Voitures : un marché déprimé mais pas découragé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Voitures : un marché déprimé mais pas découragé"

Transcription

1 Voitures : un marché déprimé mais pas découragé Bachir el-khoury Victime d une atmosphère politique et économique délétère, l engouement pour les voitures neuves est au plus bas Mais les concessionnaires ne cèdent pas à la déprime et cherchent à conjurer le cycle baissier en attendant un redémarrage accéléré. B aromètre du moral des Libanais, le secteur de l automobile est déprimé. En 2006, véhicules neufs ont été vendus sur le marché local, alors qu en 2004 les ventes étaient supérieures à La tendance s est poursuivie au premier semestre de 2007 avec nouvelles ventes, soit 20 % de moins qu au premier semestre de l an dernier. Fin juillet, la baisse est un peu moins forte : -15 % en rythme annuel, mais douloureuse quand même. Guerre, marasme politique, émigration, panne de croissance et hausse de l euro face au billet vert : tous les ingrédients d une crise étaient au rendez-vous des deux dernières années. «Mais c est aujourd hui que l impact véritable se fait sentir», note Samir Homsi, président de l Association des importateurs d automobiles (AIA). Les assassinats politiques ainsi que la guerre de l été 2006 ont certes eu des répercussions sur le marché, mais de manière ponctuelle, explique-t-il. «En 2005 comme en 2006, les concessionnaires ont déployé des efforts considérables pour écouler les marchandises stockées, même quand cela impliquait des concessions», souligne Homsi. Ils ont aussi réorienté une partie des voitures commandées vers d autres pays arabes ou via Chypre vers l Europe pour éviter l empilement de véhicules neufs dans les salles d exposition et les dépôts. «Durant la 66 - Le Commerce du Levant - Septembre 2007

2 guerre de juillet, 150 de nos véhicules étaient en voie d acheminement vers le Liban ; 90 d entre eux ont été progressivement vendus sur le marché local et 60 autres, soit 40 %, réorientés vers d autres marchés», se souvient par exemple Joseph Zoghbi, directeur général de T. Gargour & Fils, agent exclusif de Mercedes, Chrysler, Jeep et Dodge. Ces chocs ont été suivis d une reprise à chaque fois qu un brin de stabilité se profilait à l horizon. Aujourd hui, la crise s est bel et bien installée. Le consommateur libanais, qui baigne dans l aléatoire, est de moins en moins enclin à investir dans une nouvelle voiture. Mais la chute des ventes n est pas uniquement le résultat d un changement du comportement des particuliers. Elle est parfois due tout simplement à leur absence : «Lors du lancement de la nouvelle Fiat Grande Punto, fin 2006, nous avons décidé de présenter le nouveau modèle à nos anciens clients Fiat ; près de 50 % des personnes contactées avaient définitivement quitté le pays!» raconte Wissam Trad, directeur associé de la société Saad & Trad. La baisse de la demande émanant des sociétés de location de voitures est également importante. Le volume d achat de ces compagnies, qui représentent entre 15 et 20 % des ventes globales du marché, a nettement reculé depuis que le nombre de touristes a chuté. La crise qui frappe de manière générale le marché de l automobile se fait davantage sentir au niveau des voitures moyen de gamme dont le prix varie entre et dollars ; par exemple, les ventes des Renault, Fiat et Citroën ont respectivement reculé en nombre de 62 %, 52 % et 28 % au premier semestre de La chute est en revanche moins aiguë pour les voitures de luxe ; certaines d entre elles ont même affiché de meilleurs scores de ventes par rapport au premier semestre Par exemple, Porsche et Lexus ont vu leurs ventes grimper de 3,6 % et 13,5 % fin juin, en dépit de la conjoncture actuelle. Les acquéreurs de véhicules haut de gamme sont pratiquement les seuls à pouvoir créer des brèches dans le cercle vicieux dont souffre le marché de l automobile. Nabil Kettaneh, PDG du groupe éponyme, le confirme : «Nous avons vendu 18 Polo 1,6 au cours des sept premiers mois de 2006, tandis que sur la même période de 2007, deux véhicules seulement ont trouvé preneur! Mais on ressent beaucoup moins la crise quand il s agit de la Audi A8 ou de la Touareg. Dernièrement, nous Baisse des achats des sociétes de location de voitures qui représentent 15 à 20 % du marché avons vendu deux Audi R8, dont le prix unitaire avoisine les dollars.» À l autre extrémité de la gamme, les voitures à très bas prix, consommant peu, attirent de plus en plus les salariés fortement affectés par la chute du pouvoir d achat et obligés de se doter d un moyen de transport. Les ventes de Dacia et Skoda, par exemple, ont connu des taux de croissance soutenus, de l ordre de 26 et 93 % respectivement au cours des six premiers mois de l année. Pour Pierre Heneiné, directeur associé de la société Bassoul-Heneiné, «le consommateur au revenu limité est très sensible aux petites variations de prix, même quand elles sont minimes. Une voiture neuve qui coûte dollars est aujourd hui beaucoup plus convoitée que celles dont le prix est de ou dollars». «Les petits moteurs Tiida et Sunny ont représenté à eux seuls 62 % de nos ventes Nabil Kettaneh, PDG du groupe Kettaneh : Malgré toutes les difficultés auxquelles nous faisons face, l heure n est pas au découragement. Dimitri Eid, PDG de Mitsubishi (Dimitri Michel Eid) : Avec la chute de l euro, les prix des voitures japonaises sont devenus plus compétitifs. Assaad Dagher Hayeck, PDG du groupe Dagher : L incidence de la hausse de l euro est estimée à 25 % de la baisse des voitures européennes Le Commerce du Levant - Septembre 2007

3 totales cette année», souligne Fayez Rasamny, directeur général de la société RYMCO, agent de Nissan, Infiniti et GMC. Les voitures mini étant de plus en plus en vogue, les concessionnaires se livrent à une course acharnée pour s approprier la plus grande part de ce segment du marché. Impex vient de lancer la Chevrolet Spark, un véhicule au moteur d une capacité de cm 3 dont la consommation est de 5,6 litres au 100 km. Le prix de la Spark est de dollars (TVA exclue). «Nous prévoyons 20 à 25 ventes par mois», souligne Farid Homsi, PDG de Impex. En plus de ces voitures (qui appartiennent à la catégorie mini ), certains véhicules commerciaux ont également échappé à la tendance baissière. Par exemple, «la demande de camions lourds Mercedes a augmenté en dépit de la situation générale et de la hausse de l euro. Ce résultat est en grande partie dû aux besoins d aprèsguerre en matière de reconstruction», explique Joseph Zoghbi. DES FACTEURS EXCLUSIVEMENT ÉCONOMIQUES Fred Boustany, PDG de BUMC : Un de nos plus grands atouts, c est le fait que Toyota soit le premier constructeur automobile au monde. Joseph Zoghbi, directeur général de T. Gargour & Fils : Si la précarité de la situation politique dicte en grande partie l orientation du marché de l automobile, certains paramètres purement économiques influent aussi sur l évolution des ventes : la flambée du prix du baril de pétrole et l appréciation de l euro poussent une partie des consommateurs à délaisser les gros moteurs et les modèles européens. Un concessionnaire comme Sigma (Seat, Saab) est d autant plus affecté par l euro fort qu il se situe sur une niche : les ventes ont chuté de 60 % à fin juillet. «Les marques que je représente sont absentes de certains segments comme le commercial ou les 4x4», explique le PDG Georges Tabet. Les voitures japonaises, coréennes et même américaines profitent quant à elles des variations du taux de change. «Nos prix sont devenus plus compétitifs», souligne par exemple Dimitri Eid, PDG de la société éponyme, agent exclusif de Mitsubishi au Liban. Pour Kia, les ventes ont été dopées en 2006 : nouveaux véhicules vendus contre 941 en 2004 (+67 %) Quant à Nissan, ses ventes ont augmenté de 20 % l an dernier et de 28 % au premier semestre de 2007, malgré la baisse générale observée sur le marché. D autres facteurs interviennent aussi, comme la fin du cycle de vie de certains modèles. Dans le cas de Sidia, agent exclusif de Peugeot, «la Notre défi est de générer des profits en 2007 nous le relèverons Le Commerce du Levant - Septembre 2007

