PRODUCTION DE PROTÉINES RECOMBINANTES À USAGE THÉRAPEUTIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRODUCTION DE PROTÉINES RECOMBINANTES À USAGE THÉRAPEUTIQUE"

Transcription

1 PRODUCTION DE PROTÉINES RECOMBINANTES À USAGE THÉRAPEUTIQUE Exemples de système d expression : Production de protéines purifiées. Quantité (Q) de protéines en fonction des applications : L obtention de protéines peut être réalisée : o Par purification de la protéine à partir de la cellule ou du tissu d origine. Application o Par expression hétérologue dans une cellule (ou un organisme) hôte en utilisant un système d expression. o Par traduction in vitro dans un système acellulaire (lysat cellulaire, lysat de réticulocytes ou lysat bactérien). 1.Protéines recombinantes à usage thérapeutique. Différents types de protéines recombinantes. Q de protéine purifiée Analyse de la fonction µg Production d anticorps Analyse de la structure d une protéine Diagnostique ou thérapeutique Industrielle 1.1. Protéines recombinantes en remplacement de protéines de source animale ou humaine. 1.2.Protéines recombinantes issues directement de la biotechnologie. mg >100mg g Kg à tonnes Protéine Insuline Hormone de croissance Albumine Facteur VIII Origine Pancréas Hypophyse de cadavre Sang humain Sang humain Erythropoïétine (EPO) Activateur tissulaire du plasminogène (tpa) Interféron 1/9

2 1.3.Vaccins recombinants Enveloppe protéique de la capside de virus de l hépatite B. Protéine L1 du papillomavirus : Gardesi I (HPV 6, 11, 16, 18) Merck, Sanofi Pasteur, Cervarix GlaxoSmithKlein 1.4.Anticorps monoclonaux Premier : monoclonal anti-vegf Le Bevacizumab se lie au VEGF et prévient son action sur les récepteurs endothéliaux (VEGFR), d où une baisse de la vascularisation tumorale et un effet anticancéreux. Bevacizumab : AVASTIN approuvé par FDA, comme permettant une survie prolongée de 30% pour les cancers colorectaux. Autre exemple : Hercepline : traitement du cancer du sein Her+. Toutes les protéines ne peuvent être produites dans la même cellule hôte. Pour chaque protéine, nécessité de choisir le couple vecteur/cellule hôte permettant de produire la protéine recombinante active au meilleur prix. Choix de la cellule dépend de l objectif et des propriétés de la protéine. 2.Les différentes cellules hôtes. 2.1.Les cellules Le meilleur système est le plus simple, donnant l activité biologique recherchée au moindre coût. 1.2.Avantages et inconvénients Coût et facilité de mise en œuvre, mais aussi : Cf tableau dans poly. Difficultés supplémentaires 2/9

3 Temps de division : augmente avec la taille. Les cellules animales nécessitent des conditions d asepsie très strictes. Adhésion obligatoire : Certaines lignées de cellules de mammifères nécessitent un support pour être viables. Cela : pose un problème de mise à l échelle les rends particulièrement susceptibles au cisaillement. Exemple : tapis cellulaire de myoblastes Culture sur microporteurs. 3.Les étapes de production d une protéine recombinante. 4.Exemples 1. Création d une lignée de cellules qui vont effectivement produire la protéine désirée. 2. Optimisation du rendement Rendement : quantité de protéines fabriquée par litre de fermenteur et par cycle de fabrication (un bioréacteur de 20000L peut réaliser 20 cycles/an). Rendement de l ordre de 1,5 à 2 g/l/cycle ; les meilleurs espoirs s orientent vers 5 g/l. 3. Purification de la protéine, éliminant toute trace de cellules productrices, de virus, de produits de dégradation de la protéine, de milieu de culture. 4. Production d abord en lots pilotes, puis dans les conditions de BPF (bonnes pratiques de fabrication). La construction et la mise en état d un bioréacteur pour une protéine médicamenteuse commercialisée prennent plusieurs années. La décision de mise en construction est prise vers le milieu de la phase III. Entre cette décision et la production de lots validés, 30 à 42 mois s écoulent. 1.1.Utilisation de cellules simples : E. coli et levures Hormones de croissance : hgh = somatotropine. Produites par les cellules somatotropes de l hypophyse. Précurseurs produits dans la glande pituitaire antérieure Transcription du gène hgh-n Chr 17q Maturation et sécrétion dans la circulation générale Induit la production de somatomédines = facteurs de croissance «insulin-like» qui stimulent la prolifération de tissus mésodermiques : cartilage, os, muscles. Formes circulantes : 70% sous la forme d une protéine de 22 kda 191 aa, 2 ponts disulfures 10% : protéine de 20 kda splicing alternatif (exon 3) 20% sous forme de dimère. 3/9

4 Utilisation : Traitement du nanisme hypophysaire Production de la protéine recombinante 2 méthodes de production de la protéine recombinante Protéine maturée : 191 aa, 2 ponts disulfures. Production dans la cellule bactérienne : production cytoplasmique. Criblage d une banque d ADNc 4/9

5 Sécrétion de la protéine. Production de quantités illimitées, coût faible Spécialités : HUMATROPE Lilly SEROSTIM Soreno Production de vaccins recombinants Principe de la vaccination classique Injection de microorganismes Stimulation du système immunitaire (lymphos B ou T) Destruction de l agent infectieux Vaccins recombinants Vaccins sous unitaires contenant la protéine de surface (Ag). Premier vaccin recombinant : virus de l hépatite B (HBV) utilisation de l4antigènes de surface HB-sAg. Production dans la levure (S. cerevisiae) mg/L de culture Spécialités : Engerix GSK Recombivax HB Hbvaxpro Sanofi Genhevax Production de vaccins recombinants Premier médicament issu des biotechnologies approuvées par FDA. L insuline est synthétisée dans les îlots de Langerhans des cellules pancréatiques. Elle est constituée d une chaîne polypeptidique unique, la préproinsuline. La préproinsuline est transformée en proinsuline, puis en insuline par clivage. Dans la forme mature de l insuline, les chaînes A et B sont liées par des ponts disulfures. 5/9

6 2 stratégies pour la production de l insuline : 1) Production des 2 chaînes A et B séparément, puis mélange dans des conditions oxydatives. 2) Production de la proinsuline puis clivage du peptide C. a. Production de 2 chaînes séparément dans E. coli 63 paires de base pour la chaîne A, 90 pour la chaîne B. Trop petit tel quel, donc production sous la forme d une protéine de fusion : β-galactosidase-chaîne A et β-galactosidase-chaîne B β-galactosidase β-galactosidase β-galactosidase-chaîne B β-galactosidase-chaîne A Purification, puis clivage de la protéine liée à la β-galactosidase. Coupure au BrCN après la Met. Mix purified insulin chains A et B. Refold under oxidising condition to promote la formation de ponts disulfure. Première insuline humaine recombinante. Problèmes pour la production de Humulin : Procédé d association des 2 chaînes pas très efficace. Nombreux contrôles pour s assurer qu il n y a pas de résidus bactériens, ou d autres produits résiduels (début de la HPLC) Batterie de 40 tests physico-chimiques pour s assurer de la pureté et du repliement correct. Contraintes liées à la réglementation relative aux manipulations génétiques. 6/9

7 a. Production de la Proinsuline (prb : proinsulin recombinant bacteria) La proinsuline se replie spontanément avec établissement des ponts disulfures ad/hoc Protéase clivant le peptide C Insuline finale Peptide C : 35aa Synthèse des oligonucléotides codant les 86 aa de la proinsuline. Production dans E. coli Avantages : - une seule chaîne de fabrication - simplification des procédures, pas de protéine de fusion. Repliement de la protéine in vivo dans E. coli, mais toujours contraintes liées à la purification, d où production dans les levures (pry : proinsulin recombinant yest). Modification de la séquence de l insuline par mutagénèse dirigée : obtention d insulines avec des propriétés pharmaceutiques différentes. 5.Production de l'activateur tissulaire du plasminogène = tpa 1 er médicament produit commercialement à partir de cultures de cellules de mammifères tpa : protéase à sérine plasminogène plasmine (enzyme fibrinolytique) dissolution des caillots sanguins par action sur la fibrine Le tpa est un agent fibrinolytique puissant que l'on administre lors d'infarctus du myocarde Protéine de 427 aa, 35 résidus cystéine, 14 ponts disulfure et nombreux sites de glycosylation Criblage d'une banque de cadn Hind III sq signal CDS tpa Eco RI gène dhfr : dihydrofolate réductase 7/9

8 Sélection des cellules de mammifère sur milieu HAT (hypoxanthine, aminoptérine, thymidine) Addition de méthotrexate : sélection des cellules qui expriment beaucoup de dhfr par suite d'une amplification génique produisent aussi beaucoup de tpa peptide signal sécrétion dans milieu périplasmique Spécialité : Actilys coût : 2200 $ / 100 mg Production dans les CHO : Chinese Hamster Ovarian Cells coût de production : $/g Production possible dans E coli, mais formation de corps d'inclusion, même si elle est sécrétée dans l'espace périplasmique. nécessité de dénaturer la protéine par de l'urée et du chlorure de guanidine renaturation par dilution dans un volume dans un volume 100 fois plus grand Coût de production $/g, rendement faible, protéine non glycosylée mais active Actuellement : développement de culture de cellules de mammifères pour la fabrication d anticorps monoclonaux 6.Production de protéines à usage thérapeutique dans des animaux transgéniques (lait de vache, de mouton...) Le lait contient des taux élevés de protéines : caséine, β lactoglobuline : utilisation des promoteurs de ces gènes pour induire l'expression du transgène dans la glande mammaire. Etapes : Construction d'un vecteur portant la séquence codant la protéine d'intérêt sous contrôle d'un promoteur spécifique du tissu mammaire. Utilisation de la construction pour faire un animal transgénique. 1 er médicament en Europe : Atryn GTC biotherapeutics Production en octobre 2006 dans le lait de chèvre 8/9

9 Production d'animaux transgéniques, knockout (gène interrompu), knockin (gène remplacé par un gène muté) Manipulation génétique sur un embryon à 1 ou plusieurs cellules provenant de femelles fécondées après un traitement ovulatoire. récupération des oeufs fécondés par lavage des oviductes manipulation en vue : d'introduire un gène animaux transgéniques d'interrompre un gène animaux knockout (KO) de remplacer un gène animaux knockin (KI) Récupération de l'embryon manipulé dans une femelle pseudogestante Production d'insuline dans des plantes transgéniques (tabac, laitue) Production d'epo dans le lait d'animaux non transgéniques (transfert du gène à travers l'épithélium de la glande mammaire via des adénovirus). 9/9

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

La production de médicaments par les OGM

La production de médicaments par les OGM La production de médicaments par les OGM L.M. HOUDEBINE Unité de biologie du Développement et Biotechnologies INRA 78352 Jouy-en-Josas Cedex Depuis les temps les plus reculés, les communautés humaines

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques

Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Développement de proteines thérapeutiques et d'anticorps monoclonaux des phases R&D à la production de lots cliniques Les Services de Recherche et de Production de Protéines Recombinantes Chaque programme

Plus en détail

Production de médicaments

Production de médicaments Production de médicaments Pour fabriquer des produits biopharmaceutiques, il faut des chercheurs qui tâtonnent inlassablement pour trouver les bonnes combinaisons. Car la plus légère des modifications

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments

Biosimilaires. Les médicaments à l arc-en-ciel. Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Une brochure à l intention du public intéressé Biosimilaires Opportunités thérapeutiques grâce à une nouvelle génération de médicaments Les médicaments à l arc-en-ciel 1 Table des matières De la fabrication

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

BIOTECHNOLOGIE ET INNOVATION PHARMACEUTIQUE

BIOTECHNOLOGIE ET INNOVATION PHARMACEUTIQUE BIOTECHNOLOGIE ET INNOVATION PHARMACEUTIQUE Professeur Pascale Cohen Département pédagogique des sciences biomédicales B de la Faculté de Pharmacie Université Lyon I INTRODUCTION DÉFINITION DES BIOTECHNOLOGIES

Plus en détail

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2

Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 Biochimie Mme Botti et Mme tchillian Le 22/10/07 Defresne Diane TD N 3 DE BIOCHIMIE LES ANTICORPS 2 1 DOMAINE D UTILISATION DES ANTICORPS IN VITRO ET IN VIVO B)Utilisation des Anticorps in vitro - dosages

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

TD Immuno S5 2014-2015 Pr : Nadia. Dakka

TD Immuno S5 2014-2015 Pr : Nadia. Dakka TD Immuno S5 2014-2015 Pr : Nadia. Dakka 1 Anticorps monoclonaux Population homogène d anticorps issus d un «seul et unique» clone de cellules B Les anticorps monoclonaux sont des anticorps ne reconnaissant

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE

CONFERENCE DE PRESSE CONFERENCE DE PRESSE Etienne -Emile Baulieu, Président de l Académie des sciences Nicole Le Douarin, Secrétaire perpétuelle de l Académie des sciences présenteront le Rapport sur la Science et la Technologie

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Aspects moléculaires du vivant : synthèse, structure, fonction et interactions (AMV) CBM (Département)

Aspects moléculaires du vivant : synthèse, structure, fonction et interactions (AMV) CBM (Département) Aspects moléculaires du vivant : synthèse, structure, fonction et interactions (AMV) Agnès DELMAS Coordinateur 02.38.25.76.42 AGNES.DELMAS http://cbm.cnrs-orleans.fr/spip.php?rubrique31 Aspects moléculaires

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

Approches pour l'étude des interactions protéine-protéine

Approches pour l'étude des interactions protéine-protéine Approches pour l'étude des interactions protéine-protéine L importance des interactions protéine-protéine? 1-Le nombre de gènes dans les génomes ne suit pas la complexité des organismes : -E. coli ~ 4

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Ingénierie des anticorps

Ingénierie des anticorps Ingénierie des anticorps Introduction: le marché des anticorps monoclonaux I. Anticorps monoclonaux utilisés en thérapeutique 1. Structure et fonction des anticorps 2. Anticorps monoclonaux de souris 3.

Plus en détail

Classification : a) Les acides aminés à chaîne aliphatique : Glycine Alanine Valine Leucine Isoleucine

Classification : a) Les acides aminés à chaîne aliphatique : Glycine Alanine Valine Leucine Isoleucine LES PROTEINES Objectifs : - Indiquer la structure des acides aminés et leurs propriétés. - Indiquer la structure de la liaison peptidique. - Différencier structure 1, 2, 3 et 4 des protéines. - Citer les

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE A LA PRODUCTION DE PROTEINES D'INTERET PHARMACOLOGIQUE ET LA CONCEPTION DE MODELES CELLULAIRES *

APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE A LA PRODUCTION DE PROTEINES D'INTERET PHARMACOLOGIQUE ET LA CONCEPTION DE MODELES CELLULAIRES * APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE A LA PRODUCTION DE PROTEINES D'INTERET PHARMACOLOGIQUE ET LA CONCEPTION DE MODELES CELLULAIRES * Gérard SIEST, Thierry OSTER, Athanase VISVIKIS, Christine THIOUDELLET,

Plus en détail

Les plantes transgéniques pour la production de molécules à effets thérapeutiques

Les plantes transgéniques pour la production de molécules à effets thérapeutiques M2GGB - Master 2eme année mention biologie moléculaire et cellulaire Spécialité génétique Parcours professionnel Génétique et Gestion de la Biodiversité Les plantes transgéniques pour la production de

Plus en détail

LA PRODUCTION DES PRODUITS DE SANTE D ORIGINE BIOLOGIQUE ET BIOTECHNOLOGIQUE

LA PRODUCTION DES PRODUITS DE SANTE D ORIGINE BIOLOGIQUE ET BIOTECHNOLOGIQUE LA PRODUCTION DES PRODUITS DE SANTE D ORIGINE BIOLOGIQUE ET BIOTECHNOLOGIQUE Etat des lieux en France 2010 Synthèse Développer la bioproduction en France est une des actions majeures décidées dans le cadre

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang?

ANTICORPS MONOCLONAUX : MODE D ACTION ET TOXICITE. Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment passeraientelles dans le sang? MODE D ACTION ET TOXICITE Vérités? les anticorps sont des molécules énormes : comment

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Rapport scientifique DEBRA France. Année 2013

Rapport scientifique DEBRA France. Année 2013 Rapport scientifique DEBRA France Année 2013 Pr. Alain Hovnanian Services de Génétique et de Dermatologie Coordinateur du projet Européen GENEGRAFT Centre de diagnostic des maladies génétiques cutanées

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Objectif DMLA sujet bien connu du service Euretina community: recommandations claires sur les pratiques

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2 FERMENTATION le terme de fermentation est réservé à la culture de microorganismes (bactéries, levures, moisissures) mais, métaboliquement parlant, on devrait réserver ce terme aux cultures en conditions

Plus en détail

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser.

AVANT PROPOS. Il faut aussi bien connaître les méthodes de l embryologie moléculaire et savoir les utiliser. AVERTISSEMENT Au fil de l ouvrage, les termes ou les notions importantes développés dans le livre de cours Bases cellulaires et moléculaires du développement (Ellipses, 2007), sont notés (I) ou (I, p.x).

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

UE Immunologie : Les anticorps monoclonaux et protéines de fusion thérapeutiques

UE Immunologie : Les anticorps monoclonaux et protéines de fusion thérapeutiques Jeudi 6 décembre 10h30-12h30 Pr Renato Monteiro Ronéotypeur : Aït Abdelmalek Belloumi Ronéolecteur : Bchini Nessim UE Immunologie : Les anticorps monoclonaux et protéines de fusion thérapeutiques Le prof

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Utilisation du porc comme donneur d organes et de tissus pour l homme

Utilisation du porc comme donneur d organes et de tissus pour l homme La recherche médicale à l aube du XXI e siècle : recherche médicale et modèle animal Medical research at the dawn of the 21st century: medical research and animal models 2002 Éditions scientifiques et

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00)

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00) Pour jeudi 12/02/2014 DEVOIR A LA MAISON BMGG (temps recommandé : 2H00) Calculatrice non autorisée Dictionnaire anglais/français autorisé. Clonage et PCR En 1983, Kary Mullis conçut l'idée de la réaction

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

UER Stratégies en histologie moléculaire. Démarches et intérêts de la mise en culture de cellules et de tissus

UER Stratégies en histologie moléculaire. Démarches et intérêts de la mise en culture de cellules et de tissus Démarches et intérêts de la mise en culture de cellules et de tissus Novembre 2012 CULTURE CELLULAIRE Historique Terminologie Nature des cellules pouvant être cultivées Avantage et inconvénients Bases

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule Matière : Biologie Classe : SV Traiter les exercices suivants: Exercice 1: Fonctions des cellules de Sertoli Le testicule a deux fonctions : produire de la testostérone (hormone mâle) et produire des spermatozoïdes.

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

Le premier Centre de Bioproduction au coeur du bioparc Genopole

Le premier Centre de Bioproduction au coeur du bioparc Genopole Le premier Centre de Bioproduction au coeur du bioparc Genopole Des capacités uniques en France pour la production à façon d anticorps monoclonaux et de protéines recombinantes aux normes GMP Genopole

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing

Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing Your partner for the development of biotherapeutics from early stage R&D up to cgmp manufacturing Journée du Doctorant MINATEC Laurent Saccucci, Coordinateur de projets Delphine Pau, DRH Mars 2009 Notre

Plus en détail

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Dr. Elsa Curtit CCA Oncologie Médicale, CHU Besançon Cas clinique n 1 Mme D., 69 ans, est suivie depuis 3 ans en oncologie pour

Plus en détail

LE CONTRÔLE ANTIDOPAGE ET SES LIMITES ; ENTRE DIFFICULTÉS ANALYTIQUES ET PROGRES

LE CONTRÔLE ANTIDOPAGE ET SES LIMITES ; ENTRE DIFFICULTÉS ANALYTIQUES ET PROGRES LE CONTRÔLE ANTIDOPAGE ET SES LIMITES ; ENTRE DIFFICULTÉS ANALYTIQUES ET PROGRES E. SAUSSEREAU 1, M. GUERBET 2, J.P. GOULLÉ 1,2 1-Groupe Hospitalier du Havre 2- UFR de Médecine et de Pharmacie, EA 4651,

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

Société. Domaine d excellence : Développement d Anticorps. Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche

Société. Domaine d excellence : Développement d Anticorps. Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche Société Domaine d excellence : Développement d Anticorps d à façon Création en 1980 Certifications - ISO 9001:2000 - Crédit Impôt Recherche Collaborations de long terme avec acteurs de classe mondiale

Plus en détail

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA «Anexplo» Service Transgenèse Catalogue des prestations 04/01/12 - Page 1 sur 8 Présentation du service de Transgenèse Le service de Transgenèse

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce

Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce Études cliniques sur les essais de thérapies cellulaires et géniques de phase précoce DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait aux études cliniques précoces portant sur les thérapies cellulaires et géniques.

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue HOMÉOSTASIE 1. Système nerveux et système endocrinien 589 Maintien de l homéostasie par : Système endocrinien (hormonal) : Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue Système nerveux

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL***

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL*** Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 85 Séance de travail Mercredi 7 février 2001 Nouvelles stratégies thérapeutiques expérimentales dans la régénération osseuse et cartilagineuse Jean-Michel SAUTIER*,

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire

Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire Master 2-Biotechnologies Parcours Cytologie Moléculaire Appliquée UE Immunoinformatique-Immunotechnologies Les anticorps : un outil pour la biologie moléculaire Ounissa AÏT AHMED Institut de Génétique

Plus en détail

Pour atteindre les objectifs, il est nécessaire de connaître, comprendre et maîtriser les mots clés suivants : (mots clés soulignés dans le texte)

Pour atteindre les objectifs, il est nécessaire de connaître, comprendre et maîtriser les mots clés suivants : (mots clés soulignés dans le texte) Chapitre 4 : DISTRIBUTION Objectifs - Savoir définir la distribution et expliquer les facteurs l influençant - Savoir définir et mesurer un volume de distribution - Connaître les facteurs permettant d

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité en échangeant de l'information.

Plus en détail

VI. Domaines protéiques

VI. Domaines protéiques Chapitre 1 Structure des protéines I. Rappels Définitions II. La Protein Data Bank (PDB) III. Angles dièdres et diagramme de ramachandran IV. Structures secondaires V. Structures supersecondaires VI. Domaines

Plus en détail

Master Développement et Immunologie

Master Développement et Immunologie Master Développement et Immunologie MASTER 2 PROFESSIONNALISANT EN IMMUNOLOGIE Le Master 2 Professionnalisant en Immunologie propose aux étudiants des filières scientifiques et médicales une formation

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail