Motiver les équipes commerciales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Motiver les équipes commerciales"

Transcription

1 Motiver les équipes commerciales Nouvelle recherche sur les facteurs de motivation des commerciaux les plus performants. par Colleen O Sullivan & Greg McDonald Developing the 21st century workforce TM

2 Les équipes commerciales sont souvent, à juste titre, considérées comme le réseau vital de l entreprise : elles sont en première ligne de ce qui fait vivre l entreprise, à la recherche de la performance et de la réussite. Par conséquent, tenter de comprendre ce qui motive vos commerciaux est essentiel pour réaliser vos objectifs de croissance de chiffre d affaires. Dans un contexte économique favorable, il est évidemment plus simple de motiver les commerciaux et de répondre à leurs attentes que dans un contexte tendu ou lorsque les budgets sont réduits. Mais quel que soit l environnement économique, fidéliser une force de vente représente de réels bénéfices pour les entreprises. Dans cette perspective, AchieveGlobal a interrogé des professionnels de la vente afin d identifier les moyens mis en œuvre par les entreprises pour motiver leurs équipes commerciales de façon durable. Nous voulions savoir si la rémunération était le seul facteur de motivation, et comment les commerciaux réagissaient aux marques de reconnaissance et de respect. Par ailleurs, nous souhaitions savoir s il existait sur ce plan des différences entre les générations de commerciaux. La recherche a mis en lumière des tendances fortes qui peuvent permettre de mieux comprendre ce qui motive les équipes de vente à améliorer leur performance, et ce qui peut permettre de fidéliser les meilleurs : 1. La motivation et la fidélité des commerciaux sont étroitement corrélées. 2. La rémunération reste le premier facteur de motivation, mais c est également celui qui est le plus mal utilisé. 3. La rémunération est également la cause la plus fréquente de départ : les commerciaux les plus susceptibles de partir sont ceux qui sont insatisfaits de leur système de rémunération. 4. Bien que l argent soit classé parmi les cinq principaux facteurs de motivation, les quatre autres n ont aucun caractère financier. 5. Les commerciaux les plus âgés accordent plus d importance à l argent que les plus jeunes. 6. Les commerciaux des jeunes générations accordent plus d importance aux opportunités d évolution que leurs collègues plus âgés. 7. La publication des résultats individuels des commerciaux a peu d impact sur la motivation, à part dans les très grandes entreprises et pour les niveaux de management. 8. Les commerciaux perçoivent un écart entre ce qui les motive et la façon dont les entreprises conçoivent les systèmes de rémunération et de motivation. 9. La rémunération est le critère pour lequel l écart entre le niveau d importance et la qualité de la mise en œuvre est le plus fort. 10. Parmi les huit facteurs principaux, l écart est également important en ce qui concerne : a. Les commissions et primes (au-delà du salaire de base). b. Les opportunités de développer ses compétences et les ressources disponibles. c. Le support apporté aux commerciaux. Ces trois points apparaissent dans les 8 premières places du classement des facteurs de motivation. 11. Les commerciaux les plus seniors estiment qu on ne leur propose pas suffisamment d opportunités d évolution ou de développement de nouvelles compétences. Ils se sentent peu sécurisés dans leur poste, ce qui soulève la question des générations dans les équipes de vente. 12. Les commerciaux qui jugent leur poste intéressant et ont le sentiment de jouer un rôle reconnu au sein de leur organisation sont plus susceptibles que les autres de rester fidèles à leur employeur. 2 motiver les équipes commerciales

3 Le lien entre motivation et fidélité. Dans le cadre de notre étude, nous avons interrogé 334 professionnels de la vente. (cf. annexe 1). Dans l ensemble, les participants se disent généralement motivés. 60 % affirment se sentir motivés dans l accomplissement de leur travail, 23 % s affirment indifférents et 17 % affirment qu ils ne se sentent pas motivés (cf. annexe 2). Notre enquête confirme le lien entre la motivation des commerciaux et leur décision de quitter leur entreprise ou d y rester fidèle. Bien que 40 % des personnes interrogées envisagent de quitter leur emploi dans les deux ans, plus le commercial est motivé, plus il est probable qu il reste. On peut donc en déduire que si les organisations réussissent à motiver leurs commerciaux, elles réussiront à garder leurs meilleurs collaborateurs, qui pourraient faire partie des 40 % à risque. Les facteurs de motivation. Bien que la plupart des commerciaux soient motivés et veuillent rester chez leur employeur actuel, une part significative d entre eux n est ni motivée ni satisfaite et, par conséquent, envisage de chercher un emploi plus motivant et plus satisfaisant. Sur cette base, nous avons cherché à identifier les facteurs de motivation réels et la façon dont les entreprises y répondent. Par ordre de priorité, les 5 facteurs de motivation sont les suivants : Le niveau de rémunération. L intérêt du poste. La sécurité de l emploi. La clarté des objectifs. Les opportunités de développer ses compétences. La motivation pécunière. Sans surprise, notre étude révèle que l argent est un facteur de motivation remarquable dans la mesure où la bonne rémunération, les autres incitations pécuniaires et les commissions sont classées dans le top 7 des 16 incitations possibles (cf. annexe 3). Ce constat fait écho à d autres recherches qui montrent que l argent ou la volonté d obtenir (le sens du gain) sont essentiels pour motiver les collaborateurs 1. Concernant la capacité des entreprises à utiliser 1. Voir par exemple l article Employee Motivation : A powerful New Model de Nitin Nohria, Boris Groysberg et Linda-Eling Lee, dans le numéro Juill.-Août 2008 de la Harvard Business Review. l argent comme un facteur de motivation, les résultats sont perturbants : dans l ensemble, les commerciaux ayant participé à l enquête ne sont pas satisfaits par leur rémunération. Cette tendance devrait inquiéter les leaders commerciaux : ce qui précisément motive les commerciaux au succès n est pas proposé par l entreprise sous forme d incitation. Nous avons également constaté que les jeunes commerciaux (nés après 1980) sont moins susceptibles que leurs collègues plus âgés de considérer les autres incitations pécuniaires comme pouvant les motiver. De même, les professionnels de la vente les plus jeunes sont moins susceptibles que leurs aînés de considérer que les «commissions» sont importantes. Une recherche scientifique récente sur la motivation a conclu que les entreprises devraient payer suffisamment leurs collaborateurs pour que la rémunération ne soit plus une source d insatisfaction, plutôt que de l utiliser pour motiver une amélioration progressive des performances, car les entreprises sont habituellement peu efficaces en procédant ainsi 2. En particulier en période économique morose, il peut s avérer impossible d augmenter les rémunérations des commerciaux, ce qui renforce l importance des incitations non monétaires. Les incitations non financières. Les bonnes nouvelles sont ici nombreuses : l argent n est pas l unique facteur de motivation, puisque d autres incitations comme un travail intéressant (en 2ème position), la sécurité de l emploi, la clarté des objectifs, l opportunité de développer ses compétences apparaissent dans les 5 premières positions du classement. Disposer des ressources et du support qui vous permettent de progresser, la reconnaissance et l opportunité d apprendre de nouvelles choses sont dans les 10 premières positions. Ceci offre aux leaders commerciaux un large spectre de solutions pour motiver leurs commerciaux sans avoir à prélever dans les fonds de l entreprise. Les personnes qui ont participé à cette enquête ont également positionné en première place la capacité de leur entreprise à proposer un travail intéressant comme levier de motivation. De façon logique, si les entreprises cherchent à rendre le travail commercial le plus intéressant possible, cela deviendra en soi un facteur de motivation pour les commerciaux. Les leaders commerciaux peuvent y parvenir en fournissant une vision stratégique claire, en donnant aux commerciaux l opportunité de travailler au sein 2. Drive : The Surprising Truth About What Motivates Is, Daniel H. Pink, motiver les équipes commerciales 3

4 d équipes multifonctionnelles ou de contribuer à des projets d entreprise qui n ont pas d impact sur leur rémunération mais renforcent leur intérêt pour leur environnement professionnel. Les entreprises qui créent chez leurs collaborateurs le sentiment de prendre part à des décisions importantes pour l organisation bénéficient de commerciaux beaucoup plus motivés et moins susceptibles de les quitter. Les incitations non monétaires telles que les cadeaux, les congés, l appartenance à un club des super-vendeurs ont un faible impact sur la motivation des commerciaux. D autres approches se révèlent beaucoup plus efficaces. En particulier, les entreprises peuvent accroître la motivation de leurs commerciaux en leur proposant des formations leur permettant de développer leurs compétences, et ce à tout âge et quel que soit le niveau hiérarchique. Notre recherche prouve que les entreprises qui proposent des opportunités de développement de compétences à leurs équipes sont celles qui ont le moins de risques de voir des collaborateurs de qualité partir dans un avenir proche. La motivation par la sécurité de l emploi. Le contexte d instabilité économique influence très probablement l importance accordée par les répondants à la sécurité de l emploi. Dans un environnement dans lequel la perte d emploi est un risque majeur, un nombre croissant de collaborateurs accorde un très haut niveau d importance au fait d avoir un poste et de le garder. Quelle que soit leur génération, les commerciaux répondant à notre étude ont exprimé l importance de cet élément de motivation, qui se positionne au troisième rang. Les entreprises sont jugées comme efficaces par les commerciaux dans leur capacité à mettre en avant la sécurité de l emploi comme facteur de motivation. Ce constat pourrait suggérer que les entreprises se servent de ce à quoi leurs employés accordent le plus de valeur dans une période de crise économique. De futures recherches pourront explorer cette tendance. La motivation par la promotion. Bien que la promotion se retrouve en général en fin de liste des facteurs de motivation, il est intéressant de considérer les différences de perception entre les groupes d âges. Notre enquête nous a montré que les commerciaux les plus jeunes (davantage que leurs aînés) considèrent les opportunités de promotion avec plus d intérêt. Deux raisons peuvent l expliquer : Les commerciaux plus âgés ont peut-être progressé autant qu ils le pouvaient au sein de leur organisation, et ne considèrent plus la promotion comme étant possible, ou, Les commerciaux plus âgés sont peut-être plus engagés financièrement (remboursements d emprunts, études des enfants,...) que les plus jeunes. Pour cette raison, ils accordent sans doute plus d intérêt à une motivation financière à court terme qu à une opportunité de promotion pouvant apporter des résultats à moyen, voire à long terme. De façon générale, les commerciaux estiment que leur entreprise n est pas efficace dans la mise en place d opportunités de promotions. Ce sentiment est plus fort auprès des commerciaux les plus expérimentés. Nous en concluons que les entreprises ont un réel intérêt à considérer les évolutions hiérarchiques en prenant en compte le niveau de réussite commerciale plutôt que l âge. Enfin, les commerciaux positionnent les systèmes de motivation non financiers tels que les cadeaux, les voyages, ou les clubs des top vendeurs à l avantdernier rang en terme d importance et considèrent que ces systèmes sont mal utilisés. Cette appréciation pose la question de l intérêt d investir dans ces outils de motivation, et de l affectation de ces budgets à des moyens de motivation qui ont un meilleur impact. Les entreprises sont-elles efficaces? Lorsqu une entreprise met en place des systèmes d incitations, la question est de savoir si ces systèmes soutiennent des objectifs stratégiques. C est la raison pour laquelle nous avons posé aux professionnels interrogés la question de l efficacité des systèmes d incitations. Notre étude fait ressortir des résultats très nets en ce qui concerne les méthodes considérées comme importantes, mais utilisées de façon inefficace par les entreprises. Les réponses montrent un écart significatif général en terme d efficacité qui nous permet d identifier des axes d amélioration, dans trois domaines en particulier : L écart le plus significatif entre le niveau d importance accordé et l efficacité de mise en oeuvre porte sur les autres incitations financières. Le deuxième écart porte sur le niveau de salaire. 4 motiver les équipes commerciales

5 Enfin, le troisième domaine est le sentiment d être pris en compte. Si les entreprises améliorent leur efficacité sur ces trois domaines, elles obtiendront un impact positif sur la motivation globale de leurs équipes commerciales. L annexe 5 précise les écarts. La réalité des générations Plusieurs tendances significatives mettent en exergue les écarts entre les générations de populations commerciales, tant en ce qui concerne l importance que l efficacité perçue des systèmes de motivation. Ces différences doivent attirer l attention des entreprises sur l évaluation de l impact de leur système d incitation en fonction des âges. Par exemple, nous avons identifié que les commerciaux plus âgés sont plus susceptibles que leurs collègues plus jeunes de juger que leur entreprise est peu efficace à leur fournir des opportunités d apprendre. Ceci pourrait être causé par une idée fausse au sein des directions d entreprise sur la difficulté ou le manque d envie qu auraient les seniors à acquérir de nouvelles compétences. Pourtant, la recherche montre que les commerciaux plus âgés sont significativement plus ouverts à l apprentissage que ne le pense leur direction. De façon encore plus significative, ces opportunités semblent être de réels facteurs de motivation pour les commerciaux les plus âgés. Nous avons également découvert que les commerciaux plus âgés avaient davantage tendance que leurs collègues plus jeunes à estimer que leur entreprise n utilise pas effectivement la sécurité de l emploi comme facteur de motivation. Cette tendance peut être associée au fait que la sécurité de l emploi semble naturellement plus importante pour les commerciaux seniors. Conclusion Les commerciaux très motivés sont évidemment plus créatifs et productifs, apportent une réelle valeur à leur entreprise et sont essentiels au succès et à la compétitivité de leur entreprise. Les leaders commerciaux jouent un rôle essentiel pour maintenir la motivation de leurs équipes, et ce de différentes façons. Notre recherche montre clairement que les commerciaux sont motivés par un travail qui leur permette de se réaliser et d être récompensés. Il existe cependant un écart important entre leurs attentes et ce que leur entreprise leur propose. Certaines découvertes importantes devraient pouvoir aider les entreprises à créer et maintenir des équipes commerciales motivées : L argent est donc clairement important, mais au même niveau que le côté stimulant du poste, la sécurité, les objectifs rationnels et les opportunités de se développer. Les commerciaux sont très motivés par l intérêt de leur poste, qui est un réel facteur de rétention des commerciaux. L incitation la plus motivante et importante pour les commerciaux est le salaire, qu il soit fixe, basé sur des bonus sur objectifs, basé sur des commissions ou tout autre système d incitation financière. De façon générale, les commerciaux qui se pensent être payés correctement pour leur travail ont moins de chance de quitter l entreprise, et ceci est particulièrement vrai pour les commerciaux les plus expérimentés. De façon symétrique, les commerciaux qui se disent prêts à quitter leur entreprise sont ceux qui considèrent être mal payés. La réalité est que la motivation d un commercial varie nettement d un individu à l autre, et l idée qu une approche unique peut motiver une équipe de vente entière est un mythe. Au contraire, dans un contexte de changements rapides et de diversité générationnelle, il est plus important que jamais que les managers commerciaux consacrent du temps et de l énergie à comprendre ce qui motive réellement chaque individu, et à créer un lien clair entre les attentes de chacun et les systèmes d incitation efficaces. Lorsque la motivation et la fidélisation des commerciaux sont des priorités de l entreprise, les équipes de vente jouent un rôle crucial dans le positionnement concurrentiel et la réussite de l organisation. A propos de la reherche En 2010, AchieveGlobal a interrogé 334 professionnels de la vente. La plupart des personnes interrogées étaient des commerciaux et des chefs des ventes, une minorité étaient des dirigeants commerciaux. Les participants représentaient des entreprises dont les équipes commerciales allaient de 10 personnes à plus de 1000, de diverses générations. L objectif était d identifier ce qui motive les commerciaux à être performants et à prendre part au succès de leur entreprise. motiver les équipes commerciales 5

6 Annexes 1. Les participants Génération, année de naissance % Génération Y, nés après ,94 Génération X, nés entre 1965 et ,14 Baby-boomers, nés entre 1947 et ,58 Nés avant ,35 Fig. 1. Participants par génération Position dans l entreprise % Commerciaux 73,21 Chefs des ventes 17,13 Directeurs commerciaux 4,05 Autres 5,61 Fig. 2. Participants par niveau hiérarchique Nombre de commerciaux dans l entreprise % , , , , , , ,18 Fig. 3. Nombre de commerciaux dans l entreprise 2. Niveau de motivation Les participants ont noté leur niveau de motivation sur une échelle en 5 points (1 étant "pas du tout motivé", 5 étant "très motivé". Niveau de motivation % 1 - Pas motivé du tout 3, Peu motivé 13, Motivé 23, Assez motivé 34, Très motivé 25,15 Fig. 4. Niveau de motivation Sur le point de la motivation, l étude demandait également aux participants s ils pensaient à changer d employeur. Projet de changer d employeur % Dès que possible 16,82 Dans les 6 à 12 mois 9,66 Dans les 16 à 24 mois 12,15 Pas de projet 61,37 Fig. 5. Projet de changer d employeur 3. Les systèmes de motivation Système de motivation % Salaire 4,32 Intérêt du travail 4,23 Sécurité de l emploi 4,15 Objectifs clairs 4,11 Opportunités de développer les compétences 4,11 Autres incitations financières 4,10 Commissions commerciales 4,05 Ressources et support 4,00 Reconnaissance 3,99 Opportunités d apprendre 3,99 Sentiment d être impliqué 3,95 Bonus sur objectifs 3,91 Opportunités de promotion 3,84 Meilleur salaire que les autres 3,80 Incitations non financières (cadeaux, vacances, club 3,51 top vendeurs,...) Publication des résultats comparés 3,40 Fig. 5. Classement des incitations Corrélations : Les commerciaux pour lesquels le sentiment d être impliqué est important sont également ceux qui ont le moins envie de changer d employeur. Les commerciaux de niveau hiérarchique plus élevé attribuent plus d importance à l incitation Publication des résultats comparés. Les commerciaux dans les plus grandes organisations accordent plus d importance à la publication des résultats comparés. 6 motiver les équipes commerciales

7 4. Efficacité d utilisation des incitations Il a été demandé aux participants, pour les 16 types d incitations ci-dessous, de noter l efficacité d utilisation dans leur entreprise, sur une échelle de 1 (pas du tout efficace) à 5 (très efficace). Efficacité Système de motivation d utilisation moyenne Intérêt du travail 3,55 Sécurité de l emploi 3,49 Objectifs clairs 3,48 Commissions commerciales 3,48 Salaires 3,42 Bonus sur objectifs 3,38 Opportunités d apprendre 3,38 Publication des résultats comparés 3,33 Opportunités de développer les compétences 3,31 Reconnaissance 3,31 Ressources et support 3,19 Autres incitations financières 3,17 Sentiment d être impliqué 3,10 Opportunités de promotion 3,04 Meilleur salaire que les autres 3,04 Incitations non financières (cadeaux, vacances, 2,86 club top vendeurs,...) Fig. 7. Efficacité d utilisation des incitations Corrélations : Plus le niveau hiérarchique est élevé, moins les commerciaux estiment que leur entreprise utilise efficacement l incitation Publication des résultats comparés. A contrario, les commerciaux de niveau hiérarchique plus élevé ont plus tendance à mieux noter l efficacité de leur entreprise à motiver par les opportunités d apprendre et de développer de nouvelles compétences. Plus la taille des équipes commerciales est importante, plus les commerciaux interrogés considèrent que leur entreprise utilise efficacement la reconnaissance, la mise à disposition de ressources et de support et les opportunités de développer des connaissances. Parallèlement, dans les entreprises de petite taille, les commerciaux seraient plus motivés s ils se voyaient proposer ces opportunités. Les commerciaux qui se déclarent prêts à quitter leur entreprise sont majoritairement ceux qui considèrent que leur salaire n est pas satisfaisant. L intérêt du travail et le fait de ne pas se sentir impliqué sont les facteurs de démotivation pouvant mener à un départ de l entreprise, suivis de près par le manque d opportunités de se développer, le manque de ressources et de support et enfin les opportunités d apprendre. 5. Niveau d importance et efficacité de mise en oeuvre Nous avons mesuré les écarts entre le niveau d importance accordé par les commerciaux à chaque type d incitation et leur perception de l efficacité de leur entreprise à le mettre en œuvre. Ces écarts figurent dans le tableau suivant, le score le plus élevé étant celui de l écart le plus important. La moyenne des écarts pour l ensemble des 16 incitations est de 0,73, ce qui suggère de réelles marges d amélioration pour les entreprises quant à leur capacité à motiver leurs commerciaux. Système de motivation Ecart moyen Autres incitations financières 0,98 Salaire 0,92 Sentiment d être impliqué 0,87 Opportunités de promotion 0,84 Opportunités de développer les compétences 0,83 Ressources et support 0,80 Meilleur salaire que les autres 0,80 Commissions commerciales 0,76 Incitations non financières (cadeaux, vacances, club 0,73 top vendeurs,...) Reconnaissance 0,7 Intérêt du travail 0,7 Sécurité de l emploi 0,67 Objectifs clairs 0,64 Bonus sur objectifs 0,62 Opportunités d apprendre 0,62 Publication des résultats comparés 0,15 Fig. 8. Classement des écarts performance/efficacité motiver les équipes commerciales 7

8 Les auteurs de la recherche Colleen O Sullivan, Consultante Colleen est une dirigeante d entreprise expérimentée et intervient en tant que consultante senior. Son expertise et ses compétences lui permettent d intervenir dans des missions de communication stratégique, d évaluation, de conception et de déploiement dans les domaines de la qualité de service, des processus de travail et du leadership, et d accompagnement du changement. Elle aide les entreprises à développer leur capital humain. Elle est intervenue notamment auprès du comité d organisation des jeux olympiques de Salt Lake City en concevant un modèle innovant de déploiement de la formation au service client et au leadership des volontaires et des entreprises impliquées. Elle intervient régulièrement dans les secteurs de la santé, des services, de l assurance et de la finance, est fréquemment impliquée dans des conférences professionnelles reconnues (Association, Mid-Sized Pension and Management Conference, National Customer Support Services Conference, International Quality and Productivity Center (IQPC) Call Center Conference). Elle est régulièrement citée dans des publications (Wall Street Journal, Business Week,ASTD s Training and Development magazine, and Sales and Marketing Management magazine). Elle est membre d associations professionnelles : The American Society for Training and Development, the Organizational Development Network, American Marketing Association, International Society for Performance Improvement, Instructional Systems Association. Greg McDonald, Consultant Grace à une expérience variée en tant que manager et dirigeant, Greg a développé une expertise dans les domaines de la planification stratégique, du conseil, du management et du coaching d équipes de vente, et de la relation client. Chez AchieveGlobal, il a été Responsable de compte, Directeur régional et Responsable du développement stratégique. Chez Acclivus Corporation, il a accompagné la transformation de l entreprise, et chez Siebel il a été Responsable Grands Comptes et responsable des relations avec les partenaires. Il est diplômé de l Université Wittenberg, Springfield, Ohio. 8 motiver les équipes commerciales

9 A propos d AchieveGlobal Aujourd hui, le niveau de performance de chaque individu est déterminant dans la réussite des entreprises. Optimiser la performance des équipes est l objectif que s est fixé AchieveGlobal. Votre succès dépend de la capacité de vos collaborateurs à faire face à des enjeux complexes. Si la technologie est un support précieux, elle ne saurait remplacer le contact direct au client ; elle rend d autant plus déterminant le déploiement de qualités relationnelles exceptionnelles. AchieveGlobal vous apporte le conseil et les formations pour accorder les comportements de vos collaborateurs à vos ambitions et vous accompagne pour traduire votre stratégie en résultats. Écouter, analyser une situation, résoudre des problèmes, expliquer, motiver, se projeter la technologie n a pas ces qualités. Mais, les hommes qui ont ces compétences seront les moteurs du succès de votre entreprise. AchieveGlobal les y prépare. Présent dans 45 pays, le groupe AchieveGlobal déploie ses solutions de formation dans 32 langues, dans le cadre de projets à l échelle mondiale, régionale ou locale. Nous vous proposons des modalités de formation variées et complémentaires, conçues de façon à créer des parcours adaptés à vos besoins. 4 Rue de Châtillon Paris - France Tél : motiver les équipes commerciales 9

Séminaires inter-entreprises

Séminaires inter-entreprises Catalogue Janvier à décembre 2015 2015 AchieveGlobal, prestataire mondial de la formation à la vente, au leadership et au service client. Developing the 21st century workforce TM Séminaires inter-entreprises

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Travailler avec les télécommunications

Travailler avec les télécommunications Travailler avec les télécommunications Minimiser l attrition dans le secteur des télécommunications Table des matières : 1 Analyse de l attrition à l aide du data mining 2 Analyse de l attrition de la

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes. Juillet 2014

Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes. Juillet 2014 Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes Juillet 2014 L ADN des entreprises industrielles fait référence à un ensemble de capacités appelées aptitudes et de nombreuses

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Aujourd hui, un nombre croissant d entreprises ont choisi

Aujourd hui, un nombre croissant d entreprises ont choisi UN ETAT DES LIEUX : Analyse de la clientèle Une approche proactive de la fidélisation et de la rétention Sponsorisé par Un rapport de recherche exclusif Les chercheurs d UBM TechWeb ont réalisé une enquête

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

de travail enrichissante

de travail enrichissante Dow Corning et Vous Belgium Une expérience de travail enrichissante Une entreprise qui vous écoute, dans laquelle votre avis compte et dans laquelle vous jouez un rôle important Une entreprise qui prend

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

FORMATIONS FORMATIONS : E-COMMERCE / E-MARKETING / WEBDESIGN / VENTE / INFORMATIQUE / BUREAUTIQUE LE CATALOGUE DE

FORMATIONS FORMATIONS : E-COMMERCE / E-MARKETING / WEBDESIGN / VENTE / INFORMATIQUE / BUREAUTIQUE LE CATALOGUE DE FORMATIONS : E-COMMERCE / E-MARKETING / WEBDESIGN / VENTE / INFORMATIQUE / BUREAUTIQUE CENTRE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CONTINUES LE CATALOGUE DE FORMATIONS NUMÉRIQUES POUR DÉVELOPPER DE MEILLEURES

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Le rôle sociétal du café en entreprise

Le rôle sociétal du café en entreprise Le rôle sociétal du café en entreprise Fort de son expertise café, Nespresso Business Solutions a conduit avec l organisme IFOP une étude sur la place et le rôle du café en entreprise, et en dévoile les

Plus en détail

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! Pour les moyennes et grandes entreprises, avoir un accès rapide, sécurisé et

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English.

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English. Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada Sommaire de gestion Présenté au ministère du Patrimoine canadien Le 1er août 2012 par TNS Numéro du contrat : C1111-110947-001-CY

Plus en détail

Enquête sur les salaires du secteur de la consommation en France 2015. Que valez-vous?

Enquête sur les salaires du secteur de la consommation en France 2015. Que valez-vous? Enquête sur les salaires du secteur de la consommation en France 2015 Que valez-vous? Enquête sur les salaires du secteur de la consommation en France 2015 Bienvenue dans l étude réalisée par Nigel Wright

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

La gestion de la relation client (CRM)

La gestion de la relation client (CRM) La gestion de la relation client (CRM) HISTORIQUE De l ère de la consommation de masse : Produits et services standardisés Consommation indifférenciée Au retour de la consommation personnalisée : Produits

Plus en détail

La révolution du leadership. Comment développer les talents dans le nouveau monde de l entreprise

La révolution du leadership. Comment développer les talents dans le nouveau monde de l entreprise Introduction Dans le nouveau monde de l entreprise, la définition du leadership évolue rapidement. Si les compétences traditionnelles comme l intégrité, la vision, le jugement et le développement des collaborateurs

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Juin 2014 Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Intervenants Caroline MARROT Associée Deloitte José BAGHDAD Directeur Deloitte Vincent Michelet SODEXO Hervé Cardelli SANOFI Stéphane

Plus en détail

Bienvenue chez ASN! Chères lectrices, chers lecteurs,

Bienvenue chez ASN! Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue chez ASN! Chères lectrices, chers lecteurs, Je pourrais très certainement employer des termes choisis, tels que «solution optimale», «expérience», «dynamique et innovateur», «efficace», «tourné

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

Notre Approche. Le concept de projet. Les 4 Pas. 4. Nous Evaluons et Améliorons. 3. Nous Exécutons. 2. Nous Concevons. 1. Nous Analysons.

Notre Approche. Le concept de projet. Les 4 Pas. 4. Nous Evaluons et Améliorons. 3. Nous Exécutons. 2. Nous Concevons. 1. Nous Analysons. Notre Approche Les solutions de développement de Managers Studio sont basées sur deux principes: Le concept de projet "L apprentissage doit constituer une expérience réelle et interactive, un projet de

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés 1. De quelle zone géographique vos PDG/Responsables pays expatriés proviennent-ils? Les dirigeants expatriés proviennent à 42% d'europe occidentale

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1 Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague Des pratiques uniformisées en Europe? Septembre 04 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Marine Rey, Chargée

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

La formation professionnelle en Europe

La formation professionnelle en Europe training operational ConsuLtinG recruitment research www.cegos.com La formation professionnelle en Europe Points de vue comparés des salariés et des DRH/Responsables Formation en Allemagne, Espagne, France,

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010 Juillet 2010 LES ENQUÊTES SOLUCOM Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client The power of simplicity «Ce qui est simple est fort» Baromètre banque / client 2010 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR

M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR Les approches gagnantes Nous avons récemment conduit une étude qualitative aux États-Unis auprès de «serial acquirers» américains.

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Introduction. Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur?

Introduction. Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur? Introduction Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur? Introduction Présentation David ZOUTE Weeziu, Conseil en Evolution Professionnelle Qu est ce qu un manager? Spécialiste

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

M2020 FRANCE. Résumé

M2020 FRANCE. Résumé M2020 FRANCE Résumé De l étude globale Marketing 2020 Thought Leadership 250+ interviews de CMOs 10,231 marketers dans 92 pays À M2020 France 387 participants de 24 entreprises françaises Objectif: Analyser

Plus en détail

Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance

Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance Formation certifiante : Animer mon équipe pour élever la performance Public concerné Dans l exercice de vos fonctions de manager qu elles soient nouvelles pour vous ou déjà expérimentées vous avez pu mesurer

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

vis-à-vis des collaborateurs. De même, les clients sont aujourd hui désorientés face à des engagements

vis-à-vis des collaborateurs. De même, les clients sont aujourd hui désorientés face à des engagements LA MISSION DE 1762 CONSULTANTS En 1762, Jean-Jacques Rousseau publiait Du Contrat social. Deux siècles et demi plus tard, réinventer le contrat social semble à nouveau d actualité, d où la mission de 1762

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

Stim. Quelles sont les tendances et les règles d or pour réussir une opération de stimulation BtoB?

Stim. Quelles sont les tendances et les règles d or pour réussir une opération de stimulation BtoB? Stim Quelles sont les tendances et les règles d or pour réussir une opération de stimulation BtoB? La motivation est indissociable de la condition humaine Motivation, récompense et considération sont indissociables.

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

1. Les augmentations du salaire de qualification

1. Les augmentations du salaire de qualification LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les augmentations du salairre de INTRODUCTION Les augmentations du salaire de base facilitent la maîtrise de la masse salariale et stimulent la motivation et la rétention

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail