Le Belge face à l épargne (1/2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Belge face à l épargne (1/2)"

Transcription

1 _ Focus on the Belgian economy Economic Research Le Belge face à l épargne (1/2) Philippe Ledent Economic Research, ING Belgique Bruxelles (32) Novembre 2009 Le citoyen belge est un des champions européen en matière d épargne. En 2008, le taux d épargne des belges atteignait en effet 16.7%, alors que la moyenne européenne se situait à environ 11%. Alors qu il est en progression depuis 2005, le taux d épargne devrait encore augmenter cette année, compte tenu des craintes des consommateurs, notamment en matière d emploi. Il dépassera alors la barre des 17%. Le flux d épargne en 2008 représentait plus de 35 milliards d euros. Cette épargne est consacrée à de l investissement financier, ou immobilier via le remboursement d un emprunt hypothécaire. Cette dernière voie semble privilégiée au cours des dernières années, et est probablement liée à la forte hausse des prix de l immobilier sur la même période. Le taux d épargne atteint son maximum pour les ménages dont le chef de famille a de 30 à 39 ans, et ce bien que cette tranche d âge ne corresponde pas à celle disposant du revenu le plus élevé. Le montant moyen épargné par un ménage atteint alors plus de euros par an. Un ménage dans la tranche d âge allant de 30 à 39 ans épargnait en moyenne en 2006 et 2007 plus de euros en Flandre, contre à peine euros en Wallonie, et euros à Bruxelles. Par ailleurs, le profil du taux d épargne en fonction de l âge apparaît beaucoup plus plat en Wallonie que dans les autres régions. Ce sont les différentiels de revenus qui sont essentiellement à la base de ces différences. Le taux d épargne augmente en fonction du revenu, mais de manière non linéaire. Le taux d épargne est nul pour un revenu disponible net de l ordre de euros. En deçà, le taux d épargne est négatif. La croissance belge est repassée en positif /07 08/07 02/08 08/08 02/09 08/09 Source: ICN Prévisions pour l économie belge PIB (1) Emploi (1) Taux de chômage (2) Inflation (3) -3,2-1,0 8,1-0,1 1,3-1,0 9,1 1,2 (1) Moyenne annuelle - YoY (2) Moyenne annuelle -Définition Eurostat (harmonisé) (3) Indice des prix à la consommation Bloomberg: ING <GO>

2 2 Le Belge épargne beaucoup. Il est même un des champion de l épargne en zone euro. Par ailleurs, la récente adaptation des comptes nationaux a montré que le taux d épargne était depuis longtemps sousévalué en Belgique. C est donc le moment propice pour faire le point sur la question. En 2008, selon les derniers chiffres de la Banque nationale, le taux d épargne de l ensemble des Belges atteignait 16,7% du revenu disponible, contre une moyenne de 14, dans la zone euro (et à peine 11% pour l ensemble de l Union Européenne). Bien entendu, ce chiffre cache une multitude de situations différentes. En dehors des enquêtes réalisées de manière ponctuelle dans certains médias, les données de comptabilité nationale et de la DGSIE 1, souvent sous-exploitées, permettent de donner une image assez nette de l épargne en Belgique. Ce numéro du Focus on the Belgian economy y est consacré. L évolution au cours du temps du taux d épargne sera abordée, sur base des nouvelles données de comptabilité nationale. Par ailleurs, en utilisant les récentes données des enquêtes sur le budget des ménages, il est possible de détailler les «habitudes d épargne» des ménages en fonction de leur revenu et de leur âge. Le prochain numéro du Focus on the Belgian economy complètera le présent numéro, et traitera plus en détail des différents revenus perçus et des dépenses engagées par les ménages. 1. Le taux d épargne fluctue dans le temps Le taux d épargne des ménages se mesure au niveau macroéconomique en calculant d abord le revenu disponible des ménages. Celui-ci représente, grosso modo, la somme de tous les types de revenus (y compris les allocations sociales et autres transferts aux ménages) dont on déduit l ensemble des cotisations sociales et impôts. Le revenu disponible, qui représentait en 2008 plus de 207 milliards d euros, sert alors aux dépenses de consommation qui sont mesurées par ailleurs. La différence entre le revenu disponible et les dépenses de consommation représentent enfin le flux d épargne des ménages, qui atteignait plus de 35 milliards d euros en Rapportée au revenu disponible, l épargne permet de calculer un taux d épargne. Le taux d épargne a connu des fluctuations importantes au cours des dix dernières années (graphique 1). Au tout début des années 2000, dans un contexte de récession et d éclatement de la «bulle internet», le taux d épargne atteignait un niveau record de près de 18% du revenu disponible. Il n a cessé ensuite de baisser jusqu en Plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène : - D une part, la situation conjoncturelle peut expliquer les variations du taux d épargne. C est particulièrement le cas pour les années 2004 et 2005 marquées par une croissance forte de l activité. Or durant les périodes de bonne conjoncture, la confiance des consommateurs dans l avenir les pousse à davantage consommer leur revenu. En d autres termes, l épargne de précaution diminue. - D autre part, la période correspond à un relatif équilibre des finances publiques belges. Le taux d endettement des pouvoirs publics était en baisse, et les budgets de l Etat affichaient un équilibre. La réforme fiscale décidée en 2001 participait également à donner l image de finances publiques enfin saines. Cet élément n est pas neutre. Différentes études ont en effet montré que la santé des finances publiques influence le comportement consommation/épargne des ménages. Ainsi, il est justifié d observer un moindre taux d épargne durant une période où, à tort ou à raison, les consommateurs considèrent que les finances publiques ne présentent pas de danger pour leur épargne future. 1 Direction générale de la Statistique et de l Information économique

3 3 Gr 1 Le taux d épargne a fortement fluctué au cours des dix dernières années Gr 2 La hausse de l épargne après 2005 se traduit surtout par de l investissement immobilier Epargne brute Constitution d'actifs financiers Remboursements d'emprunts (rhs)* Source: ICN - Belgostat *: Le remboursement d emprunt est approché en considérant l investissement des ménages tel que présenté dans les comptes nationaux des secteurs. Source: ICN - Belgostat Par contre, depuis 2005, l épargne n a cessé de croître. Entre 2005 et 2008, la constitution d épargne annuelle a progressé de quelques 3, et est passé de quelques euros par habitant à euros. Le taux d épargne est ainsi passé de 15. en 2005 à 16.7% en Un retour en force des craintes quant à la capacité de l Etat à honorer ses engagements face au vieillissement de la population peut en être un élément d explication de cette hausse. Mais un autre élément a pu jouer. En effet, les comptes financiers montrent que l épargne a progressé plus rapidement que la constitution d actifs financiers (graphique 2). Ceci peut s expliquer par le fait que l épargne sert également à rembourser les emprunts (majoritairement hypothécaires) contractés précédemment. Or, le total des emprunts contractés par les belges ont fortement augmenté sur la période (de l ordre de par an), ce qui a entrainé une charge de remboursement et d intérêt plus élevée. La hausse du taux d épargne serait alors liée à cette hausse des emprunts, elle-même provoquée par la très forte hausse des prix de l immobilier sur cette période. Cette année devrait se solder par une nouvelle augmentation du taux d épargne des ménages, mais pour des raisons très différentes des dernières années. Certes, le remboursement des emprunts devra se poursuivre. Mais surtout, la chute de la confiance des ménages dans le contexte de la crise économique et financière les pousse à augmenter leur épargne de précaution. C est un phénomène que l on a pu observer lors de précédentes crises économiques. Concrètement, suite à la forte inflation en 2008, différents revenus des ménages (salaires et allocations sociales) ont été fortement indexés, mais il est très probable que cette augmentation ait été entièrement épargnée par crainte de l avenir. Un taux d épargne dépassant 17% en 2009 ne peut donc être exclu. Il reviendrait alors à un niveau proche du début des années Les deux prochaines années, la situation sera différente : le revenu disponible des ménages ne progressera que très peu en 2010, mais par contre, la confiance des ménages devrait remonter, et encourager les ménages à soulager leur taux d épargne au bénéfice de plus de consommation. Nous nous attendons effectivement à une croissance positive de la consommation dans les deux années à venir. 2. L épargne dans le cycle de vie Les données macroéconomiques des comptes nationaux ne permettent malheureusement pas de distinguer la multitude de comportements d épargne des Belges. On se doute en effet que le taux d épargne est très différent en fonction notamment du revenu de l individu ou de son âge. Pour avoir un aperçu des différents comportements, les enquêtes sur le budget des ménages, réalisées par la DGSIE, apportent une information très utile. Ces résultats ne sont pas directement comparables aux données

4 4 des comptes nationaux. Il s agit ici de données d enquêtes réalisées sur base d échantillons, et les concepts de revenus disponibles ne sont pas complètement identiques. Néanmoins les évolutions au cours du temps des deux sources sont similaires, si bien que ces résultats d enquête peuvent utilement compléter les données macroéconomiques. Selon la théorie économique, le taux d épargne devrait suivre un profil particulier au cours du cycle de vie des individus. Les enquêtes sur le budget des ménages révèlent clairement ce profil. Lorsqu un ménage est jeune 2, il ne dispose pas des moyens suffisant pour épargner beaucoup, si bien que son taux d épargne reste modéré. Ensuite, les revenus augmentent davantage que les dépenses de consommation, ce qui permet une augmentation graduelle du taux d épargne, qui atteint pour le Royaume son niveau maximum dans la classe d âge des ans. Par la suite, bien que les revenus continuent à augmenter (le revenu moyen d un ménage de 40 à 49 ans était en moyenne en % plus élevé que celui d un ménage de ans) 3, les dépenses du ménage progressent davantage, notamment parce que les enfants nécessitent des dépenses de plus en plus importantes. Le taux d épargne se met alors à diminuer, et il en sera de même tout le reste de la vie du ménage. En effet, pour les classes d âge plus élevées, le revenu diminue rapidement et davantage que les dépenses. Ceci est lié au fait que le taux d emploi diminue avec l âge et que les revenus de substitution, pension y comprises, ne couvrent que partiellement les revenus salariaux. Sans surprise, le taux d épargne devient proche de zéro pour les ménages les plus âgés, et il est même légèrement négatif en Flandre. L entièreté du revenu est alors consommée, et il est parfois fait appel au stock d épargne constitué au cours de la vie du ménage. Gr 3 Le taux d épargne évolue au cours du cycle de vie Gr 4 Les régions offrent des différences limitées en matière de taux d épargne taux d'épargne Moyenne ttes classes Flandre BXL W allonie Les conditions socio-économiques des différentes régions appellent évidemment certaines nuances par rapport aux résultats précédents (graphique 4). D une part, l épargne engrangée par les ménages flamands est bien plus importante que dans les deux autres Régions, et particulièrement qu en Wallonie. Ainsi, l épargne annuelle moyenne des ménages atteint euros en moyenne en en Flandre, contre euros en Wallonie et euros à Bruxelles (4.400 euros pour l ensemble du Royaume). S agissant de la classe d âge qui, au niveau national, épargne le plus (les ans), les différences sont encore plus marquantes. En Flandre, un tel ménage épargne plus de euros par an contre à peine euros en Wallonie et euros à Bruxelles. 2 «L âge» du ménage correspond en fait à l âge de la personne de référence interrogée dans le cadre de l enquête sur le budget des ménages. 3 Les enquêtes sur le budget des ménages de 2006 et 2007 sont utilisées ici. Les chiffres font référence à la moyenne des deux enquêtes.

5 5 D autre part, l attitude face à l épargne tout au long du cycle de vie semble également différente en fonction de la région. En effet, si la Flandre et Bruxelles présentent un profil similaire, marqué par un taux d épargne d abord croissant, atteignant un sommet pour la classe d âge de ans et décroissant ensuite, la Wallonie présente un profil beaucoup plus plat. Le taux d épargne reste quasi constant et faible jusqu à la tranche d âge des ans. Ces différences s expliquent probablement par un chômage beaucoup plus important en Wallonie, ce qui diminue fortement le revenu moyen, alors que les différences en termes de dépenses sont bien moins marquées entre les Régions (lissage de la consommation). Ce point sera largement développé dans le prochain numéro consacré à l analyse détaillée du revenu disponible et de la consommation des ménages. 3. L épargne selon le revenu On se doute évidemment que des différences très importantes existent également en fonction du revenu du ménage. Les enquêtes de la DGSIE montrent en effet que le premier quartile des revenus (les 2 des ménages ayant les revenus les plus faibles) ont un taux d épargne négatif (graphique 5). Ils dépensent donc plus qu ils ne gagnent, et s endettent donc, ou consomment de l épargne constituée précédemment lorsqu il s agit de ménages âgés. A l opposé, les revenus les plus aisés ont un taux d épargne dépassant de leur revenu disponible. Ces résultats illustrent donc très bien, comme l ont fait les statistiques en fonction de l âge, le lissage de la consommation des ménages. Gr 2 Les ménages disposant d un revenu faible ont un taux d épargne négatif Gr 3 La fonction du taux d épargne est non linéaire Quartile 1 Quartile 2 Quartile 3 Quartile 4 Taux d'épargne Log. (Taux d'épargne) Moyenne nationale Les statistiques régionales montrent également des différences notables. Le taux d épargne du premier quartile des revenus à Bruxelles a par exemple un taux d épargne excessivement bas, de l ordre de - 4. Cependant, ces différences régionales sont presque exclusivement dues à des différences de niveau de revenus (le premier quartile des revenus à Bruxelles correspondant à un revenu beaucoup plus faible que dans les autres Régions). L ensemble des résultats régionaux montrent donc au contraire une bonne cohérence du taux d épargne en fonction du revenu, au point qu il soit possible à partir de ces résultats d esquisser une fonction du taux d épargne des ménages belges en fonction de leur revenu (graphique 6). Cette fonction est non-linéaire et révèle qu un ménage disposant d un revenu disponible de l ordre de euros par an aura un taux d épargne nul. Au-delà, le taux d épargne devient positif. 4 On notera que ces chiffres peuvent évidemment être faussés par le travail au noire, les personnes interrogées pouvant être réticentes à déclarer l entièreté de leur revenu.

6 6 Conclusions Dans cet article, nous avons montré d une part l évolution au cours du temps du taux d épargne et d autre part les importantes différences qui existent entre les ménages face à l épargne. La hausse du taux d épargne au cours des dernières années trouve probablement son origine dans la hausse de la charge de remboursement et d intérêt d emprunts (hypothécaires) contractés par les ménages. La constitution d actifs financiers semble par contre ne pas s accélérer. En 2009, la perte de confiance des ménages devrait faire une nouvelle fois progresser le taux d épargne, le faisant revenir au niveau du début des années S agissant des différences entre les ménages, on retiendra que l hypothèse théorique d un lissage de la consommation des ménages par l intermédiaire de l épargne semble se confirmer au regard des résultats présentés ici. On retiendra également qu un taux d épargne nul est atteint pour un revenu disponible d environ euros par an. Tableau 1. Prévisions pour l économie belge (taux de croissance annuel, sauf mention contraire) Consommation privée -1,8 0,5 1,7 Consommation publique 1,6 0,9 0,7 Investissement -3,1-0,5 1,6 dont entreprises -5,2-1,4 1,4 Demande intérieure (hors stock) -1,3 0,4 1,4 Exportations nettes (1) -0,8 0,2 0,1 PIB -3,2 1,3 1,8 Population active 0,4 0,4 0,5 Emploi -1,0-1,0 0.5 Demandeurs d emplois inoccupés 10,0 11,4-5.0 Surplus (+) ou déficit (-) public (2) -6,0-6,0-5,5 Prix à la consommation -0,1 1,2 2,0 (1) contribution à la croissance (2) En % du PIB

7 7 Disclaimer Les opinions exprimées dans ce rapport sont le reflet exact des opinions personnelles des analystes à propos des titres et des émetteurs cités dans ce document. Aucune tranche de la rémunération des analystes n'a été, n'est ou ne sera directement ou indirectement liée à l'inclusion de recommandations ou opinions spécifiques dans ce rapport. Les analystes qui ont participé à la préparation de cette publication respectent tous les exigences nationales liées à leur profession. Cette publication a été préparée au nom de ING (dans le cas présent ING Groep NV, sis aux Pays-Bas, et certaines de ses filiales et succursales) pour ses clients, uniquement à titre informatif. ING fait partie du Groupe ING (dans le cas présent ING Groep NV et ses sociétés filiales et apparentées). Cette publication ne constitue pas une recommandation de placement ni une offre ou une incitation à acheter ou vendre des instruments financiers. Même si toutes les précautions ont été prises pour assurer que les informations contenues dans ce document ne soient ni erronées, ni trompeuses au moment de la publication, ING ne peut en garantir ni l'exactitude ni l'exhaustivité. Les informations contenues dans ce document peuvent être revues sans avis préalable. ING Group et ses cadres dirigeants, employés et mandats liés et discrétionnaires peuvent, dans les limites autorisées par la loi, avoir des positions longues ou courtes ou peuvent par ailleurs avoir des intérêts dans des transactions ou des investissements (en ce compris des produits dérivés) auxquels fait référence cette publication. En outre, ING Group peut fournir ses services bancaires, d'assurances ou de gestion de patrimoine aux, ou solliciter de telles services auprès des, sociétés citées dans cette publication. Ni ING ni aucun de ses cadres dirigeants ou employés ne peuvent être tenus pour responsables d'éventuelles pertes directes ou indirectes suite à l'utilisation de cette publication ou de son contenu. Cette publication est soumise à la protection du copyright et des droits des bases de données et ne peut être reproduite, distribuée ou publiée par quiconque, quel que soit l'objectif, sans l'accord préalable de ING. Tous droits réservés. Tous les investissements mentionnés dans ce document peuvent comporter des risques considérables, ne sont pas nécessairement disponibles dans toutes les juridictions, peuvent être illiquides et peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. La valeur ou les revenus des investissements cités dans cette publication peuvent fluctuer et/ou être influencés par l'évolution des taux de change. Les performances passées ne constituent en rien une indication des résultats futurs. Les investisseurs doivent prendre leurs propres décisions de placement sans se baser sur cette publication. Seuls les investisseurs disposant d'une connaissance et d'une expérience suffisantes dans le domaine financier pour pouvoir en évaluer les mérites et les risques peuvent envisager d'investir dans les émetteurs et les marchés auxquels fait référence cette publication. Toute autre personne ne devrait pas prendre de décision sur la base de cette publication. Cette publication est émise:1) au Royaume-Uni seulement à l'attention des personnes prévues dans les articles 19, 47 et 49 du Financial Services and Markets Act 2000 (Financial Promotion) Order 2005 et ne doit pas être distribuée, directement ou indirectement, aux autres catégories de personnes (en ce compris les investisseurs privés); 2) en Italie, seulement à l'attention des personnes décrites dans l'article No. 31 de la réglementation Consob No /98 ; 3) aux Etats-Unis, seulement à l attention des investisseurs institutionnels qualifiés (QIB) et des grandes entreprises. Les clients doivent prendre contact avec des analystes auprès de, et exécuter des transactions via, une entité ING de leur juridiction nationale sauf si la loi en vigueur le permet d'agir autrement. ING Bank N.V. ses succursales et/ou ses filiales sont toutes enregistrées et contrôlées par les autorités de contrôle nationales concernées. ING Bank N.V. est agréée par la banque centrale néerlandaise et est supervisée par la Authority for the Financial Markets. Elle est sise aux Pays-Bas et est enregistrée aux Pays-Bas (numéro ) à Amstelveenseweg 500, 1081 KL, Amsterdam. ING Financial Markets LLC, qui est membre du NYSE, du NASD et du SPIC et qui fait partie de ING, a accepté la responsabilité de la distribution de ce rapport aux Etats-Unis conformément aux dispositions en vigueur. En Belgique, l'éditeur responsable est Peter Vanden Houte, avenue Marnix 24, 1000 Bruxelles.

Le Belge face à l épargne (2/2) : le budget

Le Belge face à l épargne (2/2) : le budget _ Focus on the Belgian economy Economic Research Le Belge face à l épargne (2/2) : le budget Oscar Bernal Economic Research, ING Belgique Bruxelles (32) 2 547 39 95 Oscar.bernal@ing.be Julien Manceaux

Plus en détail

ING Dashboard Belgian economy

ING Dashboard Belgian economy ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July N - 1 Septembre Activité économique : L activité économique n a pas été bonne au deuxième trimestre. Le troisième trimestre sera encore difficile, comme en témoigne la

Plus en détail

ING Focus. Le patrimoine retrouvé grâce à l épargne. N 2010-4 Août 2010

ING Focus. Le patrimoine retrouvé grâce à l épargne. N 2010-4 Août 2010 ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 2010 N 2010-4 Août 2010 Croissance du PIB ING Focus Le patrimoine retrouvé grâce à l épargne 2.0% 0.0% -2.0% -4.0% -6.0% 2009 2010 2011 2012 ING Focus se concentre ce mois-ci

Plus en détail

ING Focus Patrimoine. Comment la propriété réduit les inégalités. N 2013-5 5 septembre 2013 ECONOMIC RESEARCH

ING Focus Patrimoine. Comment la propriété réduit les inégalités. N 2013-5 5 septembre 2013 ECONOMIC RESEARCH ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 2010 N 2013-5 5 septembre 2013 ING Focus Patrimoine Comment la propriété réduit les inégalités Patrimoine financier brut 1100 1000 900 800 700 600 500 400 93 96 99 02 05

Plus en détail

2. La reprise dynamique de 2009 semble s essouffler

2. La reprise dynamique de 2009 semble s essouffler ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 2010 N Novembre 2010 ING Focus Belgian Real Estate Quelles perspectives après la reprise? Principaux prix moyens 300 250 200 150 100 Appartements Source: DGSIE Villas,

Plus en détail

ING Focus External trade

ING Focus External trade ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 2010 N 2012-5 9 octobre 2012 ING Focus External trade Le commerce extérieur belge à travers la crise Croissance du PIB 2,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,0% -0,5% -1,0% 2010 2011 2012

Plus en détail

ING Focus. Faillites : la face cachée de la reprise. N 2011-1 7 mars 2011

ING Focus. Faillites : la face cachée de la reprise. N 2011-1 7 mars 2011 ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 20 N 2011-1 mars 2011 Croissance du PIB 2% 1% 0% -1% -2% -3% -4% 2009 20 2011 2012 BE EZ Source: Thomson Reuters, ING Inflation 4,0% 3,0% 2,0% 1,0% 0,0% -1,0% 2009 20 2011

Plus en détail

Le marché immobilier en 2009 : correction en vue

Le marché immobilier en 2009 : correction en vue Economic Research Le marché immobilier en 2009 : correction en vue Julien Manceaux Economic Research, ING Belgique Bruxelles (32) 2 547 33 50 Julien.manceaux@ing.be Philippe Ledent Economic Research, ING

Plus en détail

Les terrains : une denrée rare en Belgique

Les terrains : une denrée rare en Belgique ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 1 N Mai 11 ING Focus Belgian Real Estate Les terrains : une denrée rare en Belgique Principaux prix moyens 75,, 5, 15, 75, Appartements Maisons ordinaires Villas, bungalows

Plus en détail

ING Focus Belgian Real Estate

ING Focus Belgian Real Estate ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 2010 N Juillet 2013 ING Focus Belgian Real Estate L endettement hypothécaire prend de l ampleur Principaux prix moyens 30,000 310,000 270,000 230,000 190,000 10,000 Source:

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

ING Focus CUP-onomics

ING Focus CUP-onomics ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS Cup-onomics Mai - 2014/1 N 2014-1 23 mai 2014 EconomicPoll@ING: Pour vous, où s arrêtera l aventure des Diables rouges au? 62% 7% 31% les phases de groupes. 1/8, 1/4, 1/2 la

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 SOMMAIRE Comportement de l immobilier belge Qui sommes-nous? Structure et méthodologie L investissement immobilier en

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe 11 mars 2015 Didier REYNDERS Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et européennes - 1 - Table des matières I. Situation économique

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

INVESTMENT NEWSLETTER

INVESTMENT NEWSLETTER Chère cliente, Cher client, L objectif de notre bulletin d information est de communiquer sur deux points qui nous sont essentiels : 1. Environnement macro-économique 2. Notre stratégie d investissement

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale

Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale Fondation Travail-Université Chaussée de Haecht, 579 1030 - BRUXELLES PG/BL/B.1.4./04052005/05.035. Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale François MARTOU 1. L environnement international

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse.

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse. ING Bank (NL) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? ING Bank (NL) est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements Suivi de des la collecte 12 principaux et des assureurs-vie placements à fin des mars 12 2015 principaux assureurs-vie à fin mars 2015 n XX n 49 mars

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire

Boussole. Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US. Flash Crash sur le marché obligataire Boussole Décembre 2014 Évolution récente des marchés financiers et du marché de l emploi US Flash Crash sur le marché obligataire Hausse des cours sur le marché des actions - quand la fin est proche Les

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Analyse 2012/17 31 octobre 2012

Analyse 2012/17 31 octobre 2012 Analyse 2012/17 31 octobre 2012 État des lieux des "pensions complémentaires" dans un état critique! À découvrir dans cette analyse «Épargne pension. Épargnez-vous un job d étudiant à la retraire!». On

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI Points saillants Au cours de la dernière année, le taux de chômage au Canada est

Plus en détail

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Colloque Protection sociale d entreprise IRES, CNAM, IRDES Paris, 25-26 mars 2010 Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Florence Lefresne (IRES) et Catherine Mathieu

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

ING Belgium International Finance (Luxembourg) 5Y EUR Yield Invest Notes 03/19

ING Belgium International Finance (Luxembourg) 5Y EUR Yield Invest Notes 03/19 Information Commerciale Fiche Produit ING Belgium International Finance (Luxembourg) 5Y EUR Yield Invest Notes 03/19 liées à l indice EUROSTOXX Select Dividend 30 (SD3E) Classe de Risque 0 1 2 3 4 5 6

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Le déficit structurel est colmaté

Le déficit structurel est colmaté Le déficit structurel est colmaté QUÉBEC BUDGET 2015 Groupe Économie et Stratégie 26 mars 2015 Faits saillants Pour l année financière en voie de se terminer, le déficit prévu est de 2,35 milliards $,

Plus en détail

Le marché immobilier belge face aux défis démographiques

Le marché immobilier belge face aux défis démographiques ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 2010 13 Octobre 2011 Le marché immobilier belge face aux défis démographiques Principaux prix moyens 350 300 250 200 150 100 Appartements Economic Research Maisons ordinaires

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail