Chapitre 8 - Les due diligence et les personnes qui les conduisent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 8 - Les due diligence et les personnes qui les conduisent"

Transcription

1 Chapitre 8 - Les due diligence et les personnes qui les conduisent «Une erreur ne devient une faute que si l on refuse de la corriger.» John Fitzgerald Kennedy 8.1 Pourquoi les due diligence? Le terme anglo-saxon de due diligence désigne les vérifications opérées par le capitalinvestisseur sur l équipe dirigeante, la société, son secteur et ses marchés, et sur le business plan. Ce travail de «détective» a pour objectif d évaluer et de diminuer au maximum le risque lié à l investissement. L importance des due diligence dépend bien sûr du type de situation rencontrée. S il s agit d un investissement dans une start-up, l étude immobilière et les audits comptable, juridique et fiscal n ont pas beaucoup de sens. Dans le cas d une transmission d entreprise, la garantie d actif et de passif délivrée par le vendeur et la contregarantie qui s y rattache pourront permettre de limiter l étendue des due diligence. Généralement, les due diligence se décomposent en une phase dite légère, au cours de laquelle le capital-investisseur lui-même vérifie un certain nombre de points généraux, et une phase dite lourde pour laquelle il mandate des conseils spécialisés. La phase légère commence dès que l investisseur reçoit le dossier de présentation de votre entreprise, et dure jusqu au moment où vous êtes parvenus à un accord préalable sur les termes et les conditions de l investissement, qui s accompagne généralement d une période d exclusivité accordée à l investisseur potentiel. Compte tenu des moyens mis en œuvre et des frais encourus lors de la phase suivante des due diligence, l investisseur demande en effet une exclusivité au cours de laquelle ses conseils vont mener une étude approfondie de l entreprise dans les domaines clés. 1

2 8.2 Les due diligence «légères» : quand le capital-investisseur se fait détective A. Qu attendre de la visite du capital-investisseur? Un des premiers éléments des due diligence est une visite de votre entreprise. La plupart des capital-investisseurs se déplacent pour venir voir vos locaux et rencontrer votre équipe. Même si cela n est pas absolument nécessaire, il est bienvenu que vous alliez le chercher à la gare ou à l aéroport, moins par politesse que parce que cela vous permettra de nouer une relation avec lui pendant le trajet. Le capital-investisseur en profitera pour vous poser quelques questions informelles sur votre situation de famille (êtes-vous marié, avez-vous des enfants?), vos loisirs (quels sont vos moyens de décompresser?). L investisseur cherche ainsi à mieux cerner votre personnalité, à savoir à qui il a affaire. Pour vous, c est l occasion de mieux comprendre ses attentes et de le mettre à l aise. Rappelez-vous que vous essayez toujours de lui vendre une opportunité d investissement qui va lui permettre de réaliser une belle opération. B. Comment réussir la visite? La première étape d une visite est le «tour du propriétaire», au cours duquel vous montrez toutes vos installations et présentez les personnes clés à votre hôte. Durant cette visite, le capital-investisseur cherche à voir et à comprendre tout ce qui touche à votre entreprise, il s arrête en chemin pour poser des questions aux gens qu il rencontre. Cette visite prend une à deux heures, en fonction de la taille de l entreprise. L investisseur essaie de comprendre comment se passe une journée type dans votre métier, quelles sont les compétences requises pour l exercer et quelles sont les qualifications des gens de votre équipe. Peut-être vous posera-t-il des questions qui vous sembleront élémentaires, mais rappelez-vous que beaucoup de capital-investisseurs sont des généralistes et qu ils ne peuvent donc pas tout savoir sur tout : ce qui paraît une évidence dans votre profession ne l est pas nécessairement pour lui. Durant cette visite, expliquez le plus d éléments possible sur votre activité : plus vous serez précis, plus votre interlocuteur pourra poser de bonnes questions. Expliquez l usage des machines, présentez les personnes rencontrées dans les bureaux en expliquant quelle est leur fonction dans l entreprise. Aidez le capital-investisseur à visualiser les différentes parties de l entreprise : production, marketing et commercial, comptabilité, achat. Si vous pensez que rien ne ressemble plus à des bureaux que d autres bureaux, détrompezvous, car votre installation reflète beaucoup de choses. L agencement des bureaux, le matériel mis à la disposition des collaborateurs, l ordre ou le désordre ambiant sont significatifs de votre manière de travailler. De plus, le capital-investisseur voudra être sûr que vous ne menez pas grand train et que vos frais généraux ne sont pas disproportionnés par rapport à votre activité : il veut être sûr que son investissement ne servira pas à construire une piscine couverte avec sauna pour le management. Si votre business plan concerne une start-up, vos bureaux se résument peut-être à un garage, à une chambre au dixième étage sans ascenseur, ou à un petit bureau dans une pépinière d entreprises. Même dans ce cas, attendez-vous à la visite du capital-investisseur qui veut voir votre équipe et savoir si votre désordre de créateur d entreprise excède la normale. 2

3 C. Des questions supplémentaires sur le business plan Après la visite, vient le temps d une réunion au cours de laquelle le capital-investisseur va vous poser des questions supplémentaires sur votre secteur, sur votre produit et sur tout autre aspect essentiel de votre activité. Cette réunion peut être un déjeuner et, en fonction de votre interlocuteur, vous privilégierez un déjeuner au bureau (en évitant les sandwiches) ou au restaurant (en veillant à réserver une table isolée et à la rapidité du service). C est le moment où le capital-investisseur va vous tester. Vous devez donc connaître votre métier et votre produit pour être capable de répondre à toutes ses questions sans hésitation. Si vous n êtes pas en mesure de fournir une information, plutôt que de donner une réponse vague et inexacte, notez la question par écrit et transmettez-lui la réponse le plus rapidement possible. Il vous posera aussi un certain nombre de questions sur vos projections financières : là encore, soyez prêt à justifier et à expliquer les chiffres de votre business plan. Rien n est pire pour un capital-investisseur que de sentir que les prévisions financières dépendent de l «effet tableur». Le capital-investisseur va enfin vous poser toutes les questions auxquelles vous n aurez pas répondu dans votre business plan. Il se peut qu il sorte une liste de questions et, ligne après ligne, fasse le point sur tel ou tel aspect qui ne lui paraît pas clair. Il voudra aussi profiter de sa visite pour rencontrer les différents acteurs de votre entreprise : le responsable du marketing, pour débattre avec lui du produit, de la concurrence, du positionnement marketing ; le responsable de la production pour s entretenir avec lui de la fabrication, de la gestion des stocks, du contrôle qualité. Bien sûr, il passera du temps avec le responsable financier pour évoquer les banques et les autres établissements de crédit avec lesquels l entreprise est en relation. Ils discuteront des ratios financiers pour permettre à l investisseur de les comparer avec ceux du secteur, et des cash flows générés par l activité. La partie financière est particulièrement importante dans des opérations de capitaldéveloppement ou de reprise d entreprise (buyout). Pour une start-up, le capital-investisseur vérifiera surtout que vous pouvez lui fournir un reporting de qualité, car il a conscience que les prévisions financières sont plus difficiles à établir. Cela étant dit, le capital-investisseur trouvera toujours quelque chose à redire à votre proposition. Et cela est normal car il n existe pas de proposition parfaite. Il ne faut donc pas vous alarmer s il vous dit être gêné par tel ou tel point de votre business plan. En revanche, comprenez bien ce qui le chagrine afin de répondre le plus exactement possible à ses questions. Ne les traitez pas à la légère, même si ce ne sont pas objectivement les plus importantes, car la manière dont vous y répondez présage de la manière dont vous lui fournirez l information à l avenir s il décide d investir dans votre entreprise. D. Des questions supplémentaires sur vous Au fur et à mesure de vos rencontres, le capital-investisseur vous posera des questions sur votre vie personnelle. Bien sûr, il ne consacrera pas un rendez-vous entier à de telles questions, mais lors de pauses café, de déjeuners, il cherchera à mieux vous connaître. Il veut tester vos motivations, ce qui vous fait avancer dans la vie : la passion pour votre métier, l envie de faire fortune, travailler dur pour prendre votre retraite à quarante ans. Votre motivation est essentielle au succès de l entreprise, et c est par elle que le capital-investisseur va peut-être se laisser convaincre. Les questions sur votre vie personnelle doivent lui permettre de pénétrer trois sphères essentielles de votre parcours personnel : l enseignement que vous avez reçu, votre expérience professionnelle, votre vie familiale. Concernant votre passé, le capital-investisseur vérifiera vos références universitaires, il téléphonera à votre université ou cherchera dans l annuaire des anciens de votre école pour 3

4 s assurer que vous êtes bien diplômé, il voudra savoir si vous avez fait partie d un club de sports, d une association et quel rôle vous y avez tenu. Il se renseignera aussi sur votre expérience professionnelle en vous demandant des noms de personnes auxquelles il puisse téléphoner. Bien sûr, vous lui donnerez des noms de gens qui diront du bien de vous, mais ce n est pas là l essentiel. Ces noms sont surtout un moyen pour le capital-investisseur de mieux vous connaître à travers votre relation aux autres. Vous seriez surpris de savoir à quel point les meilleurs amis peuvent être lucides (ou indiscrets?) quand ils savent que leur témoignage peut aider à construire une relation professionnelle. Concernant votre vie familiale, le capital-investisseur voudra vérifier que votre entourage est prêt à accepter le défi et qu il vous permettra de tenir. Créer ou reprendre une entreprise est une aventure qui dévore beaucoup de temps et d énergie, et qui bousculera sûrement votre équilibre actuel de vie : êtes-vous prêt à l assumer? Votre conjoint est-il d accord? Une vie personnelle stable est un élément crucial pour réussir l aventure, car on ne peut pas cumuler toutes les difficultés au même moment. E. Des questions supplémentaires sur votre équipe Le capital-investisseur voudra rencontrer les différents membres de l équipe. Si vous êtes à la tête d une start-up, il rencontrera l équipe au complet lors de sa visite. Si vous êtes une équipe de MBO, il souhaitera peut-être rencontrer les différents membres séparément au moins une fois. Dans tous les cas, il est important pour lui de rencontrer les responsables des différentes unités de l entreprise. Il se peut qu il n y ait pas exactement un responsable par unité (marketing, production, finances ), mais ce sont de toute façon des points que le capitalinvestisseur voudra analyser plus en profondeur. L autre raison de ces rencontres est de pouvoir se faire une idée plus précise de votre métier. En effet, chaque personne de l équipe a une perception différente de l activité et si l entrepreneur dit au capital-investisseur : «il n y a pas de problème avec la production», encore faut-il le vérifier auprès du responsable de la production. Comme dans une enquête journalistique, il s agit pour le capital-investisseur de croiser les sources pour arriver à se faire l opinion la plus juste possible. C est aussi un moyen de rencontrer les salariés et de tester leur motivation : est-ce qu ils croient eux aussi aux chances de cette entreprise? S ils n y croient pas, l investisseur aura du mal à y croire. Si possible, le capital-investisseur rencontrera aussi les autres actionnaires pour comprendre pourquoi ils ont investi dans le projet : est-ce simplement parce que ce sont des amis, ou estce pour des raisons financières? Veulent-ils rester actionnaires ou quitter le navire? Quelle est la marge de manœuvre pour négocier avec eux? F. Les capital-investisseurs sont paranoïaques Le capital-investisseur a toujours peur de parier sur un homme ou une équipe manquant de maturité, malhonnête ou instable. Il recherche le manager parfait et se montre dès lors suspicieux de tout. S il sent que vous cherchez à lui cacher quelque chose, que vous n êtes pas clair ou cohérent dans votre discours, sa confiance en vous va être ébranlée. Il est donc essentiel non seulement de lui dire la vérité, mais aussi de lui expliquer inlassablement ce qu il s obstine à ne pas comprendre. Fournissez-lui tous les documents, toutes les informations dont il a besoin pour lui permettre de faire son choix sereinement. Le capital-investisseur veut savoir quels succès vous avez déjà remportés par le passé, et quels échecs vous avez connus. Il considérera généralement vos échecs avec un regard plus anglosaxon que français, car il sait que l échec fait partie de l aventure entrepreneuriale. Mais il préférera bien sûr un entrepreneur qui a déjà remporté au moins un succès à celui qui collectionne les échecs. 4

5 G. Les capital-investisseurs passent leur vie au téléphone Pour parfaire son opinion sur votre entreprise, le capital-investisseur va téléphoner à ou rechercher de l information auprès de la plupart des gens directement ou indirectement concernés par votre travail. Voici une liste non exhaustive de ses sources d information potentielles : Fournisseurs : les payez-vous à l heure? ont-ils la capacité de se développer au même rythme que vous? quel délai de paiement vous accordent-ils et sont-ils prêts à augmenter ce délai si un nouveau partenaire financier entre au capital de votre entreprise? Clients : sont-ils vraiment satisfaits du produit ou du service? Concurrents : l investisseur téléphonera à la force de vente de votre concurrent pour connaître son argumentaire et le confronter au vôtre. Analystes financiers : ce sera le cas si votre société est cotée. Associations professionnelles. Données légales (balo, greffe du tribunal). Comptable : les états financiers transmis au capital-investisseur sont-ils ceux qui ont été arrêtés par le comptable? Sont-ils audités? Avocat : avez-vous un procès en cours dont vous auriez oublié de parler à l investisseur? Banquier, assureur. Experts (professeurs, chercheurs, ingénieurs) en mesure de vérifier la technologie. Bien sûr, le capital-investisseur ne téléphone pas systématiquement à toutes ces personnes et, lorsqu il le fait, c est sous couvert d une autre identité pour des raisons évidentes de confidentialité. Mais cette liste vous montre que le capital-investisseur n omet aucun aspect de la vie de votre entreprise lors de ses due diligence. 8.3 Les due diligence «lourdes» : les conseils du capitalinvestisseur Généralement après que le capital-investisseur a mené ses due diligence personnelles, il mandate des conseils pour mener à bien les due diligence «lourdes». L intervention de ces conseils est plus ou moins extensive en fonction de la taille de l entreprise, de la complexité de son activité, de la connaissance qu en a le capital-investisseur, du financement demandé, de la clarté des documents qui lui sont fournis. Cette phase coûte cher au capital-investisseur, entre 2% et 5 % du financement qu il apporte : s il décide de faire appel à des conseils extérieurs et d engager des frais, c est qu il éprouve un véritable intérêt pour le projet d investissement qui lui est présenté. Ces conseils n étant pas des policiers envoyés pour faire une «descente» dans votre entreprise, le capital-investisseur prendra soin d établir le planning et le contenu des due diligence en partenariat avec vous. En contrepartie, vous devrez vous montrer coopératif pour que les conseils puissent mener leur mission de façon aussi efficace que discrète. Dans l hypothèse où des due diligence complètes seraient menées par des conseils, leur champ d investigation recouvrirait tous les éléments qui suivent. A. Etude stratégique 5

6 Beaucoup d investisseurs étant généralistes, ils ne connaissent pas a priori les secteurs dans lesquels ils n ont pas réalisé d investissement. C est pourquoi ils peuvent mandater un cabinet de conseil en stratégie qui mènera une étude précise sur votre secteur d activité et sur vos chances de succès futures. Cette étude sert à vérifier vos hypothèses de croissance croissance du secteur et croissance de votre chiffre d affaires en vous comparant à vos principaux concurrents. Si vous êtes dans une industrie high-tech, une telle étude sera difficile à mener ; c est une des raisons pour lesquelles les investisseurs dans les industries high-tech sont spécialisés par secteur, afin de juger par eux-mêmes de l opportunité d un projet. Soyez donc précis dans votre business plan quand vous situez votre offre de produit dans votre secteur. En effet, si en conduisant ses due diligence le capital-investisseur ne trouve pas de concurrents significatifs autres que ceux que vous avez identifiés, il jugera positivement votre capacité à analyser et à suivre votre marché. Si, au contraire, vous n avez identifié que deux concurrents sur dix, il pensera que vous êtes peut-être un très bon technicien mais que vous ne suivez pas l actualité de votre industrie. B. Etude de marché Incluse dans l étude stratégique, ou menée séparément, l étude de marché se fera auprès des clients actuels de votre société ou des acheteurs de votre produit pour connaître leurs critères d achat (notamment par rapport à la concurrence), leur degré de satisfaction, leur perception du prix, leur volonté de continuer à être clients de votre société, leur potentiel d achat futur, etc. Le capital-investisseur vérifiera que votre produit est unique et qu il présente de véritables atouts techniques par rapport à vos concurrents. Il fera donc appel à des spécialistes de votre secteur pour vérifier que vous ne vous êtes pas contenté de copier ou de modifier un produit existant, ou que, à l inverse, votre innovation n a pas été copiée ou n est pas déjà obsolète parce que vous êtes dans une industrie high-tech qui évolue tous les jours. En dehors des cabinets de conseil, le capital-investisseur peut avoir recours à une «junior entreprise». Il s agit d entreprises gérées par les étudiants de grandes écoles de commerce ou d ingénieurs, et spécialisées dans la réalisation d études de marché. C. Etude industrielle Il s agit de vérifier les coûts de mise au point d un produit, de construction d une nouvelle usine, ainsi que l efficacité du process industriel. D. Valorisation immobilière Si les biens immobiliers constituent un actif important de la société, le capital-investisseur aura recours à des cabinets spécialisés. E. Audit comptable A l exception des start-ups, le capital-investisseur commandera systématiquement un audit comptable auprès d un cabinet d audit afin de s assurer qu il n y a pas de «cadavre dans le placard». Prévoyez donc d accueillir des auditeurs, qui viendront vérifier les comptes 6

7 annuels, les comptes intermédiaires, les prévisions, et la rentabilité économique de votre entreprise. Les auditeurs donneront également leur opinion sur les tendances de l année en cours, et les prévisions du business plan seront confrontées à cette opinion. F. Audit juridique et fiscal Les avocats du capital-investisseur effectueront une revue de la vie sociale de votre entreprise, ainsi que de vos différents contrats et vérifieront que votre situation fiscale est en règle et que vos brevets sont bien la propriété de votre société (s ils sont votre propriété personnelle, il vous demandera que la société les rachète), qu ils sont protégés au niveau national, européen, et s il le faut, au plan mondial. Ce sont souvent les mêmes avocats qui mettront au point les documents juridiques si l investisseur entre au capital de votre entreprise : garantie de passif, contrat de travail des dirigeants, convention entre actionnaires (voir en annexe), etc. G. Audit environnemental La législation environnementale, fondée sur le principe du pollueur payeur, est de plus en plus sévère. Si votre entreprise comporte un site de production, le capital-investisseur voudra donc vérifier qu il n existe pas de risque de pollution. Cela est particulièrement vrai dans les cas où le capital-investisseur rachète une entreprise : il veut s assurer qu il ne devra pas payer pour une pollution dont le vendeur serait responsable. H. Audit informatique Le parc informatique joue aujourd hui un vrai rôle dans la performance des entreprises. Une société de services informatiques (SSII) pourra donc être mandatée pour étudier l état de votre outil informatique. Si celui-ci doit être renouvelé, il faudra le prendre en compte dans les investissements futurs. I. Audit des compétences Un cabinet de conseil en ressources humaines sera chargé de vérifier l organisation de votre entreprise, de s assurer que les définitions de poste sont claires et cohérentes. S il existe un syndicat, le capital-investisseur s enquerra de ses revendications et des risques éventuels de conflit social. Les vérifications porteront également sur le respect par l entreprise des obligations légales, telles que l application de la loi sur les 35 heures. J. Audit des assurances Un certain nombre d activités, en particulier industrielles, requièrent des conventions d assurance adéquates. Un cabinet sera chargé de revoir les polices en fonction des risques encourus. Au fur et à mesure que se déroule cette deuxième phase de due diligence, l opinion du capitalinvestisseur sur votre projet s affine et vos discussions deviennent de plus en plus serrées. L information supplémentaire fournie par les due diligence lui parvient généralement au cours des négociations et a donc une influence sur celles-ci. Les résultats des due diligence vont ainsi déterminer le contenu de la garantie donnée par le vendeur, les formules utilisées pour 7

8 calculer la valeur de l entreprise et les modalités de paiement du prix, etc. Evitez donc de mettre l investisseur de mauvaise humeur en lui mettant des bâtons dans les roues, car cela ne fera que retarder les négociations et baisser le prix qu il est prêt à payer pour votre entreprise. PRATIQUE : LES DUE DILIGENCE DANS LE CAS D UN BUYOUT Lors d un buyout (au sens large de reprise d entreprise), il arrive fréquemment que l accès aux informations soit limité. En effet, particulièrement s il est envisagé de faire reprendre l entreprise par des managers extérieurs, il est difficile de mandater des conseils dans les locaux de l entreprise sans attirer l attention des salariés. D autre part, de plus en plus d entreprises sont cédées par vente aux enchères privée, dite open bid, pendant laquelle l accès à l information est filtré par un intermédiaire. Les principales vérifications se font alors en dehors de l entreprise, à l occasion d une data room mise à disposition par l intermédiaire et réunissant tous les documents pouvant intéresser les acheteurs potentiels. 8.4 Les autres conseils En plus des conseils intervenant dans le cadre des due diligence, le capital-investisseur mais aussi l entrepreneur bénéficient souvent d autres conseils. Il s agit principalement d intermédiaires dans la négociation, qui vont permettre d éviter un affrontement direct entre l investisseur et l entrepreneur. Leurs compétences propres leur permettent en outre de «discuter le bout de gras» sur des points spécifiques. Habituellement, les principaux intervenants dans cette négociation sont les avocats, expert-comptables, banquiers et mandataires des deux parties. Les mandataires sont plus spécifiquement des intermédiaires entre acheteurs et vendeurs qui travaillent avec un mandat acheteur ou un mandat vendeur. En avoir un est souvent une nécessité absolue pour le capital-investisseur comme pour l entrepreneur. Les banquiers interviennent dans la négociation pour accorder la dette d un LBO. Ils sont aussi, avec les sociétés de Bourse, les interlocuteurs privilégiés pour étudier l introduction ou la pré-introduction en Bourse de l entreprise. 8.5 En conclusion : ne vous découragez pas, mais soyez lucide 8

9 L ESSENTIEL Les due diligence constituent un processus de vérification d informations réalisé par le capital- investisseur. Elles interviennent lorsque les deux parties sont parvenues à un accord préalable, sujet à vérification. La première phase des due diligence est une phase légère menée par le capital- investisseur lui- même. Il cherche à se faire sa propre opinion sur la société, notamment à travers une visite sur place. Le capital- investisseur cherchera à recueillir le plus d informations visuelles et à discuter avec les personnes clés de l entreprise. Il en profitera pour poser des questions supplémentaires sur le business plan, sur l entrepreneur (études, expérience professionnelle, vie familiale) et sur son équipe. Parallèlement, les due diligence lourdes sont menées par des conseils externes qui réalisent une série d études et d audits dont l importance dépend de la taille de l entreprise, de la complexité de l activité et du montant à investir. Le coût des due diligence ne doit pas représenter plus de 5 % du financement apporté par le capital- investisseur ou du prix d acquisition. Les principales études menées lors de ces due diligence lourdes sont une étude stratégique, une étude de marché, et des audits comptable, juridique et fiscal, environnemental, informatique et d assurance. D autres conseils, tels que des avocats, des experts- comptables, des banquiers, peuvent intervenir afin de faciliter la négociation entre les deux parties. 9

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement

Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement Salon des entrepreneurs de Paris Mercredi 4 février 2015 à 16 heures 30 Janvier

Plus en détail

Repreneurs : les points clés pour définir la cible qui vous convient

Repreneurs : les points clés pour définir la cible qui vous convient Repreneurs : les points clés pour définir la cible qui vous convient Animé par : Isabelle GRANGER Gaëlle COTONNEC Daniel BOURDON Plan de notre intervention 1. L activité: codes NAF/APE 2. La localisation

Plus en détail

FORUM ÉTUDIANTS DES MÉTIERS & CARRIÈRES 16 OCTOBRE 2013 CAMPUS DE TROUBIRAN JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC LES PROFESSIONNELS

FORUM ÉTUDIANTS DES MÉTIERS & CARRIÈRES 16 OCTOBRE 2013 CAMPUS DE TROUBIRAN JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC LES PROFESSIONNELS FORUM ÉTUDIANTS DES MÉTIERS & CARRIÈRES 16 OCTOBRE 2013 CAMPUS DE TROUBIRAN JE PRÉPARE MA RENCONTRE AVEC LES PROFESSIONNELS SOMMAIRE PROGRAMME GUIDE DE PRÉPARATION AUX RENCONTRES AVEC LES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Accompagnement et aides Comment présenter mon business plan au banquier Thomas BONVALET, expert-comptable Comment présenter son business plan au banquier Accompagnement et aides Qu est ce qu un business

Plus en détail

Les reprises et cessions d'entreprises

Les reprises et cessions d'entreprises Les reprises et cessions d'entreprises 007 / 00 Etude réalisée pour : Méthodologie Le CSOEC et l ACFCI Echantillon : Echantillon de 0 dirigeants repreneurs ou futurs cédants, issu d un échantillon national

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise

Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise Réalisé (A) Bien avancé (B) En cours (C) Non fait (D) Le projet. La règle à suivre : avoir défini notre projet de manière

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève

Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève 14.03.2014 Présentation Sébastien Collado Chef PME & Indépendants Page 1 Banque Cantonale de Genève Banque Cantonale de Genève Vous accompagner

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015 PRESENTATION GENERALE Juin 2015 Table des matières 1. UN CONSEIL DEDIE POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOS OPERATIONS DE HAUT DE BILAN 2. LES DIFFERENTES PRESTATIONS DE SERVICE 3. LES ACCREDITATIONS DE MJE

Plus en détail

Êtes-vous prêt à entreprendre?

Êtes-vous prêt à entreprendre? Êtes-vous prêt à entreprendre? 1 La CCI Oise : qui sommes nous? 20 000 entreprises Etablissement public au service des entreprises Sous la responsabilité des chefs d entreprises Proximité : 3 implantations

Plus en détail

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO CRA Paris, le 22 octobre 2012 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr La transmission/

Plus en détail

transition for success management

transition for success management transition management Manager de transition est un métier qui ne s improvise pas. Les conditions qui garantissent le succès du changement sont multiples et complexes. Fontenay Managers a contribué à développer

Plus en détail

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13 SOMMAIRE AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13 1. Des milliers d entreprises à transmettre 13 Le marché de la transmission

Plus en détail

Bien se faire conseiller

Bien se faire conseiller Bien se faire conseiller Comment choisir son cabinet d aide à la création Se faire accompagner surtout au début, est vraiment indispensable. Une boutique de gestion est le partenaire idéal pour vous aider

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique.

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique. ACOMPTEA, en réponse à des questions diverses posées par ses clients, a pris l initiative de rédiger ce livre blanc. Le choix d un cabinet d expertise est déterminant car il va vous accompagner dans le

Plus en détail

Swiss Mergers and Acquisitions Concentré sur la vente, fusion et acquisition d entreprises commerciales en Suisse

Swiss Mergers and Acquisitions Concentré sur la vente, fusion et acquisition d entreprises commerciales en Suisse Concentré sur la vente, fusion et acquisition d entreprises commerciales en Suisse Swiss Mergers and Acquisitions Présentation de la société en français 1 Concentré sur la vente, fusion et acquisition

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Les étapes clés pour reprendre une entreprise en difficulté Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocat Liberté La reprise d une entreprise en difficulté serait perçue comme une «bonne affaire»

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Quelques constats pour commencer! La gestion est devenue incontournable Tout comme le pilote d un avion, le chef d entreprise

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L entrepreneur Quelques constats pour commencer! L entrepreneur en quelques chiffres Plus de 300.000 entreprises sont créées par an (hors auto-entrepreneurs)

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Les secrets d un bon business plan

Les secrets d un bon business plan Les secrets d un bon business plan Petit déjeuner des start-ups Miguel Perry & Jérôme Savioz PricewaterhouseCoopers Elie Curetti - McKinsey & Co 18 octobre 2002 PMG/21/10/2002 Agenda Objectifs du business

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Le partenariat technologique

Le partenariat technologique Fiche conseil Le partenariat technologique Préambule A l heure ou l innovation fait partie ou doit faire partie intégrante de la stratégie de développement de nos entreprises, toute entreprise grande ou

Plus en détail

Cabinet Monceau Finance Conseil. Introduction au rapport de transparence 2014

Cabinet Monceau Finance Conseil. Introduction au rapport de transparence 2014 Cabinet Monceau Finance Conseil Cabinet Monceau Finance Conseil MONCEAU FINANCE CONSEIL - 23, rue La Boëtie- 75008 Paris Tél. : +33 1 44 51 72 00 Introduction au rapport de transparence 2014 Rapport de

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Reprendre une entreprise en difficulté : un parcours à maitriser. Animé par : Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocats Liberté

Reprendre une entreprise en difficulté : un parcours à maitriser. Animé par : Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocats Liberté Reprendre une entreprise en difficulté : un parcours à maitriser Animé par : Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocats Liberté La reprise d une entreprise en difficulté serait perçue comme

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

LE DOSSIER PREVISIONNEL

LE DOSSIER PREVISIONNEL Les formations du Cegeco LE DOSSIER PREVISIONNEL Table des matières Présentation Chapitre 1 ; Etudier la faisabilité Chapitre 2 ; Le dossier Chapitre 3 ; Conclusion 1/ 6 Chapitre 1 : Présentation Etablir

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC SOMMAIRE Le dossier financier : Qu est ce que c est? Dans quel but? Les facteurs clés

Plus en détail

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Ou de la nécessitéde structurer sa communication pour répondre aux attentes de son banquier. Présentation AIBT du 9 Novembre

Plus en détail

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement Petit déjeuner débat : L expert-comptable : acteur du capital investissement Organisé par : le Conseil Régional de l Ordre des Expert Comptables de Casablanca et des Régions du Centre, Tensift et Sud,

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 Faits saillants MÉTHODOLOGIE 140 professionnels provenant d

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

«1000 jours» pour bien négocier la dernière ligne droite

«1000 jours» pour bien négocier la dernière ligne droite Partenaires experts LES EXPERTS > THIERRY LHOMMEAU Aexecutive > NATHALIE DELAIGUE KPMG > PIERRE LAMIDON Cornet Vincent Ségurel > SYLVAIN QUERNEAU UI Cap Ouest > LUDIVINE LEBRETON - Société Générale > Avec

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Vente. Formations 2009. www.ifpa-formation.com. Développement personnel. Ressources humaines. Management. Bureautique. Santé social.

Vente. Formations 2009. www.ifpa-formation.com. Développement personnel. Ressources humaines. Management. Bureautique. Santé social. Développement personnel Ressources humaines Management Bureautique Formations 2009 Vente Santé social Hygiène Linguistique professionnelle Langues vivantes étrangères Tél. : 03 85 42 44 98 www.ifpa-formation.com

Plus en détail

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT :

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : U N I V E R S I T É P A R I S 1 P A N T H É O N - S O R B O N N E Institut d Administration des Entreprises de Paris Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : DIRIGER, CREER OU REPRENDRE UNE ENTREPRISE»

Plus en détail

Sommaire détaillé de «Mieux Gérer votre auto-école (2 ème édition»

Sommaire détaillé de «Mieux Gérer votre auto-école (2 ème édition» Sommaire détaillé de «Mieux Gérer votre auto-école (2 ème édition» Comment je suis tombé dans le petit monde des auto-écoles?... 8 Introduction... 9 Devenir son propre patron... 10 Les questions à se poser

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Maekawa Expertise comptable

Maekawa Expertise comptable Bejanin Dermagne Maekawa associés Maekawa Expertise comptable nous Nos services Secrétariat juridique 1 «A vos côtés à chaque étape de vos projets, nous pouvons vous accompagner via toujours + de services.»

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE 8 étapes pour aboutir N 1 : Réaliser un bilan retraite et réfléchir au repreneur

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

A quel moment solliciter sa banque et pour quels services? Animé par : Jean-Christophe KERIVEL Crédit Agricole d Ille et Vilaine

A quel moment solliciter sa banque et pour quels services? Animé par : Jean-Christophe KERIVEL Crédit Agricole d Ille et Vilaine A quel moment solliciter sa banque et pour quels services? Animé par : Jean-Christophe KERIVEL Crédit Agricole d Ille et Vilaine SOMMAIRE 1) Le projet de création/reprise - du côté du banquier - du côté

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE

GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE GILLES THIRIEZ ET JEAN-PIERRE PAMIER GUIDE PRATIQUE DE LA FRANCHISE Quatrième édition Éditions d Organisation, 1996, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2877-9 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Chapitre

Plus en détail

Business Plan. Justine Robin, Inès Puisset Qu est ce qu un business plan? Master 1 Management, spécialité PME PMI

Business Plan. Justine Robin, Inès Puisset Qu est ce qu un business plan? Master 1 Management, spécialité PME PMI Business Plan Justine Robin, Inès Puisset Qu est ce qu un business plan? Master 1 Management, spécialité PME PMI Sommaire : Introduction... 2 1. Présentation générale : le business plan... 3 1.1. Définition...

Plus en détail

Le Financement des Start-Ups. Petit Déjeuner des Start-Ups Genève, vendredi 27 juin 2003

Le Financement des Start-Ups. Petit Déjeuner des Start-Ups Genève, vendredi 27 juin 2003 Le Financement des Start-Ups Petit Déjeuner des Start-Ups Genève, vendredi 27 juin 2003 3 Table des matières Les services de PwC Situation des marchés de financement Stratégie de financement 4 Notre organisation

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES PAR ME FRANÇOIS ALEPIN ALEPIN GAUTHIER AVOCATS INC. Étape 1 : Fixer les objectifs visés par la réalisation

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative. Présentation Horesca du 18 juin 2012

Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative. Présentation Horesca du 18 juin 2012 Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative Présentation Horesca du 18 juin 2012 03/12/09 L entrepreneur et le financement de son projet

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT

LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT LES 7 REGLES DE CONDUITE D UN ADMINISTRATEUR PERFORMANT Avec la participation d Ipswitch INTRODUCTION Dans l environnement actuel de l entreprise, le réseau est l entreprise. Sans les e-mails, l Internet,

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Jean-Charles COTIN Janvier 2015

Jean-Charles COTIN Janvier 2015 Jean-Charles COTIN Janvier 2015 INTRODUCTION : Le crowdfunding (financement par la foule) permet à un grand nombre de personnes de participer à l accompagnement financier de projets de toutes natures.

Plus en détail

Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession

Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession Intervenants Pascal Ferron Expert-comptable Jean-Jacques Brunet Consultant (CRA Formation) Marielle Poisson Avocat Jean-Jacques Vaxelaire Directeur

Plus en détail

Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces

Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces DOSSIER DE PRÉSENTATION Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces DOSSIER DE PRÉSENTATION ALS- Mai 2012 Cimm Immobilier, réseau d agences immobilières. I. Cimm Immobilier 3 A. Rétrospective 3 B. Chronologie

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

j-y MARILLER commissaire aux comptes

j-y MARILLER commissaire aux comptes JYM CONSULTANTS Expertise comptable Jym consultants Expertise comptable Commissaire aux comptes Membre de la Jean-Yves Mariller j-y MARILLER commissaire aux comptes nous Nos services Secrétariat juridique

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR PROJET DE CROISSANCE D ENTREPRISE ENTREPRISE :.. CREATEUR :.. NOTE D INFORMATION PREALABLE A LA REDACTION DU DOSSIER DE CANDIDATURE Vous envisagez

Plus en détail

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

REALISER LE DIAGNOSTIC FINANCIER-SOCIAL-COMMERCIAL MONTER UN LBO GERER LES RELATIONS AVEC LE CEDANT REALISER LE DIAGNOSTIC FINANCIER

REALISER LE DIAGNOSTIC FINANCIER-SOCIAL-COMMERCIAL MONTER UN LBO GERER LES RELATIONS AVEC LE CEDANT REALISER LE DIAGNOSTIC FINANCIER REALISER LE DIAGNOSTIC FINANCIER Vous voulez reprendre une entreprise ou tout simplement analyser les performances d'une entreprise : découvrez dans ce module de formation e-learning comment réaliser un

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail