Nouvelles approchesnouvelles approches

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles approchesnouvelles approches"

Transcription

1 Vers la production dans les plantes transgéniques de protéines à usage pharmaceutique P. Lerouge*, V. Gomord*, L. Faye* points FORTS De très nombreuses glycoprotéines thérapeutiques (protéines plasmatiques, anticorps, vaccins, enzymes, etc.) ont été produites sous forme fonctionnelle dans des plantes transgéniques. Les plantes répondent à plusieurs des critères recherchés pour la production de protéines thérapeutiques : elles ont une machinerie cellulaire capable de produire des molécules complexes et sophistiquées ; elles ne portent pas de pathogènes associés aux infections humaines ; leur contenu cellulaire, hormis la protéine recombinante, est connu de l humain par son utilisation en alimentation. Les plantes peuvent être propagées à l infini, leur production à grande échelle fait partie du patrimoine culturel de toutes les nations et elles représentent la biomasse la moins onéreuse à produire à ce jour. Les processus de glycosylation diffèrent entre les plantes et les mammifères. Cela conduit à l introduction sur la protéine recombinante de résidus glucidiques spécifiques des plantes et immunogènes chez l homme. Les recherches actuelles visent à modifier la glycosylation endogène de la plante afin de produire une glycoprotéine recombinante compatible avec une application thérapeutique chez l homme. Produire des protéines à usage pharmaceutique dans les plantes transgéniques Les thérapies à base de peptides ou de protéines font l objet d un très fort développement. Le nombre d études de peptides ou protéines dépassait déjà les 400 à la fin de * CNRS UMR 6037, IFRMP 23, université de Rouen. l année Compte tenu de cet essor, les systèmes de production actuels de ces molécules thérapeutiques pourront difficilement répondre aux demandes, que ce soit en termes de volume ou de qualité. Bien qu ayant subi des améliorations importantes durant la dernière décennie, les technologies de production utilisant des bactéries ou des levures ont démontré leurs limites pour la production de protéines thérapeutiques. Les systèmes utilisant des cellules eucaryotes plus évoluées, notamment les cellules de mammifères, ont, en revanche, démontré leur capacité à produire des protéines complexes. Cependant, ces technologies souffrent toujours des deux principales limitations inhérentes à la production en bioréacteur, limitations liées aux volumes limités accessibles par cette technologie et aux investissements importants que nécessitent la construction et mise en œuvre d une unité de production. Si la production en fermenteur permet dès aujourd hui de disposer de protéines recombinantes d une haute efficacité thérapeutique, les coûts de ces molécules seront très difficiles à supporter pour les systèmes sociaux de santé. Face à ce problème, il est devenu indispensable de mettre en place des systèmes alternatifs de production à faible coût et tout aussi efficace. La demande sans cesse croissante de capacité de production en protéine à usage pharmaceutique a stimulé, dès les années 1980, le développement des plantes comme usine cellulaire. Les plantes répondent à plusieurs des critères recherchés (1, 2) : elles ont une machinerie cellulaire complexe et sophistiquée ; elles ne portent pas les pathogènes associés aux infections humaines ; leur contenu cellulaire, hormis la protéine recombinante, est connu de l humain pour son utilisation en alimentation. Les plantes représentent la biomasse la moins onéreuse à produire à ce jour et peuvent être propagées à l infini. Les différents systèmes végétaux de production de protéines recombinantes Dans la plupart des systèmes végétaux utilisés pour la production de protéines recombinantes à grande échelle, la plante mature constitue l usine de production et, à ce titre, les plantes se distinguent des autres systèmes de production. Deux types de tissus, le feuillage et la graine, ont été développés pour bénéficier des sources de biomasse les plus accessibles et peu onéreuses. Concernant le tabac, la luzerne et quelques autres espèces, le feuillage 88 Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril 2003

2 est la cible de l expression de la protéine d intérêt. Concernant le maïs, le colza, le carthame, le soja et le riz, les vecteurs d expression stimulent la production et l accumulation des molécules recombinantes dans la graine. Au cours des dernières années, de nombreuses protéines d intérêt pharmaceutique ont été produites avec succès dans les plantes transgéniques. Il est important de mentionner que, quelle que soit la protéine d intérêt thérapeutique produite, ces protéines recombinantes présentent des activités biologiques analogues à celles des protéines naturelles. Le tableau I résume les principales réalisations. Par ailleurs, la moléculture (production de Tableau I. Protéines à usage pharmaceutique produites dans les plantes transgéniques Catégorie Protéine Application Plante Réf. Protéines sanguines Albumine Contrôle du volume sanguin, excipient pomme de terre, tabac 3, 4 et plasmatiques Aprotinine Antifibrinolytique maïs 5 Enképhalines Analgésique tabac 6 Hémoglobine Substitut sanguin tabac 7, 8, 9 Collagène I Agent homéostatique, scellant tissulaire tabac 10 et autres Vaccins Antigène de l hépatite B Hépatite B tabac et pomme de terre 11 Toxine de V. cholera Choléra pomme de terre 12 Sous-unité de la toxine B Choléra pomme de terre 13 du choléra Glycoprotéine B du CMV Cytomégalovirus tabac 14 Peptide D2 de Vaccin mucosal ne requérant pas haricot noir 15 Staphylococcus aureus d adjuvant Hémagglutinine Traitement de la grippe tabac 16 Entérotoxine B de E. coli Diarrhée pomme de terre, tabac 17 Épitope de P. falciparum Malaria tabac 18 Protéine de capside Diarrhée causée par le virus de Norwalk tabac, pomme de terre 19 du virus de Norwalk Protéine G Rage tabac, épinard, tomate 20 du virus de la rage Glycoprotéine gp41 Virus du VIH haricot 21 Anticorps IgG C5-1 Anti-IgG diagnostique luzerne 25 IgA contre S. mutans Dans la prévention de carie dentaire tabac 26 IgG contre Anticorps diagnostique tabac 27 la créatine-kinase IgG contre l antigène Cancer du côlon tabac 28 tumoral CO17-1A Anticorps contre antigène Cancer céréales 29 carcinoembryonnaire Hormones, cytokines GM-CSF Facteur de croissance hémopoïétique tabac 31, 32 et facteurs de croissance dans le traitement de neutropénie Interféron α Traitement d hépatite B et C tabac 33 Interféron β Traitement d hépatite B et C tabac 34 Somatotropine (hgh) Traitement des désordres de croissance tabac 35 Érythropoïétine Traitement d anémie tabac 36 Epidermal Growth Factor Contrôle de prolifération cellulaire tabac 4 (EGF) Enzymes Trichosanthine Inhibe la réplication du VIH tabac 37 Enzyme de conversion Hypertension tabac et tomate 38 de l angiotensine I Lipase gastrique de chien Mucoviscidose tabac 39 Protéine C Anticoagulant tabac 40 Glucocérébrosidase Maladie de Gaucher tabac 40 Autres Hirudine Anticoagulant tabac, colza 41 Lactoferrine humaine Antimicrobien tabac 42 Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril

3 molécules recombinantes dans les végétaux) est passée, en une dizaine d années, du stade de la validation de concept au stade de la production industrielle. Protéines sanguines et plasmatiques De nombreuses protéines plasmatiques ont déjà été produites dans les plantes (tableau I). Ainsi, l albumine humaine, une protéine plasmatique utilisée dans le contrôle de l hypovolémie et de l hypoalbuminémie dans certaines chirurgies et comme excipient de plusieurs médicaments, a été produite avec succès dans la pomme de terre et le tabac (3, 4). D autres protéines, comme l aprotinine (5), des enképhalines (6) et l hémoglobine (7, 8, 9) ont également été obtenues dans divers végétaux. Le collagène I (10), une molécule assemblée en hélice triple impliquée dans plusieurs mécanismes complexes comme l organogenèse, l attachement et la prolifération cellulaire, l hémostase et la régénération de tissus, a également été produit dans des plants de tabac en vue d une utilisation en thérapie mais aussi dans l industrie cosmétique. Vaccins La nature comestible des plantes représente un atout majeur dans la production de vaccins, qu ils soient destinés à l homme ou aux animaux. En effet, il est possible de déclencher une réponse immunitaire par l administration d un antigène par voie orale. Le virus de l hépatite B affecte plus de 2 milliards d individus et un vaccin pouvant être facilement distribué et administré dans les pays en voie de développement est hautement souhaitable. Des études menées chez la souris ont démontré que l ingestion de pomme de terre exprimant un antigène de surface du virus de l hépatite B déclenche une réponse immunitaire (11). Au cours des dernières années, d autres types d antigènes destinés à une administration orale ou par injection ont également été produits dans les végétaux (tableau I). Citons comme exemple la production de protéines vaccinales contre la toxine du choléra (12, 13), le cytomégalovirus (14), le Staphylococcus aureus (15), le virus de la grippe (16), l entérotoxine B du E. coli (17), le parasite de la malaria (18), le virus de Norwalk (19), le virus de la rage (20) et même contre le virus du VIH (21). La principale difficulté dans l emploi d un vaccin destiné à une administration orale est le dosage précis de la quantité d antigène consommée. Les études précliniques et cliniques en cours permettront de mieux définir le potentiel des vaccins produits dans les plantes. Plusieurs groupes tentent actuellement de démontrer que l utilisation des plantes permettra de produire des vaccins peu coûteux pouvant facilement être distribués et administrés à la population et contribueront ainsi à diminuer les coûts globaux de vaccination. Anticorps Les thérapies à base d anticorps (immunothérapies) connaissent actuellement un essor insoupçonné. Les anticorps représentent aujourd hui plus du tiers des protéines en cours d essais cliniques aux États-Unis. Plus d une centaine d études cliniques utilisant des anticorps sont actuellement en cours pour diverses pathologies comme les désordres du système immunitaire, les maladies inflammatoires, certains cancers, les désordres du système nerveux central et les maladies infectieuses. La plupart des applications proposées nécessitent l utilisation d anticorps complets. Exception faite des hybridomes, seules les cellules de mammifères ou d insectes, les animaux transgéniques ou les plantes transgéniques sont capables de correctement associer les chaînes lourdes et légères constitutives des anticorps. La culture de cellules mammifères est un procédé coûteux et de capacité limitée. Le coût de production d un anticorps produit via des cellules mammifères est estimé à environ 200 millions de dollars par an pour une capacité de 200 kg d anticorps (22). À titre d exemple, le traitement du cancer du sein par l anticorps Herceptin requiert l administration de plusieurs grammes d anticorps par dose. La popularité de ce traitement fera probablement croître la demande au-dessus du niveau des 100 kg par an. Si l on considère que la capacité totale annuelle de production d anticorps monoclonaux (en hybridomes ou recombinants) ne dépasse actuellement pas kg, tous anticorps confondus, on imagine aisément les difficultés à court terme d approvisionnement en anticorps thérapeutiques. De telles quantités pourraient non seulement être produites par moléculture mais, de surcroît, pour environ le dixième des investissements de départ et des coûts de production en fermenteur (23). La première démonstration de production d anticorps dans des plantes a été effectuée par Hiatt et al. en 1989 (24). Depuis cette date, d autres anticorps ou fragments d anticorps à usage thérapeutique ont été produits dans divers systèmes végétaux. Ces anticorps recombinants sont usuellement appelés planticorps. Citons notamment des anticorps dirigés contre des immunoglobulines humaines (25), un antigène du Streptococcus mutans (26), la créatinekinase (27) et contre un antigène tumoral d un cancer du côlon (28). Un anticorps a également été produit contre l antigène carcinoembryonnaire (29), un marqueur de croissance tumorale. Facteurs de croissance, hormones et cytokines Les facteurs de croissance, les hormones et les cytokines représentaient plus de 75 % des ventes totales des biopharmaceutiques en 1998 (30). Les principales molécules dans cette catégorie sont l érythropoïétine, les colony stimulating factors et l insuline. Plusieurs hormones et facteurs de croissance ont été exprimés dans le tabac : le 90 Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril 2003

4 GM-CSF (31, 32), les interférons alpha (33) et bêta (34), la somatotropine (35), l érythropoïétine (36) et l epidermal growth factor (4). Enzymes et autres Au niveau thérapeutique, de nombreuses enzymes sont actuellement utilisées dans le traitement de thromboses (urokinase), de la maladie de Gaucher (algucérase) et de la fibrose kystique (dornase). La démonstration a été faite que les plantes peuvent également produire des enzymes à potentiel thérapeutique, telles que la trichosanthine alpha (37), une enzyme inhibant la réplication du VIH ; l enzyme de conversion l angiotensine I (38), la lipase gastrique de chien pour le traitement de la mucoviscidose (39), la protéine C et la glucocérébrosidase (40). Cette dernière enzyme, utilisée dans le traitement de la maladie de Gaucher, est actuellement isolée et commercialisée à partir de placenta humain ou produite de façon recombinante dans des cellules de mammifères. Parmi les autres succès de production de protéines thérapeutiques dans des plantes transgéniques, citons la production d hirudine (41) et de lactoferrine (42). Conformité des protéines recombinantes produites dans les systèmes végétaux Les plantes sont capables d assembler des molécules complexes Les quelques exemples cités précédemment montrent que les plantes offrent un très fort potentiel pour la production en masse et à faible coût de protéines recombinantes d intérêt thérapeutique. Les machineries de biosynthèse et de maturation des protéines d une cellule animale ou d une cellule végétale sont suffisamment homologues pour que des protéines d origine mammifère soient produites avec succès dans des plantes transgéniques. Ces protéines sont généralement indiscernables de leurs homologues naturels du point de vue de leurs activités biologiques, leurs conformations ou séquences protéiques. Parmi les succès majeurs, on peut rappeler la production de différents types d anticorps recombinants tels que des IgG ou des IgA secrétoires. Les immunoglobulines de classe IgG sont constituées de deux chaînes lourdes et de deux chaînes légères reliées entre elles par des ponts disulfures comme l illustre la figure 1A. Les études récentes que nous avons menées sur les planticorps montrent que ces molécules présentent un niveau d assemblage entre chaînes lourdes et légères analogue aux IgG naturelles. La complexité d une IgA sécrétoire est encore plus grande puisque ces immunoglobulines sont constituées de deux molécules d IgG reliées entre elles par deux polypeptides. L assemblage d une IgA sécrétoire nécessite l intervention successive de deux types cellulaires distincts chez les mammifères. Ces molécules ont été produites avec succès sous forme biologiquement active par transgenèse végétale (26), ce qui illustre la grande capacité de la machinerie cellulaire végétale à assembler des protéines de mammifères, même extrêmement complexes. Les protéines thérapeutiques produites dans des plantes transgéniques présentent des glycanes immunogènes La production dans des plantes transgéniques constitue une des voies les plus prometteuses d accès à des protéines thérapeutiques peu onéreuses et dénuées de contaminations potentielles par des agents pathogènes. Ainsi, à titre d exemple, les planticorps devraient certainement remplacer progressivement les anticorps monoclonaux produits par des hybridomes pour de nombreuses applications comme le diagnostic ou l immunothérapie. Cependant, l utilisation en thérapie, chez l homme ou chez l animal, d anticorps et, plus généralement, de glycoprotéines recombinantes d origine végétale, présente encore une très forte limitation. En effet, pour les plantes, comme d ailleurs pour tout autre système hétérologue utilisé pour la production de protéines recombinantes, la glycosylation est différente de celle observée chez les mammifères et n est pas toujours compatible avec une application thérapeutique chez l homme. Depuis une quinzaine d années, notre laboratoire étudie les processus de glycosylation des protéines végétales. Plus récemment, nous nous sommes intéressés à l ingénierie de ces processus, de telle sorte que le système d expression végétal soit mieux adapté à la production de glycoprotéines compatibles avec une utilisation thérapeutique chez l homme. Notre travail a principalement porté sur le modèle planticorps. Ainsi, les analyses de l anticorps monoclonal Guy s 13, spécifique d une adhésine de Streptococcus mutans, une bactérie responsable de la carie dentaire (43) et de l anticorps Mgr-48, spécifique de nématodes (44), ont montré que, qu ils soient produits dans des hybridomes murins ou dans des plantes Glycanes Anticorps Glycanes Souris Tabac GlcNAc Man β(1,2)xyl α(1,3)fuc β(1,4)gal α(1,6)fuc Figure 1. Structures des N-glycanes associés à un anticorps murin et à un planticorps. Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril

5 de tabac, ces anticorps sont glycosylés par des structures oligosaccharidiques (N-glycanes) de structures proches mais non identiques. Ainsi, comme il est illustré dans la figure 1B, les IgG d hybridomes portent sur le core glucidique (signalé en rouge) des résidus α(1,6)-fucose et des résidus β(1,4)-galactose terminaux alors que les planticorps correspondants présentent sur ce même core des résidus β(1-2)-xylose et α(1,3)-fucose (figure 1C). Ces différences structurales résultent, comme l illustre la figure 2, des différences tardives dans les processus de maturation dans l appareil de Golgi des N-glycanes entre plantes et mammifères. Les faibles différences structurales observées entre N-glycanes de plantes et de mammifères ne remettent pas en question la capacité des planticorps de reconnaître les antigènes. Cependant, la présence d oligosaccharides typiquement végétaux associés aux planticorps limite actuellement leur utilisation en thérapie chez l homme. L addition sur les N-glycanes des résidus β(1-2)-xylose et α(1,3)-fucose, spécifiques des plantes et absents chez les animaux, leur confèrent une forte immunogénicité chez certains mammifères et en particulier chez l homme (45). Par conséquent, l exposition prolongée à des quantités importantes de ces N-glycanes végétaux immunogènes, quantités nécessaires pour certaines thérapies in vivo, aboutirait très probablement à une sensibilisation à ces antigènes de nature glucidique. Vers une humanisation des glycoprotéines recombinantes d origine végétale Pour les plantes, comme pour les autres eucaryotes, la N-glycosylation débute par le transfert dans le réticulum endoplasmique (RE) d un précurseur oligosaccharidique. Elle est suivie de sa maturation dans le RE, puis dans l appareil de Golgi lors du transport de la glycoprotéine le long du système endomembranaire de sécrétion (figure 2) (46). Comme mentionné précédemment, les différences entre plantes et mammifères apparaissent lors des maturations tardives des N-glycanes dans l appareil de Golgi conduisant à l addition des résidus β(1,2)-xylose et α(1,3)-fucose potentiellement immunogènes (45). Afin d utiliser pleinement l énorme potentiel du système végétal pour la production de protéines à usage pharmaceutique, il est nécessaire de bloquer ces maturations typiques des plantes pour obtenir sur les glycoprotéines recombinantes d origine végétale des N-glycanes compatibles avec une utilisation thérapeutique. De nombreux travaux sont actuellement en cours afin de modifier la machinerie de glycosylation des plantes. La plupart des stratégies développées afin d humaniser les N-glycanes concernent la rétention de la protéine dans le réticulum endoplasmique, l inhibition de glycosyltransférases résidentes de l appareil de Golgi ou l expression de nouvelles glycosyltransférases dans ce compartiment. Des résultats encourageants ont déjà été obtenus au laboratoire par ces stratégies sans pour autant qu on ait encore réussi à produire des glycanes complètement humanisés. Les principaux acquis actuels sont développés ci-après. La rétention de la protéine recombinante dans le reticulum endoplasmique L analyse structurale de la glycosylation des protéines résidentes du réticulum (47, 48) a montré que ces réticuloplasmines naturelles portent des glycanes de structure oligo-mannosidique, communes aux plantes et aux mammifères (figure 2), et par conséquent très probablement non immunogènes. Cette observation est à l origine d une des stratégies mise en œuvre afin d éviter l association de glycanes immunogènes aux glycoprotéines recombinantes d origine végétale. Cette stratégie consiste à stocker la glycoprotéine recombinante dans le RE. Un RE Appareil de Golgi Mammifère Précurseur Plante glycanes oligomannosidiques glycanes complexes Glc GlcNAc Man β(1,2)xyl α(1,3)fuc β(1,4)gal α(1,6)fuc Figure 2. Biosynthèse des N-glycanes pour les mammifères et les plantes. 92 Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril 2003

6 tel stockage dans le RE est possible puisque l addition à l extrémité C-terminale d une protéine recombinante d un tétrapeptide de séquences K/HDEL permet sa rétention dans le RE des cellules végétales (49). Tirant avantage de ce processus, nous avons montré que l expression chez des plantes des chaînes lourdes et légères d un anticorps fusionnées à des séquences KDEL conduit à la production d un planticorps retenu de façon efficace dans le RE et glycosylé par des structures oligomannosidiques (figure 3C) (50). Si toutefois la structure des N-glycanes associés à ce planticorps diffère de celle des anticorps murins, elle ne présente plus le caractère potentiellement immunogène des planticorps secrétés. L ingénierie de la machinerie de glycosylation Une autre stratégie prometteuse d humanisation des N-glycanes végétaux est l expression de nouvelles glycosyltransférases qui vont compléter et/ou inactiver par compétition la machinerie endogène de maturation des N-glycanes de la cellule végétale. Dans le cadre de ces stratégies de complémentation, plusieurs laboratoires ont émis l hypothèse que l expression d une β(1,4)-galactosyltransférase (GalT) animale dans des compartiments précoces du Golgi végétal pourrait permettre une humanisation partielle des glycanes végétaux et éventuellement prévenir l association de β(1,2)-xylose et α(1,3)-fucose par compétition. En accord avec cette hypothèse, Palacpac et al. (51) ont montré que l expression d une GalT humaine dans des cellules de tabac en culture permet le transfert de résidus galactoses sur les résidus N-acétylglucosamine terminaux des N-glycanes végétaux. Plus récemment, nous avons montré que l expression d une immunoglobuline dans des plantes de tabac exprimant la GalT humaine conduit à la production d un planticorps partiellement humanisé. Ce planticorps présente des séquences N-acétyllactosamine (Galβ1-4GlcNAc) terminales identiques à celles associées aux N-glycanes d anticorps produits dans des cellules de mammifères (figure 3D) (44). Perspectives Les résultats encourageants obtenus dans le cadre des travaux d humanisation de la N-glycosylation permettent d entrevoir l obtention de systèmes végétaux permettant la production de protéines compatibles avec une utilisation en thérapie humaine ou animale. Actuellement, nos efforts portent sur l association de stratégies de complémentation décrites plus haut à des stratégies d inhibition des transferts des deux résidus immunogènes. Nous espérons pouvoir ainsi, à court terme, produire dans des plantes transgéniques des planticorps présentant une glycosylation identique à celle des anticorps murins. Anticorps Souris Rétention dans le RE GlcNAc Man β(1,2)xyl α(1,3)fuc β(1,4)gal α(1,6)fuc Tabac exprimant la GalT humaine Figure 3. Structures des N-glycanes associés à un planticorps retenu dans le RE ou produit dans un plant de tabac exprimant une galactosyltransférase humaine. Comparativement aux autres protéines plasmatiques, les anticorps présentent une glycosylation relativement simple. Notamment, les planticorps ne portent pas d acides sialiques terminaux. Les acides sialiques sont importants, en particulier pour la demi-vie des glycoprotéines circulantes de mammifères. L absence de tels résidus conduit à une élimination rapide de la protéine du flux sanguin via l intervention de récepteurs de surface des cellules hépatiques. Les acides sialiques sont absents dans les plantes. L obtention de N-glycanes sialylés dans les plantes, en adaptant la machinerie de maturation des N-glycanes végétaux, nécessiterait le transfert d au moins cinq différents gènes hétérologues codant des enzymes impliquées dans la biosynthèse de l acide sialique dans le cytosol et son transport dans l appareil de Golgi. Les enzymes manquantes de cette voie métabolique devraient non seulement être exprimées de façon stable mais aussi être adressées de façon correcte et, enfin, être actives dans la cellule végétale. Pour ces différentes raisons, la production de glycoprotéines recombinantes sialylées dans les plantes représente un nouveau challenge dans le domaine des biotechnologies végétales. Cependant, dès aujourd hui, il paraît techniquement possible d atteindre cet objectif ambitieux. La purification de la protéine d intérêt à partir de plantes transgéniques constitue l un des autres challenges actuels de la moléculture. La molécule recombinante doit présenter une haute pureté en fin de processus et doit notamment être dénuée de toute contamination par des métabolites végétaux potentiellement toxiques. Cette étape de purification peut représenter un des principaux coûts lors de la production industrielle. S il a pu être montré, par exemple, que la purification sur colonne de protéine A immobilisée permet d obtenir en une étape un planticorps pur à partir d extraits végétaux (25), la purification d autres protéines thérapeutiques à partir de plantes pourrait s avérer beaucoup plus délicate. Références 1. Faye L, Landry N, Lerouge P et al. La production de protéines à usage biopharmaceutique dans les plantes. Médecine/Sciences 2001 ; 17 : Stoger E, Sack M, Fischer R, Christou P. Les planticorps. Biofutur 2002 ; 225 : Sijmons PC, Dekker BM, Schrammeijer B et al. Production of correctly processed serum albumin in transgenic plants. Bio/Technology 1990 ; 8 : Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril

7 4. Goddjin OJM, Pen J. Plants as bioreactors. Trends Biotechnol 1995 ; 13 : Zhong GY, Peterson D, Delaney DE et al. Commercial production of aprotinin in transgenic maize seeds. Mol Breeding 1995 ; 5 : Vandekerckhove J, Damme JV, Lijsebettens MV et al. Enkephalines produced in transgenic plants using modified 2S storage proteins. Bio/Technology 1989 ; 7: Dieryck W, Pagnier J, Poyart et al. Human haemoglobin from transgenic tobacco. Nature 1997 ; 386 : Halling-Sorensen B, Nors Nielsen S, Lanzky PF. Occurrence, fate and effects of pharmaceutical substances in the environment. Chemosphere 1998 ; 36 : Dieryck W, Gruber V, Baudino S et al. Expression of recombinant human hemoglobin in plants. Transfus Clin Biol 1995 ; 2 : Ruggerio F, Exposito JY, Bournat P et al. Triple helix assembly and processing of human collagen produced in transgenic tobacco plants. FEBS Letters 2000 ; 469 : Richter LJ, Thanavala Y, Arntzen CJ, Mason HS. Production of hepatitis B surface antigen in transgenic plants for oral immunization. Nat Biotechnol 2000 ; 18 : Arakawa T, Chong DK, Langridge WH. Efficacy of a food plant-based oral cholera toxin subunit vaccine. Nat Biotechnol 1998 ; 16 : Arakawa T, Yu J, Langridge WH. Food plant-delivered cholera toxin B subunit for vaccination and immunotolerization. Adv Exp med Biol 1999 ; 464 : Tackaberry ES, Dudani AK, Prior F et al. Development of biopharmaceuticals in plant expression systems: cloning, expression and immunological reactivity of human cytomegalovirus glycoprotein B (UL55) in seeds of transgenic tobacco. Vaccine 1999 ; 17 : Brennan FR, Bellaby T, Helliwell et al. Chimeric plant virus particles administered nasally or orally induce systemic and mucosal immune responses in mice. J Virol 1999 ; 73 : Beachy RN. Use of plant viruses for delivery of vaccine epitopes. In : Engineering plant for commercial products and applications. Ann N Y Acad Sci 1996 ; 25 : Mason HS, Haq TA, Clements JD, Arntzen CJ. Edible vaccine protects mice against Escherichia coli heat-labile enterotoxin (LT) : potatoes expressing a synthetic LT-B gene. Vaccine 1998 ; 16 : Turpen TH, Reinl SJ, Charoenvit Y et al. Malarial epitopes expressed on the surface of recombinant tobacco mosaic virus. Bio/Technology 1995 ; 13 : Tacket CO, Mason HS, Losonsky G et al. Human immune responses to a novel norwalk virus vaccine delivered in transgenic potatoes. J Infect Dis 2000 ; 182 : McGarvey PB, Hammond J, Dienelt MM et al. Expression of the rabies virus glycoprotein in transgenic tomatoes. Bio/Technology 1995 ; 13 : Buratti E, McLain L, Tisminetzky S et al. The neutralizing antibody response against a conserved region of human immunodeficiency virus type 1 gp41 (amino acid residues ) is uniquely directed against a conformational epitope. Virol 1999 ; 13 : Steiner UP. Assessment of the economics of transgenic technologies for biologicals, Bayer Biotechnology, Bayer Corp., communication dans le cadre du congrès Production and economics of biopharmaceuticals, CA, janvier Kusnadi A, Nikolov ZL, Howard JA. Production of recombinant proteins in transgenic plants : practical considerations. Biotechnol Bioeng 1997 ; 56 : Hiatt AC, Cafferkey R, Bowdish K. Production of antibodies in transgenic plants. Nature 1989 ; 342 : Khoudi H, Laberge S, Ferullo JM, et al. Production of a diagnostic monoclonal antibody in perennial alfalfa plants. Biotech Bioeng 1999 ; 64 : Ma JKC, Hiatt A, Hein MB et al. Generation and assembly of secretory antibodies in plants. Science 1995 ; 268 : Conrad U, Fiedler U, Artsaenko O, Phillips J. High-level and stable accumulation of single-chain Fv antibodies in plant storage organs. J Plant Physiol 1998 ; 152 : Verch T, Yusibov V, Joprowski H. Expression and assembly of a full-length monoclonal antibody in plants using a plant virus vector. J Immunol 1998 ; 220 : Vaquero C, Sack M, Schuster F et al. A carcinoembryonic antigen-specific diabody produced in tobacco. FASEB J 2002 ; 16 : Therapeutic proteins 1999 : a seven country analysis and forecasts to Data Monitor James EA, Wang C, Wang Z et al. Production and characterization of biologically active human GM-CSF secreted by genetically modified plant cells. Protein Expr Purif 2000 ; 19 : Lee JS, Choi SJ, Kang HS et al. Establishment of a transgenic tobacco cell suspension culture system for producing murine granulocyte-macrophage colony stimulating factor. Mol Cells 1997 ; 7 : De Zoeten GA, Penswick JR, Horisberger MA et al. The expression, localization, and effect of a human interferon in plants. Virology 1989 ; 172 : Edelbaum O, Stein D, Holland N et al. Expression of active human interferon-beta in transgenic plants. Interferon Res 1992 ; 12 : Staub JM, Garcia B, Graves J et al. High-yield production of a human therapeutic protein in tobacco chloroplasts. Nat Bio Technol 2000 ; 18 : Matsumoto S, Ikura K, Ueda M, Sasaki R. Characterization of a human glycoprotein (erythropoietin) produced in cultured tobacco cells. Plant Mol Biol 1995 ; 27 : Kumagai MH, Turpen TH, Weinzettl N et al. Rapid, high-level expression of biologically active alpha-trichosanthin in transfected plants by an RNA viral vector. Proc Natl Acad Sci USA 1993 ; 90 : Hamamoto H, Sugiyama Y, Nakagawa N et al. A new tobacco mosaic virus vector and its use for the systematic production of angiotensin-i-converting enzyme inhibitor in transgenic tobacco and tomato. Bio/Technology 1993 ; 11 : Gruber V, Berna PP, Arnaud T et al. Large-scale production of a therapeutic protein in transgenic tobacco plants : effect of subcellular targeting on quality of a recombinant dog gastric lipase. Mol Breeding 2001 ; 7 : Cramer CL, Weissenborn DL, Oishi KK et al. Bioproduction of human enzymes in transgenic tobacco. Ann N Y Acad 1996 ; 792 : Parmenter DL, Boothe JG, van Rooijen GJ, Yeung EC, Moloney MM. Production of biologically active hirudin in plant seeds using oleosin partitioning. Plant Mol Biol 1995 ; 29 : Salmon V, Legrand D, Slomianny MC et al. Production of human lactoferrin in transgenic tobacco plants. Prot Exp Purif 1998 ; 13 : Cabanes-Macheteau M, Fitchette-Lainé AC, Loutelier-Bourhis C et al. N-glycosylation of a mouse IgG expressed in transgenic tobacco plants. Glycobiology 1999 ; 9 : Bakker H, Bardor M, Molthoff JW et al. Galactose-extended glycans of antibodies produced by transgenic plants. Proc Natl Acad Sci USA 2001 ; 98 : Bardor M, Faveeuw C, Fitchette AC et al. Immunoreactivity in mammals of two typical plant glyco-epitopes, core-α(1,3)-fucose- and core-β(1,2)-xylose. Glycobiology (sous presse). 46. Lerouge P, Cabanes-Macheteau M, Rayon C et al. N-glycoprotein biosynthesis in plants : recent developments and future trends. Plant Mol Biol 1998 ; 38 : Pagny S, Cabanes-Macheteau M, Gillikin JW et al. Protein recycling from the Golgi apparatus to the endoplasmic reticulum in plants and its minor contribution to calreticulin retention. Plant Cell 2000 ; 12 : Navazio L, Baldan B, Mariani P, Gerwig GJ et al. Primary structure of the N-linked carbohydrate chains of calreticulin from spinach leaves. Glycoconjugate J 1996 ; 13 : Gomord V, Denmat LA, Fitchette-Lainé AC et al. The C-terminal HDEL sequence is sufficient for retention of secretory proteins in the endoplasmic reticulum (ER) but promotes vacuolar targeting of proteins that escape the ER. Plant J 1997 ; 11 : Bardor M, Sriraman R, Sack M et al. Retention of recombinant antibodies in the plant endoplasmic reticulum results in production of plantibodies lacking plant specific and potentially immunogenic core-xylose and core-α(1,3)-fucose residues. Biochemistry (soumis à). 51. Palacpac NQ, Yoshida S, Sakai H et al. Stable expression of human beta1,4-galactosyltransferase in plant cells modifies N-linked glycosylation patterns. Proc Natl Acad Sci USA 1998 ; 96 : Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition (VII), n o 2, mars/avril 2003

Les thérapies à base de peptides. La production de protéines à usage biopharmaceutique dans les plantes

Les thérapies à base de peptides. La production de protéines à usage biopharmaceutique dans les plantes SYNTHÈSE médecine/sciences 2001 ; 17 : 867-77 La production de protéines à usage biopharmaceutique dans les plantes Loïc Faye Nathalie Landry Patrice Lerouge Véronique Gomord Louis-P. Vézina Les plantes

Plus en détail

Dès le début des années 1980, des protéines d intérêt

Dès le début des années 1980, des protéines d intérêt 54-58-Biomedicaments_320.qxp 21/03/11 18:48 Page 54 Soigner par les plantes Produire rapidement et en quantité quasi-illimitée des médicaments en utilisant les plantes est aujourd hui possible. Le «molecular

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Les Services de Recherche et de Production de Protéines Recombinantes Chaque programme

Plus en détail

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux Leem Direction des Affaires scientifiques pharmaceutiques et médicales 11 décembre 2008 Le plan d études du Leem Les segments

Plus en détail

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES?

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES? PHARMACIEN POLYTECHNICIEN DE LA SANTÉ SCIENCES CHIMIQUES VERSUS SCIENCES BIOLOGIQUES? Professeur Pascale Cohen Professeur Marc Leborgne ISPB-Pharmacie Université Lyon I Quelle est la place actuelle de

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

La production de médicaments par les OGM

La production de médicaments par les OGM La production de médicaments par les OGM L.M. HOUDEBINE Unité de biologie du Développement et Biotechnologies INRA 78352 Jouy-en-Josas Cedex Depuis les temps les plus reculés, les communautés humaines

Plus en détail

Ingénierie des anticorps

Ingénierie des anticorps Ingénierie des anticorps Introduction: le marché des anticorps monoclonaux I. Anticorps monoclonaux utilisés en thérapeutique 1. Structure et fonction des anticorps 2. Anticorps monoclonaux de souris 3.

Plus en détail

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM Défis reliés à l infection par le VIH Paul Jolicoeur, M.D., Ph. D. Chercheur fondamental Directeur de l unité de recherche

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE. Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir

DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE. Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir Ballow M. J Allergy Clin Immunol 2006; 118: 1209-15. Définition de la biothérapie BIOTHERAPIE Des médicaments

Plus en détail

Ingénierie, Développement et Production de protéines thérapeutiques. Dr Tristan Rousselle co fondateur & PDG

Ingénierie, Développement et Production de protéines thérapeutiques. Dr Tristan Rousselle co fondateur & PDG Ingénierie, Développement et Production de protéines thérapeutiques Dr Tristan Rousselle co fondateur & PDG 13 Février 2009 La révolution des biomédicaments dans l industrie pharmaceutique Les biotechnologies

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine

Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie. Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Université Pierre et Marie Curie Master BMC Immunotechnologie Module Immunothérapie Cellulaire et Génique Bertrand Bellier / François Lemoine Examen Janvier 2008 Introduction (à lire attentivement) L actualité

Plus en détail

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Phytogéniques et croissance des veaux Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Photo: Fredleonero 200 Phytogéniques 150 100 50 25 Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques et croissance des veaux

Plus en détail

Biotechnologie et médicaments biologiques

Biotechnologie et médicaments biologiques Biotechnologie et médicaments biologiques I. Les médicaments biologiques 1. Marché biopharmaceutique 2. Différents types de médicaments biologiques 2.1. Les protéines 2.2. Les anticorps monoclonaux 2.1.1.

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants Séverine Pouillot, PhD Biogenouest 21 Novembre 2014 Société de services et de consulting Opérationnelle depuis 2004 Actionnaires

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Les plantes transgéniques pour la production de molécules à effets thérapeutiques

Les plantes transgéniques pour la production de molécules à effets thérapeutiques M2GGB - Master 2eme année mention biologie moléculaire et cellulaire Spécialité génétique Parcours professionnel Génétique et Gestion de la Biodiversité Les plantes transgéniques pour la production de

Plus en détail

LE GÉNIE PHARMACEUTIQUE

LE GÉNIE PHARMACEUTIQUE LE GÉNIE PHARMACEUTIQUE ou le rôle d un ingénieur chimiste dans le domaine pharmaceutique Mario Jolicoeur, ing., Ph.D. Professeur adjoint département de génie chimique École Polytechnique de Montréal Les

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle Jean-Yves Le Déaut Séances sur les biotechnologies Séance 1 : 25 février 2009 Introduction sur les biotechnologies Avec Pierre TAMBOURIN, Directeur

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Virus et machinerie cellulaire

Virus et machinerie cellulaire Virus et machinerie cellulaire 1 Dr Céline Bressollette-Bodin Multiplication des virus dans la cellule - principales étapes - mécanismes de transcription / réplication Les interactions virus / cellules

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne L utilisation des gazomètres en Biotechnologie C. Prier, Merck-Serono Aubonne 1 Agenda Présentation de la à Merck Serono Importance des gazomètres pour la 1 an dans le département 2 Agenda Présentation

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT VETERINAIRE Amoxiclav-VMD 500 mg Comprimés pour chiens. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé (1800 mg) contient

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Présentation de résultats positifs sur l agent expérimental Lyxumia (lixisénatide) aux 71 e Séances scientifiques annuelles de l American Diabetes Association - Non-infériorité de

Plus en détail

LES GLYCOPROTEINES. 1. La fraction glucidique. 2. Glycosylation

LES GLYCOPROTEINES. 1. La fraction glucidique. 2. Glycosylation LES GLYCOPROTEINES Une glycoprotéine est une protéine portant un groupement de polysaccharides et une chaîne polypeptidique. C'est un hétéroside (composé de plusieurs oses différents) formé d'un motif

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Vieillissement Immunitaire

Vieillissement Immunitaire Vieillissement Immunitaire Dr Florent Guerville Service de Gérontologie Clinique Service de Néphrologie CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164 «Composantes Innées de Réponse Immunitaire et Différenciation» 19 mars

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

Utilisation des plantes dans la production de molécules à valeur d usage

Utilisation des plantes dans la production de molécules à valeur d usage Académie des sciences / Académie d agriculture de France 27 avril 2004 Utilisation des plantes dans la production de molécules à valeur d usage Résumés des interventions 14h30 Introduction Marc Julia,

Plus en détail

MÉDICAMENTS BIOLOGIQUES

MÉDICAMENTS BIOLOGIQUES #GoforInnovation MÉDICAMENTS BIOLOGIQUES LES THÉRAPIES DE DEMAIN Un secteur d une importance primordiale pour la Belgique UN GRAND NOMBRE DE PATIENTS BELGES BÉNÉFICIENT DE TRAITEMENTS BIOLOGIQUES En Belgique,

Plus en détail

Le programme Anticorps Thérapeutiques. Nicolas GROUX

Le programme Anticorps Thérapeutiques. Nicolas GROUX Le programme Anticorps Thérapeutiques Nicolas GROUX Emergence du projet Historique : Journées collaboratives 2009 Constat : les Anticorps monoclonaux (mabs) représentent une partie de plus en plus importante

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Signature de 7 contrats de licences dans le domaine du vaccin. Perspectives prometteuses dans la production d anticorps anti-cancers sur EBx

Signature de 7 contrats de licences dans le domaine du vaccin. Perspectives prometteuses dans la production d anticorps anti-cancers sur EBx Communiqué de Presse Résultats du 1 er semestre conformes aux objectifs et à la stratégie de VIVALIS Signature de 7 contrats de licences dans le domaine du vaccin Perspectives prometteuses dans la production

Plus en détail

Production de plantes transgéniques de pomme de terre exprimant un fragment d anticorps recombinant dirigé contre une protéine du PVY

Production de plantes transgéniques de pomme de terre exprimant un fragment d anticorps recombinant dirigé contre une protéine du PVY Laboratoire des Biotechnologies Végétales Appliquées à l Amélioration des Cultures Production de de pomme de terre exprimant un fragment d anticorps recombinant dirigé contre une protéine du PVY Radhia

Plus en détail

Que nous apprennent les mécanismes de défense des plantes? Master BIP 26-10-2015 Alia Dellagi

Que nous apprennent les mécanismes de défense des plantes? Master BIP 26-10-2015 Alia Dellagi Que nous apprennent les mécanismes de défense des plantes? Master BIP 26-10-2015 Alia Dellagi Des épidémies, des choix à faire.. wikipedia apsnet.org Pour réduire les traitements phytosanitaires Trouver

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Résultats : Partie III

Résultats : Partie III Résultats : Partie III Analyse des rôles respectifs de RhoA et RhoC dans le phénotype des cellules d adénocarcinome prostatique Introduction Parmi les protéines du sous-groupe Rho, RhoC a été décrit comme

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Le traitement du diabète NID doit prendre en compte la spécificité de cette maladie: il ne suffit pas de restaurer

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

Veille sur les articulations de votre cheval!

Veille sur les articulations de votre cheval! Veille sur les articulations de votre cheval! Voici ce que Cosequin Equine Plus HA peut faire pour votre cheval! Produits vétérinaires COSEQUIN Equine Plus HA est une marque déposée de Nutramax Laboratories,

Plus en détail

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Une brochure à l intention du public intéressé Biosimilaires Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Les médicaments à l arc-en-ciel 1 Table des matières De la fabrication

Plus en détail

«Les chevelus racinaires, une alternative à la production en champs pour les principes actifs d origine végétale» Professeur Michèle Boitel-Conti

«Les chevelus racinaires, une alternative à la production en champs pour les principes actifs d origine végétale» Professeur Michèle Boitel-Conti «Les chevelus racinaires, une alternative à la production en champs pour les principes actifs d origine» Professeur Michèle Boitel-Conti Académie Nationale de Pharmacie 30 septembre 2015 «Les chevelus

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Le bilan des pôles de compétitivité en santé. vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation

Le bilan des pôles de compétitivité en santé. vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation Le bilan des pôles de compétitivité en santé vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation C Chamoux Le ministère de la santé s est organisé pour être un acteur des politiques

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

CPR du 20 Février 2015 ANNEXE

CPR du 20 Février 2015 ANNEXE CPR du 0 Février 05 ANNEXE Ecole Doctorale «Santé, Sciences Biologiques (SSBCV)» Santé, Sciences et Technologies Sujets de thèses pour les bourses doctorales 00% Région Année universitaire 05-06 N DECISION

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment Communiqué de presse Contacts avec les médias : Nilsy Desaint Policy and Communication Manager, MSD nilsy.desaint@merck.com GSM : 0473 33 4875 De nouveaux résultats montrent une activité anti-tumeur durable

Plus en détail

Une collaboration avec Pr. J-Y Matroule dans le cadre du Symposium du 7/09/2013. OGM, la parole aux scientifiques

Une collaboration avec Pr. J-Y Matroule dans le cadre du Symposium du 7/09/2013. OGM, la parole aux scientifiques Une collaboration avec Pr. J-Y Matroule dans le cadre du Symposium du 7/09/2013 OGM, la parole aux scientifiques Tout organisme vivant, quel que soit son niveau de complexité (bactéries, animaux, végétaux),

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

CONCOURS D INTERNAT ET DE RESIDANAT DES ETUDES EN PHARMACIE

CONCOURS D INTERNAT ET DE RESIDANAT DES ETUDES EN PHARMACIE CONCOURS D INTERNAT ET DE RESIDANAT DES ETUDES EN PHARMACIE 1 QUESTIONS D INTERNAT ET DE RESIDANAT EN PHARMACIE ADMISSIBILITE A- SCIENCES FONDAMENTALES 1- Dosages radioimmunologiques : - principe - mise

Plus en détail

Lait maternel Composition biochimique. Dr I.Loras-Duclaux 2010

Lait maternel Composition biochimique. Dr I.Loras-Duclaux 2010 Lait maternel Composition biochimique Dr I.Loras-Duclaux 2010 Principaux constituants du lait maternel Fonction protection Fonction nutrition Facteurs protecteurs : IgA, lactoferrine, lysozyme Nutriments

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Discovering Nanofitins Les Nanofitines, substituts d anticorps

Discovering Nanofitins Les Nanofitines, substituts d anticorps Les Nanofitines, substituts d anticorps Journée Anticorps, Nantes, décembre 2012 Contact : Mathieu CINIER, mathieu@affilogic.com AFFILOGIC: start up sur le site de la faculté des sciences faculté des sciences

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail