P ROJET H.T.A./ DIABETE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P ROJET H.T.A./ DIABETE"

Transcription

1 1 b MINISTÈRE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFEClURE DE LA RÉGION MARTINIQUE DIRECTION DÉPARTEMEMALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES P ROJET H.T.A./ DIABETE 37, AVENUE PASTEUR - BP FORT DE FRANCE CEDEX - TÉL TtLÉCOPIE N SIRET : N SIREN : A.P.E. : 90 04

2 Première partie : Etat des lieux - Préambule IMPORTANCE DU PROBLEME SUR LE PLAN REGIONAL LES ATOUTS DE LA REGION A) Aspects hpidémiologiques de I HTA et des MCV qui lui sont liées Al. La Mortalité Mortalité globale Mortalité prématurée A-2 La Morbidité Les admissions en affection de longue durée L enquête de morbidité hospitalière Enquête un joum donné auprès des médecins de Martinique Teneur en sel des repas au CHU A-3) Aperçu sur les principales complications La maladie diabétique La néphropathie diabétique B) LA PRISE EN CHARGE DE L HTA ET DES MCV B-l ) DANS LE DOMAINE DES SOINS B-2) DANS LE DOMAINE DE LA PREVENTION Deuxième partie - Les objectifs - A) OBJECTIF GENERAL B) OBJECTIFS SPECIFIQUES 3 leme partie : Activités et Moyens A) RECAPITULATIF GENERAL B) ACTIONS IDENTIFIEES PAR OBJECTIFS C) ACTIONS NOUVELLES Pour ce qui touche à la prévention Pour ce qui touche au soin Pour ce qui touche à l évaluation Pour ce qui touche à la recherche Conclusion 2

3 Première partie : Etat des lieux - Préambule D après la presse médicale nationale un sujet sur cinq serait hypertendu et seul un hypertendu sur cinq serait correctement contrôlé. L importance d un meilleur dépistage et d une prise en charge plus individualisée permettraient de réduire le nombre d événements cardio-vasculaires. Une des difficultés liée à cette pathologie est que la moitié des patients abandonne leur traitement au bout de six mois quelque soit le traitement prescrit. Les bénéfices thérapeutiques augmentent avec la qualité du contrôle des valeurs tensionnelles. Importance du problème sur le plan régional L HTA a été sélectionné comme problème de santé prioritaire en Martinique par la première conférence régionale de santé qui s est tenue en mars L importance du pourcentage de I HTA sévère par rapport à la métropole, ( 40% des cas ), la prévalence élevée en population générale ( 20%) et le fait qu elle représente la première cause recensée de mortalité avec environ 740 décès par an ont été parmi d autres les arguments déterminants dans ce choix. Les atouts de la région 1. La prise en charge hospitalière ( 2 services de cardiologie, un service de diabétologie et de neurologie au CHU ainsi qu un service de néphrologie au Lamentin. 2. Un réseau de médecins libéraux dense et réparti de manière homogène sur le département 3. Actions préventives nombreuses réalisées par les différents acteurs du réseau sanitaire et social 4. Un service d alcoologie à Trinité 5. Une volonté forte des professionnels de solutionner ce problème de santé publique et de s en donner les moyens A) Aoects épidémiolopiques de l hypertension et des maladies fcardiovasculaires) qui lui sont liées La prévalence de l hypertension artérielle à la Martinique est estimée. Elle est élevée puisqu elle se situe autour de 20% de la population générale ; on ignore de la même façon sa répartition exhaustive par sexe et par classe d âge ; Le répertoire de la CNAMTS permet de connaître la proportion des malades les plus sévères où il apparaît que l hypertension est de loin la première cause d entrée en ALD.. Les raisons de cette forte prévalence ne sont pas clairement définies. Les facteurs de la maladie qui sont classiquement retenus ne sont pas significativement plus fréquents à la Martinique II

4 convient néanmoins d admettre une consommation excessive de sel et la fréquence d association avec le diabète.. L argument race/ethnicité enfin mérite d être considéré. Il est d emblée nécessaire a% souligner l intérêt des études permettant de définir la population d hypertendus en valeur absolue ainsi que les facteurs qui conditionnent une telle prévalence. A-D. LA MORTALITE 1.1. Mortalité globale Comme en Métropole, les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité à la Martinique. Sur la période , en moyenne 750 décès ont été enregistrés chaque année en Martinique, soit 33 % de l ensemble des décès. Cette proportion est significativement plus élevée chez les femmes que chez les hommes. En effet les décès par maladies cardio-vasculaires représentent 39 % de l ensemble des décès féminins contre 29 % de l ensemble des décès masculins. Nombre annuel moyen de décès par maladies cardio-vasculaires en Martinique ( ) Hommes Femmes 1 Total Maladie hypertensive Cardiopathie ischémique Insuffisance cardiaque Maladie vasculaire cérébrale Autres maladies de l appareil circulatoire TOTAL Maladies cardiovasculaires Source : INSERM I 1 Le poids des maladies cardio-vasculaires sur la mortalité s accroît avec l âge puisqu elles représentent 14 % des décès entre 25 et 44 ans, 26 % des décès entre 45 et 64 ans et 39 % des décès après 65 ans. Comparativement à la Métropole, les indices comparatifs de mortalité (KM) en Martinique sont différents selon le sexe. Sur la période , 1 ICM par maladies cardio-vasculaires est à 90 chez les hommes et à 101 chez les femmes. C est-à-dire qu en Martinique la mortalité par maladies cardio-vasculaires est comparable à la moyenne métropolitaine chez les femmes mais 10 % moins élevée chez les hommes. L analyse de deux composantes de la mortalité par maladies cardio-vasculaires : les cardiopathies ischémiques et les maladies vasculaires cérébrales est très contrastée. La Martinique présente une très nette sous-mortalité (ICM à 41 chez les hommes et 54 chez les femmes) pour les cardiopathies ischémiques mais une très nette sur-mortalité (ICM à 150 chez les hommes et 131 chez les femmes) pour les maladies vasculaires cérébrales. 4

5 Indices comparatifs de mortalité en Martinique en métropolitaine base 100) Hommes.,.,.,.,.,.,.,.,.,.,~,~,~,~,~,~, i,:_:,, _~.....~ Maladies cardiovasculaires ~_j:~~~~~:~:~:j:~:j.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~ <.,.,....,.,.,.,.,._.~.,.,....,_,.,.,_,.,._.,.,.,.,.,.,.,.,.~.~.~.,< _. ::. ~.,.,.~.,.,.,._.,.,.,.,.,.,.,.,. :.:.:::::. :::::: :.,.:.< I Source : INSERM. INSEE 1.2. Mortalité nrématurée L allongement de la durée de la vie et le vieillissement de la population ont conduit à une augmentation sensible de l âge au décès. De ce fait les statistiques des causes de décès sont de plus en plus le reflet de la mortalité aux très grands âges ce qui limite leur utilisation pour les besoins de prévention. Exception faite des décès avant 1 an dont les causes sont très spécifiques et compte-tenu de l espérance de vie à la naissance, on considère que les décès survenus entre 1 et 64 ans sont prématurés. En Martinique, chaque année, 1 décès sur 4 est un décès prématuré. Comme partout ailleurs, les hommes sont plus concernés que les femmes par la mortalité prématurée. Ainsi 1 décès masculin sur 3 est un décès prématuré alors que chez les femmes il s agit d l décès sur 5. Quatre grandes causes représentent 75 % des décès prématurés masculins et 70 % des décès féminins : il s agit des traumatismes (accidents, suicides, morts violentes), des tumeurs, des maladies de l appareil circulatoire et des décès dus à l alcool. L impact des maladies cardio-vasculaires sur la mortalité prématurée est le même quel que soit le sexe puisqu elles représentent 21 % des décès prématurés. Ainsi entre 1 et 64 ans, 1 décès sur 5 est attribuable aux maladies cardio-vasculaires. Parmi elles ce sont surtout les maladies vasculaires cérébrales qui ont le poids le plus important puisque quel que soit le sexe elles représentent 42 % des décès prématurés. A II). LA MORBIDITE II.1 Les admissions en affection de longue durée La liste de ces affections dites «de longue durée» (ALD) est établie par décret. La liste actuelle porte sur 30 affections ou groupes d affections. Parmi elles sont individualisés : - les accidents vasculaires cérébraux invalidants - l artériopathie chronique et évolutive avec manifestations cliniques ischémiques - les cardiopathies congénitales mal tolérées, insufkmces cardiaques graves et valvulopathies graves - l hypertension artérielle sévère - l infarctus du myocarde datant de moins de 6 mois - le diabète insulinodépendant ou non ne pouvant être équilibré par le seul régime. 5

6 Les données qui suivent concernent les assurés et ayant-droits du régime général qui couvre également ceux du régime agricole. Les données du régime des professions indépendantes (CMRAG.) ne sont pas disponibles sous la même forme et n ont pu être prises en compte. Cependant le régime général représente plus de 90 % de la population à la Martinique. Ces données ont été fournies par l échelon régional statistique du contrôle médical et correspondent au nombre d avis favorables d admissions en ALD chaque année. Ce nombre dépend de la morbidité régionale. mais aussi d autres paramètres comme la réglementation, le comportement des assures et de leurs médecins traitants ou encore l avis des médecins conseils. 11 ne s agit donc pas d un nombre de nouveaux malades comme dans le cas d un registre de morbidité. Par exemple l application de la loi Seguin à partir de 1987 a entrainé une augmentation trks nette de ce nombre annuel puisqu en 1989 plus de 8500 avis favorables ont été prononces contre 4000 à 4500 par an de 1991 à Rappelons qu entre autres, la loi Seguin a fait passer de 25 à 30 le nombre de maladies prises en charge, ce qui a nécessité de revoir des patients déjà comms. De 1987 à 1990 le nombre d admissions comprend donc à la fois des nouveaux cas et des anciens cas. Le poids des affections cardio-vasculaires est élevé. Elles représentent chaque année 40 % de l ensemble des admissions en ALD, et le diabète 22 %. Comme pour ce qui a été observé en terme de mortalité, on s aperçoit que l infarctus du myocarde est peu fréquent à la Martinique ( 10 à 15 admissions en ALD par an) alors que les accidents vasculaires cérébraux prédominent (333 admissions par an en moyenne sur la période ). L évolution de 1989 à 1993, mis à part les chiffres élevés de 1989 dus à l application de la loi Seguin, montre une constante prépondérance de l hypertension artérielle sévère et du diabète (plus de 1000 admissions chaque année). Evolution de 1989 à 1993 des admissions en ALD à la Martinique Effectifs /.4vc i Cafdiopathie / Atkiopathie II.2 L enauête de morbidité hospitalière Une enquête nationale de morbidité hospitalière a été rkalisée du ler octobre 1992 au 30 septembre 1993 avec pour objectif la connaissance socio-démographique de la population hospitalisée et des pathologies traitées dans les services de soins de courte durée (médecine. chirurgie, gynéco-obstétrique). Aux Antilles-Guyane, un sondage lourd a été mis en place pour obtenir une bonne représentativité au niveau de chaque département. Au total environ questiomukes ont été collectés pour les Antilles-Guyane. Les résultats de cette enquête, fournis par l échelon statistique régional, montrent qu en Martinique les maladies de l appareil circulatoire sont responsables de 8 % de l ensemble des hospitalisations en soins de courte durée, ce qui les place au 4è rang des motifs d hospitalisation tous sexes confondus. Chez les hommes, avec 10,3 %, les maladies de l appareil circulatoire occupent la 3ème place derrière les traumatismes et empoisonnements (14,5 %) et les maladies de l appareil digestif (13 %). Chez les femmes, elles occupent la

7 elles occupent la 4ème place (6,4 %) après la grossesse et l accouchement (24,l %), les maladies de l appareil digestif (10,2 %) et les maladies de l appareil respiratoire (7 %). Sachant que le nombre total de séjours a été estimé à en Martinique sur la période de référence de l enquête, les maladies de l appareil circulatoire ont occasionné séjours dont 779 pour maladies hypertensives et 579 pour maladies cérébro-vasculaires. Mais la fréquence d hospitalisation est plus élevée lorsqu on étudie l ensemble des diagnostics (principaux et associés). Ainsi pour les maladies hypertensives on passe de 779 séjours en tant que diagnostic principal à 5734 séjours pour l ensemble des diagnostics, soit 8 fois plus. II.3 Enquête Un iour donné auprès des médecins de la Martinique Une enquête un jour donné a été réalisée par voie postale auprès de tous les médecins de la Martinique. 730 questionnaires ont été envoyés, 199 retournés soit 27 %. Les répondants sont : * à 57 % des généralistes à 43 % des spécialistes * 66 % sont libéraux 26 % hospitaliers et 8 % autres (médecins du travail, sécurité sociale, santé scolaire...) * 15 % n ont eu aucune activité ce jour-là. * Sur ceux qui ont vu des patients ce jour, 83 % ont vu au moins 1 hypertendu * 146 médecins parmi ceux qui ont eu une activité ce jour-là ont précisé le nombre total de patients vus. Chaque médecin a vu en moyenne 17 patients (de 2 à 48), parmi lesquels il y avait en moyenne 3 hypertendus (de 0 à 12). Les patients : patients hypertendus vus ce jour-là - âge moyen : 64 ans f 14 (extrêmes 12 à 92 ans) - 63 % de femmes et 37 % d hommes. - l ancienneté de 1 HTA est connue pour 86 % des patients, elle est en moyenne de 9 ans et varie de quelques mois à 40 années. - systolique en moyenne 150 mm de Hg + 30 (extrêmes 90 à 280) - diastolique en moyenne 85 mm de Hg + 20 (extrêmes 40 à 180) - 45 % des patients ont des complications 28 % de complications cardiaques 11 % d artérite lo%d AVC 11 % de complications ophtalmologiques 7 % de complications rénales - 95 % ont une prescription - Ies diurétiques sont prescrits à les 13 bloqueurs les IEC (1 1, 11 autres (inhibiteurs calciques, centraux) 47 % 38 % des hypertendus 26 % 36 %

8 - la monothérapie concerne 286 patients sur les 5 13 traités. soit 56 % ( autres>% bloqueurs>iec>diurétiques) - la bithérapie concerne 184 patients sur les 5 13 traités, soit 36 % - la trithérapie concerne 34 patients sur les 513 traités, soit 7 % (surtout diurétiques+iec+autres) - la quadrithérapie concerne 9 patients, 5 femmes et 4 hommes âgés en moyenne de 64 ans (entre 45 et 74 ans) % sont aussi diabétiques, pour la plupart (68 %) il s agit d un DNID. II.4 Teneur en sel des repas au CHU de Fort de France Une diététicienne du CHU de Fort-de-France a évalué sur une semaine la teneur en sel des repas qui étaient préparés. Il a été fabriqué repas normo-salés la semaine du 24 fevrier au 2 mars L analyse montre que les aliments apportent 7 grammes de sel par jour. Pour la préparation on a ajouté 125 kilos de sel, ce qui correspond à 14,5 grammes de sel en plus par jour. Au départ des cuisines les repas normosalés d une journée apportent donc 21,5 grammes de sel par jour. Dans ce calcul ne sont pas pris en compte le sel qui pourra être ajouté par le malade lui-même ou le sel compris dans les boissons (eaux gazeuses, sodas...). Ces chiffres sont élevés comparativement aux recommandations du Syndicat national des spécialistes des maladies du cœur et des vaisseaux qui préconise une consommation de l ordre de 5 grammes de sel par jour chez les patients hypertendus. A III). APERCU SUR LES COMPLICATIONS PRINCIPALES III-l) La maladie diabétique Le diabète n est responsable que de 1,s % de l ensemble des hospitalisations à la Martinique. 1,9 % chez les hommes et 1,7 % chez les femmes. Cependant il est très fréquemment retrouvé comme diagnostic associé. C est ainsi que comme diagnostic principal le diabète n est responsable que de 1160 séjours, mais de 3604 séjours, soit 3 fois plus, pour l ensemble des diagnostics (principal + associés). C est le diabète non insulinodépendant qui pose un problème de santé publique.. En raison d une prédisposition héréditaire associée à une modification rapide du mode de vie, à des troubles du comportement alimentaire, le diabète atteint une prévalence que l on peut estimer proche de 30%. Le diabirte non insulinod~pendant est une maladie en espansion. Sa prévalence augmente parallèlement au vieillissement, à la sédentarité, j l urbanisation et à l obésité des populations ) La néphropathie diabétique Au plan épidémiologique, on sait que 30 à 40% des diabétiques de type 1 voient leur maladie se compliquer d une néphropathie. En France. pour diabétiques de type 1, il J en a 250 en dialyse. Chez les diabétiques de type II, la néphropathie est moins fréquente mais on trouve finalement beaucoup plus de ces malades en dialyse. Dans les DOM-TOM. et singulièrement à la Martinique. _ 35% des nouveaux dialysés sont diabétiques. Le type II étant de très loin le plus représenté Entre 1992 et le nombre de personnes atteintes d insuffisance rénale et traitées par les méthodes de dialyse ou greffées a augmenté de 309 o passant de 275 au 31 Décembre

9 1992 à 360 au 3 1 Décembre De 1992 à 1996, La prévalence est passé de 765 à 940 par million d habitants, et l incidence de 117 à 200 par million d habitants. La néphropathie diabétique peut être prévenue. Parmi ces moyens, le dépistage précoce de l hypertension artérielle constitue une base essentielle. B) La prise en charge de l hypertension et des maladies cardiovasculaires 1 DANS L,E DOMAINE DES SOINS Les données PMSI pour 1995 montrent qu en moyenne, on peut admettre queparmi la _ population des sujets hypertendus admis à l hôpital, l Il % le sont pour hypertension artérielle sévère symptomatique, l 12% pour cardiopathie hypertensive décompensée etiou compliquée d un trouble du rytltme cardiaque l 3 à 4 % pour accident ischémique cérébral. LA PRISE EN CHARGE DES MALADES HYPERTENDUS EST ASSUREE PAR l Tous les services de Médecine du Département. - Quatre Services de médecine interne CHU Fort de France - Deux services de Médecine Interne au CHG du Lamentin qui a en outre un service de Néphrologie. - Quatre services de Médecine Interne au CHG de Trinité, _: - Deux services de Médecine pour 1 Hopital du Saint Esprit, - Un service de Médecine I Hopital du Marin, - Un service de Médecine pour 1 Hopital du Lorrain, l Elle s appuie sur les pôles spécialisés du CHU - Deux services de Cardiologie, - Un service de Neurologie - Un service d endocrinologie-diabétologie. Concernant le département de cardiologie du CHU il est utile de préciser que celui-ci a une \*ocation hospitalo-unervisitaire qui trouvera son aboutissement dans les cinq ans à venir EJI effet il est prévu de créer au sein de ce département une unité spécialisée dans 1 HTA en application des orientations de la conférence de santé de L orientation universitaire de /a cardiologie se fera en plein accord avec 1 UFR Antilles-Guyane faut y associer : - Les trois services de Réanimation de CHU de Fort de France, de 1 Hôpital du Lamentin de Trinité dans la prise en charge des Urgences hypertensives. - Les services d hospitalisation long séjour de Basse-Pointe,Saint-Joseph, Trois-Ilets, Saint Pierre, François, en raison de leur recrutement (malades âgés plus souvent hypertendus). - La Clinique Saint Paul qui possède cinq lits de Médecine. - Les services de Rééducation fonctionnelle enfin du CHU de Fort-de-France et du Carbet (prise en charge des patients présentant un accident ischémique cérébral)

10 - Dans tous les cas, il convient de souligner le rôle prépondérant de la médecine libérale qui assure aussi bien le dépistage et la prise en charge de la majorité des patients hypertendus. ILDANS LE DOMAINE DE LA PREVENTION ORGANISMES DATE DE CREATION POPULATIONS CIBLEES THEMES TRAITES PERSONNELS CONCERNES AMD (Association Martiniquaise des Diabéiques) APMN (Association pour la prévention des maladies de la nutrition) COMPAS Personnes diabétiques Tous publics Suivi des sportifs Alimentation du Diabétique La prévention des complications Médecine sportive Médecins Diététiciens Infirmiers Professions médicales CMPES 1981 Tout public Hygiéne alimentaire Animatrice Club Coeur & Santé Association Inter régionale de Cardiologie (Fédération Nationale de Cardiologie) 1977 Tout public Tout public Parcours du coeur Semaine du coeur Manifestations tout public Animateurs Médecins bénévoles Anciens malades CAF Service Social PARS ADAFAE Médecine du travail Et médecine scolaire Populations scolaires mères de famille Tous publics et personnes en difkulté Travailleurs Et Population scolaire Hygiéne alimentaire Hygiène alimentaire Dépistage des catégories à risque Conseillères en ESF Travailleuses familiales Professionnels de santé CGSS Service Education pour la Santé 1981 Populations scolaires Personnes Agées Entreprises Hygiène alimentaire Animateurs socioéducatifs Assistantes Sociales Médecins L état des lieux des actions de prévention de I Hypertension Artérielle et du Diabète développées au plan local a permis les constats suivants : l! S structures et organismes mènent des actions de prévention en HTA 21 Les campagnes d information mises en oeuvre sont CC généralistes )). La prévention de 1 HTA est traitée à partir de thèmes comme l hygiène alimentaire. l hygiène de vie ou encore les bienfaits de la pratique de l activité physique et sportive. 31 Les intervenants, autres que les personnels médicaux, méconnaissent les données chiffrées de la maladie et son impact réel sur la population n y aucune coordination des interventions développées sur ce thème 10

11 5/ Constat majeur : une faible proportion de la population adulte est ciblée lors des actions régulières (hors manifestation tout public) 6/ Il existe peu de supports spécifiques à 1 HTA. Ceux qui sont utilisés ne sont pas adaptés à notre contexte local 7/ Aucune évaluation des actions menées n a été réalisée à ce jour 8/ Insuffisance de la couverture diététique hospitalière ( 9 diététiciennes permanentes pour environ lits actifs ) réparties ainsi : 5CHU 2 CH Lamentin 1 CH Trinité 1 CH Carbet La norme en France est de 1 diététicienne pour 70 lits actifs.soit un besoin de 32 diététiciennes hospitalières pour le département.

12 Deuxième partie - Les objectifs - Ils sont déterminés par les principaux groupes de travail, notamment : besoins ident$és par le comité de pilotage et les 3 Mieux connaître la maladie (chiffres, impact, suivi, etc...) z Coordonner les interventions sur le terrain 3 «Investir» les milieux du travail et de la formation (chômeurs) 3 Mettre en place un outil d évaluation fiable des actions de prévention développés A) OBJECTIF GENERAL : REDUCTION DE 20 % DE LA MORTALITE ET DE LA MORBIDITE LIEES A L H.T.A./ DIABETE SUR LES 5 ANS A VENIR B) OBJECTIFS SPECIFIQUES : Six objectifs spécifiques ont été retenus Premier objectif Obtenir des patients traités l observance du traitement d ici 1 an Rappeler qu on ne meurt pas d HTA mais que 1 HTA est grave par les facteurs associés Deuxième objectif Renforcer le dépistage précoce de I HTA dans la population à partir de 30 ans dans un délai de deux ans. Il est d ores et déjà prouvé que le renforcement du dépistage des facteurs de risque aux maladies cardio-vasculaires apporte un bénéjke direct non seulement en terme de mortalité et de morbidité mais aussi en terme de coût pour la collectivité. A l aube de l an 2000, nous avons à faire face à de nouveaux défis:. La maîtrise des dépenses de santé. La progression des maladies chroniques, souvent liée à l augmentation de l espérance de vie. Les maladies cardio-vasculaires (accidents vasculaires cérébraux, cardiopathies ischémiques, artériopathies...), les affections endocriniennes (diabète essentiellement) et les tumeurs cancéreuses constituent le nouvel enjeu de santé publique au niveau carïbéen. Les maladies de l appareil circulatoire doivent être prises en charge aux trois stades de la prévention : a) Une amélioration sur l hygiène de vie et l alimentation par une meilleure information de la population (prévention primaire) b) Un meilleur dépistage de l affection (prévention secondaire). En prévention II les médecins généralistes ont un rôle fondamental. La pertinence des conseils diététiques n est plus à démontrer. La connaissance et l application de protocoles thérapeutiques (intervention hypolipémiante par exemple) doivent faire l objet d une mise en pratique.

13 plus à démontrer. La connaissance et l application de protocoles thérapeutiques (intervention hypolipémiante par exemple) doivent faire l objet d une mise en pratique. c) Une prise en charge des malades pour diminuer la prévalence des incapacités chroniques et des récidives (prévention tertiaire). Troisième objectif: Sensibiliser la population aux facteurs de risque liés à I HTA dans un délai de un an. Dans le domaine de la prévention et de 1 éducation sanitaire il est important qu une cohérence d actions entre les établissements de santé et les associations serve de principe de base. a) cibler les campagnes sur les populations yant un facteur de risque b) coordonner les actions Quatrième objectif: Permettre que tous les patients hypertendus bénéficient d un protocole thérapeutique adapté dans un délai de 1 an. Le principe général passe par la mise en réseau des professionnels travaillant dans le champ de la prévention, des soifis et de la réadaptation. Les éléments à considérer dans cette filière de soins qui associe étroitement le médecin traitant et le praticien hospitalier peuvent être les suivants : 4 La sélection des patients à risque : intérêt des données permettant le diagnostic des complications au stade infra-clinique (échocardiographie, électrocardio-graphie, étude échographique de l épaisseur intima-média de la carotide, étude doppler de l index de pression à la cheville, place du Holter tensionnel (hypertension artérielle borderline, charge tensionnelle mal contrôlée. W L optimisation de l utilisation de l équipement médical dans une coopération régionale efficace, raisonnée et solidaire est l objectif à atteindre. Plus que dans tout autre domaine médical la diversité et le nombre des intervenants imposent une coordination cohérente des actions de santé. c) 4 d f) Le suivi régulier des hypertendus, la mise sous traitement des patients non traités, réduire la non observance du traitement ( environ 60% des patients). L hyper tension artérielle même modérée doit être prise en charge précocement afin de réduire les risques de MCV. Une stratégie de formation des différents acteurs doit être clairement identifiée au niveau régional. L évaluation de la qualité des soins, des indications et des protocoles fait partie intégrante du projet. Cinquième objectif: délai de 5 ans. Optimiser la prise en charge hospitalière des malades dans un La filière de soins doit s organiser alltow d un service OU à tout moment 1 urgence cardio- \+asculaire peut être traitée par des spécialistes entrafnés. L objectif est d offrir ci Ia population 1 accès?t des soins de haute qualité

14 l l Une sensibilisation des populations à risque et des professionnels de santé à l appel du 15 devant toute suspicion d urgence cardio-vasculaire est recommandé par le groupe d échange sur les pratiques professionnelles dans le domaine cardio-vasculaire..la filière G d urgence (( doit viser à diminuer les délais en cas d urgence cardio-vasculaire ( ex : thrombolyses). Cela implique une prise en charge spécialisée avec possibilité d avoir accès à des équipes entraînées et bien équipées ( activités interventionnelles, imagerie, soins intensifs, etc...). Dans le domaine de la prévention II et III, en ce qui concerne plus particulièrement les établissements de santé, ceux-ci doivent remplir leur mission en initiant des actions aussi bien en hospitalier qu en extra-hospitalier.. Ils ne doivent pas pour autant s exclure de la prévention primaire. La réadaptation fonctionnelle et notamment la réadaptation cardio-vasculaire doivent être organisées en Martinique. Une approche ambulatoire peut être privilégiée. La rééducation des AVC doit être précoce si l on veut obtenir un maximum de récupération. L évaluation des pratiques doit s effectuer à tous les niveaux de soins et de prévention. Citons notamment le taux de personnes handicapées, le taux de rechutes, la qualité de la rééducation, le pourcentage de personnes correctement médiquées, les enquêtes de connaissance alimentaire et des facteurs de risque.l évaiuation tiendra aussi compte de la qualité des dossiers médicaux, du pourcentage de mortalité évité, de la qualité de vie. L évaluation de la réactivité de la filière pourra parallèlement se faire sur les délais et les files d attente. Sixième objectif: Identifier le profil de l hypertendu dans la Caraïbe dans un délai de 3 ans Le poids socioculturel et historique, les modes alintentcrires, l évolution rflpide de la société sur le ph économique sans oublier les tentlnnces épidémiologiques liées (IILS pntliologies commnndées pnr 1 Iiypertensiorz sont quelques uns des champs ir investigiier. La situation géographique de la Martinique de même que son appartenance culturelle impliquent que la recherche se fassent au niveau de la région caribéenne. 14

15 3 leme partie : Activités et Moyens A) Récapitulatif OBJECTIFS SPECIFIQUES ACTIVITES MOYENS 1) Obtenir des patients traités. Education du malade l observance du traitement. Sensibiliser et former le d ici 1 an personnel de santé 2) Renforcer le dépistage précoce de 1 H.T.A. dans la population à partir de 30 ans dans un délai de deux ans.. FMC * Associations de malades (relais de l information) * Syndicat des Médecins Campagne d information. Sensibiliser la population générale à la nécessité d une. Médecine du travail _ mesure de la tension. Médecine préventive artérielle annuelle par les professionnels de santé. Travailleurs sociaux Rééducation, Information sages-. sensibiliser l ensemble des l femmes et pharmaciens. médecins libéraux (généralistes et spécialistes) + Infirmiers libéraux. cibler la population (malades à risques/ personnes défavorisées, prévention II et Ill.). Instaurer une semaine par an de prise de T.A. tous publics établir des programmes. Campagnes médiatiques 3) Sensibiliser la population adaptés aux réalités locales, Associations (ADAFAE) aux facteurs de risques liés et lutter contre les facteurs de a l hypertension artérielle t Professionnels de santé risque (délai 1 an). Diététiciens : cellule d éducation nutritionnelle départemental t Médecine du travail l Médecine scolaire * C.G.S.S. I COMPAS Permettre aux médecins de, F.M.C. : instaurer des journées 4) Permettre que tous les l ville et hospitaliers d instituer médicales annuelles sur 1 H.T.A. patients hypertendus le meilleur traitement adapté en invitant les experts bénéficient d un protocole au bilan individuel. t Etablir et faire connaître les thérapeutique adapté dans protocoles un délai de 1 an.. Staffs médicaux 5) optimiser la prise en charge hospitaliére des malades dans un délai de 5 ans. 6) Identifier le profil de I hypertendu dans la Caraïbe dans un délai de 3 ans. Mettre en adéquation le l dispositif sanitaire à la demande. Réseau ville / hôpital * Pôle spécialisé pour 1 H.T.A. (plateau technique, personnel, etc... l t La prévention II et III. Formation des équipes. Formation des formateurs * Pôle hospitalier de rééducation fonctionnelle spécialisée (AVC). Intensifier la recherche sur. Symposiums interrégionaux h?s SpéCifiCitéS caribéennes, Programmes de recherche de 1 H.T.A. (épidémiologie,. Collaboration inter - D.F.A. génétique, statut socioculturel, complications).

16 B) Actions identifiées par objectifs Bl) Objectif No 1 l Un projet impliquant plus spécifiquement les travailleuses familiales à la connaissance des problèmes liés à l HTA.doit être réalisé en Martinique. La caisse générale de sécurité sociale a déjà mis en place une formation relais des travailleuses familiales. l Campagne de sensibilisation des malades hypertendus pour le suivi de leur traitement : Le traitement doit inclure aussi bien la prise de substance médicamenteuse que les mesures hygièno-diététiques. La réalisation de supports médiatiques sera pris en compte par la CGSS.. Certains de ces supports ( affichettes, plaquettes, cassetes vidéo ) seront utilisés dans les salles d attente des médecins et dans les officines des pharmaciens. Organisation de réunions thématiques avec les professionnels de santé (CGSS /FMC) sur un calendrier et une liste des thèmes prioritaires établis par le conseil de l ordre et I USML de la Martinique. Organisation d une journée d information permettant de favoriser l inter-activité entre les relais ( assistants sociaux, travailleuses familiales, etc...) l Promouvoir et réactiver les associations des malades hypertendus pour être relais de l information l Sensibiliser et former le personnel de santé l Hygiène alimentaire à l école relayé par la médecine scolaire l Rôle des pharmaciens dans la surveillance et l orientation des patients Evaluation sur le suivi épidémiologique des patients qu ils soient hospitalisés ou non et en fonction des complications liées. B2) Objectif No 2 Les moyens à mobiliser recoupent ceux inscrits à l objectif no 1. B3) Objectif No 3 Participation des associations ( A.D.A.F.A.E ). à la prévention concernant le diabète et l hypertension en Martinique.3 types d actions ont été plébiscités par le comité : a)- Un projet de prévention des complications du diabète et de l hypertension ans. b)- Une demande de financement d une diététicienne à temps complet sur 3 c) - Une demande de financement de 3 modules de formation concernant la prévention des maladies cardio-vasculaires et (hypertensionidiabète) à destination des infirmiers scolaires B4) Objectif No 4 La mise en place d un réseau ville hôpital sera la pièce maîtresse du dispositif. Il fera l objet d une convention précisant le rôle de chacun. Il coordonnera et assurera la réalisation des activités de formation à l égard des différentes catégories de professionnels de santé impliquées dans la prise en charge de 1 HTA.

17 B5) Objectif No 5 Il est inscrit au projet d établissement du CHU de Fort de France B6) Objectif No 6 Sa mise en action découle de la mise en place d un pôle hospitalier de référence spécialisé dans I HTA C) Actions nouvelles à initier Cl) Pour ce qui touche au domaine de la prévention Quatre actions devront voir le jour dans les délais préconisés - Mise en place d un centre nutritionnel - Mise en place d une cellule de dépistage diabète et HTA - Formation d agents d intervention en vue du renforcement du réseau de proximité de dépistage tous publics par le biais de la médecine de ville. des PMI, de la santé scolaire, des travailleuses familiales ( projet ADAFAE). - Actions collectives au niveau des familles - Mise en place d une structure chargée de coordonner et de promouvoir l information au niveau des médias C2) Pour ce qui touche au domaine du soin l Cthtiort d art pôle spécidisé HTA an uivean du CHU. Sa création comprendra deux unités. - L me CIU nivenu du Dépnrtenzent de Cardiologie : Unité d hospitalisation ambulatoire d une capacité de 6 lits qui permettrait notamment la prise en charge rapide et l évaluation en 12 à 24 h d une hypertension. - L nutre nu niveau nu Service de Médecine Interne : Unité d hospitalisation. d une capacité de 8 lits, elle sera chargée de l hospitalisation des cas les plus graves. Ses missions essentielles seront - La réalisation d un bilan complet de la maladie et de son retentissement en faisant bénéficier aux patients de l apport des techniques les plus récentes. - De mettre en route le traitement le plus adapté. - De participer aux actions fondamentales de prévention et de recherche l Identification d une mité de référence au CHG du Lnmerrtirr Renforcement de l activité MCV par le recrutement d un PH temps partiel en cardiologie. L unité de médecine à orientation maladies métaboliques. nutrition et HTA s appuierait sur la spécificité de l hôpital du Lamentin par rapport au CHU à savoir la néphrologie. l Organiser et renforcer la prise en chnrge des pntients diabétique en antbdrtoire. Le ser\.ice de néphrologie est le pôle de référence du traitement des maladies rénales en Martinique.. Le projet de construction d un bâtiment neuf a été lancé en

18 La création d un poste de praticien hospitalier spécialisé en diabétologie est inscrit au projet médical. l Formation médicale continue pour toutes les catégories de personnels touchant de près OU de loin à ces problèmes. l Mise en place d un réseau de soins intégrant [ ensemble des professionnels C3) Pour ce qui touche au contrôle et à l évaluation Evolution du comité de pilotage et des groupes de travail vers un Comité d Evaluation et de Surveillance ks Réalisations des Actions de Prévention du Diabète et des Maladies cardio vasculaires. Cd) Pour ce qui touche à la recherche Compte tenu des spécificités socioculturelles de I HTA dans les Caraïbes ce point reste prioritaire et nécessitera une coopération avec les autres DFA et les pays des Caraïbes de manière plus.générale. Un projet dénommé ERMANCIA a pour objectif d évaluer le poids des AVC en Martinique. dans le cadre de la mise en place future d un réseau de soins AVC. Conclusion Comme en Métropole, les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité à la Martinique..L HTA a été sélectionné comme problème de santé prioritaire au cours de la première conférence de santé qui s est tenue en mars La prise en charge actuelle manque de spécificité et justifie um renforcement des actions que ce soit en prévention, en dépistage, pour les soins ou en ce qui concerne la formation et la recherche. 1s

19 F ICHES ACTIONS

20 . Fiche No 1 DONNEES REGIONALES - I Identification de la région qui effectue la demande Région (administrative Suivi du dossier DRASS / URCAM) : MARTINIQUE DRASS CRAM URCAM NOM M. ULRIC NOM M. J.T. DUCLOS NOM Foncti DDASS int. Fonctions Directeur Fonctions Adress 37, Avenue Pasteur Fde F Adresse Place d Armes LAMENTIN Adresse Tél : 05966il6008 Fax : Tél : Fax : Té1 : Fax : Priorités régionales de santé Liste des prioritbs régionales de santé retenues par la confërence régionale de santé - SIDA - HTA - MCV - Diabète -Toxicomanies - Cancers - Alcool Programmes régionaux de santé Liste des programmes régionaux de santé en cours répondant aux priorités régionales de santé Programme HTA - MCV - Diabète Pro gramme ALcool Programmes régionaux de santé / demandes de financements

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Formation Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Durée : 42 Heures Contexte : Ces 15 dernières années 47 personnes ont bénéficiées d une formation «dialyse» soit à peine 30 % de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

Demande de participation au financement d un projet réussite éducative (P.R.E.)

Demande de participation au financement d un projet réussite éducative (P.R.E.) Délégation à l animation Direction de l éducation, De la Jeunesse, Et du Sport Hôtel du Département 14, boulevard GeorgesChauvin CS72101 27021 Evreux cedex Tél : 02 32 31 95 70 Fax : 02 32 39 91 69 Internet

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Les personnes âgées en Provence-Alpes-Côte d Azur :

Les personnes âgées en Provence-Alpes-Côte d Azur : Les personnes âgées en Provence-Alpes-Côte d Azur : éléments démographiques et épidémiologiques Synthèse co-produite avec : l Agence Régionale de l Hospitalisation La Caisse Régionale de l Assurance Maladie

Plus en détail

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012»

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» Dossier de Presse Réseau Atlantique Diabète «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» 1 Journée Mondiale du Diabète À l occasion de la 22 e Journée Mondiale du Diabète, le Réseau Atlantique

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive PREAMBULE Le réseau Diabète ville/hôpital du Cher a pour finalité d assurer une meilleure prise en charge des patients diabétiques. Pour ce

Plus en détail

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol.

Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les. métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. Hegel Vol. 1 N 2 2011 77 LETTRE À LA RÉDACTION Franck Laureyns réagit au rapport de synthèse de Laurent Hénart : «Les métiers en santé de niveau intermédiaire» paru dans Hegel Vol. I n 1 Pour faire suite

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

La genèse et le calendrier

La genèse et le calendrier AVEC LE SOUTIEN DE La genèse et le calendrier Fin 2011-2012 : Contact entre Pierre MOLINA D ARANDA et l Agence Ecomobilité Mobilisation de la CPAM et contact de l URPS 2013 : Soirée d information aux médecins

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

CONTRAT EDUCATIF LOCAL

CONTRAT EDUCATIF LOCAL CONTRAT EDUCATIF LOCAL Année 2002-2003 CANDIDATURE ET PROJET D ACTIONS SUR LES TEMPS PERI ET EXTRA-SCOLAIRES sur la commune ou le groupement de communes de... Ce dossier comprend : Page 2 : Page 3 : Page

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Plan régional sport santé bien-être CNDS 2015. Commission territoriale du CNDS 16 décembre 2014

Plan régional sport santé bien-être CNDS 2015. Commission territoriale du CNDS 16 décembre 2014 Plan régional sport bien-être CNDS 2015 Commission territoriale du CNDS 16 décembre 2014 l instruction interministérielle du 24 décembre 2012 les lignes stratégiques promouvoir et développer la pratique

Plus en détail

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé Sommaire I. Pourquoi le programme «Bouger sur prescription» en Savoie?... 2 II. Le programme «Bouger sur

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Pourquoi?... Pour qui?

Pourquoi?... Pour qui? Pourquoi?... Pour qui? Prévalence de l obésité Obésité massive IMC >40 49,2% 32,3% Obésité 15,0 % 3,5% 10,7% 3,1% 1,2% Moins de 18,5 18,5 à 24,9 25,0 à 29,9 30,0 à 34,9 35,0 à 39,9 40,0 ou plus Dépenses

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET

DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET DATE : Levallois, le 9 mars 2006 REFERENCES : Circulaire n 10/2006 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET Modalités

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION

DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION A compléter recto verso par le patient, à signer et à nous renvoyer à l adresse postale : Hôtel-Dieu

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

NOM DE L ETABLISSEMENT

NOM DE L ETABLISSEMENT NOM DE L ETABLISSEMENT : CSSR LES LAURIERS Adresse : 8 ROUTE DE CARBON BLANC BP 119-33306 LORMONT CEDEX Tél. 05.56.77.37.37 Fax. : 05.56.31.53.35 Mail : cssr.lauriers@ugecamaq.fr Site Internet : www.cssr-leslauriers.fr

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER

VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER VOTRE ANNUAIRE DIABÈTE EN LOIR-ET-CHER EDITO Conscients de la multiplicité des acteurs et des rôles de chacun, nous, acteurs du diabète en Loiret-Cher, nous sommes réunis afin de travailler à l élaboration

Plus en détail

«Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires

«Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires «Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires Contact Presse Sylvie MULLER 21 avenue Foch 57018 METZ Tel : 03.87.39.40.61 06.34.46.73.52 www.jetaimemoncoeur.fr Le

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II 2012 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Dr Lucette MIGNIEN Médecin du travail

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail