Compte-rendu d essai. PECHER 2015 EXPERIMENTATION ECODIRECT Variété Béryl

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu d essai. PECHER 2015 EXPERIMENTATION ECODIRECT Variété Béryl"

Transcription

1 Compte-rendu d essai PECHER 2015 EXPERIMENTATION ECODIRECT Variété Béryl Date : Mars 2016 Responsables de l essai : Valérie GALLIA (CA 30/SERFEL) Philippe BLANC, Maelle GUIRAUD (SERFEL) En collaboration avec : Daniel PLENET (INRA PSH) 1. Thème de l essai La SERFEL a mis en place un essai précurseur d Eco-Pêche, Eco-direct. Cet essai consiste à réduire de 50% les produits phytosanitaires pour en analyser les effets agronomiques et économiques. Les pratiques d irrigation, de fertilisation et de conduite sont homogènes dans le cas de cet essai. 2. Description des systèmes de culture Dispositif expérimental : L essai se déroule sur un verger adulte de la variété Béryl planté en 2005 à 6x3m, en double Y. La parcelle est séparée en deux modalités - Témoin ou PFI avec une protection phytosanitaire raisonnée - ECO où une réduction de minimum 50% des produits phytosanitaire doit être appliquée. Pour cela, le désherbage est effectué mécaniquement à l aide du Top Binage, des impasses sont tentées sur les bio-agresseurs secondaires. A noter qu en 2013 l essai a été conduit sur deux variétés Bénédicte et Zeeglo. En 2014 le verger Zeeglo a été arraché et l essai a été conduit sur Bénédicte et Béryl. Pour cette campagne, le verger de Bénédicte a également été arraché, l essai a donc été mené uniquement sur le verger Béryl.

2 Observations et mesures : Variables principales Sur quoi? Comment? Quand? Etat sanitaire de la parcelle Observations de l état du végétal ainsi que des fruits en développement Une fois par semaine du débourrement à la récolte Mesures agronomiques Rendement, poids moyen, calibre, IR, fermeté et acidité A la récolte Etat sanitaire de la production Données Météo Observations et notations des dégâts sur fruits Suivit post-récolte des fruits en conservation Station CIMEL - Au 1 er passage de récolte, sur 200 fruits - En station sur chaque passage sur 50 fruits. Sur 3 x 22 fruits par modalité, pendant au minimum 3 semaines Pendant toute la durée de l essai 3. Résultats : 1) traitements réalisés Les applications réalisées sont récapitulées dans les tableaux ci-après. Attention il s agit bien du nombre de traitements et non du calcul en IFT ou IFU, que nous indiquerons plus loin. Des allègements ou impasses ont été tentés pour diminuer le nombre d interventions. Cela a été fait sur des bio agresseurs jugés peu ou moins préoccupants. Sur la modalité Ecodirect, on relèvera : 1- Allègement des applications contre le repiquage de cloque et le Pou de San José 2- Pas de protection Oidium et Thrips en ECO 3- Tordeuse Orientale : Confusion sexuelle sur les deux modalités et remplacement de l insecticide en PFI par du un bio contrôle 4- Pas de différence de traitement sur les principaux ravageurs (pucerons et maladies de conservation) Enfin, 0 herbicide sur la modalité Eco-direct, travaillée au Top binage, contre 2 Bastas en PFI. Les deux modalités sont tondues sur l inter-rang.

3 2) Bilan IFT et IFU Nous avons choisis de nuancer les IFT, calculé à partir de la dose minimale homologuée avec les IFU calculé à partir de la dose usage. Les impasses de traitements sur les bio-agresseurs secondaires, les substitution de produits chimiques par des produits «VERT» et l alternative au désherbage, ont permis de réaliser une réduction de plus de 60% des IFT. 3) Résultats Bio agresseurs Au cours de la campagne Outre le suivi hebdomadaire de l état sanitaire de la parcelle, des notations du nombre d arbres ayant des dégâts de cloque (fin avril) et une notation pousses minées à la fin de la G1 (début juin) ont été réalisés sur 20 arbres. Ces comptages sont été réalisés sur les deux modalités au même moment. Le comptage cloque révèle une forte contamination de la partie ECO 90%, contre 25% pour la partie PFI. Ces chiffres nous indiquent le pourcentage d arbres touchés et non l intensité de la contamination. Les arbres étaient faiblement touchés (moins de 5 foyers par arbres). Dans les conditions de pression de 2015 (moyenne), il a donc été pertinent de faire l impasse des traitements contre la cloque secondaire puisque l impact de l attaque était très limité et sans effet sur la production. Concernant la tordeuse orientale du pêcher, aucune pousse minée n est observée, que ce soit dans la modalité ECO ou PFI. La pression en G1 sur la parcelle est faible. Par la suite, avec l augmentation des températures estivales, les tordeuses sont plus présentes en verger. Aucun dégât n est cependant à déplorer dans les deux modalités. Les stratégies Confusion + 1 appli. chimique ou + 1 appli. biocontrôle sont satisfaisantes sur cette parcelle.

4 A la récolte A la récolte une notation est réalisée en verger sur 200 fruits de chaque modalité. Elle consiste à évaluer les dégâts des bio-agresseurs avant le premier tri effectué par les cueilleurs. On remarque cette année une forte pression au niveau du monilia sur fruit. car les conditions météorologiques ont été très favorables à son développement malgré la couverture fongique. Les deux modalités présentent des taux de fruits pourris très importants et non différents statistiquement. En revanche, lorsqu on se penche sur le Pou de San José, on observe des dégâts plus accentués en ECO, mais non statistiquement différents. L impasse sur le premier traitement peut expliquer cette augmentation. En station Enfin, une dernière notation est faite sur 50 fruits, à chaque passage de récolte, à l arrivée des fruits en station. Les dégâts de bio-agresseurs sont plus importants dans la partie ECO mais cette différence n est pas statistiquement significative.

5 On relève des fortes attaques des thrips dans les deux modalités étudiées. La pression de l année en Thrips meridionalis et californien a été très forte sur la parcelle. Si les quatre traitements réalisés dans la partie PFI ont permis de limiter les dégâts, ils restent importants en fréquence. La partie ECO quant à elle présente près de 40% des fruits touchés. Comme pour la notation avant récolte, on remarque une pression plus importante du Pou de San José sur la modalité ECO, bien que les dégâts restent faibles. La proportion de monilia est nettement moins importante que précédemment car un tri a été effectué à la récolte par les cueilleurs. Cette année la très faible pression d oïdium justifie l impasse sur la modalité ECO. Suivi conservation Les deux modalités ont été protégées de la même façon et ont un comportement similaire. En revanche la vitesse de pourrissement semble élevée puisque les 50% de fruits pourris sont atteints seulement après une semaine d observation ce qui est dû à une pression élevée cette année. 4) Résultats agronomiques Potentiel globalement décevant de la parcelle qui n atteint pas les 30 t/ha espérés avec cette variété. Cela provient pour beaucoup du manque de calibre que l on a pu déplorer globalement sur les variétés précoces et demi précoces en La modalité Eco est très pénalisée pour deux raisons : C est la deuxième année consécutive qu on lui applique cet itinéraire, et la suppression du désherbage chimique, sans solution alternative en particulier sur la zone du microjet fait que la répartition spatiale de l eau est très pénalisée par les mauvaises herbes. Dans nos sols très filtrants, cela est particulièrement problématique, car on peut redouter qu une partie de l irrigation soit perdue par percolation en profondeur.

6 L analyse statistique ne nous révèle aucune différence significative. Cependant, on constate que la modalité PFI a plus produit que la modalité ECO, ce qui explique le poids moyen plus élevé dans la partie ECO. Cette différence de production et donc de charge peut s expliquer en grande partie par la concurrence de l enherbement. La perte de fruits commercialisables est surtout due à un fort taux de fruits craqué et fendus dans la modalité PFI. Le différentiel de production explique la meilleure qualité des fruits dans la partie ECO malgré une maturité moins avancé.

7 5) Bilan IFT/Production. Comme fait précédemment, il est important de voir si la baisse de l emploi des produits phytosanitaires constatée à la surface se confirme aussi au kilo de fruit récolté. Les IFT baissent dans les deux cas de figures. En revanche cette baisse pourrait être accentuée si les rendements en ECO étaient plus élevés. Ce qui semble difficile à réaliser dans ce cas, puisque la concurrence avec l enherbement limite le potentiel de charge. 4. Commentaires et perspectives 1. Les observations pour ce volet s arrêtent. Ces manipulations ont confirmé combien il est délicat d envisager une réduction des produits phytosanitaires sans altérer les performances technico économiques du verger. En effet, on constate que la gestion mécanique de l enherbement est d une part contraignante et couteuse, et d autre part elle porte préjudice au verger en l affaiblissant d une année sur l autre. L enherbement n est pas le seul facteur responsable de la perte de production commerciale, les impasses totales de traitements sur certains bio-agresseurs peuvent être parfois préjudiciables. Il est sûr que diminuer de 50% la protection phytosanitaire brutalement n est pas viable avec des vergers «classiques». En revanche, l essai 2 : Sandine nous révèlera si avec un verger plus adapté et innovant cette diminution est viable agronomiquement et économiquement. Renseignements complémentaires : Philippe BLANC Poste direct : SERFEL 517 Chemin du Mas d'asport SAINT GILLES - Tél : Fax :

Réseau de Références Antigel en Arboriculture

Réseau de Références Antigel en Arboriculture Réseau de Références Antigel en Arboriculture RESULTATS 2002 à 2007 ARDEPI - Maison des Agriculteurs 22 Avenue Henri Pontier - 13626 Aix-en-Provence Tel : 0 2 28 95 03 fax 0 2 17 15 01 ardepi@wanadoo.fr

Plus en détail

Fiche Technique. Cerise de bouche. Septembre 2008

Fiche Technique. Cerise de bouche. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Septembre 2008 Cerise de bouche Rédigée par : Eric HOSTALNOU Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés

Plus en détail

L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE RÉSUMÉ

L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE RÉSUMÉ L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE Mots Clés: travaux du sol, production de maïs, fertilité du sol, maïs, engrais chimiques avec

Plus en détail

COMITE INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL COMITE SAHELIEN DES PESTICIDES (CSP)

COMITE INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL COMITE SAHELIEN DES PESTICIDES (CSP) COMITE INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL COMITE SAHELIEN DES PESTICIDES (CSP) PROTOCOLE SPECIFIQUE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE DES INSECTICIDES AU SAHEL LUTTE CONTRE LES COLEOPTERES DES

Plus en détail

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015»

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Juillet 2015 SOMMAIRE Contenu Introduction et méthodologie... 3 Evaluation de la saison en cours... 4 Eléments influençant les

Plus en détail

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis-

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- La démarche Lorraine 1) Le colza en AB est une culture peu cultivée en Lorraine. PROBIOLOR

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

Lutte physique contre les bio-agresseurs au Bénin : Amélioration sur chou et extension à la tomate

Lutte physique contre les bio-agresseurs au Bénin : Amélioration sur chou et extension à la tomate Lutte physique contre les bio-agresseurs au Bénin : Amélioration sur chou et extension à la tomate Projet BioNetAgro (2010-2013) A To Z Textile Mills Ltd Faustin VIDOGBENA: SFOC/CeRPA ATLANTIQUE-LITTORAL

Plus en détail

La houe rotative. Le désherbage mécanique combiné des betteraves. Efficacité et sélectivité

La houe rotative. Le désherbage mécanique combiné des betteraves. Efficacité et sélectivité Le désherbage mécanique combiné des betteraves En 27, le Grenelle de l Environnement a fixé comme objectif de réduire, si possible, de % les usages de produits phytosanitaires dans les dix prochaines années.

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Aubergine et Poivron de plein champ. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Aubergine et Poivron de plein champ. Septembre 2008 Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Aubergine et Poivron de plein champ Filière Maraichage Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

Chancre à Nectria. Prophylaxie La suppression des rameaux porteurs de chancres est indispensable à la réduction

Chancre à Nectria. Prophylaxie La suppression des rameaux porteurs de chancres est indispensable à la réduction rédigé par Stéphane LAMARCHE - FREDON Pays de la Loire A C T U A L I T E S Ce bulletin est rédigé sur la base d observations provenant de vergers situés en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et en Sarthe.

Plus en détail

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION Que faisions-nous avant d avoir des pesticides chimiques? Nous morcelions un espace dans un écosystème naturel,

Plus en détail

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences :

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences : Conseils de Semis En grandes cultures, il y a des facteurs importants que vous ne pouvez pas contrôler, comme le climat par exemple. Cependant, plusieurs autres facteurs restent largement sous notre contrôle.

Plus en détail

TAUX d EVOLUTIONS (cours)

TAUX d EVOLUTIONS (cours) TAUX d EVOLUTIONS (cours) Table des matières 1 calcul d un taux d évolution 3 1.1 activité.................................................. 3 1.2 corrigé activité..............................................

Plus en détail

Couverts associés en culture de colza

Couverts associés en culture de colza Couverts associés en culture de Résultats essais 2010-2011 (Berry) Gilles SAUZET- LE SUBDRAY, Nathalie LANDÉ - GRIGNON, Franck DUROUEIX - AGEN Couverts associés en culture de Sommaire Enjeux et objectifs

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE F R A M B O I S E S CONDITION DE REUSSITE DU PROJET CONTEXTE LORRAIN Sol Irrigation Culture nécessitant des caractéristiques pédologiques

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS POUR VISER UN POTENTIEL DE PERFORMANCE

DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS POUR VISER UN POTENTIEL DE PERFORMANCE ACTIGO 90 N 2 FONDS COMMUN DE PLACEMENT OFFRANT UNE PROTECTION PARTIELLE DU CAPITAL À L ÉCHÉANCE* DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS POUR VISER UN POTENTIEL DE PERFORMANCE BANQUE & ASSURANCE * La protection

Plus en détail

STRUCTURES ANTI-PLUIE POUR CERISIERS

STRUCTURES ANTI-PLUIE POUR CERISIERS www. filpack-agricole.com STRUCTURES ANTI-PLUIE POUR CERISIERS Les bâches anti pluie Les différents systèmes Le service Filpack Agence FILPACK NORD Agence Filpack Sud 1 bis chaussée Jules César 30 Ave

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

Actualités Bio. Eric L Helgoualch Garance Marcantoni Référents Régionaux Viti Bio. Avignon 17 Février 2014

Actualités Bio. Eric L Helgoualch Garance Marcantoni Référents Régionaux Viti Bio. Avignon 17 Février 2014 Actualités Bio Eric L Helgoualch Garance Marcantoni Référents Régionaux Viti Bio Avignon 17 Février 2014 Quelques éléments sur les surfaces, les conversions, la consommation La flavescence dorée, lutte

Plus en détail

1. Description du type d opération

1. Description du type d opération HERBE_08 - Entretien des prairies remarquables par fauche à pied Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération L objectif de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Usine de Carling Saint-Avold. Une nouvelle plateforme logistique pour assurer l échange de produits par rail

Usine de Carling Saint-Avold. Une nouvelle plateforme logistique pour assurer l échange de produits par rail Usine de Carling Saint-Avold Une nouvelle plateforme logistique pour assurer l échange de produits par rail SYNCHRO L atelier Polyéthylène. Vue aérienne de la plateforme chimique de Carling Saint-Avold.

Plus en détail

Acquisition de références agronomiques à travers un réseau d expérimentation de cultures énergétiques dédiées

Acquisition de références agronomiques à travers un réseau d expérimentation de cultures énergétiques dédiées Acquisition de références agronomiques à travers un réseau d expérimentation de cultures énergétiques dédiées Action 2011 Evaluation de la productivité du Miscanthus et Switchgrass en région Centre de

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels et pénibilité au travail

Document unique d évaluation des risques professionnels et pénibilité au travail Document unique d évaluation des risques professionnels et pénibilité au travail Jean-Charles GORNOUVEL gornouvel.jean-charles@bourgogne.msa.fr Jennifer ASDRUBAL jasdrubal.fdsea21@orange.fr www.msa.fr

Plus en détail

4 février 2014 Montpellier

4 février 2014 Montpellier Evaluation de systèmes viticoles par l expérimentation : bilan sur la méthode et son efficacité Laurent Delière, Morgane Petitgenet INRA Bordeaux, ISVV, UMR Santé et Agroécologie du Vignoble Culture pérenne

Plus en détail

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement. Regards croisés sur la gestion des parcours professionnels dans les entreprises Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de l observatoire SURVOL L Agence Régionale de Santé d Île de France (ARS IdF) a confié à Airparif l élaboration

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé!

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! Idéalement, 1 COMBIEN D HEURES MAXIMUM/SEMAINE un jeune doit-il consacrer à son emploi? 15 heures maximum par semaine. Attention : effectuer

Plus en détail

Compte-rendu d essai ABRICOTIER 2014 COMPARAISON DES ITINERAIRES PFI ET AB

Compte-rendu d essai ABRICOTIER 2014 COMPARAISON DES ITINERAIRES PFI ET AB Compte-rendu d essai ABRICOTIER 214 COMPARAISON DES ITINERAIRES PFI ET AB Date : Novembre 214 Rédacteur(s) : Laetitia CUNY (SERFEL), Valérie GALLIA (SERFEL/CA3), Christian PINET (SERFEL/CA3), Benjamin

Plus en détail

2009-2010. Bien cordialement. Alain Mercier Président de la Fredon Ile de France

2009-2010. Bien cordialement. Alain Mercier Président de la Fredon Ile de France EDITO Particulièrement sensible aux questions environnementales et plus spécialement à la santé du végétal et des pratiques qui lui sont liées, notre expertise, cœur de notre métier, est un plus incontestable

Plus en détail

Pourcentage d élèves de troisième ayant un an de retard ou plus, en %. (Source : INSEE) 1

Pourcentage d élèves de troisième ayant un an de retard ou plus, en %. (Source : INSEE) 1 L éducation différenciée a-t-elle un sens? Parmi les fondamentaux pédagogiques d Hautefeuille figure le point essentiel de la non-mixité, appelée aussi éducation différenciée. La non-mixité a été voulue

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

Pourquoi un contrat territorial :

Pourquoi un contrat territorial : 1 Pourquoi un contrat territorial : Pour répondre aux dispositions réglementaires de la Loi Grenelle 1 classant les 3 captages du Val (Theuriet, Bouchet, le Gouffre) parmi les 507 captages prioritaires

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01 41

Plus en détail

Innovation 2009 Stratège allées L La Nouvelle spécialité alternative en désherbage total EXCLUSIVITé 01/09-670 894 393

Innovation 2009 Stratège allées L La Nouvelle spécialité alternative en désherbage total EXCLUSIVITé 01/09-670 894 393 Innovation 2009 Stratège allées L La Nouvelle Spécialité alternative en désherbage total EXCLUSIVITé Rien ne remplace le regard d un professionnel L'innovation une coutume chez BHS : Depuis 1984, et la

Plus en détail

Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE

Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE Premier décret pris en application de la loi de réforme de la retraite, ce texte

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métrologie dimensionnelle - Qualité de la production en mécanique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 6 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Enquête de satisfaction auprès des collectivités territoriales - Rapport -

Enquête de satisfaction auprès des collectivités territoriales - Rapport - PREFECTURE DU MORBIHAN 05/02/2014 Secrétariat général Mission performance et coordination Enquête de satisfaction auprès des collectivités territoriales - Rapport - Novembre-décembre 2013 MIPC 1 30 janvier

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Panoramique de gammes

Panoramique de gammes 2009 2011 > Compensation Equipements Panoramique de gammes Compensation tarif jaune Gamme > page 322 Appareillages complémentaires Gamme CONDO > page 342 captj ENER cap ENERPHI+ 6 et 12 > page 344 Condensateurs

Plus en détail

Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1

Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1 Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1 Novembre 2011 1 Le département est invité à faire appel au Service des études pour obtenir plus de précisions ou pour

Plus en détail

Contrôle des équipements sous pression en installations nucléaires de base. Inspection n INSSN-CAE-2011-0496 du 2 février 2011.

Contrôle des équipements sous pression en installations nucléaires de base. Inspection n INSSN-CAE-2011-0496 du 2 février 2011. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 13 mai 2011 N/Réf. : CODEP-CAE-2011-027261 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT HAGUE CEDEX OBJET

Plus en détail

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ Table des matières COÛT DE LOCATION DES TERRES AGRICOLES EN ESTRIE 2015... 3 MÉTHODOLOGIE...3 STATISTIQUES SUR LES RÉPONDANTS ET LES LOCATIONS...4 COÛTS DE LOCATION FAITS SAILLANTS...5 PRÉSENTATION DES

Plus en détail

PROPOSITIONS DE STAGE DE RECHERCHE EXPERIMENTATION 2014 - INVENIO

PROPOSITIONS DE STAGE DE RECHERCHE EXPERIMENTATION 2014 - INVENIO PROPOSITIONS DE STAGE DE RECHERCHE EXPERIMENTATION 2014 - INVENIO Pôle Fraise : > Thème : "Protection et gestion de l eau en culture hors-sol de fraise : conduite de l irrigation à l aide de sondes tensiométriques"

Plus en détail

Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Les difficultés relatives à la gestion de l organisation citées par les enseignants

Plus en détail

racines nues toujours humides frais à l abri du vent et du gel avant le débourrement des bourgeons

racines nues toujours humides frais à l abri du vent et du gel avant le débourrement des bourgeons Réception des plants -Dès la réception de plants à racines nues, s assurer que vos racines restent toujours humides et les planter après réception. Si vous ne croyez pas les planter la même journée, vous

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : rappels sur la démographie Démographie : étude des populations et de leurs dynamiques (à partir de caractéristiques

Plus en détail

Le counseling en abandon du tabac

Le counseling en abandon du tabac Le counseling en abandon du tabac Résultats d une enquête menée auprès des DENTISTES du Québec - 2005 Michèle Tremblay, Daniel Cournoyer, Jennifer O Loughlin, Université McGill INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide!

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide permet de réduire de 35 % la fréquence de tonte Un gazon toujours

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne Productivité et prospérité à l âge de l information Kaïs Dachraoui, Tarek M. Harchaoui et Faouzi Tarkhani ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne a connu une performance remarquable. Après 1995, la

Plus en détail

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée FCPI Dividendes Plus n 2 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Souscription limitée 50 % de réduction ISF ou 18 % de réduction d impôt sur le revenu en contrepartie d un risque de perte en capital

Plus en détail

Bilan de l opération Objectif zéro pesticide

Bilan de l opération Objectif zéro pesticide Bilan de l opération Objectif zéro pesticide Illustration : Dominique Charron Le toit à vaches pour Loiret Nature Environnement Blois COPIL du 06/12/12 1 Les communes engagées Blois 2009-2011 Marchenoir

Plus en détail

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment INFOSTAT JUSTICE Mars 11 Numéro 113 Bulletin d information statistique Les Maisons de Justice et du Droit et leurs usagers V. Carrasco, O.Timbart * GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion Fédération canadienne de l agriculture Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion OBJECTIF Agriculture et Agroalimentaire Canada a entrepris une étude pour comprendre les impacts

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES. Etudiant : Elie PARACHINI. Superviseur : Dr Anne TURNER

RAPPORT D ACTIVITES. Etudiant : Elie PARACHINI. Superviseur : Dr Anne TURNER RAPPORT D ACTIVITES Etudiant : Elie PARACHINI Superviseur : Dr Anne TURNER Placement avec N2Africa et IITA Malawi du 01/10/2011 au 28/02/2012 ` 1 Introduction Mon placement avec N2Africa au Malawi prend

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004 Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique Rapport final Projet entrepris par le Recycling Council of Alberta en partenariat avec

Plus en détail

COLLOQUE DES IREM LYON, MAI 2013

COLLOQUE DES IREM LYON, MAI 2013 COLLOQUE DES IREM LYON, MAI 2013 SYNTHESE Trois conférences et douze ateliers nous ont permis de faire un point général sur la réforme des programmes du lycée, en mathématique et en physique, et leurs

Plus en détail

L3 Eco Statistiques Appliquées 2013-2014 TRAVAUX DIRIGÉS 5

L3 Eco Statistiques Appliquées 2013-2014 TRAVAUX DIRIGÉS 5 TRAVAUX DIRIGÉS 5 Exercice 1 Une entreprise met en boîte une marque de céréales. Le procédé de remplissage est ajusté de telle sorte que les contenants pèsent en moyenne 400 grammes. On a établi également

Plus en détail

VALEUR DE LA TENEUR EN CASÉINE DU LAIT DE FROMAGERIE

VALEUR DE LA TENEUR EN CASÉINE DU LAIT DE FROMAGERIE ALP forum 2005, Nº. 27 f VALEUR DE LA TENEUR EN CASÉINE DU LAIT DE FROMAGERIE Groupe de discussions Gruyère Sommaire Résumé 4 Introduction 4 La caséine 5 Statistiques des contrôles laitiers 5 Résultats

Plus en détail

BAROMÈTRE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Février 2011

BAROMÈTRE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Février 2011 BAROMÈTRE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Février 2011 Après une reprise amorcée au premier semestre, les perspectives économiques sont plus incertaines en cette fin d année 2011. La situation économique nationale

Plus en détail

MÉMOIRE déposé par. Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans. Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré. Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier

MÉMOIRE déposé par. Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans. Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré. Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier MÉMOIRE déposé par Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier Dans le cadre de la Consultation publique sur le Projet

Plus en détail

Volet suisse Alpeau: enseignements et perspectives pour les collectivités

Volet suisse Alpeau: enseignements et perspectives pour les collectivités Colloque final du projet franco-suisse ALPEAU Evian Palais Lumière Haute-Savoie - France 28 et 29 Mars 2012 Volet suisse Alpeau: enseignements et perspectives pour les collectivités Intégrer les apports

Plus en détail

La gestion de l eau en fraisière

La gestion de l eau en fraisière L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville La gestion de l eau en fraisière Louis GOSSELIN, producteur agricole Ferme François Gosselin inc. Saint-Laurent,

Plus en détail

PRATIQUES DE DESHERBAGE CIMETIERES DE GRENOBLE

PRATIQUES DE DESHERBAGE CIMETIERES DE GRENOBLE PRATIQUES DE DESHERBAGE CIMETIERES DE GRENOBLE Ville de Grenoble Service espaces verts Jacques Ginet 04/04/13 - Matinée technique - La gestion écologique des cimetières - Echos Paysage 7 mars Sommaire

Plus en détail

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION RECOMMANDATIONS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION Décision de la Commission Régionale

Plus en détail

Chapitre 6 : Tests d hypothèses

Chapitre 6 : Tests d hypothèses U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Chapitre 6 : Tests d hypothèses Les statistiques peuvent être une aide à la décision permettant de choisir entre deux hypothèses. Par exemple,

Plus en détail

Point de vue de la GEFeL François Lafitte

Point de vue de la GEFeL François Lafitte Pertes/gaspillage alimentaires au sein de la filière F&L - Stades amonts Point de vue de la GEFeL François Lafitte De quoi parle-t-on quand on évoque les mots «gaspillage alimentaire»? Définition «gaspillage

Plus en détail

Domaine Transition industrielle et énergétique. APPEL à MANIFESTATION d INTERÊT SOLAIRE A HAUT RENDEMENT. Date limite de dépôt : le 15 février 2016

Domaine Transition industrielle et énergétique. APPEL à MANIFESTATION d INTERÊT SOLAIRE A HAUT RENDEMENT. Date limite de dépôt : le 15 février 2016 Domaine Transition industrielle et énergétique APPEL à MANIFESTATION d INTERÊT SOLAIRE A HAUT RENDEMENT Date limite de dépôt : le 15 février 2016 1- CONTEXTE La région Languedoc-Roussillon dispose de spécificités

Plus en détail

NOTE DE SERVICE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES DIRECTION GENERALE DE L ALIMENTATION

NOTE DE SERVICE MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES DIRECTION GENERALE DE L ALIMENTATION MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES DIRECTION GENERALE DE L ALIMENTATION Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des matières premières

Plus en détail

DFMS / DFMSA. Chef de service Service de gynécologieobstétrique

DFMS / DFMSA. Chef de service Service de gynécologieobstétrique DFMS / DFMSA Estelle Wafo Daniel Rotten Chef de service Service de gynécologieobstétrique Centre Hospitalier de Marne-la-Vallée (77) Secrétaire générale, CEGORIF Ancien chef de service Service de gynécologie-obstétrique

Plus en détail

CIRCULAIRE DGFAR/SDPS/C2003-5025 Date : 06 OCTOBRE 2003

CIRCULAIRE DGFAR/SDPS/C2003-5025 Date : 06 OCTOBRE 2003 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de la Forêt et des Affaires Rurales Sous-direction de la Protection Sociale Bureau de l'assujettissement

Plus en détail

Ce traducteur n est pas diplômé de l Université de Montréal

Ce traducteur n est pas diplômé de l Université de Montréal Ce traducteur n est pas diplômé de l Université de Montréal Besoin urgent: traducteur compétent! La traduction: un métier pas reposant De main de maître! Mettre la main à la pâte! TRADUIRE [ ] c est avant

Plus en détail

La base de données ArSeine : Spatialisation des systèmes de culture à partir de l étude de statistiques agricoles et dires d acteurs.

La base de données ArSeine : Spatialisation des systèmes de culture à partir de l étude de statistiques agricoles et dires d acteurs. La base de données ArSeine : Spatialisation des systèmes de culture à partir de l étude de statistiques agricoles et dires d acteurs. Atelier Prospective PIREN SOMMAIRE 1. Contexte, objectifs 2. Sources

Plus en détail

Airbus A320 immatriculé TS-IMC Date et heure 12 mars 2013 à 10 h 15 UTC (1) Exploitant

Airbus A320 immatriculé TS-IMC Date et heure 12 mars 2013 à 10 h 15 UTC (1) Exploitant www.bea.aero RAPPORT INCIDENT Sortie longitudinale de piste lors du roulage après l atterrissage (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en temps universel coordonné

Plus en détail

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés PLAN D ACTION en faveur de l emploi des salariés âgés prévu par l article 87 de la loi 2008-1330 de financement de la sécurité sociale pour 2009 Pour la Direction de l AMAMB, Pour les salariés de l EHPAD

Plus en détail

N 21 Juin 2014. «La maison louée pour servir de centre» «Avec une petite cabane en bois»

N 21 Juin 2014. «La maison louée pour servir de centre» «Avec une petite cabane en bois» APAEA JJOURNAL DES ACTIIVIITES DU CENTRE SOCIIAL APAEA MADAGASCAR N 21 Juin 2014 LES ACTIVITES DU CENTRE SOCIAL APAEA PENDANT SES QUINZE ANNEES D EXISTENCE Dans un an c'est-à-dire en 2015, les activités

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

Master MIAGE M2 SIIN

Master MIAGE M2 SIIN Master MIAGE M2 SIIN D313 E-commerce Intitulé : Activité 1 - juin 2012 Réalisé par : BOUCHBAAT Noura Année universitaire : 2011/2012 Partie I : 1) Décrivez la nature de ces risques et donnez des solutions

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

Coût de production du raisin biologique

Coût de production du raisin biologique Coût de production du raisin biologique Synthèse d enquêtes en Languedoc-Roussillon Nicolas CONSTANT Méthode Etudier le coût de production du raisin à la parcelle Réalisation d enquêtes auprès de viticulteurs

Plus en détail

Alcool et conduite : le réflexe éthylotest

Alcool et conduite : le réflexe éthylotest Dossier de presse Alcool et conduite : le réflexe éthylotest La lutte contre l insécurité routière est un enjeu de sécurité majeur tant sur le plan national que départemental. Pierre BAYLE, préfet de l

Plus en détail

NOTE DE SERVICE / INSTRUCTION TECHNIQUE SG/MICAPCOR 2006-2 SG/SM/N2006-1409 DGFAR/MISITEPSA/N2006-5013 Date: 28 avril 2006

NOTE DE SERVICE / INSTRUCTION TECHNIQUE SG/MICAPCOR 2006-2 SG/SM/N2006-1409 DGFAR/MISITEPSA/N2006-5013 Date: 28 avril 2006 MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT Secrétariat Général Direction de l administration générale et de la modernisation des services Mission d appui et de coordination des services

Plus en détail