sur les accidents de la route Un effet important après l installation, mais plus réduit à long-terme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sur les accidents de la route Un effet important après l installation, mais plus réduit à long-terme"

Transcription

1 SOCIÉTÉ sur les accidents de la route Un effet important après l installation, mais plus réduit à long-terme Rappel : Les jugements et opinions exprimés par les auteurs n engagent qu eux mêmes, et non les institutions auxquelles ils appartiennent, ni a fortiori l Insee. À partir de 2002, la politique de sécurité routière s est fortement appuyée sur le renforcement du contrôle de la vitesse, et notamment sur le renforcement des contrôles * Centre de recherches en économie et statistiques (CREST) - Insee 15 Boulevard Gabriel Péri, Malakoff cedex, France, s : Les auteurs remercient Francis Kramarz, Bruno Crépon et les deux rapporteurs anonymes pour leurs conseils et suggestions, ainsi que les participants aux séminaires du ministère du Transport, au CREST et à l université Paris 12, ainsi qu aux Journées de micro-économie appliquée 2010 (Angers) et à la Conférence de l Association des économistes européens.

2 J était parmi les pays européens les moins performants en terme de sécurité routière 1 place le contrôle sanction automatisé, qui s est traduit notamment par l installation de radars cadre de cette politique, de nouvelles procédures ont été mises en place pour détecter et sanction duction de cette nouvelle politique (voir par et al. (2006), ou le rapport de la dernière mis- consacrée à l analyse des causes des accidents de la circulation et à la prévention routière matiques de cette politique au moins dans le au niveau local telles évaluations et propose des solutions pour sanction automatique et ne prétend pas évaluer on peut s attendre à ce que les radars diminuent vitesse que son niveau qui affecte l occurrence La question de l effet réel du radar sur le d un radar à un endroit donné peut affecter des zones situées autour du site lui-même parce que les conducteurs continueraient à se comporter prudemment après être passé devant un radar éviter, préfèreraient passer par des routes non des routes moins sûres, ce qui tendrait alors à tion automatisé, dont les radars automatiques pas la seule politique à avoir été mise en place - voitures ont été améliorées en terme de sécu- nées qui contient tous les accidents impliquant - la localisation du radar, et de sa date de mise en 1. cf. OCDE. 2. Plus précisément, c est à l occasion du 14 juillet 2002 que le pour les infractions au code de la route. La loi du 12 juillet En se fondant sur les mesures faites aux abords de 249 radars, Chapelon et al. (2006) (chapitre 5) montrent que le nombre d accidents baisse plus fortement à proximité (moins de 500m) du radar, qu à plusieurs kilomètres. Toutefois leur estimation ne tient comme l hétérogénéité des sites où les radars sont situés, ce qui peut conduire à surestimer leur effet, et le caractère discret des observations utilisées (données de comptage). 4. Les méthodes mises en œuvre dans cet article ne se prêtent pas à l évaluation des effets de la mise en place de radars mobiles, concernées par leur déploiement. Leur effet attendu est égale- l objet d un signalement particulier aux automobilistes.

3 commune, si l installation d un radar a coïncidé - - compte de cette particularité nécessite de recou la mesure de l effet du radar très dépendante (une seule route principale ou présence d une autoroute sur le territoire de la commune), un radar ne va pas affecter l occurrence des acci- dans un premier temps à utiliser un modèle très simple d occurrence d accidents, dans lequel de ce modèle avec les estimations fournies par dernières peuvent être trompeurs, notamment parce qu elles ne parviennent pas à prendre cor- munes en ce qui concerne les accidents qui s y en terme de différence de différence, qui consis- cidents avant et après l installation d un radar, conduit à une diminution trop forte des accidents les données, ce qui nous conduit à proposer des s appuient sur une relation non linéaire entre un effet du radar, lorsqu il est installé dans la com- et al. s appuient que sur les moments de premier ordre, - - tion est en effet nécessaire à la mise en œuvre littérature sur l évaluation des effets des radars, - - nées et quelques éléments descriptifs sur des - ne distinguent pas assez l effet direct des radars de celui des mesures de prévention d ensemble U évaluer l effet des radars automatiques sur

