Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen"

Transcription

1 ULB Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen Par Hancisse Olivier, Huon Alice, Sintobin Olivier, Straus Joanne et Wambé Patrick Etudiants en Bioingénieur 3/10/2010 [Type the abstract of the document here. The abstract is typically a short summary of the contents of the document. Type the abstract of the document here. The abstract is typically a short summary of the contents of the document.] 1

2 Table of Contents I. Introduction... 3 II. Matériels et méthodes Matériel et produits Techniques utilisées Protocole Analyse qualitative Echantillonnage Préparation de l acide 7M et dissolution de la fraction de pièce Dilution du mélange 7M à 1,4M Analyse par le spectromètre à émission de flamme Analyse quantitative Etalonnage et mesure des concentrations en métaux à l aide du spectromètre à absorption de flamme... 5 III. Résultats Analyse qualitative Analyse quantitative... 8 IV. Discussion Analyse qualitative Mise en solution de la pièce de monnaie Utilisation du spectromètre à émission de flamme Analyse quantitative V. Conclusion VI. Bibliographie (1) Chimie analytique, Skoog & all, 7 ème édition, (2) 14 2

3 I. Introduction La chimie analytique a pour principaux concepts la séparation des constituants d'un échantillon de matière ou matrice, leur identification et la détermination de leurs quantités respectives. Cette science constitue donc un outil très important pour le travail d'investigation des chercheurs dans de nombreux secteurs (chimique, biomédical, pharmaceutique,...). Néanmoins, dans de nombreuses applications, l'information qui en découle ne se limite pas qu aux résultats qualitatifs et/ou quantitatifs. Citons à titre d'exemples le domaine de l'agroalimentaire où le dosage de la quantité d azote dans un aliment permet d évaluer la teneur en protéine de l'aliment et celui de la géologie où l histoire d'une roche peut être étudiée grâce au dosage d éléments qu elle contient, même à l'état de traces. Ce présent rapport de chimie analytique porte sur le dosage des éléments métalliques dans une pièce de 10 yen japonais. Plusieurs méthodes analytiques sont possibles telles que l ICP, la Fluorescence X, mais nous n utiliserons pour notre travail que les outils disponibles au laboratoire, ce qui limite nos plans d action. La méthode utilisée sera donc la spectrophotométrie d'absorption et d'émission de flamme, basée sur l interaction entre la lumière et la matière, afin de doser le cuivre (Cu), le zinc (Zn), l étain (Sn) et le fer (Fe). II. Matériels et méthodes 1. Matériel et produits - Verrerie de base de laboratoire Matras (100ml et 250ml) Erlenmeyer Bêcher Pipette (10ml, 20ml, 25ml, 50ml) - Spectromètre à émission et absorption de flamme - Lampe à cathode creuse (Cu-Fe-Zn) - Plaque chauffante - Agitateur magnétique - Scie à métaux - Balance analytique - Acide nitrique (HNO 3 ) 14M. - Eau distillée - Pièce de monnaie japonaise (10 Yen) - Nitrate de fer(iii) hydraté (Fe 2 (NO 3 ) 3.9H 2 O) - Nitrate de cuivre(ii) hydraté (Cu(NO 3 ) 2.3H 2 O) - Nitrate de zinc(ii) hydraté (Zn(NO 3 ) 2.4H 2 O) 3

4 2. Techniques utilisées Après quelques recherche sur le dosage des éléments métalliques dans des échantillons, nous avons pensé que la méthode de spectrométrie atomique, mise à notre disposition par l ULB, était la plus adéquate. Par ailleurs, l échantillonnage est assez simple dans la mesure où il ne faut pas isoler les éléments intéressants de l échantillon avant l analyse puisqu une simple dissolution dans de l acide suffit. Ensuite, l analyse qualitative et quantitative peuvent être réalisées à l aide de cette seule méthode, ce qui nous permet d obtenir une bonne concordance au niveau des résultats étant donné que chacune des méthodes fait intervenir les même propriétés des éléments. Le seul inconvénient réside dans le fait que cette méthode est destructive. Pas question donc de vérifier avec la spectrométrie atomique si le bijoutier vous a trompé sur la quantité de métaux précieux d une bague. Toutefois, il convient également de définir précisément la spectroscopie. Cette technique est basée sur la mesure de l'intensité du rayonnement absorbé par la matière lorsque celle-ci est mise en contact avec une source de photons (cathode creuse, etc.) ou émis lors de son excitation à l aide d une flamme par exemple. Etant donné que cette méthode exploite les caractéristiques du rayonnement, telle la longueur (λ), il est possible de calculer la différence d énergie entre deux niveaux à l aide de l équation suivante : (1) E 1 -E 0 = h *c/λ Nous savons que lorsque l état d énergie d un atome est modifié, celui-ci peut émettre ou absorber un rayonnement. En outre, cette quantité d'énergie libérée ou absorbée lors de la transition électronique correspond exactement à la différence énergétique entre l'état initial (E 0 ) et l'état final (E 1 ), propre à chaque élément. Ainsi, selon la longueur d onde des photons réémis, nous pouvons identifier un élément par la spectrométrie à émission de flamme et, par la loi de Beer- Lambert, il est possible de doser la quantité de photons absorbés par la spectrométrie à absorption de flamme en vue de déterminer une concentration. (1) A = εlc La figure ci-dessous schématise globalement l'interaction matière/rayonnement : Figure I : Schéma d interaction matière/rayonnement 4

5 3. Protocole 3.1. Analyse qualitative Echantillonnage Tout d abord, nous avons découpé un échantillon de pièce (m totale = 4,5g) de manière la plus représentative possible à l aide d une scie à métaux. Nous avons nettoyé ensuite l échantillon à l aide d un mouchoir et de l éthanol afin d éliminer les éventuelles traces de corps étrangers ; puis nous avons pesé précisément 1,2726g de métal au moyen d une balance analytique Préparation de l acide 7M et dissolution de la fraction de pièce En vue de préparer une solution de 250ml d acide 7M, nous avons prélevé 125ml d acide 14M et 125ml d eau distillée. Nous avons dissout la portion de pièce dans le mélange en chauffant et agitant avec un agitateur magnétique Dilution du mélange 7M à 1,4M Etant donné que la concentration en acide doit être de l ordre de 1M pour utiliser le spectromètre à émission de flamme, nous avons dilué 40ml de solution 7M dans un matras de 200ml Analyse par le spectromètre à émission de flamme Dans cette partie de manipulation, nous avons dû dans un premier temps préparer un blanc 1,4M : 25ml d acide 14M ont été dilués 10X dans un matras de 250ml. Nous avons ensuite procédé à l analyse du blanc par le spectromètre afin de déterminer le profil de l acide. Nous avons alors balayé le spectre de longueurs d onde de 200 à 900nm et avons noté successivement la valeur de la longueur d onde pour chaque pic. Après, nous avons analysé par la même méthode le mélange préparé ci-dessus et «éliminé» du graphe les pics caractéristiques de l acide (le blanc) Analyse quantitative Etalonnage et mesure des concentrations en métaux à l aide du spectromètre à absorption de flamme Afin de déterminer la concentration des différents éléments détectés lors de l analyse qualitative, nous avons dû effectuer plusieurs étalonnage. C est pourquoi nous avons préparé, au moyen de sels de métaux, des solutions mères qu il a fallu ultérieurement diluer pour obtenir plusieurs concentration d analyte d intérêt. En ce qui concerne les 3 solutions mères, nous avons dissout 3 sels de métaux dans 3 matras de 100ml. Dans le premier matras, nous avons placé 0,188g de nitrate de fer (III) (Fe(NO 3 ) 3.9H 2 O), 7,10 ml d acide et de l eau distillée (mise au trait). Le même traitement a été entrepris dans les 2 autres matras pour les 0,37g de nitrate de cuivre (II) (Cu(NO 3 ) 2.3H 2 O) et les 0,195g de nitrate de zinc (II) (Cu(NO 3 ) 2.3H 2 O). Notons que le volume d acide ajouté n est pas arbitraire, il a été calculé en fonction de la valeur de concentration finale désirée, soit ~ 1M. Ensuite, nous avons procédé aux dilutions successives et avons noté les valeurs d absorption pour chacune d elles à l aide du spectromètre à absorption de flamme. Un tableau récapitulatif se situant dans la partie résultat (v. Tableau n 1) reprend, entre autre, les multiples dilutions et leurs plages de valeurs d absorbance. Les dilutions ont été faites dans des matras de 100ml avec de l eau distillée (mise au trait) et un volume d acide de 3,4 ml. Rajouter ainsi de l acide maintient les 5

6 solutions étalon aux alentours de 1M, ce qui permet notamment de limiter les éventuelles interférences liées à la concentration, mais surtout de conserver les métaux sous forme ionique en évitant la précipitation de ceux-ci. Enfin, nous avons tracé 3 courbes d étalonnage à partir des valeurs d absorbance et mesuré l absorbance de l échantillon à analyser pour les 3 éléments (Cu, Zn et Fe). N.B. Les longueurs d ondes fournies tour à tour au spectromètre d absorption atomique lors de l analyse quantitative ont été choisies sur base des limites de détection. Ainsi, nous avons systématiquement pris la valeur de longueur d onde correspondante à la limite de détection la plus faible pour chaque élément. III. Résultats 1. Analyse qualitative Figure I : Courbe qualitative du blanc (HNO 3 ) Figure II : Courbe qualitative de l étain (Sn) et du zinc (Zn) (masqué) 6

7 Figure III : Courbe qualitative du blanc (HNO 3 ) Figure IV : Courbe qualitative du cuivre (Cu) 7

8 Cuivre (324,8nm) Zinc (214nm) Fer (248,3nm) 2. Analyse quantitative Tableau 1 : Tableau des dilutions Cu, Zn et Fe Absorption de flamme Elément dilution concentration Absorbance 1000X X X X X X X X X X X X X X X X X X

9 Absorbance Titre de l'axe Absorbance Courbe d'étalonnage du Cu 0,6 0,4 0, ,0001 0,0002 0,0003 0,0004 Concentration (mol/l) y = 1797,3x R² = 0,9817 Série1 Linéaire (Série1) Figure V : Courbe d étalonnage du cuivre 0,6 0,4 Courbe d'étalonnage du Zn y = 1104,9x R² = 0,917 0, ,0001 0,0002 0,0003 0,0004 0,0005 concentation en mol/l Série1 Linéaire (Série1) Figure VI : Courbe d étalonnage du zinc 0,08 0,06 0,04 0,02 0 Courbe d'étalonnage du Fe 0 0, , , ,00008 Concentration(mol/l) y = 795,6x R² = 0,4311 Série1 Linéaire (Série1) Figure VII : Courbe d étalonnage du fer Tableau 2 : Mesure des absorbances, des concentrations et des proportions du Cu, Zn et Fe Cuivre Zinc Fer Absorbance 0,502 0,514 0,091-0,096 0,003 0,005 Concentration (mol/l) 0, ,021 0,013 Proportion (%) 88,2 % 27,2% 1,4% 9

10 2.1. Calculs de la concentration du cuivre A moyenne Cu = 0,508 Soit la relation fournie par la courbe d étalonnage du cuivre : A = 1797,3 *[Cu] [Cu] = 0,508/1797,3 = 0,00028 mol/l Or nous avons dilué 250X [Cu] = 0,071 mol/l Or nous sommes dans un volume v = 250 ml n Cu = [Cu]/4 = 0,018 mol Calcul de la masse de cuivre dans la solution de 250ml : Soit M Cu = 63,546 g/mol et m échantillon dissout = 1,2726g Donc m Cu = n*m = 63,546*0,018 = 1,12g et le % de cuivre vaut : % Cu = m Cu / m échantillon dissout = 1,12/1,2726 = 88,2% 2.2. Calculs de la concentration en zinc A moyenne =0,0935 Soit la relation fournie par la courbe d étalonnage du zinc : A = 1104,9* [Zn] [Zn] = 0,0935/1104,9 = 0, mol/l Or nous avons dilué 250X [Zn] = 0,021 mol/l Or nous sommes dans un volume v = 250 ml n Zn = [Zn]/4 = 0,0053 mol Calcul de la masse de zinc dans la solution de 250ml : Soit M Zn = 65,39 g/mol et m échantillon dissout = 1,2726g Donc m Zn = n*m = 65,39*0,0053 = 0,35g et le % de zinc vaut : % Zn = m Zn / m échantillon dissout = 0,35/1,2726 = 27,2% 2.3. Calculs de la concentration en fer A moyenne = 0,004 Soit la relation fournie par la courbe d étalonnage du fer : A = 795,6* [Fe] [Fe] = 0,004/795,6 = 0, mol/l Or nous avons dilué 250X [Fe] = 0,0013 mol/l Or nous sommes dans un volume v = 250 ml n Fe = [Fe]/4 = 0,00031 mol 10

11 Calcul de la masse de fer dans la solution de 250ml : Soit M Fe = 55,8457g/mol et m échantillon dissout = 1,2726g Donc m Fe = n*m = 55,8457*0,00031 = 0,017g et le % de fer vaut : % Fe = m Fe / m échantillon dissout = 0,017/1,2726 = 1,4% A l issu de ces calculs, nous constatons que la somme des pourcentages ne vaut pas 100%. Nous en discuterons ultérieurement dans la partie discussion. IV. Discussion 1. Analyse qualitative 1.1. Mise en solution de la pièce de monnaie Le premier problème que nous avons rencontré est la mise en solution de la pièce de monnaie. Quelque soit la concentration d acide utilisée pour la mise en solution, le temps nécessaire à cette opération était énorme, et nous n avons jamais dissout la pièce intégralement. Pour résoudre ce problème, il fallait augmenter la température comme nous le montre l équation de Nernst ci-dessous. En effet, le pouvoir oxydant de l acide est amélioré par augmentation de la température. E= E 0 (RT/nF)* ln Q En comparant les deux méthodes, nous pouvons conclure que le moyen le plus efficace pour dissoudre notre pièce de monnaie est de la placer dans un erlenmeyer avec une solution d acide nitrique (6-7M.) en chauffant et agitant celle-ci. De cette manière, une pièce standard est dissoute en ± 20 minutes, contre 2 heures pour notre première méthode avec, en outre, une dissolution incomplète Utilisation du spectromètre à émission de flamme Lors de l utilisation du spectromètre à émission de flamme, nous procédions à l analyse qualitative de notre pièce. Il n était donc pas nécessaire de connaître la concentration en pièce et en acide puisque, dans cette partie, nous désirions uniquement identifier les principaux constituants métalliques. Toutefois, il fallait être attentif à ce que la concentration en acide nitrique ne dépasse pas 1M de manière à ne pas abîmer la machine. Un autre problème à surmonter était le réglage de l appareil, et en particulier la valeur du gain qui faisait varier l amplitude de nos pic. Dans un premier temps, nous ne voulions négliger aucun pic et avions réglé la machine sur un faible gain, de manière à ce que celle-ci ne sature pas. Après l analyse du blanc (solution d acide dilué 1M) et de notre échantillon, nous avons constaté que nos courbes entre 200 nm et 900nm semblaient identiques. Ceci s explique par la trop faible sensibilité du détecteur qui n amplifiait pas assez les signaux des analytes. Leurs pics caractéristiques n étaient dès lors pas bien visibles. Notre stratégie a été alors de régler notre spectromètre à un gain élevé de sorte à analyser plus précisément les plus petites variations de la courbe d émission susceptibles d être la signature 11

12 de nos analytes. De cette façon, nous avons pu mettre en évidence des pics aux environs de 328nm, 325nm et à 224nm, qui correspondent aux spectres d émissions du cuivre et de l étain. Après quelques recherches sur les constituants hypothétiques de la pièce de monnaie, nous pouvions supposer la présence de zinc et de fer. Pourtant autour des longueurs d onde du spectre d émission du zinc, nous n avons pas observé de pics. Le zinc était soit absent de l échantillon, soit l acide ou un autre élément en présence a interféré avec lui a cette valeur de longueur d onde (ce que l analyse quantitative peut nous révéler). Nous pouvons maintenant conclure que la méthode la plus efficace pour œuvrer avec le matériel mis à notre disposition est de se renseigner d abord sur les éléments susceptibles de constituer l échantillon ; puis de comparer les courbes d émission du blanc et de l échantillon en d identifiant les pics coïncidant avec les différentes longueurs d ondes caractéristiques de ces éléments - valeurs recherchées préalablement dans des tables. En procédant de la sorte, il est vrai que nous nous exposons au risque de ne pas détecter certains éléments présents dans l échantillon à analyser. Cependant, nous avons restreint notre étude à l analyse de constituants majeurs de l échantillon, à savoir le cuivre et le zinc, et, dans un concours de circonstances, le fer. 2. Analyse quantitative Dans cette partie de manipulation, nous n avons pas rencontré de complications particulières. Etant donné que nous disposions d une cathode creuse aux Cu, Zn et Fe, nous en avons profité pour doser également le fer malgré le fait qu il n ait pas été détecté lors de l analyse qualitative. En effet, celui-ci peut être présent à l état de traces ou tout simplement absent de l échantillon, hypothèses qui ne peuvent être confirmées qu après une analyse quantitative. Toutefois, nous n avons pas obtenu de courbes d étalonnage suffisamment fiables pour le Cu et le Fe étant donné que celles-ci s éloignent de la linéarité aux grandes concentrations d analyte. Cette perte de linéarité peut être liées à des erreurs de manipulation au niveau du spectromètre, des dilutions, etc. ou bien être caractéristique de ces éléments. En outre, afin de minimiser l erreur relative sur la concentration calculée par la loi de Beer-Lambert, nous devions nous situer dans un domaine d absorbance compris entre 0,2 et 0,8. Or, ce n est pas le cas étant donné que nous avons des valeurs d absorbance de 0,0935 pour le zinc et 0,009 pour le fer. C est pourquoi, lors de l analyse de l échantillon en tant que telle, nous aurions dû réaliser d autres essais plus concentrés en analytes d intérêts afin de respecter ces limites. Par conséquent, nous avons décidé d écarter ces valeurs douteuses de concentration des deux éléments correspondants, à savoir 27,2% de zinc et 1,4% de fer. Enfin, nous avons décidé de conserver la valeur de proportion du cuivre dans la pièce, soit 88,2% de Cu. Bien que celle-ci soit éloignée de la proportion trouvée dans des ouvrages de référence (95%) (2), elle se situe dans un bon ordre de grandeur, avec une différence imputée soit à des erreurs inhérentes aux manipulations, soit au prélèvement d un échantillon moins représentatif. Nous pouvons dès à présent affirmer que le Cu est le composant majeur de la pièce de 10 yen. 12

13 V. Conclusion En conclusion, les objectifs que nous nous sommes fixés semblent être partiellement remplis dans le temps imparti. En effet, nous avons détecté lors de l analyse qualitative 3 métaux, à savoir le Cu, le Zn et Sn parmi ceux qui composent la pièce. Par ailleurs, nous avons obtenu une valeur cohérente pour le dosage de la proportion de cuivre dans la pièce suite à l analyse quantitative. Par contre, celle-ci ne semble pas s être correctement déroulée pour le Zn et le Fe puisque nos courbes d étalonnage s écartent largement de la linéarité aux grandes concentration, fait que nous pouvons imputé aux imprécisions de manipulation ou aux éléments même. En outre, nous n avons pas eu l occasion de doser le Sn étant donné que la lampe à cathode creuse au Sn faisait défaut. En définitive, nous pensons que la méthode utilisée est assez appropriée pour le dosage des éléments métalliques majeurs tel que le cas du cuivre dans la pièce de 10 yens, même si cette technique est destructrice. 13

14 VI. Bibliographie (1) Chimie analytique, Skoog & all, 7 ème édition, 2003 (2) 14

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS (Classes de Terminales STL - CLPI) PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Deux méthodes de dosage d une solution de dichromate

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE - Pratique expérimentale - SUJET N 5 Durée : 6 heures Coef. : 7

EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE - Pratique expérimentale - SUJET N 5 Durée : 6 heures Coef. : 7 BTS CHIMISTE Session 2004 NOM du candidat :... Prénom :... N d'inscription :... EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE - Pratique expérimentale - SUJET N 5 Durée : 6 heures Coef. : 7 Après avoir lu le texte du

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

TP 1 : Spectrophotométrie UV-visible - Correction

TP 1 : Spectrophotométrie UV-visible - Correction TP 1 : Spectrophotométrie UV-visible - Correction Objectifs : Comprendre le principe de fonctionnement d un spectrophotomètre. Mettre en œuvre un protocole expérimental pour caractériser une espèce colorée.

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf I Terminale S Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf Objectifs : - Etablir un protocole et le réaliser afin d extraire un colorant et l identifier par spectroscopie UV-visible. - Utiliser la loi

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

Les ions nitrate dans l eau. Type de ressources : Activité : résolution de problème à partir de résultats expérimentaux

Les ions nitrate dans l eau. Type de ressources : Activité : résolution de problème à partir de résultats expérimentaux PhysiqueChimie Programme de Terminale S Les ions nitrate dans l eau Thème : Agir Economiser les ressources et respecter l environnement Contrôle de la qualité par dosage Type de ressources : Activité :

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 L usage d'une calculatrice EST autorisé Ce sujet comporte trois exercices (l exercice de spécialité figurant sur une feuille séparée). Chaque

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Raphaël Braunschweig, Stefan Binder Groupe A, Binôme 3 Résultats selon Benjamin Buhr et Lucile Koch-Schlund

Plus en détail

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT EXP Spectroscopie UV-Visible CORRIGE Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Problématique : Un sirop

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie?

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? TP : La bouillie bordelaise : Dosage par étalonnage. Document 1 : la spectroscopie UV-visible Une espèce chimique est susceptible d interagir

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisées avec la spectrophotométrie d absorption moléculaire (UV-Visible) à l aide de la molécule de pyridoxine. Introduction La première partie de cette

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices obs.4 Couleur et quantité de matière exercices Savoir son cours Mots manquants Une solution colorée se comporte comme un filtre coloré. La grandeur permettant d évaluer l intensité de la lumière absorbée

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Exercice I: solution tampon (7 points)

Exercice I: solution tampon (7 points) Classes : SG Année scolaire : 2010/2011 Matière : Chimie Cette épreuve est constituée de trois exercices. Elle comporte trois pages numérotées de 1 à 3. L usage d une calculatrice non programmable est

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques 14.1 Molécule: Quelles libertés? Pour une molécule possédant N atomes, il existe 3N degrés de liberté (de mouvement). C'est dans

Plus en détail

Chimie analytique : Rapport de manipulation

Chimie analytique : Rapport de manipulation UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Chimie analytique : Rapport de manipulation Dosage de l éthanol dans un vin blanc 09/03/2010 Salmon Chloé de Bony Eric Baert Jonathan Depireux Romain Table des matières Introduction...

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Emploi-type : Technicien en sciences des matériaux/caractérisation. Aucun document n est autorisé ainsi que le téléphone et l ordinateur portable ;

Emploi-type : Technicien en sciences des matériaux/caractérisation. Aucun document n est autorisé ainsi que le téléphone et l ordinateur portable ; CONCOURS EXTERNES IT 2012 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 01 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 208 Corps : Techniciens de la recherche BAP : B Sciences chimiques et sciences des matériaux Emploi-type

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisés avec deux différentes techniques. La première méthode consiste à la spectrophotométrie d émission atomique qui permet de doser le Na + et le

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Spectrophotométrie et cinétique chimique χ.1-9

Spectrophotométrie et cinétique chimique χ.1-9 Spectrophotométrie et cinétique chimique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Spectrophotométrie et cinétique chimique χ.1-9 TP de Chimie Objectifs du TP Documents utiles Réviser les consignes de sécurité d un

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

XIX èmes OLYMPIADES DE LA CHIMIE

XIX èmes OLYMPIADES DE LA CHIMIE XIX èmes LYMPIADES DE LA CIMIE Chimie et Beauté ACADEMIE D AIX-MARSEILLE Mercredi 5 Février 2003 PRTCLE Ne pas inscrire de Nom sur les feuilles mais le numéro d anonymat. XIXe lympiades de la Chimie, année

Plus en détail

PHYSIQUE & CHIMIE COMPOSITION n 2 PREMIERES S 1, S 2, S 3, S 4 & S 5

PHYSIQUE & CHIMIE COMPOSITION n 2 PREMIERES S 1, S 2, S 3, S 4 & S 5 PYSIQUE & CIMIE COMPOSITION n PREMIERES S 1, S, S 3, S 4 & S 5 Février 014 Total des points : 40 Durée : 3h00 calculatrice autorisée PARTIE 1 Etude d un solide ionique, l iodure de potassium (9 points)

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00)

Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) BON COURAGE ET BONNE ANNÉE À TOUTES ET À TOUS Documents non autorisés - Calculatrice autorisée Justifier les calculs Séparer calcul littéral

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité GRENATS «CHANGE COULEUR» Quelques exemples Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité Mécanisme Les grenats «change couleur» sont des grenats

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR 9 SCIENCES APPLIQUEES ' : ORIENTATION D ETUDES TECHNICIEN / TECHNICIENNE CHIMISTE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Formation

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions La préparation des solutions est un des actes majeurs de la chimie. Une solution se prépare toujours dans une fiole jaugée. Tout prélèvement se fait avec

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie.

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. J0 Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. Exercice : Ecriture d équation de réaction. Ecrire les équation de réaction

Plus en détail

Étude d un tensioactif

Étude d un tensioactif TP N 20 Étude d un tensioactif - page 116 - Édition 2006 - T.P. N 20 - ÉTUDE D UN TENSIOACTIF UTILISATION DU TENSIOMETRE LAUDA TD 1 1. Généralités sur l appareil utilisé Le tensiomètre est constitué de

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE?

COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE? COMMENT DOSER UN ACIDE OU UNE BASE? Un dosage se définit d une part par la technique mise en jeu (mesure phmétrique, conductimétrique, spectrophotométrique, etc.), d autre part, par la méthode (par étalonnage,

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION

Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION Compétences attendues (ce que je dois savoir ( ) ou savoir faire) : 7.5 Élaborer et réaliser un protocole de préparation d une

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET DESTINÉ AU CANDIDAT : SEQUENCE N SUJET :

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET DESTINÉ AU CANDIDAT : SEQUENCE N SUJET : CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET DESTINÉ AU CANDIDAT : SEQUENCE N SUJET : NOM et Prénom du CANDIDAT :.. Date et heure d évaluation : N poste

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03. Dosage d une solution d hydroquinone

PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03. Dosage d une solution d hydroquinone PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03 Dosage d une solution d hydroquinone On veut doser une solution d hydroquinone en utilisant ses propriétés réductrices. Pour cela, on propose deux méthodes indépendantes utilisant

Plus en détail

Données de validation

Données de validation Données de validation Données de validation principales Généralités Substance Existe-t-il une VLEP? VLEP 8h Méthyldiglycol oui 50 mg/m3 Choix du domaine de validation : Le domaine de validation a été choisi

Plus en détail

THEME : SPORT. Sujet N 7

THEME : SPORT. Sujet N 7 THEME : SPORT Sujet N 7 Exercice n 1 : Question de cours Définir la mole. Exercice n : Composition de la sueur Le tableau (document 1 présent en annexe) donne une partie des composants de la sueur. 1-

Plus en détail

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose Méthode OIV-MA-AS311-02 Méthode Type II 1. Définition Le glucose et le fructose peuvent être dosés individuellement par une méthode enzymatique, en vue seulement du calcul du rapport glucose/fructose.

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail