HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2"

Transcription

1 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela, nous allons utiliser une méthode indirecte basée sur la compétition entre le traceur et une enzyme biotinylée. Un dosage ELISA de type compétitif entre la biotine et une enzyme biotinylée puis entre notre traceur et la même enzyme permettra en plus de comparer l affinité du traceur à celle de la biotine vis-à-vis des molécules de streptavidine. La première étape de ce dosage consiste à déterminer la quantité d enzyme nécessaire pour effectuer la compétition. CD3D:EA FDC<;C<;CDKML?9<INOA FD:EA CPLH=8;<IQRD:EA HEA L enzyme biotinylée utilisée est la peroxydase de raifort (HRP) couplée à la biotine par une fonction amide et qui contient 1.5 à 3 biotines par mole de peroxydase (masse molaire = ). Son activité est mesurée par colorimétrie, le substrat de révélation correspondant étant l orthophenylenediamine dihydrochlorure (OPD). L enzyme joue le rôle de catalyseur de la réaction d oxydation de l OPD en présence de H 2 O 2 : NH 2 NO 2 NH 2 HRP NH 2 O-phénylène diamine H 2 O 2 O-nitro aniline (λmax = 490 nm) Différentes concentrations de cette enzyme sont placées dans les puits imprégnés de streptavidine, en triple. Après incubation, rinçage, incubation du substrat et arrêt de la réaction enzymatique par ajout d acide, la mesure de l absorbance à 490 nm est effectuée par un lecteur de microplaques et les résultats suivants sont obtenus : TVU;WYX;ZD[\U;]OWY^D_=[\` f;g;hdi;jlkljlzdmyu WYnomYpYq=jlc A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C 16

2 Les valeurs de l absorbance pour les concentrations supérieures à ng/ml sont trop fortes pour pouvoir être mesurées par l appareil. plaque de microtitration Normalement, la courbe attendue devrait être une droite sur une certaine gamme de concentration puis elle devrait atteindre un palier correspondant à la saturation des sites de streptavidine par l enzyme biotinylée. Nous n observons en fait que la partie linéaire de cette courbe car nous sommes limités par l absorbance qui devient supérieure à 3 et donc non mesurable par l appareil dès [enzyme] = ng/ml. 3,5 3 y = 0,2671x + 0,0692 R 2 = 0,9987 ƒ 2,5 2 1,5 1 0, s {} x~ Conclusion : Pour la suite des manipulations, il faut choisir une concentration en enzyme biotinylée qui donne une absorbance dans la gamme linéaire de l appareil de mesure et proche de 1 afin de vérifier la loi de Beer-Lambert. Nous avons donc choisi de travailler avec une ˆ; DŠYˆ; ;ŠYŒl ;ŽDŒl = DŠ! ;Š! ;ŠY ; D \ 9 Y 9 )ŠY D = \. Nous pouvons remarquer que ce premier dosage a confirmé la présence de streptavidine dans les puits et la reconnaissance de l enzyme biotinylée par la streptavidine. r

3 š5 7œž ;ŸD = DŸD E D D D D I D Iª«= ;ª D E O =ŸD O D IŸD ; ; = ;ª Afin d avoir une idée de la quantité de sites de streptavidine présents dans les puits que nous utilisons, nous avons mis au point un dosage par préincubation de quantités croissantes de biotine, puis par incubation d enzyme biotinylée à 4 ng/ml. L interaction entre la biotine et la streptavidine étant pratiquement irréversible (à ph=7.4 le temps de demi-vie du complexe est de 3 jours), l enzyme ajoutée ne pourra pas déplacer la biotine et se fixera alors sur les sites libres de la streptavidine. On représente en général les variations du rapport B/B 0 en fonction de la concentration en biotine, avec B=Abs. mesurée et B 0 = Abs. de l enzyme en l absence de biotine. Toutes les absorbances sont corrigées par la valeur de l absorbance du substrat seul. Comme précédemment, trois points sont effectués pour chaque concentration en biotine. Abs. substrat seul = Abs. en l absence de biotine = soit une valeur corrigée = 3.3 = B 0 V Y±=²D³l±=ݵ; 9 ½;º;¾D»;³l l³làdáyµ ÂÄÃ=Â0Å ÆYÇoÈYÉYÊ=ËlÌ ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C 5 80 ng/ml % A, B, C 4 16 ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C 1 Plaque de microtitration 100 ÝÛ ÜÛ , Í ÎÐÏ Ñ ÒÓÏ Ô}Õ5ÖzÔ }Ø ÙÚ

4 On remarque que la courbe peut être divisée en deux parties : Si [biotine] < 16ng/ml soit une quantité de biotine inférieure à 13 pmoles, on est alors en défaut de biotine par rapport au nombre de sites de streptavidine présents et la totalité de l enzyme ajoutée peut se fixer sur les puits (0.018 pmoles d enzymes par puits et comme il y a 1.5 à 3 moles de biotines par mole d enzyme, cela correspond à environ pmoles de sites de streptavidine nécessaires). On observe alors un plateau correspondant au signal maximum. Si [biotine] > 80 ng/ml soit une quantité de biotine supérieure à 65 pmoles, on a alors un excès de biotine par rapport aux sites de streptavidine présents, et l enzyme biotinylée ne peut alors pas se fixer car il ne reste plus aucun site libre. On peut remarquer que l on n arrive pas à B/B0=0, probablement à cause des interactions non-spécifiques que l on étudiera plus tard. Conclusion : Ce dosage permet de donner une estimation de la quantité de sites de streptavidine accessibles à la biotine dans les puits de polystyrène utilisés : il y a de åyîdïðåyñyì=ílê. Cette valeur semble correcte car les puits devaient être imprégnés par environ 2.4 pmoles de streptavidine, et comme chaque streptavidine possède 4 sites, on devait trouver environ 10 pmoles par puits. ò=ó7ôžõ=öd DøI DøIù=úò;ûDü ýoþ;õeÿ õeÿ û ø ü9ø Oÿ ûdõeÿ ù=þ;ø Nous avons réalisé un dosage de entre le traceur 5 (dont le rapport marqueur / biotine = 115) et l enzyme biotinylée (concentration = 4 ng/ml). Nous avons pour cela choisi d incuber simultanément le mélange enzyme biotinylée-traceur. Nous avons également réalisé en parallèle le dosage compétitif entre l enzyme biotinylée et la biotine afin de comparer les comportements des deux espèces. Comme nous le verrons dans le chapitre suivant, le choix du tampon d incubation devient important à ce niveau de l étude. Afin de limiter les interactions non-spécifiques, nous avons utilisé pour ce dosage une préincubation de poly-l-lysine diluée dans du PBS (M = 35200, 10-5 mol/l). La biotine et le traceur sont dilués dans du PBS et on fait trois points pour chaque concentration en biotine et deux points pour chaque concentration en traceur. [biotine] ng/ml Abs. corrigée écart-type B/B 0 BIOTINE n puits % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C 1 2Þ

5 [biotine] ng/ml Abs. corrigée écart-type B/B 0 Traceur 5 n puits % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E 1 Abs. substrat seul = 0.08 Abs. en l absence de biotine = soit une valeur corrigée = = B 0 Plaque de microtitration B/BO biotine B/BO traceur , !#"$ %'&)(*%#+', -/.

6 Conclusion : Ces graphes permettent de calculer la valeur d un indice caractéristique, l 35476)8 : c est la concentration en biotine nécessaire pour avoir B/B 0 = 50%, soit une fixation de la moitié des molécules d enzyme biotinylée. La valeur de l IC 50 pour la biotine seule est de En ce qui concerne le traceur 5, on trouve un C5D7E)FHGIKJ L MONP QRS. Il faut donc environ 8 fois plus de biotine liée au polymère que de biotine libre pour «déplacer» une même quantité d enzyme. Ce phénomène pourrait indiquer que la biotine fixée sur la poly-l-lysine a moins d affinité pour la streptavidine que la biotine libre. On peut cependant penser que cette différence vient en fait de la gène stérique occasionnée par le polymère qui fait que toutes les biotines présentes ne peuvent pas réagir. On peut alors dire que sur le traceur, TVUWX YWZ[]\5^_]à[ \5Y b c c [ \5\5WUd[. Un autre point qui apparaît à la lecture de ce graphe est l existence d un effet décrit par FELTUS (FELTUS, 1997) : le egfgfghji=klkli=mon qui traduit le fait que B/B 0 passe par un maximum. Il serait dû à une interaction coopérative : une biotine étant fixée sur un site, la streptavidine aurait tendance à fixer d autres biotines sur ses 3 autres sites au détriment de l enzyme biotinylée. La forme de la courbe semble montrer qu il n y a pas d interactions pq prs5tu v wx)wyz{ s même sans ajouter de BSA dans le PBS car un excès de biotine ou de traceur empêche totalement la fixation de l enzyme (B/B0 = 0%). Les sites de streptavidine étant tous occupés, l enzyme ne se fixe donc pas de manière non-spécifique sur le puits. Enfin, ce dosage ELISA montre qu il y a bien } ~ ƒ5ƒ5 ~ } entre les streptavidines imprégnées sur le puits et les biotines fixées sur le traceur que nous avons synthétisé. Ce traceur semble donc être utilisable pour un 5 ˆ ŠŒ 5. Ž Ž H ] šg šgœ Ž ž L évaluation de la fixation non-spécifique du traceur 5 sur les puits est indispensable à ce stade du dosage. Classiquement, ceci consiste à utiliser des puits identiques mais imprégnés d une autre protéine. Nous ne disposons pas de tels puits alors nous allons tester cette non-spécificité d une autre manière : en saturant les sites de la streptavidine imprégnée par un excès de biotine, puis en ajoutant une certaine quantité de traceur. Le traceur ne devrait alors pas se fixer dans le puits car l interaction biotine-streptavidine est trop forte pour pouvoir être déplacée. Normalement, les puits que nous utilisons sont déjà traités de manière à minimiser les interactions non-spécifiques, mais il est souvent nécessaire de prendre des précautions supplémentaires. Nous avons choisi de travailler avec [biotine] traceur = 125 ng/ml et nous avons testé les milieux suivants : - PBS - PBS + sérum de cheval (1 % soit mg/ml) - PBS % de Tween 20, détergent non-ionique (DIAMANDIS, 1996)

7 - PBS + BSA (0.1 %) - préincubation de polylysine (M = , 10-5 mol/l) pendant 1 heure à température ambiante. - préincubation de BSA (0.5 % soit 5 mg/ml) pendant 1 heure à température ambiante Nous n avons pas testé le lait écrémé, qui est un agent de blocage couramment utilisé en immunoanalyse, car il contient un inhibiteur de la liaison biotine-streptavidine (HOFFMAN, 1989). De plus, nous avons constaté que le traceur 5 précipite en présence de BSA, c est pour cette raison que nous avons également testé la préincubation de BSA dans les puits. On observe les trois bandes caractéristiques de l ester de cobalt lorsque l incubation se fait dans du PBS, en présence de Tween 20, de sérum de cheval et lors des préincubation de poly-llysine ou de BSA (spectre ci-contre) ce qui implique qu il existe une 5 ª 5 «) du polymère sur les puits. Ces interactions non-spécifiques ne peuvent donc pas être totalement éliminées, mais on peut remarquer qu elles sont nettement moins importantes lors de l utilisation du ±5² ³ µ ¹ º» ¼ ½ (spectres ci-contre). Nous avons cependant voulu vérifier que la diminution du signal non-spécifique lors d une incubation dans du sérum de cheval n était pas due à une inhibition de l interaction biotinestreptavidine. Nous avons pour cela effectué un test comparatif au HABA en diluant l avidine dans du tampon ph=6 et dans une solution de tampon ph=6 contenant 1% de sérum de cheval. La biotine étant diluée dans du PBS, à une concentration de mol/l. Lorsque l avidine est dans le tampon, on trouve en moyenne [biotine] = mol/l et lorsque ce tampon contient du sérum de cheval, on trouve [biotine] = mol/l. Compte tenu de la précision des mesures, ce test a montré que ¾ ÁÀ5 à ÄÅÇÆ ÁÈ É Ê Ë ¾ÍÌ ÁÅÎ ÆÏÐ)Ï ÁÑË À ¾ÓÒÔÏÌÕ Ã Ë È ÕÏÎ ÌÍ ÌÕà ־ËØ ÏÎ ÕÏÌ Ö ÕÙ¾ËØÀ5Õà ÑÕË Ê ÏÆÏÌ. Nous pourrons donc utiliser ce milieu pour la suite de l étude. L étude du pic à 2090 cm -1 permet d évaluer la valeur du signal spécifique. Nous avons en effet utilisé une série de puits saturés par un excès de biotine et une série de puits sans biotine. Nous leur avons ensuite fait subir les mêmes conditions d incubation et nous avons obtenu les résultats suivants : milieu d incubation hauteur à 2090 cm -1 biotine en excès hauteur à 2090 cm -1 sans biotine soustraction des 2 hauteurs PBS préincubation de Polylysine sérum de cheval préincubation de BSA milieu d incubation aire à 2090 cm -1 biotine en excès aire à 2090 cm -1 sans biotine soustraction des 2 aires PBS préincubation de Polylysine sérum de cheval #Ÿ

8 préincubation de BSA Nous pouvons ainsi remarquer que la soustraction entre les deux valeurs mesurées donne en fait la valeur réelle du Û5ÜÝ Þß à Û5áâ ã Üä)Üåæç que l on devrait observer. Cette différence peut être observée sur les spectres ci-contre. Les valeurs obtenues dans les quatre milieux sont du même ordre de grandeur et on a en moyenne : hauteur du pic à 2090 cm aire du pic à 2090 cm Une dernière remarque peut être faite concernant ces résultats : nous avons utilisé une [biotine] traceur = 125 ng/ml et comme le rapport marqueur / biotine = 115, nous avons donc introduit è è éôêëìí îï ðkñï7ìò ó ôõï õó par puits (0.102 nmoles de biotine). La droite d étalonnage construite précédemment permet de déduire que le signal spécifique observé correspond à environ ö øgùúû üý þ=ÿýoú ý (1.13 pmoles de biotine) soit une quantité 90 fois plus petite que celle attendue. Ce décalage entre la quantité de marqueur déposée dans le puits et celle restant effectivement après incubation et lavage provient certainement de la gène stérique engendrée par le polymère : toutes les biotines ne peuvent pas atteindre des sites de streptavidine. Conclusion : Cette étude des milieux d incubation nous a permis de mettre en évidence l existence d une entre la biotine du traceur et la streptavidine immobilisée sur les puits. Nous avons également montré que l utilisation du "! # $ % & permettait de réduire efficacement les interactions non-spécifiques. Nous avons cependant constaté les limites de notre traceur : nous avons créé une amplification grâce à un rapport marqueur/biotine = 115, mais nous ne pouvons pas saturer les sites de streptavidine à cause de la gène stérique due à la poly-l-lysine. En effet, sur les 10 pmoles de sites présents, nous en utilisons au maximum 1.13 pmoles. Nous pouvons alors penser qu un moyen d optimiser ces résultats serait de synthétiser un traceur qui serait un compromis entre un bon rapport marqueur/biotine et une gène stérique acceptable. Ces résultats sont encourageant pour la suite des recherches mais nous ne pourrons cependant pas réaliser le dosage de la biotine dans le cadre de ce stage. En effet, même si l on arrive à observer un signal spécifique, celui-ci est extrêmement faible. Si on parvenait à amplifier suffisamment le signal, il suffirait alors de tracer les courbes de dilution de la biotine pour réaliser son dosage. Deux méthodes semblent alors possibles : Méthode par ' ( ) * +,.-,.-( / : incubation d un mélange biotine-traceur dans les puits en utilisant des concentrations croissantes de biotine et une concentration fixe de traceur (celle donnant le signal maximum). On observera alors une diminution du signal due à la fixation préférentielle des molécules de biotine. Méthode par : 4 : incubation de quantités croissantes de biotine, puis incubation d une quantité fixe de traceur après avoir soigneusement lavé les puits. Le traceur (en excès) va alors saturer les sites libres de la streptavidine tant que la biotine sera en défaut. On observera alors le même type de courbe, décroissante. #Ú

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Mesure de l activité enzymatique

Mesure de l activité enzymatique Mesure de l activité enzymatique - dans cette section, nous traiterons des aspects plus pratiques de la mesure de l activité d une enzyme A. Principes de base - l activité enzymatique est influencée à

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

DOSAGE D ANTICORPS PAR L UTILISATION DU TEST ELISA

DOSAGE D ANTICORPS PAR L UTILISATION DU TEST ELISA Fiche sujet - candidat Après une vaccination, l organisme réagit par la production d anticorps dirigés contre l antigène injecté. Une mémoire immunitaire se met en place et lors d un second contact avec

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons

Il existe plusieurs types de tests ELISA mais le plus couramment utilisé et celui que nous proposons 14: ELISA La technique de dosage d immunoabsorption par enzyme liée (en anglais Enzyme Linked Immuno Assay) ou ELISA est principalement utilisée en immunologie afin de détecter et/ou doser la présence

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces -

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - Introduction Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - La focométrie consiste en la détermination expérimentale de la distance focale d un instrument d optique. Dans le TP précédent, nous avons

Plus en détail

RECHERCHE DE CHEMIN MINIMAL

RECHERCHE DE CHEMIN MINIMAL REHERHE DE HEIN INIL par Yvon KWLSK, Sofiane SERUTU et Jérémy VEIRN, élèves de troisième au collège dulphe DELEGRGUE de ourcelles lès Lens (Pas de alais) 2003 Enseignant : Stéphane RERT (collège DELEGRGUE

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Contrôles des traitements thermiques du lait

Contrôles des traitements thermiques du lait T BTK AT de biotechnologies Contrôles des traitements thermiques du lait L objectif de la séance est de réaliser une pasteurisation du lait avec différents protocoles de chauffage. Au cours du chauffage

Plus en détail

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION 11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION Dans cette étude de cas nous nous retrouvons face à des données dont la variabilité court terme est très différente de celle à long terme. Les cartes de contrôle

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

Procédure pour consulter son dossier d'usager, renouveler des prêts et effectuer une réservation sur un document via le catalogue de la bibliothèque

Procédure pour consulter son dossier d'usager, renouveler des prêts et effectuer une réservation sur un document via le catalogue de la bibliothèque Procédure pour consulter son dossier d'usager, renouveler des prêts et effectuer une réservation sur un document via le catalogue de la bibliothèque Veuillez prendre note que les réservations ne sont admissibles

Plus en détail

Les différents codes utilisés en électronique

Les différents codes utilisés en électronique Section : Technicien Supérieur Electronique Discipline : Génie Electronique Les différents codes utilisés en électronique Domaine d application : Traitement des signaux numériques Type de document : Cours

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

EXERCICES D ENZYMOLOGIE

EXERCICES D ENZYMOLOGIE EXERCICES D ENZYMOLOGIE Exercice n 1 : Une enzyme catalyse la réaction : S -----> P. Les vitesses initiales ont été déterminées pour chacune des concentrations initiales en substrat suivantes : Q1: Vérifier

Plus en détail

REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES

REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES Les encres plastisol sèchent lorsqu on les soumet à une température durant un certain laps de temps. En bref, on peut dire que le

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Raphaël Braunschweig, Stefan Binder Groupe A, Binôme 3 Résultats selon Benjamin Buhr et Lucile Koch-Schlund

Plus en détail

RAID 1 LOGICIEL SOMMAIRE

RAID 1 LOGICIEL SOMMAIRE RAID 1 LOGICIEL SOMMAIRE I. Introduction II. Etude des disques III. Intégration du deuxième disque IV. Transformation du disque dur V. Test de fonctionnement VI. Vérification du boot VII. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

Les Différents types de Requêtes dans Access

Les Différents types de Requêtes dans Access Les Différents types de Requêtes dans Access Il existe six types de requêtes. Les Requêtes «Sélection», qui sont le mode par défaut et correspondent à des «vues» des tables originelles. Cela signifie que

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Codage Couleurs. E. Jeandel. Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr. E. Jeandel, Lif CodageCouleurs 1/1

Codage Couleurs. E. Jeandel. Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr. E. Jeandel, Lif CodageCouleurs 1/1 Codage Couleurs E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CodageCouleurs 1/1 La lumière La lumière est une onde. Cette lumière peut se décomposer en plusieurs composantes (son spectre)

Plus en détail

Concevoir une base de données

Concevoir une base de données Concevoir une base de données http://vanconingsloo.be/les-cours/bureautique/access/concevoir-une-base-de-donnees En fonction de vos besoins, il existe deux façons de travailler. Si vous souhaitez créer

Plus en détail

Cours Master 1 / 2013-2014. Dr YAO Kouassi Patrick

Cours Master 1 / 2013-2014. Dr YAO Kouassi Patrick Cours Master 1 / 2013-2014 Dr YAO Kouassi Patrick Une base de données est le terme informatique désignant un ensemble de données connexes stockées informatiquement. Ce terme ne doit pas être confondu avec

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Exemple de rapport simplifié de Test de charge

Exemple de rapport simplifié de Test de charge syloe.fr http://www.syloe.fr/conseil/test de charge/exemple de rapport simplifie de test de charge/ Exemple de rapport simplifié de Test de charge Contexte du test de charge Un client nous soumet une problématique

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes Noms des étudiants composant le binôme : TP Cours ocométrie des lentilles minces divergentes Estimer la distance focale image d une lentille divergente est moins aisé que de déterminer celle d une lentille

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Ce sont ces deux procédures que nous allons vous présenter ici, la création de DOI et la mise à jour des informations liées à un DOI existant.

Ce sont ces deux procédures que nous allons vous présenter ici, la création de DOI et la mise à jour des informations liées à un DOI existant. La plateforme Metadata Store (MDS) de DataCite est un service destiné aux producteurs de données (centres de données, bibliothèques, institutions de recherche ), permettant la création de DOI et l enregistrement

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE 1) Nombres signés Nous n avons, jusqu à présent tenu compte, que des nombre positifs. Pourtant, la plupart des dispositifs numériques traitent également les nombres négatifs,

Plus en détail

SOMMAIRE... 1 ESPACE DU CLUB...

SOMMAIRE... 1 ESPACE DU CLUB... Documentation Extraclub Page 1/11 Sommaire SOMMAIRE... 1 ESPACE DU CLUB... 2 INTRODUCTION... 2 Bien utiliser la gestion du club... 2 Termes utilisés dans cet espace... 2 Par quoi commencer?... 2 L onglet

Plus en détail

Cette option est aussi disponible sur les clients Windows 7 sous la forme d un cache réparti entre les différentes machines.

Cette option est aussi disponible sur les clients Windows 7 sous la forme d un cache réparti entre les différentes machines. Le BranchCache Cette fonctionnalité qui apparaît dans Windows 2008 R2 permet d optimiser l accès aux ressources partagées hébergées sur des partages de fichiers ou des serveurs webs internes de type documentaire

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle CARRE Julien PIERNOT Jérôme Rapport IN52 Sujet : Résolution d un puzzle Responsable : M. Ruicheck Y. Automne 2007 1 SOMMAIRE INTRODUCTION...3 I. Description et approche du sujet...4 1. Description 2. Outils

Plus en détail

Constante d acidité d un couple acide/base

Constante d acidité d un couple acide/base ACTIVITE-COURS CHIMIE N 3 TS 1/6 CONSTANTE D ACIDITE D UN COUPLE ACIDE/ABASE Objectifs de l'activité Activité-cours de chimie N 3 Constante d acidité d un couple acide/base Connaître la réaction d autoprotolyse

Plus en détail

Le Memory. a. Objectif : Créer un programme en langage Python qui permette de jouer au jeu Memory à deux joueurs.

Le Memory. a. Objectif : Créer un programme en langage Python qui permette de jouer au jeu Memory à deux joueurs. Le Memory Créer un programme en langage Python qui permette de jouer au jeu Memory à deux joueurs. Le jeu se compose de paires d images portant des illustrations identiques. L ensemble des images est mélangé,

Plus en détail

Guide Wilogo: Conseils pour écrire un brief parfait

Guide Wilogo: Conseils pour écrire un brief parfait Guide Wilogo: Conseils pour écrire un brief parfait Que ce soit pour un logo, un web design, des cartes de visite ou du papier à entête - Avec Wilogo vous avez décidé de choisir la meilleure solution de

Plus en détail

GRANDEURS ET MESURE ET RESOLUTION DE PROBLEME. Enseigner la notion de contenance et celle de sa mesure par la résolution de problème CYCLE 2

GRANDEURS ET MESURE ET RESOLUTION DE PROBLEME. Enseigner la notion de contenance et celle de sa mesure par la résolution de problème CYCLE 2 GRANDEURS ET MESURE ET RESOLUTION DE PROBLEME Enseigner la notion de contenance et celle de sa mesure par la résolution de problème CYCLE 2 Compétence : Apprendre et comparer les unités usuelles de longueur

Plus en détail

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009 26 janvier 2009 Le modèle du est une méthodologie de développement logiciel qui est devenue un standard de l industrie logicielle. Ce modèle est constitué de deux phases : l une est dite descendante et

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR

CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR SOMMAIRE 1- PREMIERE CONNEXION : ACCEDER A LA PAR... 2 2-CREER SON COMPTE UTILISATEUR SUR LA PAR...

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

Gaz parfait : Etude de la loi de Boyle - Mariotte

Gaz parfait : Etude de la loi de Boyle - Mariotte Gaz parfait : Etude de la loi de Boyle - Mariotte ENONCE : Pressiomètre Seringue à piston vissant On utilise un échantillon d air emprisonné dans une seringue graduée en cm 3, le volume maximal étant 60

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES LES DÉTERMINANTS DE MATRICES Sommaire Utilité... 1 1 Rappel Définition et composantes d'une matrice... 1 2 Le déterminant d'une matrice... 2 3 Calcul du déterminant pour une matrice... 2 4 Exercice...

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION 1. ECHELLE DE Sur les étiquettes d minérales, on peut lire suivi d une valeur voisine

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS (Classes de Terminales STL - CLPI) PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Deux méthodes de dosage d une solution de dichromate

Plus en détail

LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques

LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques Fiche logiciel LibreOffice Calc 3.x Tableur Niveau LibreOffice Calc : introduction aux tableaux croisés dynamiques Un tableau croisé dynamique (appelé Pilote de données dans LibreOffice) est un tableau

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Bureau d Étude d électronique Tronc Commun 1A :PET/PMP Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Responsables : Fanny Poinsotte Nicolas Ruty Lien Chamilo : http ://chamilo2.grenet.fr/inp/ courses/phelmaa13pmcpel9

Plus en détail

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT EXP Spectroscopie UV-Visible CORRIGE Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Problématique : Un sirop

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE

GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE Le SCRUM est une méthode de gestion de projet. Elle a pour but d améliorer la productivité des équipes. Ce terme est inspiré du terme Scrum en rugby qui désigne une

Plus en détail

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION ANALYSE LEXICOMETRIQUE Ce rapport présente l analyse lexicométrique d un corpus de textes choisis sur le sujet de controverse : «L affaire Dieudonné : la viralité d Internet

Plus en détail

Jeu de simulation 5S. Guide d'animation. Guide d animation du jeu de simulation 5S - Kaos Factory

Jeu de simulation 5S. Guide d'animation. Guide d animation du jeu de simulation 5S - Kaos Factory Jeu de simulation 5S Guide d'animation page 1 INTRODUCTION L objet de ce guide est de servir de support pour l'animation du jeu de simulation 5S «Chaos Factory». La jeu permettra aux participants de prendre

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Florence Levé Florence.Leve@u-picardie.fr Année 2015-2016 1/29 Introduction Les algorithmes vus précédemment peuvent mener à des automates relativement

Plus en détail

FACILITER L'ACCÈS AUX RESSOURCES NUMÉRIQUES DEPUIS SES ESPACES DE PUBLICATION

FACILITER L'ACCÈS AUX RESSOURCES NUMÉRIQUES DEPUIS SES ESPACES DE PUBLICATION L U D O V I A 2 0 1 2 FACILITER L'ACCÈS AUX RESSOURCES NUMÉRIQUES DEPUIS SES ESPACES DE PUBLICATION Karen Chabriac - CRDP de l académie de Toulouse USAGE D UN MOTEUR DE RECHERCHE PERSONNALISÉ Google CSE

Plus en détail

Les Cartes et leur Valeur

Les Cartes et leur Valeur RÈGLES CANASTA Règle du Jeu de la Canasta Canasta est le nom d une combinaison de 7 cartes qui donne son nom à cette variante de Rami. Le but du Jeu: Le gagnant est le joueur qui est le premier à atteindre

Plus en détail

Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY

Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY Alejandro Daniel Paredes Cabrel sous la direction de : Xavier Leoncini Centre de Physique Théorique de Marseille Fevrier- 29 Objectif

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI Chapitre 6 Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI (P) problème de PL. On restreint les variables à être entières : on a un problème de PLI (ILP en anglais). On restreint certaines variables à

Plus en détail

PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03. Dosage d une solution d hydroquinone

PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03. Dosage d une solution d hydroquinone PC* 12/13 TP10 : 20 et 28/03 Dosage d une solution d hydroquinone On veut doser une solution d hydroquinone en utilisant ses propriétés réductrices. Pour cela, on propose deux méthodes indépendantes utilisant

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

Ajouter un Widget à SugarCRM Création de l AlterEnum

Ajouter un Widget à SugarCRM Création de l AlterEnum ALTERVISIONS Ajouter un Widget à SugarCRM Création de l AlterEnum Lior CHAMLA 09/04/2009 Nous allons voir comment créer un contrôle personnalisé à ajouter dans les différents modules de SugarCRM. SOMMAIRE

Plus en détail