sur les accidents de la route Un effet important après l installation, mais plus réduit à long-terme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sur les accidents de la route Un effet important après l installation, mais plus réduit à long-terme"

Transcription

1 SOCIÉTÉ sur les accidents de la route Un effet important après l installation, mais plus réduit à long-terme Rappel : Les jugements et opinions exprimés par les auteurs n engagent qu eux mêmes, et non les institutions auxquelles ils appartiennent, ni a fortiori l Insee. À partir de 2002, la politique de sécurité routière s est fortement appuyée sur le renforcement du contrôle de la vitesse, et notamment sur le renforcement des contrôles * Centre de recherches en économie et statistiques (CREST) - Insee 15 Boulevard Gabriel Péri, Malakoff cedex, France, s : Les auteurs remercient Francis Kramarz, Bruno Crépon et les deux rapporteurs anonymes pour leurs conseils et suggestions, ainsi que les participants aux séminaires du ministère du Transport, au CREST et à l université Paris 12, ainsi qu aux Journées de micro-économie appliquée 2010 (Angers) et à la Conférence de l Association des économistes européens.

2 J était parmi les pays européens les moins performants en terme de sécurité routière 1 place le contrôle sanction automatisé, qui s est traduit notamment par l installation de radars cadre de cette politique, de nouvelles procédures ont été mises en place pour détecter et sanction duction de cette nouvelle politique (voir par et al. (2006), ou le rapport de la dernière mis- consacrée à l analyse des causes des accidents de la circulation et à la prévention routière matiques de cette politique au moins dans le au niveau local telles évaluations et propose des solutions pour sanction automatique et ne prétend pas évaluer on peut s attendre à ce que les radars diminuent vitesse que son niveau qui affecte l occurrence La question de l effet réel du radar sur le d un radar à un endroit donné peut affecter des zones situées autour du site lui-même parce que les conducteurs continueraient à se comporter prudemment après être passé devant un radar éviter, préfèreraient passer par des routes non des routes moins sûres, ce qui tendrait alors à tion automatisé, dont les radars automatiques pas la seule politique à avoir été mise en place - voitures ont été améliorées en terme de sécu- nées qui contient tous les accidents impliquant - la localisation du radar, et de sa date de mise en 1. cf. OCDE. 2. Plus précisément, c est à l occasion du 14 juillet 2002 que le pour les infractions au code de la route. La loi du 12 juillet En se fondant sur les mesures faites aux abords de 249 radars, Chapelon et al. (2006) (chapitre 5) montrent que le nombre d accidents baisse plus fortement à proximité (moins de 500m) du radar, qu à plusieurs kilomètres. Toutefois leur estimation ne tient comme l hétérogénéité des sites où les radars sont situés, ce qui peut conduire à surestimer leur effet, et le caractère discret des observations utilisées (données de comptage). 4. Les méthodes mises en œuvre dans cet article ne se prêtent pas à l évaluation des effets de la mise en place de radars mobiles, concernées par leur déploiement. Leur effet attendu est égale- l objet d un signalement particulier aux automobilistes.

3 commune, si l installation d un radar a coïncidé - - compte de cette particularité nécessite de recou la mesure de l effet du radar très dépendante (une seule route principale ou présence d une autoroute sur le territoire de la commune), un radar ne va pas affecter l occurrence des acci- dans un premier temps à utiliser un modèle très simple d occurrence d accidents, dans lequel de ce modèle avec les estimations fournies par dernières peuvent être trompeurs, notamment parce qu elles ne parviennent pas à prendre cor- munes en ce qui concerne les accidents qui s y en terme de différence de différence, qui consis- cidents avant et après l installation d un radar, conduit à une diminution trop forte des accidents les données, ce qui nous conduit à proposer des s appuient sur une relation non linéaire entre un effet du radar, lorsqu il est installé dans la com- et al. s appuient que sur les moments de premier ordre, - - tion est en effet nécessaire à la mise en œuvre littérature sur l évaluation des effets des radars, - - nées et quelques éléments descriptifs sur des - ne distinguent pas assez l effet direct des radars de celui des mesures de prévention d ensemble U évaluer l effet des radars automatiques sur

4 américaines, car ces pays ont été parmi les premiers à installer de tels appareils automatiques de la littérature (Wilson et al. différence de différence, c est-à-dire compa- après l installation d un radar sur un site équipé à estimer les effets de ces appareils sur le - dents sur les sites équipés revient à sa tendance équipés serait dans ce cas faussement interpré- - (1997) pour une présentation complète de cette - - lement comme l espérance propre au site du - et al. Il conclut que «cette méthode est préférable aux autres alternativesqu elle n est pas toujours correcte - peut ainsi avoir un effet à des endroits n étant - sites équipés, ce qui causerait une diversion de - - tion des accidents mesurée sur la zone équipée pourrait être ainsi liée à la diminution du tra- et al. - - correspondait à un effet direct des radars, tandis l économie des transports se sont évidemment

5 des radars dans la littérature académique 5 Ils mettent l accent sur la corrélation entre leur mis au sein de quelques documents de littéra- 6 7, conférences de presse), nous n avons pu trouver aucune ten- - Les représentants des associations de conduc- La mise en avant de cette corrélation ne permet pas d isoler correctement le rôle propre des Effet d annonce : l accentuation de l évolu- dans Chaperon 6. On range dans cette catégorie tout document dactylographié ou imprimé, produit à l intention d un public restreint, en dehors des circuits commerciaux de l édition et de la diffusion et en marge des dispositifs de contrôle bibliographiques. Exemples de littérature grise : rapports d études ou de recherches, actes de congrès, thèses, brevets, etc. 7. Voir par exemple Chapelon, cité plus haut. Graphique I Nombre d accidents et de radars opérationnels par trimestre Toutes routes Autoroutes Routes nationales Routes départementales Voirie Non attribué Radars Lecture : le nombre d accidents est donné par l axe des ordonnées à gauche et le nombre de radars par l axe des ordonnées à droite désigne le premier trimestre Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

6 date mais force est de constater que les conduc- que parmi toutes les annonces, celle des radars - Effet local direct : - - particulièrement forts (au détriment des effets Effet de halo spatial pas localisé qu au point précis qu il couvre, mais - - le conducteur est rappelé par le radar à la néces- - - et al. (2002) montrent ainsi que l installation d un radar C tallation d un radar, nous avons recours à des isoler l effet propre du radar sur les évolutions mière consiste en la détermination de la spéci- l estimation de la variation du nombre d accidents d accidents par trimestre dans une commune 8 L utilisation de modèles linéaires peut être trompeuse, principalement parce que les données d études utilisent l économétrie des données - dans ces modèles est supposée multiplicative, c est-à-dire que l effet d une caractéristique ci-dessous dans un modèle très simple décrivant - 8. Calculs des auteurs à partir des tableaux de Hess, 2004.

7 Un modèle caractérisant les effets locaux en tenant compte du caractère accidentogène des sites où ils sont installés - munes constituant une partition totale du ter- - j, qui se situe dans une commune i t y jt qui se produit sur le site j au trimestre t est - jt E y jt = λ (1) jt jt est affecté par l installation d un radar sur le site j au trimestre t par trois - L installation du radar sur le site j lui-même - L installation du radar sur d autres sites de la commune ij - L installation du radar dans des sites acciden- i j, mais ment, l installation d un radar à un endroit nos données (mais souvent rencontrée dans munes peuvent avoir plusieurs sites acciden- plémentaire dont on dispose sur ces sites concerne simplement le type de route détaillé sons une structure minimale sur les paramètres jt - t et un paramètre dépendant du site j, j, tel que λ = λ τ (2) jt t j t dépend de la politique de sécurité rou- nationales de sécurité routière, améliorations - - t dépendre j - j, qui le rendent particulière- À ce stade, nous supposons que j même valeur pour tous les sites accidento- i, τj = τi, j i - mune, les principales différences de niveau d accidents entre communes étant liées à des N i9 j dépendent seulement de la commune i et de la date t λjt = λit = λt τi commune i total d accidents se produisant sur le territoire de la commune i à la date t ( ) = λ τ E yit Ni t i en fonction du type de route considéré (autoroute, route nationale, départementale ou communale). Le modèle peut être adapté en rajoutant un indice selon le type de route considéré.

8 selon la taille de la commune sur le site j j ( ) = ( + ) E yjt 1 αrjt λt τi R jt est une indicatrice de présence d un radar opérationnel sur le site j à la date t paramètre est supposé ici être identique pour communes pour lesquels des paramètres spéci- L espérance de la somme des accidents dans la commune i à la date t ( ) = + ( ) E yit Ni αrit λt τ i (5) R it la commune i à la date t - N i la ville ( i rurales ne diffèrent pas pour ce qui concerne le - - posé être plus élevé), mais elles peuvent être ce cas, l installation d un radar au niveau de - dilué lorsqu il n est installé que sur un site et que Un modèle multiplicatif, tel que N i =N (le plus ( ) = ( + ) = ( ) E yit λt τi 1 αrit λt τiexp α Rit (6) R it est une indicatrice, on a exp α 1 α ( ) = + Un modèle «mixte», tel que i = est le même ( ) = ( + ) E yit τλt Ni α Rit (7) duire une temporalité des effets du radar, en it par 1 R it1 + 2 R it2 R it1 dans le modèle multiplicatif), et R it2 site j d autres sites de la même commune ou de - décroissant au cours du temps, comme le serait Les externalités entre communes ne sont pas prises en compte

9 commune i sur les accidents ayant lieu dans une autre commune i conduire à sous-estimer les effets réels des radars, puisqu une partie des communes non équipées peuvent être en réalité impactées 2007) et, par conséquent, de leurs communes - des communes équipées avec celles qui ne cer l interprétation du paramètre présenté dans les modèles précédents, en particulier le à l effet direct d un radar, mais rend compte aussi de ses effets sur des sites différents à lors de l évaluation de leur effet - constances et des raisons qui ont incité les - - Problème 1 : L hétérogénéité en niveau. - - d acci dents (ou tout au moins contrôler cette -. Les radars peuvent être installés sur des sites différences peut alors conduire sans précaution - Problème 3 : Tendances de long terme. pour un niveau donné d accidents à la date t, les communes faisant preuve d un certain - vée (en niveau) pourrait conduire à sous-esti- - Problème 4 : Politiques ou phénomènes simultanés la police devenant moins utile sur les sites équipés de radars, les autorités peuvent renforcer les contrôles sur d autres sites acci- - tant les radars à des communes aléatoirement - de contrôle), peuvent résoudre la plupart de - La sélection des sites équipés de radars s est effectuée suivant une procédure normalisée et transparente Toutes ces procédures sont résumées dans une circulaire interministérielle datée du 3 février 2004.

10 - - sites d installation des radars, de manière à ce - an (calculé sur les cinq dernières années - Les 700 premiers sites ont été sélectionnés - - été d ailleurs souvent consultées 11 compatibles avec la prise en compte des biais liés à l endogénéité être traitées, notamment en adoptant des straté- - lisant des données de panel, qui permettent - - la dynamique de court terme avant l installation - ne peut pas à lui seul avoir des conséquences sur la décision d installer un radar à l endroit de est fondé sur des indicateurs de moyen terme, 12 compte par le caractère multiplicatif apporté de sa propre tendance par l intermédiaire du terme λ t τ i rience naturelle de l installation des radars dans nous considérons séparément les communes dans lesquelles un radar vient d être installé 1112 Une estimation s appuyant généralisés L route utilisent souvent des modèles de don- et al., - conditionner les résultats et sont remises en native se fondant avant tout sur les moments caractérisés par la présence d effets temporels plicatif est rendu un peu plus compliqué par it ) pour rendre 11. Cf. Hamelin (2008) pour des études monographiques sur certains départements. 12. Cependant, un doute peut subsister quant à la temporalité effective de l installation dans les communes choisies. Mais cette source de biais est probablement négligeable.

11 - et al. (2001) - - tion d un radar dans le futur - - et al. dans le fait que ces auteurs utilisent une quasi-différen- 13. Pour estimer ce type de modèle, une autre stratégie aurait pu être adoptée, s appuyant sur les moindres carrés concentrés (CLS), introduits par Kiefer, 1980, développés par Ahn et al. (2001) et généralisés par Bai (2009), pour les modèles multifactoriels. 14. Avec les données disponibles, on aurait pu adopter une hypothèse plus faible consistant à autoriser la possibilité que la séquence des accidents affecte la probabilité future d installation des radars. Outre le fait que le contexte institutionnel rende improbable ou très peu fréquent ce type de mécanisme, cette méthode, se fondant sur des hypothèses plus faibles, conduit à des résultats moins précis. C est pourquoi nous nous concentrons sur l hypothèse d exogénéité stricte. LA MÉTHODE D ESTIMATION Modèle mixte yit = τλtαrit + τλtni + ε it. i E εit = 0; E εit Ris = 0, s, t. zit = yit τλtαrit T z u= iu uit = zit τλt = ε T it λt τλ u= u T ε u= iu T λ u= u ε it u it E u it = N i et t. et al. E u it = E u it R it = T T R *K K T+K T - + K T et al. exp( αr it ). Modèle multiplicatif yit = λtτiexp( α Rit ) + εit. i E εit = 0; E εit Ris = 0, s, t. uit yit λtexp α Rit = ( ) ( ) = εit λtexp α Rit T y u= 1 iu T λuexp( α R u iu ) = 1 T ε u= 1 iu T λ u uexp( α Riu ) = 1 t E u it = E u it R it =

12 15, nous avons rapport à la moyenne des accidents trimestriels temporels et individuels interviennent addi- - ici des modèles «withinrence avec le modèle additif consistant en la le nombre annuel d accidents a baissé de 30 % entre 1998 et 2007 T national des accidents corporels de la savoir la commune de localisation de l accident, - premier trimestre de 1998 et le dernier trimestre routes départementales et routes communales radars ont été installés dès le quatrième tri- été au cours de 2005, et au premier trimestre lité commencé à diminuer avant l installation - radars, certaines associations de conducteurs des accidents de la route 16 - d accidents a diminué lentement cette année-là - proportion d accidents se produisent sur les 15. L utilisation de la moyenne plutôt que la première période comme base de l estimation permet de se prémunir en partie de s il est affecté d une légère tendance). Il est alors plus adapté de quasi-différencier par rapport à la moyenne plutôt que par rapport à la première date. 16. La baisse des accidents était accompagnée d une baisse des vitesses moyennes solidement établie. La contestation des associations porte plus sur l effet des radars sur la baisse des accidents ou des vitesses, que sur le lien entre accident et vitesse excessive.

13 en particulier parce qu ils concernent plus souvent des piétons (même si la vitesse reste dans ce cas aussi une cause importante ou moins marquée selon la taille de la ville nué dans les communes rurales et petites que radars dépend du risque d accidents mesuré au du nombre d accidents entre communes trimestre 2007, aucun accident corporel n a été relevé dans communes, et seulement d accidents par commune fait ressortir une d un trimestre, il n y a eu aucun accident dans Graphique II Calendrier d installation des radars dans les communes Nombre de communes Lecture : au 4 e Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Observatoire national inter-ministériel de la sécurité routière.

14 tante de communes sans accident, les modèles et conduit à estimer le modèle selon l évolution du nombre d accidents que l évolution tendancielle des accidents cours du temps peut varier selon la taille ou le Graphique III Nombre d accidents par trimestre et par type d aire urbaine Rural < Entre et Entre et Entre et Entre et Entre et Paris Plus de Lecture : au premier trimestre de 1998, environ accidents ont été constatés dans les communes de plus de habitants. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

15 de tendance des accidents, puis nous estimons montrent que les évolutions tendancielles des à notre disposition, qui s appuie sur une caractérisation des séquences d accidents qui s y - qui contiennent les communes les plus peu- - qui tendent à s atténuer au cours du temps A mier temps, nous estimons le modèle en supposant que l effet des radars est constant dans Graphique IV Évolution comparée des accidents par type d aire urbaine 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0, Rural et < Entre et Entre et Entre et Plus de Paris Lecture : base 1 au premier trimestre Au 4 e trimestre de 2007, les accidents dans les communes rurales ou de moins de habitants ne correspondent plus qu à 52,7 % de ce qu ils étaient au 1 e trimestre de Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

16 le temps, puis nous autorisons cet effet à être Selon les modèles avec effet constant, importante du nombre d accidents dans les petites communes - des accidents, nous ne pouvons pas estimer communes est introduite additivement, estimé rences intra (modèle «within utilisée dans la littérature de l évaluation 17 les effets des radars sur les communes dans lesquelles ils ont été installés, en termes de teurs, car ils peuvent être comparés entre les Les modèles mixtes et multiplicatifs reposent également sur within Graphique V 25 En % Proportion de communes équipées d'un radar Vingtile de la distribution Nombre d'accidents Nombre d'accidents par habitants Lecture : les communes sont classées selon le nombre d accidents ou le nombre d accidents par habitant qui y sont constatés. Seules 0,6 % des communes se situant dans les 5 % de communes ayant le plus faible nombre d accidents par habitants (vingtile inférieur) sont équipées d un radar. C est le cas de 6,5 % des communes se situant parmi les 5 % de communes ayant le plus grand nombre d accidents par habitant (vingtile supérieur). Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

17 pertinent de se concentrer sur le niveau des installés, sur les concernés par cette que l installation des radars a fortement fait - dans ces communes par trimestre, cela corres- munes, l effet de l installation des radars sur - Graphique VI Distribution du nombre d accidents par commune Nombre de communes dont le nombre d'accidents est plus grand que x Nombre d'accidents Lecture : le graphique VI présente la distribution du nombre d accidents par commune (log du nombre d accidents en abscisse et log du nombre de commune dont le nombre d accidents est supérieur à x en ordonnée) à deux dates, 1 e trimestre de 1998 et 4 e trimestre de Ce graphique illustre l extrême hétérogénéité entre communes en ce qui concerne le nombre d accidents qui s y produisent. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

18 tif donnent des résultats différents sur les tués, - RÉPARTITION DES COMMUNES EN GROUPES HOMOGÈNES p i ζ it = y it / y i. où y i. 1. Les communes pour lesquelles aucun accident n a été observé sont enlevées de l échantillon. Cela nous conduit à restreindre à le nombre total de communes considérées. L apport informationnel des communes sans accident est λt εit ζit = + = µ t + νit λ θi T Où λ = λt et θi = λτi T t= tif et θi = λτni t et it it it { } 0 E( ζ it) = µ t + µ 1 t1 i groupe1 t1

19 18 nous considérons que, pour les communes des tallation des radars dans des petites communes, - - contre - 0,10 pour l estimation en ôtant les auto- l installation d un radar dans ces communes Le groupe 0 correspond au 36 % de communes les plus petites pour les accidents hors autoroute, tandis qu il est constitué des 60 % plus petites pour l ensemble des accidents (cf. encadré 2, tableau A). Constitution des groupes homogènes de communes Lecture : pour les accidents sur autoroute, 4 groupes de communes ayant des tendances d accidents homogènes ont pu être distingués. Il y a communes sur le territoires desquelles au moins un accident sur autoroute a été observé. Les percentiles seuils e, 40 e et 70 e percentiles. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière. Description des groupes de communes Lecture : le groupe 0 correspondant aux accidents sur toutes les routes comporte communes. La moyenne de la population Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

20 mais ces résultats ne sont pas Graphique VII Évolution comparée des accidents par groupe de communes (base 1 au T1 1998) 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0, Groupe 0 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Groupe 5 Groupe Lecture : au 4 e trimestre de 2007, les accidents dans les communes du groupe 0 ne correspondent plus qu à 51,4 % de ce qu ils étaient au 1 e trimestre de Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

21 tats, nous conduisent à considérer avec pru- que les communes auraient des intensités de tra- - Les modèles additifs, qui conduisent à surestimer les effets des radars, sont rejetés par les données - communes, les estimations donnent des résul- tendances d accidents sont parallèles entre les différentes communes (elles ne diffèreraient par une tendance multiplicative commune mul- - - Effets des radars (tous types de route) A-Effets sur le nombre d accidents Groupe Modèle additif Modèle additif

22 luation, doivent être utilisés avec soin, particu- Selon les modèle à effets variant dans le temps, les radars auraient à court terme qu à long terme Les mêmes modèles sont estimés en introdui- effet à potentiellement différer selon le temps it est remplacé par R 1 + it 2 R2 it R1 est le it i tr 2 est le it i t paramètres respectivement pour les accidents n ayant pas eu lieu sur les autoroutes, en distin- B-Effets sur le nombre de décès Groupe Modèle additif Modèle additif Lecture : estimation par GMM. A : la variable dépendante est le nombre d accidents survenus dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre d accidents évités par trimestre. d accidents de 0,057. Comme le nombre trimestriel moyen d accidents par trimestre est de 0,32, cet impact est donc de 18 %. B : La variable dépendante est le nombre de décès du fait d un accident dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supé- en regroupant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre de décès évités par trimestre. trielle de décès de 0,027. Comme le nombre trimestriel moyen de décès est de 0,06, cet impact est donc de 45 %. (GMM), sa p-value est reportée dans les tableaux. Champ : Communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source: base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

23 les parties inférieures l effet des radars dans les - - donnent des résultats similaires dans les com- - - modèle multiplicatif conduit à des résultats Le principal résultat de ces estimations est Les estimations des effets de court terme, dans compte d un effet décroissant dans le temps des l effet de court terme est compris entre - 0,087 et - 0,097 (à comparer à - 0,057 lorsque l effet décroissant des radars n est pas pris en compte l effet de court terme est compris entre - 0,126 e trimestre après l ins- Effets des radars (toutes routes sauf autoroute) A-Effets sur le nombre d accidents Groupe Modèle additif Modèle additif

24 l effet des radars sans prise en compte de sa À notre connaissance, cet article est l un des temporelle de cet impact est en effet rarement suite de l installation d un radar, on constate ainsi dans les communes les plus petites B-Effets sur le nombre de décès Groupe Modèle additif Modèle additif Lecture : estimation par GMM. A : la variable dépendante est le nombre d accidents survenus dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre d accidents évités par trimestre. diminuer la moyenne trimestrielle d accidents de 0,032. Comme le nombre trimestriel moyen d accidents est de 0,20, cet impact est donc de 16 %. B : la variable dépendante est le nombre de décès du fait d un accident dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre de décès évités par trimestre. moyenne trimestrielle de décès de 0,027. Comme le nombre trimestriel moyen d accidents est de 0,05, cet impact est donc de 54 %. (GMM), sa p-value est reportée dans les tableaux. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source: base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

25 - - mois consécutifs à l installation des radars route, sans que ce résultat soit statistiquement TEST DE SPÉCIFICATION ADDITIVE vs MULTIPLICATIVE within ( ) = µ θ E y it Où t i t i E ( y it ) = µ t + θ i t ( ) = E y it µ t µ t θ i 1 2 µ t = 0 et µ t = 1 t et t i i t et t t = t. e Modèle multiplicatif ou additif? Groupe µ t. i µ t Lecture : la composante multiplicative explique 15 % de la variabilité des accidents dans le groupe 0. La valeur de la statistique de Wald d égalité jointe à 1 de µ t est égale à 9 535, ce qui indique un fort rejet de cette hypothèse. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

26 qui conduit à une réduction de plus de moi- - en réduisant leur vitesse sur une distance plus leur niveau d attention ou leur faire conserver une vitesse plus élevée sur des portions de route - à éviter les radars, en prenant d autres routes situées en partie dans la même commune et al. tation pourrait prendre du temps, les conduc- Effets des radars : effets temporels (tous types de routes) A-Effets sur le nombre d accidents

27 - B- Effets sur le nombre de décès Lecture : estimation par GMM. A : la variable dépendante est le nombre d accidents survenus dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre d accidents évités par trimestre. trimestrielle d accidents de 0,097 au cours des six premiers mois, puis de 0,053 au cours des périodes ultérieures (par rapport au niveau antérieur à l installation du radar). Comme le nombre trimestriel moyen d accidents est de 0,32, cet impact est donc de 30 % au cours des six premiers mois et de 17 % ensuite. B : la variable dépendante est le nombre de décès du fait d un accident dans la commune à un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre de décès évités par trimestre. moyenne trimestrielle de décès de 0,044 au cours des six premiers mois, puis de 0,030 au cours des périodes ultérieures (par rapport au niveau antérieur à l installation du radar). Comme le nombre trimestriel moyen de décès est de 0,06, cet impact est donc de 73 % au cours des six premiers mois et de 50 % ensuite. (GMM), sa p-value est reportée dans les tableaux. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source: base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

TRAFIC ROUTIER ET ACCIDENTOLOGIE

TRAFIC ROUTIER ET ACCIDENTOLOGIE TRAFIC ROUTIER ET ACCIDENTOLOGIE I II Le trafic routier sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Les chiffres de l accidentologie Les chiffres clés de la Communauté d Agglomération du Calaisis Carrefour

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Les accidents du trport routier de voyageurs Chapitre 6 LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS En 2000, le trport routier de voyageurs est une activité où le risque d'accident de travail avec

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2004

La sécurité routière en France Bilan de l année 2004 Observatoire national interministériel de sécurité routière La sécurité routière en France Bilan de l année 2004 10 mai 2005 Jean CHAPELON, secrétaire général de l ONISR 0 La sécurité routière en France

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain Sétra interurbain urbain Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Lieux accidentés - Milieu urbain et milieu interurbain Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Mobilités professionnelles et formation continue

Mobilités professionnelles et formation continue Mobilités professionnelles et continue Pauline GIVORD, Lionel WILNER 7 décembre 2009 Introduction Dans un contexte de flexibilisation accrue du marché du travail (Givord 2006), il est important de comprendre

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Le déploiement des radars automatiques a fait baisser le nombre de morts

Le déploiement des radars automatiques a fait baisser le nombre de morts Montreuil, mars 2011 Questions de base quand on parle de sécurité routière et des deux-roues motorisés Le déploiement des radars automatiques a fait baisser le nombre de morts Comme le confirme le tableau

Plus en détail

La sécurité routière dans le Bas-Rhin

La sécurité routière dans le Bas-Rhin La sécurité routière dans le Bas-Rhin Octobre 2015 Le nombre d'accidents corporels survenus en octobre 2015 sur les routes du Bas-Rhin, ainsi que le nombre de personnes blessées, ont augmenté, par rapport

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

Feuille de TP N 3 : Modèle log-linéaire - Travail guidé. 1 Cancers : modèle log-linéaire à deux facteurs croisés

Feuille de TP N 3 : Modèle log-linéaire - Travail guidé. 1 Cancers : modèle log-linéaire à deux facteurs croisés M1 MLG Année 2012 2013 Feuille de TP N 3 : Modèle log-linéaire - Travail guidé 1 Cancers : modèle log-linéaire à deux facteurs croisés Ce premier exercice reprend l exercice 1 de la feuille de TD n 3.

Plus en détail

Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement

Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement VIOLENCES ET ACCIDENTS ACCIDENTS DE LA CIRCULATION Contexte Autant par leur poids sanitaire, social et économique, que par leur médiatisation et leur retentissement dans la vie quotidienne, les accidents

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

Synthèse générale de l année 2004

Synthèse générale de l année 2004 Synthèse générale de l année 2004 Pour la première fois cette année, le bilan France entière inclut les résultats enregistrés dans les quatre départements d outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion).

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

PORTER A CONNAISSANCE SECURITE ROUTIERE SCoT SAMBRE - AVESNOIS

PORTER A CONNAISSANCE SECURITE ROUTIERE SCoT SAMBRE - AVESNOIS Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Service Sécurité Risques et Crises Cellule Sécurité Routière et Gestion de Crises PORTER A CONNAISSANCE SECURITE ROUTIERE SCoT SAMBRE - AVESNOIS

Plus en détail

Relevé et évolution des accidents corporels en. Seine-et-Marne

Relevé et évolution des accidents corporels en. Seine-et-Marne Sommaire Pages Eléments de contexte...2 Comparatif régional de l accidentalité...3 Bilan et évolution de l accidentalité 2012-...4 Évolution de l accidentalité en sur 20 ans...5 La politique de contrôle

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Laboratoire Ergonomie Sciences Cognitives pour les transports Contexte général Augmentation de la population de personnes âgées En 2005,

Plus en détail

Trafic, véhicules et réseaux routiers

Trafic, véhicules et réseaux routiers Les transports représentent une composante fondamentale de l économie, en soi et en tant que facteur de production pour la plupart des autres activités économiques. Ils ont de nombreux d effets sur l environnement

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2014

Insécurité routière et délinquance routière en 2014 Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP Insécurité routière et délinquance routière en 2014 Observatoire national interministériel de la sécurité routière La criminalité en

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Problèmes de fiabilité dépendant du temps

Problèmes de fiabilité dépendant du temps Problèmes de fiabilité dépendant du temps Bruno Sudret Dépt. Matériaux et Mécanique des Composants Pourquoi la dimension temporelle? Rappel Résistance g( RS, ) = R S Sollicitation g( Rt (), St (),) t =

Plus en détail

SÉCURITÉ ROUTIÈRE LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE 2007 3. Préambule

SÉCURITÉ ROUTIÈRE LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE 2007 3. Préambule SÉCURITÉ ROUTIÈRE LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE 2007 3 Préambule C e document d information conçu par l Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) présente la synthèse

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Observatoire national interministériel de sécurité routière

Observatoire national interministériel de sécurité routière Observatoire national interministériel de sécurité routière Le téléphone portable au volant 28 mars 2007 La présente étude a été réalisée par Jean Chapelon et Pierre Sibi de l Observatoire national interministériel

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure La distinction 7 entre charges opérationnelles et charges de structure OBJECTIF Maîtriser les concepts de base en matière de variabilité des charges Identifier les situations où la décomposition entre

Plus en détail

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel

La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel La Sécurité Routière dans l'aisne Tableau de bord mensuel FEVRIER 211 7/3/11 Données de l'observatoire départemental 211 21 Variation 21/211 Aisne National 23 3-7 -23,3% +1,6% Tués 3 4-1 -25,% +7,5% Blessés

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

EFFICACITÉ DU CAPITAL, TENSIONS ET CROISSANCE DANS L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE

EFFICACITÉ DU CAPITAL, TENSIONS ET CROISSANCE DANS L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EFFICACITÉ DU CAPITAL, TENSIONS ET CROISSANCE DANS L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE 1 FRANÇAISE Il est important de savoir si l actuelle reprise pourrait amener des tensions excessives sur l utilisation des

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012)

Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012) Portrait cartographique des accidents hors autoroutes en Montérégie (2008-2012) Guide d accompagnement Avril 2015 DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE LA MONTÉRÉGIE Préparé par le secteur Planification, évaluation

Plus en détail

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Economic Focus Février 2003 L'analyse économique appliquée au droit Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Introduction Le marché de la distribution

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

G- Annexe. du plan. départemental. de contrôles routiers

G- Annexe. du plan. départemental. de contrôles routiers G- Annexe du plan départemental de contrôles routiers 2013 Annexe 1 : répartition des accidents mortels en Morbihan en 2012 Annexe 2 : répartition des accidents mortels en Morbihan sur la période 2008-2012

Plus en détail

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique.

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique Observatoire départemental de sécurité routière les données 29 Bilan annuel des accidents corporels Sommaire I - LE BILAN GLOBAL...4

Plus en détail

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile?

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Première problématique Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Introduction Problématique Méthodologie : Plan de communication - Recueil des textes

Plus en détail

N 003 2015. Avril 2015

N 003 2015. Avril 2015 N 003 2015 Avril 2015 (1) La législation sur la protection de l emploi se réfère à l ensemble des dispositions (législation, conventions collectives, jurisprudence) qui régissent le recrutement et le licenciement

Plus en détail

NORMALISATION DES ADAS ET DES ITS LIÉS A LA SECURITÉ SYSTEMES COOPERATIFS

NORMALISATION DES ADAS ET DES ITS LIÉS A LA SECURITÉ SYSTEMES COOPERATIFS NORMALISATION DES ADAS ET DES ITS LIÉS A LA SECURITÉ SYSTEMES COOPERATIFS SYNTHESE 1. Contexte Les systèmes coopératifs ou Systèmes de Transport Intelligent Coopératifs (C-ITS) font partie de la Directive

Plus en détail

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012 SERVICE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 23 Coutances Étude d'accidentologie 28-22 Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Manche . DONNÉES GÉNÉRALES

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Les grandes dates. de la sécurité routière. Annexes

Les grandes dates. de la sécurité routière. Annexes Les grandes dates de la sécurité routière 1893 Circulaire ministérielle du 14 août défi nissant le certifi cat de capacité valable pour la conduite des véhicules. 1899 Décret du 10 mars réglementant la

Plus en détail

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Nous abordons dans ce chapitre l analyse de données statistiques particulières

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE Utiliser le modèle log-linéaire pour mettre au jour la structure du lien entre les deux variables d un tableau de contingence : un exemple d application à la mobilité sociale Louis-André Vallet (CNRS)

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Bilan des accidents de la route 2013

Bilan des accidents de la route 2013 1. Accidents corporels et victimes - principales tendances Comparaison 2012 / 2013 2012 2013 Diff. en % Accidents corporels 1019 949-7 dont mortels 34 41 +21 Victimes tuées 34 45 +32 Blessés graves 339

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Spécificités et performances des canaux de recrutement Anne-Sophie GENEVOIS Cahier n 2011-01 Janvier 2011 Spécificités et performances des canaux de recrutement

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Les modalités de passage du modèle «micro» à une tarification «macro» devraient être précisées

Les modalités de passage du modèle «micro» à une tarification «macro» devraient être précisées Question 1 : Les contributeurs sont invités à formuler leurs remarques sur les objectifs poursuivis par l Autorité par la mise en consultation de ce modèle, en particulier sur l homogénéisation et la mise

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 28 mai 2014 Evolution des prix des services mobiles en France Résultats pour l année 2013 ISSN : 2258-3106 Sommaire SYNTHESE... 3 I. ELEMENTS DE METHODE... 5 I.1 MODELISATION DES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION...5

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

L évaluation des garanties requises pour se couvrir contre le risque d événements extrêmes sur les marchés

L évaluation des garanties requises pour se couvrir contre le risque d événements extrêmes sur les marchés L évaluation des garanties requises pour se couvrir contre le risque d événements extrêmes sur les marchés Alejandro García et Ramazan Gençay* L es systèmes de compensation et de règlement occupent une

Plus en détail

Le poids économique de la principale entreprise de construction

Le poids économique de la principale entreprise de construction L'activité d'airbus dans les statistiques de l'insee Franck Cachia Frédéric Tallet Philippe Gallot (*) Division Synthèse conjoncturelle Division Indicateurs conjoncturels d'activité Le poids économique

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Limitations de vitesse et panneaux d'agglomération

Limitations de vitesse et panneaux d'agglomération Direction départementale de l Équipement Saône-et-Loire les repères Limitations de vitesse et panneaux d'agglomération Plan départemental d'actions de Sécurité Routière (PDASR) Octobre 2005 PRÉFECTURE

Plus en détail

Analyse d images en vidéosurveillance embarquée dans les véhicules de transport en commun

Analyse d images en vidéosurveillance embarquée dans les véhicules de transport en commun des s Analyse d images en vidéosurveillance embarquée dans les véhicules de transport en commun Sébastien Harasse thèse Cifre LIS INPG/Duhamel le 7 décembre 2006 1 Système de surveillance des s Enregistreur

Plus en détail

BILAN 2011 ET ORIENTATIONS 2012 DE LA SECURITE ROUTIERE EN MEURTHE-ET-MOSELLE

BILAN 2011 ET ORIENTATIONS 2012 DE LA SECURITE ROUTIERE EN MEURTHE-ET-MOSELLE BILAN 211 ET ORIENTATIONS 212 DE LA SECURITE ROUTIERE EN MEURTHE-ET-MOSELLE Point presse de M. Raphaël BARTOLT, Préfet de Meurthe-et-Moselle Mardi 31 janvier 212, à 15h3 Bureau de M. le préfet SOMMAIRE

Plus en détail

Économétrie - Une Étude de la Création d Entreprise entre 1994 et 2007

Économétrie - Une Étude de la Création d Entreprise entre 1994 et 2007 LESAUX Loïc MAROT Gildas TANGUY Brewal Économétrie - Une Étude de la Création d Entreprise entre 1994 et 007 Charpentier Arthur Semestre 008 Master 1 Cadoret Isabelle 1 Plan Introduction... 3 Présentation

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises.

Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises. Université de Montréal Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises. Par Faoziat Akanni Sous la direction de M. Yves Richelle et M. Abraham

Plus en détail

STATISTIQUES. Cours I : Test d hypothèses. Télécom Physique Strasbourg Module 2101. Fabrice Heitz. Octobre 2014

STATISTIQUES. Cours I : Test d hypothèses. Télécom Physique Strasbourg Module 2101. Fabrice Heitz. Octobre 2014 Télécom Physique Strasbourg Module 2101 STATISTIQUES Cours I : Test d hypothèses Fabrice Heitz Octobre 2014 Fabrice Heitz (Télécom PS) Statistiques 2014 1 / 75 Cours I TESTS D HYPOTHÈSES Fabrice Heitz

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2006. Les points forts

CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2006. Les points forts CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2006 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse mardi 9 décembre 0 Forum IDSR source Google (intervenants départementaux de sécurité routière) Observatoire Départemental de Sécurité Routière Direction

Plus en détail

«Cours Statistique et logiciel R»

«Cours Statistique et logiciel R» «Cours Statistique et logiciel R» Rémy Drouilhet (1), Adeline Leclercq-Samson (1), Frédérique Letué (1), Laurence Viry (2) (1) Laboratoire Jean Kuntzmann, Dép. Probabilites et Statistique, (2) Laboratoire

Plus en détail