Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr"

Transcription

1 Creative commons : Paternité - Pas d Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France

2 UNIVERSITE CLAUDE BERNARD-LYON I U.F.R. D'ODONTOLOGIE Année 2012 THESE N 2012 LYO 1D 002 T H E S E POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN CHIRURGIE DENTAIRE Présentée et soutenue publiquement le : 9 Janvier 2012 par Nicolas Né le 11 Septembre 1986, à Lyon (69) Le platform-switching en 2011, qu en est-il? JURY M. le Professeur Jean-Loup COUDERT Président Mme. le Docteur Anne-Gaëlle CHAUX-BODARD Assesseur M. le Docteur Renaud NOHARET Assesseur M. le Docteur Philippe RODIER Assesseur

3 A notre président du jury, Monsieur le Professeur Jean-Loup Coudert, Professeur des Universités à l'ufr d'odontologie de Lyon Praticien-Hospitalier Docteur en Chirurgie Dentaire Docteur en Sciences Odontologiques Docteur d'etat en Odontologie Nous vous remercions d avoir accepté la présidence du jury de notre thèse. Tout au long de notre cursus, nous avons apprécié vos compétences, votre disponibilité et vos conseils avisés, empreints de votre riche expérience clinique. Nous sommes heureux d avoir pu apprendre à vos côtés, apprentissage infiniment précieux. Veuillez recevoir, par cette thèse, l expression de notre plus grand respect.

4 A notre juge, Madame le Docteur Anne-Gaëlle Chaux-Bodard, Maître de Conférences à l'ufr d'odontologie de Lyon Praticien-Hospitalier Docteur en Chirurgie Dentaire Ancien Interne en Odontologie Docteur de l'université Grenoble 1 Un grand merci pour avoir accepté de siéger dans notre jury. Durant ces années, nous avons eu beaucoup de plaisir à approfondir nos connaissances à partir de vos apports théorico-cliniques. Nous avons également été très sensibles à vos qualités humaines, votre soutien et votre bonne humeur indéfectible. Que ce travail soit l occasion de vous exprimer notre profonde sympathie.

5 A notre juge, Monsieur le Docteur Renaud Noharet, Maître de Conférences à l'ufr d'odontologie de Lyon Ancien Interne en Odontologie Docteur en Chirurgie Dentaire Merci beaucoup d avoir accepté de siéger dans notre jury. Nous vous sommes extrêmement reconnaissants de nous avoir enseigné, avec talent, le sens de la rigueur clinique et nous transmettre, avec pédagogie, la maturité indispensable à l exercice de cette profession passionnante. Nous vous prions de bien vouloir recevoir, par ce travail, l expression de toute notre estime.

6 A notre directeur de thèse, Monsieur le Docteur Philippe Rodier, Maître de Conférences à l'ufr d'odontologie de Lyon Praticien-Hospitalier Docteur en Chirurgie Dentaire Docteur de l'université Lyon I Tous nos remerciements pour avoir accepté la direction de notre travail. Nous retiendrons, entre autres, votre aide précieuse et la pertinence de vos pistes de réflexion tout au long de la construction de notre thèse, sans oublier votre écoute attentive et votre confiance bienveillante au cours de sa réalisation. Soyez assurés de notre véritable reconnaissance et de notre sincère considération à votre égard.

7 UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON I Président de l'université Vice-Président du Conseil Scientifique Vice-Président du Conseil des Etudes et de Vie Universitaire Directeur Général des Services M. le Docteur A. BONMARTIN M. le Professeur J.F. MORNEX M. le Professeur D. SIMON M. A. HELLEU SECTEUR SANTE Comité de Coordination des Etudes Médicales Faculté de Médecine Lyon Est Faculté de Médecine et Maïeutique Lyon-Sud Charles Mérieux Faculté d'odontologie Institut des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques Institut des Sciences et Techniques de la Réadaptation Département de Formation et Centre de Recherche en Biologie Humaine Président : M. le Professeur F.N. GILLY Directeur : M. le Professeur. J. ETIENNE Directeur : M. le Professeur F.N. GILLY Directeur : M. le Professeur D. BOURGEOIS Directeur : M. le Professeur F. LOCHER Directeur : M. le Professeur Y. MATILLON Directeur : M. le Professeur P. FARGE SECTEUR SCIENCES ET TECHNOLOGIES Faculté des Sciences et Technologies UFR des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives Institut Universitaire de Technologie Lyon 1 Ecole Polytechnique Universitaire de l Université Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Institut Universitaire de Formation des Maîtres De l Académie de Lyon (IUFM) Observatoire de Lyon Ecole Supérieure de Chimie Physique Electronique Directeur : M. le Professeur F. GIERES Directeur : M. le Professeur C. COLLIGNON Directeur : M. C. COULET, Maître de Conférences Directeur : M. P. FOURNIER Directeur : M. le Professeur JC. AUGROS Directeur : M. R. BERNARD, Maître de Conférences Directeur : M. B. GUIDERDONI, Directeur de Recherche CNRS Directeur : M. G. PIGNAULT

8 U.F.R. D'ODONTOLOGIE DE LYON Doyen : M. Denis BOURGEOIS, Professeur des Universités Vice-Doyen : Mme Dominique SEUX, Professeure des Universités SOUS-SECTION 56-01: Professeur des Universités : Maître de Conférences : PEDODONTIE M. Jean-Jacques MORRIER M. Jean-Pierre DUPREZ SOUS-SECTION : Maîtres de Conférences : SOUS-SECTION : Professeur des Universités Maître de Conférences ORTHOPEDIE DENTO-FACIALE M. Jean-Jacques AKNIN, Mme Sarah GEBEILE-CHAUTY, M. Laurent MORGON, Mme Claire PERNIER, Mme Monique RABERIN PREVENTION - EPIDEMIOLOGIE ECONOMIE DE LA SANTE - ODONTOLOGIE LEGALE M. Denis BOURGEOIS M. Bruno COMTE SOUS-SECTION : Professeur des Universités Emérite : Maîtres de Conférences : SOUS-SECTION : Professeur des Universités Maître de Conférences : SOUS-SECTION : Professeurs des Universités : Maîtres de Conférences : SOUS-SECTION : Professeur des Universités : Maîtres de Conférences : SOUS-SECTION : Professeurs des Universités : Maîtres de Conférences : SOUS-SECTION : Professeur des Universités : Maîtres de Conférences : PARODONTOLOGIE M. Jacques DOURY M. Bernard-Marie DURAND, Mme Kerstin GRITSCH M. Pierre-Yves HANACHOWICZ, M. Philippe RODIER, Mme Christine ROMAGNA CHIRURGIE BUCCALE - PATHOLOGIE ET THERAPEUTIQUE ANESTHESIOLOGIE ET REANIMATION M. Jean-Loup COUDERT Mme Anne-Gaëlle CHAUX-BODARD, M. Thomas FORTIN, M. Jean-Pierre FUSARI SCIENCES BIOLOGIQUES M. Henry MAGLOIRE, M. J. Christophe FARGES Mme Odile BARSOTTI,, M. Christian RIBAUX, Mme Béatrice RICHARD, Mme Béatrice THIVICHON-PRINCE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE - ENDODONTIE M. Pierre FARGE, Mme Dominique SEUX Mme Marion LUCCHINI, M. Thierry SELLI, M. Cyril VILLAT PROTHESE M. Guillaume MALQUARTI, Mme Catherine MILLET M. Christophe JEANNIN, M. Renaud NOHARET, M. Gilbert VIGUIE, M. Stéphane VIENNOT, M. Bernard VINCENT SCIENCES ANATOMIQUES ET PHYSIOLOGIQUES OCCLUSODONTIQUES, BIOMATERIAUX, BIOPHYSIQUE, RADIOLOGIE M. Olivier ROBIN M. Patrick EXBRAYAT, Mme Brigitte GROSGOGEAT, Mme Sophie VEYRE-GOULET

9 Le platform-switching en 2011, qu en est-il? 1 Introduction Historique L espace biologique Épithélium... 6 A. Épithélium sulculaire... 7 B. Épithélium jonctionnel Tissu conjonctif gingival L os alvéolaire Architecture de l os alvéolaire Histologie de l os alvéolaire La qualité des tissus durs et leur épaisseur Le phénotype parodontal Classification Approche clinique Maintenance Implant et soutien parodontal dans le secteur antérieur : un enjeu esthétique Le parodonte au cœur de l esthétique Le sourire La ligne des collets La ligne esthétique gingivale La papille interdentaire... 20

10 Sommaire La prévisualisation esthétique Implant et parodonte : la résorption osseuse Relation entre résorption osseuse, espace biologique et esthétique Les facteurs de la résorption osseuse Localisation du point de contact et résorption osseuse Évaluation du concept de platform-switching Définition Intérêts de l utilisation du concept Influence au niveau de la résorption osseuse selon des protocoles standards (enfoui et non enfoui) Règles de placement des implants A. La distance interimplantaire B. Différence de diamètre entre implant et pilier Considérations morphologiques de la reconstitution prothétique Les limites de l utilisation du concept Aspects biomécaniques Situation particulière du parodonte fin Situation particulière de l extraction-implantation immédiate Alternatives thérapeutiques et gestion de l architecture tissulaire Alternatives thérapeutiques A. Les implants... 45

11 Sommaire 1) L implant à plateforme festonnée ) L implant à pilier festonné B. L orthodontie C. Les reconstitutions prothétiques conventionnelles La gestion de l architecture tissulaire Indication du concept Conclusion... 50

12 1 1 Introduction L implantologie n a cessé d évoluer ces trente dernières années, apportant de plus en plus de possibilités thérapeutiques fixées. A l époque des premières publications de Brånemark (Brånemark et coll., 1977), les implants ostéo-intégrables étaient utilisés dans une perspective mécanique et fonctionnelle, dans le but de palier les défauts de stabilisation et de rétention des prothèses complètes, et ainsi d améliorer la qualité de vie des patients. Les prothèses «sur pilotis» sont alors apparues, n ayant comme impératifs esthétiques que ceux de la prothèse complète. Jusqu à la fin des années 1980, l implantologie était dirigée par la chirurgie, assurant essentiellement un soutien biomécanique. La prothèse était, quant à elle, élaborée en fonction de la chirurgie, les prothésistes devant s accommoder du positionnement des implants dans les trois plans de l espace. Puis, dans les années 1990, l implantologie a été guidée par la prothèse, les restaurations prothétiques influençant alors le positionnement implantaire selon des critères bioesthétiques. Les implants étaient alors considérés comme le prolongement des couronnes dentaires et faisaient office de «racine artificielle». Dès lors, la restauration prothétique est appréhendée avant même la phase chirurgicale par la réalisation de cires de diagnostic («wax-up»), la mise en articulateur et la réalisation de guides chirurgicaux. Les progrès des différentes techniques d apport osseux permettent de rétablir un environnement favorable là où il est déficient. Dans les années 2000, les concepts évoluent avec l implantologie assistée par ordinateur. Des logiciels de planification implantaire apparaissent (SimplantNavigator, NobelGuide, NobelClinican, ExpertEase, etc.). Ils permettent d'étudier et définir le plan de traitement, de réaliser un guide chirurgical et de préparer une prothèse provisoire avant l acte chirurgical. Les concepts esthétiques intervenant, les profils d émergences et l anatomie des reconstitutions prothétiques sont au centre des préoccupations dès la phase de diagnostic.

13 2 Malgré tout, les résultats esthétiques ne sont pas forcément présents et l intégration tissulaire n arrive pas toujours à imiter la denture naturelle adjacente ou controlatérale. Les paramètres contribuant au succès esthétique ne sont pas bien maitrisés. Il se produit alors bien souvent une apicalisation du feston gingival et peu de vraies papilles inter-dentaires. Afin de compenser ces défauts, certaines écoles, notamment celle de Zürich, recommandent de réaliser presque systématiquement des greffes de conjonctifs enfouies, rendant les traitements plus complexes. La recherche s est alors plus orientée sur les facteurs de cicatrisation que sur l ostéointégration, qui est considérée comme acquise, quelle que soit l approche de la réhabilitation implanto-prothétique : chirurgie en un temps ou deux temps, mise en charge immédiate ou non, extraction-implantation immédiate ou non. L enjeu est de maîtriser la perte osseuse crestale, via la réévaluation du design des implants et des piliers, afin d aboutir à une architecture gingivale la plus proche possible de celle des dents naturelles. L implantologie en 2011 se doit de: Minimiser le trauma chirurgical, Respecter la vascularisation, Utiliser des biomatériaux biocompatibles, Sous-dimensionner les composants transmuqueux, Offrir un support naturel à la muqueuse péri-implantaire, Aménager l espace biologique péri-implantaire, Mettre en place une prothèse esthétique provisoire. Il devient impératif d avoir une excellente connaissance de l anatomo- physiologie de la barrière gingivale tridimensionnelle, ainsi que du potentiel de cicatrisation de chaque personne. De nombreuses avancées en implantologie découlent de la parodontologie, notamment celles de préserver l intégrité des tissus sous-jacents, d avoir une qualité et une quantité de gencive kératinisée nécessaires à la reconstitution esthétique et de favoriser également la maintenance et l hygiène par un contrôle de plaque facilité.

14 3 Le rendu esthétique devient alors prioritaire pour les patients et les praticiens qui hissent leur niveau d exigence toujours plus haut, allant jusqu à chercher les mêmes critères d excellence que la prothèse sur dent naturelle. L intégration esthétique, qui devra perdurer le plus longtemps possible, se fait schématiquement selon deux axes : L intégration coronaire : la couronne reproduit l aspect des dents naturelles (forme, état de surface, situation, teinte). L intégration gingivale : la gencive péri-implantaire respecte la morphologie de la gencive marginale des dents naturelles (émergence, ligne des collets, papilles). Notre attention sera portée, dans notre mémoire, sur l intégration gingivale où nous nous intéresserons au concept de platform-switching proprement dit, qui a émergé en prothèse implanto-portée. Ce concept repose sur la mise en place d un pilier sous-dimensionné par rapport au diamètre de l implant. Son objectif est de préserver au maximum l intégrité du soutien parodontal et d optimiser le résultat esthétique des prothèses. 1.1 Historique Le principe du platform-switching a d abord été trouvé de manière empirique par le fabricant d implants 3i. Selon Davarpanah et Szmukler-Moncler, (2008), 3i avait mis sur le marché, en 1991, des implants de large diamètre (5 et 6 mm) sans les accompagner de piliers aux diamètres correspondants. De ce fait, les piliers du secteur postérieur de la cavité buccale de 3,75 mm de diamètre reposaient à la fois sur des implants de 3,75 mm de diamètre et sur des implants de 5 et 6 mm. Autour des implants standards, la lyse osseuse verticale atteignait la première spire, en conformité avec les observations radiologiques classiques (Small et Tarnow, 2000). Cependant, autour des implants de gros diamètre, le niveau osseux, de manière inattendue, était maintenu à son niveau initial et la lyse osseuse prévisible était absente. Pendant longtemps, cette observation n a été ni interprétée, ni exploitée. Donc, après avoir appris à maîtriser le «pronostic» de l ostéo-intégration, la gestion de l esthétique a recueilli toute l attention de la communauté scientifique afin d éviter la perte

15 4 osseuse crestale et soutenir les tissus mous. Le maintien fortuit du niveau de la crête à sa hauteur initiale semble être attribué au retrait de la jonction pilier-implant par rapport au col implantaire. C est ce décalage entre les diamètres du pilier et du col implantaire qui est appelé platform-switching (figure 1). Figure 1 : Complexe implant-pilier intégrant le concept de platform-switching. Hedge et coll., (2011). L utilisation de ce concept va donc avoir un impact sur le parodonte. Globalement, le tissu parodontal va subir de constants remaniements d origine fonctionnels ou morphologiques, reflet du passé bucco-dentaire du patient, et le site implantaire des remaniements osseux et gingivaux supplémentaires où cette dernière offre une protection immédiate contre les agressions extérieures pour les tissus sous-jacents. C est au niveau de l espace biologique que va se jouer la protection du complexe implantpilier et l intégration esthétique gingivale de la prothèse.

16 5 1.2 L espace biologique L espace biologique se définit initialement comme jonction physiologique gingivodentaire. Il existe des similitudes et des différences entre l espace biologique péri-dentaire et péri-implantaire. Cet espace péridentaire comprend le sulcus, l attache épithéliale et l attache conjonctive (figure 2). La hauteur de l attache conjonctive est relativement constante et égale à 1 mm. La hauteur de l attache épithéliale est plus variable, mais est en moyenne de 1 mm (Gargiulo et coll., 1961). Cette attache située au collet de la dent, assure le soutien et l intégrité parodontale. Figure 2 : L espace biologique parodontal. Borghetti et Monnet-Corti, (2008).

17 Épithélium Les épithélia de l espace biologique peuvent être différenciés en deux types (figure 3) : L épithélium sulculaire, qui fait face à la dent sans y adhérer, L épithélium jonctionnel, qui permet l adhésion entre la gencive et la dent. Figure 3 : Description schématique de l espace biologique (D.Simeone et J.Tiollier, Laboratoire Imedex cité par Borghetti et Monnet-Corti, 2008). A. Description schématique d une coupe histologique décrivant la composition de la gencive et la zone de contact entre la gencive et la dent. B. Coupe histologique verticale montrant la jonction émail-cément, l épithélium buccal, l épithélium sulculaire et l épithélium jonctionnel. Le tissu gingival sous-jacent chez le chien (grossissement 10, trichrome de Masson). Selon Berglundh et coll., (1991) l interface tissus mou-implant est constitué, après cicatrisation, de trois zones bien délimitées : l épithélium sulculaire, l épithélium de jonction et le tissu conjonctif péri-implantaire. Il existe des similitudes et des différences entre tissus mous péri-implantaires et tissus mous parodontaux. Les tissus mous recouvrant l os péri-implantaire sont regroupés sous le terme de muqueuse péri-implantaire. Cliniquement, elle est similaire à la gencive, cependant son organisation histologique est différente.

18 7 A. Épithélium sulculaire L épithélium sulculaire stratifié et desquamant comprend trois couches : Les cellules de la couche basale (stratum germinativum), La couche épineuse (stratum spinosum), La couche granuleuse (stratum granulosum). La muqueuse alvéolaire n a pas de stratum corneum, contrairement à la muqueuse masticatrice. Par conséquent, la résistance mécanique aux agressions est moindre et la fonction de défense face aux bactéries et toxines est diminuée. L épithélium sulculaire est en continuité avec l épithélium kératinisé et avec l épithélium de jonction. La profondeur du sulcus autour d un implant se trouve augmentée de 1 mm environ comparée au sulcus d une dent naturelle. B. Épithélium jonctionnel L épithélium de jonction d une hauteur moyenne de 2 mm, est séparé de l os crestal par le tissu conjonctif. Figure 4 : Description schématique d une coupe histologique décrivant la composition de l épithélium jonctionnel. Borghetti et Monnet-Corti, (2008). Il est plus large dans sa partie coronaire et devient plus fin à proximité de la jonction amélo-cémentaire (figure 4). Cet épithélium maintient la barrière épithéliale et adhère aux biomatériaux inertes par l intermédiaire des hémidesmosomes.

19 Tissu conjonctif gingival C est le tissu prédominant de la gencive. Il est composé de fibres de collagène, de fibroblastes, de vaisseaux et de nerfs enchâssés dans une matrice extracellulaire. Les fibres de collagène sont les fibres essentielles du tissu gingival et constituent la composante principale du parodonte. Les faisceaux de fibres de collagène ont pour rôle de stabiliser la gencive attachée autour des racines et des procès alvéolaires et d amarrer les dents dans leur alvéole osseuse, par le ligament alvéolo-dentaire. La matrice extracellulaire est quant à elle essentiellement produite par les fibroblastes qui la compose. Le tissu conjonctif est en contact direct avec l implant avec des fibres qui s ancrent au niveau du périoste et qui sont parallèles à l axe de l implant. L absence de ligament parodontal va entrainer une diminution de la vascularisation péri-implantaire. Ainsi, la muqueuse péri-implantaire, étant vascularisée grâce aux vaisseaux périostés, est donc moins irriguée qu une dent naturelle. Il existe une zone de tissu conjonctif avasculaire adjacente à l implant (d après Berglundh et coll., 1994). La barrière conjonctive voit son efficacité et sa stabilité réduites, car elle n est plus attachée par des fibres de collagène, mais seulement adhérente aux biomatériaux par l intermédiaire des glycoprotéines adhésives des fibroblastes. Par conséquent, la résistance mécanique aux agressions est moindre et la fonction de défense face aux bactéries et toxines est diminuée.

20 9 1.3 L os alvéolaire L os alvéolaire au niveau du maxillaire et de la mandibule constitue le support des dents. Pour une dent naturelle, le parodonte est constitué par l os, la gencive, le desmodonte et la surface cémentaire de la racine. La fixation de la dent à l os est assurée par le ligament desmodontal et son absence provoque une ankylose dentaire. Pour l implant, les spires de l implant sont en contact direct avec l os : c est la situation d ostéointégration Architecture de l os alvéolaire Au niveau maxillaire, la paroi palatine est plus épaisse que la paroi vestibulaire. Ces parois sont bordées d os compact et au niveau interalvéolaire d os spongieux. L os spongieux entre pour une part importante dans la composition des septa, alors qu il est beaucoup moins présent au niveau palatin ou vestibulaire. A la mandibule, dans le secteur antérieur, la corticale vestibulaire est plus fine alors qu elle est plus épaisse en lingual, tandis qu au niveau postérieur, cette tendance s inverse Histologie de l os alvéolaire L os compact bordant l alvéole dentaire est perforé par les canaux de Volkman dans lesquels cheminent les paquets vasculo-nerveux de l os alvéolaire au ligament parodontal. Au niveau des parois externes de l os alvéolaire, une zone de tissu non minéralisé, ostéoïde, recouverte par du périoste est retrouvée. L os trabéculaire se remodèle selon le turn-over suivant: Résorption de la surface osseuse par les ostéoclastes, Apposition osseuse par les ostéoblastes. L ostéoblaste est impliqué dans l ostéogénèse de la paroi alvéolaire, de par la synthèse de collagène et de la substance fondamentale. Avec l élaboration de la matrice osseuse,

21 10 l ostéoblaste est inclus dans une lacune périostéocytaire. Une fois incorporé dedans, il prend le nom d ostéocyte. L ostéoclaste est situé dans les lacunes de Howship. Il résorbe la matrice osseuse lors de remaniement osseux (ostéoclasie). La composition de l os dépend de ses cellules (ostéoblastes, ostéoclastes et ostéocytes) dont l activité est partiellement gouvernée par des hormones, des facteurs de croissance, des cytokines, des facteurs locaux, la nutrition et des facteurs mécaniques (Reddi, 1994) La qualité des tissus durs et leur épaisseur La qualité de l os est variable suivant le site proprement dit et les facteurs individuels. Deux classifications principales ont été proposées : Selon Lekholm et Zarb (1985), il y a 4 densités osseuses : D1 : l os est très minéralisé avec beaucoup de corticale et peu d os spongieux. D2 : il est caractérisé par un équilibre entre la zone corticale et l os spongieux qui assure une bonne vascularisation et donc une bonne cicatrisation. D3 : il est caractérisé par une proportion peu importante de corticale (10% environ) et très importante d os spongieux (90% environ). D4 : l os est lâche, sans corticale et peu minéralisé. Idéalement, il est préférable d avoir D2, puis D3, D1 et enfin D4. Les auteurs de cette classification évoquent la difficulté de prévisualisation de la qualité osseuse à l aide de moyens radiographiques conventionnels (orthopantomographie et cliché rétro-alvéolaire). Misch (1990) propose une classification à quatre niveaux des densités osseuses associées à leurs localisations : D1 : Il s agit d un os très dense composé presque dans sa totalité d un os cortical compact. L apport vasculaire est diminué et ce type de densité est plutôt retrouvé dans le secteur antérieur mandibulaire et occasionnellement au niveau postérieur. Par ailleurs, il faut préciser que le risque avec ce type de densité est essentiellement le risque d échauffement lors du forage.

22 11 D2 : Dans ce type de densité, une corticale dense s associe à un os spongieux intermédiaire à l intérieur. Cette densité sera retrouvée dans les secteurs mandibulaires et au niveau du maxillaire antérieur. Cet os présente une excellente interface pour la cicatrisation implantaire. D3 : L os est constitué d une corticale poreuse et d un os spongieux de faible densité. C est au niveau de la crête vestibulaire maxillaire que la couche d os cortical est la plus fine. Concernant sa localisation, il se retrouve fréquemment dans la partie antérieure du maxillaire et dans les régions postérieures de la mandibule et du maxillaire. Cet os présente une vascularisation permettant une bonne cicatrisation, cependant, la préparation chirurgicale du site implantaire n autorise pas de marge concernant la position et l axe. D4 : La qualité tissulaire est ici de très faible densité et la couche de corticale est extrêmement fine. Sa localisation est essentiellement dans la région postérieure maxillaire et très exceptionnellement à la mandibule. La vascularisation dans ce type d os est favorable, cependant le pourcentage de contact os-implant est limité. En outre, Misch ajoute en 1999 à sa classification le type D5. Il correspond à un os très mou avec une minéralisation incomplète. Il est caractérisé par un tissu immature, tel que le tissu cicatriciel post-extractionnel immature.

23 Le phénotype parodontal Classification Il existe un certain nombre de classifications des différents parodontes. La classification la plus connue est fondée sur la morphologie des tissus parodontaux. Elle a été proposée par Maynard et Wilson (1980) et comprend quatre types de parodontes à la figure 5 : Type 1 : Dimension normale ou «idéale» de tissu kératinisé et une épaisseur vestibulo-linguale normale ou «idéale» du procès alvéolaire. Cliniquement, la hauteur de tissu kératinisé est d environ 3 à 5 mm et la palpation révèle un parodonte épais. Une dimension suffisante de gencive attachée sépare le bord gingival libre de la muqueuse alvéolaire mobile. Type 2 : les dimensions du tissu kératinisé sont réduites et l épaisseur vestibulolingual du procès alvéolaire est normale. Cliniquement, la gencive vestibulaire mesure moins de 2 mm. La palpation de l os sous-jacent semble révéler une épaisseur raisonnable. Type 3 : le tissu kératinisé est de dimension normale ou idéale et l épaisseur vestibulo-linguale du procès alvéolaire est mince. Cliniquement, la hauteur de tissu kératinisé est normale mais l os et les racines dentaires peuvent être palpés. Type 4 : le tissu kératinisé est réduit (moins de 2 mm) et l épaisseur vestibulolinguale du procès alvéolaire est mince. Dans cette situation tissulaire, il existe un fort potentiel de récession en l absence de contrôle de plaque et en présence de traumatisme local.

24 13 Figure 5 : Les quatre types de parodontes. A: type 1. B: type 2. C: type 3. D: type 4. Borghetti et Monnet-Corti, (2008). Selon Maynard (1998), «le parodonte idéal, de type 1, pourra tout subir. Le type 2 pourra se maintenir. Le type 3 pourra tromper la vigilance du clinicien et l orthodontiste devra faire très attention aux mouvements de vestibulo-version. Le type 4 devra attirer toute notre attention et le patient devra être considéré comme un patient à risque pour des problèmes muco-gingivaux». Le type parodontal aura une influence décisive sur les résultats thérapeutiques initiaux et sur la maintenance Approche clinique Pour le type 1, la situation est favorable car il présente un potentiel de cicatrisation important. La vascularisation est plus riche et un plus grand nombre de fibres de collagène sont présentes, permettant davantage de remaniements. Pour le type 2, la situation est relativement favorable sur le plan osseux, mais avec un potentiel de cicatrisation moindre que le type 1. Il faudra être vigilant sur la technique chirurgicale afin qu elle ne soit pas délétère pour la gencive, notamment lors du temps opératoire, lors du décollement avec des risques de déchirures et lors des sutures. Une attention toute particulière doit être portée sur le repositionnement papillaire.

25 14 Des gestes chirurgicaux supplémentaires peuvent s avérer nécessaires afin d obtenir un résultat esthétique convenable (techniques d augmentation de volume de la gencive). Pour le type 3, bien que le tissu kératinisé puisse être d une dimension satisfaisante, le recours aux examens complémentaires permettra au praticien d objectiver le volume osseux réellement disponible : en fonction de l épaisseur vestibulo-linguale de l os alvéolaire, il pourra avoir recours à des techniques d apport osseux. Pour le type 4, étant donné qu il est caractérisé par une gencive fine et festonnée, et qu il peut parfois laisser voir par transparence le titane, il faudra évaluer, tant au niveau osseux qu au niveau gingival, les gestes nécessaires pour obtenir un site préimplantaire adéquat. Ce type est défavorable. Selon le type, la préservation et l aménagement des tissus mous commencera dès le tracé d incision, légèrement palatin, afin de préserver et de transférer la quantité nécessaire de gencive attachée au collet de l implant. Cet aménagement des tissus mous est indispensable pour 2 raisons : Esthétique : en effet, une quantité insuffisante de tissus mous entraîne un résultat esthétique médiocre. Pérennité : un environnement gingival favorable permet de protéger l implant et réduira le risque de mucosite ainsi que de péri-implantite. A la suite de plusieurs études cliniques (Tarnow et coll., 1992, 2000 et 2003 ; Choquet et coll., 2001), il a été acquis que pour associer au mieux implantologie et esthétique, certaines règles devaient être respectées. Ces règles concernent les implants en deux parties, où tissus durs et tissus mous sont au contact de deux pièces distinctes : l implant lui-même et le pilier, temporaire ou définitif. Pour aboutir à un résultat esthétique, il est nécessaire de : Préserver le capital osseux consécutif à la pose de l implant, notamment la table osseuse vestibulaire. Préserver ou recréer la morphologie des papilles et leur volume dans le temps. Préserver ou recréer un contour gingival satisfaisant et le maintenir au cours du temps. Préparer un profil d émergence optimal.

Les Tissus Dentaires

Les Tissus Dentaires Les Tissus Dentaires L'émail L'émail, qui recouvre les couronnes dentaires, est le tissu le plus minéralisé de l'organisme. L'émail est essentiellement constitué de cristaux d'hydroxyapatite, et dans une

Plus en détail

Positionnement de l implant

Positionnement de l implant HORS SÉRIE Hors série - 2009 Positionnement de l implant Déterminants biologiques et précision NobelActive NobelGuide Chirurgie à minima et esthétique ESTHÉTIQUE ET CHIRURGIE GUIDÉE AVEC NOBELACTIVE PAR

Plus en détail

Positionnement de l implant

Positionnement de l implant HORS SÉRIE Hors série - 2009 Positionnement de l implant Déterminants biologiques et précision NobelActive NobelGuide Chirurgie à minima et esthétique Édentement de 11. Mise en place non invasive (incision

Plus en détail

Nos patients appartiennent à l ère d Internet. Ils

Nos patients appartiennent à l ère d Internet. Ils Stratégie esthétique : comprendre pour simplifier Mithridade Davarpanah, Serge Szmukler-Moncler, Philippe Rajzbaum, Thierry Degorce Le but de cet article est de montrer deux cas a priori similaires qui

Plus en détail

Cavité buccale et système dentaire

Cavité buccale et système dentaire Cavité buccale et système dentaire I. Introduction La cavité buccale forme la 1 ère cavité du tube digestif. Les dents ont un rôle : Fonctionnel : mastication, déglutition, phonation Esthétique : expression

Plus en détail

mandibule atrophique :

mandibule atrophique : chirurgie/prothèse Réhabilitation d une mandibule atrophique : les nouvelles perspectives de l implantologie basale Antoine MONIN* Jean Claude MONIN** Henri COMBALUZIER*** La réhabilitation implanto-prothétique

Plus en détail

Un concept prothétique implanto-porté d avant-garde pour une réussite et une stabilité tissulaire à long terme Auteur_Dr Fred Bergmann, Allemagne

Un concept prothétique implanto-porté d avant-garde pour une réussite et une stabilité tissulaire à long terme Auteur_Dr Fred Bergmann, Allemagne Un concept prothétique implanto-porté d avant-garde pour une réussite et une stabilité tissulaire à long terme Auteur_Dr Fred Bergmann, Allemagne Fig. 1 Fig. 2a Fig. 1_Radiographie (OPG) de la situation

Plus en détail

Remplacement d une incisive latérale supérieure dans un espace réduit

Remplacement d une incisive latérale supérieure dans un espace réduit XX cas complexes en implantologie 11 Remplacement d une incisive latérale supérieure dans un espace réduit Philippe Russe, Patrick Missika 84 1. Vue initiale Présentation La patiente est une jeune fille

Plus en détail

Chapitre 3 : Anatomie dentaire. Professeur Muriel BRIX Professeur Jacques LEBEAU

Chapitre 3 : Anatomie dentaire. Professeur Muriel BRIX Professeur Jacques LEBEAU UE Odontologie Chapitre 3 : Anatomie dentaire Professeur Muriel BRIX Professeur Jacques LEBEAU Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan A- L organe

Plus en détail

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research S I A O Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research Cycle de formation clinique en implantologie Ce Cycle de formation organisé par Infodental Algérie sous la responsabilité

Plus en détail

Manuel d hygiène bucco-dentaire Destiné à la formation de prophylaxistes

Manuel d hygiène bucco-dentaire Destiné à la formation de prophylaxistes Manuel d hygiène bucco-dentaire Destiné à la formation de prophylaxistes élaboré pour le SDI par Graziella Secci hygiéniste dentaire g_secci@bluewin.ch SDI 2006 / 2007; Ed. n 1 La cavité buccale - Anatomie

Plus en détail

Université Européenne Miguel de Cervantes DIPLÔME UNIVERSITAIRE CLINIQUE DE PARODONTIE

Université Européenne Miguel de Cervantes DIPLÔME UNIVERSITAIRE CLINIQUE DE PARODONTIE Université Européenne Miguel de Cervantes DIPLÔME UNIVERSITAIRE CLINIQUE DE PARODONTIE www.uemc.es Année universitaire 2016-2017 OBJECTIFS DE LA FORMATION Connaitre les disciplines théoriques et maîtriser

Plus en détail

SOLIDAIRE CÔTÉ social.

SOLIDAIRE CÔTÉ social. L e s G U I d e s P R É V e n t I O n PERFORMANTE CÔTÉ santé SOLIDAIRE CÔTÉ social. Il est actuellement admis que seules 3 % des personnes âgées conservent une denture saine. Il s agit d un véritable constat

Plus en détail

7 AS ODONTOLOGIA. 7 AS Odontologia. Les crêtes hypertrophiques en prothèse complète amovible. Réunion du 2103/07

7 AS ODONTOLOGIA. 7 AS Odontologia. Les crêtes hypertrophiques en prothèse complète amovible. Réunion du 2103/07 7 AS ODONTOLOGIA La 5e réunion du 7AS s est déroulée le 21 Mars 2007 au club de Golf. Nouvelles conférences, nouveau thème. Cette fois-ci, c est la gestion des tissus mous. C est aussi un nouveau lieu,

Plus en détail

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE Depuis plus de 10 ans, l association Actis dentaire formation a pour objectif de former des praticiens à la chirurgie orale, parodontale et implantaire. L expérience pour

Plus en détail

Agénésie et prothèse implanto-portée

Agénésie et prothèse implanto-portée Agénésie et prothèse implanto-portée Dr Thierry ROUACH Lʼagénésie dentaire est une pathologie plus ou moins handicapante en fonction du nombre et de la position des dents absentes. Certaines agénésie sont

Plus en détail

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet.

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet. ANATOMIE DENTAIRE LES DENTS PERMANENTES Caractères généraux Chaque dent est constituée de 2 parties principales. - Une partie visible, au niveau de la cavité buccale, plus ou moins massive, la couronne

Plus en détail

Réhabilitation globale esthétique par implants dentaires et prothèse fixée

Réhabilitation globale esthétique par implants dentaires et prothèse fixée Réhabilitation globale esthétique par implants dentaires et prothèse fixée Présentation du cas clinque : Un homme de 60 ans se présente pour des douleurs à la mandibule et une instabilité de sa prothèse

Plus en détail

Gestion du secteur maxillaire antérieur par prothèse implanto et dento-portée

Gestion du secteur maxillaire antérieur par prothèse implanto et dento-portée Gestion du secteur maxillaire antérieur par prothèse implanto et dento-portée Dr Thierry ROUACH D.U d Implantologie Chirurgicale et Prothétique Paris 7 Attaché, service de Prothèse, Université Paris 5

Plus en détail

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr http://portaildoc.univ-lyon1.fr Creative commons : Paternité - Pas d Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr UNIVERSITE CLAUDE -LYON

Plus en détail

Réhabilitation implanto-prothétique et papille.

Réhabilitation implanto-prothétique et papille. Réhabilitation implanto-prothétique et papille. Diplôme Universitaire d Implantologie et d Esthétique Dentaire d Evry Docteur Gouët Emmanuel TJAN et coll. 1984 : 454 sujets étude sur le niveau du bord

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Restauration d incisives mandibulaire manquantes avec des implants : qu est-ce qui vous fait hésiter?

Restauration d incisives mandibulaire manquantes avec des implants : qu est-ce qui vous fait hésiter? Restauration d incisives mandibulaire manquantes avec des implants : qu est-ce qui vous fait hésiter? Auteurs_ Dr Chonghwa Kim & Sangwoo Lee, Korea La préparation des piliers sur incisives mandi - bulaires

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse. Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS

Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse. Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse Formation complète, dédiée aux

Plus en détail

TESTEZ LA FLEXIBILITÉ ESTHÉTIQUE AVEC LES IMPLANTS STRAUMANN BONE LEVEL

TESTEZ LA FLEXIBILITÉ ESTHÉTIQUE AVEC LES IMPLANTS STRAUMANN BONE LEVEL TESTEZ LA FLEXIBILITÉ ESTHÉTIQUE AVEC LES IMPLANTS STRAUMANN BONE LEVEL LE RÔLE D UNE PARTIE SECONDAIRE DE CICATRISATION PERSONNALISÉE POUR LA GESTION DES TISSUS MOUS DANS LA ZONE ESTHÉTIQUE IMPLANTATION

Plus en détail

Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse. Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS

Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse. Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse Institut Européen du Visage 5, rue Suger - 75006 PARIS Formation Initiale en Implantologie, Chirurgie et Prothèse Formation complète, dédiée aux

Plus en détail

quotidienne : chirurgie implantologie sans greffe, ni membrane, ni biomatériaux Implantologie et réalité Introduction Long NGUYEN

quotidienne : chirurgie implantologie sans greffe, ni membrane, ni biomatériaux Implantologie et réalité Introduction Long NGUYEN Implantologie et réalité quotidienne : implantologie sans greffe, ni membrane, ni biomatériaux Long NGUYEN Introduction La demande en Implantologie est croissante, mais beaucoup de nos patients, souvent

Plus en détail

l implantologie basale

l implantologie basale Plaquette n 17 6/11/08 11:04 Page 1 Apport de l implantologie basale dans les reconstructions implantaires fixes : une alternative aux greffes osseuses? Denis DOUGNAC-GALANT L omnipraticien est, dans son

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

d un déficit transversal osseux mandibulaire avec les implants TBR Z1

d un déficit transversal osseux mandibulaire avec les implants TBR Z1 Gestion simplifiée d un déficit transversal osseux mandibulaire avec les implants TBR Z1 Zircone-Titane Régis NEGRE* Introduction La pose d implant nécessite parfois, pour répondre aux critères de pérennité

Plus en détail

Une fois l implant correctement placé (18), c est

Une fois l implant correctement placé (18), c est Esthétique péri-implantaire : quelles stratégies muco-gingivales? T. DEGORCE, chirurgien-dentiste Quels sont les objectifs des aménagements péri-implantaires? Quelles sont les interventions qui peuvent

Plus en détail

Parodontologie - Implantologie - Prothèse. CYCLE DE 4 SÉMINAIRES DE 2 JOURS Jeudis et Vendredis

Parodontologie - Implantologie - Prothèse. CYCLE DE 4 SÉMINAIRES DE 2 JOURS Jeudis et Vendredis Docteurs Paul et Catherine MATTOUT Parodontologie - Implantologie - Prothèse CYCLE DE 4 SÉMINAIRES DE 2 JOURS Jeudis et Vendredis Séminaire I Les maladies parodontales Du contrôle de l infection à la reconstruction

Plus en détail

Département de chirurgie dentaire Service de parodontologie Dr ZAGHEZ M. Polycopies de parodontologie

Département de chirurgie dentaire Service de parodontologie Dr ZAGHEZ M. Polycopies de parodontologie Université BADJI Mokhtar Département de chirurgie dentaire Service de parodontologie Faculté de Médecine Dr ZAGHEZ M. Polycopies de parodontologie Introduction : 1. Définitions 2. Objectifs 3. Classification

Plus en détail

charnière postérieure matrice plasmatique minéralisée

charnière postérieure matrice plasmatique minéralisée Ostéotomie à charnière postérieure et matrice plasmatique minéralisée avec mise en place d implants Jean PÉRISSÉ* Odeta BOUTAULT-MODIGA* Lina MAZZONI* Introduction La multiplication des besoins et des

Plus en détail

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr http://portaildoc.univ-lyon1.fr Creative commons : Paternité - Pas d Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr UNIVERSITE CLAUDE BERNARD-LYON

Plus en détail

Protocole de chirurgie

Protocole de chirurgie Protocole de chirurgie ...Votre Sourire, Notre Passion La société Global D est née en juillet 2012 de la fusion de deux marques importantes sur le marché de l implantologie dentaire en France : - Société

Plus en détail

A PROPOS D'UN CAS D'EXTRACTION IMPLANTATION, ET MISE EN CHARGE IMMEDIATE

A PROPOS D'UN CAS D'EXTRACTION IMPLANTATION, ET MISE EN CHARGE IMMEDIATE A PROPOS D'UN CAS D'EXTRACTION IMPLANTATION, ET MISE EN CHARGE IMMEDIATE H.Guibert. Docteur en chirurgie dentaire (1) L.Bertaud. Docteur en chirurgie dentaire. Ancien Interne.(2) (1),(2) 28 rue Baudot.

Plus en détail

EAST : Easy Surgical Template Suivez le guide!

EAST : Easy Surgical Template Suivez le guide! Industrie Innovation EXTRAIT DE TITANE VOL.5 - N 3- SEPTEMBRE 2008 - P. 74-77 EAST : Easy Surgical Template Suivez le guide! PAR Sylvain Cazalbou 11 bis, rue d Aguesseau, 75008 Paris Tél. 01 43 12 88 11

Plus en détail

Présentation GAMME IMPLANTAIRE ROBOTIQUE IMPLANTAIRE DOSSIERS MEDICO LEGAL FFORMATION CONTINUE PUBLICATIONS CONTACT

Présentation GAMME IMPLANTAIRE ROBOTIQUE IMPLANTAIRE DOSSIERS MEDICO LEGAL FFORMATION CONTINUE PUBLICATIONS CONTACT DOSSIERS MEDICO LEGAL F One System Implant Ferrari Technology Bioconcept Intégration L avis de professionels Pour quelles raisons choisir ONE SYSTEM IMPLANT Pour le praticien le choix d un système implantaire

Plus en détail

Histologie Etude des tissus. Chapitre 6 : La dent. Professeur Daniel SEIGNEURIN

Histologie Etude des tissus. Chapitre 6 : La dent. Professeur Daniel SEIGNEURIN Histologie Etude des tissus Chapitre 6 : La dent Professeur Daniel SEIGNEURIN MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Généralités Implantation disposées

Plus en détail

Reconstitution tridimensionnelle d un site antérieur fortement résorbé

Reconstitution tridimensionnelle d un site antérieur fortement résorbé PAS À PAS Coordonné par Gérard Zuck pratique Reconstitution tridimensionnelle d un site antérieur fortement résorbé Présentation du cas La mise en place d un implant unitaire dans le secteur antérieur

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 7 DENIS DIDEROT FACULTE DE CHIRURGIE DENTAIRE. 5, Rue Garancière 75006 Paris THESE. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR

UNIVERSITE PARIS 7 DENIS DIDEROT FACULTE DE CHIRURGIE DENTAIRE. 5, Rue Garancière 75006 Paris THESE. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR UNIVERSITE PARIS 7 DENIS DIDEROT FACULTE DE CHIRURGIE DENTAIRE 5, Rue Garancière 75006 Paris 2007 Thèse N : N attribué par la bibliothèque : THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR En Chirurgie Dentaire

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Diplôme Universitaire Implantologie MODALITES DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Année 2014-2015 Vu le code de l éducation, notamment les articles L613-2 et D613-12 ; Vu le décret 2002-529 du 16 avril 2002

Plus en détail

La beauté d un sourire en santé. Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel.

La beauté d un sourire en santé. Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel. La beauté d un sourire en santé Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel. Pourquoi se préoccuper de la perte de dents? Lorsqu on s imagine perdre nos dents, la

Plus en détail

PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE

PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE Institut de Formation en Parodontologie et Implantologie Orale Véritable formation à la fois clinique & théorique basée sur la transmission des connaissances

Plus en détail

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES Le Diagnostic : Il repose sur l écoute du patient, l examen clinique, le sondage, la radiographie. L inflammation gingivale peut être

Plus en détail

la conception «Richmond» en esthétique implantaire

la conception «Richmond» en esthétique implantaire Plaquette 38_Mise en page 1 15/03/13 11:01 Page1 Le pilier ATOLL Implant : la conception «Richmond» en esthétique implantaire *GAROBY S. **VALETTE J. ***RAMOUL F. ****JALBERT F. Avant-propos L esthétique

Plus en détail

Prise en charge d une canine incluse Recommandations de Bonne Pratique Juillet 2015

Prise en charge d une canine incluse Recommandations de Bonne Pratique Juillet 2015 Prise en charge d une canine incluse Recommandations de Bonne Pratique Juillet 2015 Promoteurs Société Française de Stomatologie, Chirurgie Maxillo-Faciale et Chirurgie Orale Société Médicale d Orthopédie

Plus en détail

Questions / Réponses. à propos des implants chirurgical. http://www.ccimplant.fr

Questions / Réponses. à propos des implants chirurgical. http://www.ccimplant.fr Questions / Réponses à propos des implants chirurgical Qu est-ce qu un implant? Un implant dentaire correspond à une racine artificielle de forme généralement cylindrique, en titane (métal bien toléré

Plus en détail

divergence IL objectif principal de toute réhabilitation est le Du bon usage de la

divergence IL objectif principal de toute réhabilitation est le Du bon usage de la Du bon usage de la divergence de la dent unitaire à la prothèse implanto-portée à l aide d implant à connectique cône morse sans vissage Jean-Claude MONIN* Antoine MONIN** Introduction IL objectif principal

Plus en détail

En partenariat avec www.dentalformation.com Le grand portail de la formation dentaire

En partenariat avec www.dentalformation.com Le grand portail de la formation dentaire En partenariat avec www.dentalformation.com Le grand portail de la formation dentaire Faculté de Chirurgie Dentaire de Garancière PAROdOnTOLOgiE de 2 jours Modules 1 et 2 [Paris], Modules 3 et 4 [Marselle]

Plus en détail

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne)

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Rappel Nomination commune des dents: 32 dents au total chez l adulte Depuis la ligne médiane: 2 incisives 1canine 2 prémolaires 3 molaires

Plus en détail

Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel.

Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel. Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel. La Valeur d un Sourire 2 Qu est ce qu un implant dentaire? 3 Comparaison entre implant et dent naturelle

Plus en détail

Mise en fonction immédiate après extraction : stabilité esthétique et fonctionnelle après 13 ans

Mise en fonction immédiate après extraction : stabilité esthétique et fonctionnelle après 13 ans Mise en fonction immédiate après extraction : stabilité esthétique et fonctionnelle après 13 ans Bruno Fissore* L extraction, implantation immédiate avec couronne provisoire immédiate présente de nombreux

Plus en détail

Jeudi 3 avril 2014. Cours avancé en. esthétique dentaire. Institut Pasteur - Paris

Jeudi 3 avril 2014. Cours avancé en. esthétique dentaire. Institut Pasteur - Paris Jeudi 3 avril 2014 Cours avancé en esthétique dentaire Institut Pasteur - Paris Adresse : Institut Pasteur 28 rue du Docteur Roux Immeuble du C.I.S 75015 PARIS Horaires : De 8h00 à 17h30 EDITORIAL Pour

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Hervé BUATOIS Docteur en Chirurgie dentaire.

Hervé BUATOIS Docteur en Chirurgie dentaire. Hervé BUATOIS Docteur en Chirurgie dentaire. 16 avenue Alsace Lorraine 38000 Grenoble Tel : 04 76 46 61 28 E-mail : hbuatois@clinicimplant.fr Profil Né le 12 mai 1966 à Lyon. Exercice privé limité à l

Plus en détail

DIPLÔME D'UNIVERSITE DE TROISIÈME CYCLE D'IMPLANTOLOGIE PARODONTIE

DIPLÔME D'UNIVERSITE DE TROISIÈME CYCLE D'IMPLANTOLOGIE PARODONTIE DIPLÔME D'UNIVERSITE DE TROISIÈME CYCLE D'IMPLANTOLOGIE PARODONTIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Diplôme universite niv. form. bac + 5 Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé A l'issue

Plus en détail

3 èmes Journées d Anatomie Chirurgicale

3 èmes Journées d Anatomie Chirurgicale 3 èmes Journées d Anatomie Chirurgicale TP de Chirurgie Orale en Omnipratique TP de Premier pas en Implantologie TP de Chirurgie Pré-implantaire BESANCON 4x2 jours de Dissec on Module 1 : 13-14 décembre

Plus en détail

CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MUCO-GINGIVALE

CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MUCO-GINGIVALE CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MUCO-GINGIVALE CHIRURGIE MUCO-GINGIVALE : 41 vidéos» CCL347 La régénération parodontale» CCL333 Pose d'un implant en 14 en un temps chirugical avec greffe de conjonctif

Plus en détail

Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Diplôme Universitaire d Implantologie Franco-Canadien (DUIFC) Niveau avancé REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Vu la loi 84-52 du 26 janvier 1984 sur l enseignement supérieur ; Vu le décret n 84-573

Plus en détail

- TD de pathologie et chirurgie buccale -

- TD de pathologie et chirurgie buccale - - TD de pathologie et chirurgie buccale - Définitions : Radiographie: C est l image photographique d un objet obtenu par l emploi de rayon X. Elle donne des renseignements sur les structures internes «invisibles»

Plus en détail

Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet

Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet 2 Solutions pour l édentement complet «Je voulais simplement retrouver mon sourire et j ai vraiment l impression de l avoir

Plus en détail

Techniques de chirurgie parodontale

Techniques de chirurgie parodontale CHAPITRE 4 Techniques de chirurgie parodontale PLAN DU CHAPITRE GINGIVECTOMIE DISTAL WEDGE LAMBEAU DE WIDMAN MODIFIÉ LAMBEAU ESTHÉTIQUE D ACCÈS ALLONGEMENT CORONAIRE ET LAMBEAU POSITIONNÉ APICALEMENT FRÉNECTOMIES

Plus en détail

Il faudra choisir entre les techniques permettant

Il faudra choisir entre les techniques permettant implantation immédiate Extraction implantation temporisation immédiate unitaire Franck Bonnet DU d implantologie, CES de parodontologie, CES de prothèse, DU d expertise buccodentaire, membre de l Académie

Plus en détail

Ossfit Ossfit Ossfit Opter pour le système Ossfit c est gagner du temps pour vous et vos patients.

Ossfit Ossfit Ossfit Opter pour le système Ossfit c est gagner du temps pour vous et vos patients. D E N T A L C A R E B Y N A T U R E IMPLANT OSSFIT L implant Ossfit est spécifiquement conçu pour la chirurgie en un seul temps. Cette technique parfaitement validée aujourd hui signifie moins de traumatisme

Plus en détail

Mise en place d implants au travers de tissu dentaire

Mise en place d implants au travers de tissu dentaire 25 cas complexes en implantologie 17 Mise en place d implants au travers de tissu dentaire Mithridade Davarpanah, Serge Szmukler-Moncler, K???? Davarpanah, Philippe Rajzbaum 130 1a. Situation clinique

Plus en détail

Déficit en tissu kératinisé Que faire? Information des patients Gain de tissu kératinisé

Déficit en tissu kératinisé Que faire? Information des patients Gain de tissu kératinisé Déficit en tissu kératinisé Que faire? Information des patients Gain de tissu kératinisé Que se passe-t-il si vous n avez pas assez de tissu kératinisé? Un manque de tissu kératinisé peut entraîner plusieurs

Plus en détail

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie Passer à l acte en implantologie Modules optionnels est un cycle de formation basé sur des travaux pratiques de chirurgie implantaire, permettant de confirmer les acquis théoriques. À l issue du cursus,

Plus en détail

Bloc corticospongieux. Puros. Guide de méthodologie chirurgicale

Bloc corticospongieux. Puros. Guide de méthodologie chirurgicale Un nouveau regard sur Bloc corticospongieux Puros les allogreffes. Guide de méthodologie chirurgicale Méthodologie chirurgicale des blocs allogreffes Puros 1 Étude de cas du patient: Le patient doit être

Plus en détail

Implants dentaires. Informations sur la maintenance implantaire à destination des professionnels dentaires GUIDE DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DENTAIRES

Implants dentaires. Informations sur la maintenance implantaire à destination des professionnels dentaires GUIDE DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DENTAIRES Implants dentaires Informations sur la maintenance implantaire à destination des professionnels dentaires GUIDE DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DENTAIRES Introduction La réussite d une thérapeutique implantaire

Plus en détail

Comparaison des taux de survie des implants en oxyde de zirconium et des implants en titane

Comparaison des taux de survie des implants en oxyde de zirconium et des implants en titane M. Lambrich 1, G. Iglhaut 2 ISO 9001 et 13485 Certification SWISS MADE La présente étude rétrospective se propose de déterminer, puis de confronter les taux de survie d implants en titane pur à ceux d

Plus en détail

RACINES. (cf ankylose, cf ligament alvéolo dentaire, cf rhizalyse, cf fracture radiculaire, cf extraction dentaire, cf sinus)

RACINES. (cf ankylose, cf ligament alvéolo dentaire, cf rhizalyse, cf fracture radiculaire, cf extraction dentaire, cf sinus) RACINES (cf ankylose, cf ligament alvéolo dentaire, cf rhizalyse, cf fracture radiculaire, cf extraction dentaire, cf sinus) Les dents sont constituées, comme les plantes, de racines invisibles à l'œil

Plus en détail

Innovant Efficace Résistant Précis Unique

Innovant Efficace Résistant Précis Unique DENTAL Innovant Efficace Résistant Précis Unique Stabilisation immédiate et définitive des prothèses fixes ou amovibles Pour être acceptée, une prothèse doit être stable. Praticiens et patients souhaitent

Plus en détail

Elargissement de la muqueuse péri-implantaire kératinisée lors de la réouverture de l implant

Elargissement de la muqueuse péri-implantaire kératinisée lors de la réouverture de l implant 1324 PRATIQUE QUOTIDIENNE ET FORMATION COMPLÉMENTAIRE BIBLIOGRAPHIE VOIR TEXTE ALLEMAND, PAGE 1323 Regula Kaufmann 1 Renzo Bassetti 1,2 Regina Mericske-Stern 1 Norbert Enkling 1 1 Clinique de prothèse

Plus en détail

Information pour le patient

Information pour le patient Information pour le patient Plus de qualité de vie avec des implants dentaires SWISS PRECISION AND INNOVATION. 1 Table des matières Quelle est l importance des dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce

Plus en détail

Manuel chirurgical. Système d implants Tapered Screw-Vent

Manuel chirurgical. Système d implants Tapered Screw-Vent Manuel chirurgical Système d implants Tapered Screw-Vent MANUEL CHIRURGICAL ZIMMER PERSONNE NE CONNAIT L OS AUSSI BIEN QUE ZIMMER C e manuel chirurgical décrit les procédures pré-chirurgicales et chirurgicales

Plus en détail

L objectif de tout traitement implantaire

L objectif de tout traitement implantaire IMP0313_P000_000_DOS:IMPLANT-01-2009-Q7 28/01/13 16:59 Page 1 Quelle photo devons-vous mettre ici? DOSSIER CLINIQUE pratique C. GAILLARD J. BELLAMY Apport d un pilier implantaire en céramique pressée Le

Plus en détail

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D ODONTO-STOMATOLOGIE ANNEE 2006 N o 03 LE SOURIRE DANS L ESTHETIQUE : CARACTERISTIQUES CLINIQUES ET PERCEPTION DANS UNE POPULATION

Plus en détail

Supplément spécial Synthèses de publications scientifiques. Implants BIOMET 3i PREVAIL. Publication officielle de

Supplément spécial Synthèses de publications scientifiques. Implants BIOMET 3i PREVAIL. Publication officielle de Supplément spécial Synthèses de publications scientifiques Implants BIOMET 3i PREVAIL Publication officielle de The Institute for Implant and Reconstructive Dentistry est un centre de formation et d'enseignement

Plus en détail

Intégration de la CFAO globale au quotidien :

Intégration de la CFAO globale au quotidien : Intégration de la CFAO globale au quotidien : implantologie guidée par CEREC Guide et couronne usinée sur TiBase Auteur_Dr Amandine Para, France Fig. 1a Fig. 1b Figs. 1a & b_situation initiale de l édentement

Plus en détail

Esthétique et déficits osseux multiples

Esthétique et déficits osseux multiples XX cas complexes en implantologie 16 Esthétique et déficits osseux multiples Philippe Russe 1. Radiographie panoramique initiale du patient 184 Présentation Monsieur H., âgé de 65 ans lors de sa consultation

Plus en détail

Relations PARODONTO-PROTHEQUES

Relations PARODONTO-PROTHEQUES UNIVERSITE BADJI Mokhtar - ANNABA FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE SERVICE DE PARODONTOLOGIE Dr M.ZAGHEZ http://zaghez.net76.net/ Polycopie de Parodontologie 4 ème Année Relations

Plus en détail

Vous donner les moyens d en faire +

Vous donner les moyens d en faire + Vous donner les moyens d en faire + Programme détaillé Chère Consœur, Cher Confrère, Vous trouverez ci-après le programme détaillé de notre formation en parodontologie 2008. Il s agit du programme détaillé

Plus en détail

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs.

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs. ODF 1) Embryologie dento faciale et croissance crânio faciale. 2) Rythme et direction de croissance. 3) Le modelage osseux. 4) Morphogenèse des arcades dentaires et établissement de l occlusion. 5) Notions

Plus en détail

UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER FACULTE DE CHIRURGIE DENTAIRE THESE

UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER FACULTE DE CHIRURGIE DENTAIRE THESE -2- UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER FACULTE DE CHIRURGIE DENTAIRE ANNEE 2015 2015-TOU3-3007 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN CHIRURGIE DENTAIRE Présentée et soutenue publiquement par Annaïk

Plus en détail

Dr Jean-Louis ZADIKIAN RÉHABILITATIONS COMPLÈTES LES PROTOCOLES ACCÉLÉRÉS FOTOLIA

Dr Jean-Louis ZADIKIAN RÉHABILITATIONS COMPLÈTES LES PROTOCOLES ACCÉLÉRÉS FOTOLIA RÉHABILITATIONS COMPLÈTES LES PROTOCOLES ACCÉLÉRÉS FOTOLIA 12 - DENTOSCOPE N 106-27/11/2012 Cette technique permettrait de remplacer immédiatement la ou les dents condamnées. Elle tente aujourd hui de

Plus en détail

Première partie. Article scientifique. Traumatismes des dents antérieures primaires et permanentes. Classification

Première partie. Article scientifique. Traumatismes des dents antérieures primaires et permanentes. Classification Robert Charland 1, Paule Salvail 2, Marie Champagne 3, Richard Mercier 4, Sylvain Gagnon 5, Élise Shoghikian 6, Pierre Mackay 7 et Normand Aubre 8 Traumatismes des dents antérieures primaires et permanentes

Plus en détail

Prothèses dentaires Implants. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prothèses dentaires Implants. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prothèses dentaires Implants Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mai 2010 - Par le docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste Les prothèses dentaires Les prothèses

Plus en détail

PAN CEPH 3D CAS CLINIQUES. Apport du cône beam en cabinet dentaire

PAN CEPH 3D CAS CLINIQUES. Apport du cône beam en cabinet dentaire PAN CEPH 3D CAS CLINIQUES Apport du cône beam en cabinet dentaire CAS CLINIQUES - IMAGERIE 3D Introduction Bonjour, Nous vous invitons à découvrir dans cette brochure quelques exemples concrets de l apport

Plus en détail

D.E.SU. «Parodontologie en Pratique Clinique» (2015-2016)

D.E.SU. «Parodontologie en Pratique Clinique» (2015-2016) D.E.SU. «Parodontologie en Pratique Clinique» (2015-2016) 1 er Séminaire : UE 1 : Les maladies parodontales : étiopathogénie, diagnostic et plan de traitement. UE 2 : La phase étiologique de la thérapeutique

Plus en détail

FORMATION 5 JOURS. 1ère SESSION

FORMATION 5 JOURS. 1ère SESSION FORMATION 5 JOURS La formation a pour objectif la transmission des bases fondamentales de l implantologie ainsi que la maîtrise des protocoles innovants qui autorisent le remplacement immédiat des dents

Plus en détail

Utilisez un seul foret pour la pose d un implant ID ALL. www.idisystem.fr

Utilisez un seul foret pour la pose d un implant ID ALL. www.idisystem.fr racé et performant P lus de simplicité : Utilisez un seul foret pour la pose d un implant ID ALL. 1 foret / 1 implant www.idisystem.fr Implants Diffusion International 23/25 rue Emile Zola - 93100 Montreuil

Plus en détail

Apport de la CFAO dans la mise en charge immédiate chez l édenté complet

Apport de la CFAO dans la mise en charge immédiate chez l édenté complet Apport de la CFAO dans la mise en charge immédiate chez l édenté complet Antoine Popelut Guillaume Anduze Ancien interne Jonathan Coyssi Thomas Clément Prothésiste iclinique Lab Sylvain Le van (implantologie

Plus en détail

Parodontite/ péri-implantite agressive:

Parodontite/ péri-implantite agressive: Dimensions 3 2012 Article spécialisé Parodontite/ péri-implantite agressive: Coup du sort ou maladie guérissable au cabinet dentaire?! Prof. Dr méd. dent., FICOI, FITI, FPFA Joachim S. Hermann spécialiste

Plus en détail

Drs Jean-Louis ZADIKIAN et André CHAINE- 1 ère Partie

Drs Jean-Louis ZADIKIAN et André CHAINE- 1 ère Partie FOTOLIA 14 - DENTOSCOPE N 92-06/02/2012 Fig.1a Fig.1b Une dent provisoire esthétique est ainsi immédiatement connectée à un implant posé dans une alvéole venant d être dénudée, sans attendre sa cicatrisation

Plus en détail

L Examen clinique. et radiographique en parodontie. Interrogatoire médical et interrogatoire spécifique. L examen péri buccal et buccal

L Examen clinique. et radiographique en parodontie. Interrogatoire médical et interrogatoire spécifique. L examen péri buccal et buccal clinic analyse L examen clinique et radiographique en parodontie Dr Joël ITIC L Examen clinique L examen clinique est un impératif avant tout traitement. Il a pour but de définir un diagnostic et un plan

Plus en détail