HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2"

Transcription

1 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela, nous allons utiliser une méthode indirecte basée sur la compétition entre le traceur et une enzyme biotinylée. Un dosage ELISA de type compétitif entre la biotine et une enzyme biotinylée puis entre notre traceur et la même enzyme permettra en plus de comparer l affinité du traceur à celle de la biotine vis-à-vis des molécules de streptavidine. La première étape de ce dosage consiste à déterminer la quantité d enzyme nécessaire pour effectuer la compétition. CD3D:EA FDC<;C<;CDKML?9<INOA FD:EA CPLH=8;<IQRD:EA HEA L enzyme biotinylée utilisée est la peroxydase de raifort (HRP) couplée à la biotine par une fonction amide et qui contient 1.5 à 3 biotines par mole de peroxydase (masse molaire = ). Son activité est mesurée par colorimétrie, le substrat de révélation correspondant étant l orthophenylenediamine dihydrochlorure (OPD). L enzyme joue le rôle de catalyseur de la réaction d oxydation de l OPD en présence de H 2 O 2 : NH 2 NO 2 NH 2 HRP NH 2 O-phénylène diamine H 2 O 2 O-nitro aniline (λmax = 490 nm) Différentes concentrations de cette enzyme sont placées dans les puits imprégnés de streptavidine, en triple. Après incubation, rinçage, incubation du substrat et arrêt de la réaction enzymatique par ajout d acide, la mesure de l absorbance à 490 nm est effectuée par un lecteur de microplaques et les résultats suivants sont obtenus : TVU;WYX;ZD[\U;]OWY^D_=[\` f;g;hdi;jlkljlzdmyu WYnomYpYq=jlc A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C A, B, C 16

2 Les valeurs de l absorbance pour les concentrations supérieures à ng/ml sont trop fortes pour pouvoir être mesurées par l appareil. plaque de microtitration Normalement, la courbe attendue devrait être une droite sur une certaine gamme de concentration puis elle devrait atteindre un palier correspondant à la saturation des sites de streptavidine par l enzyme biotinylée. Nous n observons en fait que la partie linéaire de cette courbe car nous sommes limités par l absorbance qui devient supérieure à 3 et donc non mesurable par l appareil dès [enzyme] = ng/ml. 3,5 3 y = 0,2671x + 0,0692 R 2 = 0,9987 ƒ 2,5 2 1,5 1 0, s {} x~ Conclusion : Pour la suite des manipulations, il faut choisir une concentration en enzyme biotinylée qui donne une absorbance dans la gamme linéaire de l appareil de mesure et proche de 1 afin de vérifier la loi de Beer-Lambert. Nous avons donc choisi de travailler avec une ˆ; DŠYˆ; ;ŠYŒl ;ŽDŒl = DŠ! ;Š! ;ŠY ; D \ 9 Y 9 )ŠY D = \. Nous pouvons remarquer que ce premier dosage a confirmé la présence de streptavidine dans les puits et la reconnaissance de l enzyme biotinylée par la streptavidine. r

3 š5 7œž ;ŸD = DŸD E D D D D I D Iª«= ;ª D E O =ŸD O D IŸD ; ; = ;ª Afin d avoir une idée de la quantité de sites de streptavidine présents dans les puits que nous utilisons, nous avons mis au point un dosage par préincubation de quantités croissantes de biotine, puis par incubation d enzyme biotinylée à 4 ng/ml. L interaction entre la biotine et la streptavidine étant pratiquement irréversible (à ph=7.4 le temps de demi-vie du complexe est de 3 jours), l enzyme ajoutée ne pourra pas déplacer la biotine et se fixera alors sur les sites libres de la streptavidine. On représente en général les variations du rapport B/B 0 en fonction de la concentration en biotine, avec B=Abs. mesurée et B 0 = Abs. de l enzyme en l absence de biotine. Toutes les absorbances sont corrigées par la valeur de l absorbance du substrat seul. Comme précédemment, trois points sont effectués pour chaque concentration en biotine. Abs. substrat seul = Abs. en l absence de biotine = soit une valeur corrigée = 3.3 = B 0 V Y±=²D³l±=ݵ; 9 ½;º;¾D»;³l l³làdáyµ ÂÄÃ=Â0Å ÆYÇoÈYÉYÊ=ËlÌ ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C 5 80 ng/ml % A, B, C 4 16 ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C ng/ml % A, B, C 1 Plaque de microtitration 100 ÝÛ ÜÛ , Í ÎÐÏ Ñ ÒÓÏ Ô}Õ5ÖzÔ }Ø ÙÚ

4 On remarque que la courbe peut être divisée en deux parties : Si [biotine] < 16ng/ml soit une quantité de biotine inférieure à 13 pmoles, on est alors en défaut de biotine par rapport au nombre de sites de streptavidine présents et la totalité de l enzyme ajoutée peut se fixer sur les puits (0.018 pmoles d enzymes par puits et comme il y a 1.5 à 3 moles de biotines par mole d enzyme, cela correspond à environ pmoles de sites de streptavidine nécessaires). On observe alors un plateau correspondant au signal maximum. Si [biotine] > 80 ng/ml soit une quantité de biotine supérieure à 65 pmoles, on a alors un excès de biotine par rapport aux sites de streptavidine présents, et l enzyme biotinylée ne peut alors pas se fixer car il ne reste plus aucun site libre. On peut remarquer que l on n arrive pas à B/B0=0, probablement à cause des interactions non-spécifiques que l on étudiera plus tard. Conclusion : Ce dosage permet de donner une estimation de la quantité de sites de streptavidine accessibles à la biotine dans les puits de polystyrène utilisés : il y a de åyîdïðåyñyì=ílê. Cette valeur semble correcte car les puits devaient être imprégnés par environ 2.4 pmoles de streptavidine, et comme chaque streptavidine possède 4 sites, on devait trouver environ 10 pmoles par puits. ò=ó7ôžõ=öd DøI DøIù=úò;ûDü ýoþ;õeÿ õeÿ û ø ü9ø Oÿ ûdõeÿ ù=þ;ø Nous avons réalisé un dosage de entre le traceur 5 (dont le rapport marqueur / biotine = 115) et l enzyme biotinylée (concentration = 4 ng/ml). Nous avons pour cela choisi d incuber simultanément le mélange enzyme biotinylée-traceur. Nous avons également réalisé en parallèle le dosage compétitif entre l enzyme biotinylée et la biotine afin de comparer les comportements des deux espèces. Comme nous le verrons dans le chapitre suivant, le choix du tampon d incubation devient important à ce niveau de l étude. Afin de limiter les interactions non-spécifiques, nous avons utilisé pour ce dosage une préincubation de poly-l-lysine diluée dans du PBS (M = 35200, 10-5 mol/l). La biotine et le traceur sont dilués dans du PBS et on fait trois points pour chaque concentration en biotine et deux points pour chaque concentration en traceur. [biotine] ng/ml Abs. corrigée écart-type B/B 0 BIOTINE n puits % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C % A, B, C 1 2Þ

5 [biotine] ng/ml Abs. corrigée écart-type B/B 0 Traceur 5 n puits % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E % D, E 1 Abs. substrat seul = 0.08 Abs. en l absence de biotine = soit une valeur corrigée = = B 0 Plaque de microtitration B/BO biotine B/BO traceur , !#"$ %'&)(*%#+', -/.

6 Conclusion : Ces graphes permettent de calculer la valeur d un indice caractéristique, l 35476)8 : c est la concentration en biotine nécessaire pour avoir B/B 0 = 50%, soit une fixation de la moitié des molécules d enzyme biotinylée. La valeur de l IC 50 pour la biotine seule est de En ce qui concerne le traceur 5, on trouve un C5D7E)FHGIKJ L MONP QRS. Il faut donc environ 8 fois plus de biotine liée au polymère que de biotine libre pour «déplacer» une même quantité d enzyme. Ce phénomène pourrait indiquer que la biotine fixée sur la poly-l-lysine a moins d affinité pour la streptavidine que la biotine libre. On peut cependant penser que cette différence vient en fait de la gène stérique occasionnée par le polymère qui fait que toutes les biotines présentes ne peuvent pas réagir. On peut alors dire que sur le traceur, TVUWX YWZ[]\5^_]à[ \5Y b c c [ \5\5WUd[. Un autre point qui apparaît à la lecture de ce graphe est l existence d un effet décrit par FELTUS (FELTUS, 1997) : le egfgfghji=klkli=mon qui traduit le fait que B/B 0 passe par un maximum. Il serait dû à une interaction coopérative : une biotine étant fixée sur un site, la streptavidine aurait tendance à fixer d autres biotines sur ses 3 autres sites au détriment de l enzyme biotinylée. La forme de la courbe semble montrer qu il n y a pas d interactions pq prs5tu v wx)wyz{ s même sans ajouter de BSA dans le PBS car un excès de biotine ou de traceur empêche totalement la fixation de l enzyme (B/B0 = 0%). Les sites de streptavidine étant tous occupés, l enzyme ne se fixe donc pas de manière non-spécifique sur le puits. Enfin, ce dosage ELISA montre qu il y a bien } ~ ƒ5ƒ5 ~ } entre les streptavidines imprégnées sur le puits et les biotines fixées sur le traceur que nous avons synthétisé. Ce traceur semble donc être utilisable pour un 5 ˆ ŠŒ 5. Ž Ž H ] šg šgœ Ž ž L évaluation de la fixation non-spécifique du traceur 5 sur les puits est indispensable à ce stade du dosage. Classiquement, ceci consiste à utiliser des puits identiques mais imprégnés d une autre protéine. Nous ne disposons pas de tels puits alors nous allons tester cette non-spécificité d une autre manière : en saturant les sites de la streptavidine imprégnée par un excès de biotine, puis en ajoutant une certaine quantité de traceur. Le traceur ne devrait alors pas se fixer dans le puits car l interaction biotine-streptavidine est trop forte pour pouvoir être déplacée. Normalement, les puits que nous utilisons sont déjà traités de manière à minimiser les interactions non-spécifiques, mais il est souvent nécessaire de prendre des précautions supplémentaires. Nous avons choisi de travailler avec [biotine] traceur = 125 ng/ml et nous avons testé les milieux suivants : - PBS - PBS + sérum de cheval (1 % soit mg/ml) - PBS % de Tween 20, détergent non-ionique (DIAMANDIS, 1996)

7 - PBS + BSA (0.1 %) - préincubation de polylysine (M = , 10-5 mol/l) pendant 1 heure à température ambiante. - préincubation de BSA (0.5 % soit 5 mg/ml) pendant 1 heure à température ambiante Nous n avons pas testé le lait écrémé, qui est un agent de blocage couramment utilisé en immunoanalyse, car il contient un inhibiteur de la liaison biotine-streptavidine (HOFFMAN, 1989). De plus, nous avons constaté que le traceur 5 précipite en présence de BSA, c est pour cette raison que nous avons également testé la préincubation de BSA dans les puits. On observe les trois bandes caractéristiques de l ester de cobalt lorsque l incubation se fait dans du PBS, en présence de Tween 20, de sérum de cheval et lors des préincubation de poly-llysine ou de BSA (spectre ci-contre) ce qui implique qu il existe une 5 ª 5 «) du polymère sur les puits. Ces interactions non-spécifiques ne peuvent donc pas être totalement éliminées, mais on peut remarquer qu elles sont nettement moins importantes lors de l utilisation du ±5² ³ µ ¹ º» ¼ ½ (spectres ci-contre). Nous avons cependant voulu vérifier que la diminution du signal non-spécifique lors d une incubation dans du sérum de cheval n était pas due à une inhibition de l interaction biotinestreptavidine. Nous avons pour cela effectué un test comparatif au HABA en diluant l avidine dans du tampon ph=6 et dans une solution de tampon ph=6 contenant 1% de sérum de cheval. La biotine étant diluée dans du PBS, à une concentration de mol/l. Lorsque l avidine est dans le tampon, on trouve en moyenne [biotine] = mol/l et lorsque ce tampon contient du sérum de cheval, on trouve [biotine] = mol/l. Compte tenu de la précision des mesures, ce test a montré que ¾ ÁÀ5 à ÄÅÇÆ ÁÈ É Ê Ë ¾ÍÌ ÁÅÎ ÆÏÐ)Ï ÁÑË À ¾ÓÒÔÏÌÕ Ã Ë È ÕÏÎ ÌÍ ÌÕà ־ËØ ÏÎ ÕÏÌ Ö ÕÙ¾ËØÀ5Õà ÑÕË Ê ÏÆÏÌ. Nous pourrons donc utiliser ce milieu pour la suite de l étude. L étude du pic à 2090 cm -1 permet d évaluer la valeur du signal spécifique. Nous avons en effet utilisé une série de puits saturés par un excès de biotine et une série de puits sans biotine. Nous leur avons ensuite fait subir les mêmes conditions d incubation et nous avons obtenu les résultats suivants : milieu d incubation hauteur à 2090 cm -1 biotine en excès hauteur à 2090 cm -1 sans biotine soustraction des 2 hauteurs PBS préincubation de Polylysine sérum de cheval préincubation de BSA milieu d incubation aire à 2090 cm -1 biotine en excès aire à 2090 cm -1 sans biotine soustraction des 2 aires PBS préincubation de Polylysine sérum de cheval #Ÿ

8 préincubation de BSA Nous pouvons ainsi remarquer que la soustraction entre les deux valeurs mesurées donne en fait la valeur réelle du Û5ÜÝ Þß à Û5áâ ã Üä)Üåæç que l on devrait observer. Cette différence peut être observée sur les spectres ci-contre. Les valeurs obtenues dans les quatre milieux sont du même ordre de grandeur et on a en moyenne : hauteur du pic à 2090 cm aire du pic à 2090 cm Une dernière remarque peut être faite concernant ces résultats : nous avons utilisé une [biotine] traceur = 125 ng/ml et comme le rapport marqueur / biotine = 115, nous avons donc introduit è è éôêëìí îï ðkñï7ìò ó ôõï õó par puits (0.102 nmoles de biotine). La droite d étalonnage construite précédemment permet de déduire que le signal spécifique observé correspond à environ ö øgùúû üý þ=ÿýoú ý (1.13 pmoles de biotine) soit une quantité 90 fois plus petite que celle attendue. Ce décalage entre la quantité de marqueur déposée dans le puits et celle restant effectivement après incubation et lavage provient certainement de la gène stérique engendrée par le polymère : toutes les biotines ne peuvent pas atteindre des sites de streptavidine. Conclusion : Cette étude des milieux d incubation nous a permis de mettre en évidence l existence d une entre la biotine du traceur et la streptavidine immobilisée sur les puits. Nous avons également montré que l utilisation du "! # $ % & permettait de réduire efficacement les interactions non-spécifiques. Nous avons cependant constaté les limites de notre traceur : nous avons créé une amplification grâce à un rapport marqueur/biotine = 115, mais nous ne pouvons pas saturer les sites de streptavidine à cause de la gène stérique due à la poly-l-lysine. En effet, sur les 10 pmoles de sites présents, nous en utilisons au maximum 1.13 pmoles. Nous pouvons alors penser qu un moyen d optimiser ces résultats serait de synthétiser un traceur qui serait un compromis entre un bon rapport marqueur/biotine et une gène stérique acceptable. Ces résultats sont encourageant pour la suite des recherches mais nous ne pourrons cependant pas réaliser le dosage de la biotine dans le cadre de ce stage. En effet, même si l on arrive à observer un signal spécifique, celui-ci est extrêmement faible. Si on parvenait à amplifier suffisamment le signal, il suffirait alors de tracer les courbes de dilution de la biotine pour réaliser son dosage. Deux méthodes semblent alors possibles : Méthode par ' ( ) * +,.-,.-( / : incubation d un mélange biotine-traceur dans les puits en utilisant des concentrations croissantes de biotine et une concentration fixe de traceur (celle donnant le signal maximum). On observera alors une diminution du signal due à la fixation préférentielle des molécules de biotine. Méthode par : 4 : incubation de quantités croissantes de biotine, puis incubation d une quantité fixe de traceur après avoir soigneusement lavé les puits. Le traceur (en excès) va alors saturer les sites libres de la streptavidine tant que la biotine sera en défaut. On observera alors le même type de courbe, décroissante. #Ú

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

CanAg ACE (CEA) EIA. Prod. No. 401-10

CanAg ACE (CEA) EIA. Prod. No. 401-10 CanAg ACE (CEA) EIA Prod. No. 401-10 Instructions d utilisation Kit de Test immunoenzymatique 2009-11 Pour 96 déterminations UTILISATION Le Kit CanAg ACE EIA est destiné à la détermination quantitative

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

CanAg NSE EIA. Prod. No. 420-10. 2013-07 Pour 96 déterminations

CanAg NSE EIA. Prod. No. 420-10. 2013-07 Pour 96 déterminations CanAg NSE EIA Prod. No. 420-10 Instructions d utilisation Kit de test immunoenzymatique 2013-07 Pour 96 déterminations UTILISATION Le Kit CanAg NSE EIA est destiné à la détermination quantitative du NSE

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

DES de Pathologie AFIAP

DES de Pathologie AFIAP DES de athologie AFIA 21 novembre 2009 J. Audouin,, S. ain IMMUNOHISTOCHIMIE Introduction I - Différentes méthodes AC conjugués Enzyme - anti-enzyme : A, AAA rotéine conjuguée : avidine, streptavidine

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS!

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! Type d'activité ECE Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles du programme de Terminale S TYPE ECE Evaluation

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT

TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT TD DOSAGE DE PROTEINES ET ELECTROPHORESE : PARTIE THÉORIQUE BST1 SVT Daniela LENER IBMC Texte conseillé pour consultation : Biochimie, Voet & Voet, ed. De Boeck. Dosage des protéines Pendant une purification

Plus en détail

Thèse de Doctorat de l université Paris VI

Thèse de Doctorat de l université Paris VI Thèse de Doctorat de l université Paris VI École doctorale de Chimie Physique et Chimie Analytique de Paris-Centre Présentée par : Julie GÖRGE pour obtenir le grade de Docteur de l Université Paris VI

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2

Introduction à l immunocytochimie. Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2 Introduction à l immunocytochimie Pierre Gounon CCMA Faculté des Sciences 06108 Nice Cedex 2 istorique et développements Origine: Albert. Coons, 1941 qui utilise la fluorescéine Introduction des marquages

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés

Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés Module 12 Détection quantitative du soja Roundup Ready par ELISA F. Eyquem WORLD HEALTH ORGANIZATION REGIONAL OFFICE

Plus en détail

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE Fiche professeur himie 2 - DOSAGE AIDE FAIBLE - BASE FORTE Mots-clés : dosage, ph-métrie, acide faible, base forte, neutralisation, concentration. 1. Type d activité ette expérience permet aux élèves de

Plus en détail

Essai immuno-enzymatique (EIE) de dosage in vitro de la 25-hydroxyvitamine RÉSUMÉ

Essai immuno-enzymatique (EIE) de dosage in vitro de la 25-hydroxyvitamine RÉSUMÉ Essai immuno-enzymatique (EIE) de dosage in vitro de la 25-hydroxyvitamine D 2 et D 3 (25-OH-vitamine D 2 et 25-OH-vitamine D 3 ) dans le sérum. RÉSUMÉ Essai immuno-enzymatique de dosage de la 25-OH-vitamine

Plus en détail

MAINTENANCE. Manuel d entretien et de. appareils de laboratoire. des. 2 e édition

MAINTENANCE. Manuel d entretien et de. appareils de laboratoire. des. 2 e édition Manuel d entretien et de MAINTENANCE des appareils de laboratoire 2 e édition Département technologies essentielles de la Santé Diagnostic et technologie de laboratoire Manuel d entretien et de MAINTENANCE

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Spectrophotométrie. Spectrophotomètre CCD2. Réf : 701 606. Version 1.0. Français p 2. Version : 4105

Spectrophotométrie. Spectrophotomètre CCD2. Réf : 701 606. Version 1.0. Français p 2. Version : 4105 Réf : Version 1.0 Français p 2 Version : 4105 Spectrophotomètre CCD2 1 Avant-propos et description Chère cliente, cher client, nous vous félicitons d'avoir choisi notre Spectrophotomètre CCD2 pour réaliser

Plus en détail

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques SVE 222 & PCL-442 Fascicule de Travaux Pratiques 2014-2015 Institut Supérieur de l Education et de la Formation Continue Bassem Jamoussi & Radhouane Chakroun 1 Sommaire PCL 442/SVE222 - TP N 1 : Etude

Plus en détail

Vitesse d une réaction chimique

Vitesse d une réaction chimique Chimie chapitre itesse d une réaction chimique A. Avancement d un mobile et vitesse de déplacement Soit un mobile supposé ponctuel P se déplaçant le long d un axe x [Doc. ] : sa position instantanée est

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS.

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS. Visite à l ICV Cette entreprise analyse les échantillons que les viticulteurs leur transmettent de toute la région PACA (départements 13, 83, 84 et un peu du 06, ce sont en général des coopératives viticoles

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

SeroMP Recombinant IgM

SeroMP Recombinant IgM SeroMP Recombinant Trousse pour la détection semi-quantitative par dosage immuno-enzymatique (ELISA) des anticorps anti-mycoplasma pneumoniae dans le sérum humain Notice d emploi Trousse pour 96 déterminations

Plus en détail

MISE EN EVIDENCE D'UN PROCESSUS DE DELETION CLONALE AU. Les antigènes Mls (Minor lymphocyte stimulating antigen) sont

MISE EN EVIDENCE D'UN PROCESSUS DE DELETION CLONALE AU. Les antigènes Mls (Minor lymphocyte stimulating antigen) sont 1 TRAVAUX PRATIQUES D'IMMUNOGENETIQUE 1997 MISE EN EVIDENCE D'UN PROCESSUS DE DELETION CLONALE AU NIVEAU DU REPERTOIRE T CHEZ LA SOURIS Les antigènes Mls (Minor lymphocyte stimulating antigen) sont responsables

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Méthodes de mesure des activités enzymatiques

Méthodes de mesure des activités enzymatiques 4280_ Page 923 Jeudi, 18. juillet 2013 3:07 15 Méthodes de mesure des activités enzymatiques B. BAUDIN Service de biochimie A, hôpital Saint-Antoine, AP-HP, Paris et UFR de pharmacie, Châtenay-Malabry,

Plus en détail

MYCOTOXINES : Guide d'utilisation des kits immunoenzymatiques format microplaques (kits ELISA)

MYCOTOXINES : Guide d'utilisation des kits immunoenzymatiques format microplaques (kits ELISA) SOMMAIRE MYCOTOXINES : Guide d'utilisation des kits immunoenzymatiques format microplaques (kits ELISA) Institut de Recherches Technologiques Agro-Alimentaires des Céréales Version 2 SOMMAIRE Points Critiques

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, HorsSérie 2, 20 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bibj3ea:2005720 EDP Sciences, 2005 Projet

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

LCD COLOR MONITOR (English French Translation)

LCD COLOR MONITOR (English French Translation) LCD COLOR MONITOR (English French Translation) Front page : -1 Manuel d Utilisation -2 Système Vidéo Couleur LCD Table of contents : Table des Matières 1. Précautions 2. Accessoires 3. Fonctions 4. Télécommande

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

Mesures in situ et sur site

Mesures in situ et sur site Mesures in situ et sur site Avantages de la mesure in-situ pas de perturbation du milieu pas d échantillonnage (prélèvement, conditionnement, stockage) mesure en temps réel Senseurs chimiques Biocapteurs

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où:

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où: L 248/8 Journal officiel de l Union européenne 17.9.2008 RÈGLEMENT (CE) N o 900/2008 DE LA COMMISSION du 16 septembre 2008 définissant les méthodes d analyse et autres dispositions de caractère technique

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail