Système de surveillance des plombémies professionnelles - Etude de faisabilité -

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système de surveillance des plombémies professionnelles - Etude de faisabilité -"

Transcription

1 Système de surveillance des plombémies professionnelles - Etude de faisabilité - J. Chatelot Mardi de Fernand Widal 26/02/2013

2 Plan Rappels sur le plomb : toxicocinétique, toxicité surveillance biologique exposition (SBE) au plomb valeurs de références Système de surveillance des plombémies professionnelles : contexte, objectifs étude pilote

3 Le plomb - rappels Toxicocinétique: - absorption : pulmonaire, digestive, cutanée - distribution / sang (2%) : tissus mous (8%) et os (90%) équilibre - élimination rénale lente (½ vie élimination > 10 ans) - passage barrière placentaire Toxicité chronique cumulative et sans seuil Organes cibles : système nerveux, rénal, digestif et sanguin Cancérogène groupe 2A du CIRC et reprotoxique de catégorie 1 Effets délétères pour des niveaux de plombémie < 100 µg/l (enfants) 3 Facteur de risque dans apparition différée de pathologies cardiovasculaires, rénales, neurologiques

4 SBE au plomb 4 Indicateurs biologiques : - IBE de référence : plombémie (spécifique, bon indicateur dose interne à l équilibre) - Autres IBE : plombémie cumulée, plomburie spontanée ou provoquée, plomb os - IB d effet précoce : PP libre ou PPZ, ALAsg ou ALAu SBE en milieu professionnel : Surveillance médicale renforcée (Art R du code du travail) Arrêté 15/09/1988 : modalités pratiques de surveillance par les médecins du travail des salariés exposés au plomb selon niveaux d exposition (non adapté suite aux modifications VLB en abrogé en 07/2012) : - dosage plombémie + ALAu ou PPZ - fréquence : trimestrielle, semestrielle ou annuelle selon niveau exposition - dosage sous 8 jours en cas d exposition «accidentelle»

5 Valeurs de référence Population générale adultes (ENNS, ) - plombémie moyenne = 26 µg/l, 1,7% plombémies > 100 µg/l - proposition valeur de référence = 75µg/L ( = 60µg/L / = 95µg/L) Seuil réglementaire pour DO cas de saturnisme infantile = 100 µg/l Valeurs limites biologiques en milieu professionnel (VLB contraignantes) : Pays Hommes Femmes France (VLB contraignantes) 400 µg/l 300 µg/l Directive européenne 98/24/CE 700 µg/l 700 µg/l USA (ACGIH) 300 µg/l 300 µg/l (CDC 100 µg/l < 45 ans) Finlande 290 µg/l 290 µg/l 5 Suisse 400 µg/l 100 µg/l ( < 45 ans)

6 Femmes enceintes / en âge de procréer Grossesse : modification du poste de travail mais diminution plombémie lente foetotoxicité : retard de croissance intra-utérin, faible poids de naissance mobilisation stock osseux de plomb pool plomb biologiquement actif + passage de la barrière placentaire naissance plombémie mère plombémie enfant VLB = 300 µg/l Femme en âgé de procréer : Saturnisme infantile = 100 µg/l reprotoxicité : dysfonctionnement ovulatoire, stérilité, avortements spontanés 6 Diminution de la VLB?

7 Système de surveillance - Contexte Saturnisme : 1 er tableau de MP du Régime Général (<10 cas/an) Plomb encore très utilisé (industrie, bâtiment et artisanat) Environ salariés potentiellement exposés au plomb en France (Etude SUMER 2003) surveillance médicale spécifique = dosages réguliers plombémie mais aucune donnée à l échelle nationale et populationnelle Discussion VLB / problématique en âge de procréer? 7 InVS sollicité par DGS/DGT mise en place système de centralisation des plombémies prescrites dans le cadre de la médecine du travail.

8 Objectifs du système de surveillance Centraliser ces données de biométrologie disponibles et les exploiter à l échelle nationale afin de documenter l imprégnation au plomb des travailleurs salariés en France. Proposer des recommandations pour la surveillance des travailleurs au regard de situations particulières d emploi, de sexe et/ou d âge. Développer des méthodes d évaluation des expositions professionnelles à partir de ces données (matrice emplois/expositions). 8

9 Etude pilote Mise en place Comment centraliser ces données? Quel circuit? Comment exploiter ces données? Comment utiliser ces données recueillies à l échelle individuelle pour surveiller l exposition au plomb de la population au travail? Groupe de travail ( ) : fiche de suivi : items Etude de faisabilité circuit : laboratoires accrédités, médecins du travail régions pilotes : enquête laboratoires agréés (InVS, 2008) à plombémies professionnelles / an - IdF et NPdC 50% à 70% des plombémies professionnelles 9

10 Circuit des données 1- Prescription plombémie remplissage partie 1 FS* MEDECIN DU TRAVAIL TIERS PRELEVEUR LAM DOSEUR FS COMPLETE 2- Réception résultat dosage remplissage partie 2 FS* Listings des dosages de plombémies réalisés chez des adultes 10 FS : fiche de suivi Anonymisation/ Saisie / Analyse

11 Prescription : partie 1 Résultats : partie 2 11

12 Partie 1 Anonymisation Informations professionnelles 12

13 Partie 2 Partie 1 13

14 Etude pilote - lancement Autorisation étude pilote : - Avis favorable CCTIRS le 22/09/ Autorisation Cnil le 26/06/2012 Lancement étude pilote 09/2012 pour 1 an - information des médecins du travail par mail par les MIRT référents du projet : - Dr Guy Marignac en Ile-de-France (n=1890) - Dr Marie-Jeanne Brillet en Nord-Pas-de-Calais (n=489) Dossier transmis : - Présentation du dispositif (objectifs, circuits ) - Fiche de suivi + notice de remplissage - Lettre d information patient + note d information générale 14

15 Etude pilote en pratique 15 Concerne tous les salariés bénéficiant d une plombémie dans le cadre de la médecine du travail 1 fiche / prescription de plombémie Transmission fiches complétées à l InVS par fax sécurisé (ou courrier) Développement d un formulaire de saisie en ligne (Voozanoo ) avec module intégré d anonymisation (numéro d anonymat unique et constant par patient) Communication : réunion médecins du travail, articles (CAMIP, RST INRS), présentation services de médecine du travail Retour d information régulier aux médecins du travail des région pilotes (janvier 2013)

16 Etude pilote point d avancement (1) 1121 fiches enregistrées 1025 personnes = 95% et 52 =5% - âge moyen 41 ans 100 Nombre de fiches par semaine de dosage Lancement étude pilote

17 Plombémie moyenne µg/l Etude pilote point d avancement (2) 47 médecins participants (20 en Ile-de-France et 27 en Nord-Pas-de-Calais) Moyenne géométrique = 89,3 µg/l ( = 93,3 µg/l et = 36,7µg/L) personnes > 100µg/L (50,1%) personnes > 200µg/L (20,6%) - 11 hommes > 400µg/L (1,1%) et 1 femme > 300µg/L (1,9%) 120 Evolution plombémie moyenne par classe d'âge <25 ans ans ans ans ans ans ans >=55 ans

18 Etude pilote point d avancement (3) Fabrication d'équipements électriques Génie civil Métallurgie Fabrication d'autres produits minéraux non Réparation et installation de machines et Collecte et traitement des eaux usées Fabrication de produits métalliques, à l'exception Services relatifs aux bâtiments et aménagement Activités immobilières Collecte, traitement et élimination des déchets ; Fabrication de textiles Travaux de construction spécialisés Non renseigné Commerce de gros, à l'exception des automobiles Activités liées à l'emploi Construction de bâtiments Industrie chimique Autres activités spécialisées, scientifiques et Fabrication de machines et équipements n,c,a, Commerce et réparation d'automobiles et de Fabrication d'autres matériels de transport Fabrication de produits en caoutchouc et en Fabrication de produits informatiques, Action sociale sans hébergement (89,1) Plombémie moyenne (µg/l)

19 Discussion perspective Limites a priori : - "image" de la surveillance - circuit : exhaustivité (participation médecins du travail, intermédiaires ) - dénominateurs (médecins prescripteurs, dosages, ) - champs : uniquement les salariés (artisans?) Avantages attendus : - plombémie: biomarqueur spécifique, bon IBE et de la dose interne - valorisation de données existantes et nombreuses - premières données à l échelle nationale et populationnelle Perspective : étendre le système à l échelle nationale mais comment? 19 - saisie en ligne / médecins? - fiche de prescription? - roulement annuel de quelques régions?

20 Merci de votre attention

21 Etude pilote point d avancement (3) Naf (2008) libelle_naf2_2008 effectif moy_geo 27 Fabrication d'équipements électriques Génie civil Métallurgie Fabrication d'autres produits minéraux non métalliques Réparation et installation de machines et d'équipements Collecte et traitement des eaux usées Fabrication de produits métalliques, à l'exception des machines et des équipements Services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager Activités immobilières Collecte, traitement et élimination des déchets ; récupération Fabrication de textiles Travaux de construction spécialisés Commerce de gros, à l'exception des automobiles et des motocycles Activités liées à l'emploi Construction de bâtiments Industrie chimique Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques Fabrication de machines et équipements n.c.a Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles Fabrication d'autres matériels de transport Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques Action sociale sans hébergement NR Non renseigné

22 Pays Hommes Femmes France (VLB contraignantes) 400 µg/l 300 µg/l Directive européenne 98/24/CE 700 µg/l 700 µg/l USA (ACGIH) 300 µg/l 300 µg/l Finlande 290 µg/l 290 µg/l Suisse 400 µg/l 100 µg/l ( < 45 ans) Allemagne 400 µg/l 100 µg/l ( < 45 ans) Québec 500 µg/l 500 µg/l 22

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes

REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE. Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes REHABILITATION DE LA FRICHE INDUSTRIELLE DE L ESTAQUE Surveillance médico-professionnelle des entreprises intervenantes Dr BAJON-THERY Dr COURJARET Dr SURET Dr DEWITTE Dr MICHOT Surveillance médico-professionnelle

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE

RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE RISQUE CHIMIQUE : VÉRIFIER L EFFICACITÉ DES ACTIONS DE PRÉVENTION COLLECTIVE >> www.cramif.fr RISQUE CHIMIQUE : LE SUIVI DES MESURES DE PRÉVENTION Dans le cas du risque chimique, lorsque la substitution

Plus en détail

BONAPARTE EXPERTISES

BONAPARTE EXPERTISES BONAPARTE EXPERTISES Résidence Nice République 11, avenue de la République 06300 Nice - Mobile : 06 62 84 09 95 Téléphone : 09 51 87 76 01 Fax : 09 56 87 76 01 - Mail : bonaparte.expertises@yahoo.fr Constat

Plus en détail

Saturnisme professionnel: à propos d un dun foyer d intoxication collective M. KERGRESSE, S. ROUSSEAU, F. BRACONNIER, C. MOREL, P. HARRY Centre antipoison ANGERS, DRTEFP Centre, SAN-T-BTP BLOIS 30 e JOURNEES

Plus en détail

EXTRAIT. L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France. Avril 2012

EXTRAIT. L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France. Avril 2012 EXTRAIT L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques

Plus en détail

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur 1 Le Fonds JEREMIE PACA : l histoire La Région PACA s est dotée d outils majeurs de soutien aux entreprises, mais sa gamme ne permettait pas de faire face aux

Plus en détail

Date de visite : 07/10/2015 Date de rapport : 07/10/2015 Date de validité : 06/10/2016

Date de visite : 07/10/2015 Date de rapport : 07/10/2015 Date de validité : 06/10/2016 Constat de Risque d Exposition au Plomb - Vente N de dossier : GIBERT Norme méthodologique employée : AFNOR NF X46-030 Arrêté d application : Arrêté du 19 août 2011 Date de visite : 07/10/2015 Date de

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

Sommaire. Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie

Sommaire. Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie Sommaire Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie Analyses sectorielles en Haute-Normandie Chimie et pharmacie Raffinage

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Etat d usage 2 0 / 0% Dégradé 3 0 / 0% Nombre total d unité d unités diagnostic 52

Etat d usage 2 0 / 0% Dégradé 3 0 / 0% Nombre total d unité d unités diagnostic 52 Amiante Plomb Loi Carrez Dpe Electricité - Gaz - Millièmes - SRU VENTES ET LOCATIFS Conrad IANNELLO 20 rue des Roses 42170 St-Just St-Rambert Port : 06.45.47.64.21 Tél : 04.77.61.08.97 Mail: abcdiagimmo@neuf.fr

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

Biotox. Nouveautés juin 2014

Biotox. Nouveautés juin 2014 Biotox. Nouveautés juin 2014 Mise à jour, juin 2014 Mise à jour partielle, juin 2014, de la base de données Biotox Cette mise à jour «partielle» concerne les données scientifiques des monographies et dosages,

Plus en détail

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Journée scientifique du réseau SEGA Antananarivo, 25 janvier 2012 Solet JL, Renault P, Denys JC, Teulé G, Dennemont RM, Garnier

Plus en détail

N INDIVISION-REYNAUD-0212

N INDIVISION-REYNAUD-0212 A.E.D.I Alpes Expertises en Diagnostics Immobiliers 5 rue Frédéric Mistral - 04200 Sisteron Téléphone : 06 45 74 78 54 Site : www.aediweb.fr E-mail : aedi.0405@free.fr Constat de Risque d Exposition au

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

Constat de risque d'exposition au plomb CREP

Constat de risque d'exposition au plomb CREP Constat de risque d'exposition au plomb CREP Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Arrêté d application : Date du repérage : 14-460 AFNOR NF X46-030 Arrêté du 19 août 2011 23/09/2014 Adresse

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

Expositions aux fumées de soudage. Avantages et inconvénients des méthodes d analyses. Anne NICOLAS 12 juin 2009 Congrès BTP BLOIS

Expositions aux fumées de soudage. Avantages et inconvénients des méthodes d analyses. Anne NICOLAS 12 juin 2009 Congrès BTP BLOIS Expositions aux fumées de soudage Avantages et inconvénients des méthodes d analyses métrologiques et biométrologiques Anne NICOLAS 12 juin 2009 Congrès BTP BLOIS Difficultés relatives aux mesurages Variations

Plus en détail

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM.

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Retrouvez dans ce rabat : votre suivi biologique NSM. 14/09/2015 15:44 Ce

Plus en détail

Bulletin d adhésion à compléter et à nous adresser par courrier uniquement AISMT 13 bis Bd Talabot 30 039 NIMES Cedex 1

Bulletin d adhésion à compléter et à nous adresser par courrier uniquement AISMT 13 bis Bd Talabot 30 039 NIMES Cedex 1 Bulletin d adhésion à compléter et à nous adresser par courrier uniquement AISMT 13 bis Bd Talabot 30 039 NIMES Cedex 1 Cadre réservé à l AISMT Date d effet du contrat : N adhérent : Je soussigné(e) (Nom

Plus en détail

CONSTAT DU RISQUE D'EXPOSITION AU PLOMB AVANT VENTE

CONSTAT DU RISQUE D'EXPOSITION AU PLOMB AVANT VENTE Heur e de fin : Date de l'or dre de missi on : au CR EP avant vente en parti es privati ves Heur e de début : 16:30 Heur e de fin : Date de l'ordre de missi on : 31/05/2010 DiagnostiPro CONSTAT DU RISQUE

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

CIRCULAIRE DGT 2010/03 du 13 avril 2010 relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail

CIRCULAIRE DGT 2010/03 du 13 avril 2010 relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1010075C CIRCULAIRE DGT 2010/03 du 13 avril 2010 relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de

Plus en détail

CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB

CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB Dossier n : 1885.13 Date d intervention : 4/11/13 Diagnostic : Constat effectué dans le cadre d une vente Nom du propriétaire : SCI DIM Demandeur : Bâtiment : URBANIA

Plus en détail

CONVENTION FIXANT LES PROCEDURES APPLICABLES AUX PRELEVEMENTS REALISES PAR LES INFIRMIERS LIBERAUX. Le laboratoire de biologie médicale (nom du LBM)..

CONVENTION FIXANT LES PROCEDURES APPLICABLES AUX PRELEVEMENTS REALISES PAR LES INFIRMIERS LIBERAUX. Le laboratoire de biologie médicale (nom du LBM).. 180, boulevard Haussmann 75389 PARIS CEDEX 08 téléphone 01 53 89 32 00 CONVENTION FIXANT LES PROCEDURES APPLICABLES AUX PRELEVEMENTS REALISES PAR LES INFIRMIERS LIBERAUX ENTRE : Le laboratoire de biologie

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C

Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

Le système de reconnaissance des maladies professionnelles

Le système de reconnaissance des maladies professionnelles Le système de reconnaissance des maladies professionnelles Limites actuelles et perspectives pour une meilleure reconnaissance Paris - 13 novembre 2013 www.ccmsa.msanet MP: des difficultés pour leur reconnaissance

Plus en détail

André BOSCHER Claudine VIGNERON. 31èmes Journées Nationales de santé au travail Versailles / 25-27 mai 2011 1

André BOSCHER Claudine VIGNERON. 31èmes Journées Nationales de santé au travail Versailles / 25-27 mai 2011 1 Étude 2010 sur les plombémies dans le BTP André BOSCHER Claudine VIGNERON 31èmes Journées Nationales de santé au travail Versailles / 25-27 mai 2011 1 Présentation Discordances entre plombémies recueillies

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION CENTRE DE L OBÉSITÉ BERNARD DESCOTTES PRÉVENTION - RÉADAPTATION - SUIVI. Bernard DESCOTTES CENTRE DE L OBÉSITÉ

DOSSIER D ADMISSION CENTRE DE L OBÉSITÉ BERNARD DESCOTTES PRÉVENTION - RÉADAPTATION - SUIVI. Bernard DESCOTTES CENTRE DE L OBÉSITÉ CENTRE DE L OBÉSITÉ BERNARD DESCOTTES PRÉVENTION - RÉADAPTATION - SUIVI CENTRE DE L OBÉSITÉ Bernard DESCOTTES Prévention - Réadaptation - Suivi Centre de l Obésité - Pierrechave - 87500 Saint - Yrieix

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement

Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement Denis Zmirou-Navier Faculté de Médecine, Université de Lorraine, Nancy INSERM U1085-IRSET, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Séquence 1: une introduction

Plus en détail

PROTECT DIAG Diagnostic Technique Immobilier

PROTECT DIAG Diagnostic Technique Immobilier PROTECT DIAG Diagnostic Technique Immobilier Jacques CASIRO CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB N 2013-VILLE-DE-LODEVE-HALLE-07-06-PD-AD Décret 2006-474 du 25 avril 2006 arrêté du 19 août 2011 relatif

Plus en détail

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP Le risque toxique lors des opérations de brasage fort dans le secteur du BTP F. MICHIELS 1, B. BOUARD 1, F. RIVIERE 1, C.MALLANTS 2 1: service de santé des armées 2: APSMT Blois Rappels technologiques

Plus en détail

Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital

Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital Expérience de Pharmacie Clinique dans le cadre des réflexions nationales sur la Sécurisation du circuit du médicament à l'hôpital M. Grégory Gaudillot, Pharmacien Gérant Mme Anne Otto, Pharmacienne Fédération

Plus en détail

et sols pollués ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Quel type de pollution rencontre-t-on?

et sols pollués ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Quel type de pollution rencontre-t-on? ENVIRONNEMENTS ET MILIEUX Sites et sols pollués Quel type de pollution rencontre-t-on? Un site pollué est un site qui, du fait d anciens dépôts de déchets ou d infiltrations de substances polluantes, présente

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE Monographie économique LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Le plan filières des éco-activités en Île-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre de commerce

Plus en détail

Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps.

Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps. Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps.be Des informations communales sont également disponibles sur le

Plus en détail

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés de pathologies Les chiffres clés L activité des consultations de pathologies Il existe 6 consultations de pathologies en Ile-de- France situées dans les hôpitaux Cochin, Hôtel- Dieu, Raymond-Poincaré,

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

Charte de Qualité. Engagement avec un accueil courtois, efficace et personnalisé

Charte de Qualité. Engagement avec un accueil courtois, efficace et personnalisé Charte de Qualité Engagement d assistance L équipe USF Valongo s engage à fournir des soins de santé humanisés et de proximité aux patients, contribuant pour l amélioration du niveau de santé de la communauté.

Plus en détail

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie?

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Protégez-vous des risques

Plus en détail

galités s sociales de cancer chez les travailleurs

galités s sociales de cancer chez les travailleurs Inégalit galités s sociales de cancer chez les travailleurs Annie Thébaud baud-mony INSERM/GISCOP93, Université Paris13 Rencontres francophones internationales sur les inégalit galités s sociales et de

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Utilisation des tests de génotoxicité pour la surveillance de l exposition des travailleurs dans l industrie du traitement et recyclage des déchets

Utilisation des tests de génotoxicité pour la surveillance de l exposition des travailleurs dans l industrie du traitement et recyclage des déchets Utilisation des tests de génotoxicité pour la surveillance de l exposition des travailleurs dans l industrie du traitement et recyclage des déchets O. Fardel, L. Vernhet, INSERM U620/SeRAIC, Rennes A.-V.

Plus en détail

Le médecin généraliste et les maladies professionnelles

Le médecin généraliste et les maladies professionnelles Le médecin généraliste et les maladies professionnelles DOSSIER DOCUMENTAIRE Décembre 2011 Groupe de travail (Pays de la Loire): - Dr A.Chaslerie médecin conseil ERSM Nantes - Dr J.Chapuis généraliste

Plus en détail

Assurance complémentaire santé OMS

Assurance complémentaire santé OMS Notice d information Edition 2014 Assurance complémentaire santé OMS BÉNÉFICIAIRES Le Groupement de Prévoyance et d Assurance des Fonctionnaires Internationaux (GPAFI) est une association à but non lucratif

Plus en détail

LE BRUIT EN MILIEU DE TRAVAIL

LE BRUIT EN MILIEU DE TRAVAIL LE BRUIT EN MILIEU DE TRAVAIL Le bruit fait partie de la vie. D ailleurs, l absence totale de bruit est unanimement reconnue comme très difficilement supportable pour l homme. Pourtant, certaines situations

Plus en détail

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle S'étendant sur la majeure partie de la commune de La Sentinelle mais également à la marge sur les communes de Valenciennes et Trith-Saint- Léger, ce pôle regroupe plus

Plus en détail

Guide «Prévention des facteurs de pénibilité en lien avec les inaptitudes médicales pour éviter la désinsertion professionnelle

Guide «Prévention des facteurs de pénibilité en lien avec les inaptitudes médicales pour éviter la désinsertion professionnelle Guide «Prévention des facteurs de pénibilité en lien avec les inaptitudes médicales pour éviter la désinsertion professionnelle 33 ème congrès national de santé au travail Lille 2014 Dr Véronique BUEWAERT,

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger et Dr Blaise Thorens, Suva, Médecine du travail FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3

Plus en détail

ARCHIVAGE DES DOSSIERS MEDICAUX ET DES DOSSIERS ENTREPRISES DU MEDECIN DU TRAVAIL

ARCHIVAGE DES DOSSIERS MEDICAUX ET DES DOSSIERS ENTREPRISES DU MEDECIN DU TRAVAIL ARCHIVAGE DES DOSSIERS MEDICAUX ET DES DOSSIERS ENTREPRISES DU MEDECIN DU TRAVAIL CENTRE INTER REGIONAL D ARCHIVES MEDICALES DU NORD PAS-DE-CALAIS REALISE PAR LE GISSET 31 ème Journées Nationales de Santé

Plus en détail

évaluation des Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien CHR Metz-Thionville COPOB 14 avril 2011

évaluation des Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien CHR Metz-Thionville COPOB 14 avril 2011 Les démarches d d éd évaluation des Unités s Centralisées es de Préparation des Chimiothérapies anticancéreuses au sein du réseau r Oncolor Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Décembre 2010 Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Quelques applications à un échantillon de population en France A. Lacourt,

Plus en détail

Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques

Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques 4eme Journée Interrégionale du GIRCI Grand Ouest Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques Sabrina Le Bouter Coordinatrice Cellule RNI Direction de la Recherche CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires»

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» 1 Contexte et justification du groupe de travail 1.1 Présentation de la Plateforme Re-Sources est une Plateforme pour la

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs SOMMAIRE 5 Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs 5 1. Besoin de caractérisation des biens et produits 6 2. Apparition des diagnostics «obligatoires» 9 3. Documents d expertise ne pouvant

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Entre expertises scientifiques et expériences : quelques observations et enseignements àpartir d une focale sur une mobilisation autour des EG

Entre expertises scientifiques et expériences : quelques observations et enseignements àpartir d une focale sur une mobilisation autour des EG Atelier «confinement» des risques professionnels Colloque Réseau R Risques et Société 6 et 7 juillet 2009 Entre expertises scientifiques et expériences : quelques observations et enseignements àpartir

Plus en détail

CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB «CREP»

CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB «CREP» Page 1/ 9 CONSTAT DE RISQUE D EPOSITION AU PLOMB INTERVENTION n 11. 03. 8169-1. P REF. APAVE N 1118606 Rappel du cadre réglementaire et des objectifs du Le constat de risque d exposition au plomb (), défini

Plus en détail

Constat des Risques d'exposition au Plomb. Avant travaux

Constat des Risques d'exposition au Plomb. Avant travaux Constat des Risques d'exposition au Plomb avant travaux A Rappel du cadre réglementaire et des objectifs du CREP Le constat de risque d'exposition au plomb (CREP), défini à l'article L.1334-5 du code de

Plus en détail

Découverte des secteurs d activité

Découverte des secteurs d activité Fiche d animation Compétence B Découverte des secteurs d activité Objectif Familiariser les élèves avec la notion de secteur d activité (au sens de la NES : nomenclature économique de synthèse adoptée

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL Rapport statistique des accidents du travail de 2012- Secteur privé 1 Diminution en 2012 de 7,7% des accidents du travail 157.131 accidents du travail sont survenus dans

Plus en détail

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUES :... 2 I Rappels physiologiques

Plus en détail

MGT 01 Doc00d Règles spécifiques de certification des Opérateurs en Diagnostic Immobilier

MGT 01 Doc00d Règles spécifiques de certification des Opérateurs en Diagnostic Immobilier Page 1 sur 34 REGLES SPECIFIQUES DE CERTIFICATION DES OPERATEURS EN DIAGNOSTIC IMMOBILIER HISTORIQUE DES MISES A JOUR : Révision n Date Nature de la modification 1 02.03.11 Création 2 01.12.11 Changement

Plus en détail

Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires

Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres céramiques réfractaires Quelques applications à un échantillon de population en France Groupe

Plus en détail

LES CANCERS PROFESSIONNELS

LES CANCERS PROFESSIONNELS LES CANCERS PROFESSIONNELS Près de 2,4 millions de travailleurs français sont quotidiennement exposés à des substances cancérogènes sur leur lieu de travail. Tout le monde est concerné, mais les hommes

Plus en détail

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats RECONNAISSANCE ET REPARATION DE LA SURDITE PROFESSIONNELLE EN TUNISIE A PROPOS D UNE ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE H. KAMMOUN MOATEMRI - H. HAJ SALAH - K. REJEB - N. MRIZAK - M. AKROUT - A. CHARRADA - A. GHACHEM

Plus en détail

SURVEILLANCE MEDICALE RENFORCEE ET CMR

SURVEILLANCE MEDICALE RENFORCEE ET CMR SURVEILLANCE MEDICALE RENFORCEE ET CMR Docteur M.D. RAINE, Médecin du Travail, SIEST AMET, Rosny-sous-Bois 93 1- La Surveillance Médicale Renforcée (SMR), bébé de la «réforme» de 2004, instaurée par le

Plus en détail

Le plomb dans les peintures Quelles obligations pour les propriétaires?

Le plomb dans les peintures Quelles obligations pour les propriétaires? Le plomb dans les peintures Quelles obligations pour les propriétaires? Septembre 2011 Ministère de l Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement MEDDTL_PLOMB_12pages.indd 1 29/07/11

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques de l emploi

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : - des Caisses Régionales d'assurance Maladie 27/03/96 - des Caisses

Plus en détail

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Directeurs de laboratoires d analyses médicales Décisions UNCAM du 9 juin et du 6 juillet 2009 Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Référence :

Plus en détail

La validation par anticipation de l administration de la chimiothérapie

La validation par anticipation de l administration de la chimiothérapie La validation par anticipation de l administration de la chimiothérapie SEBASTIEN BIGOT Infirmier Dispositif d Annonce CHBA Un mode de fonctionnement : le «OK chimio» la veille Consultation médicale Programmation

Plus en détail

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses Règles de Bonnes Pratiques Règles de de Fabrication de médicaments Bonnes Pratiques cytostatiques de Fabrication en petites de médicaments quantités cytostatiques suisses en petites quantités Dr. Farshid

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Mémento des formations en C.N.P.E.

Mémento des formations en C.N.P.E. 1/23 Mémento des formations en C.N.P.E. Pour toutes ces formations, vous pouvez contacter l Assistante de Direction du GIM Est ou les ingénieurs sécurité du GIM Est afin de définir les modalités de mise

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

CONFORMITÉ DES SPÉCIMENS-INFORMATION OBLIGATOIRE. MPQ-LIS-GEV-001- V006 Page 1 sur 6 Section : Gestion des évènements Statut : APPROUVÉ

CONFORMITÉ DES SPÉCIMENS-INFORMATION OBLIGATOIRE. MPQ-LIS-GEV-001- V006 Page 1 sur 6 Section : Gestion des évènements Statut : APPROUVÉ V006 Page 1 sur 6 Préparé par : Luce Valois Approuvé par : Dre Danielle Talbot En vigueur le 2014-03-28 1. IDENTIFICATION DE LA REQUÊTE 1.1 Spécimens informatisés Double identification Nom, prénom, sexe

Plus en détail