Causerie pour la clientèle en droit du travail et de l emploi 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Causerie pour la clientèle en droit du travail et de l emploi 2008"

Transcription

1 Causerie pour la clientèle en droit du travail et de l emploi 2008 Région du Québec Le mercredi 12 novembre 2008 Centre Mont-Royal 2200, rue Mansfield, Montréal

2 Table des matières A B C D E F G H I J Ordre du jour Groupe du droit du travail et de l emploi Brochure du groupe du droit du travail et de l emploi Biographies des conférenciers Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail Nathalie Gagnon et Shaun Finn Santé et sécurité au travail : Une nouvelle vie pour la responsabilité pénale et criminelle des employeurs Jacques Rousse et Philippe Lacoursière Le point sur le droit relatif au respect de la vie privée : Nouvelles technologies, nouveaux problèmes Rachel Ravary et Martine Bélanger Quoi de neuf en droit du travail et de l emploi? André Baril et Simon-Pierre Hébert L article 47.2 du Code du travail : En quoi ça vous concerne Philippe Lacoursière, Pierre Jolin et André Baril Réorganisation d entreprise Gestion de fins d emploi Nathalie Gagnon et Rachel Ravary Gestion de la présence au travail : Conseils à l intention des employeurs Jacques Rousse et Simon-Pierre Hébert CoConseil McCarthy Tétrault : le trimestriel du droit du travail et de l emploi

3 Causerie pour la clientèle en droit du travail et de l emploi 2008 Ordre du jour de la causerie 8 h Petit-déjeuner continental et accueil 8 h 45 Mot de bienvenue et introduction Martine St-Louis 9 h Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail Nathalie Gagnon et Shaun Finn Nous ferons dans cette présentation un survol des règles relatives au temps supplémentaire et aux recours collectifs au Québec. 9 h 30 Santé et sécurité au travail : Une nouvelle vie pour la responsabilité pénale et criminelle des employeurs Jacques Rousse et Philippe Lacoursière Nous discuterons dans cette présentation d affaires récentes touchant la responsabilité de l employeur en matière de santé et sécurité au travail. 10 h Le point sur le droit relatif au respect de la vie privée : Nouvelles technologies, nouveaux problèmes Rachel Ravary et Martine Bélanger 10 h 30 Pause-santé Dans le cadre de cette présentation, nous traiterons de certaines questions relatives à la protection de la vie privée pouvant être soulevées dans le contexte des relations de travail dans le secteur privé, particulièrement en raison des nouvelles technologies. 10 h 45 Quoi de neuf en droit du travail et de l emploi? André Baril et Simon-Pierre Hébert Nous discuterons dans cette présentation de sujets d actualité comme l impact de la Charte sur le processus d embauche, les nouveaux enjeux se rapportant au harcèlement psychologique, les rapports d enquête et l accès à l information ainsi que la relation entre les clauses de non-concurrence et les clauses de non-sollicitation. 11 h 45 Dîner, présentation de l équipe et période de questions

4 13 h 30 Ateliers 14 h 30 Pause-santé 14 h 45 Ateliers 15 h 45 Cocktail A. L article 47.2 du Code du travail : En quoi ça vous concerne Philippe Lacoursière, Pierre Jolin et André Baril Dans cet atelier, nous vous donnerons un aperçu de l intérêt que devrait porter un employeur à une plainte alléguant une violation à l obligation d une juste et loyale représentation syndicale. B. Réorganisation d entreprise Gestion de fins d emploi (donné en anglais) Nathalie Gagnon et Rachel Ravary Dans cet atelier, nous passerons en revue les lignes directrices relatives à la gestion des emplois lors de modifications organisationnelles. C. Gestion de la présence au travail : Conseils à l intention des employeurs Jacques Rousse et Simon-Pierre Hébert Dans cet atelier, nous vous aiderons à cerner le problème de l absentéisme et son cadre juridique, proposerons une méthode afin d en arriver à une solution et nous attaquerons à certains problèmes que vous rencontrerez en cours de route. A. L article 47.2 du Code du travail : En quoi ça vous concerne Philippe Lacoursière, Pierre Jolin et André Baril Dans cet atelier, nous vous donnerons un aperçu de l intérêt que devrait porter un employeur à une plainte alléguant une violation à l obligation d une juste et loyale représentation syndicale. B. Gestion de la présence au travail : Conseils à l intention des employeurs (donné en anglais) Jacques Rousse et Simon-Pierre Hébert Dans cet atelier, nous vous aiderons à cerner le problème de l absentéisme et son cadre juridique, proposerons une méthode afin d en arriver à une solution et nous attaquerons à certains problèmes que vous rencontrerez en cours de route. C. Réorganisation d entreprise Gestion de fins d emploi Nathalie Gagnon et Rachel Ravary Dans cet atelier, nous passerons en revue les lignes directrices relatives à la gestion des emplois lors de modifications organisationnelles. Causerie pour la clientèle en droit du travail et de l emploi 2008 Page 2

5 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil ANDRÉ BARIL TITRE Associé BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université de Montréal, B.C.L., 1990 ADMISSION AU BARREAU Québec, 1991 COURRIEL Biographie André Baril est associé au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. M e Baril œuvre dans le domaine du droit administratif et du travail, négociation collective, droit constitutionnel et chartes des droits et libertés. Il possède une expertise considérable dans le domaine universitaire, en matière d arbitrage de griefs, ainsi que dans le domaine du droit du travail fédéral. Il pratique également en droit maritime. Il agit régulièrement devant les tribunaux d arbitrage, les tribunaux administratifs de même que devant les tribunaux de droit commun. M e Baril a obtenu son baccalauréat en sciences de l Université McGill en 1987 et son baccalauréat en droit en 1990 de l Université de Montréal. Il a été admis au Barreau du Québec en M e Baril est membre de l Association du Barreau canadien.

6 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil MARTINE BÉLANGER TITRE Sociétaire BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université du Québec à Montréal, LL. B., 2004 ADMISSION AU BARREAU Québec, 2006 COURRIEL Biographie Martine Bélanger est sociétaire au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. M e Bélanger est titulaire d un baccalauréat en droit (LL. B.) de l Université du Québec à Montréal. M e Bélanger a été admise au Barreau du Québec en 2006 et est membre de l Association du Barreau canadien ainsi que de l Association du Jeune Barreau de Montréal.

7 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil SHAUN FINN TITRE Sociétaire BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université McGill, B.C.L./LL. B., 2002 ADMISSION AU BARREAU Québec, 2004 COURRIEL Biographie Shaun Finn est sociétaire au sein du groupe de litige à Montréal. Il pratique le droit civil, plus particulièrement dans le cadre de recours collectifs et de litiges commerciaux. En 2003, M e Finn a travaillé chez BCE Inc. dans le cadre d une affectation d un an dans les secteurs de la gouvernance d entreprise et de la réglementation des valeurs mobilières. En 2004, il a été stagiaire en droit auprès de l honorable Louise Mailhot de la Cour d appel du Québec. M e Finn a représenté des entreprises et des institutions faisant l objet de poursuites en recours collectif aux étapes de l autorisation, du procès, de l appel et du règlement dans les domaines de la responsabilité du fait du produit, des délits civils à base collective, de la protection des consommateurs, des contrats à primes prélevées sur la valeur de rachat et des titres. M e Finn a publié des articles dans la Revue du Barreau canadien, la Revue canadienne des recours collectifs, la Revue générale de droit et la Class Action Defence Quarterly. Il a participé à la rédaction de la deuxième édition de Defending Class Actions in Canada, un ouvrage indispensable en matière de recours collectifs destiné aux parties défenderesses et aux professionnels du droit. M e Finn collabore également à la rédaction de la publication CoConseil McCarthy Tétrault : litige (région du Québec). En 2005, il a reçu le Prix de l essai Harvey T. Strosberg. M e Finn a publié de nombreux articles, notamment : «Une bouffée d air frais : Promouvoir une approche déontologique aux honoraires extrajudiciaires dans le contexte des recours collectifs», présenté aux membres de l Institut national de la magistrature dans le cadre du 5 th Annual Symposium on Class Actions, en avril 2008 (corédigé avec Gérald R. Tremblay); «Adapting to Climate Change: A Look at Three Controversial Developments that are Heating up the Canadian Class Action Debate», Revue canadienne des recours collectifs, vol. 4, n o 2, 2008, p. 258 (à paraître) (corédigé avec Jonathan Ostrega); «Summoning Leviathan: A Critical Analysis of Class Action Theory and the Ethics of Group Litigation», Revue canadienne des recours collectifs, vol. 4, n o 1, 2007, p. 119; «Une mission de paix globale Le règlement efficace et équitable d un recours collectif», Revue du Barreau canadien, vol. 85, n o 3, avril 2007, p. 495 (corédigé avec Jean Lortie);

8 Profil SHAUN FINN «In a Class All Its Own: The Advent of the Modern Class Action and Its Changing Legal and Social Mission», Revue canadienne des recours collectifs, vol. 2, n o 2, 2005, p. 29; «A Disputed Alternative to Alternative Dispute Resolution: Class-Wide Arbitration and its Relevance for Quebec Class Action Litigants and Practitioners», Revue du Barreau canadien, vol. 83, n o 2, septembre 2004, p. 309 (corédigé avec Donald Bisson). M e Finn participe régulièrement à des conférences et des symposiums sur les recours collectifs. M e Finn a obtenu un B.C.L. et un LL. B. de l Université McGill en Avant ses études de droit, il a obtenu un baccalauréat en sciences humaines et a fait des études supérieures en journalisme et en littérature anglaise. M e Finn a été admis au Barreau du Québec en Il rédige actuellement un mémoire de maîtrise en droit sur les régimes de recours collectifs au Canada. Il est président du conseil d administration de Playwrights Workshop Montréal, un centre de développement théâtral sans but lucratif. Il est également membre de l Association du Barreau canadien, de la Osgoode Society et de la St. Patrick s Society of Montreal. En outre, il agit comme président dans les tribunaux étudiants de l Université Concordia. Page 2 Profil

9 McCarthy Tétrault LLP Lawyer Profile MICHAEL D. A. FORD, CHRP TITLE Partner OFFICE Calgary LAW SCHOOL University of Alberta, LLB, 1984 DIRECT LINE BAR ADMISSIONS Alberta, Biography Michael Ford is a Partner in our Labour and Employment Group in Calgary. Mr. Ford combines a labour law background with an extensive knowledge of human resources. Mr. Ford represents unionized employers in collective bargaining, arbitrations, strikes and contract administration, advising non-union employers on dealing with union organizational activity, counselling employers regarding employee discipline and termination, privacy issues, employment agreements, harassment/discrimination, drug testing policies, ill employees, and occupational and health matters. Mr. Ford counsels clients in the energy, manufacturing, warehousing, communications, retail, financial, transportation and high-tech industries, as well as major public sector institutions in the health and education fields. Mr. Ford has defended many employers in significant labour and employment cases involving provincially and federally regulated workplaces. Mr. Ford has been recognized by the 2007 Canadian Legal Lexpert Directory, a guide to the leading law firms and practitioners in Canada, in the area of employment law and labour law. He is also listed in the 2008 edition of Chamber s Global: The World s Leading Lawyers for Business, as a leading lawyer in the area of Employment Law. The Canadian HR Reporter has also acknowledged him as one of Canada s top employment lawyers. Mr. Ford is a past President of the Human Resources Institute of Alberta and has been a sessional Instructor of the University of Lethbridge, Faculty of Management (Labour Relations). He is a member of the Canadian Industrial Relations Association, the Canadian Pensions and Benefits Institute, the Human Resources Committee of the Calgary Chamber of Commerce. Mr. Ford is a frequent speaker on topics including privacy, accommodation, grievances, wrongful dismissal, mergers and acquisitions and harassment at: The Canadian Institute, The Canadian Pensions & Benefits Institute, Infonex, Petroleum Services Association of Canada, Labour Arbitration Conference, Legal Education Society of Alberta, Insight Educational Services, Human Resources Association of Calgary and CBA Labour Law subsection.

10 Lawyer Profile MICHAEL D. A. FORD, CHRP Mr. Ford is a member of the Law Society of Alberta and the Canadian and Calgary Bar Associations. He is a member and former Chair of the Labour Law Subsection of the Calgary Bar Association (Southern Alberta) as well as the former Chairman of the Hospital Privileges Appeal Board of Alberta. Mr. Ford received his B.Comm. (Labour Relations) and LLB from the University of Alberta in 1984, and has been a Certified Human Resources Professional since He was called to the Alberta bar in Page 2 Lawyer Profile

11 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil NATHALIE GAGNON TITRE Associée BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université de Montréal, LL. B., 1993 ADMISSION AU BARREAU Québec, 1994 COURRIEL Biographie Nathalie Gagnon est associée au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. La pratique de M e Gagnon porte principalement sur les questions relatives aux droits individuels (contrats de travail, normes du travail, sanctions disciplinaires et cessations d emploi). Elle plaide devant les tribunaux administratifs et civils pour le compte d employeurs des secteurs privé et public. M e Gagnon a souvent donné des conférences à des colloques et des séminaires traitant de sujets relatifs au travail et à l emploi, notamment les enjeux propres au milieu de travail québécois, tels que les règles régissant la cessation d emploi, les obligations de l employeur et du salarié en vertu du Code civil du Québec et le harcèlement en milieu de travail. M e Gagnon a obtenu un baccalauréat en droit de l Université de Montréal en Elle a été admise au Barreau du Québec en 1994.

12 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil SIMON-PIERRE HÉBERT TITRE Sociétaire BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université Laval, LL. B., 2000 ADMISSION AU BARREAU Québec, 2002 COURRIEL Biographie Simon-Pierre Hébert est sociétaire au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. La pratique de M e Hébert couvre différentes facettes du droit du travail et de l emploi, notamment l embauche, les cessations d emploi, les normes du travail, les congédiements injustifiés, la sécurité et santé au travail ainsi que l interprétation et la négociation de conventions collectives. Il pratique également le litige commercial. M e Hébert a étudié à l Université Laval où il a obtenu son baccalauréat en droit civil (LL. B.) en Il a été admis au Barreau du Québec en mai 2002.

13 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil PIERRE JOLIN TITRE Associé BUREAU Québec LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université Laval, LL. B., 1968 ADMISSION AU BARREAU Québec, 1969 COURRIEL Biographie Pierre Jolin est associé au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Québec. M e Jolin exerce principalement en droit des ressources humaines et en litige civil, notamment dans le secteur de la construction. Il plaide fréquemment devant les tribunaux des plus hautes instances dans divers domaines du droit. Pendant plusieurs années, M e Jolin a été associé dans un important cabinet d avocats à Québec avant de se joindre à McCarthy Tétrault. M e Jolin siège aux conseils d administration et aux conseils consultatifs de plusieurs sociétés. Il a également enseigné le droit civil à l Université Laval. Il est inscrit dans plusieurs éditions du répertoire Canadian Legal Lexpert Directory, un guide complet des principaux cabinets d avocats et avocats au Canada. Dans les éditions de 2004 et de 2005, il est recommandé comme étant un chef de file dans le domaine du droit du travail. En décembre 2006, il figure dans The Best Lawyers in Canada du National Post. M e Jolin a été admis au Barreau du Québec en 1969 après avoir terminé ses études en droit à l Université Laval.

14 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil PHILIPPE LACOURSIÈRE TITRE Sociétaire BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université de Montréal, LL. B., 2006 ADMISSION AU BARREAU Québec, 2007 COURRIEL Biographie Philippe Lacoursière est sociétaire au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. M e Lacoursière est titulaire d un baccalauréat en histoire et en sciences politiques de l Université McGill. Il a obtenu un LL. B. de la faculté de droit de l Université de Montréal en M e Lacoursière a été admis au Barreau du Québec en 2007 et il est membre de l Association du Barreau canadien ainsi que de l Association du Jeune Barreau de Montréal.

15 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil RACHEL RAVARY TITRE Sociétaire BUREAU Montréal FACULTÉ DE DROIT Université McGill LIGNE DIRECTE ADMISSION AU BARREAU Québec, 2003 COURRIEL Biographie Rachel Ravary est sociétaire au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. M e Ravary est à l emploi du cabinet depuis Elle a débuté sa pratique professionnelle dans notre groupe du litige où elle a travaillé sur des causes en litige commercial et civil ainsi qu en responsabilité médicale. M e Ravary s est jointe au groupe du droit du travail en juillet M e Ravary a obtenu son baccalauréat en science politique de l Université d Ottawa en Par la suite, elle a complété le programme intégré de l Université McGill pour obtenir son baccalauréat en droit civil et en common law en M e Ravary est membre de l Association du Barreau canadien et de l Association du Jeune Barreau de Montréal. Elle a été admise au Barreau du Québec en 2003.

16 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil JACQUES ROUSSE TITRE Associé BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université de Montréal, LL. L., 1981 ADMISSION AU BARREAU Québec, 1982 COURRIEL Biographie Jacques Rousse est associé au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. M e Rousse offre ses conseils en toute matière relative aux ressources humaines et en cas de contestations, il agit devant les tribunaux d arbitrage, les tribunaux administratifs et les tribunaux civils dans des causes liées aux relations de travail et aux contrats individuels de travail. M e Rousse plaide également devant les instances décisionnelles dans des causes portant sur des accidents du travail et la santé et la sécurité au travail. De plus, il a acquis une solide expérience en matière de négociation de conventions collectives et une expertise dans les questions d emploi liées aux fusions et aux acquisitions d entreprises. M e Rousse est membre de l Ordre des CRHA et CRIA du Québec. Il a participé, à titre de conférencier, à plusieurs conférences et séminaires relatifs aux relations de travail, aux droits et libertés de la personne et à la santé et à la sécurité au travail. M e Rousse a reçu une licence en droit de l Université de Montréal en Il a été admis au Barreau du Québec en 1982.

17 McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l. Profil MARTINE ST-LOUIS TITRE Avocate-conseil BUREAU Montréal LIGNE DIRECTE FACULTÉ DE DROIT Université de Montréal, LL. B., 1987 ADMISSION AU BARREAU Québec, 1988 COURRIEL Biographie Martine St-Louis est avocate-conseil au sein du groupe du droit du travail et de l emploi à Montréal. Depuis plus de 10 ans, M e St-Louis assiste les entreprises afin d assurer l admission au Canada de travailleurs étrangers. De plus, elle conseille tant les entreprises que les individus et leur famille dans la poursuite des différentes étapes de leur établissement au Canada, que ce soit de façon temporaire ou permanente. Elle peut compter sur l appui d une équipe multidisciplinaire afin de résoudre les questions connexes reliées notamment à la fiscalité internationale, aux couvertures sociales et aux régimes de retraite. M e St-Louis est diplômée de la faculté de droit de l Université de Montréal (1987) et a été admise au Barreau du Québec en 1988.

18 Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail Nathalie Gagnon et Shaun Finn Le 12 novembre 2008

19 Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail Introduction Bien que d importants recours collectifs en matière d emploi, particulièrement en ce qui a trait aux heures supplémentaires impayées, soient devenus chose courante aux États-Unis, de telles poursuites étaient pratiquement inconnues au Canada avant Toutefois, la paix relative dont jouissaient les employeurs canadiens à cet égard a connu tout un bouleversement lorsqu un recours collectif de 601 millions de dollars a été déposé en juin 2007 contre La Banque Canadienne Impériale de Commerce (CIBC), suivi peu de temps après par un recours collectif de 20 millions de dollars contre KPMG s.r.l. En décembre 2007, un recours collectif de 351 millions de dollars a été déposé contre La Banque de Nouvelle-Écosse (Banque Scotia) et plus récemment, un recours collectif a été déposé contre la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN). Des dommages-intérêts et d autres mesures de redressement sont réclamés dans ces recours en raison du non-paiement d heures supplémentaires visant des milliers de salariés actuels et anciens. Ces poursuites pourraient servir de tremplin pour des recours collectifs semblables visant de grands employeurs au Canada, et cette perspective pourrait inciter les employeurs à prendre des mesures immédiates afin d éviter de tels litiges et de réduire leur responsabilité potentielle. Le texte qui suit présente un aperçu des règles relatives aux heures supplémentaires et aux recours collectifs au Québec, de la façon dont ces recours peuvent être institués, des risques qu ils représentent pour les employeurs au Québec, ainsi que des mesures nécessaires que les employeurs peuvent prendre afin d éviter d avoir à faire l objet du prochain recours collectif d envergure concernant les heures supplémentaires impayées. Les poursuites récentes visant CIBC, KPMG s.r.l., Banque Scotia et CN sont des exemples de la montée en puissance des recours collectifs ciblant les grands employeurs, obligeant ceux-ci à modifier leurs pratiques et, dans certains cas, à réviser leurs politiques relatives aux heures supplémentaires. Pourquoi les recours collectifs sont-ils si populaires? Les recours collectifs offrent trois avantages importants par rapport à une multitude de poursuites individuelles. Premièrement, en regroupant des demandes individuelles semblables, les recours collectifs permettent d éviter un dédoublement inutile de l appréciation des faits et de l analyse juridique. Deuxièmement, les recours collectifs améliorent l accès à la justice en rendant plus abordable la présentation de demandes qu un seul membre d un groupe pourrait juger trop coûteuse à entreprendre seul. Troisièmement, les recours collectifs peuvent servir d outil permettant de modifier le comportement en veillant à ce que les auteurs d une faute assument la pleine responsabilité du préjudice qu ils causent ou pourraient causer au public. Page 1 Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail

20 L évolution des recours collectifs semble essentiellement marquée par le fait qu ils deviennent de plus en plus populaires et sont exercés dans un nombre croissant de domaines. Après l amiante, les implants mammaires, les questions environnementales, la responsabilité du fait des produits, les valeurs mobilières et les services financiers, le domaine de l emploi est devenu le nouveau pôle d intérêt en matière de recours collectif. Étant donné l affaiblissement des liens de loyauté envers les employeurs, les recours collectifs contre les employeurs sont devenus plus acceptables socialement, et ces recours sont devenus la nouvelle tendance en matière de recours collectif partout au Canada. Plusieurs éléments déclencheurs ont mené à l émergence des recours collectifs dans le secteur de l emploi au Canada. Tout d abord, les demandeurs canadiens ont été en grande partie influencés par les poursuites chez nos voisins du sud. Les modifications aux lois fédérales américaines relatives aux heures supplémentaires en 2004 ont déclenché une vague de recours collectifs, laquelle touche de plus en plus les demandeurs canadiens. Peu importe le mérite de la cause du demandeur, l attrait que représente le dépôt d un recours collectif comme moyen d entacher la réputation d une société et d influer sur le cours des actions ne doit pas être sous-estimé. 1 De plus, les tribunaux canadiens adoptent une approche de plus en plus libérale relativement à l autorisation des recours collectifs. S éloignant d une approche restrictive, les tribunaux ont abaissé la barre requise pour les demandeurs, autorisant leurs recours collectifs en vue d atteindre des objectifs d ordre politique : l accès à la justice, la modification du comportement et l économie judiciaire. 2 Comment les recours collectifs sont intentés Un recours collectif est intenté comme une poursuite ordinaire, et doit être autorisé par un tribunal afin de devenir un recours collectif. Au Québec, les exigences qui doivent être respectées sont énoncées dans le Code de procédure civile (C.P.C.). 3 Un tribunal autorisera un recours collectif et attribuera le statut de représentant au membre qu il désigne si les conditions suivantes sont remplies : 1. les recours des membres soulèvent des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes; 2. les faits allégués justifient les conclusions recherchées; 3. la composition du groupe rend la jonction d actions ou les actions conjointes prises par mandat difficiles ou peu pratiques; 4. le demandeur représentant est en mesure de représenter de façon juste et adéquate les intérêts des membres. 1 Par exemple, la Cour suprême dans l affaire Kerr c. Danier Leather Inc. était d avis que «transformer un litige commercial ordinaire en un recours collectif peut être perçu par certains observateurs comme une stratégie in terrorem destinée à forcer un règlement», [2007] CSC 44, paragraphe Hollick c. Toronto (Ville) [2001] 205 D.L.R. (4 e ) 19 (C.S.C.), paragraphe Articles 1002 et 1003 du C.P.C. Page 2 Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail

21 Une fois que le recours est autorisé, toutes les personnes visées par la description du groupe sont des membres du recours collectif et sont liées par le résultat de la poursuite, à moins qu elles ne prennent des mesures pour s exclure. 4 Examen des récents recours collectifs relatifs aux heures supplémentaires impayées au Canada Bien que les recours collectifs concernant les heures supplémentaires soient presque devenus monnaie courante aux États-Unis au cours des dernières années avec, comme exemple particulier, les recours intentés contre Wal-Mart qui ont obligé celle-ci à verser des dizaines de millions de dollars la tension commence à monter à cet égard dans le secteur de l emploi au Canada. Les employeurs canadiens peuvent de plus en plus s attendre à faire face à des recours collectifs fondés sur les lois relatives à l emploi. Toutefois, étant donné la nouveauté de ces affaires, il est impossible de prévoir de façon exacte comment les tribunaux vont réagir. Par exemple, en Colombie-Britannique, la Cour d appel a récemment renversé la décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique dans l affaire Macaraeg c. E. Care Contact Centers Ltd. 5, dans le cadre de laquelle une salariée congédiée poursuivait son employeur en raison des heures supplémentaires impayées pour elle-même ainsi que pour d autres salariés. La bonne nouvelle pour les employeurs de cette juridiction est que la Cour d appel a conclu que les exigences minimales relatives au paiement des heures supplémentaires aux termes de la loi de la Colombie-Britannique intitulée Employment Standards Act 6 ne constituaient pas des modalités implicites du contrat de travail de la salariée et que celle-ci n avait pas le droit de demander aux tribunaux de faire respecter ces dispositions. Quatre recours collectifs distincts relatifs aux heures supplémentaires impayées ont été déposés contre des employeurs au cours de la dernière année. La principale allégation est que les salariés ont travaillé plus de huit (8) heures au cours d une journée ou ont travaillé pendant un nombre d heures par semaine qui est supérieur à la norme maximale prévue par la Loi sur les normes d emploi de l Ontario (LNE) 7 et le Code canadien du travail (CCT) 8. Ces recours collectifs, dans l attente d une autorisation, façonneront la dernière tendance dans le domaine des recours collectifs en matière d emploi. Dossier de la Banque Canadienne Impériale de Commerce La poursuite contre la CIBC, instituée par des salariés non cadres et non syndiqués actuels et anciens de la CIBC au Canada qui sont ou étaient caissières ou caissiers ou d autres salariés des points de service à la clientèle, est le plus important recours collectif relatif aux heures supplémentaires 4 Articles 1007 et 1008, C.P.C. 5 Macaraeg c. E. Care Contact Centers Ltd [2008] BCCA 182 (B.C. C.A). 6 Employment Standards Act, R.S.B.C. 1996, ch Loi de 2000 sur les normes d emploi, L.O. 2000, ch. 41. Selon l article 22(1) de la LNE de l Ontario, les heures supplémentaires sont payées lorsque le salarié a travaillé plus de 44 heures au cours d une semaine. 8 Code canadien du travail, L.R.C ch. L-2, a.171 (ci-après, le «CCT»). Page 3 Recours collectifs, temps supplémentaire et normes du travail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Protéger les investisseurs et favoriser des marchés financiers justes et efficaces partout au Canada. L Organisme canadien de réglementation du commerce

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

Tests psychométriques, discrimination et médias sociaux : connaissez vous vos droits et obligations lors de l embauche?

Tests psychométriques, discrimination et médias sociaux : connaissez vous vos droits et obligations lors de l embauche? Tests psychométriques, discrimination et médias sociaux : connaissez vous vos droits et obligations lors de l embauche? 29 NOVEMBRE 2012 STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l. Tests psychométriques, discrimination

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi :

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi : Emploi 117 EMPLOI L emploi est un secteur très réglementé au Canada, soumis à la fois à des lois fédérales et provinciales. La majorité des employeurs sont assujettis aux lois provinciales, à l exception

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Le syndicat professionnel qu il vous faut 1 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO. Le syndicat professionnel qu il vous faut

Le syndicat professionnel qu il vous faut 1 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO. Le syndicat professionnel qu il vous faut Le syndicat professionnel qu il vous faut 1 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO Le syndicat professionnel qu il vous faut 2 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO Pour

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Entente de reconnaissance mutuelle. entre. l Institute of Actuaries of Australia. l Institut canadien des actuaires

Entente de reconnaissance mutuelle. entre. l Institute of Actuaries of Australia. l Institut canadien des actuaires Entente de reconnaissance mutuelle entre l Institute of Actuaries of Australia et l Institut canadien des actuaires Entente de reconnaissance mutuelle TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE 1 2. CONDITIONS CONVENUES

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Nous vous tiendrons au courant des développements à l aide de ce bulletin électronique et de notre site Web.

Nous vous tiendrons au courant des développements à l aide de ce bulletin électronique et de notre site Web. Nouvelles et information de l OSBI, le service indépendant de résolution de différends Numéro 3, Mars 2008 Tous ceux qui œuvrent au sein des services financiers savent que non seulement les changements

Plus en détail

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Syndicat de l enseignement de la région du Fer - CSQ RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Révisé, novembre 2007 Syndicat de l'enseignement de la région du Fer - CSQ 9 rue Napoléon Sept-Îles (Qc.) G4R

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

APERÇU DES MODIFICATIONS APPORTÉES AUX PROTOCOLES D ENTENTE, AUX FINS D ÉCLAIRCISSEMENT

APERÇU DES MODIFICATIONS APPORTÉES AUX PROTOCOLES D ENTENTE, AUX FINS D ÉCLAIRCISSEMENT Ministry of Education Office of the ADM Business & Finance Division 20 th Floor, Mowat Block Queen s Park Toronto, ON M7A 1L2 Ministère de l'éducation Bureau du sous-ministre adjoint Division des opérations

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Pratiquer avec prudence : Comment éviter une réclamation, un désastre ou la fraude

Pratiquer avec prudence : Comment éviter une réclamation, un désastre ou la fraude Pratiquer avec prudence : Comment éviter une réclamation, un désastre ou la fraude Raymond G. Leclair Vice président, Affaires publiques Assurance LAWPRO Lawyers Professional Indemnity Company AJEFO Congrès

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Le 2 mars 2015. «Paul Duffy» Paul Duffy Président du comité d examen indépendant

Le 2 mars 2015. «Paul Duffy» Paul Duffy Président du comité d examen indépendant Le 2 mars 2015 Madame, Monsieur, Au nom des membres du comité d examen indépendant (le «CEI») du Groupe de Fonds Barometer (les «Fonds»), j ai le plaisir de vous présenter le rapport annuel du CEI à l

Plus en détail

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE)

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE) Date d entrée en vigueur : 7 juin 2013 Remplace/amende : s. o. Origine : Ressources humaines et vice-rectorat exécutif aux affaires académiques Numéro de référence : HR-40 Remarque : Le masculin est utilisé

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Les normes du travail, mieux les comprendre pour mieux s entendre!

Les normes du travail, mieux les comprendre pour mieux s entendre! Les normes du travail, mieux les comprendre pour mieux s entendre! M e Robert L. Rivest, avocat et directeur par intérim Direction des affaires juridiques Commission des normes du travail Associé de l'étude

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

PROCESSUS DÉTAILLÉ DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ Source: Financière Sun Life PDF5670-F 03-12 nj-mp-an

PROCESSUS DÉTAILLÉ DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ Source: Financière Sun Life PDF5670-F 03-12 nj-mp-an PROCESSUS DÉTAILLÉ DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ Source: Financière Sun Life PDF5670-F 03-12 nj-mp-an Il arrive couramment que des employés ne puissent plus travailler en raison

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Les accords de libre-échange auxquels participe le Canada et la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (Canada)

Plus en détail

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille FR001 1 Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES Présentée au conseil d administration le 29 novembre 2007 PRODUCTION Monsieur Stanley Smith Service des ressources humaines AUTRES COLLABORATEURS Comité de

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE entre L INSTITUTE AND FACULTY OF ACTUARIES et L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DOCUMENT 213103 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE 3 2. CONDITIONS CONVENUES 4 3. FONDEMENTS

Plus en détail

Exigences de formation continue en médecine vétérinaire. Service du développement professionnel

Exigences de formation continue en médecine vétérinaire. Service du développement professionnel Exigences de formation continue en médecine vétérinaire Service du développement professionnel Mise à jour Mars 2008 Préambule Ce guide décrit la politique de formation continue obligatoire de l Ordre

Plus en détail

Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières

Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières L'Autorité des marchés financiers publie le projet, déposé par la CDS, de

Plus en détail

Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes

Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes Le cadre juridique du lobbyisme au Québec et l inscription des lobbyistes Développements récents, enjeux juridiques et difficultés pratiques d inscription Pierre-Hugues Vallée Février 2011 2 Sommaire de

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Accord de libre circulation au Québec

Accord de libre circulation au Québec Accord de libre circulation au Québec Le 15 octobre 2009 Winnipeg (Manitoba) Introduction FÉDÉRATION DES ORDRES PROFESSIONNELS DE JURISTES DU CANADA Le présent accord a pour objectif d étendre la portée

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

L expérience à votre service. Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants. Assurance de la responsabilité des membres de la direction

L expérience à votre service. Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants. Assurance de la responsabilité des membres de la direction L expérience à votre service Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants Assurance de la responsabilité des membres de la direction Sociétés ouvertes Administrateurs et dirigeants L importance de l

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Ordonnance de dispense. Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas)

Ordonnance de dispense. Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas) 2014 BCSECCOM 499 Ordonnance de dispense Aequitas Innovations Inc. (Aequitas) et La Neo Bourse Aequitas Inc. (Neo Bourse Aequitas) Paragraphe 33(1) de la Securities Act, RSBC 1996, ch.418 1 Historique

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

Comment faire face à une plainte d un travailleur à la Commission des normes du travail?

Comment faire face à une plainte d un travailleur à la Commission des normes du travail? Comment faire face à une plainte d un travailleur à la Commission des normes du travail? Me Éric Latulippe et Me François Bouchard, avocats Firme Langlois, Kronström, Desjardins www.langloiskronstromdesjardins.com/latulippe-eric/voir-details.html

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Droit du travail et de l emploi 2010

Droit du travail et de l emploi 2010 Droit du travail et de l emploi 2010 Causerie pour la clientèle Région du Québec Table des matières A B C D E Ordre du jour Groupe du droit du travail et de l emploi Biographies des conférenciers Top 5

Plus en détail

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca

[TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Le 25 novembre 2011 [TRADUCTION] Par courriel : paul.collins@bc-cb.gc.ca Monsieur Paul Collins Sous-commissaire principal de la concurrence Bureau de la concurrence Direction des fusions Industrie Canada

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

[TRADUCTION] CONSEIL CANADIEN DE LA MAGISTRATURE

[TRADUCTION] CONSEIL CANADIEN DE LA MAGISTRATURE [TRADUCTION] CONSEIL CANADIEN DE LA MAGISTRATURE AFFAIRE INTÉRESSANT UNE ENQUÊTE FONDÉE SUR LE PARAGRAPHE 63(2) DE LA LOI SUR LES JUGES AU SUJET DE L HONORABLE LORI DOUGLAS, JUGE EN CHEF ADJOINTE (DIVISION

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail