Responsabilité personnelle des dirigeants et administrateurs de sociétés cotées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Responsabilité personnelle des dirigeants et administrateurs de sociétés cotées"

Transcription

1 Responsabilité personnelle des dirigeants et administrateurs de sociétés cotées Juin 2014

2 SOMMAIRE INTRODUCTION INTRODUCTION p. 3 et sanctions p Rappel des grandes lignes de la responsabilité générale des dirigeants sociaux p. 4 a. Sources de risques et enjeux p. 4 b. Les procédures pénales p. 5 c. Les actions civiles p. 6 d. Les procédures administratives p Risques spécifiques découlant de la cotation en bourse p. 8 a. Les procédures administratives p. 8 b. Les procédures pénales p. 10 c. Les actions civiles p Les moments-clés en termes de risques p. 12 a. Introduction en bourse p. 12 b. Secondary offering Nouveau placement p. 13 c. Opérations sur titre d une société tierce p. 13 d. Sociétés en difficulté p. 13 Protection p Le contrat d assurance RCMS p Les ajustements à apporter p. 14 a. L extension des garanties à la Société p. 14 b. Les sanctions administratives p. 15 c. Le montant de garantie p. 15 d. L intérêt d une police «IPO» p. 16 e. Une limite dédiée aux administrateurs indépendants p Les facteurs déterminants de la tarification p. 17 CONCLUSION p. 19 Recommandations pratiques Participants à cette étude p. 19 Le présent document a été rédigé par les équipes spécialisées de SIACI SAINT HONORE, société de courtage d assurance. Il a pour vocation d être une source complémentaire d informations pour les sociétés et leurs dirigeants et ne saurait se substituer à la consultation d un conseil juridique. Avec le rebond de l activité boursière en 2013, mouvement qui se confirme en 2014, les dirigeants d entreprise tendent à nouveau à considérer la Bourse comme une source de financement de leur entreprise tandis que les investisseurs en capital y voient un moyen de sortie et une source de liquidité de leur investissement. L afflux des capitaux sur les marchés boursiers, en provenance notamment d investisseurs étrangers, va de pair avec une exigence renforcée de ces investisseurs, et des autorités de tutelle pour leur compte, vis-à-vis des dirigeants et administrateurs des sociétés cotées et des actionnaires financiers cédant leurs titres en tout ou en partie. Il faut en effet rappeler, c est notre rôle de courtier d assurances spécialiste des risques personnels des dirigeants, que si tout dirigeant de société encourt une responsabilité personnelle au plan civil comme au plan pénal, la cotation des titres d une société en bourse non seulement accroît ces risques mais en introduit également de nouveaux. La société comme ses dirigeants doivent en effet se conformer à un nouveau corps de règles qui ensemble forment «le droit boursier», tenant compte du cadre juridique propre à chaque pays, certains comme les États-Unis étant particulièrement exigeants. L assurance «Responsabilité des Dirigeants», souvent appelée de façon réductrice l assurance RCMS (Responsabilité Civile des Mandataires Sociaux), a pour objet de couvrir les conséquences financières de la mise en cause de la responsabilité personnelle des dirigeants et administrateurs. Si un tel contrat d assurance n a pas encore été souscrit au moment où les titres d une société sont introduits en bourse, l opération se doit d être l occasion de mettre en place cette garantie indispensable. Si celle-ci est déjà en vigueur, des ajustements contractuels doivent nécessairement être prévus à défaut desquels la protection se révèlerait inefficace ou insuffisante. SIACI SAINT HONORE accompagne de nombreuses sociétés cotées. Elles sont constituées de jeunes pousses, jusqu alors soutenues par les investisseurs en capital, comme des plus grands groupes du CAC 40. Elles sont cotées sur Euronext, ou Alternext pour les sociétés de taille petite ou moyenne, mais également sur des marchés étrangers, aux États-Unis (NYSE et Nasdaq), Londres ou Hong Kong. Lors d une opération boursière, émission primaire ou secondaire, les directeurs de clientèle de SIACI SAINT HONORE secondés en tant que de besoin par les spécialistes du département «Risques Financiers» alertent les dirigeants sur les risques nouveaux auxquels ils sont exposés et sur les garanties nécessaires à prévoir tenant compte des spécificités de l opération envisagée, à commencer par le lieu de cotation. Ils les aident à anticiper les questions et demandes d information des assureurs pour créer, entre la société et les assureurs, un environnement de confiance permettant d augmenter le champ des garanties et d en optimiser le coût. Éric Remus Associé SIACI SAINT HONORE 2 3

3 et sanctions Enjeux financiers des réclamations Quand les réclamations sont exprimées en termes d enjeux financiers, (frais de défense, dommages et intérêts), une autre réalité apparaît : comme le montre le tableau ci-contre, ce sont les actions pour insuffisance d actifs, dans le cadre des procédures collectives, ainsi que les réclamations boursières, qui ont les conséquences financières les plus lourdes pour les dirigeants mis en cause. Rapports sociaux 7 % Réclamations boursières 30 % Recours d actionnaires 10 % Autres 8 % Réclamations pénales 15 % Procédures collectives 30 % 1. Rappel des grandes lignes de la responsabilité générale des dirigeants sociaux a. Sources de risques et enjeux En contrepartie de leurs pouvoirs étendus, les dirigeants sociaux - ce terme visant les dirigeants opérationnels ainsi que les membres des organes collégiaux assurant l administration ou le contrôle de la société, le conseil d administration ou le conseil de surveillance - doivent répondre de leurs actes de gestion et, en cas d actions en responsabilité, peuvent voir leur patrimoine personnel exposé. Dans un souci de protection de la personne morale et des associés d abord et de toutes les parties prenantes affectées par les actes de l entreprise ensuite (salariés, administrations, clients, fournisseurs, public au sens large), le législateur et la jurisprudence ont élaboré des règles permettant de contrôler l action des dirigeants sociaux lesquels ont le devoir d agir dans l intérêt de la société. Ils peuvent se voir mis en cause devant une juridiction civile, pénale ou encore devant une autorité administrative. Les tableaux suivants montrent les principales sources de mise en jeu de la responsabilité des dirigeants telles qu elles ressortent d une étude menée à partir des sinistres enregistrés par SIACI SAINT HONORE sur la période Fréquence de réclamations En nombre de réclamations, les actions engagées au pénal constituent de loin la principale source de mise en cause de la responsabilité des dirigeants. 45 % des procédures font ainsi suite à un dépôt de plainte au pénal pour des motifs variés. Réclamations boursières 10 % Recours d actionnaires 10 % Procédures collectives 10 % Rapports sociaux 12 % Autres 13 % Réclamations pénales 45 % b. Les procédures pénales Elles représentent, en nombre, l essentiel des mises en cause des dirigeants. En raison du développement exponentiel de la pénalisation de la vie des affaires, on peut énoncer, citant Marc Santoni, avocat d affaires réputé, que «tout dirigeant est un délinquant qui s ignore». On pense bien sûr aux allégations d abus de biens sociaux ou de fraude fiscale, mais les motifs de poursuites les plus fréquents sont en réalité fondés sur des infractions nettement différentes, essentiellement celles liées au non-respect des règles d hygiène et de sécurité suite à des accidents du travail ou des maladies professionnelles. Exemples de sinistres Mise en cause devant un tribunal correctionnel grec du dirigeant d une société industrielle française à la suite d un accident survenu sur le territoire grec et ayant fait plusieurs victimes (environ d euros de frais de défense engagés). Procédure pénale engagée pour fraude sur marchandises à l encontre du dirigeant de la filiale coréenne d un groupe français (dossier en cours prise en charge des frais de défense). Mise en cause devant un tribunal correctionnel espagnol du dirigeant d une société française pour détournement d actifs, la société française ayant acquis les actifs d une société espagnole et non ses titres pour ne pas reprendre son passif. La procédure pénale initiée en 2002 s est achevée en 2013 par une décision de non-lieu au bénéfice du dirigeant (prise en charge des frais de défense). Mise en cause devant un tribunal correctionnel français d une société et de certains de ses dirigeants et responsables de sites pour «recours à des personnes exerçant un travail dissimulé» (prise en charge des frais de défense). Pour s exonérer de sa responsabilité pénale, le dirigeant social peut déléguer ses pouvoirs à toute personne disposant de la compétence, de l autorité et des moyens nécessaires lui permettant de veiller à la bonne application des dispositions législatives et réglementaires afférentes à sa mission et applicables au sein de la société. Si la délégation de pouvoirs a d abord été admise en matière de droit du travail, elle est aujourd hui acceptée dans tous les domaines où la loi n en dispose pas autrement. 4 5

4 et sanctions c. Les actions civiles Les dispositions propres au droit des sociétés Le code de commerce consacre une section spéciale à la responsabilité civile des dirigeants des sociétés commerciales. Ainsi l article du code de commerce énonce que les dirigeants sont responsables individuellement ou solidairement, soit envers la société, soit envers les tiers dans les cas suivants : - infraction aux dispositions législatives ou réglementaires, - violation des statuts, - faute de gestion. Exemple de sinistre Une société française cède un de ses brevets à une société américaine. Dans le cadre de l accord, il est convenu, pour faciliter le transfert de technologie, que le dirigeant de la société française prenne un mandat au sein de la nouvelle entité américaine créée pour développer le brevet. Suite à une action en violation d un droit de propriété intellectuelle intentée à son encontre, la société américaine met en cause le dirigeant français dans son rôle d administrateur de la société américaine pour ne pas l avoir alerté sur le risque de contestation des droits sur le brevet, cette faute étant constitutive, selon l actionnaire américain, d un manquement au devoir de loyauté du dirigeant. Les procédures collectives et l action pour insuffisance d actif Un des fondements majeurs de la responsabilité des dirigeants est tiré de la loi du 25 Janvier 1985 sur les entreprises en difficulté. Réformée en 2005, cette loi a connu des ajustements en 2008 et 2009 mais le principe en est resté le même : en cas de liquidation judiciaire, un tribunal peut mettre à la charge des dirigeants (de droit et/ou de fait) tout ou partie de la dette de la société lorsque ceux-ci sont convaincus d une ou de plusieurs fautes de gestion ayant contribué à l insuffisance d actif de l entreprise qu ils dirigent (article L du code de commerce). La qualification d un acte ou d une omission comme faute de gestion relève de l appréciation du juge. La jurisprudence a fait évoluer la notion qui peut viser des comportements très variés ; il peut s agir de manquements objectifs (non déclaration de cessation de paiement dans les 45 jours suivant sa constatation, non-tenue des assemblées, non-convocation des associés, absence aux séances du conseil d administration, absence de procédures de contrôle) mais aussi de l analyse subjective de décisions jugées a posteriori dangereuses ou inadaptées à la taille ou à la situation de l entreprise (politique commerciale inadaptée, acquisition non réfléchie d une société). En cas de faute, reconnue comme telle, Il est du ressort du juge de déterminer la quotité mise à la charge du dirigeant. Exemples de sinistres Le liquidateur judiciaire assigne non seulement les dirigeants en place au moment du dépôt de bilan mais également le précédent président de la société. Il lui est reproché de ne pas avoir respecté les engagements pris en chambre du conseil lors de l adoption du plan de sauvegarde. D après l assignation, ce dernier s était engagé à rechercher un partenaire financier capable de prendre une participation au capital de la société et de doter l entreprise des fonds nécessaires à son redressement. Le liquidateur considère comme une faute de gestion le fait d avoir cédé la totalité du capital de la société sans exiger de garantie d investissement et d avoir, dans le même temps, démissionné de ses fonctions de président (dossier en cours). Un groupe de sociétés dépose le bilan. Le liquidateur judicaire intente une action pour insuffisance d actif à l encontre des dirigeants et des membres du conseil de surveillance. Le liquidateur a demandé et obtenu une expertise judiciaire. Dans son rapport, l expert a soulevé : - des dépenses disproportionnées par rapport aux ressources (essentiellement dédiées aux remboursements du prêt LBO), - la rupture des relations commerciales avec les fournisseurs historiques, - la poursuite d une activité déficitaire, - le défaut de surveillance du président (dossier en cours). Le droit commun de la responsabilité Quand le tiers lésé ne parvient pas à inscrire son action dans le cadre spécifique de la responsabilité des dirigeants, il peut tenter d utiliser le droit commun de la responsabilité sur le fondement des articles 1382 et suivants du code civil. Exemples de sinistres La société X vend les locaux qu elle occupe à une société Y. Dans le même temps, elle signe un contrat de bail pour ces mêmes locaux avec Y. Peu de temps après, la société X dépose le bilan. La liquidation judiciaire est prononcée quelques mois plus tard. Depuis la faillite de son locataire, la société Y n a pas réussi à relouer ou céder les locaux compte tenu de leur spécificité (les locaux avaient été conçus pour répondre aux besoins particuliers de la société X). La société Y estime que les dirigeants connaissaient l imminence du dépôt de bilan lors de la signature du contrat de cession des locaux. Elle assigne, devant le Tribunal de Grande Instance, en d. Les procédures administratives Hormis les procédures engagées par l AMF, ou son équivalent à l étranger (SEC, FCA) en cas d infractions au droit boursier, objet des sections suivantes, les procédures administratives sont très généralement introduites à l encontre de l entreprise et non de ses dirigeants à titre personnel. C est le cas des procédures engagées par l Autorité de la concurrence ou par la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL). Toutefois, quand des sanctions, parfois très lourdes, sont prononcées contre l entreprise, elles réparation du préjudice subi, les anciens membres du directoire et du conseil de surveillance de la société X parmi lesquels les représentants d investisseurs en capital. Le tribunal a débouté le propriétaire de ses demandes (ce dernier ne rapportant pas la preuve de la faute des dirigeants). Une société A achète à une société B une prestation de service et verse plusieurs acomptes. Quelques mois plus tard, la société B dépose le bilan sans avoir effectué sa mission. La société A estime avoir été trompée par les dirigeants de la société B sur la situation financière réelle de leur société alors qu elle aurait contracté en raison des gages de solvabilité apportée par la présence d un investisseur financier au capital de la société B. La société A considère que les dirigeants ont accepté le marché en sachant qu ils ne pourraient pas l honorer compte tenu de la situation financière compromise de leur entreprise. peuvent servir de base à l engagement de la responsabilité personnelle des dirigeants devant une juridiction civile. 6 7

5 et sanctions 2. Risques spécifiques découlant de la cotation en bourse Les risques généraux auxquels sont exposés les dirigeants, rappelés aux paragraphes précédents, sont et restent applicables aux dirigeants de sociétés cotées en bourse. Ces risques sont cependant augmentés en cas de cotation en bourse du fait que l entreprise et ses dirigeants doivent désormais se conformer aux dispositions d un nouveau corps de règles, le droit boursier, sous l œil scrutateur d un nouveau gendarme, l Autorité de régulation. Les règles plus particulièrement applicables aux sociétés cotées et à leurs dirigeants résultent d une double obligation vis-à-vis des investisseurs : - une obligation d information, celle-ci devant être «exacte, précise et sincère», a. Les procédures administratives L Autorité des Marchés Financiers (AMF) est l autorité française de régulation des marchés financiers. Elle veille à la protection des épargnants, à la régularité de l information donnée aux investisseurs et plus largement au bon fonctionnement des marchés financiers. Au travers de la Commission des sanctions, l AMF peut sanctionner toute personne ou société dont les pratiques sont contraires aux lois et règlements applicables aux activités de marché. En 2012, sur les 74 enquêtes closes par l AMF au cours de l année (29 procédures étaient encore en cours à fin 2012), 18 dossiers ont donné lieu au prononcé de sanctions par la Commission des sanctions, dont dans le détail : 54 sanctions pécuniaires allant de euros à 2,5 millions euros pour un montant total de euros : - 20 personnes morales condamnées à euros, - 34 personnes physiques condamnées à euros. 5 avertissements dont 1 prononcé sans sanction pécuniaire. 4 blâmes dont 2 prononcés sans sanction pécuniaire. - une obligation d égal traitement de tous les actionnaires. Le non-respect de ces obligations, outre qu il entraîne la perte de confiance du public, engage la responsabilité de tous les dirigeants de l entreprise et les expose à des sanctions sévères au plan administratif, pénal ou civil. 6 interdictions d exercice (dont 1 sans sanction pécuniaire) : - 1 interdiction définitive, - 4 interdictions pour une durée de 10 ans, - 1 interdiction pour une durée de 3 ans, 15 personnes mises hors de cause (11 personnes morales et 4 personnes physiques). Le manquement à l obligation d information du public est l un des principaux griefs retenus par l AMF lors d une procédure de sanction. La faute peut être constituée par la communication d informations inexactes, imprécises ou trompeuses, par la diffusion tardive de faits importants (susceptibles d avoir une influence sur le cours de bourse) ou de la non-déclaration de nouvelles intentions. La sanction peut atteindre 1,5 million d euros ou, si des profits ont été réalisés, le décuple de leur montant. Constituent, à titre d illustration, un manquement à l obligation d information du public : - la prise en compte dans le chiffre d affaires d un contrat non signé, - la présentation d une augmentation du chiffre d affaires sans préciser que cette croissance était, pour près des trois quarts, imputable à un changement de périmètre de consolidation, - l absence, dans les annexes des comptes consolidés, d information relative aux modalités d acquisition d un groupe, - l absence de mention de tout ou partie des engagements hors bilan, - une information optimiste sur les prévisions d activités alors qu aucune circonstance ne le justifiait. L information du marché en cas de préparation d une opération financière L article du RG AMF dispose que : «Toute personne qui prépare, pour son compte, une opération financière susceptible d avoir une incidence significative sur le cours d un instrument financier ou sur la situation ou les droits des porteurs de cet instrument financier doit, dès que possible, porter à la connaissance du public les caractéristiques de cette opération.» Exemple Par une décision du 25 Juin 2013, la Commission des Sanctions, considérant que LVMH avait contrevenu à l article du Règlement Général de l AMF, lui a infligé une pénalité de 8 millions d euros pour avoir masqué les étapes d une opération de prise de participation (au capital d Hermès) et contourné l ensemble des règles destinées à garantir la transparence indispensable au bon fonctionnement du marché. Coopération internationale renforcée À l instar du renforcement des échanges en matière fiscale, les Autorités boursières s efforcent de resserrer les mailles de leur filet par des demandes d informations et d assistance adressées à leurs homologues d autres pays comme le montre le tableau suivant. Demandes d informations reçues ou adressées par l AMF Reçues par l AMF Adressées par l AMF Reçues par l AMF Adressées par l AMF États-Unis Royaume- Uni Suisse Belgique Pays-Bas Italie Irlande Luxembourg Allemagne Hong- Kong

6 et sanctions Une sévérité particulière en cas de manœuvres illicites «transfrontières» Le 4 avril 2014, Le collège de l Autorité des marchés financiers (AMF) a requis une amende record à l encontre du fonds d investissement américain Elliott, pour délit d initiés et manipulation de cours de l action du groupe APRR (Autoroutes Paris- Rhin-Rhône). La commission des sanctions de l AMF doit rendre sa décision dans les prochaines semaines. Il est reproché à l entité britannique (Elliott Advisors Uk) d avoir transmis une information privilégiée à l entité américaine (Elliott Management Corporation) sur l imminence de la cession de titres APRR à Eiffage en b. Les procédures pénales Afin de veiller à l intégrité des marchés financiers, le Code Monétaire et Financier sanctionne les dirigeants sociaux qui, intentionnellement, rompraient l égalité des investisseurs (délit d initié ou communication d informations privilégiées) ou ne respecteraient pas la transparence des marchés financiers en faussant le jeu de la loi de l offre et de la demande (délit de diffusion d informations inexactes ou délit de manipulation de cours). c. Les actions civiles Comme le montrent les tableaux figurant plus haut dans cette étude, une part non négligeable des mises Si l Autorité des Marchés Financiers (AMF) ne prononce que des sanctions administratives/pécuniaires, elle a la faculté de se porter partie civile ou de transmettre les faits dont elle a connaissance à la justice pénale. Ainsi en 2012, 11 rapports d enquête ou de contrôle ont été transmis au Procureur de la République. Les positions de l AMF exercent en outre une forte influence sur les décisions civiles ou pénales quand bien même elle n est pas directement partie prenante. Une nouvelle directive européenne «Abus de marché» a été votée par en cause des dirigeants est initiée par les actionnaires. L élargissement de l actionnariat, au travers de la Devant la commission des sanctions de l AMF, le représentant du collège de l AMF a demandé une sanction de 12,5 millions d euros à l encontre du premier et de 27,5 millions d euros à l encontre du second. le Parlement européen en février Transposé très rapidement en droit français, ce texte harmonise les pratiques très hétéroclites en Europe en matière de sanctions pénales. Les juridictions répressives conservent toutefois leur autonomie dans l initiative des poursuites. Le juge d instruction a ainsi pris le contre-pied de l AMF en renvoyant d anciens dirigeants d EADS et de ses actionnaires devant le Tribunal correctionnel pour délit d initiés. Le procès devrait se tenir fin 2014, quatre ans après que l AMF a décidé de ne pas prononcer de sanction. cotation d une société, influence très directement la probabilité de recours contre les dirigeants sociaux. En effet, la contrepartie d un apport en fonds propres est l exigence, légitime, des copropriétaires de l entreprise d être tenus étroitement et sincèrement informés de la marche de la société. On voit ainsi se développer un nouveau type de contentieux fondé sur l information des actionnaires et qui porte notamment sur l usage fait des capitaux, l affectation de ceux-ci, la rentabilité des diverses options de développement ou encore la répartition des profits entre l entreprise, ses actionnaires et le management. Les dirigeants opérationnels ne sont pas les seuls à être exposés. Les administrateurs jouent un rôle fondamental en matière d élaboration de l information financière diffusée par la société et assument entre autres la responsabilité de l établissement des comptes. Exemple de sinistre Dans un arrêt rendu par la Cour de Cassation en date du 9 mars 2010, une centaine d actionnaires d une société cotée, mise en redressement judiciaire puis radiée de la cote, reprochaient à l ancien président du conseil d administration et à trois administrateurs de les avoir incités à acquérir ou conserver des titres de la société sur le fondement d informations inexactes, imprécises ou trompeuses. La Cour a fait droit à ces demandes reprochant aux administrateurs leur passivité face à la divulgation d informations dont ils ne pouvaient ignorer le caractère erroné. Leur défaut d intervention face à l absence de sincérité des comptes, en dépit des réserves et avertissements des commissaires aux comptes, leur rétention délibérée d informations sur les difficultés financières de la société, leur abstention à modifier les communiqués de presse du président du conseil d administration qu ils savaient mensongers, ont été jugés suffisants pour caractériser une faute à l égard des actionnaires. Les associations d investisseurs et/ou d actionnaires Une «class action» permet à un actionnaire de représenter une classe de justiciables ayant subi le même préjudice. Cette procédure s est révélée un outil redoutable aux États-Unis. Exemple Une société française cotée au NASDAQ et plusieurs de ses dirigeants sont mis en cause par l un des actionnaires qui leur reproche de ne pas avoir communiqué les résultats d un essai clinique effectué par une autre société sur leur produit. Le demandeur, initiateur de la «class action» a été débouté après plus de cinq années de procédure ( USD de frais de défense engagés). En France, l action de groupe n est envisagée qu en droit de la consommation. Les dispositifs procéduraux qui existent en France, tels l action en défense de l intérêt collectif ou l action en représentation conjointe, n ont pas montré une grande efficacité dans la défense des intérêts des investisseurs. Pour contourner cette lacune du droit français, certains actionnaires ont été tentés de profiter des procédures plus efficaces aux États-Unis en délocalisant leur action collective. Sous l influence de la Cour Suprême, cette porte s est cependant refermée en 2010, les tribunaux américains n accueillant plus les litiges introduits par des demandeurs non américains, détenteurs de titres de sociétés non américaines acquis hors des États-Unis

7 et sanctions 3. Les moments-clés en termes de risques Si les dirigeants de sociétés cotées sont à tout moment responsables de leurs actes, certaines situations constituent des facteurs d aggravation de risque, requérant une vigilance accrue. a. L introduction en bourse b. Secondary offering Nouveau placement Ce qui vaut pour une première opération en bourse vaut pour toute opération ultérieure qui donne lieu à la rédaction d un prospectus d information mis à la disposition du public. Les dirigeants ont certes l expérience d une première opération mais le risque existe d assouplir la discipline dont on a fait preuve lors de la première opération. Dès lors que l on est coté, il faut, aidé de ses conseils qui ont un rôle clé à jouer, maintenir la même rigueur qu au moment de la première introduction et vérifier l exhaustivité, la sincérité et l objectivité des informations diffusées. c. Opérations sur les titres d une société tierce L information financière et extrafinancière diffusée par la société au moment de l introduction peut être source de responsabilité et de contentieux. L émetteur fournit une attestation signée du responsable du prospectus, généralement le président, par laquelle celui-ci assume la responsabilité des informations contenues dans le document et confirme qu il a pris toute mesure raisonnable pour vérifier que les données dans le prospectus sont conformes à la réalité et ne comportent pas d omission. Il faut se garder de la tentation de l hyperbole et de l utilisation de tournures trop commerciales. Le règlement général de l AMF précise dans son article que «toute personne doit s abstenir de communiquer ou de diffuser sciemment des informations, quel que soit le support utilisé, qui donnent ou sont susceptibles de donner des indications inexactes, imprécises ou trompeuses sur des instruments financiers émis par voie d appel public à l épargne, y compris en répandant des rumeurs ou en diffusant des informations inexactes ou trompeuses alors que cette personne savait, ou aurait du savoir, que les informations étaient inexactes ou trompeuses.» Le risque ne naît pas au moment de l introduction mais dès la préparation de la documentation afférente à l opération, notamment le document de base et la présentation au public de la société et de l opération à l étude (road show). Ce que l on dit tout autant que ce qu on écrit peut être source de litiges. Extension du risque à l émetteur en tant que personne morale Les dirigeants, dès lors qu ils décident ou agissent dans le cadre de leurs prérogatives légalement ou statutairement définies, engagent la société qu ils représentent. Autant que ses dirigeants, l émetteur est débiteur de l obligation d informer le marché et donc, tout manquement à la bonne information du public peut donc lui être conjointement imputable. Risque d action récursoire Lors d une opération d introduction en bourse, le banquier introducteur, afin de se protéger contre un risque d action en responsabilité d un investisseur mécontent, demande à la société de déclarer et de garantir que les informations données au public sont exactes, précises et sincères. Cet engagement de la société prend la forme, dans le contrat de garantie et de placement, d une clause d indemnisation au bénéfice des banques consentie par la société, ses dirigeants et parfois par les actionnaires vendeurs. Elle vise les éventuels dommages et intérêts qui pourraient être mis à la charge de la banque mais également les frais de défense. Cet engagement peut se révéler particulièrement coûteux pour la société ou ses dirigeants. L expérience nous a appris que ces opérations sont particulièrement sensibles en termes de risques de responsabilité des dirigeants, les risques augmentant encore si les titres de la société-cible sont eux-mêmes cotés. Les dirigeants doivent en effet répondre à deux groupes d actionnaires dont les intérêts peuvent être contradictoires. Exemple de sinistre Une société dépose une offre publique d achat amicale. Certains actionnaires de la société cible d. Sociétés en difficulté En cas de difficultés, et quelle que soit la nature de la procédure engagée préventive comme le mandat ad hoc ou la conciliation ou collective comme la sauvegarde, le redressement ou la liquidation judiciaire l émetteur reste redevable d informations au marché. Le déclenchement d une telle procédure ne suspend pas les obligations d informations imposées par la réglementation boursière. L information financière périodique (annuelle, semestrielle ou trimestrielle) est due au marché quelles que soient les difficultés auxquelles fait face la société cotée. L information dite permanente est plus difficile à gérer puisque par exemple en cas d ouverture d une procédure collective, le marché doit être informé. En revanche, s il s agit d une procédure de prévention (telle que le mandat ad hoc ou la conciliation), soumise à une obligation de confidentialité, la assignent d une part la société cible et ses dirigeants pour avoir accepté une offre de rachat à un prix jugé insuffisant et d autre part la société proposante pour avoir proposé une offre insuffisante (dossier en cours). société doit seulement avertir l AMF et tenir le marché informé de l état de ses difficultés (notamment l évolution de l endettement et de la trésorerie). Lorsque l administrateur judiciaire est investi d une mission pleine d administration de la société, il est responsable de l information communiquée au marché et peut être sanctionné personnellement par la Commission des sanctions de l AMF en cas de manquement

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Atelier A23 Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Intervenants Guillaume DESCHAMPS D&O Practice Leader E mail : Guillaume.deschamps@marsh.com Richard DEGUETTES Emmanuel SILVESTRE

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Assurance et fusion-acquisition L assurance de la garantie de passif

Assurance et fusion-acquisition L assurance de la garantie de passif Assurance et fusion-acquisition L assurance de la garantie de passif Mars 2015 Assurance et fusion-acquisition L assurance de la garantie de passif Assurance & Capital Partners (ACP) Département spécialisé

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties :

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties : ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses Cette synthèse a pour objet de répondre aux questions les plus fréquemment posées relatives au contrat d assurance RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions relatives

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

La responsabilité des dirigeants d associations. Document rédigé le 8 juillet 2011

La responsabilité des dirigeants d associations. Document rédigé le 8 juillet 2011 La responsabilité des dirigeants d associations Document rédigé le 8 juillet 2011 Sommaire Introduction générale La responsabilité civile des dirigeants La responsabilité financière des dirigeants La responsabilité

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

Au niveau de la responsabilité financière De nombreux entrepreneurs sont réticents à opter pour des entités où leur contribution aux

Au niveau de la responsabilité financière De nombreux entrepreneurs sont réticents à opter pour des entités où leur contribution aux Quand le choix de la forme juridique d une société est déterminant Il a des conséquences notamment sur la responsabilité financière des associés, le partage du capital, le régime fiscal de l'entreprise

Plus en détail

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux

>Associations. Conventions spéciales. Convergence Sécurité mandataires sociaux >Associations 1 Conventions spéciales Convergence Sécurité mandataires sociaux SOMMAIRE conventions spéciales sécurité mandataires sociaux ART. 1 - Définitions 2 ART. 2 - Objet de la garantie 2 ART. 3

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

Les futurs pouvoirs des CNIL

Les futurs pouvoirs des CNIL Cet article est paru initialement dans la Revue Lamy Droit de l'immatériel, RLDI 2013/96, n 3210 Pour citer cet article : Fabrice Mattatia, «Les futurs pouvoirs de la CNIL», RLDI 2013/96, n 3210 Les futurs

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Présentation 3 Introduction Structures des procédures collectives 13 PARTIE 1 Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Chapitre 1 Information économique 21 1 Information des dirigeants 21

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) La loi de régulation bancaire et financière n 2010-1249 du 22 octobre 2010 a mis en place différentes mesures visant

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2013-331 QPC du 5 juillet 2013 (Société Numéricâble SAS et autre) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 29 avril 2013 par le Conseil d État (décision n 356976 du 29 avril 2013), dans les

Plus en détail

Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème 4. A quelles règles sont soumises les activités de l entreprise sur le marché?

Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème 4. A quelles règles sont soumises les activités de l entreprise sur le marché? Description Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Le droit de la consommation, facteur de protection du consommateur SITUATION D ENSEIGNEMENT Terminale DROIT

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît...

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... Peter Verschelden Expert-comptable Lors de la constitution d une nouvelle société, on opte généralement pour une forme de société

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

D&O Plan. Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques

D&O Plan. Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques D&O Plan Parce qu'entreprendre c'est oser prendre des risques 2 D&O Plan rassure les dirigeants Parce qu un acte posé aujourd hui peut avoir de lourdes conséquences demain Allianz - D&O Plan Entreprendre,

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON

NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON Modalités principales de l émission des obligations à option de conversion et/ou d échange en actions Nexans nouvelles ou existantes (OCEANE) sans droit préférentiel de souscription ni délai de priorité

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Assemblée Générale du 25 juin 2012 : réponses aux questions écrites de JG Capital Management

Assemblée Générale du 25 juin 2012 : réponses aux questions écrites de JG Capital Management Villiers-sur-Marne, le 25 juin 2012 Assemblée Générale du 25 juin 2012 : réponses aux questions écrites de JG Capital Management Question n 1 : Alors que plusieurs enseignes de bricolage mettent l accent

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (Loi sur l assurance contre les risques à l exportation, LARE) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Edition 2014 Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014, 15.04.2014 page 1/14 Sommaire 1.

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil de surveillance

Règlement intérieur du Conseil de surveillance Règlement intérieur du Conseil de surveillance 1. Préambule...3 2. Rôle du Conseil de surveillance...4 2.1. Mission générale de contrôle permanent... 4 2.2. Rôle de vérification du bon exercice du pouvoir

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE ORGANISATION DU MARCHE LIBRE 1 DEFINITION ET ROLE DU MARCHE LIBRE Le Marché Libre et les valeurs radiées du marché réglementé (ci-après «VRMR») forment un système multilatéral de négociation géré par Euronext

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES

PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE PROTECTION JURIDIQUE DES ENTREPRISES COURTIER Nom du Cabinet : Nom et prénom du représentant : E-mail : Téléphone : Adresse : N : Type de voie : Nom de la voie : Code

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

PROJET DE TRANSFORMATION DE WENDEL SA EN SOCIETE EUROPEENNE

PROJET DE TRANSFORMATION DE WENDEL SA EN SOCIETE EUROPEENNE WENDEL Société Anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital de 191 158 140 Siège social : 89, rue Taitbout - 75009 Paris 572 174 035 R.C.S. Paris PROJET DE TRANSFORMATION DE WENDEL SA EN

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation

Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation Des responsabilités toujours renforcée & des sanctions alourdies JÉRÉMIE DUHAMEL Jeudi 28 mai 2015 Un contexte

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Assurance de garantie de construction

Assurance de garantie de construction Assurance de garantie de construction Informations client selon la LCA et conditions générales d assurance (CGA) Table des matières Page Informations client selon LCA Edition 11/2008 2 Conditions Générales

Plus en détail

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Copropriété Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Assemblées générales de copropriétaires et obligations légales 1/12 Préparer une assemblée générale

Plus en détail

Directives européennes Prospectus et Transparence Conséquences pratiques des nouveaux textes IMA-France 7 Décembre 2005 Philippe DANJOU Directeur des

Directives européennes Prospectus et Transparence Conséquences pratiques des nouveaux textes IMA-France 7 Décembre 2005 Philippe DANJOU Directeur des Directives européennes Prospectus et Transparence Conséquences pratiques des nouveaux textes IMA-France 7 Décembre 2005 Philippe DANJOU Directeur des Affaires Comptables - AMF 1 Objectifs Comprendre les

Plus en détail

COMPLIANCE ET DROIT BOURSIER

COMPLIANCE ET DROIT BOURSIER COMPLIANCE ET DROIT BOURSIER MANQUEMENTS D INITIES IMPUTABLES AUX DIRIGEANTS DE Liliana CORREIA Janvier 2011 En France, les dirigeants de sociétés cotées qui désirent réaliser des transactions sur les

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques est définie comme une utilisation à d autres

Plus en détail

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012 69, bd. Malesherbes 75008 Paris, France Tél. : + 33 (0) 1 55 27 88 00 Fax : + 33 (0) 1 55 27 88 10 www.legister.fr Société d Avocats Le présent flash d actualité concerne principalement le droit des sociétés.

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit :

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit : REPUBLIQUE DU BENIN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 94-009 du 28 juillet 1994 Portant création, organisation et fonctionnement des Offices à caractères social, culturel et scientifique L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

irigeants d entreprises

irigeants d entreprises esponsabilité personnelle des irigeants d entreprises Préservez votre patrimoine privé en cas de mise en cause de votre responsabilité personnelle Découvrez l'application iprev pour les TNS L assurance

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Edition 2014 Conditions générales d assurance, essais non-cliniques

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT EPS Conditions générales Page 1 sur 5 1. Définitions, termes acceptés : le terme «Acheteur» désigne Alcoa Inc., les entreprises agissant en tant que (a) filiale ou société affiliée, ou les sociétés liées

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001

MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001 MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001 SARL EURL et SASU SAS SAS D EXERCICE LIBÉRAL SELAS LES MODIFICATIONS AVANT LA LOI DU 18 MAI 2001 1. libération du capital : libération des apports de numéraire

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

Conditions Générales. Responsabilité des Dirigeants. Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières

Conditions Générales. Responsabilité des Dirigeants. Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières Conditions Générales Responsabilité des Dirigeants Protection juridique Assistance Accompagnement en cas de difficultés financières Mars 2012 SOMMAIRE sommaire section page contenu Responsabilité des

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux

LAR Police IZEO pour mandataires sociaux Protection juridique DES MANDATAIRES SOCIAUX CONDITIONS SPECIALES Définition 1. Membre IZEO : Indépendant société qui o a payé pour la 1ère fois la cotisation annuelle au profit d IZEO en vue de faire

Plus en détail

Mme Riffault-Silk (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Riffault-Silk (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 février 2015 N de pourvoi: 13-24215 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00096 Non publié au bulletin Rejet Mme Riffault-Silk (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR Etabli par le Conseil d Administration du 22 mai 2014 1 Préambule Adopté en séance le 22 mai 2014 suite à l Assemblée Générale Mixte de la Société

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail