Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables"

Transcription

1 Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Synthèse des résultats de la septième vague du baromètre Le 6 décembre 2007 Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 1/8

2 Présentation générale Le Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables a pris l initiative d une consultation régulière des PME et TPE en lançant son baromètre de conjoncture bimestriel centré sur cette population d entreprises. Ce baromètre est réalisé avec le concours de l Institut TNS Sofres depuis novembre La septième vague d enquête a été réalisée entre le 12 et le 21 novembre 2007 auprès de 800 dirigeants de PME (20 à 249 salariés) et TPE (0 à 19 salariés). Chaque vague comporte deux parties distinctes : - une partie barométrique comportant des indicateurs précis et détaillés destinés à suivre l évolution passée et projetée des PME et TPE, - une partie plus conjoncturelle, permettant de saisir l appréciation des chefs d entreprise sur des mesures, projets ou situations relevant de l actualité immédiate ou très proche. Après un printemps marqué par une embellie du moral des dirigeants de PME et TPE, traduisant notamment les espoirs nés du changement politique et du retour annoncé de la croissance, ce moral s était de nouveau dégradé après l été en partie sous l effet de la crise des subprimes. Dans le contexte particulier des mouvements sociaux, la vague de novembre de notre baromètre confirme et même amplifie cette détérioration du moral des chefs d entreprise, mais n atteint que modérément les perspectives à long terme et les anticipations d embauche. Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 2/8

3 I- Un moral atteint par l actualité 1. L automne s accompagne du retour du pessimisme sur la situation du pays Le jugement porté par les chefs d entreprise sur la situation économique et sociale du pays s était amélioré, dans les PME principalement, au printemps. Cependant, cette amélioration n avait pas résisté à l été, et la dernière vague de notre baromètre montre une amplification de la dégradation. - La dégradation est particulièrement forte dans les PME : le nombre de personnes pensant que «la situation économique et sociale va en s améliorant» en France était passé de 10% en novembre 2006 à 37% en juillet Désormais, ils ne sont plus que 14% à partager cette opinion, alors que 56% pensent au contraire que la situation économique et sociale a tendance à aller plus mal (+ 18 points depuis la dernière vague). - Dans les TPE, l évolution est semblable mais atténuée, le pessimisme dominant toujours largement. En novembre, 10% des patrons estiment que la situation a tendance à s améliorer (-4 par rapport à la dernière vague), contre 62% qui pensent au contraire qu elle se dégrade (+11). 2. La dégradation est davantage prononcée dans les PME, qui restent cependant relativement confiantes C est dans les PME que l embellie du printemps avait été la plus forte, c est également dans les PME que la dégradation de l automne est la plus marquée : le cycle de retour de la confiance semble donc enrayé par les conflits sociaux. Ainsi, sur un certain nombre d indicateurs de la situation de l entreprise, les niveaux observés ce mois-ci sont très proches de ceux enregistrés il y a un an, tandis que l optimisme à court terme est particulièrement bas. - Tout d abord, la conjoncture est perçue comme moins favorable : si les patrons continuent à se dire très majoritairement optimistes en ce qui concerne la situation économique de leur secteur d activité, cet optimisme se tasse en partie (64%, -3 points depuis septembre, -7 depuis juillet). Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 3/8

4 - Le bilan que tirent les dirigeants de PME de la période écoulée se fait moins positif, principalement pour l évolution à moyen terme. o 31% ont le sentiment que la situation de leur entreprise s est plutôt améliorée au cours des trois mois écoulés, soit une diminution de 3 points depuis septembre, tandis que 13% pensent qu elle s est plutôt détériorée. o Le bilan de l année écoulée s était fortement amélioré en septembre, désormais il retrouve son niveau antérieur : 37% pensent que la situation de leur entreprise est plutôt meilleure à ce qu elle était l année d avant (-10 points), 19% plutôt moins bonne (+5). - Ce bilan plus mitigé se traduit par une satisfaction moindre à l égard d un certain nombre d indicateurs. En effet, si les patrons de PME continuent à se dire majoritairement satisfaits de la situation de leur entreprise pour le carnet de commande ou le volume de clientèle (à 77%), la trésorerie (72%) ou la rentabilité (63%), ils le sont dans une moindre mesure qu en septembre. - Mais c est surtout quand ils se tournent vers l avenir proche que les dirigeants de PME se montrent circonspects. o Ils se montrent très prudents en ce qui concerne les trois prochains mois : seuls 24% pensent que la situation de leur entreprise s améliorera dans le trimestre à venir, soit le niveau le plus bas enregistré par cette question depuis un an. 64% pensent que cette situation restera stable, et rares sont ceux qui anticipent une détérioration (9%, ce qui est néanmoins le niveau le plus élevé depuis un an). o Ce pessimisme se vérifie au sujet des anticipations pour le chiffre d affaires et la trésorerie, qui atteignent également leur niveau le plus mauvais depuis que ce baromètre existe. Ainsi, pour la première fois, les patrons de PME qui s attendent à une diminution de leur trésorerie dans les trois mois à venir (21%) sont plus nombreux que ceux qui en attendent une progression (19%) o Seuls les projets d investissement pour les six prochains mois se maintiennent à un niveau plutôt élevé (59%). Pourtant, tout en étant mitigé, le bilan tiré de la période écoulée est toujours globalement positif, et les prévisions à moyen terme des patrons de PME restent sereines : ils continuent en effet à se dire très largement optimistes pour les perspectives à un an de leur entreprise (77%, -4). Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 4/8

5 3. Dans les TPE qui restent plus pessimistes l évolution est atténuée Depuis la première vague de ce baromètre, les dirigeants de TPE se montrent systématiquement plus négatifs que ceux de PME. Ceci se vérifie de nouveau en novembre. Cependant, la détérioration des constats sur la situation de l entreprise est moindre que dans les PME, même si les prévisions pour l avenir sont également moroses. - Les patrons de TPE se montrent très partagés au sujet de la situation économique de leur secteur d activité (49% se disent optimistes, +4, contre 49%), témoignant d une posture prudente. - L analyse de la période écoulée confirme cette attitude prudente : o Le bilan tiré des trois mois passés s oriente toujours aux deux tiers vers une stabilité de la situation de l entreprise, tandis que ceux qui voient une évolution constatent plutôt une dégradation (17%) qu une amélioration (13%, -3). o Le bilan de l année écoulée reste également orienté vers la stabilité (54%), mais est légèrement meilleur à ce qu il était il y a un an : 21% estiment que la situation de leur entreprise est plutôt meilleure (+3 par rapport à novembre 2006), 25% plutôt moins bonne (-4). - Les dirigeants de TPE se disent comme il y a deux mois plutôt satisfaits de la situation de leur entreprise sur un certain nombre d indicateurs : 62% pour le carnet de commande, 54% pour la rentabilité. En ce qui concerne la trésorerie, cette satisfaction diminue et est désormais tout juste majoritaire (52%, -7 points). - Comme les patrons de PME, c est au sujet de l avenir proche de leur entreprise que les dirigeants de TPE se montrent les plus réservés, avec une dégradation des anticipations. o Les prévisions à trois mois se détériorent : 15% pensent que la situation de leur entreprise s améliorera (-4), 13% qu elle se détériorera. L écart entre ces deux chiffres est ainsi le plus faible enregistré depuis un an. Cependant, pour les deux tiers des patrons, c est l absence de changement qui est anticipée. o Cette dégradation se vérifie pour les anticipations en terme de chiffre d affaires (23% s attendent à une diminution, +8, soit désormais autant que ceux qui anticipent une augmentation) et de trésorerie (26%, +5, anticipent une baisse, 16%, -5, une hausse). La confiance qui, entre mars et septembre, faisait espérer des changements positifs plutôt que négatifs dans ces deux domaines a donc disparu. Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 5/8

6 o Malgré ces perspectives moroses, comme dans les PME, les projets d investissement se maintiennent, et même progressent (23%, +4), et surtout l optimisme pour les perspectives à un an de l entreprise reste élevé (60%). Il faut cependant rappeler que les dirigeants de TPE ne sont pas une population homogène. En effet, sur un certain nombre de questions concernant le bilan tiré de la période écoulée, la satisfaction à l égard de la situation actuelle de l entreprise ou les anticipations pour l avenir, les réponses varient fortement en fonction de la taille des TPE, d autant plus positives que le nombre de salariés est important et les TPE de 6 à 19 salariés sont souvent plus proches des PME que des entreprises sans salarié. II- L impact sur l emploi de ce contexte morose reste limité Dans la mesure où il n y avait pas de réelle dynamique d emploi enclenchée, la morosité des chefs d entreprise a sur elle un impact limité. Les perspectives d emploi sont stables dans les TPE, et plutôt en baisse dans les PME. A l inverse, dans les entreprises sans salariés, elles progressent légèrement, tout en restant très marginales. - Dans les entreprises avec salariés, la très grande majorité des chefs d entreprise continue à estimer que l effectif salarié sera stable au cours des trois prochains mois (80%). - Parmi les dirigeants de PME, ceux qui envisagent une augmentation de leur effectif salarié se font moins nombreux (21%, -5, un niveau proche du niveau le plus bas enregistré en janvier dernier), mais restent plus nombreux que ceux qui s attendent à une diminution (10%). - Dans les TPE avec salariés, les perspectives d embauches se maintiennent, mais leur niveau reste très faible (10%, autant que ceux qui envisagent une diminution de l effectif 9%) - Dans les entreprises sans salariés en revanche, l évolution est différente : une écrasante majorité continue à dire ne pas envisager d embaucher un collaborateur salarié dans les trois prochains mois (94%, dont 86% certainement pas), mais ceux qui pensent cette option possible progressent (4%, +3). Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 6/8

7 Et parmi ceux qui n envisagent pas d embaucher de salarié dans les 3 mois, 25% disent néanmoins qu ils pourraient l envisager un jour (soit une progression de 5 point, et le retour au bon niveau de juillet). Cependant, le contexte économique et notamment les différents facteurs externes à l entreprise testés sont toujours considérés comme peu propices à la création d emplois dans l entreprise. Comme lors des vagues précédentes, seules les exonérations de charges sociales peuvent être considérées comme moteur de création d emplois (à 43%), tandis que le niveau de la croissance est désormais considéré comme un facteur faisant obstacle à la création d emplois par 45% des chefs d entreprise (+6 depuis septembre). III- Questions d actualité : les heures supplémentaires 1. Une mesure largement approuvée Les trois quarts des chefs d entreprise approuvent le dispositif d exonération des heures supplémentaires entré en vigueur le 1 er octobre. - La proportion de ceux qui l approuvent tout à fait dépasse le tiers, et cet intérêt soutenu se vérifie dans toutes les catégories d entreprises, quels que soient leur taille ou leur secteur d activité. - Il culmine (au-delà de 80% d approbation) dans les entreprises qui anticipent une amélioration de leur situation dans les trois prochains mois, mais reste majoritaire (59%) parmi les dirigeants qui craignent une détérioration. Dans les entreprises qui ont des salariés, les bénéfices associés à cette mesure concernent essentiellement ces derniers : - 57% (contre 48%) des employeurs estiment que la loi sur les heures supplémentaires aura pour conséquence une augmentation du pouvoir d achat de leurs salariés, et dans une moindre mesure une amélioration de leur motivation (46% contre 48%). - En revanche, les dirigeants de PME ou de TPE n envisagent pour la plupart pas d amélioration de leur compétitivité (30% contre 65%) ni une augmentation de leur activité (25% contre 72%). Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 7/8

8 2. Des craintes de difficultés qui se résorbent à l usage 38% des employeurs interrogés nous déclarent qu il y a eu dans leur entreprise des heures supplémentaires effectuées depuis le 1 er octobre, mais un tiers d entre eux concède ne pas avoir fait usage du nouveau dispositif. Ce décalage est sans doute le fait des difficultés de mise en œuvre anticipées par une majorité des chefs d entreprise. - 52% des employeurs jugent ainsi que ce nouveau système est assez (26%) voire très difficile à mettre en œuvre (26%), contre 37% qui le considèrent comme facile. - Cette difficulté croît avec le nombre de salariés potentiellement concernés. Plus l entreprise est grande, plus le sentiment que le nouveau dispositif est compliqué augmente (allant jusqu à atteindre 79% dans les entreprises de plus de 100 salariés) alors même que ces grosses PME disposent en interne de ressources spécialisées pour gérer ces questions. - Cependant, ce sentiment pourra se résorber avec l expérience. Parmi les 26% d entreprises qui ont déjà expérimenté le dispositif, une courte majorité (50% contre 46%) le considère comme facile à mettre en œuvre (sans pour autant le trouver très facile, 9% seulement). Reste qu un effort d accompagnement serait nécessaire pour les PME les plus grandes, qui ont à la fois à s approprier le dispositif et à l expliquer à des employés dont les situations peuvent être très variées. Fiche technique : la septième vague du baromètre a été réalisée du 12 au 21 novembre 2007 par téléphone auprès d un échantillon national de 800 dirigeants de TPE (entreprises de 0 à 19 salariés) et de PME (entreprises de 20 à 249 salariés) représentatif des entreprises de 0 à 249 salariés, selon la méthode des quotas (taille d entreprise croisée par le secteur d activité, région). L échantillon a été raisonné pour disposer d environ 400 dirigeants de TPE et 400 dirigeants de PME. Lors du traitement informatique des résultats, chaque catégorie a été remise à son poids réel afin d assurer la représentativité des résultats, au regard des critères de la taille de l entreprise, du secteur d activité et du découpage géographique par région. Synthèse du baromètre, le 06/12/2007 8/8

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Baromètre des et du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Principaux résultats Septembre CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 6 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

BAROMÈTRE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Février 2011

BAROMÈTRE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Février 2011 BAROMÈTRE ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Février 2011 Après une reprise amorcée au premier semestre, les perspectives économiques sont plus incertaines en cette fin d année 2011. La situation économique nationale

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA "#$%&$')*+,-./#/"#"0."0%$, "#$%&'&)&*&#$+,-%&.%-&*$/01&21#$%&'&34&*&#$56#3&$7 )#8.-6.&9:$1;$-&%+?*@?.$*&624#8.-6.&3A:$1;$-&%56#3&$7

Plus en détail

information aux médias

information aux médias Marche des affaires au 4 ème trimestre 212 Inflexion de la croissance à un niveau qui demeure élevé Selon la dernière enquête menée par le Centre de recherches conjoncturelles de l EPFZ (KOF) sur mandat

Plus en détail

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES?

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? Synthèse En France, la compétitivité des PME, reconnues comme essentielles à la prospérité du pays,

Plus en détail

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss

Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête de satisfaction sur les services de l Ucanss Enquête menée auprès de ses utilisateurs du Régime général de sécurité sociale 2013. L Ucanss, à l écoute des besoins et des attentes Avec pour objectif

Plus en détail

Résultats 2015 - Perspectives 2016

Résultats 2015 - Perspectives 2016 Résultats 2015 - Perspectives 2016 1. 2015 : année de la reprise 2015 est l année de la reprise pour le marché du meuble après trois exercices de recul consécutifs (-3,0% en 2012, -2,9% en 2013 et -1,5%

Plus en détail

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com pour Baromètre sur la perception des discriminations au travail Synthèse du focus «Egalité

Plus en détail

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Etude réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Novembre 2009 Table des matières 2 Page 1. Descriptif

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance Juin 2015 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01 41

Plus en détail

/ Observatoire des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs Lettre trimestrielle d'information

/ Observatoire des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs Lettre trimestrielle d'information Note trimestrielle N 21 Janvier 2016 / Observatoire des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs Lettre trimestrielle d'information ACTIVITE DU 4 ème TRIMESTRE 2015 (octobre-novembre-décembre 2015)

Plus en détail

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Provence-Alpes-Côte d Azur et évalue leur impact sur la performance

Plus en détail

DIRECCTE A Q U I T A I N E. Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires

DIRECCTE A Q U I T A I N E. Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires Les Emplois d Avenir en Aquitaine Evaluation à partir des retours d expérience des employeurs et des jeunes bénéficiaires SESE Bordeaux, 8 Septembre 2015 Chiffres-clés Plus de 7600 jeunes concernés Durée

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 28 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 28 janvier 2016

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 28 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 28 janvier 2016 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 28 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 28 janvier 2016 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 28 ième

Plus en détail

Bois Construction Tableau de bord Région Lorraine

Bois Construction Tableau de bord Région Lorraine 11bis, rue Gabriel Péri CS 4511 54519 VANDOEUVRE Cedex Tél 3 83 37 54 64 Fax 3 83 35 38 28 E-mail contact@gipeblor.com Conjoncture Bois Tableau de bord Région Lorraine Activité 1 er semestre & Prévisions

Plus en détail

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015»

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Juillet 2015 SOMMAIRE Contenu Introduction et méthodologie... 3 Evaluation de la saison en cours... 4 Eléments influençant les

Plus en détail

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise SYNTHÈSE Entre 2005 et 2014, les évolutions de chiffre d affaires des Très Petites Entreprises (TPE) constatées

Plus en détail

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011 SATISFACTION A L EGARD DES PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE - Synthèse de l'institut CSA - N 1100567 Juin 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél. (33)01 44 94 59

Plus en détail

Communiqué de presse. Le parc hôtelier français a gagné 4 600 chambres en 2012. En résumé. Pauline Florentin. Contacts

Communiqué de presse. Le parc hôtelier français a gagné 4 600 chambres en 2012. En résumé. Pauline Florentin. Contacts Communiqué de presse Contacts Pauline Florentin Agence Rumeur Publique + 33 (0)1 55 74 52 10 pauline@rumeurpublique.fr Le parc hôtelier français a gagné 4 600 chambres en 2012 En résumé Début 2013, le

Plus en détail

EnquÄte auprås des bçnçficiaires du prät PASS-TRAVAUXÉ en 2006

EnquÄte auprås des bçnçficiaires du prät PASS-TRAVAUXÉ en 2006 P nquäte auprås des bçnçficiaires du prät PSS-VUXÉ en 2006 SynthÅse Juillet 2008 89, avenue ristide Briand B.P 400 92541 ontrouge cedex el : + 33 1 46 73 31 31 ax : + 33 1 46 73 31 60 www.mv3.fr S. au

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 SONDAGE : LES BANQUES ET L EURO : CONFIANCE DES FRANÇAIS La dernière enquête de l Observatoire de l opinion, menée par l Ireq en juin 1998, montre aussi que

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES ILE-DE-FRANCE SEPTEMBRE 2006

TENDANCES RÉGIONALES ILE-DE-FRANCE SEPTEMBRE 2006 TENDANCES RÉGIONALES ILE-DE-FRANCE SEPTEMBRE 2006 Vue d ensemble de l activité économique INDUSTRIE 13% de la totalité des effectifs Période sous revue : JUILLET 2006 Production passée et prévisions 90

Plus en détail

L Observatoire Cegos a interrogé 1300 salariés et 428 DRH / responsables RH afin de faire le point sur le climat social au sein des entreprises

L Observatoire Cegos a interrogé 1300 salariés et 428 DRH / responsables RH afin de faire le point sur le climat social au sein des entreprises L Observatoire Cegos a interrogé 1300 salariés et 428 DRH / responsables RH afin de faire le point sur le climat social au sein des entreprises privées et les organisations publiques. Comment se portent

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

ENQUETE. Les pratiques d'entreprises en matière de Droit Individuel à la Formation (DIF)

ENQUETE. Les pratiques d'entreprises en matière de Droit Individuel à la Formation (DIF) ENQUETE Les pratiques d'entreprises en matière de Droit Individuel à la Formation (DIF) Enquête menée d Octobre 2011 à Mars 2012 sur un panel de151 sociétés. Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre

Plus en détail

Mars 2012 Réalisée du 12 au 15 mars 2012. Vague 3

Mars 2012 Réalisée du 12 au 15 mars 2012. Vague 3 Mars 2012 Réalisée du 12 au 15 mars 2012 Vague 3 1 FIDUCIAL est une firme française de dimension mondiale à travers ses filiales européennes ou américaines et son réseau FIDUCIAL International. Elle emploie

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

La création nette de 80 emplois. Des réponses concrètes au contexte de crise. Ploudaniel, le 17 juin 2014

La création nette de 80 emplois. Des réponses concrètes au contexte de crise. Ploudaniel, le 17 juin 2014 Ploudaniel, le 17 juin 2014 COMMUNIQUÉ de PRESSE Chiffres 2013 et actualités 1er semestre 2014 Des signaux positifs pour les agriculteurs adhérents et les salariés : - un chiffre d affaires à 2,1 milliards

Plus en détail

VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012

VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012 Observatoire VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012 ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L échelle des salaires est plus resserrée dans le secteur de l économie sociale Pour les 2,3 millions de salariés travaillant

Plus en détail

Activité de Thalassothérapie Béarn Pays basque

Activité de Thalassothérapie Béarn Pays basque Activité de Thalassothérapie Béarn Pays basque Comité départemental du tourisme Béarn Pays basque Juin 2012 Notes méthodologiques Préambules L Observatoire CDT Béarn Pays basque & In Extenso THR de la

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 23 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe. La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises

Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe. La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises Communiqué de presse Issy-les-Moulineaux, 23 juin 2015 Baromètre Cegos de la formation professionnelle en Europe La formation peine à se hisser au rang de priorité stratégique dans les entreprises Leader

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 27 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 janvier 2015

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 27 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 janvier 2015 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 27 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 janvier 2015 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 27 ième

Plus en détail

C o r e S t r a t e g i e s

C o r e S t r a t e g i e s Ville d Ottawa Examen de la réglementation et des services de taxi et de limousine Expérience client 14 octobre 2015 C o r e S t r a t e g i e s Table des matières Examen de la réglementation et des services

Plus en détail

APPRENTISSAGE. le parcours professionnel des apprentis. 5 ans après leur formation, de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel)

APPRENTISSAGE. le parcours professionnel des apprentis. 5 ans après leur formation, de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel) APPRENTISSAGE 5 ans après leur formation, le parcours professionnel des apprentis de niveau 4 en Pays de la Loire (Bac Pro et Brevet Professionnel) Edition 2014 ÉDITORIAL Pour beaucoup de jeunes, de parents

Plus en détail

Le tourisme d affaires en Languedoc-Roussillon

Le tourisme d affaires en Languedoc-Roussillon Le tourisme d affaires en Languedoc-Roussillon Données 2007 Etat des lieux France - Source Coach Omnium. Evolution des dépenses des entreprises en France 8,0% 6,0% 6,0% 4,8% 4,5% 4,0% 2,0% 2,8% 2,3% 1,6%

Plus en détail

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire 21 Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire Fin 2014, 11,5 millions de personnes détiennent un contrat de retraite supplémentaire en cours de constitution auprès

Plus en détail

Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français

Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français Santé, prévention, qui doit payer? L avis des Français Sondage Ifop pour la Fondation Pileje Contacts Ifop : Damien Philippot / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01

Plus en détail

Le baiser et les Français : une histoire d'amour... pas forcément avec un grand A!

Le baiser et les Français : une histoire d'amour... pas forcément avec un grand A! Le baiser et les Français : une histoire d'amour... pas forcément avec un grand A! A l occasion de la prochaine Journée internationale du baiser, mercredi 6 juillet, le site de sorties et de rencontres

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME INTRODUCTION L autopartage dans la sphère privée est la mise en commun d un ou plusieurs véhicules, utilisés par des amis, des voisins ou des proches pour des

Plus en détail

CONJONCTURE BOIS CONSTRUCTION Tableau de bord Région Lorraine

CONJONCTURE BOIS CONSTRUCTION Tableau de bord Région Lorraine 11bis, rue Gabriel Péri CS 4511 54519 VANDOEUVRE Cedex Tél 3 83 37 54 64 Fax 3 83 35 38 28 E-mail contact@gipeblor.com CONJONCTURE BOIS Tableau de bord Région Lorraine N 6 - Décembre 214 du 1 er semestre

Plus en détail

La natation scolaire 2012/2013

La natation scolaire 2012/2013 La natation scolaire 2012/2013 Résultats du questionnaire distribué aux parents par l intermédiaire de l Education nationale Cellule Evaluation, Pilotage et Organisation La natation scolaire Depuis 2004,

Plus en détail

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Baromètre du moral des Français - Vague 50 -

Baromètre du moral des Français - Vague 50 - Logo client Baromètre du moral des Français - Vague 50 - Sondage de l institut CSA Juillet-Août 015 Sommaire 1 Fiche technique Les principaux enseignements Les résultats 7 Fiche technique du sondage Sondage

Plus en détail

bpost a réalisé une solide rentabilité en 2013

bpost a réalisé une solide rentabilité en 2013 bpost a réalisé une solide rentabilité en 2013 Le dernier trimestre a confirmé les attentes quant au recul des volumes de courrier. Les volumes de paquets ont enregistré une croissance solide en 2013,

Plus en détail

Randstad Award 2015 Synthèse des résultats

Randstad Award 2015 Synthèse des résultats Randstad Award 2015 Synthèse des résultats Le trio de tête est constitué de trois fleurons français, chacun leader mondial dans son secteur. On peut voir dans ce résultat une forme de fierté exprimée par

Plus en détail

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement. Regards croisés sur la gestion des parcours professionnels dans les entreprises Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition,

Plus en détail

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole COMMUNIQUE DE PRESSE Le 9 février 2015 Le Groupe AGRICA présente la dernière vague de résultats de l étude AMI, unique programme de recherche multidisciplinaire sur le vieillissement et la dépendance en

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juillet 2013 898 SYNTHESE En 2012, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca est resté quasi-stable, passant de

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2012

Maisons d édition : les chiffres 2012 Maisons d édition : les chiffres 2012 Janvier 2014 8ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Comme chaque année, nous vous présentons les chiffres clés de l édition, pour vous permettre de comparer vos

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION

SYNTHESE DE L EVALUATION SYNTHESE DE L EVALUATION I. Contexte de l action II. III. La Guilde avait initié, dans les années 80, des dotations aux actions des petites ONG qui venaient présenter leurs actions dans le cadre du Forum

Plus en détail

Assises Nationales du financement du long terme Perspectives européennes. 17 novembre 2011. Intervention de Jacques de Larosière

Assises Nationales du financement du long terme Perspectives européennes. 17 novembre 2011. Intervention de Jacques de Larosière Assises Nationales du financement du long terme Perspectives européennes 17 novembre 2011 Intervention de Jacques de Larosière Comme chacun sait, l enfer est pavé de bonnes intentions. La crise que nous

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

SYNTHESE ENQUÊTE DE SATISFACTION KATALYSE 2012. Juillet 2012

SYNTHESE ENQUÊTE DE SATISFACTION KATALYSE 2012. Juillet 2012 SYNTHESE ENQUÊTE DE SATISFACTION 2012 Juillet 2012 Un taux de satisfaction de 92,5 % 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% APPRÉCIATION GLOBALE DE LA PRESTATION DE 1,5% 1,5% Très insatisfait Insatisfait 4,5%

Plus en détail

Dialogue social dans les TPE. Novembre 2009

Dialogue social dans les TPE. Novembre 2009 Dialogue social dans les TPE Novembre 2009 FIDUCIAL, est le leader des services pluridisciplinaires aux petites entreprises, artisans, commerçants, professions libérales et agriculteurs. Créée en 1970

Plus en détail

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux Cnis Groupe de travail de la Cnerp sur la collaboration Insee Collectivités locales dans la constitution des RIL «Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants

Plus en détail

La perception des entreprises françaises du dispositif d accompagnement à l export

La perception des entreprises françaises du dispositif d accompagnement à l export Contacts : 01 45 84 14 44 Frédéric Dabi Adeline Merceron prénom.nom@ifop.com La perception des entreprises françaises du dispositif d accompagnement à l export pour Note méthodologique Etude réalisée pour

Plus en détail

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés PLAN D ACTION en faveur de l emploi des salariés âgés prévu par l article 87 de la loi 2008-1330 de financement de la sécurité sociale pour 2009 Pour la Direction de l AMAMB, Pour les salariés de l EHPAD

Plus en détail

FONCIERE 7 INVESTISSEMENT Société Anonyme au capital de 1 120 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75016 - PARIS 486 820 152 RCS PARIS

FONCIERE 7 INVESTISSEMENT Société Anonyme au capital de 1 120 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75016 - PARIS 486 820 152 RCS PARIS FONCIERE 7 INVESTISSEMENT Société Anonyme au capital de 1 120 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75016 - PARIS 486 820 152 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCEDURES

Plus en détail

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et inégalités en français. Il a fait l objet d une grande attention,

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

«Vers un nouvel équilibre des relations dans la sous-traitance industrielle» Petit-déjeuner débat Mercredi 23 mai 2012

«Vers un nouvel équilibre des relations dans la sous-traitance industrielle» Petit-déjeuner débat Mercredi 23 mai 2012 «Vers un nouvel équilibre des relations dans la sous-traitance industrielle» Petit-déjeuner débat Mercredi 23 mai 2012 2 Interventions FTPA La traduction juridique de la recherche d une relation équilibrée

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

L activité des établissements spécialisés au premier semestre 2015

L activité des établissements spécialisés au premier semestre 2015 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés au premier semestre L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements spécialisés : 289 entreprises

Plus en détail

Axe 3 : Développer une économie durable et créative

Axe 3 : Développer une économie durable et créative Axe 3 : Développer une économie durable et créative Intitulé de la fiche Responsable technique de la fiche : Etat d avancement de la fiche : 32.0 Mise en œuvre du plan d actions MECABOURG Frédérique Laroche

Plus en détail

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés Rapport adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins lors de la session de décembre 2003 Dr. François STEFANI Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique

Plus en détail

Règlement Intérieur du Conseil d Administration

Règlement Intérieur du Conseil d Administration Règlement Intérieur du Conseil d Administration Préambule Le Conseil d Administration de U10, lors de sa séance du 28 mars 2013, a modifié son Règlement Intérieur adopté en Conseil d Administration du

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8 FORMAbref Janvier 2012 Observatoire de la formation Cofinancement public Analyse de la contribution de l État à la formation continue en entreprise Cette publication porte sur le cofinancement public en

Plus en détail

Analyse des résultats des sondages

Analyse des résultats des sondages Année scolaire 2010-2011 ÉVALUATION DE LA DEUXIÈME ANNÉE DE L EXPÉRIMENTATION Analyse des résultats des sondages 1/39 Sommaire 1 Objet du document 3 1.1 Présentation 3 1.2 Guide de lecture 3 2 Synthèse

Plus en détail

LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME

LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME 32 D IETEREN - RAPPORT ANNUEL 2006 AVIS EUROPE plc PLUS DE 3.600 STATIONS EN EUROPE, EN AFRIQUE, AU MOYEN-ORIENT ET EN ASIE, AU SERVICE DE PLUS DE 5 MILLIONS DE CLIENTS

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité

Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Note détaillée Les usages de consommation des Français et leur rapport aux commerces de proximité Etude Harris Interactive pour la Fédération Nationale des Marchés de Gros / Cap Les résultats sont issus

Plus en détail

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX La logique managériale - 1- MF MOULY CLAUX 1 Sommaire I Les spécificités de la démarche managériale A Définition du manager B Différences entre entrepreneur et manager Capacités requises de l entrepreneur

Plus en détail

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Ce rapport présente les principaux résultats des questionnaires administrés aux participants 1 ayant suivi les

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015 CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION Poursuite de la forte croissance du chiffre d affaires Shipping Solutions et début d amélioration de l activité Mail

Plus en détail

MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS : BILAN À FIN NOVEMBRE 2015

MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS : BILAN À FIN NOVEMBRE 2015 MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS : BILAN À FIN NOVEMBRE 2015 Un marché des logements autorisés renouant enfin avec une très légère croissance sur 12 mois glissants (+ 0,3 %) et en forte progression

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA 2010 OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA Enquête 2010 S i t u a t i o n a u 1er mars 2010 des promotions 2008 et 2009 - Filière INGENIEUR ESTIA Options OGI/CGP/MPA ESTIA ECOLE SUPERIEURE DES

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation)

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) STATUTS Art. 1 Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

Le digital et la relève managériale, moteurs de la transformation des entreprises

Le digital et la relève managériale, moteurs de la transformation des entreprises Paris, le 8 septembre 2015 Baromètre Eurosearch & Associés 2 nd semestre 2015 : Le renforcement externe des équipes dirigeantes tiré par la préparation de la relève managériale et la transformation digitale

Plus en détail

ANNEXE A PLAN RELATIF AUX LOCAUX DE L OMPI

ANNEXE A PLAN RELATIF AUX LOCAUX DE L OMPI page 220 ANNEXE A PLAN RELATIF AUX LOCAUX DE L OMPI Généralités 341. Le plan relatif aux locaux de l OMPI a pour objet, en tant qu instrument de planification, de présenter les prévisions concernant les

Plus en détail

Ce texte découle d une présentation réalisée lors

Ce texte découle d une présentation réalisée lors Pour en savoir plus FINANCEMENT PUBLIC ET ÉCONOMIE SOCIALE. L EXPÉRIENCE D INVESTISSEMENT QUÉBEC Claude Carbonneau Vice-président aux coopératives et aux autres entreprises de l économie sociale Investissement

Plus en détail

BELFORT TOURISME. Note de conjoncture BILAN DE La saison touristique hiver 2011/ 2012

BELFORT TOURISME. Note de conjoncture BILAN DE La saison touristique hiver 2011/ 2012 BELFORT TOURISME Note de conjoncture BILAN DE La saison touristique hiver 2011/ 2012 1 CONJONCTURE TOURISTIQUE HIVER 2011/2012 : LA TENDANCE EN FRANCHE-COMTE La tendance globale : un bilan très positif

Plus en détail

Destination Polynésie française : impression des touristes internationaux

Destination Polynésie française : impression des touristes internationaux Destination Polynésie française : impression des touristes internationaux n 24, la Polynésie française a reçu la visite de 211 893 touristes* internationaux qui préparent leur voyage avec minutie qu ils

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

Rédacteur territorial Rédacteur principal

Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours externe, interne, 3 e voie et examens professionnels Bruno Rapatout Formateur au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT),

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques RESPONSABILISER LES GESTIONNAIRES La responsabilisation des gestionnaires constitue la pierre angulaire de la démarche de modernisation de la gestion publique, cependant elle suscite de nombreuses interrogations

Plus en détail