Les enjeux de pérennisation des relations client fournisseur dans le contexte inter organisationnel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux de pérennisation des relations client fournisseur dans le contexte inter organisationnel"

Transcription

1 Les enjeux de pérennisation des relations client fournisseur dans le contexte inter organisationnel Jamila JOUALI Doctorante en Sciences de Gestion Université Mohammed V- Souissi Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales- Rabat, Maroc Téléphone : Abdellatif CHAKOR Professeur de Marketing à l Université Mohammed V- Souissi Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales- Rabat, Maroc Vice Doyen Chargé des Affaires Académiques et Pédagogiques Responsable du Master Marketing et Management Commercial Directeur de la Revue Marocaine de Recherche en Management et Marketing(REMAREM) Site Web: Tel:

2 Résumé : L a r e c h e r c h e d e x c e l l e n t e s r e l a t i o n s s o l i d e s d a n s u n u n i v e r s d a f f a i r e s h a u t e m e n t c o n c u r r e n t i e l, c o m p l e x e e t i n c e r t a i n a p p a r a î t d é s o r m a i s c o m m e u n e s o l u t i o n p o u r a s s u r e r l a r e n t a b i l i t é e t l a p é r e n n i t é d e l e n t r e p r i s e. C e t r a v a i l c h e r c h e à comprendre d u n e p a r t c e t y p e d e r e l a t i o n a u M a r o c e t d a u t r e p a r t à c e r n e r l e s m o y e n s m i s e n œ u v r e p o u r c r é e r, g é r e r c e c a p i t a l r e l a t i o n n e l. I l c h e r c h e é g a l e m e n t à c o m p r e n d r e l e s g a i n s c o o p é r a t i f s q u e c e t y p e d e r e l a t i o n g é n è r e p o u r l e s e n t r e p r i s e s i m p l i q u é e s. L o b j e c t i f d e c e p a p i e r e s t d o n c e x p l i q u e r l e s m é c a n i s m e s e t p r o c e s s u s p a r l e s q u e l s l e s r e l a t i o n s c l i e n t - f o u r n i s s e u r é mergent et se développent dans les entreprises marocaines. e t d é t u d i e r l i m p a c t d e s l i e n s r e l a t i o n n e l s s u r l e développement des relations d échanges dans le contexte inter organisationnel. Mots clés : Rela/on client fournisseur avantage concurren/el Sa/sfac/on

3 Abstract T h e s e a r c h f o r e x c e l l e n t r e l a t i o n s h i p s i n a h i g h l y c o m p e t i t i v e, c o m p l e x a n d u n c e r t a i n e n v i r o n m e n t, a p p e a r t o b e f r o m n o w a s a s o l u t i o n t o e n s u r e t h e p r o f i t a b i l i t y a n d s u s t a i n a b i l i t y o f t h e c o m p a n y. T h e s e a r t i c l e s t r y f i r s t l y t o u n d e r s t a n d t h e r e l a t i o n s h i p i n M o r o c c o C o m p a n y a n d s e c o n d l y t o u n d e r s t a n d t h e m e a n s u s e d to create, manage, and enhance this relational capital. It try as a w e l l t o u n d e r s t a n d t h e c o o p e r a t i v e b e n e f i t s t h a t t h i s k i n d o f relationship generate for the companies involved. Keywords: Customer Relationship supplier - Competitive advantage - Satisfaction - INTRODUCTION : L e m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l a é m e rg é c o m m e u n s u j e t d e r e c h e r c h e i m p o r t a n t d a n s l a l i t t é r a t u r e d e s a n n é e s 7 0. I l a é m e r g é d e l a c o l l a b o r a t i o n q u e l e s e n t r e p r i s e s e n t r e t i e n n e n t a v e c l e u r s

4 p a r t e n a i r e s p o u r f a i r e f a c e à l i n s t a b i l i t é d e l e u r e n v i r o n n e m e n t. L u n e d e s a p p r o c h e s l e s p l u s p r é c o c e s d e c e t t e r é f l e x i o n a s e s r a c i n e s d a n s l a t h é o r i e d e l é c h a n g e s o c i a l ( S h e t h e t P a r v a t y a r 1995) 1. D a u t r e s c o n t r i b u t i o n s o n t s u i v i, d o n t l a t h é o r i e i n t e r - o rg a n i s a t i o n n e l l e e t c e l l e d e s r é s e a u x i n d u s t r i e l s ( M a t t s o n ) 2. I l e s t a u j o u r d h u i l a r g e m e n t r e c o n n u q u e l e s r e l a t i o n s c l i e n t - f o u r n i s s e u r o f f r e n t d e s o p p o r t u n i t é s a u x f i r m e s p o u r c r é e r d e s a v a n t a g e s s t r a t é g i q u e s e t r é a l i s e r d e s g a i n s f i n a n c i e r s i m p o r t a n t s ( J a p, ) 3. C e s r e l a t i o n s f a c i l i t e n t u n a c c è s p l u s r a p i d e a u x n o u v e l l e s t e c h n o l o g i e s e t p e r m e t t e n t d a c q u é r i r u n e c a p a c i t é à f o u r n i r u n e l a r g e g a m m e d e b i e n s e t s e r v i c e s, à a c c é d e r à d e s c o n n a i s s a n c e s a u d e l à d e s f r o n t i è r e s d e l e n t r e p r i s e, à p a r t a g e r d e s r i s q u e s e t à a c c é d e r a u x c o m p é t e n c e s c o m p l é m e n t a i r e s ( J o h a n s o n e t M a t t s o n, ; Powell, 1987) 4. Avec la tendance à l homogénéisation des produits e t s e r v i c e s, l a r e l a t i o n é t a b l i t p a r l e n t r e p r i s e a v e c c h a c u n d e s e s c l i e n t s s a v è r e d é t e r m i n a n t e p o u r l a s a t i s f a c t i o n c l i e n t e t l e d é v e l o p p e m e n t à l o n g t e r m e d e s r e l a t i o n s ( D a m p é r a t ) 5. En t a n t s o u r c e d e v a l e u r p o u v a n t c o n d u i r e à l a v a n t a g e 1 Sheth J.N. & Parvatiyar A., 1995, The Evolution of Relationship Marketing, International Business Review, 4, 4, pp Mattson, L.G. (1985), An application of a network approach to marketing: Defending and changing marketing positions, eds. N. Dholakia and J. Arndt, Changing the Course of Marketing Alternative and Paradigms for Widening Marketing Theory. Greenwich, JAI press. 3 Jap S.D. (1999), «Pie-Expansion Efforts : Collaboration Processes in Buyer-Supplier Relationships», Journal of Marketing Research, vol. 36, November, pp Johanson J. et Mattson L.G. (1987), «Interorganizational Relations in Industrial Systems : A Network Approach compared with the Transaction Cost Approach», International Studies of Management and Organization, vol. 18, n 1, p

5 c o n c u r r e n t i e l, c e s r e l a t i o n s d o i v e n t ê t r e g é r é e s e t s o u t e n u e s. P o u r c e l a, l e s d i r i g e a n t s d o i v e n t d i s t i n g u e r l e s d i ff é r e n t s t y p e s d e r e l a t i o n p o u r a d a p t e r l e u r m a n a g e m e n t a u t y p e d é c h a n g e q u i s e p r é s e n t e à e u x e t d e d é v e l o p p e r d e s m é c a n i s m e s p e r t i n e n t s q u i l e u r s o n t l i é s 6. C e p e n d a n t, m a l g r é l i n t é r ê t c r o i s s a n t d e s c h e r c h e u r s, i l a p p a r a i t q u e l e s r e l a t i o n s c l i e n t - f o u r n i s s e u r e n r e g i s t r e n t u n t a u x d é c h e c s i m p o r t a n t. D a n s l a p r a t i q u e, i l apparait que l organisation, la gestion, la mise en œuvre de ces relations ou encore la mobilisation des éléments de soutien à ces r e l a t i o n s s o i e n t c o m p l e x e s. L o b j e t d e c e t t e r é f l e x i o n s a r t i c u l e a u t o u r d e d e u x q u e s t i o n s : Quelles sont les modalités de gestion de ces relations? Et quels sont les enjeux de pérennisation des r e l a t i o n s c l i e n t f o u r n i s s e u r d a n s l e c o n t e x t e i n t e r o rg a n i s a t i o n n e l, e t P o u r r é p o n d r e à c e s q u e s t i o n s, c e p a p i e r e s t s t r u c t u r é e n t r o i s s e c t i o n s. D a n s u n p r e m i e r t e m p s, i l s a g i t d e présenter un cadre conceptuel perme?ant d expliciter les fondements des modalités de ges/on des rela/ons d échanges, Ensuite, nous analysons les facteurs assurant leurs pérennités. Un model théorique qui est ensuite développé dont la méthodologie est aussi décrite. Les résultats et leurs implications s o n t e n s u i t e p r é s e n t é s a v a n t u n e c o n c l u s i o n l i s t a n t l e s limitations de cette étude. LE CADRE CONCEPTUEL DE L APPROCHE RELATIONNELLE : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES THOERIQUES : «L e s t h é o r i e s r e l a t i o n n e l l e s d é v e l o p p é e s e n m a r k e t i n g p o s t u l e n t q u e l é t a b l i s s e m e n t e t l e m a i n t i e n d e r e l a t i o n s p r i v i l é g i é e s e n t r e l e s d i f f é r e n t s a c t e u r s a u s e i n d u n é c h a n g e, o f f r e u n e 5 Dampérat M. (2005): «Les approaches de la relation clients : Evolution et nature», 1ères Journées de Recherche en Marketing IRIS, IAE de Lyon, 4 et 5 avril. 6

6 o p p o r t u n i t é p o u r l e s e n t r e p r i s e s à a c q u é r i r u n a v a n t a g e c o n c u r r e n t i e l e t u n e s o u r c e d e r é a l i s a t i o n d e p r o f i t a b i l i t é s u r l e l o n g t e r m e. L i n t é r ê t d u n e t e l l e d é m a r c h e a p u ê t r e d é m o n t r é dans plusieurs domaines particuliers de la discipline tels que le m a r k e t i n g i n d u s t r i e l, l e m a r k e t i n g d e s s e r v i c e s o u l e s r e l a t i o n s entre acheteurs et vendeurs». 7 Certaines propositions sont c e p e n d a n t f a i t e s q u i, a v e c u n e r e d é f i n i t i o n p l u s s o u p l e d e l a n o t i o n d e r e l a t i o n, p e r m e t t e n t d e c o n v o q u e r q u e l q u e s a p p o r t s n o n n é g l i g e a b l e s d e s t h é o r i e s r e l a t i o n n e l l e s p o u r e n t i r e r d e s e n s e i g n e m e n t s a d a p t é s a u d o m a i n e d e s r e l a t i o n s i n t e r o r g a n i s a t i o n n e l l e s. L e m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l p e u t a v o i r d i f f é r e n t e s s i g n i f i c a t i o n s e n f o n c t i o n d e s a u t e u r s o u d e s c h e r c h e u r s q u i s ' y i n t é r e s s e n t. B e r r y ( ) 8 définit le marketing relationnel comme «l'attraction, le maintien et, dans un contexte m u l t i s e r v i c e, l e d é v e l o p p e m e n t d e s r e l a t i o n s c l i e n t s». C e t t e d é f i n i t i o n, m ê m e s i c a n t o n n é e a u d o m a i n e d e s s e r v i c e s, m e t l ' a c c e n t s u r l e s r e l a t i o n s c l i e n t s. G r o n r o o s ( ) 9 partage le m ê m e o r d r e d ' i d é e s e n p r o p o s a n t l a d é f i n i t i o n s u i v a n t e : «l e m a r k e t i n g v i s e l ' é t a b l i s s e m e n t, l e d é v e l o p p e m e n t e t l a g e s t i o n à l o n g t e r m e d e s r e l a t i o n s c l i e n t s, d a n s l e b u t d ' a t t e i n d r e l e s o b j e c t i f s d e s p a r t i e s i m p l i q u é e s». L a d é f i n i t i o n d e G r o n r o o s e s t p r i n c i p a l e m e n t c e n t r é e s u r l a r e l a t i o n à l o n g t e r m e e t l e f a i t d e t e n i r s e s p r o m e s s e s, m ê m e s i e l l e s ' a p p l i q u e à u n c o n t e x t e i n t e r 7 Gilles Séré de Lanauze le rôle de l orientation relationnelle perçue de la marque dans le développement de la confiance et de l engagement : une étude dans le secteur des biens de grande consommation 8 Berry L. L. (1983), «Relationship Marketing», in Emerging perspectives on service marketing, Eds L. L. Berry, G. L. Shostack et G. D. Upsay, American Marketing Association, Chicago, Grönroos C. (1989), A relationship approach to marketing services: some implications, in Marketing Thought and Practice in the 1990s, EMAC, Eds Avlonistis et al., 1,

7 o r g a n i s a t i o n n e l. N é a n m o i n s, l a n o t i o n d ' é c h a n g e m u t u e l v i e n t r a f f i n e r e n q u e l q u e s o r t e l a d é f i n i t i o n p r o p o s é e p a r B e r r y q u e l q u e s a n n é e s a u p a r a v a n t. C e s d e u x d é f i n i t i o n s é m e r g e n t d e d e u x c h e r c h e u r s r e c o n n u s d e l a p e r s p e c t i v e d u m a r k e t i n g d e s s e r v i c e s. A u m i l i e u d e s a n n é e s , l e c o n c e p t d e m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l é v o l u e d e m a n i è r e s i g n i f i c a t i v e. B i e n q u e l a r e l a t i o n c l i e n t d e m e u r e u n é l é m e n t c e n t r a l, l e c o n c e p t p r e n d u n e a u t r e dimension en incluant également d'autres relations. Selon Hunt el Morgan (1994), 10 «le marketing relationnel fait référence à toutes l e s a c t i v i t é s m a r k e t i n g d a n s l e b u t d ' é t a b l i r, d é v e l o p p e r, e t m a i n t e n i r d e s é c h a n g e s r e l a t i o n n e l s à s u c c è s a v e c l e s f o u r n i s s e u r s, l e s a c h e t e u r s ( c l i e n t s ) e t l e s p a r t e n a i r e s i n t e r n e s». C e t t e d é f i n i t i o n p r o l o n g e l a n o t i o n d ' é c h a n g e m u t u e l, m a i s à d i v e r s i n t e r l o c u t e u r s o u p a r t e n a i r e s à l ' e x t e r n e d e l ' o rg a n i s a t i o n, m a i s a u s s i à l ' i n t e r n e I l e s t e s s e n t i e l d e p r é c i s e r q u e H u n t e t M o r g a n s o u t i e n n e n t q u ' i l n ' e x i s t e p a s d e v e n d e u r e t d ' a c h e t e u r d a n s u n é c h a n g e r e l a t i o n n e l, m a i s p l u t ô t d e s p a r t e n a i r e s q u i é c h a n g e n t l e u r s r e s s o u r c e s d a n s l e b u t d e p é r e n n i s e r l a r e l a t i o n.. H a r k e r ( ) 11, d a n s s a m é t a a n a l y s e, d i s t i n g u e d i f f é r e n t e s d é f i n i t i o n s d u m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l p r o p o s é e s p a r d i v e r s e s r e c h e r c h e s. S e l o n c e t a u t e u r, c e d e r n i e r c o m p r e n d s e p t catégories conceptuelles : la création (attirer), le développement ( r e n f o r c e r ), l e m a i n t i e n ( r e n d r e s t a b l e ), l i n t e r a c t i o n ( m u t u a l i t é ), le long terme (permanence), le contenu émotionnel (confiance) e t l e b é n é f i c e ( p r o f i t a b i l i t é ). C e p e n d a n t, u n é l é m e n t r e s t e prolixe : ce concept est lié au développement et au maintien de 10 Morgan, RM., and Hunt, S.D., The commitment-trust theory of relationship marketing. Journal of Marketing. 58 (July), Harker, M.J «Relationship Marketing Defined? An Examination of Current Relationship Marketing Definitions». Marketing Intelligence and Planning, vol. 17, no. l, p

8 relations mutuellement bénéfiques tant avec les consommateurs c l é s q u a v e c l e s a u t r e s p a r t i e s, d a n s l e b u t d e s a t i s f a i r e l e s objectifs de chacun. En résumé, le survol des définitions les plus «c é l è b r e s» e n m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l m o n t r e q u e l e c o n c e p t c e n t r a l d e m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l i m p l i q u e l ' é t a b l i s s e m e n t, l e d é v e l o p p e m e n t e t l e m a i n t i e n d e r e l a t i o n s à s u c c è s à l o n g t e r m e c o m p o s é e s d e p l u s i e u r s i n t e r l o c u t e u r s o u p a r t e n a i r e s ( a c h e t e u r s, v e n d e u r s, f o u r n i s s e u r s, i n s t i t u t i o n s, e t c. ). 1. LES NOUVELLES APPROCHES STRATEGIQUES DE L AVANTAGE CONCURRENTIEL DE LA FIRME 1. Liens relationnels sources de différenciation pour les firmes : Les liens relationnels occupent une place centrale dans la l i t t é r a t u r e s u r l e m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l, L i n s t a u r a t i o n d u n f o r t l i e n r e l a t i o n n e l a v e c l e c l i e n t r e p r é s e n t e u n o b j e c t i f f o n d a m e n t a l d u m a r k e t i n g r e l a t i o n n e l, d o n t l a q u e l l e l e s e n t r e p r i s e s i n v e s t i s s e n t d a v a n t a g e p o u r d é v e l o p p e r u n l i e n a l o n g t e r m e a v e c l e u r s c l i e n t s. R o b e r t e t a l i n s i s t e n t s u r l e f a i t q u e l i m p o r t a n c e d e c e t t e s t r a t é g i e t i e n t a u f a i t q u e l l e p e r m e t n o n s e u l e m e n t d a u g m e n t e r l a r é t e n t i o n d e s c l i e n t s m a i s a u s s i q u e l l e o f f r e a u x f i r m e s u n a v a n t a g e c o m p é t i t i f d u r a b l e p a r c e q u e l a d i m e n s i o n i n t a n g i b l e d e l a r e l a t i o n e s t d i ff i c i l e à i m i t e r p a r l e s concurrents. Les liens relationnels, y compris les liens financiers, sociaux et structurels ont été considérés comme des éléments cruciaux de la formation des relations clientfournisseur (Arantola 2002; Håkansson, 1982; Liang et Wang, 2005; Lin, Weng, et Hsieh, 2003). D a n s c e c a d r e p l u s i e u r s r e c h e r c h e s e n m a r k e t i n g perçoivent le terme lien relationnel «c o m m e u n a t t a c h e m e n t psychologique émotionnel économique ou physique à la relation

9 e n g e n d r é p a r l a s s o c i a t i o n e t l i n t e r a c t i o n e n t r e l e s p a r t i e s d e l échange» smith 1998 ou bien «comme des conséquences des a d o p t i o n s e t d e s i n v e s t i s s e m e n t s c r é é s s u i t e a u x i n t e r a c t i o n s e n t r e l e s p a r t e n a i r e s d a n s l o b j e c t i f d a c c r o i t r e l e ff i c a c i t é e t d e réduire les coûts» Holmlund et kock Liens Financiers : Les liens financiers sont considères le plus souvent comme un marketing de rétention, ou le fournisseur utilise des bénéfices é c o n o m i q u e s, c o m m e l e p r i x, o u l e s o f f r e s p r o m o t i o n n e l l e s a f i n d' attirer les clients ( Lin et Ding, 2005). Ces liens sont qualifies par Berry et Parasuraman (1991) des stimuli économiques. Dans une v i s i o n p l u s l a r g e, S m i t h ( ) a f f i r m e q u e l e s m o t i v a t i o n s financières sont appelées des liens fonctionnels dans le contexte B t o B. i l d é c r i t l e s l i e n s f o n c t i o n n e l s c o m m e l e s i n c i t a t i o n s économiques, instrumentales et utilitaires, stimulant la relation et contribuent a sa continuité. Les liens financiers sont crées par des bénéfices économiques, stratégiques et technologiques. Dans la littérature du marketing industriel les auteurs évoquent six types des liens : s o c i a l, t e c h n o l o g i q u e, l é g i s l a t i f, é c o n o m i q u e, c o n n a i s s a n c e, e t temporel (Wilson et Mummalaneni, 1998). Types et nombres des liens relationnels : AUTEURS TYPES DE LIENS ÉTUDIÉS ELEMENT CLES / THEME

10 Berry et Parasuraman (1991) Berry (1995) Liljander et Strandvik (1995) Smith (1998) Williams et al. (1998) Rodriguez et Wilson (2000) Peltier et Wcstfall (2000) De Wulf et al. (2001, 2003) Financier, Social, Structure'. Financier, Social, Structure. Légal, Economique, Technologique, Géographique, Temporel, Connaissance, Social, Culturel, Idéologique, Psychologique. Fonctionnel, Social, Structure. Social, Structure. Social, Structure'. Financier, Social, Structure. Financier, Social. Lin et Ding (2005) Financier, Social, Structure. Financier, Social, Liang et Wang (2005) Castro et al.2005 Structure, Financier, Social, Structure. Temporel, structurel, processuel Substance et fonction Traitées comme des niveaux du marketing relationnel financier (premier niveau), social (deuxieme niveau), et structurel (troisieme niveau). Idem que Berry et Parasuraman (1991) Les cinq premiers types de liens sont percus négativement par les clients, alors que les cinq derniers sont perçus positivement. Considérées comme un seul concept englobant les trois Types de liens. Traitées comme des variables distinctes sans préciser la hierarchie. Traitées comme des variables distinctes. Idem que l'approche de Berry et Parasuraman (1991) et Berry (1995). Traitées comme des variables séparées : financier (premier niveau ), social (deuxième niveau). Idem que l approche de Berry et Parasuraman (1991) et Berry (1995). Idem que l approche de Berry et Parasuraman (1991) et Berry (1995). Projet commun entre les parties impliquées IMP group D a n s l e c o n t e x t e d u m a r k e t i n g d e s s e r v i c e s, L i l j a n d e r e t S t r a n d v i k ( ) i n t r o d u i s e n t q u a t r e a u t r e s t y p e s d e l i e n s : g é o g r a p h i q u e s c u l t u r e l s, i d é o l o g i q u e s e t p s y c h o l o g i q u e s. C e s d e r n i e r s, l e s l i e n s l é g i s l a t i f s, é c o n o m i q u e s, t e c h n o l o g i q u e s,

