalité En France : peu de cas actuellement Politique agressive, objectif= «extinction» Si cas => dépistage, cohorting

34 1. ERV En France : Prévalence faible et stable mais Epidémies loco-régionales

35 2. Entérobactéries sécrétrices de carbapénémases Caractéristiques générales

36 ENP 2012 : Principaux micro-organismes isolés d IN (N=12 581)

37 ENP 2012 : Résistance aux antibiotiques Micro-organisme Isolé Patients Testés IN associées s infectés (%) (N) N % N % S. aureus ,2 Méti-R ,1 0, ,2 Méti-R et vanco-i 27 1,5 <0,1 27 <0,1 P. aeruginosa ,3 Ceftazidime -R ,0 0, ,1 Carba-R ,6 0, ,1 Entérobactéries ,9 C3G-R ,0 0, ,4 C3G-R et BLSE ,6 0, ,2 Carba-R 74 1,5 <0,1 73 <0,1 E. coli ,3 C3G-R ,6 0, ,2 C3G-R et BLSE ,0 0, ,1 Carba-R 40 1,4 <0,1 39 <0,1 K. pneumoniae ,1 C3G-R ,7 0, ,1 C3G-R et BLSE ,6 0, ,1 Carba-R 12 2,3 <0,1 12 <0,1

38 Zone d endémie pour EPC

39

40

41 Episodes d EPC, France, , par mois de signalement Bilan au 04 septembre 2014 (N= 1210 épisodes) 1210 épisodes au total 2009 : 10, 2010 : 28, 2011 : 113, 2012 : 233, 2013 : 405, 2014 : 412

42 Proportion des épisodes d EPC sans lien avec un pays étranger*, France, , Bilan au 04 septembre épisodes sans lien du cas index avec l'étranger rapporté (49%) (pas de lien retrouvé ou pas de lien signalé) Exclusions des épisodes signalés uniquement par le CNR ou les laboratoires de bactériologie et pour lesquels la notion d hospitalisation ou de voyage du cas index n est quasiment jamais rapportée Analyse sur : 1003 épisodes (435 sans lien du cas index avec l'étranger) Proportion des épisodes d EPC sans lien du cas index avec l étranger estimée à : 43%. Proportion en augmentation : 2010 : 32% 2011 : 29% 2012 : 44% 2013 : 45% 2014 : 48% * Lien avec l étranger : hospitalisation ou voyage sans hospitalisation du cas index à l étranger

43 Episodes d EPC, France, , par bactéries Bilan au 04 septembre 2014 (N= 1210 épisodes) * 2 entérobactéries ou plus avec le même mécanisme de résistance impliquées dans 165 épisodes ** Total supérieur à 100% car plusieurs bactéries associées dans 165 épisodes

44 Episodes d EPC, France, , par mécanisme Bilan au 04 septembre 2014 (N= 1210 épisodes) * 2 mécanismes de résistance associés dans 36 épisodes ** Total supérieur à 100% car deux mécanismes de résistance associés dans 36 épisodes

45 Episodes d EPC, France, , lien avec un pays étranger**, bilan au (N= 622 épisodes) 622 épisodes * 3 épisodes pour lesquels le contexte n a pas été décrit ** Hospitalisation ou voyage sans hospitalisation du cas index à l étranger

46 Episodes d EPC, France, , sans lien avec un pays étranger* et type de carbapénémases, par année de signalement Bilan au (N= 588 épisodes) * Lien avec l étranger : hospitalisation ou voyage sans hospitalisation du cas index à l étranger

47 BHR en Bourgogne 2014, ARLIN CHU => 8 cas : 5EPC+ 3ERV, 5 patients à haut risque, 3 patients sans fdr retrouvés. 1 Cas EPC Yonne=> Patient index = épidémie Etablissement parisien => 1 Cas secondaire (CH) 1 Cas ERV Yonne => hémodialyse, patient connu Etablissement parisien (CH) 1 Cas EPC Saône et Loire => sans fdr retrouvé, pas de cas secondaire (Clinique MCO) 1 Cas EPC Saône et Loire => Patient contact d un cas dans un ES Hérault (SSR privé) Nièvre : 1 cas EPC (Contexte?)

48 BHR: Principales Recommandations / Réglementations

49 Mesures mises en œuvre Bon usage des ATB => sélection Diffusion au sein des ES Mesures barrières = Précautions standard / Complémentaire Dépistage des patients à haut risque Gestion des patients Contacts => mesures barrières + Dépistage Mise en œuvre du plan local de gestion d une épidémie

50

51

52

53

54

55

56 RETEX BHRe au CHU

57 Etat des lieux pour 2014 Dépistage des patients à haut risque 15 patients dépistés hospitalisé à l étranger ou contact d un cas dans d autres ES (dont 13 à partir d avril 2014) 3 positifs : 2 à entérobactéries sécrétrices de carbapenemase 1 positif à ERV + Dépistage de patients CONTACT de cas (nombreux au 2 ème trimestre) => aucun positifs

58 Etat des lieux pour 2014 En dehors du dépistage 2 cas chez des patients hospitalisés récemment à l étranger non dépistés 1 EPC +/- «1 ERV» 3 cas sporadiques chez des patients non classés à haut risque 2 EPC 1 ERV

59 Politique de dépistage des contacts Large si les PC ne sont pas mises en place lors de l admission + restreinte si PC mises en place dès le début Pb = patients sortis à domicile => observation dans le dossier Aucun cas secondaire identifié lors de ces épisodes

60 Cas importé au CHU Hospitalisation 1 10 au 14/03 : urgences puis hospitalisation dans un service de médecine Bronchopneumopathie chez un patient présentant un cancer broncho pulmonaire récent - Retour d un voyage en Inde où brève hospitalisation - Alerte le 14/03 K pneumoniae R aux carbapenèmes dans les urines - Sortie le 14/03 à domicile

61

62 CAT Repérage des patients CONTACT Hospitalisés =>Précautions contact, Dépistés, 3 dépistage si possible Retour Domicile => information Transférés=> Information établissement d aval Observation dans les dossiers Dossier : hospitalisation en Inde notée dés l admission aux urgences mais les mesures appropriées ne sont pas mises en place

63 Réhospitalisation 02/04 Urgences, UHCD Mesures non mises en place pourtant l infirmière d accueil note qu elle a lu dans le dossier patient, protocole BHR Appel le 03/04 de l UHCD : que faut-il faire? Puis hospitalisation en pneumologie ou mesures barrières mises en place La CAT a été la même + dépistage en pneumo pdt l hospitalisation du patient

64 Mesures Dossier patient Formation-Information Message rappel 1/mois Protocole refait Courrier d information patient (Cas-Contact)

65 Plus d info

66 Mesures prises

67

68

69 BHR Conclusion SELECTION Bon usage des ATB TRANSMISSION Précaution standards Repérer les patients à risque => dépistage Précautions complémentaires Suivi des contact

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire?

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire? 8 e rencontre régionale destinée aux représentants des usagers des établissements de santé et aux associations d usagers de Picardie Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes

Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes Les Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes Quelle problématique? épidémiologie nationale et régionale Emmanuelle MARTIN PH Hygiéniste CHI Elbeuf-Louviers XIIe journée régionale de

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

4 ème Journée Régionale Arlin Corse 15 mai 2014 Claude Bernet

4 ème Journée Régionale Arlin Corse 15 mai 2014 Claude Bernet Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) et avenir des outils nationaux, internationaux (programme,

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives

Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives Patients contact BHRe : Gestion d un parcours de soins avec venues itératives CAMUS Céline, TEQUI B., VANSTEENE D., LE GAL AL., BRETHE N., BARBAROT V. Institut de Cancérologie de l Ouest Site Nantes SF2H

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes. Un milieu en évolution. Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses

Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes. Un milieu en évolution. Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses Déterminants de la dynamique des maladies infectieuses Epidémiologie mondiale des bactéries multirésistantes émergentes Agent Pascal Astagneau Emergences Milieu Hôte Un milieu en évolution Relation homme-animal

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens

Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Rôle du cohorting dans le contrôle de l épidémie d ERV au CH de Lens Dr Dominique TRIVIER Service d Hygiène Hospitalière SHH Dr Trivier 1 L ERV au CHL: phase d émergence Le 9 mai 2008 un patient de pneumologie

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe)

Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) Maîtrise de la transmission des Bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) Dr E. Poirier, K. Guerre PH responsable ARLIN Lorraine Nancy, le 4 octobre 2013 Point sur la situation en Lorraine Septembre

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Epidémiologie des entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu en Haute Normandie

Epidémiologie des entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu en Haute Normandie Epidémiologie des entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu en Haute Normandie L. Guet, S. Boyer Réunion Régionale des CLIN et équipes d hygiène de Haute Normandie Les β-lactamases à

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

Propias 2015. Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins

Propias 2015. Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins Propias 2015 Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux

Plus en détail

Bactéries multirésistantes et voyages

Bactéries multirésistantes et voyages CEMI - Institut Pasteur- 4 avril 2014 Bactéries multirésistantes et voyages Pr Audrey Mérens Laboratoire de Biologie et Equipe d Hygiène Hospitalière Pr Christophe Rapp Service de maladies infectieuses

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

EBLSE. Epidémiologie Prévention du risque. Didier Hocquet

EBLSE. Epidémiologie Prévention du risque. Didier Hocquet EBLSE Epidémiologie Prévention du risque Didier Hocquet Journée Hôpital Propre en Franche-Comté 20 juin 2013 Objectifs Qu est ce qu une EBLSE? Son épidémiologie Comment prévenir le risque EBLSE? EBLSE

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Mesures prises. Evolution. Prise en charge des klebsielles toto-résistantes dans les hôpitaux de l AP-HP

Mesures prises. Evolution. Prise en charge des klebsielles toto-résistantes dans les hôpitaux de l AP-HP Prise en charge d un patient venant de Grèce colonisé par 5 BMR Prise en charge des klebsielles toto-résistantes dans les hôpitaux de l AP-HP Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène Direction de

Plus en détail

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR)

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) APHAL Mardi 15 septembre 2015 Dr E. POIRIER ARLIN Lorraine La résistance aux antibiotiques o existait bien avant leur utilisation chez l

Plus en détail

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Doses Définies Journalières (DDJ) ou Defined Daily Doses (DDD) Établi par l OMS :http://www.whocc.no/atcddd/

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

Plan local de gestion d une situation épidémique

Plan local de gestion d une situation épidémique Plan local de gestion d une situation épidémique CONTEXTE Le plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins 2009-2013 prévoit que les établissements de santé intègrent aux plans

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Entérocoque résistant aux glycopeptides : Point sur l épisode régional de l été 2013

Entérocoque résistant aux glycopeptides : Point sur l épisode régional de l été 2013 Entérocoque résistant aux glycopeptides : Point sur l épisode régional de l été 2013 Dr H Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU-Hôpitaux de Rouen Hygiène et Prévention du Risque Infectieux

Plus en détail

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV Beaujon Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV C. Martin, cadre, service de médecine interne C. Ciotti, technicienne biohygiéniste, équipe opérationnelle d hygiène Hôpital Beaujon, Clichy Le

Plus en détail

Epidémie à BHRe : attention aux points d eau! V. Morange EOH CHRU Tours

Epidémie à BHRe : attention aux points d eau! V. Morange EOH CHRU Tours Epidémie à BHRe : attention aux points d eau! V. Morange EOH CHRU Tours Bactéries Hautement Résistantes émergentes - Entérobactéries Productrices de Carbapénémase EPC - Entérocoques Résistants aux Glycopeptides

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable

Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable Maladies chroniques et traumatismes Novembre 4 Maladies infectieuses Consommation d antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France : nécessité d une mobilisation déterminée et durable Bilan des

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Mars 2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre pour prévenir l émergence des entérobactéries BLSE et lutter contre leur dissémination

Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre pour prévenir l émergence des entérobactéries BLSE et lutter contre leur dissémination Commission spécialisée Sécurité des patients : infections nosocomiales et autres évènements indésirables liés aux soins et aux pratiques RAPPORT Recommandations relatives aux mesures à mettre en œuvre

Plus en détail

C est quoi une BHRe?

C est quoi une BHRe? Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

Bactéries hautement résistantes émergentes et hygiène. -

Bactéries hautement résistantes émergentes et hygiène. - Bactéries hautement résistantes émergentes et hygiène. - Dr O. BELLON (Centre Hospitalier de Brignoles) et A. LORY (Marseille ARLIN PACA) Marseille Novembre 2014 Aucun conflit d intérêt avec l industrie

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise

UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal. Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité. Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise UNIVERSITE PARIS V Faculté Cochin Port Royal Les bactéries multi-résistantes BMR en HEPAD, mythe ou réalité Dr LE PAIH LEROY Marie-Françoise DIU de médecin coordonnateur HEPAD Année 2007-2008 1 1 - INTRODUCTION

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

ACTUALITÉS BHRE : TENDANCES ET VARIATIONS RÉGIONALES

ACTUALITÉS BHRE : TENDANCES ET VARIATIONS RÉGIONALES ACTUALITÉS BHRE : TENDANCES ET VARIATIONS RÉGIONALES UNITÉ INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS ET RÉSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES DIRECTION DES MALADIES INFECTIEUSES (DMI) SANTÉ PUBLIQUE FRANCE, SAINT-MAURICE

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V

Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Comment éviter les carbapénèmes? Rémy Gauzit Unité de réanimation St Charles Hôtel Dieu - Paris V Déclaration des liens d intérêts 2010 2013 Vice-président de la Spilf Intervenant au titre d orateur Janssen-Cylag,

Plus en détail

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 BMR et BHRe Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 Rappel : mise en évidence bactéries Prélèvements : hémocultures, LBA, LCR, prélèvements

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Rémy Gauzit Yves Péan Jérôme Robert JP Bedos Emmanuelle Varon Jean Paul Stahl Alain Lepape Jean Pierre Bru Xavier Bertrand Serge Alfandari Au nom de tous

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Bilan des signalements pour entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC) en France

Bilan des signalements pour entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC) en France Epidémiologie des bactéries résistantes en France (EPC ERV-ABRI) 1ere journée de prévention du risque infectieux associé aux soins Sophie Vaux Bilan des signalements pour entérobactéries productrices de

Plus en détail

Gestion des BHRe en EHPAD

Gestion des BHRe en EHPAD Gestion des BHRe en EHPAD Cas clinique Dr Jean-Baptiste EUZEN Conflit d intéret Aucun avec le sujet concerné Mme C, 83 ans, est institutionnalisée depuis 2014 dans un Ehpad du CHRU de Brest Antécédents:

Plus en détail