4 américaines, car ces pays ont été parmi les premiers à installer de tels appareils automatiques de la littérature (Wilson et al. différence de différence, c est-à-dire compa- après l installation d un radar sur un site équipé à estimer les effets de ces appareils sur le - dents sur les sites équipés revient à sa tendance équipés serait dans ce cas faussement interpré- - (1997) pour une présentation complète de cette - - lement comme l espérance propre au site du - et al. Il conclut que «cette méthode est préférable aux autres alternativesqu elle n est pas toujours correcte - peut ainsi avoir un effet à des endroits n étant - sites équipés, ce qui causerait une diversion de - - tion des accidents mesurée sur la zone équipée pourrait être ainsi liée à la diminution du tra- et al. - - correspondait à un effet direct des radars, tandis l économie des transports se sont évidemment

5 des radars dans la littérature académique 5 Ils mettent l accent sur la corrélation entre leur mis au sein de quelques documents de littéra- 6 7, conférences de presse), nous n avons pu trouver aucune ten- - Les représentants des associations de conduc- La mise en avant de cette corrélation ne permet pas d isoler correctement le rôle propre des Effet d annonce : l accentuation de l évolu- dans Chaperon 6. On range dans cette catégorie tout document dactylographié ou imprimé, produit à l intention d un public restreint, en dehors des circuits commerciaux de l édition et de la diffusion et en marge des dispositifs de contrôle bibliographiques. Exemples de littérature grise : rapports d études ou de recherches, actes de congrès, thèses, brevets, etc. 7. Voir par exemple Chapelon, cité plus haut. Graphique I Nombre d accidents et de radars opérationnels par trimestre Toutes routes Autoroutes Routes nationales Routes départementales Voirie Non attribué Radars Lecture : le nombre d accidents est donné par l axe des ordonnées à gauche et le nombre de radars par l axe des ordonnées à droite désigne le premier trimestre Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

6 date mais force est de constater que les conduc- que parmi toutes les annonces, celle des radars - Effet local direct : - - particulièrement forts (au détriment des effets Effet de halo spatial pas localisé qu au point précis qu il couvre, mais - - le conducteur est rappelé par le radar à la néces- - - et al. (2002) montrent ainsi que l installation d un radar C tallation d un radar, nous avons recours à des isoler l effet propre du radar sur les évolutions mière consiste en la détermination de la spéci- l estimation de la variation du nombre d accidents d accidents par trimestre dans une commune 8 L utilisation de modèles linéaires peut être trompeuse, principalement parce que les données d études utilisent l économétrie des données - dans ces modèles est supposée multiplicative, c est-à-dire que l effet d une caractéristique ci-dessous dans un modèle très simple décrivant - 8. Calculs des auteurs à partir des tableaux de Hess, 2004.

7 Un modèle caractérisant les effets locaux en tenant compte du caractère accidentogène des sites où ils sont installés - munes constituant une partition totale du ter- - j, qui se situe dans une commune i t y jt qui se produit sur le site j au trimestre t est - jt E y jt = λ (1) jt jt est affecté par l installation d un radar sur le site j au trimestre t par trois - L installation du radar sur le site j lui-même - L installation du radar sur d autres sites de la commune ij - L installation du radar dans des sites acciden- i j, mais ment, l installation d un radar à un endroit nos données (mais souvent rencontrée dans munes peuvent avoir plusieurs sites acciden- plémentaire dont on dispose sur ces sites concerne simplement le type de route détaillé sons une structure minimale sur les paramètres jt - t et un paramètre dépendant du site j, j, tel que λ = λ τ (2) jt t j t dépend de la politique de sécurité rou- nationales de sécurité routière, améliorations - - t dépendre j - j, qui le rendent particulière- À ce stade, nous supposons que j même valeur pour tous les sites accidento- i, τj = τi, j i - mune, les principales différences de niveau d accidents entre communes étant liées à des N i9 j dépendent seulement de la commune i et de la date t λjt = λit = λt τi commune i total d accidents se produisant sur le territoire de la commune i à la date t ( ) = λ τ E yit Ni t i en fonction du type de route considéré (autoroute, route nationale, départementale ou communale). Le modèle peut être adapté en rajoutant un indice selon le type de route considéré.

8 selon la taille de la commune sur le site j j ( ) = ( + ) E yjt 1 αrjt λt τi R jt est une indicatrice de présence d un radar opérationnel sur le site j à la date t paramètre est supposé ici être identique pour communes pour lesquels des paramètres spéci- L espérance de la somme des accidents dans la commune i à la date t ( ) = + ( ) E yit Ni αrit λt τ i (5) R it la commune i à la date t - N i la ville ( i rurales ne diffèrent pas pour ce qui concerne le - - posé être plus élevé), mais elles peuvent être ce cas, l installation d un radar au niveau de - dilué lorsqu il n est installé que sur un site et que Un modèle multiplicatif, tel que N i =N (le plus ( ) = ( + ) = ( ) E yit λt τi 1 αrit λt τiexp α Rit (6) R it est une indicatrice, on a exp α 1 α ( ) = + Un modèle «mixte», tel que i = est le même ( ) = ( + ) E yit τλt Ni α Rit (7) duire une temporalité des effets du radar, en it par 1 R it1 + 2 R it2 R it1 dans le modèle multiplicatif), et R it2 site j d autres sites de la même commune ou de - décroissant au cours du temps, comme le serait Les externalités entre communes ne sont pas prises en compte

9 commune i sur les accidents ayant lieu dans une autre commune i conduire à sous-estimer les effets réels des radars, puisqu une partie des communes non équipées peuvent être en réalité impactées 2007) et, par conséquent, de leurs communes - des communes équipées avec celles qui ne cer l interprétation du paramètre présenté dans les modèles précédents, en particulier le à l effet direct d un radar, mais rend compte aussi de ses effets sur des sites différents à lors de l évaluation de leur effet - constances et des raisons qui ont incité les - - Problème 1 : L hétérogénéité en niveau. - - d acci dents (ou tout au moins contrôler cette -. Les radars peuvent être installés sur des sites différences peut alors conduire sans précaution - Problème 3 : Tendances de long terme. pour un niveau donné d accidents à la date t, les communes faisant preuve d un certain - vée (en niveau) pourrait conduire à sous-esti- - Problème 4 : Politiques ou phénomènes simultanés la police devenant moins utile sur les sites équipés de radars, les autorités peuvent renforcer les contrôles sur d autres sites acci- - tant les radars à des communes aléatoirement - de contrôle), peuvent résoudre la plupart de - La sélection des sites équipés de radars s est effectuée suivant une procédure normalisée et transparente Toutes ces procédures sont résumées dans une circulaire interministérielle datée du 3 février 2004.

10 - - sites d installation des radars, de manière à ce - an (calculé sur les cinq dernières années - Les 700 premiers sites ont été sélectionnés - - été d ailleurs souvent consultées 11 compatibles avec la prise en compte des biais liés à l endogénéité être traitées, notamment en adoptant des straté- - lisant des données de panel, qui permettent - - la dynamique de court terme avant l installation - ne peut pas à lui seul avoir des conséquences sur la décision d installer un radar à l endroit de est fondé sur des indicateurs de moyen terme, 12 compte par le caractère multiplicatif apporté de sa propre tendance par l intermédiaire du terme λ t τ i rience naturelle de l installation des radars dans nous considérons séparément les communes dans lesquelles un radar vient d être installé 1112 Une estimation s appuyant généralisés L route utilisent souvent des modèles de don- et al., - conditionner les résultats et sont remises en native se fondant avant tout sur les moments caractérisés par la présence d effets temporels plicatif est rendu un peu plus compliqué par it ) pour rendre 11. Cf. Hamelin (2008) pour des études monographiques sur certains départements. 12. Cependant, un doute peut subsister quant à la temporalité effective de l installation dans les communes choisies. Mais cette source de biais est probablement négligeable.

11 - et al. (2001) - - tion d un radar dans le futur - - et al. dans le fait que ces auteurs utilisent une quasi-différen- 13. Pour estimer ce type de modèle, une autre stratégie aurait pu être adoptée, s appuyant sur les moindres carrés concentrés (CLS), introduits par Kiefer, 1980, développés par Ahn et al. (2001) et généralisés par Bai (2009), pour les modèles multifactoriels. 14. Avec les données disponibles, on aurait pu adopter une hypothèse plus faible consistant à autoriser la possibilité que la séquence des accidents affecte la probabilité future d installation des radars. Outre le fait que le contexte institutionnel rende improbable ou très peu fréquent ce type de mécanisme, cette méthode, se fondant sur des hypothèses plus faibles, conduit à des résultats moins précis. C est pourquoi nous nous concentrons sur l hypothèse d exogénéité stricte. LA MÉTHODE D ESTIMATION Modèle mixte yit = τλtαrit + τλtni + ε it. i E εit = 0; E εit Ris = 0, s, t. zit = yit τλtαrit T z u= iu uit = zit τλt = ε T it λt τλ u= u T ε u= iu T λ u= u ε it u it E u it = N i et t. et al. E u it = E u it R it = T T R *K K T+K T - + K T et al. exp( αr it ). Modèle multiplicatif yit = λtτiexp( α Rit ) + εit. i E εit = 0; E εit Ris = 0, s, t. uit yit λtexp α Rit = ( ) ( ) = εit λtexp α Rit T y u= 1 iu T λuexp( α R u iu ) = 1 T ε u= 1 iu T λ u uexp( α Riu ) = 1 t E u it = E u it R it =

12 15, nous avons rapport à la moyenne des accidents trimestriels temporels et individuels interviennent addi- - ici des modèles «withinrence avec le modèle additif consistant en la le nombre annuel d accidents a baissé de 30 % entre 1998 et 2007 T national des accidents corporels de la savoir la commune de localisation de l accident, - premier trimestre de 1998 et le dernier trimestre routes départementales et routes communales radars ont été installés dès le quatrième tri- été au cours de 2005, et au premier trimestre lité commencé à diminuer avant l installation - radars, certaines associations de conducteurs des accidents de la route 16 - d accidents a diminué lentement cette année-là - proportion d accidents se produisent sur les 15. L utilisation de la moyenne plutôt que la première période comme base de l estimation permet de se prémunir en partie de s il est affecté d une légère tendance). Il est alors plus adapté de quasi-différencier par rapport à la moyenne plutôt que par rapport à la première date. 16. La baisse des accidents était accompagnée d une baisse des vitesses moyennes solidement établie. La contestation des associations porte plus sur l effet des radars sur la baisse des accidents ou des vitesses, que sur le lien entre accident et vitesse excessive.

13 en particulier parce qu ils concernent plus souvent des piétons (même si la vitesse reste dans ce cas aussi une cause importante ou moins marquée selon la taille de la ville nué dans les communes rurales et petites que radars dépend du risque d accidents mesuré au du nombre d accidents entre communes trimestre 2007, aucun accident corporel n a été relevé dans communes, et seulement d accidents par commune fait ressortir une d un trimestre, il n y a eu aucun accident dans Graphique II Calendrier d installation des radars dans les communes Nombre de communes Lecture : au 4 e Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Observatoire national inter-ministériel de la sécurité routière.

14 tante de communes sans accident, les modèles et conduit à estimer le modèle selon l évolution du nombre d accidents que l évolution tendancielle des accidents cours du temps peut varier selon la taille ou le Graphique III Nombre d accidents par trimestre et par type d aire urbaine Rural < Entre et Entre et Entre et Entre et Entre et Paris Plus de Lecture : au premier trimestre de 1998, environ accidents ont été constatés dans les communes de plus de habitants. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

15 de tendance des accidents, puis nous estimons montrent que les évolutions tendancielles des à notre disposition, qui s appuie sur une caractérisation des séquences d accidents qui s y - qui contiennent les communes les plus peu- - qui tendent à s atténuer au cours du temps A mier temps, nous estimons le modèle en supposant que l effet des radars est constant dans Graphique IV Évolution comparée des accidents par type d aire urbaine 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0, Rural et < Entre et Entre et Entre et Plus de Paris Lecture : base 1 au premier trimestre Au 4 e trimestre de 2007, les accidents dans les communes rurales ou de moins de habitants ne correspondent plus qu à 52,7 % de ce qu ils étaient au 1 e trimestre de Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

16 le temps, puis nous autorisons cet effet à être Selon les modèles avec effet constant, importante du nombre d accidents dans les petites communes - des accidents, nous ne pouvons pas estimer communes est introduite additivement, estimé rences intra (modèle «within utilisée dans la littérature de l évaluation 17 les effets des radars sur les communes dans lesquelles ils ont été installés, en termes de teurs, car ils peuvent être comparés entre les Les modèles mixtes et multiplicatifs reposent également sur within Graphique V 25 En % Proportion de communes équipées d'un radar Vingtile de la distribution Nombre d'accidents Nombre d'accidents par habitants Lecture : les communes sont classées selon le nombre d accidents ou le nombre d accidents par habitant qui y sont constatés. Seules 0,6 % des communes se situant dans les 5 % de communes ayant le plus faible nombre d accidents par habitants (vingtile inférieur) sont équipées d un radar. C est le cas de 6,5 % des communes se situant parmi les 5 % de communes ayant le plus grand nombre d accidents par habitant (vingtile supérieur). Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

17 pertinent de se concentrer sur le niveau des installés, sur les concernés par cette que l installation des radars a fortement fait - dans ces communes par trimestre, cela corres- munes, l effet de l installation des radars sur - Graphique VI Distribution du nombre d accidents par commune Nombre de communes dont le nombre d'accidents est plus grand que x Nombre d'accidents Lecture : le graphique VI présente la distribution du nombre d accidents par commune (log du nombre d accidents en abscisse et log du nombre de commune dont le nombre d accidents est supérieur à x en ordonnée) à deux dates, 1 e trimestre de 1998 et 4 e trimestre de Ce graphique illustre l extrême hétérogénéité entre communes en ce qui concerne le nombre d accidents qui s y produisent. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

18 tif donnent des résultats différents sur les tués, - RÉPARTITION DES COMMUNES EN GROUPES HOMOGÈNES p i ζ it = y it / y i. où y i. 1. Les communes pour lesquelles aucun accident n a été observé sont enlevées de l échantillon. Cela nous conduit à restreindre à le nombre total de communes considérées. L apport informationnel des communes sans accident est λt εit ζit = + = µ t + νit λ θi T Où λ = λt et θi = λτi T t= tif et θi = λτni t et it it it { } 0 E( ζ it) = µ t + µ 1 t1 i groupe1 t1

19 18 nous considérons que, pour les communes des tallation des radars dans des petites communes, - - contre - 0,10 pour l estimation en ôtant les auto- l installation d un radar dans ces communes Le groupe 0 correspond au 36 % de communes les plus petites pour les accidents hors autoroute, tandis qu il est constitué des 60 % plus petites pour l ensemble des accidents (cf. encadré 2, tableau A). Constitution des groupes homogènes de communes Lecture : pour les accidents sur autoroute, 4 groupes de communes ayant des tendances d accidents homogènes ont pu être distingués. Il y a communes sur le territoires desquelles au moins un accident sur autoroute a été observé. Les percentiles seuils e, 40 e et 70 e percentiles. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière. Description des groupes de communes Lecture : le groupe 0 correspondant aux accidents sur toutes les routes comporte communes. La moyenne de la population Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

20 mais ces résultats ne sont pas Graphique VII Évolution comparée des accidents par groupe de communes (base 1 au T1 1998) 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0, Groupe 0 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Groupe 5 Groupe Lecture : au 4 e trimestre de 2007, les accidents dans les communes du groupe 0 ne correspondent plus qu à 51,4 % de ce qu ils étaient au 1 e trimestre de Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière et base de données communales, Insee.

21 tats, nous conduisent à considérer avec pru- que les communes auraient des intensités de tra- - Les modèles additifs, qui conduisent à surestimer les effets des radars, sont rejetés par les données - communes, les estimations donnent des résul- tendances d accidents sont parallèles entre les différentes communes (elles ne diffèreraient par une tendance multiplicative commune mul- - - Effets des radars (tous types de route) A-Effets sur le nombre d accidents Groupe Modèle additif Modèle additif

22 luation, doivent être utilisés avec soin, particu- Selon les modèle à effets variant dans le temps, les radars auraient à court terme qu à long terme Les mêmes modèles sont estimés en introdui- effet à potentiellement différer selon le temps it est remplacé par R 1 + it 2 R2 it R1 est le it i tr 2 est le it i t paramètres respectivement pour les accidents n ayant pas eu lieu sur les autoroutes, en distin- B-Effets sur le nombre de décès Groupe Modèle additif Modèle additif Lecture : estimation par GMM. A : la variable dépendante est le nombre d accidents survenus dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre d accidents évités par trimestre. d accidents de 0,057. Comme le nombre trimestriel moyen d accidents par trimestre est de 0,32, cet impact est donc de 18 %. B : La variable dépendante est le nombre de décès du fait d un accident dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supé- en regroupant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre de décès évités par trimestre. trielle de décès de 0,027. Comme le nombre trimestriel moyen de décès est de 0,06, cet impact est donc de 45 %. (GMM), sa p-value est reportée dans les tableaux. Champ : Communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source: base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

23 les parties inférieures l effet des radars dans les - - donnent des résultats similaires dans les com- - - modèle multiplicatif conduit à des résultats Le principal résultat de ces estimations est Les estimations des effets de court terme, dans compte d un effet décroissant dans le temps des l effet de court terme est compris entre - 0,087 et - 0,097 (à comparer à - 0,057 lorsque l effet décroissant des radars n est pas pris en compte l effet de court terme est compris entre - 0,126 e trimestre après l ins- Effets des radars (toutes routes sauf autoroute) A-Effets sur le nombre d accidents Groupe Modèle additif Modèle additif

24 l effet des radars sans prise en compte de sa À notre connaissance, cet article est l un des temporelle de cet impact est en effet rarement suite de l installation d un radar, on constate ainsi dans les communes les plus petites B-Effets sur le nombre de décès Groupe Modèle additif Modèle additif Lecture : estimation par GMM. A : la variable dépendante est le nombre d accidents survenus dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre d accidents évités par trimestre. diminuer la moyenne trimestrielle d accidents de 0,032. Comme le nombre trimestriel moyen d accidents est de 0,20, cet impact est donc de 16 %. B : la variable dépendante est le nombre de décès du fait d un accident dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre de décès évités par trimestre. moyenne trimestrielle de décès de 0,027. Comme le nombre trimestriel moyen d accidents est de 0,05, cet impact est donc de 54 %. (GMM), sa p-value est reportée dans les tableaux. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source: base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

25 - - mois consécutifs à l installation des radars route, sans que ce résultat soit statistiquement TEST DE SPÉCIFICATION ADDITIVE vs MULTIPLICATIVE within ( ) = µ θ E y it Où t i t i E ( y it ) = µ t + θ i t ( ) = E y it µ t µ t θ i 1 2 µ t = 0 et µ t = 1 t et t i i t et t t = t. e Modèle multiplicatif ou additif? Groupe µ t. i µ t Lecture : la composante multiplicative explique 15 % de la variabilité des accidents dans le groupe 0. La valeur de la statistique de Wald d égalité jointe à 1 de µ t est égale à 9 535, ce qui indique un fort rejet de cette hypothèse. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source : base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

26 qui conduit à une réduction de plus de moi- - en réduisant leur vitesse sur une distance plus leur niveau d attention ou leur faire conserver une vitesse plus élevée sur des portions de route - à éviter les radars, en prenant d autres routes situées en partie dans la même commune et al. tation pourrait prendre du temps, les conduc- Effets des radars : effets temporels (tous types de routes) A-Effets sur le nombre d accidents

27 - B- Effets sur le nombre de décès Lecture : estimation par GMM. A : la variable dépendante est le nombre d accidents survenus dans la commune lors d un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre d accidents évités par trimestre. trimestrielle d accidents de 0,097 au cours des six premiers mois, puis de 0,053 au cours des périodes ultérieures (par rapport au niveau antérieur à l installation du radar). Comme le nombre trimestriel moyen d accidents est de 0,32, cet impact est donc de 30 % au cours des six premiers mois et de 17 % ensuite. B : la variable dépendante est le nombre de décès du fait d un accident dans la commune à un trimestre donné. La partie supérieure du pant certains de ces groupes. La seconde partie du tableau présente l impact sur les communes traitées de l installation des radars, en nombre de décès évités par trimestre. moyenne trimestrielle de décès de 0,044 au cours des six premiers mois, puis de 0,030 au cours des périodes ultérieures (par rapport au niveau antérieur à l installation du radar). Comme le nombre trimestriel moyen de décès est de 0,06, cet impact est donc de 73 % au cours des six premiers mois et de 50 % ensuite. (GMM), sa p-value est reportée dans les tableaux. Champ : communes dans lesquelles au moins un accident a été constaté entre 1998 et Source: base nationale des accidents corporels , Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Observatoire national interministériel de sécurité routière

Observatoire national interministériel de sécurité routière Observatoire national interministériel de sécurité routière Le téléphone portable au volant 28 mars 2007 La présente étude a été réalisée par Jean Chapelon et Pierre Sibi de l Observatoire national interministériel

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Le printemps de la sécurité routière dans la Somme

Le printemps de la sécurité routière dans la Somme Invitation presse Amiens, le 5 avril 2013 Le printemps de la sécurité routière dans la Somme Du samedi 6 au samedi 13 avril 2013 Conférence de presse du préfet le mardi 9 avril à Amiens M. Jean-François

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute SECURITE ROUTIERE : QUELQUES ELEMENTS A RETENIR Pour réviser, vous pouvez vous entrainez sur le site : http://eduscol.education.fr/cid46889/preparation-auxepreuves-securite-routiere.html L ASSR est l attestation

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

Par Maître Elena Roditi, Avocat au Barreau de Paris (Alain Bensoussan Avocats)

Par Maître Elena Roditi, Avocat au Barreau de Paris (Alain Bensoussan Avocats) Entretien sur les aspects juridiques des voitures autonomes Par Maître Elena Roditi, Avocat au Barreau de Paris (Alain Bensoussan Avocats) Présidente de la commission «Voiture Intelligente» de l Association

Plus en détail

Bilan des accidents de la route 2013

Bilan des accidents de la route 2013 1. Accidents corporels et victimes - principales tendances Comparaison 2012 / 2013 2012 2013 Diff. en % Accidents corporels 1019 949-7 dont mortels 34 41 +21 Victimes tuées 34 45 +32 Blessés graves 339

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011 J. 11 1203 MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 7 septembre 2011 Question 1 Dans le cadre de l apprentissage

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

La situation en France

La situation en France La situation en France Motocyclettes et cyclomoteurs = moins de 2% du trafic 26% des morts (chiffres 2010) 1/3 des morts en milieu urbain 2/3 en milieu rural 2/3 des blessés en milieu urbain 1/3 en milieu

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires

Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires Chapitre 3 Les régimes de fonctionnement de quelques circuits linéaires 25 Lechapitreprécédent avait pour objet l étude decircuitsrésistifsalimentéspar dessourcesde tension ou de courant continues. Par

Plus en détail

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Edmonton, 11 juin 2012 Catherine Berthod, ing., urb. Direction de la sécurité en transport

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Filiale du COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 16 novembre 2009 La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Alors que le

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 11 janvier 2012 Evolution des prix des services mobiles en France Evolutions 2006-2010 Synthèse L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes rend publics les résultats de l étude

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 1 La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 Les statistiques mesurant la criminalité ne sont pas homogènes dans l ensemble du Royaume-Uni. Ceci tient aux différents systèmes

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30 Cabinet du préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 2015 Dossier de presse Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015 Conférence de presse Vendredi 13 février

Plus en détail

La procédure de contestation en cas de contravention faisant suite à contrôlesanction

La procédure de contestation en cas de contravention faisant suite à contrôlesanction La procédure de contestation en cas de contravention faisant suite à contrôlesanction automatisé Il existe deux catégories de contestations à considérer : Celles pour lesquelles aucune consignation préalable

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Analyse économique de la sécurité routière : théorie et applications

Analyse économique de la sécurité routière : théorie et applications Analyse économique de la sécurité routière : théorie et applications CP/01/381 Prof. S. Proost Center for Economic Studies (K.U.Leuven) Prof. G. De Geest Centre for Advanced Studies in Law and Economics

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau

BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012. Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau BILAN DE L'ACCIDENTALITE ROUTIERE 2012 Jeudi 24 janvier 2013 Hôtel de Beauvau Paris, le 24 janvier 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Manuel VALLS, ministre de l'intérieur, annonce un bilan de l accidentalité routière

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise?

Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Les salaires réels ont ils été affectés par les évolutions du chômage en France avant et pendant la crise? Grégory Verdugo Direction des Études microéconomiques et structurelles Service des Analyses microéconomiques

Plus en détail

L intervention policière, de la théorie à la pratique

L intervention policière, de la théorie à la pratique L intervention policière, de la théorie à la pratique Patrick Lavallée Sergent, conseiller en sécurité routière, Division sécurité routière et patrouilles spécialisées, Service de police de la Ville de

Plus en détail

Observatoire national interministériel de sécurité routière

Observatoire national interministériel de sécurité routière Observatoire national interministériel de sécurité routière Le 3 juillet 2012 Base de données accidents sur 6 années avec informations de géolocalisation Cette base est extraite du fichier national des

Plus en détail

Ce que la France peut apprendre de la Suède = BEAUCOUP. et ce que la Suède peut apprendre de la France = AUTANT

Ce que la France peut apprendre de la Suède = BEAUCOUP. et ce que la Suède peut apprendre de la France = AUTANT Ce que la France peut apprendre de la Suède = BEAUCOUP et ce que la Suède peut apprendre de la France = AUTANT Åsa ERSSON Swedish Road Administration 1 Vous connaissez peut-être Volvo ABBA Ericsson Zlatan

Plus en détail

Le coût du bonus/malus écologique: que pouvait-on prédire?

Le coût du bonus/malus écologique: que pouvait-on prédire? Le coût du bonus/malus écologique: que pouvait-on prédire? Xavier D Haultfœuille Isis Durrmeyer Philippe Février Résumé Les évaluations ex ante constituent un outil d aide à la décision pour les pouvoirs

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Comparaison des hypothèses

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

LES IMPACTS DE LA REDUCTION DE LA VITESSE MAXIMALE DU PERIPHERIQUE PARISIEN. Rémy Prud homme 1. 7 Janvier 2014

LES IMPACTS DE LA REDUCTION DE LA VITESSE MAXIMALE DU PERIPHERIQUE PARISIEN. Rémy Prud homme 1. 7 Janvier 2014 LES IMPACTS DE LA REDUCTION DE LA VITESSE MAXIMALE DU PERIPHERIQUE PARISIEN Rémy Prud homme 1 7 Janvier 2014 Résumé Cette note évalue les impacts d une mesure de réduction (de 80 à 70 km/h) de la vitesse

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles 1 Avec 742 367 permis B délivrés en France en 2011, le permis de conduire est le premier examen en France par son nombre de candidats. Le permis

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Conseil national de la sécurité routière Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Sommaire 27 novembre 2012 : Manuel Valls, ministre de l Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Plus en détail

RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER

RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER MAJ AÔUT 2015 PM405 - ME PREMIÈRE PARTIE RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER DES MAISONS À ÉTAGES (ME) ET DES MAISONS PLAIN-PIED (PP) DE LA VILLE DE REPENTIGNY AU 31 JUILLET 2015 Si dans les mois qui viennent,

Plus en détail

Les risques au volant: une réalité à tout âge

Les risques au volant: une réalité à tout âge Données et faits Les risques au volant: une réalité à tout âge Table des matières 1 Ventilation par tranches d'âge des personnes coresponsables d'un accident, 2012... 2 2 Principales causes d'accidents...

Plus en détail

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest!

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! Communiqué de presse Juin 2009 Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! AlcooTel, le test d alcoolémie pour mobile le plus performant du marché, simple ergonomique et gratuit est désormais

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

données en connaissance et en actions?

données en connaissance et en actions? 1 Partie 2 : Présentation de la plateforme SPSS Modeler : Comment transformer vos données en connaissance et en actions? SPSS Modeler : l atelier de data mining Large gamme de techniques d analyse (algorithmes)

Plus en détail

Étude des comportements de sécurité routière des propriétaires, exploitants et conducteurs des véhicules lourds au Québec

Étude des comportements de sécurité routière des propriétaires, exploitants et conducteurs des véhicules lourds au Québec Étude des comportements de sécurité routière des propriétaires, exploitants et conducteurs des véhicules lourds au Québec Georges Dionne, HEC Montréal Jean-François Angers, Université de Montréal Denise

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur...

Ce qu il faut savoir sur... A Government Information Service Feature Juillet 2013 Ce qu il faut savoir sur...... LE PERMIS A POINTS Le système de permis à points (SPP) pour les permis de conduire est entré en vigueur le 10 mai 2013,

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

Leçon 3. Les principaux outils de gestion des stocks

Leçon 3. Les principaux outils de gestion des stocks CANEGE Leçon 3 Les principaux outils de gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier à la pratique des outils fondamentaux de gestion des stocks : de

Plus en détail

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS

BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS C-4052 DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2001 DES TAXIS, DES AUTOBUS ET DES CAMIONS ET TRACTEURS ROUTIERS Service des

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse Sommaire Le communiqué de presse Page 3 Quelle ampleur et quelle évolution? Page 5 Quel est le profil des non-assurés? Page

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN Une ambition : généraliser les procédures d analyse de tous les accidents corporels de la circulation. Une démarche effective

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Ligue contre la Violence Routière

Ligue contre la Violence Routière Ligue contre la Violence Routière La Ligue contre la violence routière, notre confrère français, vient de lancer la voiture citoyenne. Elle tient compte aussi bien de la protection de l environnement que

Plus en détail