11 g é o g r a p h i q u e s e t t e m p o r e l s, r e p r é s e n t e n t d e s b a r r i è r e s à l a s o r t i e p o u r l e s p a r t i e s i m p l i q u é e s. (Castro.al, 2005) 12 à fait une distinction entre lien temporels, structurels, processuel. Ces relations font référence à des liens établis entre d e u x o u plusieurs entreprises et possèdent plusieurs dimensions : Les liens temporels : A d o p t a n t u n e a p p r o c h e d y n a m i q u e d u s u c c è s, c e r t a i n s a u t e u r s (Wilson, 1995 ; Tuten et Urban, 2001) ont tenté d'appréhender les p h é n o m è n e s a s s o c i é s à l a r é u s s i t e d e l a c o l l a b o r a t i o n d e m a n i è r e t e m p o r e l l e. «D a n s l a l i t t é r a t u r e m a r k e t i n g, c e r t a i n s auteurs, en parlant d orientation à long terme (Dwyer et al., ; Kaufmann et Stern, ; Noordewier et al., ; Parkhe, ; 12 Castro, L.M., Alves, G.A. & Proenca, J.F. (2005). The Key Dimensions in the Development of the Consultant-Client Relationship: a Suggestion for a Business Relationship Profile. Retrieved January 7, 2007, from 13 Dwyer F. R., Schurr P. H. et Oh S. (1987), Developing buyer-seller relationships, Journal of Marketing, 51, 2, ; 14 Kaufmann P.J, et Stern. L.W. (1988), Relational Exchange Norms, Perceptions of Unfairness, and Retained Hostility in Commercial Litigation, Journal of Conflict Resolution, 32, 3, Noordewier T.G., John G. et Nevin R. (1990), Performance ourcomes of purchasing arrangements in industrial buyervendor relationships, Journal of Marketing, 53, 2, Parkhe, A. (1993), Strategic alliance restructuring : a game theoretic and transaction cost examination of interfirm cooperation, Academy of Management Journal, Vol. 36, n 4, pp

12 G a n e s a n, ; Ryu et al., 2007), 18 de liens durables (Hill, 1990) 19 ou de continuité de la relation (Heide et John, 1990) 20, ont essayé de définir les caractéristiques de l échange relationnel. La caractéristique relevée par Noordewier et al. (1990) 21 est «l attente de continuité de la relation» qui signifie la probabilité d une interaction future entre un client et un fournisseur. L orientation à long terme proposée par Ganesan (1994) 22 va au-delà de la seule probabilité de capter le désir et le besoin de l acheteur à nouer une relation de long terme. Elle inclut l élément de la future interaction avancé par Noordewier et al. (1990) mais exprime aussi le désir des partenaires d entretenir une relation de longue durée (Ganesan, 1994 ; Lee et Dawes, 2005) 23. Cette dimension temporelle explique le bon déroulement de la relation, le développement de cette dernière fait référence à l'expérience, l'incertitude, la distance et l engagement (Castro et al. 2005). Des études ont montré plusieurs phases de développement de la relation client fournisseur, l'un des premiers modèles relationnels est développé par 17 Ganesan S. (1994), «Determiants of Long-Term Operation in Buyer-Seller Relationships», Journal of Marketing, vol. 58, n 2, April; 18 Ryu, S., Park, J.-E., et Min, S. (2007), Factors of determining long-term orientation in interfirm relationships, Journal of Business Research, Vol. 60, n 12, pp Hill, C. (1990), Cooperation, opportunism, and the invisible hand : implications for transaction cost theory, Academy of Management Review, Vol. 15, n 3, pp Heide J. B. et John G. (1990), «Alliances in industrial purchasing: The determinants of joint action in buyersupplier relationships», Journal of Marketing Research, 27, 1, Noordewier T.G., John G. et Nevin R. (1990), Performance ourcomes of purchasing arrangements in industrial buyervendor relationships, Journal of Marketing, 53, 2, Ganesan S. (1994), «Determiants of Long-Term Operation in Buyer-Seller Relationships», Journal of Marketing, vol. 58, n 2, April; 23 D.Y. Lee, P.L. Dawes, «Guanxi, trust, and long-term orientation in Chinese business markets», Journal of International Marketing, Vol. 13, N 2, p , 2005.

13 ( Ford.1980 ) 24. suivie par (Dwyer, Schurr et Oh 1987 ) 25 qui ont développé conceptuellement le premier modèle relationnel, qui deviendra avec le temps la référence des modèles relationnels. Basés sur la relation acheteur/vendeur, les trois chercheurs proposent cinq étapes dans la relation: prise de conscience, exploration, expansion, engagement et dissolution. Dans la plupart des cas, l'incertitude est réduite dans des relations caractérisées par la transparence (Eggert et Helm, 2003) 26. En effet elle est basée sur la perception de l'échange d'information et l importante des caractéristiques de l'interaction. Ainsi, au début des relations, et afin de surmonter l'incertitude, la confiance et la transparence ont une grande importance. La loyauté des partenaires impliqués dans la relation joue un rôle essentiel à la réussite des relations B2B et cela est particulièrement davantage vers les derniers stades (stades à long terme et finale) du processus de développement de la relation. l importance de l engagement et de la confiance a été démontrée de façon empirique par ( Garbarino et Johnson 1999) 27. Les auteurs soulignent que l intention de poursuivre une relation et de la faire évoluer de façon plus étroite dépend essentiellement de l engagement réciproque et de la confiance instaurée entre les parties. L interaction des parties dans les relations d échange permet d acquérir des nouvelles compétences et d accéder à des nouvelles connaissances. Nielson (1998) suggère que la proximité pourrait accroître la stabilité et la pérennité de la relation. La confiance et L engagement des antécédents de développement des relations d échanges à long terme Après le célèbre article de (Morgan et hunt 1994) mettant au jour le rôle de la confiance comme variable médiatrice dans le p r o c e s s u s r e l a t i o n n e l, d ' a u t r e s a u t e u r s ( G a n e s a n, ; K u m a r e t 24 Ford D. (1980) The developpement of buyer-seller relationships in industrial markets, European Journal of Marketing, 14, 5/6, Dwyer, F.R., Schurr, P.H. and Oh, S. (1987), Developing buyer-seller relationships, Journal of Marketing, 51, 2, Eggert et Helm, 2003 Exploring the impact of relationship transparency on business relationships A cross-sectional study among purchasing managers in Germany : Industrial Marketing Management, Volume 32, Number 2, February 2003, pp (8) 27 Garbarino, E. and Johnson, M.S. (1999), The different roles of satisfaction, trust and commitment in customer relationships, Journal of Marketing, 63, 2,

14 al, 1996 ; Geyskens et al, 1996 ; Doney et Cannon, al, 1998) 29 ; Zaheer et considérant la confiance comme croyance ont mis en é v i d e n c e s o n c a r a c t è r e m u l t i d i m e n s i o n n e l. P l u s r é c e m m e n t d'autres voies de recherches ont été dépistées et se sont i l l u s t r é e s p a r d e s i n t e n t i o n s a ff i c h é e s d e s é p a r e r l e s p e r c e p t i o n s de fiabilité de la confiance et de ses manifestations (Mayer et al, , Guibert et Fenneteau, , Smith et Barclay Ainsi, la confiance est u n d é t e r m i n a n t c e n t r a l d e d é v e l o p p e r u n e relation durable, surtout dans la phase initiale de développement de la relation. À chaque étape de formation de la relation, La confiance et ses multiples facettes, joue un rôle déterminant dans la poursuite de cette dernière. Elle se manifeste par la bienveillance, les compétences, honnêteté, ( Geyskens et al ; Swan et al 1999) 34, L expérience passée avec un partenaire, L existence d une série d expériences et de rencontres positives qui renforcent la confiance et l engagement des partenaires, la compétence, la volonté de réduire l incertitude, l opportunisme, la durée de la relation, la 28 Doney P. M. et Cannon J. P. (1997), An Examination of the nature of trust in buyer-seller relationships, Journal of Marketing, 61, 2, Zaheer, B. McEvily, V. Perrone, 1998 «Does trust matter: Exploring the effects of interorganizational and interpersonal trust on performance», Organization Science, Vol. 9, N 2, p Mayer, Roger et Mark Gavin «Trust in Management and Performance: Who Minds the Employees Watch their Boss?». Academy of Management Journal, 48 (5), Shop while the 31Fenneteau, H. et N. Guibert (1997), Trust in Buyer-Seller Relationship : Toward a Dynamic Classification of the Antecedents, Document de recherche, I.A.E - Montpellier, CREGO, 2 32 Smith J.B. and Barclay D.W. (1997), The Effects of Organizational Differences and Trust on the Effectiveness of Selling Partner Relationships, Journal of Marketing, vol.61, pp Geyskens I., Steenkamp J.-B.E.M. and Kumar N. (1998), Generalizations about trust in marketing channel relationships using meta-analysis, International Journal of Research in Marketing, 15, pp

15 réputation, la compatibilité des objectifs poursuivis, la similarité culturelle, la coordination L e x a m e n d e s d é f i n i t i o n s p r o p o s é e s m e t e n é v i d e n c e l e c a r a c t è r e m u l t i d i m e n s i o n n e l d e l e n g a g e m e n t. C e c o n c e p t c o m p o r t e a i n s i t r o i s d i m e n s i o n s ( G u n d l a c h e t a l., ) 35 : une d i m e n s i o n a t t i t u d i n a l e ( o u a f f e c t i v e ) q u i c o r r e s p o n d à u n e i n t e n t i o n d e d é v e l o p p e r e t m a i n t e n i r l a r e l a t i o n ; u n e d i m e n s i o n i n s t r u m e n t a l e ( o u c o m p o r t e m e n t a l e ) c o r r e s p o n d a n t à u n e a c t i o n d u n e p a r t i e d e l a r e l a t i o n i n t e r - o r g a n i s a t i o n n e l l e c r é a n t p o u r e l l e u n i n t é r ê t s p é c i f i q u e ; e t u n e d i m e n s i o n t e m p o r e l l e ( o u d e c o n t i n u i t é ) s i g n i f i a n t q u e l e n g a g e m e n t n a d e s e n s q u e s u r l e long terme. Partant de la conceptualisation de l orientation à long t e r m e d e G a n e s a n ( ), s u g g é r é e p a r l a u t e u r c o m m e é q u i v a l e n t e a u d é s i r d e s p a r t i e s d e d é v e l o p p e r e t m a i n t e n i r u n e r e l a t i o n d e l o n g u e d u r é e. L incertitude : L incertitude joue un rôle essentiel dans toute relation d affaires : selon le courant transactionnel (Williamson, 1979, 1985) 36, elle peut ê t r e i m p u t a b l e a u x a c t i o n s o p p o r t u n i s t e s d e s a g e n t s ( i n c e r t i t u d e c o m p o r t e m e n t a l e ) e t a u x p e r t u r b a t i o n s d a n s l e n v i r o n n e m e n t ( i n c e r t i t u d e e n v i r o n n e m e n t a l e ). L i n c e r t i t u d e c o m p o r t e m e n t a l e r é s u l t e d e l a s y m é t r i e d i n f o r m a t i o n c o n c e r n a n t l e s i n p u t s d e s p a r t i e s c o n t r a c t a n t e s. E l l e a c c e n t u e l e b e s o i n d e m é c a n i s m e s 34 Swan J.E., Bowers M.R. and Richardson L.D. (1999), Customer Trust in the Salesperson: An Integrative Review and Meta-Analysis of the Empirical Literature, Journal of Business Research, 44, pp Gundlach G., Achrol, R.S., et Mentzer J.T., (1995), The structure of commitment in exchange, Journal of Marketing, 59, January, Williamson, (1979), Transaction Cost Economics: The Governance of Contractual Relations, Journal of Law and Economics, 22 (1),

16 f o r m e l s d e r é g u l a t i o n e t r é d u i t l a c o n f i a n c e d a n s l e s m é c a n i s m e s i n f o r m e l s. U n e i n c e r t i t u d e c o m p o r t e m e n t a l e é l e v é e d e v r a i t d è s l o r s d i m i n u e r l a f l e x i b i l i t é e ff e c t i v e d u f o u r n i s s e u r. L i n c e r t i t u d e environnementale provient de la prévisibilité insuffisante des c i r c o n s t a n c e s e n v i r o n n e m e n t a l e s. E l l e p e u t, p a r e x e m p l e, s e r e f l é t e r d a n s l e p r o g r è s t e c h n o l o g i q u e o u l e s f l u c t u a t i o n s d e marché (Pilling et al., 1994). En cas d incertitude environnementale, l e s p a r t i e s c o n t r a c t a n t e s o n t i n t é r ê t à s a d a p t e r a u x c h a n g e m e n t s i n t e r v e n u s. O n p e u t a l o r s s u p p o s e r q u e l i n c e r t i t u d e environnementale augmente la flexibilité effective des p a r t e n a i r e s. D a n s l e s r e l a t i o n s d u r a b l e s, f o u r n i s s e u r s e t c l i e n t s c o l l a b o r e n t d a n s l e b u t d a c c r o î t r e l e u r s b é n é f i c e s m u t u e l s. O r, les avantages associés à la relation d affaires ne profitent pas de l a m ê m e m a n i è r e à c h a q u e e n t r e p r i s e. C o m m e p o u r l e s é c h a n g e s d i s c r e t s, i l c o n v i e n t d e d é t e r m i n e r c o m m e n t l e s b é n é f i c e s s e r o n t d i s t r i b u é s e n t r e l e s d e u x p a r t i e s ( B o u l d i n g, ). I l p a r a î t i m p o r t a n t d e n o t e r q u à p l u s l o n g t e r m e, l e s p a r t e n a i r e s p e u v e n t généralement s attendre à ce que les bénéfices engendrés par l e u r r e l a t i o n s o i e n t r é p a r t i s d e m a n i è r e é q u i t a b l e ( K a u f m a n n e t D a n t, ). D u n e c e r t a i n e m a n i è r e, o n p e u t p a r l e r d u n c a l c u l c o m p e n s a t o i r e i n t e r t e m p o r e l d e l a r e l a t i o n d a ff a i r e s ( D w y e r e t al., 1987 ; Frazier et al., 1988) 37. «L o r i e n t a t i o n t e m p o r e l l e r e f l è t e l i m p o r t a n c e q u i e s t a c c o r d é e à u n e r e l a t i o n d a f f a i r e s. U n e o r i e n t a t i o n à l o n g t e r m e f a c i l i t e l a c o n n a i s s a n c e m u t u e l l e d e s p a r t e n a i r e s e t l e s p r o c e s s u s d a d a p t a t i o n. U n e e n t r e p r i s e o r i e n t é e v e r s l e l o n g t e r m e d e v r a i t s e m o n t r e r p l u s f l e x i b l e q u u n e e n t r e p r i s e q u i c h e r c h e à m a x i m i s e r s e s b é n é f i c e s à c o u r t t e r m e. D a n s l e s p r e m i e r s t r a v a u x s u r l a R e l a t i o n s h i p C o n t r a c t i n g T h e o r y, l h o r i z o n t e m p o r e l c o n s t i t u e u n c r i t è r e c e n t r a l p o u r 37 Frazier, et al. (1988), Just-in-Time Exchange Relationships in Industrial Markets, Journal of Marketing, 47 (Fall),

17 é t a b l i r u n e d i s t i n c t i o n e n t r e l é c h a n g e d i s c r e t e t l é c h a n g e relationnel». D a n s l e c a d r e d u n é c h a n g e d i s c r e t, l e s r e l a t i o n s d é c h a n g e p r é v u e s p a r l e c o n t r a t s o n t r é a l i s é e s à u n e d a t e c l a i r e m e n t d é f i n i e. E n r e v a n c h e, d a n s l e c a d r e d u n é c h a n g e r e l a t i o n n e l, l e s p r e s t a t i o n s s o n t e f f e c t u é e s d a n s u n e p e r s p e c t i v e d e p l u s l o n g t e r m e ( N o o r d e w i e r e t a l., ). D a n s u n e r e l a t i o n d u r a b l e, l e n t r e p r i s e a u r a t e n d a n c e à r e n o n c e r à d e s b é n é f i c e s réalisés à court terme au profit de bénéfices plus élevés sur le long terme réalisés grâce à la relation d affaires (Ganesan, 1994). Les liens structurels : D'après Smith (1998) 38, les liens structurels sont «des liens reliés à la structure, le contrôle, et l'institutionnalisation des normes de la r e l a t i o n. L e s r è g l e s, l e s p o l i t i q u e s, l e s p r o c é d u r e s o u l e s a g r é m e n t s q u i a s s u r e n t u n e s t r u c t u r e f o r m e l l e à l a r e l a t i o n ; l e s n o r m e s o u l a r o u t i n e q u i o rg a n i s e n t l ' i n t e r a c t i o n, e t l e s s y s t è m e s o r g a n i s a t i o n n e l s e t l a t e c h n o l o g i e, To u t e s c e s a c t i o n s p e u v e n t o ff r i r u n l i e n p s y c h o l o g i q u e, l é g a l o u p h y s i q u e q u i c o n n e c t e l e s p a r t i e s d e l a r e l a t i o n e t q u i r e n d d i f f i c i l e l a s u b s t i t u t i o n d e s partenaires de l'échange» Les Relations entre les organisations pourraient être décrites par la continuité, la complexité, et la symétrie d information, on parle d e l a s t r u c t u r e d e c e t t e d e r n i è r e ( C a s t r o e t a l ). L i e n s structurels concernent les liens tangibles qui unissent les organisations comme les adaptations spécifiques réalisées dans le but de faciliter la relation (Doney et Cannon, 1997) 39. Ces liens, s e m a n i f e s t e n t n o t a m m e n t p a r l i n v e s t i s s e m e n t d a n s l e s 38 Smith, M.L. (1998), One to one: put the customer in the information driver seat and build better relationships, Direct Marketing, 60, 9,

18 r e l a t i o n s. L a c o n t i n u i t é e s t d é r i v é e d u m a i n t i e n d e s t r a n s a c t i o n s d ' a ff a i r e s a u c o u r s d u t e m p s, e n s u i v a n t l e s é t a p e s c o n t r a c t é e à p l u s i e u r s r e p r i s e s. C o n c e n t r a n t s u r l ' a n t i c i p a t i o n d ' i n t e r a c t i o n s futures entre les entreprises. (Wilson et Nielson 2001) 40 la définis c o m m e l a p e r c e p t i o n d e s f o u r n i s s e u r s a u x a t t e n t e s f u t u r s d e s t r a n s a c t i o n s. E l l e s e r é f è r e à l a d u r é e p e n d a n t l a q u e l l e u n e entreprise entretient des relations avec d'autres entreprises (Kamp, 2005) 41. La continuité des relations dépend également de la n é g o c i a t i o n q u i p o u r r a i t ê t r e d é c r i t e c o m m e u n p r o c e s s u s p o u r p a r v e n i r à u n e a r t i c u l a t i o n d e d é c i s i o n s u r l e s q u e s t i o n s e n d i s p u t e ( We i g a n d e t a l ) 42. L a v a r i é t é d e s c h e m i n s s u r lesquels les relations peuvent être exploitées à des fins d i f f é r e n t e s d é t e r m i n e é g a l e m e n t l a c o m p l e x i t é. C e t t e v a r i a b l e d é p e n d d u t y p e d ' i n t e r d é p e n d a n c e e n t r e l e s o r g a n i s a t i o n s. D a n s ce cas, les relations devraient être caractérisées par la flexibilité et la rigidité (Ferrer-Balas et Buckland, 2008). Ils pourraient être c o n s i d é r é s c o m m e u n e c o m p r é h e n s i o n c o m m u n e o u l ' a l i g n e m e n t c e n t r é s u r l e s a t t e n t e s d e m a n i è r e c o m m u n i c a t i v e ( D a v i s e t Walker, 2007). 39 Doney P. M. et Cannon J. P. (1997), An Examination of the nature of trust in buyer-seller relationships, Journal of Marketing, 61, 2, Wilson, E.J. & Nielson, C.C. (2001). Cooperation and continuity in strategic business relationships. Journal of Business to Business Marketing, 8 (1), Kamp, B. (2005). Formation and evolution of buyer supplier relationships: Conceiving dynamism in actor composition of business networks. Industrial Marketing Management, 34, H. Weigand, A. Moor, M. Schoop and F. Dignum 2003, B2B Negotiation Support: The Need for a Communication Perspective. Group Decision and Negotiation, 12(1), 3-29.

19 L a s y m é t r i e d i n f o r m a t i o n e s t u n e s i t u a t i o n t y p i q u e d a n s l e contexte de B to B, contrairement au B to C, ou les organisations ont les ressources et les capacités ce qui tend à donner lieu à des s i t u a t i o n s p l u s é q u i l i b r é e. D a n s l e s r e l a t i o n s d a f f a i r e s l ' a c c e n t e s t m i s s u r l a n é c e s s i t é d e l a s y m é t r i e e t l a r é c i p r o c i t é. L a d é p e n d a n c e s y m é t r i q u e f a v o r i s e l a c o n t i n u i t é d e l a r e l a t i o n d a n s l e l o n g t e r m e. L e s r e l a t i o n s a s y m é t r i q u e s s o n t a s s o c i é e s, à l instabilité et à des situations conflictuelles (Hingley, 2005). Les relations asymétriques de natures diverses induisent des r e l a t i o n s d e p o u v o i r ( P e r r o u x, ). C e s a s y m é t r i e s o n t l a particularité d être à la fois des conditions et des conséquences d e l e x e r c i c e d u p o u v o i r.. l e s l i e n s r e l a t i o n n e l s s o n t a u s s i g é n é r é s l o r s q u e l e s d e u x p a r t i e s d e l ' é c h a n g e f o n t d e s investissements substantiels rendant les relations difficiles à r o m p r e, o u l o r s q u ' i l d e v i e n t a r d u d e m e t t r e f i n à l a r e l a t i o n à cause de la complexité et des coûts de changement de r e s s o u r c e s ( T h r u n b u l l e t W i l s o n, ). B e r r y e t P a r a s u r a m a n (1991), affirment que ces services ne sont pas seulement difficiles, mais ils sont aussi onéreux et que le client est incapable de se les p r o c u r e r a i l l e u r s. E g a l e m e n t, D e p l u s, P e l t i e r e t We s t f a l l ( ) n o t e n t q u e l e s l i e n s s t r u c t u r e l s g é n è r e n t u n s e n t i m e n t d e «r e n f o r c e m e n t» e t o ff r e u n n i v e a u d e c o n t r ô l e p s y c h o l o g i q u e d e l a r e l a t i o n a c h e t e u r v e n d e u r. les liens processuels : Le processus a s s o c i é s a u d é v e l o p p e m e n t des relations dans le c o n t e x t e d a f f a i r e e s t s o u v e n t c o m p l i q u é. P o u r r é u s s i r, les entreprises doivent p r e n d r e e n c o m p t e : les obligations d ' a d a p t a t i o n, d e c o o p é r a t i o n e t l o b l i g a t i o n sociale.

20 (Ford, 1980) affirme que l adaptation dans le cadre de partenariat est obligatoire dans des relations plus étroites Pour Hallén et alii (1991) l adaptation est la clé des coopérations a u s e i n d e s r é s e a u x. T u r n b u l l e t Va l l a ( ) e t B r e n n a n e t Turnbull (1998) notent néanmoins que l adaptation des partenaires est très souvent unilatérale et du seul fait des fournisseurs. Ces adaptationspeuventégalement impliquer des investissements considérables p o u r l e s p a r t e n a i r e s e t ces investissements sont souvent spécifiques à l a r e l a t i o n e t ne sont p a s t r a n s f é r a b l e. D a n s u n e p e r s p e c t i v e t e m p o r e l l e d e l o n g t e r m e, l a d a p t a t i o n e s t c o n s i d é r é e c o m m e u n c o n c e p t p r a t i q u e i n d i s p e n s a b l e à l a c o n t i n u i t é d e l a r e l a t i o n é t a b l i e. L e D é v e l o p p e m e n t d u p r o c e s s u s d a d a p t a t i o n t r a d u i t e n e f f e t p a r l é t a b l i s s e m e n t d u n c e r t a i n c l i m a t d e c o n f i a n c e d a n s l a r e l a t i o n (Goujet R. et al., 1992) et dépend Particulièrement de l importance d e s i n v e s t i s s e m e n t s e n g a g é s p a r l e s p a r t e n a i r e s d a n s l a r e l a t i o n ( M e t c a l f Ly n n E. e t a l., ). P l u s c e s d e r n i e r s e n g a g e n t d e s r e s s o u r c e s ( h u m a i n e s e t f i n a n c i è r e s ) i m p o r t a n t e s d a n s l a r e l a t i o n, p l u s i l s s o n t m o t i v é s à s a d a p t e r à l e u r s a t t e n t e s m u t u e l l e s e t a u x c o n t r a i n t e s d e l é v o l u t i o n d e l a c o o p é r a t i o n dans le temps. Dans ce même registre, Håkansson (1975) souligne que les adaptations exigent des investissements spécifiques et e n t r a î n e n t d e s t r a n s a c t i o n s d u r a b l e s. E l l e s e n g e n d r e n t, p a r c o n s é q u e n t, u n e n g a g e m e n t i m p o r t a n t d e l a p a r t d e s p a r t e n a i r e s p o u r a s s u r e r l a c o n t i n u i t é d e l a r e l a t i o n é t a b l i e. L e s a d a p t a t i o n s p e u v e n t ê t r e i n i t i é e s p a r l u n e o u l e s d e u x e n t r e p r i s e s partenaires (Hallen L., Johanson J. et Seyed-Mohamed N., 1991). Les r é s u l t a t s d u n e r e c h e r c h e e m p i r i q u e m o n t r e n t t o u t e f o i s q u e «l e s adaptations sont réalisées à la fois unilatéralement à cause de l a s y m é t r i e d e p o u v o i r e t d e m a n i è r e r é c i p r o q u e, c e q u i t r a d u i t l e n g a g e m e n t e t l a c o n f i a n c e l o r s d e l é c h a n g e s o c i a l» ( M a c h a t

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL MARKETING RELATIONNEL MRK-22339

FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL MARKETING RELATIONNEL MRK-22339 FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION UNIVERSITÉ LAVAL Trimestre : Hiver Responsable du cours : Michel Zins 1. INTRODUCTION MARKETING RELATIONNEL MRK-22339 Ce cours est obligatoire pour les étudiants

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise John W. Henke, Jr., Ph. D. Professeur de marketing School of Business Administration Université d Oakland Rochester, Michigan,

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse

Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Media Release Entreprises familiales avec avantages concurrentiels Nouvelle étude de HPO concernant la position des entreprises familiales en Suisse Freienbach, le 24 juin 2014 D après une étude de l entreprise

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Gérer en mode transversal

Gérer en mode transversal Gérer en mode transversal Complément d information Table ronde colloque CII-CIR OIIQ Réal Jacob, HEC Montréal 7 mai 2014 http://expertise.hec.ca/pole_sante FORMA TION ( Diplômante et non diplômante ) Microprogramme,

Plus en détail

Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation?

Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation? Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation? Jean-Charles Rico Maître de Conférences Université de La Rochelle jean-charles.rico@univ-lr.fr

Plus en détail

Cycle d e de f ormation fformation formation en Management de Pro ement de Pro ets selon la méthodologie PMI Tunis 2013

Cycle d e de f ormation fformation formation en Management de Pro ement de Pro ets selon la méthodologie PMI Tunis 2013 Cycle de formation en Management de Projets selon la méthodologie PMI Tunis 2013 Objectifs Contrairement au schéma classique de la gestion de projet portant l intérêt unique sur les 3 critères (coûts,

Plus en détail

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 Professeur: Harold Boeck, Ph.D. Courriel : Boeck.Harold@uqam.ca Cours: jeudi 9h30 à 12h30 Salle de

Plus en détail

halshs-00145132, version 1-8 Jul 2010

halshs-00145132, version 1-8 Jul 2010 Manuscrit auteur, publié dans "Conférence de l'asac, Toronto : Canada (2005)" ASAC 2007 Ottawa, Ontario Carole DONADA ESSEC-France Gwenaëlle NOGATCHEWKY Université Paris Dauphine ANTECEDENTS ET CONSEQUENCES

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL

LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL LA CONFIANCE DANS LES RELATIONS ACHETEUR-VENDEUR : LE RÔLE MODERATEUR DU CYCLE DE VIE RELATIONNEL Denis Bories denis.bories@esc-clermont.fr Professeur Permanent Ecole Supérieure de Commerce Clermont-Ferrand

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Gouvernance des Technologies de l Information

Gouvernance des Technologies de l Information Walid BOUZOUITA Auditeur Interne secteur des télécommunications CISA, ITIL walid.bouzouita@ooredoo.tn Gouvernance des Technologies de l Information 08 Mai 2014, Maison de l Exportateur Implémenter la

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

Business Process Change:

Business Process Change: Business Process Change: A Study of Methodologies, Techniques, and Tools par: W. Kettinger, J. Teng & S. Guha 1 Plan de la présentation Situer l article Relever son contenu Apprécier l article Appliquer

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

ACCÉLÉRER LE DEVELOPPEMENT DU LEADERSHIP

ACCÉLÉRER LE DEVELOPPEMENT DU LEADERSHIP Jocelyn Bérard M.Ps. MBA Vice President international Leadership et solutions d affaires ACCÉLÉRER LE DEVELOPPEMENT DU LEADERSHIP @GKJocelynBerard Accelerating Leadership Development Procure des modèles

Plus en détail

CONTEXTE CONSTATS/D MISE EN ÉFIS. 1. Marketing et établissements Mise en

CONTEXTE CONSTATS/D MISE EN ÉFIS. 1. Marketing et établissements Mise en Marketing et formation continue UN MARKETING RELATIONNEL SUZANNE PELLETIER, JOURNÉES D ÉTUDE DE L ACDEAULF, RIMOUSKI (5 JUIN 2014) MISE EN CONTEXTE CONSTATS/D ÉFIS 1. Marketing et établissements Mise en

Plus en détail

La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles

La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles La fidélité coopérative : point d aboutissement des relations inter-organisationnelles Naouel MAKAOUI Enseignante-chercheuse à l Ecole de Management de Normandie makaoui.n@hotmail.fr Cet article vise à

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

«Formation Management»

«Formation Management» «Formation Management» n Les fondements du management n Donner du sens n Bâtir la confiance n Prendre en compte les besoins individuels n Entretenir la motivation n Le management situationnel n Le management

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Alors avec des centaines de fournisseurs de services «CRM» rivalisant pour attirer votre attention, pourquoi choisir OSF Global Services?

Alors avec des centaines de fournisseurs de services «CRM» rivalisant pour attirer votre attention, pourquoi choisir OSF Global Services? Si vous en êtes arrivé à la conclusion que la gestion de la relation client est une priorité pour votre activité, vous avez sans aucun doute commencé à évaluer une solution de CRM et des prestataires de

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Formation. Knowledge Management. Durée de la formation : 1 journée

Formation. Knowledge Management. Durée de la formation : 1 journée Formation Découvrir les principes de la gestion intégrée des connaissances au sein de l entreprise Durée de la formation : 1 journée Formules : Formule In-house (jusque 3 participants) Formation sur mesure

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT. www.masterqsm.ch

Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT. www.masterqsm.ch Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT www.masterqsm.ch Master of Advanced Studies HES-SO (MAS) en QUALITY & STRATEGY MANAGEMENT 1. MAS QSM Le MAS QSM est une formation

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 3 (1), 2014 Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Rapport

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Service Marketing HEC Montréal maud.damperat@hec.ca

Service Marketing HEC Montréal maud.damperat@hec.ca ACFAS 2007 Trois-Rivières Maud Dampérat Professeure adjointe Service Marketing HEC Montréal maud.damperat@hec.ca DE L USAGE DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE MARKETING : IMPLICATIONS ET PERSPECTIVES DE CRÉATION

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) Vue d ensemble de la formation ITIL est un ensemble de conseils sur les meilleures pratiques, devenu un référentiel

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

MASTERE SPECIALISE. «Manager de grands projets industriels internationaux»

MASTERE SPECIALISE. «Manager de grands projets industriels internationaux» MASTERE SPECIALISE «Manager de grands projets industriels internationaux» MASTERE SPECIALISE EN «Manager de grands projets industriels internationaux» Objectifs professionnels Le gestionnaire de projet

Plus en détail

Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership?

Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership? SEMINAIRE DE FORMATION Pour Qui? Ce séminaire est destiné aux PCA PDG, DG, DGA,... et Directeurs Opérationnels. Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership? 1 DANS SON ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Anne-Marie Croteau, PhD Professeure agrégée en SI Chercheure associée au CEFRIO et au CETO Fellow, CIRANO anne-marie.croteau@concordia.ca Agenda Motivations

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Des solutions adaptées à vos besoins. l agroalimentaire

Des solutions adaptées à vos besoins. l agroalimentaire Des solutions adaptées à vos besoins l agroalimentaire Accroître ses chances de succès à l international Les acteurs majeurs de l agroalimentaire sont soumis aux mêmes contraintes : rentabilité, fiabilité

Plus en détail

NEGOCIATION COMMERCIALE - VENTE

NEGOCIATION COMMERCIALE - VENTE CONSTANTIN Maurice Prestataire de Formation n 96 97 30382 97 81 av du Gal de Gaulle 97300 Cayenne Tél : 0594 29 29 42 maurice.constantin@amesco.net secretaire.amesco@orange.fr PROGRAMME FORMATION NEGOCIATION

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC

PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC PROGRAMME DÉTAILLÉ DU BTS MUC I - Gestion de la relation commerciale MODULE 1 : LA RELATION COMMERCIALE ET SON CONTEXTE La relation commerciale et les unités commerciales L unité commerciale physique La

Plus en détail

Les relations coopératives dans les canaux marketing : proposition d un modèle pour le Vietnam

Les relations coopératives dans les canaux marketing : proposition d un modèle pour le Vietnam Communication pour le congrès E. Thil Roubaix, 22-23 septembre 2011 Les relations coopératives dans les canaux marketing : proposition d un modèle pour le Vietnam DANG Van My* Gérard CLIQUET CREM UMR CNRS

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen Contenu de la formation Présentation générale Au Centre de Formation des Monts du Lyonnais, le BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

En créant des Services Innovants, ivee apporte un soutien essentiel au développement des activités professionnelles et des compétences personnelles

En créant des Services Innovants, ivee apporte un soutien essentiel au développement des activités professionnelles et des compétences personnelles En créant des Services Innovants, ivee apporte un soutien essentiel au développement des activités professionnelles et des compétences personnelles de tous les passionnés! née d un constat Actuellement,

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ IV L éthique dans vos relations d affaires Nos activités sont tributaires de la qualité des relations que nous entretenons avec les clients, la collectivité, diverses organisations et nos partenaires.

Plus en détail

L expérience-employé et l expérience-client : Un tandem indissociable au service de la performance organisationnelle

L expérience-employé et l expérience-client : Un tandem indissociable au service de la performance organisationnelle L expérience-employé et l expérience-client : Un tandem indissociable au service de la performance organisationnelle présenté par Louise Bourget, CRHA et Sylvie Bédard, MBA Notre parcours Des clients et

Plus en détail

Gestion de Projets des Systèmes d Information et des Services

Gestion de Projets des Systèmes d Information et des Services FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE Gestion de Projets des Systèmes d Information et des Services Certificate of Advanced Studies Février Juin 2014 La Gestion de Projets révisée et adaptée au développement

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Forum 1 ers contacts Concours 2010

Forum 1 ers contacts Concours 2010 LYON GENEVE SHANGHAI EDUCATING ENTREPRENEURS FOR THE WORLD Forum 1 ers contacts Concours 2010 Les facteurs de succès en création innovante M. COSTER Incubateur EMLYON G.COPIN Incubateur EMLYON www.em-lyon.com

Plus en détail

Denis Bories denis.bories@esc-clermont.fr

Denis Bories denis.bories@esc-clermont.fr Denis Bories denis.bories@esc-clermont.fr - Ecole Supérieure de Commerce de Clermont-Ferrand 4 Boulevard Trudaine 63 037 Clermont Ferrand Tél. : 04-73-98-24-24 - CRG - IAE Toulouse Place Anatole France

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail