Dynamiques, réseaux urbains et mondialisation dans le système des réunions et des congrès internationaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dynamiques, réseaux urbains et mondialisation dans le système des réunions et des congrès internationaux"

Transcription

1 Networks and Communication Studies NETCOM, vol. 17, n 1-2, 2003 p Dynamiques, réseaux urbains et mondialisation dans le système des réunions et des congrès internationaux Sylvie Christofle 1 Résumé. Dans un contexte de mondialisation, le tourisme de réunions et de congrès internationaux se révèle un biais peu exploré mais intéressant pour aborder l étude de réseaux complexes de la métropolisation. L analyse de la dynamique des réunions, sa relation avec l essor des transports rapides est couplée avec celle d un réseau urbain spécifique dont l élargissement est récent (depuis les années 1990). Mots-clés. Mondialisation - Métropolisation - Réseau urbain - Réseau de villes - Tourisme international de réunions et de congrès Abstract. Within a context of globalisation, international conference tourism is not a very known but interesting way to study some of the complex networks of metropolisation. The analysis of conferences dynamics let us to explore the recent extension of this urban network (1990). Keywords. Globalisation - Metropolisation - Urban network - Cities network - International conference tourism La mondialisation accroît considérablement les échanges et les flux humains, financiers, commerciaux et informationnels. Dans ce contexte, le nombre de réunions et de congrès internationaux 2 s élève constamment, malgré de nouveaux moyens de transmission de l image et du son. Ce service avancé nécessite des équipements et des savoir-faire de haut niveau et trouve place dans 1. Maître de conférences, Université de Nice, UMR ESPACE 6012, 98 bd Edouard Herriot - BP NICE Cedex. Tél./Fax : Définitions. La réunion (terme générique) est une technique de communication qui vise, par une rencontre entre différentes personnes, trois objectifs principaux : l échange d informations et de connaissances, la formation, l établissement ou la gestion de politiques communes (G.C. Fighiera, 1987) ; ses synonymes relativement imparfaits mais utiles pour éviter la lourdeur de répétitions multiples dans un texte sont notamment «meeting» et «rencontre». Le congrès est une forme spécifique de réunion ; c est une assemblée regroupant un nombre important de participants d une même fédération, corporation, association qui se réunissent autour d un thème d intérêt commun lié à leurs préoccupations ou activités ou pour délibérer sur un ou des sujets donnés.

2 72 NETCOM, vol. 17, n 1-2, 2003 des espaces privilégiés. Certains, nœuds au sommet de réseaux économiques, scientifiques et communicationnels, accueillent des meetings transnationaux depuis des décennies. De nouveaux territoires revendiquent simultanément une place dans ce système longtemps hermétique. La concurrence fait donc rage à l échelle mondiale entre des pays et des cités de dimension et de rayonnement fort différents. Où se localisent majoritairement les réunions internationales? Pourquoi? Quels effets cette activité particulière peut-elle avoir quant à la mesure de l insertion d un espace dans la mondialisation? Telles sont les questions auxquelles nous allons à présent répondre. I. DYNAMIQUE DES RÉUNIONS INTERNATIONALES ET RÉSEAU DES VILLES MONDIALES D ACCUEIL 1.1 L évolution des réunions internationales Le nombre total de réunions internationales et assimilées (c est-à-dire des rencontres nationales avec 40 % au moins de participants étrangers), répertoriées par l Union des Associations Internationales (UAI), a considérablement augmenté en cinq décennies. L élévation générale du nombre de réunions internationales et assimilées 3 se révèle une tendance lourde du marché. L essor des transports joue un rôle important dans cette évolution, notamment la vélocité accrue des moyens de déplacement et, plus particulièrement, les bouleversements qu a connus le transport aérien. En effet, ce dernier est le mode de transport national et international le plus utilisé pour les grandes distances, reconnu comme «élément crucial de la facilitation de l activité économique» (ICC International Chamber of Commerce, 2000). La croissance quasi ininterrompue du trafic, la multiplication des dessertes, associées à une baisse considérable des tarifs, favorisent par conséquence la tenue de réunions internationales. De façon concomitante, la construction et l expansion des infrastructures améliorent l accessibilité relative de nombreuses destinations de congrès, 3. L UAI établit chaque année un inventaire des réunions internationales ; la définition des réunions est stricte car sont uniquement prises en compte les rencontres obéissant aux critères suivants : la réunion doit être organisée ou au moins patronnée par les associations internationales reprises dans «l annuaire des Organisations Nationales» et dans «The international Congress Calendar», assemblées générales, assises, symposiums, colloques et congrès des OING ou certaines réunions nationales à large participation internationale, organisées par les branches nationales des OING avec un minimum de 300 participants, 40 % d étrangers, 5 nationalités et trois jours de durée. Sont exclues des statistiques toutes les autres réunions nationales ainsi que les manifestations, même internationales, à caractère politique, religieux, didactique, commercial, sportif ainsi que les rencontres limitées en matière de participation ou spécifiques (sessions régulières de comités, groupes d experts ) nombreuses à l échelle intergouvernementale.il est généralement admis par les professionnels du tourisme de réunion et de congrès que la définition de l UAI est très restrictive et ne donne pas une représentation exhaustive des manifestations internationales. Nous allons néanmoins utiliser cette source, unique quant à ses qualités de rigueur et de répétitivité.

3 DYNAMIQUES, RÉSEAUX URBAINS ET MONDIALISATION Figure 1. Évolution du nombre de réunions internationales Source U.A.I. Nombre de réunions Sylvie Christofle principalement dans les pays les plus avancés, aux premiers rangs mondiaux en matière d économie et de tourisme, pays de la Triade, voire Australie. Les places majeures de congrès se localisent donc dans des zones de forte densité aéroportuaire, souvent desservies par plusieurs aéroports internationaux. À titre d exemple, nous pouvons citer Londres (LHR), Tokyo (HND), Paris (ADP), Amsterdam (AMS) dont les aéroports principaux se situent dans les 10 premiers rangs mondiaux en matière de trafic de passagers en 2001 (ACI Airports Council International Traffic Data, 2001) et qui sont de manière corollaire dans les premiers rangs des villes mondiales d accueil de réunions internationales. Les réseaux de transport, leur amélioration tant technique que quantitative accompagnent et renforcent subséquemment l augmentation des rencontres internationales. Un deuxième élément entre en jeu: la progression très relative des réseaux de télé 4 et vidéo 5 conférence. Dans les années 1970, ces nouveaux moyens de transmission du son et de l image paraissaient promis à un avenir radieux. Ils étaient perçus comme devant se substituer, du moins en partie, aux rencontres, et réduire parallèlement les déplacements dans les pays développés disposant de réseaux de télécommunications performants. Gain de temps et d argent étaient, semble-t-il, assurés pour 4. Définition : conférence à laquelle prennent part plusieurs personnes se trouvant dans des endroits séparés, reliées entre elles par des moyens de télécommunication. Le terme téléconférence est un terme générique qui englobe toutes les formes de conférence par télécommunication [Office de la langue française, 1999]. La téléconférence peut être assistée par ordinateur, audiographique, documentaire, informatisée, multimedia 5. Définition : téléconférence qui permet à ses participants de pouvoir se voir réciproquement, grâce à l utilisation de caméras et d écrans qu on installe pour la transmission des images. En anglais, les termes videophone conference, videoconferencing call et videoconference call sont surtout employés lorsque la communication est établie à partir d appareils reliés à des systèmes téléphoniques. En français, on utilise rarement les termes conférence visiophonique et conférence vidéophonique [Office de la langue française, 2001]. Les vidéoconférences peuvent être à à images animées, à images fixes, de groupe, en mode de transfert asynchrone, par Internet, sur PC, sur réseau local

4 74 NETCOM, vol. 17, n 1-2, 2003 les entreprises et organismes qui utiliseraient cette innovation technique. L absence ou la mauvaise qualité des réseaux de transports, des liaisons aériennes problématiques et les avantages tarifaires de la téléconférence tendraient à favoriser la propagation de cette dernière. Par ailleurs, comme le font remarquer R. Schulte et I. Sachs (1996), l utilisation de la téléconférence s accroît quand une entreprise se trouve dans une phase d expansion ou de diversification territoriale. Des relations aériennes optimales réduisent a contrario l attrait de la téléconférence. En fait, comme pour d autres découvertes liées aux télécommunications, le principe de substitution n a pas véritablement joué et s est plutôt mis en place le principe de complémentarité. Ponctuellement, notamment lors de crises internationales graves (guerre du Golfe en 1991, événements du 21 septembre 2001 ), les téléconférences reprennent de la vigueur et sont utilisées de manière plus fréquente, essentiellement aux États-Unis et dans les pays neufs. Néanmoins, les rencontres internationales dans un premier temps annulées sont assez souvent replanifiées, relocalisées dans des espaces jugés plus «sûrs», de préférence à l emploi exclusif de téléconférences voire de meetings «on-line» (15 % des associations internationales déclarent avoir recours à ces procédés) 6. Les réseaux de télécommunications ne sont pas pour autant négligés. En effet, même si, pour la rencontre proprement dite, le contact, le face-à-face, la convivialité, l enrichissement des relations sociales et l échange direct priment sur la simple transmission d information et demeurent des notions clés, les techniques récentes sont de plus en plus utilisées pour l organisation, la promotion, l évaluation de la réunion. Internet apparaît à ce propos comme le vecteur majeur des changements depuis 5 ans. En près de 40 % des associations, 10 % des organisateurs de congrès, 7 % des centres de réunions utilisent systématiquement Internet, via la création de sites ou de pages Web, pour valoriser la manifestation. Internet se révèle particulièrement mis en œuvre pour la promotion de l événement (79 %), l enregistrement des participants (69 %), la soumission de communication (60 %), plus irrégulièrement pour les actes (48,5 %), l évaluation de la réunion (34 %) et le paiement des frais inhérents à la rencontre (26,5 %) 8. Après cette étude de l évolution des réunions internationales, nous pouvons nous intéresser à la répartition spatiale de ces dernières et analyser les changements qui affectent les villes mondiales d accueil. 6. UIA (Union des Associations Internationales) G. de Coninck et Tomas J. Fulopp, International Meetings Survey p Idem, p Ibidem, p. 21

5 Nombre de réunions internationales et assimilées DYNAMIQUES, RÉSEAUX URBAINS ET MONDIALISATION 75 Les principaux pays d'accueil de réunions internationales en Figure 2. Les principaux pays d accueil de réunions internationales en Source: U.A.I. États-Unis France Royaume-Uni Allemagne Italie Australie Pays-Bas Pays Espagne Belgique Suisse Canada Autriche Japon Sylvie Christofle, La distribution géographique des réunions internationales Les meetings internationaux se distribuent selon le schéma mondial de localisation des grands ensembles touristiques : l Europe (60 %), l Amérique (20 %), l Asie (12-14 %), l Afrique (4-5 %) et enfin l Océanie (2-3 %). Les deux premiers demeurent au plus haut niveau grâce à leur développement touristique, culturel, politique, social, économique, financier et scientifique. La concentration de sièges d organisations gouvernementales et non gouvernementales, générateurs de réunions, et le phasage entre pays émetteurs et récepteurs sont également des paramètres favorables à l accueil de réunions internationales. Enfin, savoir-faire, équipements, facteurs humains et techniques associés à l habitude et à la confiance des organisateurs sont également des éléments déterminants de l excellente fréquentation congressuelle 9 des aires européenne et nord-américaine. En Asie, seul le Japon, lui-même émetteur de forts contingents de délégués, bénéficie conjointement de la même image, des mêmes équipements, des mêmes qualifications, des mêmes types de réseaux (Christofle, 1997). L augmentation du nombre total de réunions internationales a permis à certains pays majeurs d accueillir encore plus de rencontres 10. Néanmoins, le groupe de tête, pris en son ensemble, a tendance à faiblir, perdant 11 % de parts de marché entre 1988 (76 %) et 2000 (65 %). Cette baisse s effectue au profit d États mineurs aux premiers rangs desquels se trouvent la Chine, la Norvège, le Brésil, la république Tchèque et l Inde. Ces derniers, a priori moins richement dotés, comptent sur leur dynamisme. Leurs efforts, ainsi que ceux de pays actuellement en forte progression (Russie, Portugal, Grèce, Pologne, Mexique et Afrique 9. L adjectif «congressuel» est un néologisme fondé sur les textes de G.C. Fighiera, spécialiste mondial de l étude des congrès et réunions, traduction de l italien «congressuale», et signifie «ayant trait à l activité de congrès et réunions». 10. Par exemple, les États-Unis sont passés de 700 meetings accueillis en 1985 à en 2000.

6 76 NETCOM, vol. 17, n 1-2, 2003 du Sud) portent particulièrement sur l amélioration, d une part, des principaux réseaux techniques et de services : palais et centres de congrès, accessibilité (transports, communications), capacité d hébergement et, d autre part, des réseaux sociaux (avec la mise en place de groupes de pression) et la communication, éléments qui influent sur la sélection des lieux de congrès. L élargissement est donc essentiellement lié à une conjoncture favorable et à l intégration de nations s impliquant activement dans les processus du tourisme international Le réseau des villes mondiales de réunions internationales Les rencontres internationales sont géographiquement polarisées : près de la moitié (environ 40 %) des réunions internationales et assimilées répertoriées par l UAI trouve place dans le réseau des villes de congrès majeures 11 (fig. 3). Les premières villes mondiales de congrès sont, par ordre décroissant, Paris, Bruxelles, Londres, Vienne, Singapour, Sydney, Berlin, Amsterdam, Genève, Copenhague, Washington, New York Ces espaces congressuels «traditionnels» que sont les capitales politiques, les grandes métropoles de pays développés et Singapour se maintiennent au meilleur niveau. En effet, le tourisme de réunion et de congrès international 12, comme tout service supérieur lié à l information, à la communication et à l innovation, possède un rôle stratégique et s insère entièrement dans les fonctions de haut niveau des villes-centres de commandement de l économie, de la science, de la culture. Cette forme touristique spécifique est à sa place dans les métropoles et dans les villes dites «globales», au sommet de la hiérarchie mondiale. Être capitale politique ou administrative n est pas un élément indispensable; d ailleurs, les parts de marché de cette catégorie de cités baisse depuis dix ans, passant de 73 % (jusqu aux années 1990) à 59 % de nos jours. Cependant, la concentration de l appareil d État et d activités économiques et culturelles internationales reste un bonus pour l accueil de rencontres. Ainsi, les premières villes d accueil de réunions internationales sont des capitales essentiellement européennes, bien intégrées dans les réseaux de la mondialisation et, de surcroît, destinations touristiques majeures. Non capitales, Genève, New York, Barcelone, Hong Kong et Strasbourg sont également des lieux phares d accueil de rencontres internationales. Localisées dans des espaces fortement mondialisés, ces agglomérations bénéficient 11. Pour apparaître dans les statistiques de l UAI les villes doivent recevoir au minimum 30 réunions internationales par an. 12. La participation à des réunions et des congrès impliquant un déplacement de 24 heures minimum hors de chez soi est répertoriée par l Organisation Mondiale du Tourisme comme une des six motivations majeures de déplacement touristique (loisirs, détente et vacances / visites à des parents et amis / santé: thermalisme, thalassothérapie affaires et motifs professionnels / réunions, congrès et assimilés: séminaires, colloques, symposiums / autres: pèlerinages, manifestations sportives, voyages scolaires ).

7 DYNAMIQUES, RÉSEAUX URBAINS ET MONDIALISATION 77 Nombre de réunions internationales (en 2000) Sylvie Christofle, UMR 6012 ESPACE, 2002 Source : Union des Associations Internationales Figure 3. Répartition des réunions internationales en 2000 par ville de tous les paramètres influant positivement sur l accueil de réunions: elles hébergent de nombreuses entreprises, organisations et institutions économiques, scientifiques et culturelles (inter)continentales. Elles sont, en outre, équipées en centres spécialisés de grande capacité et de haute technologie tout en bénéficiant d une image de prestige. Ce sont, corrélativement, de grandes villes touristiques 13, qui reçoivent plusieurs millions de visiteurs par an. À une échelle moindre, mais présentant des caractères semblables de positionnement privilégié, de renommée et de savoir-faire élevés, se situent des capitales comme Budapest, Madrid, Rome, Buenos Aires, Séoul ou Prague, ainsi que de nombreuses métropoles internationales incomplètes. Parmi ces dernières, les mieux classées sont Melbourne, Munich, Montréal, Maastricht, Édimbourg, Chicago, suivies de San Diego et San Francisco Enfin, apparaissent des agglomérations de portée fonctionnelle et démographique variée et à la répartition géographique plus large, qui forment la base du réseau des villes de congrès internationaux 14. Ces localités sont fort disparates, 13. Notamment New York et Hong Kong, présentes dans les cinq villes majeures du tourisme international (source : Organisation Mondiale du Tourisme). 14. Par exemple Bangkok, Oslo, Nice, Florence, Pékin-Beijing, Jérusalem, Boston, Athènes, Dublin, Istanbul, Glasgow, La Nouvelle-Orléans, Adélaïde, etc.

8 78 NETCOM, vol. 17, n 1-2, 2003 mais deux points communs fondamentaux les distinguent. D une part, elles se révèlent fragiles, en raison de leur poids relativement faible dans le système des réunions internationales. D autre part, la majorité d entre elles a une apparition récente (moins de 10 ans) dans le «Top cités» de l UAI et donc peu d expérience. Se trouvent d abord des villes de grande taille, qui profitent de leur masse pour enclencher des interactions favorables à l accueil de réunions de haut niveau. Sont également répertoriées des cités dynamiques, en Europe, mais aussi en Asie et en Océanie, qui entrent dans le système des rencontres internationales grâce à des politiques volontaristes de développement de leurs compétences techniques, relationnelles et médiatiques. In fine, malgré l augmentation du nombre total de réunions, l élargissement considérable du nombre des agglomérations présentes dans le «Top Cités» se caractérise, d une part, par la décroissance du nombre moyen de meetings accueillis et, d autre part, par une fréquence d apparition globalement précarisée. «La position qu une ville occupe ( ) dépend de la position que le pays, la région et la métropole occupent dans des réseaux complexes» (Kostinskiy, 1997). De ce fait, même si les cités majeures conservent leur position et continuent de cumuler une part essentielle des flux de délégués, d autres localités intègrent, plus ou moins difficilement, le système des rassemblements transnationaux. Dans ce cas, apparaissent en premier lieu des capitales de pays moins bien insérés dans la mondialisation que les précédents et des métropoles de pays riches. Ces centres «secondaires» (par exemple Manille, Prague, Montréal, Munich ) ont un potentiel politique, diplomatique, économique, scientifique, de recherche relativement étroit et moins de sièges d organisations internationales que les cités leaders. Ensuite, nous notons les villes «nouvelles venues». Souvent de taille et de fonctions moins développées encore que les agglomérations antérieurement citées, ces espaces se différencient par des politiques volontaires de mise à niveau en termes d équipements et de compétences urbaines et touristiques ainsi que d efforts notables en matière d image et de médiatisation (par exemple Lyon, Séville ou Brisbane ). II. TOURISME DE RÉUNION ET DE CONGRÈS INTERNATIONAL ET MONDIALISATION Ce réseau urbain à plusieurs «vitesses» se caractérise par des interrelations faibles dans l ensemble, les cités présentant peu d intentions de rapprochement. Les agglomérations se sentent en compétition pour accueillir les réunions internationales, riches en retombées économiques, communicationnelles et de prestige. Pourtant, nombre de villes sont complémentaires. Effectivement, le système des réunions internationales a besoin de territoires variés pour se renouveler voire prendre de l ampleur. Il ne peut se contenter d un réseau limité. La construction de

9 DYNAMIQUES, RÉSEAUX URBAINS ET MONDIALISATION 79 réseaux de villes paraît de ce fait un outil intéressant. Des réseaux de villes existent, fédérant classiquement des localités souvent issues de la même aire géographique. Nous pouvons citer à ce propos la «British Association of Conference Towns» regroupant huit cités britanniques 15 ou la mise en réseau récente de Belfort, Mulhouse, Colmar et Héricourt, associées pour offrir de nouveaux services aux clientèles d affaires. Des initiatives plus originales ont également lieu. C est le cas du groupement «Best cities 16» (Grand Boston, Copenhague, Édimbourg, Melbourne et Vancouver), œuvrant pour une véritable coopération et travail en réseau avec l étranger. Le principe est simple. Pour attirer les organisateurs de congrès, ces agglomérations se sont entendues pour offrir des prestations de qualité équivalente et un panel géographique varié (villes d Europe, d Amérique du Nord, d Australie), ce qui permet d échanger et de proposer des alternatives territoriales aux congrès tournants 17. Le système des réunions internationales se déploie donc dans des lieux qui offriraient les meilleurs rapports qualité/prix/image. L adéquation réunion-lieu se révèle un effet de l interconnexion entre des réseaux d interaction coopérative d acteurs, des réseaux de relations immatérielles, fonctionnelles et sociales, des réseaux de communications physiques (infrastructures) et des territoires, appartenant à des échelles différentes. Le point focal reste le «caractère agrégatif» de l interconnexion, qui «favorise le développement de relations d échanges entre objets et acteurs» (Moretti, 1999). Des rapports s établissent ainsi entre les acteurs, individus (responsable de laboratoire-collaborateur de centre de congrès, par exemple) et organisations (Organisation Internationale Non Gouvernementale-Ville de congrès via la mairie, le bureau des congrès, l office du tourisme ). De ces relations interpersonnelles et interorganisationnelles, directes et indirectes, jaillit la confiance; cette dernière, basée sur des réseaux tant sociaux que techniques 18 est le facteur clé de sélection d un espace. En effet, ces derniers sont valorisés par des éléments variés et «dans ce contexte, la circulation de l information, la disponibilité en équipements ainsi que l accès à des infrastructures et des réseaux interviennent puissamment» (Bakis, 1993). Le tourisme de réunion et de congrès international se concentre ainsi dans certains pays, dans certaines agglomérations, qui ont pour points communs de conjuguer savoir-faire et faire-savoir, c est-à-dire compétences, équipements et facilité de médiatisation. L activité congressuelle d échelon élevé a pour conséquence 15. Bournemouth, Brighton, Harrogate, Eastbourne, Scarborough, Sheffield, South Glamorgan, Torquay. 16. Cf. http ://www.bestcities.net (site internet du réseau). 17. Les réunions, sauf cas exceptionnels, ne se localisent pas dans la même cité d une fois à l autre, elles «tournent» géographiquement. 18. Au sens large de l acception du terme.

10 80 NETCOM, vol. 17, n 1-2, 2003 d accroître le terreau innovateur de la localité de réception de manifestations, notamment des villes qui dépassent le strict cadre d accueil touristique pour intégrer ce service dans le réseau des fonctions urbaines supérieures (Christofle, 2002). En effet, l intérêt stratégique de l information «neuve», qui circule dans les congrès transnationaux, augmente la base des services avancés présents dans la cité et participe à l extension de la connaissance et du savoir, tant scientifique qu opérationnel, tout en développant l aptitude des espaces à la créativité (Lung, Rallet, Torre, 1999). L activité congressuelle naît et s auto-développe dans des lieux favorables qui cumulent qualités scientifiques et économiques (recherche-développement, laboratoires, universités, grandes entreprises), relationnelles (réseaux sociaux et communicationnels, échanges et interactions) et spatiales (patrimoine, réseaux territoriaux). L agrégation de fonctions stratégiques caractérise les villes dites mondiales ou «globales» (Sassen, 1996) comme Paris ou New York, présentes au «Top 10» des lieux d accueil des réunions internationales. À un niveau plus faible, nous trouvons des cités comme Montréal, La Haye ou Vancouver et, surtout, à un troisième niveau, Melbourne, Lyon, voire Montpellier. Ces dernières se différencient par le rôle moteur joué par les acteurs publics et privés (locaux essentiellement). Ceux-ci valorisent leur espace, augmentent l accessibilité et les communications, favorisent les contacts, interviennent sur la qualité de vie, l image, en créant ou activant tous les réseaux possibles et en saisissant les opportunités politiques, culturelles ou sportives. En effet, de nos jours, les espaces dynamiques se reconnaissent dans leur capacité à s adapter à la conjoncture, à «surfer» sur des créneaux porteurs. L activité congressuelle n est donc pas perçue dans ces «espaces en devenir» comme un secteur traditionnel mais comme un domaine qui possède sa propre valeur et qui ancre la ville dans la mondialisation. À partir de leur territoire, ces petites ou très petites métropoles internationales s appuient sur des réseaux multiples, formels et informels, pour inventer une dynamique globale et attirer des réunions internationales, signe de leur intégration dans le réseau urbain mondial. BIBLIOGRAPHIE BAKIS Henry (1993), Les Réseaux et leurs enjeux sociaux, Paris, Presses Universitaires de France, collection «Que sais-je?» n 2801, 125 p. CHRISTOFLE Sylvie (1997), Tourisme de réunions et politiques urbaines, Doctorat de géographie, Université Montpellier III, 747 p. CHRISTOFLE Sylvie (2002), «Recompositions territoriales : réseaux de villes/tourisme de réunions et de congrès», Mosella, Actes du Colloque «Réseaux et territoires », tome 26, n 3/4. DEGENNE A., FORSÉ M. (2001), Les Réseaux sociaux, A. Colin, collection U, réédition, 280 p. DIRECTION GÉNÉRALE DE L AVIATION CIVILE (2002), Le Trafic aérien en 2001, Les dossiers DNA, supplément à la Lettre de la navigation aérienne, mars, 4 p.

11 DYNAMIQUES, RÉSEAUX URBAINS ET MONDIALISATION 81 DOLLFUS Olivier (1997), La Mondialisation, Paris, Presses de Sciences po. ICC (International Chamber of Commerce) (2000), Nécessité d une libéralisation accrue du transport aérien international, Commission des transports par air, doc. n 310/504 Rev.3. FIGHIERA Gian Carlo (1987), Harmonization of studies and statistics on conferences, CHET Cahiers du Tourisme n C24. KOSTINKIY Grigoriy (1997), «Globalisation de l économie et notions urbanistiques», Métropolisation et politique, sous la direction de P. Claval et A.L. Sanguin, collection «Géographie et cultures», L Harmattan, p LUNG Yannick, Rallet Alain et Torre André (1999), «Connaissance et proximité géographique dans le processus de l innovation», Géographie, Économie, Société, 1/2. MORETTI Anna (1999), «L interconnexion : regards et politiques entre lignes, territoires et acteurs», Flux, n 38, p SACHS Ignacy, dir. (1996), Vidéoconférence et recours entrepreneurial à l avion, PUF, 523 p. SASSEN Saskia (1996), La Ville globale : New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes et Cie. VIARD Jean (1994) La Société d archipel ou les territoires du village global, La Tour d Aigues, Éditions de l Aube, 124 p. UIA (Union des Associations Internationales), G. de Coninck et Tomas J. Fulopp, (2002), International Meetings Survey , 25 p. (http://db.uia.org/pps/ amtg_survey2002_files.htm)

Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014

Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014 Grand Paris: Bilan touristique 2013 et perspectives 2014 Jean-François Martins Adjoint à la Maire de Paris en charge du Sport et du Tourisme Thierry Le Roy Président de l Office du Tourisme et des Congrès

Plus en détail

Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France!

Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France! Communiqué de presse Paris, le 23 août 2012 Le prix de la nuitée d hôtel en nette augmentation partout dans le monde... sauf en France! Découvrez les résultats de l indicateur Hotel Price Radar pour le

Plus en détail

Tarifs hôteliers bilan 2013

Tarifs hôteliers bilan 2013 Tarifs hôteliers bilan 2013 Reprise de l industrie hôtelière en zone Europe et forte poussée tarifaire dans la zone ALÉNA (USA-Mexique-Canada) Une année en demi-teinte pour l hôtellerie française +++ Regain

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

CANNES TOURISME 2014 OPERATION CONQUETE

CANNES TOURISME 2014 OPERATION CONQUETE CANNES TOURISME 2014 OPERATION CONQUETE SITUATION TOURISME 2013 Situation du tourisme en Europe Visiteurs internationaux : + 5%(essentiellement en provenance, d Europe, Asie-Pacifique et Moyen-Orient)

Plus en détail

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE 12 Février 2014 FRÉQUENTATION TOURISTIQUE En février 2014, 12 410 touristes ont visité la Polynésie française, soit une hausse de 11 % par rapport à février 2013. Le nombre de touristes originaires d Asie

Plus en détail

Faits et chiffres sur les facteurs d attractivité de la France

Faits et chiffres sur les facteurs d attractivité de la France Faits et chiffres sur les facteurs d attractivité de la France En concurrence avec les pays européens pour l accueil des projets d investissement étrangers, la France détient de nombreux atouts déterminants

Plus en détail

Stratégie des villes européennes et développement durable

Stratégie des villes européennes et développement durable Stratégie des villes européennes et développement durable Séminaire FNAU Jean Haëntjens* 01/04/2009 www.addrn.fr * Directeur de l agence d urbanisme de la Région Nazairienne (ADDRN) Auteur de «Le pouvoir

Plus en détail

Le profil du passager aérien en France

Le profil du passager aérien en France Le profil du passager aérien en France SDE1 0513f Philippe Ayoun- DGAC Les passagers aériens en France: les enseignements de l enquête DGAC 1) Les flux de passagers aériens en France: quelques tendances

Plus en détail

1) INTRODUCTION 2.2 LES TRANSPORTS TOURISTIQUES 3) L OFFRE DE PRODUITS TOURISTIQUES 3.1 LE VOYAGE A FORFAIT

1) INTRODUCTION 2.2 LES TRANSPORTS TOURISTIQUES 3) L OFFRE DE PRODUITS TOURISTIQUES 3.1 LE VOYAGE A FORFAIT L OFFRE TOURISTIQUE 1) INTRODUCTION 2) L OFFRE RELEVANT DE SECTEURS SPÉCIFIQUES 2.1 LES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES 2.1.1 LES HEBERGEMENTS COMMERCIAUX 2.1.2 LES HEBERGEMENTS NON-COMMERCIAUX 2.1.3 LES PARTS

Plus en détail

Mesure de l Intelligence Emotionnelle. Diagnostic des Styles de Leadership. Diagnostic de Climat de Travail. Tests psychométriques - Talent Q

Mesure de l Intelligence Emotionnelle. Diagnostic des Styles de Leadership. Diagnostic de Climat de Travail. Tests psychométriques - Talent Q Formations & Accréditations Mesure de l Intelligence Emotionnelle Diagnostic des Styles de Leadership Diagnostic de Climat de Travail Tests psychométriques - Talent Q Informations : sandrine.enault@haygroup.com

Plus en détail

LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL

LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL LA CARTE DU MOIS : LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL Projection : Gall Définition : Spatiale : le cadre de la carte est la carte du

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Les congrès Une industrie en transformation

Les congrès Une industrie en transformation Les congrès Une industrie en transformation Étude réalisée à l occasion du Le 18 novembre 2003 Une initiative du Commanditaire officiel du Colloque avec la participation financière de Premier Colloque

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

MEETINGS & EVENTS EN EUROPE : «FAIRE PLUS AVEC MOINS», TENDANCE MAJEURE POUR 2015

MEETINGS & EVENTS EN EUROPE : «FAIRE PLUS AVEC MOINS», TENDANCE MAJEURE POUR 2015 MEETINGS & EVENTS EN EUROPE : «FAIRE PLUS AVEC MOINS», TENDANCE MAJEURE POUR 2015 En France, l activité du secteur MICE sera le reflet de la situation économique du pays Paris, le 18 novembre 2014 Selon

Plus en détail

184 TISSUS DE VILLES

184 TISSUS DE VILLES 183 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 1. Le poids de l interdépendance dans le devenir urbain 1 2. Systèmes urbains et réseaux de villes 4 3. Les réseaux européens de villes et le système des villes européennes

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE 09 Janvier 2014 FRÉQUENTATION TOURISTIQUE En janvier 2014, le nombre de touristes visitant la Polynésie française connaît une forte hausse (+ 11,2 %) par rapport à janvier 2013. Cette hausse s explique

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Observatoire du voyage : Comment voyagent les Français en arrière saison?

Observatoire du voyage : Comment voyagent les Français en arrière saison? Communiqué de presse Paris, le 14 septembre 2010 Observatoire du voyage : Comment voyagent les Français en arrière saison? Liligo.com bénéficie d un regard privilégié sur les recherches et les comportements

Plus en détail

LA REPARTITION DES SIEGES SOCIAUX DES 500 PREMIERES ENTREPRISES MONDIALES : L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL

LA REPARTITION DES SIEGES SOCIAUX DES 500 PREMIERES ENTREPRISES MONDIALES : L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL LA CARTE DU MOIS : LA REPARTITION DES SIEGES SOCIAUX DES 5 PREMIERES ENTREPRISES MONDIALES : L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL Projection : Gall Définition : Spatiale : le cadre de la carte est la carte

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Chapitre 31: CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN

Chapitre 31: CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN Chapitre 31: CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN 1. Présentation... 413 2. Méthodologie... 413 3. Sources de documentation... 413 4. Tableaux... 414 Liste des tableaux Tableau 33. 1 : Répartition des représentations

Plus en détail

LES LIEUX DE POUVOIR DANS LE MONDE ET L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN : ESSAI DE DEFINITION ET DE HIERARCHISATION

LES LIEUX DE POUVOIR DANS LE MONDE ET L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN : ESSAI DE DEFINITION ET DE HIERARCHISATION LA CARTE DU MOIS : LES LIEUX DE POUVOIR DANS LE MONDE ET L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN : ESSAI DE DEFINITION ET DE HIERARCHISATION Projection : Gall Définition : Spatiale : le cadre de la carte est la carte

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION?

L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? L IMMATÉRIEL DES PAYS, AVANTAGE COMPÉTITIF DANS LA MONDIALISATION? W, Havas Design, HEC Paris, Ernst & Young et Cap présentent un classement inédit des pays : (enquête réalisée par l institut Harris Interactive)

Plus en détail

GUIDE VOYAGES 2015 VOYAGEZ ENCORE PLUS

GUIDE VOYAGES 2015 VOYAGEZ ENCORE PLUS GUIDE VOYAGES 2015 VOYAGEZ ENCORE PLUS www.dinard.aeroport.fr ITALIE 44 NOUVEAU Rome Tous les mardis et samedis A partir du 18 avril Vol direct portugal 59 Porto Tous les lundis et jeudis Du 6 juillet

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

REPERES SUR L ANNEE TOURISTIQUE 2014 EN ILE-DE-FRANCE

REPERES SUR L ANNEE TOURISTIQUE 2014 EN ILE-DE-FRANCE Pôle entreprises, emploi, économie Département Développement Economique, Compétitivité et International (DECI) / Février 2015 REPERES SUR L ANNEE TOURISTIQUE 2014 EN ILE-DE-FRANCE www.idf.direccte.gouv.fr

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012 Les séjours touristiques dans les villes wallonnes,,,, 24-212 Marchés : Belgique, Pays-Bas, France, Royaume-Uni, Allemagne Italie, Espagne OPT - Pascale Beroujon OPT - J.Jeanmart Direction Marchés, Perspectives

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

Optimiser le. succès. de vos nominations grâce à une solution. fiable, indépendante et globale

Optimiser le. succès. de vos nominations grâce à une solution. fiable, indépendante et globale Optimiser le succès de vos nominations grâce à une solution fiable, indépendante et globale Recrutements Sélection en vue de nominations (horizon court terme) Transformations impliquant des décisions sur

Plus en détail

QUALITÉ ATTENDUE 2014 SYNTHÈSE DES GRANDS ENSEIGNEMENTS RAPPORT QUALITÉ / PRIX

QUALITÉ ATTENDUE 2014 SYNTHÈSE DES GRANDS ENSEIGNEMENTS RAPPORT QUALITÉ / PRIX QUALITÉ ATTENDUE 2014 SYNTHÈSE DES GRANDS ENSEIGNEMENTS RAPPORT QUALITÉ / PRIX DONNÉES 20122014 Premiers résultats Juillet 2013 1 Paris IledeFrance, une destination chère Pour la très grande majorité des

Plus en détail

Eurotunnel Estimation du trafic potentiel 2020 (extrait)

Eurotunnel Estimation du trafic potentiel 2020 (extrait) Strategy Estimation du trafic potentiel 2020 (extrait) Décembre 2013 Synthèse (1/3) Contexte et objectif Le trafic ferroviaire voyageur dans le Tunnel Sous La Manche était de 9,91mpax en 2012, constitué

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

ATLAS DES CEINTURES FERROVIAIRES FRANCAISES, EUROPENNES ET DANS LE MONDE

ATLAS DES CEINTURES FERROVIAIRES FRANCAISES, EUROPENNES ET DANS LE MONDE INSTITUT D'AMÉNAGEMENT & URBANISME DE LILLE ATLAS DES CEINTURES FERROVIAIRES FRANCAISES, EUROPENNES ET DANS LE MONDE Master 2 AUDT Spécialité "Ville et Projets" Année 2006-2007 Rapport atelier de groupe

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Enquête sur nos clientèles touristiques

Enquête sur nos clientèles touristiques Dossier de presse 2012 : P.Leroux Provence-Alpes-Côte d Azur Enquête sur nos clientèles touristiques Sommaire Origine géographique, comportement, dépenses des touristes 3 Enquête mode d emploi 4 1./ Quel

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Le marché de la location meublée à Paris. BJ6523 APLM Etude de marché sur la location meublé- Phase E1 et E2- V2

Le marché de la location meublée à Paris. BJ6523 APLM Etude de marché sur la location meublé- Phase E1 et E2- V2 Le marché de la location meublée à Paris Janvier 2011 BJ6523 APLM Etude de marché sur la location meublé- Phase E1 et E2- V2 Questionnaire 1 PROFIL DES LOGEMENTS BJ6523 APLM Etude de marché sur la location

Plus en détail

BIENVENUE A SYDNEY. 01 Septembre 2014

BIENVENUE A SYDNEY. 01 Septembre 2014 BIENVENUE A SYDNEY 01 Septembre 2014 1 DONNÉES GÉOGRAPHIQUES Population australienne: 23 millions 4000 kilomètres L Australie : 12 ème puissance économique mondiale, notée AAA Taux de croissance prévisionnel

Plus en détail

Leçon 8 Tokyo, ville globale.

Leçon 8 Tokyo, ville globale. Partie I : Des échanges à la dimension du monde. Partie 1 : des échanges à la dimension du monde. Thème 4 : Les lieux de commandement. Leçon 8 Tokyo, ville globale. Question : Pourquoi peut- on dire que

Plus en détail

Catalyseur de la force économique régionale, Accompagnateur des stratégies de développement pour les Aéroports de Lyon.

Catalyseur de la force économique régionale, Accompagnateur des stratégies de développement pour les Aéroports de Lyon. Catalyseur de la force économique régionale, Accompagnateur des stratégies de développement pour les Aéroports de Lyon. Le Club, postulat de départ Le Club des Entrepreneurs pour les Aéroports de Lyon

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. L impact économique de l industrie du transport aérien du Canada

DOCUMENT D INFORMATION. L impact économique de l industrie du transport aérien du Canada DOCUMENT D INFORMATION L impact économique de l industrie du transport aérien du Canada Avril 2013 Conseil des aéroports du Canada Une division de l Airports Council international North America (ACI NA)

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

Les tendances 2011 des secteurs aérien et hôtelier et du Travel Management dans le monde

Les tendances 2011 des secteurs aérien et hôtelier et du Travel Management dans le monde Les tendances 2011 des secteurs aérien et hôtelier et du Travel Management dans le monde Au premier trimestre 2011, les entreprises ont commencé à réinvestir dans le voyage d affaires tout en restant vigilantes

Plus en détail

Voyages internationaux : renseignements préliminaires

Voyages internationaux : renseignements préliminaires N o 66-001-P au catalogue Vol. 31, n o 2. Bulletin de service Voyages internationaux : renseignements préliminaires 2015. Tableaux statistiques Tableau 1 Voyages internationaux au Canada pourcentage pourcentage

Plus en détail

LE CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE EN POLITIQUE SOCIALE

LE CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE EN POLITIQUE SOCIALE LE CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE EN POLITIQUE SOCIALE Photo de couverture basé sur un Orthophoto de la Stadtvermessung Wien, Bildflug: BEV Organisation intergouvernementale de recherche dans le domaine

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Points forts HAUSSE CONSÉCUTIVE BILAN TOURISME 2012. De la Polynésie française

Points forts HAUSSE CONSÉCUTIVE BILAN TOURISME 2012. De la Polynésie française Points forts 2 BILAN TOURISME 212 D E U X I È M E A N N É E D E HAUSSE CONSÉCUTIVE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 212, les arrivées touristiques progressent de 3,8 par rapport

Plus en détail

Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada

Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada Perspectives sur la concurrence à court terme Troisième trimestre de 2011 À l intention de la Commission canadienne du tourisme

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

L activité des congrès à Paris en 2014 Office du Tourisme et des Congrès de Paris

L activité des congrès à Paris en 2014 Office du Tourisme et des Congrès de Paris L activité des congrès à Paris en 2014 Office du Tourisme et des Congrès de Paris 1 CONTACTS SOMMAIRE Office du Tourisme 3 Synthèse et des Congrès de Paris 4 Introduction 6 Evolution du nombre de congrès

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010)

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) Les chiffres clés du tourisme 2010 Tourisme en Flandre Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) nuitées % arrivées % Durée moyenne du séjour (nuits) Région Flamande 23.087.944 66% 7.660.540 57%

Plus en détail

Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs

Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs www.canada.travel/entreprise Octobre Volume 1, numéro 1 Points saillants Le nombre d arrivées en provenance

Plus en détail

Agence d Attractivité de l Alsace Colmar, jeudi 10 juillet 2014

Agence d Attractivité de l Alsace Colmar, jeudi 10 juillet 2014 Agence d Attractivité de l Alsace Colmar, jeudi 10 juillet 2014 1/ Stratégie 2/ Missions Actions 3/ Organigramme Stratégie 1. Conforter la notoriété de l Alsace : la priorité au faire-savoir Donner envie

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 463 Novembre 2013 La mobilité à longue distance des Français en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2012, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

Analyse des tendances des vacances de la Toussaint 2013. Les destinations soleil au top à l exception du Maghreb

Analyse des tendances des vacances de la Toussaint 2013. Les destinations soleil au top à l exception du Maghreb Communiqué de presse Paris, 15 octobre 2013 Analyse des tendances des vacances de la Toussaint 2013 Les destinations soleil au top à l exception du Maghreb Des vacanciers français en quête de soleil? Oui

Plus en détail

Définition du tourisme d affaires

Définition du tourisme d affaires Décembre 2007 Définition du tourisme d affaires Activité économique générée par les congrès, séminaires, conventions, salons. Ces événements ne relèvent pas du tourisme mais contribuent puissamment à l

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

Enquête Profil des passagers aériens 2012

Enquête Profil des passagers aériens 2012 Sous-direction des Etudes, des Statistiques et de la Prospective Enquête Profil des passagers aériens 2012 Résultats annuels cumulés Bureau Prévision, Prospective et Veille Stratégique Direction du Transport

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

PLAN D'ACTION PREVISIONNEL

PLAN D'ACTION PREVISIONNEL Rencontres Séminaires (inscriptions ultérieures) J A N V I E R 16-17 janv Belgique Culture Présentation applis CRT Bruxelles 21-janv. Réunion Club pro : présentation plan d'action 2013 22-25 janvier Familles,

Plus en détail

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises Les plates-formes aéroportuaires fournissent l exemple de réseaux d entreprises concentrées sur un site avec

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Enquête Nationale des Passagers Aériens 2011. Résultats de l enquête pour l ensemble des aéroports de métropole DGAC/DTA/SDE

Enquête Nationale des Passagers Aériens 2011. Résultats de l enquête pour l ensemble des aéroports de métropole DGAC/DTA/SDE DGAC/DTA/SDE Sous-direction des Etudes, des Statistiques et de la Prospective Bureau de la Prospective et de la Veille Stratégique Août 2012 Enquête Nationale des Passagers Aériens 2011 Résultats de l

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Partenariat pour le développement d un réseau européen de résidences urbaines

Partenariat pour le développement d un réseau européen de résidences urbaines Partenariat pour le développement d un réseau européen de résidences urbaines 1 Contexte Description du partenariat Motivations stratégiques Modalités du partenariat Positionnement produit Plan de développement

Plus en détail

Confortables et sûres Aperçu des solutions

Confortables et sûres Aperçu des solutions Confortables et sûres Aperçu des solutions L art de s adapter Lorsque chacun compte Fiabilité, efficacité et rapidité nos maîtres mots pour transporter les passagers avec le plus grand soin 2 3 4 Toujours

Plus en détail

Observatoire des Investissements Internationaux dans les

Observatoire des Investissements Internationaux dans les Observatoire des Investissements Internationaux dans les 2014 Principales Métropoles M Mondiales 2011 Présentation à la Presse 14 avril L édition 2014 de l Observatoire L Edition 2014 est la 5ème édition

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN. Montréal, 18 22 mars 2013

Organisation de l aviation civile internationale SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN. Montréal, 18 22 mars 2013 Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/6 10/12/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : Examen de questions clés et du

Plus en détail

City hotel. Radisson Blu Hotel, Nice, France

City hotel. Radisson Blu Hotel, Nice, France Radisson Blu Hotel, Nice, France City hotel Radisson Blu Hotel 223 Promenade des Anglais, 06200 Nice, France Tel: +33 (0)4 97 177 177, Fax: +33 (0)4 93 71 21 71 info.nice@radissonblu.com radissonblu.com/hotel-nice

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Allianz Suisse Communication Communiqué de presse «Global Wealth Report» d Allianz: progression du patrimoine la plus élevée depuis 2003 Les actifs financiers bruts ont atteint un nouveau record en 2013,

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.1 - Quels passagers dans les aéroports français? Elisabeth Bouffard-Savary (Chef de Bureau Direction du Transport Aérien DGAC) Chaque acteur

Plus en détail

CONNAISSANCES : Je sais Je ne sais pas

CONNAISSANCES : Je sais Je ne sais pas FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PREMIERE PARTIE : DES ÉCHANGES A LA DIMENSION DU MONDE CHAP. IV : LES LIEUX DE COMMANDEMENT Pourquoi les grandes métropoles sont-elles les centres de décision de la mondialisation?

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

NERIM VoIP Centrex Avril 2011

NERIM VoIP Centrex Avril 2011 NERIM VoIP Centrex Avril 2011 :// Sommaire Caractéristiques de la solution Destinations internationales incluses Fonctionnement Téléphones IP Informations à fournir Tarification Modalités contractuelles

Plus en détail

Programme «Lecteurs Formateurs»

Programme «Lecteurs Formateurs» [Objectifs : Programme «Lecteurs Formateurs» Promotion de la langue française par l internationalisation des jeunes Jeunes diplômés en philologie romane, en traduction, en philologie classique ou autres

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Défis du tourisme canadien et occasions à saisir

Défis du tourisme canadien et occasions à saisir Défis du tourisme canadien et occasions à saisir Présentation dans le cadre du Symposium sur les mesures de performance et les contributions économiques du tourisme Le 25 septembre 2012 Que signifie le

Plus en détail

la performance au travail

la performance au travail kelly Global workforce index la performance au travail 120,000 répondants JUILLET 2013 31 pays Selon vous, êtes-vous suffisamment bien payé? pensez-vous Que vous êtes suffisamment bien payé? (% de oui

Plus en détail

Les nouvelles inspirations pour la Saison Hiver 2014-2015. de l Aéroport Nice Côte d Azur

Les nouvelles inspirations pour la Saison Hiver 2014-2015. de l Aéroport Nice Côte d Azur Contact : Géraldine Giraud Tel : 04 93 21 30 67 Mobile : 06 77 44 50 29 geraldine.giraud@cote-azur.aeroport.fr Emis le : 21 octobre 2014 Les nouvelles inspirations pour la Saison Hiver 2014-2015 de l Aéroport

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX (OREI) L Observatoire régional des échanges internationaux (OREI) dresse, chaque année

Plus en détail

Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française

Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française Les prélèvements fiscaux et sociaux : l exception française Enquête comparative sur le coût des prélèvements fiscaux et sociaux Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Méthodologie Enquête comparative

Plus en détail