Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN"

Transcription

1 Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN Dr S. BENBEKHTI Epidémiologiste Service de Prévention Générale Direction de Santé et Population Wilaya de TLEMCEN Pr N. CHABNI- Pr K. MEGUENNI Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive CHU TLEMCEN 1

2 I. INTRODUCTION Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont fréquents et graves. Ils constituent la deuxième cause de mortalité cardiovasculaire dans le monde chez les adultes de plus de 60 ans. Une personne dans le monde est victime d un AVC toutes les six secondes. La connaissance des facteurs de risque et de prévention sont des éléments permettant une réduction de la mortalité due aux accidents vasculaires cérébraux. 2

3 II. EPIDEMIOLOGIE DES AVC A/SITUATION DES AVC EN ALGÉRIE Les AVC demeurent un problème de santé publique. Constituent la première cause de mortalité dans le pays. Les maladies vasculaires cérébrales sont responsables de plus de 26 % des décès enregistrés chaque année, couplées aux accidents cardiovasculaires, Décès /AVC en 2002 :

4 Environ nouveaux cas d'avc sont enregistrés chaque année en Algérie. Ces nouveaux cas d'avc induisent décès annuellement, soit quatre à cinq fois plus que le nombre des victimes des accidents de la circulation. Quand ils n entraînent pas la mort, il laisse des séquelles invalidantes irréversibles dans la plupart des cas (Société algérienne de neurologie et neurophysiologie clinique (Sannc)). Les AVC ischémiques sont plus fréquents que les AVC hémorragiques. 4

5 B/ SITUATION DES AVC DANS LA WILAYA DE TLEMCEN On estime entre 1500 et 2000 nouveaux cas d AVC par an, entrainant des conséquences socio-économiques graves. 1) OBJECTIFS DE L ÉTUDE: Connaître les caractéristiques et déterminer les facteurs de risque des AVC pris en charge au Centre Hospitalo-Universitaire de TLEMCEN. 5

6 2) MATÉRIEL ET MÉTHODES : Etude descriptive rétrospective, Taille de l échantillon: 205 Population cible: malades victimes d AVC, hospitalisés et pris en charge au CHU de TLEMCEN et suivis à l EPSP de TLEMCEN, pendant la période allant du mois d Octobre 2011 jusqu au Février Recueil des données: questionnaire administré par entrevue, auprès des patients. Saisie et analyse des données: logiciel Epi-info «6». 6

7 3) RESULTATS 7

8 1.Caractéristiques socio-économiques de la population enquêtée Caractéristiques SE % (n=205) Situation familiale : Mariés 80,00 Veufs 17,10 Célibataires 02,40 Divorcés 0,50 Profession : Niveau d'instruction : Sans emploi 53,70 Employées 26,80 Retraités 19,50 Illettré 65,40 Primaire 19,50 Moyen 10,20 Supérieur 02,40 Inconnu 02,40 Niveau socio-économique : Bas 68,30 Moyen 27,80 Haut 03,90 8

9 2. Répartition des cas d AVC selon le sexe et l âge Sex-ratio: 0, <25 ans >85 ans Masculin Féminin 9

10 3. Répartition des cas d AVC selon le type CHU Tlemcen

11 4. Répartition des cas d AVC selon les communes - CHU Tlemcen

12 5.Répartition des cas d AVC selon les facteurs de risque des AVC 12

13 6. Répartition des cas d'avc selon les antécédents familiaux 13

14 7. Répartition des cas selon le service d admission et d hospitalisation Service d admission % (n=205) Service d hospitalisation % (n=205) UMC 95,60 (196) 18,00 (37) Neurologie 1,00 (2) 80,50 (165) Cardiologie 0,50 (01) 1,00 (02) Autres 2,90 (06) 0,50 (01) 14

15 III. DISCUSSION L étude a concerné 205 patients durant la durée d étude, dont 184 sont des AVC ischémiques et 18 hémorragiques. Sexe ratio: 0,94 ; l âge moyen est de 63,19 ± 14,28 ans. 90,24% sont des malades atteints d AVC dont l âge est à 45 ans. 65,40% des patients sont illettrés. Les patients sans emploi représentent 53,70% et 68,30% ont un niveau socioéconomique bas. 15

16 Comparaison de notre étude (sexe, âge des patients et le type d AVC) avec d autres études Lieu d étude Auteurs Années d étude N Sexe ratio Age moyen (années) AVC Ischémique Type D AVC AVC Hémorragique Notre cohorte S. Benbekhti et coll ,94 63,19 ± 14,28 89,75% 10,25% Tlemcen Oran Sétif F. Maammar et coll. H. Zentout et coll. A. Bellalem et coll , ,20% 15,80% , ,33% 30,67% ,1 60,6 100% 0% 16

17 L hypertension artérielle occupe une place prépondérante dans les antécédents médicaux, elle concerne plus de 63,40% des patients. Les antécédents d AIT ont été retrouvés chez 11,70 %, les autres antécédents médicaux recueillis sont: la Cardiopathie (14,10%), la dyslipidémie (27,80%) et le diabète (20,50%). 17

18 77,60% des patients ont vécu du stresse avant la survenue de leur AVC, la plupart des malades ont évoqué des problèmes sociaux d ordre familiaux comme cause principale de stresse qui a contribué à la survenue de la maladie. 23,80 % des sujets étaient obèses, ce qui constitue un facteur important contribuant à la survenue de la maladie, comme montre plusieurs études scientifiques, dont il est nécessaire d agir sur ce facteur par la pratique d activité physique et la consommation d alimentation saine et équilibrée. 18

19 25,40% des patients atteints d AVC étaient tabagiques, une proportion qui n est pas négligeable surtout pour une population malade et âgée, d où la nécessité de lutter contre ce facteur de risque. Il n y avait aucun patient qui a déclaré avoir consommé de l alcool, ce résultat peut être vrai vu notre religion musulmane qui le contre indique formellement. 19

20 Concernant les antécédents familiaux, ont été retrouvé chez 49,26% de nos patients, les plus importants étaient par ordre décroissant: l hypertension artérielle qui représentait 61,06%, le diabète 29%, Accidents vasculaires cérébraux 5,3% et l infarctus du myocarde 2,65%. 20

21 Le service des urgences médicales représente le principal service d accueil qui reçoit les patients atteints d AVC, et c est à ce niveau qu ils sont pris en charge initialement. Le scanner cérébral était l examen demandé en première intention et a été pratiqué chez la totalité de nos malades. 21

22 Comparaison des 5 principaux facteurs de risque avec d autres études Lieu d étude Auteurs Années d étude HTA Facteurs de risque Dyslipidémies Tabac Obésité Diabète Notre cohorte S. Benbekhti et coll ,40% 27,80% 25,40% 23,80% 20,50% Tlemcen Tlemcen Oran F. Maammar et coll. D.Bouchenak et coll. H. Zentout et coll ,0% 38,8% 27,6% 37% 34,2% % 63% 42% ,72% 11.25% 10,18% 5,30% 30,40% 22

23 IV. CONCLUSION Une meilleure connaissance des éléments favorisant la survenue de cette maladie permettrait d en réduire considérablement le retentissement. Le dépistage et le traitement efficace de l hypertension artérielle, facteur de risque principal des AVC, de même que la lutte contre les autres facteurs de risque vasculaire, le contrôle du diabète, l hypercholestérolémie, la prescription des antiagrégants plaquettaires en prévention des récidives des AVC liés à l athérosclérose et le diagnostic des cardiopathies à point de départ d embolies cérébrales constituent les éléments essentiels de la prévention des AVC. La prévention repose aussi sur des modifications du mode de vie (sevrage tabagique, activité physique régulière et des mesures diététiques). 23

24 MERCI POUR VOTRE ATTENTION 24

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35 septembre 2011 - numéro 35 points de repere Aujourd hui, plus de 4 millions de personnes ont, au titre de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une protection complémentaire gratuite.

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement AIDE-MÉMOIRE 1. PHASE DE PLANIFICATION. 1.1 Avant-projet

Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement AIDE-MÉMOIRE 1. PHASE DE PLANIFICATION. 1.1 Avant-projet Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement Ce document se veut un guide, pour les gestionnaires de milieux documentaires responsables d un projet de construction ou d aménagement, permettant

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Sous-Direction de l Action Sportive Service du Sport de Haut Niveau et des Concessions Sportives 2015 DJS 105 Subvention (40.000 euros) à la Ligue de Paris de Tennis

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

Le syndrome métabolique: pouvons-nous vraiment faire quelque chose?

Le syndrome métabolique: pouvons-nous vraiment faire quelque chose? Le syndrome métabolique: pouvons-nous vraiment faire quelque chose? Johanne Blais MD, MSc, F(CCMF) Professeure titulaire de clinique Département de médecine familiale Université Laval 12 octobre 2007 Objectifs

Plus en détail

CE GUIDE VOUS PROPOSE :

CE GUIDE VOUS PROPOSE : de l apprenti CE GUIDE VOUS PROPOSE : Des repères quant à votre futur statut d apprenti Des conseils et des outils pour optimiser votre recherche d entreprise Des adresses pour une meilleure connaissance

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 429 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par M. Jacques Brassard Ministre des Transports Éditeur officiel

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES

STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES STATUTS du CLUB ALPIN FRANÇAIS NIMES CEVENNES Association affiliée à la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) Approuvés par l assemblée générale du 14 novembre 2014 PREAMBULE Dans

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Convention collective nationale des entreprises d architecture. PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité

Convention collective nationale des entreprises d architecture. PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité Notice d'information n 2945 SOMMAIRE Document à signer et à remettre à votre employeur..................................................

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable

Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable Principes pour contracter et accorder des crédits hypothécaires et à la consommation de manière responsable 1 2 Le crédit permet à l emprunteur d acquérir des biens et services ou de réaliser des investissements,

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

RÉF.: EASO/2016/CA/003

RÉF.: EASO/2016/CA/003 Avis de vacance pour le poste d assistant en ressources humaines (agent contractuel, GF III) au sein du Bureau européen d appui en matière d asile (EASO) RÉF.: EASO/2016/CA/003 Publication Intitulé de

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement

Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Les Communautés de pratique et d apprentissage pour les PME et les groupes de codéveloppement Jean-François DUMAIS et Benoît LEDUC Conférence rence-compétences Chaire de gestion des compétences, ÉSG, UQÀM

Plus en détail

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Rappel sur le Projet d Aménagement et de Développement Durables

Plus en détail

SOMMAIRE. Consignes de sécurité 2 Spécifications de l appareil 3 Tableau de référence.4 Utilisation..5 Remplacement des piles..11

SOMMAIRE. Consignes de sécurité 2 Spécifications de l appareil 3 Tableau de référence.4 Utilisation..5 Remplacement des piles..11 Vous venez d acheter un produit électroménager Casino et nous vous remercions de votre confiance. Nous espérons que ce produit répondra à vos attentes et facilitera votre quotidien. La marque Casino met

Plus en détail

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT

RAppoRT D'ACTiviTé. Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT RAppoRT D'ACTiviTé Développement durable Responsabilité sociale de la CARSAT 2014 Édito La Carsat Normandie s est inscrite dans une démarche de Développement durable depuis 2008. Elle s appuie sur le plan

Plus en détail

«Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population»

«Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population» «Soutien à la formation de bénévoles, élus et/ou responsables d activités» et «Création de nouveaux services à la population» Calendrier Appel à projet FDVA Bretagne 2015 Diffusion de l appel à projets

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

L évaluation médicale de l aptitude à conduire un véhicule automobile. Collège des médecins du Québec Société de l assurance automobile du Québec

L évaluation médicale de l aptitude à conduire un véhicule automobile. Collège des médecins du Québec Société de l assurance automobile du Québec L évaluation médicale de l aptitude à conduire un véhicule automobile Collège des médecins du Québec Société de l assurance automobile du Québec OBJECTIFS Au moyen de cette formation, le participant aura

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles

Guide Opérationnel. Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Construction de bâtiment en matériaux locaux pour le stockage de produits agricoles Guide Opérationnel Elaboré par : Ialy ANDRIAMPARANONY Adelin LESOA VELO -Octobre 2011- Construction de bâtiment de stockage

Plus en détail

10/04/2016 1 LE CONTEXTE LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER. LE CONTEXTE LES APPROCHES DU TRAVAIL à L ETRANGER

10/04/2016 1 LE CONTEXTE LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER. LE CONTEXTE LES APPROCHES DU TRAVAIL à L ETRANGER Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordonnateur Groupe La Poste 2016 DIUST 1 1 LE CONTEXTE Les différents séjours à l étranger Les approches du travail à l étranger 2 SANTE AU TRAVAIL ET EXPATRIATION Les 3

Plus en détail

flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes professionnels virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation.

flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes professionnels virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation. flydrn767 Introduction / Mise en garde. La formation des pilotes professionnels virtuels pour qui et comment. Le contenu de la formation. Les conditions de participation à la formation. Introduction Tout

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

FORFAIT SAISON GRANDVALIRA 2014-15

FORFAIT SAISON GRANDVALIRA 2014-15 FORFAIT SAISON GRANDVALIRA 2014-15 1. CONDITIONS DES AVANTAGES CONCERNANT LES ACHATS EN LIGNE 2. CONDITIONS DES TARIFS 3. RÈGLEMENT INTERNE 4. POLITIQUE DE COMPENSATION EN CAS DE GROSSESSE, ACCIDENT SUR

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

6.02 Etat au 1 er janvier 2010

6.02 Etat au 1 er janvier 2010 6.02 Etat au 1 er janvier 2010 Allocation de maternité Femmes ayant droit à l allocation 1 A droit à cette allocation toute femme dont le statut professionnel, à la naissance de l enfant, correspond à

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Recherche sociologique sur le groupe professionnel des médecins de

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Marchés publics, pratiques abusives et discriminantes : Comment contester?

Marchés publics, pratiques abusives et discriminantes : Comment contester? Marchés publics, pratiques abusives et discriminantes : Comment contester? JEUDI 17 MARS 2016 PARIS, HÔTEL IBIS PONT DE NEUILLY INTERVENANT : Raphaël Apelbaum Avocat associé, Départements Droits public

Plus en détail

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES)

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) RÈGLEMENT D ADMISSION à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) en formation continue (dont apprentissage) en complément de formation dans le cadre de la validation des

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES INSTITUT NATIONAL DES FINANCES Cycle de formation pour les cadres vérificateurs de la Direction Générale des Impôts Fayçal DERBEL Expert comptable Enseignant à l ISG Décembre 2011 / Janvier 2012 INTRODUCTION

Plus en détail

Edito. Sommaire. contre le cancer. Les événements Vaincre le Cancer. Bulletin d information n 48 - Novembre 2013. Challenge Nathalie 2013

Edito. Sommaire. contre le cancer. Les événements Vaincre le Cancer. Bulletin d information n 48 - Novembre 2013. Challenge Nathalie 2013 nwl_mise en page // :5 Page Dossier : L expérimentation au service de la recherche Les événements Vaincre le Cancer contre le cancer Challenge Nathalie 0 Le challenge a été crée par Carla et Daniel VIGNERON,

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le 23 janvier 2012 ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le ministre de la défense, le ministre de l éducation

Plus en détail

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé!

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! Idéalement, 1 COMBIEN D HEURES MAXIMUM/SEMAINE un jeune doit-il consacrer à son emploi? 15 heures maximum par semaine. Attention : effectuer

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

Bachelier assistant de direction option langues et gestion option médical

Bachelier assistant de direction option langues et gestion option médical Bachelier assistant de direction option langues et gestion option médical NOS ATOUTS Une Haute Ecole à taille humaine Un encadrement de proximité Un accueil et un suivi personnalisés des étudiants Des

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 2 : Règlement sur le financement de la lutte à l itinérance PRÉSENTATION Présenté par Madame Maurane Cloutier, membre du comité exécutif,

Plus en détail

obligation de sécurité de résultat de l'employeur

obligation de sécurité de résultat de l'employeur obligation de sécurité de résultat de l'employeur Obligation de sécurité de résultat et sentiment d insécurité. Cass.soc, 6 octobre 2010, n 08-45.609 La Cour de cassation considère que le «sentiment d

Plus en détail

VADEMECUM D INFORMATION FACULTE DE PHILOSOPHIE, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

VADEMECUM D INFORMATION FACULTE DE PHILOSOPHIE, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES VADEMECUM D INFORMATION FACULTE DE PHILOSOPHIE, LETTRES ET SCIENCES HUMAINES SEJOURS ERASMUS, ERASMUS-BELGICA ET HORS EUROPE ANNEE ACADEMIQUE 2013-2014 DEPART EN 2014-2015 1. Pourquoi des programmes d

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE DE DISTRICT CATHOLIQUE CENTRE-SUD

CONSEIL SCOLAIRE DE DISTRICT CATHOLIQUE CENTRE-SUD CONSEIL SCOLAIRE DE DISTRICT CATHOLIQUE CENTRE-SUD DIRECTIVE ADMINISTRATIVE DOMAINE : PROGRAMMES ET SERVICES À L ÉLÈVE Politique : Excursions éducatives (abrogée) PSE.11.0 En vigueur le : 9 septembre 1998

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

Le PMSI 2009-2012 Son optimisation

Le PMSI 2009-2012 Son optimisation Le PMSI 2009-2012 Son optimisation Sandra ROUH Michel ROSS 57560 ABRESCHVILLER PMSI BESOINS DE LA POPULATION ACCREDITATION SROSS ACCREDITATION PLANIFICATION ACTIVITE RESSOURCES FINACEMENT PMSI OÙ SE SITUE

Plus en détail

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine Concepteur du cours : Wendy E. Mackay, INRIA Futurs wendy.mackay@inria.fr Introduction aux TDs L'interface d'un logiciel détermine souvent sa réussite

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 -

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Observatoire Ouest Provence 1 Octobre 2013 SOMMAIRE Avant propos... 4 I Localisation des structures IAE et répartition

Plus en détail

QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES

QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES FORMATION SUR LA VIDEO COMME OUTIL DE LA RECHERCHE-ACTION Equipe de Pikine 20-22 octobre 2007 Silvana Ospina, Référente en Techniques de Communication, INCITA Alice

Plus en détail

ETAPE QUAND? QUI? OBSERVATIONS Information de l accident

ETAPE QUAND? QUI? OBSERVATIONS Information de l accident EFINITIONS Qu est-ce qu un accident de travail? Est considéré comme accident du travail, quelle qu en soit la cause, survenu par le fait ou à l occasion du travail. En application de la jurisprudence,

Plus en détail

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe

Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Parcours street-art Pays Portes de Gascogne (Gers) Appel à projet commune de Tournecoupe Culture Portes de Gascogne Avril 2016 Contexte de l appel à projet Le projet street-art de la commune de Tournecoupe

Plus en détail

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic

DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic UE DE CULTURE GENERALE INITIATION A LA CONDUITE DE PROJET DUCLOT Florian et TELLEY Ludovic fduclot@univ-montp2.fr ltelley@univ-montp2.fr PARTENARIAT Introduction - Qu est qu un partenariat? - Comment trouver

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail

Esprit d équipe es-tu là?

Esprit d équipe es-tu là? économie Esprit d équipe es-tu là? Le Sofitel Tahiti a fêté cette année ses 40 ans. Lorsque cet établissement a fermé pendant plusieurs mois pour rénovation en 2005, le SEFI a pris en charge le financement

Plus en détail

WWW.ABRIDECAMARGUE.FR

WWW.ABRIDECAMARGUE.FR en Médite e é n rra TARIFS 2015 nu iq ue Une empreinte INFORMATIONS, RÉSERVATIONS & PAIEMENTS sur WWW.ABRIDECAMARGUE.FR Les bureaux sont ouverts toute l année. Ouverture du camping du 03/04/15 au 30/09/15.

Plus en détail

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant.

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant. Liste de points à vérifier lors de l élaboration d une stratégie de gestion des approvisionnements dans le cadre d une proposition au Fonds mondial May 2008 Veuillez analyser les besoins suivants et envisager

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE

DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE DOSSIER D OUVERTURE DE COMPTE INDIVISION ET / OU DÉMEMBREMENT Compte Titres Livret La plus belle invention pour votre argent ÉTAPE 1 Remplir, dater et signer votre dossier d ouverture de compte ÉTAPE 2

Plus en détail

Ergonomie SNCE. Syndicat National des Cabinets-conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France STATUTS CICF / SNCE

Ergonomie SNCE. Syndicat National des Cabinets-conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France STATUTS CICF / SNCE Ergonomie SNCE Syndicat National des Cabinets-conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France STATUTS CICF / SNCE CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE SYNDICAT NATIONAL

Plus en détail

Cadre de référence en psychoéducation et en éducation spécialisée du CSSS de la Vieille-Capitale

Cadre de référence en psychoéducation et en éducation spécialisée du CSSS de la Vieille-Capitale Cadre de référence en psychoéducation et en éducation spécialisée du Établissement agréé avec mention d honneur par Agrément Canada 2012-2016 Cadre de référence en psychoéducation et en éducation spécialisée

Plus en détail

ASSURANCE DE PRET EMPRUNTIUM

ASSURANCE DE PRET EMPRUNTIUM ASSURANCE DE PRET EMPRUNTIUM NOTICE D INFORMATION 1 Ce Contrat est souscrit par : VIVENS PREVENTIUM Association à but non lucratif, relevant de la loi de 1901, dont le siège social est situé 235 cours

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Gestion du péri-opératoire du sujet âgé en cancérologie Rôle de l équipe de gériatrie Dr Nathalie STEFAN, gériatre Plan Introduction Fallait-il

Plus en détail

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE Réseau d élevage caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire et Bretagne La conduite en

Plus en détail

LES DROITS DES JEUNES : AU TRAVAIL

LES DROITS DES JEUNES : AU TRAVAIL LES DROITS DES JEUNES : AU TRAVAIL April 2007 LE TRAVAIL À quel âge est-ce que je peux travailler? Si tu as moins de 16 ans, tu as besoin d un Permis de travail pour enfant pour pouvoir travailler. (Ceci

Plus en détail

Production de soja et Critères de Bâle: les faits

Production de soja et Critères de Bâle: les faits Production de soja et Critères de Bâle: les faits Utilisation du soja Environ 85% de la production mondiale de soja est destinée au fourrage. Le soja apporte non seulement protéines et lipides essentiels

Plus en détail

AVIS DE RENOUVELLEMENT 2016-2017 Inscription au Tableau des membres de l Ordre des sages-femmes du Québec (OSFQ)

AVIS DE RENOUVELLEMENT 2016-2017 Inscription au Tableau des membres de l Ordre des sages-femmes du Québec (OSFQ) Le 17 mars 2016 AVIS DE RENOUVELLEMENT 2016-2017 Inscription au Tableau des membres de l Ordre des sages-femmes du Québec (OSFQ) Chère membre, Votre inscription au Tableau des membres de l OSFQ est obligatoire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 29 octobre 2013 : Journée mondiale des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) Communiqué de presse p. 2. Qu'est ce qu'un AVC? p.

DOSSIER DE PRESSE. 29 octobre 2013 : Journée mondiale des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) Communiqué de presse p. 2. Qu'est ce qu'un AVC? p. DOSSIER DE PRESSE 29 octobre 2013 : Journée mondiale des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) Clermont Ferrand, le 28 octobre 2013 SOMMAIRE Communiqué de presse p. 2 Qu'est ce qu'un AVC? p. 4 L'organisation

Plus en détail

Les 4 formes de divorce

Les 4 formes de divorce Publié sur Desunion.org (http://www.desunion.org) Accueil > Les 4 formes de divorce Les 4 formes de divorce Soumis par Françoisle dim, 02/06/2013-20:35 Le divorce est, avec le décès de l?un des époux,

Plus en détail

6 thèmes abordés. Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme?

6 thèmes abordés. Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme? Bienvenue! Comment prendre soin de son cœur quand on est une femme? 6 thèmes abordés Le risque cardiovasculaire chez la femme Pourquoi le tabac est l ennemi mortel du cœur Hypertensions artérielles de

Plus en détail

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires 17/05/13 Utiliser des biocarburants pour remplacer les carburants fossiles? Pas si vite! D'un strict point de vue environnemental, l'opération n'est

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) DIAGSOLOGIS 81 route du Rhin Napoléon 67000 Strasbourg Tél. : 03 88 43 37 59 / 06 15 54 38 29 - Fax : 03 88 39 67 80 RCS : 513247189 Compagnie d assurance : HISCOX n HARCP 0083339 Diagnostic de performance

Plus en détail