4 Farid Homsi, directeur général de Impex : Nous avons dû réorienter vers d autres marchés une commande de 2 millions de dollars durant la guerre de juillet baisse des ventes en 2006 (-32 %) et au cours des six premiers mois de 2007 (-21 %) correspond à la chute cyclique du chiffre d affaires. Depuis 2001, nous ne vendons que des Peugeot 206 et 307. La durée de vie d une voiture européenne étant de cinq ans, le cycle touche aujourd hui à sa fin», explique Assaad Dagher-Hayeck, PDG du groupe Dagher, qui détient les sociétés Sidia (Peugeot), Centradis (Citroën) et Natco (Kia). Pour Pierre Heneiné et Dimitri Eid aussi, la morosité observée au cours des six premiers mois de l année est en partie due au manque de renouvellement. Mais le lancement de nouveaux modèles sur le marché par ces trois concessionnaires a d ores et déjà démarré : «D ici à 2008, nous aurons introduit huit nouveaux modèles dont les Peugeot 207, 308, 608, 4007 (4x4) et trois autres véhicules utilitaires», souligne M. Dagher-Hayeck. Côté Bassoul-Heneiné, la Renault Clio 3, la nouvelle BMW X5 et une gamme toute neuve d Alfa Roméo (Brera, Spider, 159) sont déjà lancées. «Début 2008, 26 nouveaux modèles Renault seront sur le marché», affirme Heneiné. Mitsubishi lance quatre nouveaux modèles : Lancer EX, Outlander, Galant et L200. Etc. LES CONCESSIONNAIRES À L OFFENSIVE C est en effet à travers une stratégie agressive que quasiment tous les concessionnaires envisagent l avenir : expansion, introduction de nouveaux modèles, réduction des coûts opérationnels, etc., tous les moyens sont bons pour gérer la crise en attendant des jours plus prometteurs. «Le but est de continuer à vendre. Nous avons adopté une politique de stabilisation des prix, quitte à rogner nos marges de profit», assure Fred Boustany, PDG de BUMC. Certains concessionnaires, comme Kettaneh, se restructurent. «Sur le plan interne, nous procédons à un assainissement financier ; nos frais généraux ont été réduits de 50 %, ce qui nous a permis de dégager des profits en hausse de 5 % fin juillet 2007, malgré la crise. Nous avons aussi misé sur la hausse du nombre des services après-vente et leur optimisation qualitative afin de fidéliser les clients et de générer davantage de revenus. L effet se fait déjà sentir : +2 % de chiffre d affaires de ce segment fin juillet. Sur le plan externe, nous avons récemment commandé 50 Volkswagen bas de gamme (Gol...) construites au Brésil. Elles sont en moyenne 10 à 15 % moins chères que celles importées directement d Allemagne», explique Nabil Kettaneh. Certains concessionnaires ont revu à la baisse leur budget publicitaire, en l ajustant proportionnellement aux prévisions des ventes ; d autres, comme RYMCO, l ont maintenu au même niveau, tout en opérant une réallocation des dépenses. «Nous préférons l affichage au parrainage, notre politique étant de cibler directement le consommateur», explique son directeur général, Fayez Rasamny. Les campagnes proposent dans leur quasi-totalité un cocktail de facilités de paiement : 0 % TVA, 0 % enregistrement, pas de premier versement ou encore partage des charges d intérêt entre le client et le concessionnaire. Les plus audacieux maintiennent leurs Wissam Trad, directeur et associé de Saad & Trad : L euro a un effet qu on ne peut nier. Mais la situation politique est le facteur majeur de la chute des ventes. plans d expansion. Bassoul-Heneiné continue sa politique d élargissement entamée en Sa société a investi plus de cinq millions de dollars pour inaugurer trois nouvelles salles d exposition, un atelier et remettre à neuf l établissement de Aïn el- Mreissé. BUMC, agent exclusif de Toyota et Lexus, a implanté une nouvelle enseigne à Verdun cette année et une autre salle d exposition verra le jour à Hazmieh en Une Lexus City (très grande salle d expo exclusive pour les voitures Lexus) sera également inaugurée en 2008 un projet qui coûtera 14 millions de dollars et qui sera totalement financé en interne, Pierre Heneiné, PDG de Bassoul-Heneiné : L impact de la hausse de l euro est équitablement réparti entre le fournisseur, le distributeur et le client Le Commerce du Levant - Septembre 2007

5 d après Fred Boustany, PDG de BUMC. Pour Nabil Kettaneh, «l heure n est pas au découragement». La société qu il dirige a déjà investi deux millions de dollars pour l ouverture prochaine d une nouvelle salle d exposition sur l autoroute de Dora. La liste est encore longue Optimisme, fuite en avant ou volonté de faire fi de la situation et d agir comme si de rien n était? Les concessionnaires refusent en tout cas d abandonner. «En 2008, la crise sera derrière nous et une forte reprise est prévue», martèle Joseph Zoghbi. Le potentiel du marché libanais reste fort, assure de son côté Pierre Heneiné, selon qui il devrait tourner autour de ventes de véhicules neufs par an, «en temps de paix». C Marque Véhicules de tourisme Top 10 des ventes (1 er sem. 07) Unités vendues Nissan Toyota Kia 870 Peugeot 607 Honda 392 Hyundai 357 Chevrolet 253 Renault 246 BMW 172 Audi 138 Top 5 des européennes Peugeot ,3 Renault ,7 BMW ,9 Audi ,8 Citroën ,8 Top 5 des asiatiques Nissan ,6 Toyota ,2 Kia 870-3,2 Honda ,8 Hyundai ,8 Top 5 des américaines Chevrolet ,1 GMC 96 +5,5 Cadillac 52-26,8 Jeep Dodge 33 - Véhicules utilitaires Top 10 des ventes Toyota ,0 Nissan ,2 Daihatsu ,7 Renault 72-18,2 Peugeot , Le Commerce du Levant - Septembre 2007

6 Les européennes plus affectées que les autres Même s il n est pas le seul paramètre, l euro fort a un impact négatif sur les ventes de voitures européennes au Liban : l appréciation de la monnaie unique a atteint des records par rapport au billet vert (+40 % depuis 2002), alors que l économie libanaise est dollarisée. L effet est considérable. Les voitures européennes occupaient 45,3 % du marché fin Elles ne représentent plus que 33,7 % fin 2006 et seulement 28,8 % au premier semestre de l année en cours. Parallèlement à cette envolée de l euro, la chute du yen face au billet vert a permis aux voitures japonaises de gagner du terrain ; elles représentent aujourd hui près de la moitié des ventes de véhicules neufs (48,4 % fin juin 2007), alors qu elles représentaient 39 % du marché en Les concessionnaires de voitures européennes essaient de limiter les dégâts à travers des techniques comme le hedging, destiné à stabiliser les prix sur une période déterminée. «Le hedging se fait à travers une banque. Il s agit de commander, en fonction des prévisions à moyen terme, des voitures payées selon un taux de change fixé pour une période de trois à six mois», explique Nabil Kettaneh, PDG du groupe éponyme Le hedging ne résout cependant pas le problème. «La hausse de l euro se reflète dans tous les cas sur les prix, car au bout de six mois, si l euro poursuit son ascension, le nouveau hedging se fait à un taux plus élevé», précise Wissam Trad, directeur associé de Saad & Trad. Cette technique financière est ponctuelle, estime Georges Tabet, PDG de Sigma, qui a choisi de changer complètement sa politique de tarification : «J ai négocié avec mes fournisseurs une tarification en dollars. De telle façon, je sais à l avance à quoi m en tenir», explique-t-il. En plus de cette technique financière, les concessionnaires de voitures européennes grignotent également leurs marges afin de rester compétitifs dans un marché où la concurrence bat son plein. «Mais le fardeau est partagé équitablement : le fournisseur diminue ses prix, l importateur réduit ses marges et le client paie un peu plus cher», explique Pierre Heneiné. Certains agents songent également à importer leurs modèles d usines situées en dehors de la zone euro : «8 000 voitures Volkswagen ont été construites l an dernier par IranKhodro, un grand constructeur automobile iranien», souligne le PDG de Kettaneh en allusion à un plan d importations alternatif qu il a mis en route. Mais si l impact de l euro fort se fait sentir surtout Les modèles européens tentent de limiter l impact de l euro Nationalité du modèle japonaise européenne américaine Petits moteurs (1 600 CC) Nissan Tiida Peugeot 207 Ford Focus dollars dollars dollars Moteurs moyens ( CC) Mitsubishi Lancer Alfa 159 Chevrolet Epika dollars dollars dollars Grands moteurs ( CC) Lexus IS 300 Jaguar S-Type Cadillac CTS dollars dollars dollars Moteurs 4x4 ( CC) Toyota Land Cruiser Volkswagen Touareg Grand Cherokee Limited dollars dollars dollars Note : Ce tableau non exhaustif a été établi en utilisant la capacité du moteur comme paramètre de comparaison. Les voitures désignées pour chaque catégorie ne sont pas nécessairement des concurrentes directes. Les prix sont établis en dollars américains, hors TVA et frais d enregistrement Le Commerce du Levant - Septembre 2007

7 au niveau des voitures compactes et moyennes, il est beaucoup moindre pour les voitures de luxe. «Les voitures japonaises sont aujourd hui plus compétitives que leurs semblables européennes au niveau des petits moteurs, mais elles n arrivent pas à percer le marché du luxe, dominé surtout par les véhicules allemands», dit Pierre Heneiné. Ensuite, «quand il s agit d une voiture chère, l impact de la hausse de l euro est moins déterminant. Dans le cas de la C-Class de Mercedes, qui coûte entre et dollars, le prix a augmenté entre 10 et 15 % sans que cela n affecte les ventes», souligne Joseph Zoghbi, direcrteur général de T. Gargour & Fils. Enfin, si l impact négatif de l euro fort est indéniable, certains experts du secteur, comme Assaad Dagher-Hayeck, considèrent que l effet est loin d être majeur. «La hausse de l euro est responsable de 25 % de la baisse des ventes de voitures européennes, l impact aurait été beaucoup moins apparent si le pays traversait par une période de croissance. Ce que nous observons aujourd hui est une stagflation sur le plan macroéconomique assortie à une hausse de l euro face au billet vert, auquel notre monnaie est fixée depuis plus de sept ans : un cercle vicieux qui sera rompu uniquement par une reprise économique», dit-il. C Crédits auto : la demande augmente Près de 85 % des clients financent l achat d une voiture neuve à travers un prêt bancaire En dépit de la crise qui secoue le secteur de l automobile, les banques s activent de plus bel pour proposer des prêts voitures et inciter le consommateur libanais à s approprier un véhicule neuf en achetant à crédit. Résultat : la demande des crédits automobiles a augmenté, malgré le recul de la demande des voitures neuves. C est en tout cas ce qui ressort des entretiens réalisés avec les banques, car il n existe pas de statistiques consolidées au niveau du secteur. Le résultat paradoxal s explique par le fait que les acquéreurs de véhicules (neufs et usagés) trouvent les conditions des plans d endettement plus attirantes en période de crise qu en période normale. Selon Assaad Dagher Hayeck, PDG de SIDIA «près de 85 % des clients financent aujourd hui l achat d une voiture neuve à travers un prêt bancaire». À la Société Générale de banque au Liban (SGBL), par exemple, la demande des prêts voitures a augmenté de 70 % en 2006 et de 15 % au premier semestre de Quant à la Credit Bank, la hausse observée entre 2005 et juin 2007 est de 70 % alors qu à la banque Byblos, le nombre de prêts octroyés a grimpé de 30 % au cours des six premiers mois de l année. Ces taux de croissance soutenus sont le résultat d une politique agressive des banques destinées à élargir et à fidéliser la clientèle. «Au lendemain de la guerre, nous avons reporté de trois mois les délais de paiement pour les emprunteurs lésés», souligne Michel Fiani, responsable stratégie et marketing à la SGBL. «Nous avons également accompagné les concessionnaires à partir de septembre 2006 dans leur politique de relance du marché à travers une offre spéciale : pas de premier versement assorti à une période de grâce de trois mois», ajoute-t-il. Les banques locales sont de plus en plus nombreuses à proposer des formules souples et alléchantes : montant de prêt pouvant atteindre dollars, premier versement entre 0 % et 35 % du prix du véhicule, remboursement sur une période pouvant aller jusqu à six ans, taux d intérêt variant entre 4 % et 4,9 %, formulaires remplis via Internet etc. Quant aux prêts pour les voitures d occasion, ils sont généralement remboursables sur quatre ans avec un taux d intérêt fixe de 6,5 %. En plus de ces conditions financières, les formalités nécessaires pour l obtention d un crédit sont devenues plus simples et plus rapides, assure Carine Haber, de la Credit Bank. Les critères d étude d une demande semblent avoir perdu en rigidité mais les principes généraux n ont pas changé : le requérant doit être un employé depuis au moins deux ans au sein d une entreprise, ou avoir exercé une profession libérale pour une période minimale de trois ans. La mensualité du prêt ne doit en aucun cas dépasser le tiers du revenu du requérant. Quant aux garanties exigées, elles se résument généralement au nantissement de la voiture, une assurance vie et une assurance obligatoire couvrant entièrement le prix du véhicule. Mais cette bataille à laquelle se livre les banques locales n est pas toujours gagnante. La concurrence est telle, que le crédit automobile perd de jour en jour de sa rentabilité. C 78 - Le Commerce du Levant - Septembre 2007

Consommation de flotte (1989 2012)

Consommation de flotte (1989 2012) Bases et méthodologie de comparaison L Association des importateurs suisses d automobiles «auto-suisse» établit chaque année la consommation moyenne des voitures de tourisme vendues appelée consommation

Plus en détail

2 nd semestre. Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque. En partenariat avec

2 nd semestre. Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque. En partenariat avec 2 nd semestre 2014 Synthèse de l étude D3 Parcours Analyse de la fidélité des clients par marque En partenariat avec Note de synthèse 1 +33 6 87 70 31 12 1. Cadre général L étude D3 Parcours est réalisée

Plus en détail

Marché automobile français (VP) décembre 2014/2013 : - 6,8 % 12 mois 2014/2013 : + 0,3 % (données brutes)

Marché automobile français (VP) décembre 2014/2013 : - 6,8 % 12 mois 2014/2013 : + 0,3 % (données brutes) Paris, le 2 janvier 2015 CCFA : INFORMATION PRESSE DECEMBRE 2014 Marché automobile français (VP) décembre 2014/2013 : - 6,8 % 12 mois 2014/2013 : + 0,3 % (données brutes) (VP) Voitures particulières :

Plus en détail

D3 Parcours. 1 er semestre 2015. Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile. En partenariat avec

D3 Parcours. 1 er semestre 2015. Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile. En partenariat avec D3 Parcours 1 er semestre 2015 Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile En partenariat avec 1. Cadre général L étude complète D3 Parcours est réalisée à partir des données extraites

Plus en détail

PARTS DE MARCHÉ DES MARQUES DISTRIBUÉES (immatriculations de

PARTS DE MARCHÉ DES MARQUES DISTRIBUÉES (immatriculations de bonnes performances commerciales au second semestre grâce à l introduction en cours d année de nouveaux modèles et à la pénétration de nouveaux segments ventes quasi stables, la croissance du second semestre

Plus en détail

Les mutations du marché automobile mondial

Les mutations du marché automobile mondial Le marché automobile chinois Utilisez les documents et vos connaissances pour caractériser le marché automobile chinois et pour présenter les stratégies des firmes automobiles mondiales (non chinoises)

Plus en détail

Le baromètre de l occasion de 2010 d AutoScout24

Le baromètre de l occasion de 2010 d AutoScout24 Le baromètre de l occasion de 2010 d AutoScout24 Etude de marché Introduction AutoScout24 a réalisé une étude approfondie sur le marché des véhicules d occasions sur base des chiffres des immatriculations

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS COMMUNIQUE DE PRESSE Le 12 février 2009 DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS Le chiffre d affaires s établit à 37 791 millions d euros, en baisse de 7 %

Plus en détail

Le marché auto n a pas décollé en

Le marché auto n a pas décollé en e marché auto n a pas décollé en 2014 1 sur 6 02/01/2015 11:43 Le marché auto n a pas décollé en 2014 LE MONDE ECONOMIE 02.01.2015 à 10h43 Mis à jour le 02.01.2015 à 10h48 Par Philippe Jacqué (/journaliste/philippe-jacque/)

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Techniques de Vente et Fidélisation de la Clientèle. Démarche marketing de:

Techniques de Vente et Fidélisation de la Clientèle. Démarche marketing de: Techniques de Vente et Fidélisation de la Clientèle Démarche marketing de: Introduction PLAN Etude de marché Segmentation Positionnement Marketing Mix Evaluation Conclusion Toyota est un constructeur automobile,

Plus en détail

DÉCLARATION INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION POUR LA

DÉCLARATION INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION POUR LA DÉCLARATION INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION POUR LA PÉRIODE SE CLÔTURANT LE 30 SEPTEMBRE 2011 Compte tenu de la cession d Avis Europe, qui a pris effet le 3 octobre 2011, ce communiqué ne concerne que les

Plus en détail

GROUPE VOLVO - VEHICULES INDUSTRIELS

GROUPE VOLVO - VEHICULES INDUSTRIELS Communiqué de presse GROUPE VOLVO - VEHICULES INDUSTRIELS Rapport du 3ème trimestre 2015 Amélioration de la rentabilité Ø Reprise en Europe, tassement de la demande en Amérique du Nord et faiblesse persistante

Plus en détail

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 Présentation du Groupe Jean-Hugues Duban Responsable Relations Investisseurs Chiffres clés PSA Peugeot Citroën Deux marques puissantes, différenciées et complémentaires

Plus en détail

Décision n 10-DCC-80 du 26 juillet 2010 relative à l acquisition par le groupe PSA des éléments du fonds de commerce de la société Bernier Automobiles

Décision n 10-DCC-80 du 26 juillet 2010 relative à l acquisition par le groupe PSA des éléments du fonds de commerce de la société Bernier Automobiles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-80 du 26 juillet 2010 relative à l acquisition par le groupe PSA des éléments du fonds de commerce de la société Bernier Automobiles L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Décision n 10-DCC-174 du 25 novembre 2010 relative à la prise de contrôle d actifs de la société Renault Retail Group par la société NDK

Décision n 10-DCC-174 du 25 novembre 2010 relative à la prise de contrôle d actifs de la société Renault Retail Group par la société NDK RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-174 du 25 novembre 2010 relative à la prise de contrôle d actifs de la société Renault Retail Group par la société NDK L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Le marché du 4x4. Situation. Profil des possesseurs

Le marché du 4x4. Situation. Profil des possesseurs Le marché du 4x4 Situation Le marché.. Tendance du marché.. Les investissements publicitaires Les 4x4 se sont tellement démocratisés qu ils ont du par la force des choses se diversifier pour répondre aux

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Europcar annonce ses résultats pour le 4 ème trimestre et l année 2009. Bonne tenue du chiffre d affaires à 1,9 milliard d euros pour l année,

Europcar annonce ses résultats pour le 4 ème trimestre et l année 2009. Bonne tenue du chiffre d affaires à 1,9 milliard d euros pour l année, Saint Quentin en Yvelines, 31 mars 2010 Europcar annonce ses résultats pour le 4 ème trimestre et l année 2009 Bonne tenue du chiffre d affaires à 1,9 milliard d euros pour l année, dont 422 millions d

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Baromètre Kidioui.fr Août 2015 Un climat propice à l achat automobile grâce à une remise moyenne à son plus haut niveau

Baromètre Kidioui.fr Août 2015 Un climat propice à l achat automobile grâce à une remise moyenne à son plus haut niveau Baromètre Kidioui.fr Août 2015 Un climat propice à l achat automobile grâce à une remise moyenne à son plus haut niveau Au mois d août, l impact des nouveautés apparues au printemps a été moins ressenti

Plus en détail

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet RCI Banque vise un montant de dépôts représentant 20 à 25% des encours en 2016 10 juillet 2013 ID: 49744 Au 30 juin 2013, près de 33 700 livrets ZESTO ont été ouverts représentant un montant d épargne

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Certains modèles des marques BMW, Fiat, Mercedes-Benz, Renault, Toyota et Volkswagen ont décroché la première place de leur catégorie respective

Certains modèles des marques BMW, Fiat, Mercedes-Benz, Renault, Toyota et Volkswagen ont décroché la première place de leur catégorie respective Etude de J.D. Power and Associates en partenariat avec L Automobile Magazine : Les propriétaires français vraiment satisfaits de leurs véhicules sont beaucoup plus enclins à racheter un modèle de la même

Plus en détail

Automobile : L Europe en panne dans un monde qui roule

Automobile : L Europe en panne dans un monde qui roule Automobile : L Europe en panne dans un monde qui roule Ludovic Subran Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix Responsable des Etudes Sectorielles Paris, le 21 septembre 2012 Plan 1 2

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

OPMR. Etude sur la formation des prix des pièces détachées automobiles à La Réunion. Présentation synthétique des travaux et résultats

OPMR. Etude sur la formation des prix des pièces détachées automobiles à La Réunion. Présentation synthétique des travaux et résultats OPMR Etude sur la formation des prix des pièces détachées automobiles à La Réunion Présentation synthétique des travaux et résultats Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus de La Réunion Février

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

I. La fixation des prix :

I. La fixation des prix : THEME 8. LA POLITIQUE DU PRIX Le prix est élément important d action sur le marché, il doit être en cohérence avec les autres variables marketing. Il a une incidence forte pour l entreprise : il procure

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 Chiffres clés 2014 comparés à 2013 La Production CA Global Progression de (+2%) Progression de(+ 2%) CA Local CA Export Diminution (-1%) Progression de(+ 8%) Résultat

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

FLASH TRIMESTRIEL D'INFORMATIONS n 83 - avril 2012

FLASH TRIMESTRIEL D'INFORMATIONS n 83 - avril 2012 FLASH TRIMESTRIEL D'INFORMATIONS n 83 - avril 2012 Sécurité et Réparation Automobiles Chaque trimestre, SRA met à votre disposition des éléments statistiques pour évaluer au plus près les coûts de la réparation

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Note de l'institut d émission

Note de l'institut d émission Le secteur automobile en Nouvelle-Calédonie AGENCE DE NOUMÉA Décembre 25 Note de l'institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes

Plus en détail

Automobile : le coup de frein?

Automobile : le coup de frein? Automobile : le coup de frein? Wilfried Verstraete, Président du Directoire d Euler Hermes Ludovic Subran, Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix, Responsable Etudes sectorielles Conférence

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Honda arrive en tête du classement des constructeurs; Toyota l emporte dans trois segments

Honda arrive en tête du classement des constructeurs; Toyota l emporte dans trois segments Etude de J.D. Power and Associates en partenariat avec L Automobile Magazine : La Toyota Prius se classe en tête du classement en termes de satisfaction client en France pour la troisième année consécutive

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores Page 336 TABLEAU 9-1 Une appréciation de la performance économique du Japon Accroissement du volume du PIB Accroissement du

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

REPÈRES TRIMESTRIELS n 90 - janvier 2014

REPÈRES TRIMESTRIELS n 90 - janvier 2014 REPÈRES TRIMESTRIELS n 90 - janvier 2014 Chaque trimestre, SRA met à votre disposition des éléments statistiques pour évaluer au plus près les coûts de la réparation automobile. En plus de ces informations,

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

Enquête Rolling Wheel

Enquête Rolling Wheel Enquête Rolling Wheel -Février 2014 - Paramètres de l enquête Paramètres de l enquête 1.000 véhicules choisis au hasard en Belgique Enquête nationale : couverture des différentes provinces en fonction

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Distribution automobile D Ieteren Auto

Distribution automobile D Ieteren Auto Distribution automobile D Ieteren Auto Qui sommes-nous? D Ieteren Auto couvre l ensemble des activités de distribution en Belgique des marques Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Bentley, Lamborghini, Porsche

Plus en détail

RENAULT EN RUSSIE : UNE STRATÉGIE CLAIRE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS ET DÉJÀ DES RÉSULTATS

RENAULT EN RUSSIE : UNE STRATÉGIE CLAIRE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS ET DÉJÀ DES RÉSULTATS COMMUNIQUE DE PRESSE Urdorf, 21 juillet 2011 RENAULT EN RUSSIE : UNE STRATÉGIE CLAIRE, LES MOYENS DE SES AMBITIONS ET DÉJÀ DES RÉSULTATS Convaincu du potentiel du marché russe, Renault en a fait une des

Plus en détail

Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence

Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence Stratégies des Grandes Entreprises en Amérique Latine: Exposé du Samedi 28 janvier 2006 Olivier Caillaud - Carlos

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT

LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT LA VOITURE ÉLECTRIQUE ET LE CIRCUIT ÉLECTRIQUE AU QUÉBEC : UNE TECHNOLOGIE À CONSIDÉRER DÈS MAINTENANT Encore sous le choc de votre dernier plein d essence à 85$? Frustrés par notre hiver de pluie et de

Plus en détail

City Cars Yield Value

City Cars Yield Value Données consolidées 2013 2014E PER 12,0 12,7 PBV 7,4 7,1 Dividende/a en DT 0,670 0,700 Div Yield 6,1% 5,4% VE/CA 1,2 1,1 VE/EBITDA 9,8 8,4 Synthèse et recommandation Données consolidées 2013 2014E CA en

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011 Assurer notre développement malgréles vents contraires 12 septembre 2011 Une période contrastée I. Des développements majeurs II. dans un contexte européen difficile III. Nos plans d action pour assurer

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile Principal indicateur de la rentabilité du secteur Survol des tendances de l industrie : Automobile Principaux faits nouveaux En février, les ventes de véhicules légers au Canada ont été fortes, soit 18

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Le 1er Comparateur de prix d automobiles

Le 1er Comparateur de prix d automobiles Le 1er Comparateur de prix d automobiles Avec Kidioui.fr, vous payez le bon prix sans négocier! Le site Kidioui.fr est un comparateur de prix pour les véhicules neufs et d occasion. Il réunit les meilleures

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Mastertitelformat bearbeiten. Indice de marché AutoScout24 Juin 2014. Flamatt 10.07.2014. www.autoscout24.ch

Mastertitelformat bearbeiten. Indice de marché AutoScout24 Juin 2014. Flamatt 10.07.2014. www.autoscout24.ch Mastertitelformat bearbeiten www.autoscout24.ch Indice de marché AutoScout24 Juin 2014 Flamatt 10.07.2014 Page 1 Titre de la présentation Auteur de la présentation Occasions selon type de carrosserie Nombre

Plus en détail

Conférence de presse Mardi 2 juin 2015

Conférence de presse Mardi 2 juin 2015 Conférence de presse Mardi 2 juin 2015 1 PLAN de la Présentation Présentation des intervenants Contexte et introduction Le mot du Président du Comité Stratégique Le mot du Président d Unimev Présentation

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1. 4 - Le Haut de gamme survira-t-il à la crise? Jean-Marc Bellaiche (Boston Consulting Groupe) «Le secteur du luxe, de taille modeste au début

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Etude de rentabilité Concessionnaires et agents belges

Etude de rentabilité Concessionnaires et agents belges Etude de rentabilité Concessionnaires et agents belges Février 2015 avec nos remerciements à 1 2 Table des matières Introduction... 5 Executive summary... 7 Marge brute... 9 Marge nette... 12 Rentabilité

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail