Motiver les équipes commerciales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Motiver les équipes commerciales"

Transcription

1 Motiver les équipes commerciales Nouvelle recherche sur les facteurs de motivation des commerciaux les plus performants. par Colleen O Sullivan & Greg McDonald Developing the 21st century workforce TM

2 Les équipes commerciales sont souvent, à juste titre, considérées comme le réseau vital de l entreprise : elles sont en première ligne de ce qui fait vivre l entreprise, à la recherche de la performance et de la réussite. Par conséquent, tenter de comprendre ce qui motive vos commerciaux est essentiel pour réaliser vos objectifs de croissance de chiffre d affaires. Dans un contexte économique favorable, il est évidemment plus simple de motiver les commerciaux et de répondre à leurs attentes que dans un contexte tendu ou lorsque les budgets sont réduits. Mais quel que soit l environnement économique, fidéliser une force de vente représente de réels bénéfices pour les entreprises. Dans cette perspective, AchieveGlobal a interrogé des professionnels de la vente afin d identifier les moyens mis en œuvre par les entreprises pour motiver leurs équipes commerciales de façon durable. Nous voulions savoir si la rémunération était le seul facteur de motivation, et comment les commerciaux réagissaient aux marques de reconnaissance et de respect. Par ailleurs, nous souhaitions savoir s il existait sur ce plan des différences entre les générations de commerciaux. La recherche a mis en lumière des tendances fortes qui peuvent permettre de mieux comprendre ce qui motive les équipes de vente à améliorer leur performance, et ce qui peut permettre de fidéliser les meilleurs : 1. La motivation et la fidélité des commerciaux sont étroitement corrélées. 2. La rémunération reste le premier facteur de motivation, mais c est également celui qui est le plus mal utilisé. 3. La rémunération est également la cause la plus fréquente de départ : les commerciaux les plus susceptibles de partir sont ceux qui sont insatisfaits de leur système de rémunération. 4. Bien que l argent soit classé parmi les cinq principaux facteurs de motivation, les quatre autres n ont aucun caractère financier. 5. Les commerciaux les plus âgés accordent plus d importance à l argent que les plus jeunes. 6. Les commerciaux des jeunes générations accordent plus d importance aux opportunités d évolution que leurs collègues plus âgés. 7. La publication des résultats individuels des commerciaux a peu d impact sur la motivation, à part dans les très grandes entreprises et pour les niveaux de management. 8. Les commerciaux perçoivent un écart entre ce qui les motive et la façon dont les entreprises conçoivent les systèmes de rémunération et de motivation. 9. La rémunération est le critère pour lequel l écart entre le niveau d importance et la qualité de la mise en œuvre est le plus fort. 10. Parmi les huit facteurs principaux, l écart est également important en ce qui concerne : a. Les commissions et primes (au-delà du salaire de base). b. Les opportunités de développer ses compétences et les ressources disponibles. c. Le support apporté aux commerciaux. Ces trois points apparaissent dans les 8 premières places du classement des facteurs de motivation. 11. Les commerciaux les plus seniors estiment qu on ne leur propose pas suffisamment d opportunités d évolution ou de développement de nouvelles compétences. Ils se sentent peu sécurisés dans leur poste, ce qui soulève la question des générations dans les équipes de vente. 12. Les commerciaux qui jugent leur poste intéressant et ont le sentiment de jouer un rôle reconnu au sein de leur organisation sont plus susceptibles que les autres de rester fidèles à leur employeur. 2 motiver les équipes commerciales

3 Le lien entre motivation et fidélité. Dans le cadre de notre étude, nous avons interrogé 334 professionnels de la vente. (cf. annexe 1). Dans l ensemble, les participants se disent généralement motivés. 60 % affirment se sentir motivés dans l accomplissement de leur travail, 23 % s affirment indifférents et 17 % affirment qu ils ne se sentent pas motivés (cf. annexe 2). Notre enquête confirme le lien entre la motivation des commerciaux et leur décision de quitter leur entreprise ou d y rester fidèle. Bien que 40 % des personnes interrogées envisagent de quitter leur emploi dans les deux ans, plus le commercial est motivé, plus il est probable qu il reste. On peut donc en déduire que si les organisations réussissent à motiver leurs commerciaux, elles réussiront à garder leurs meilleurs collaborateurs, qui pourraient faire partie des 40 % à risque. Les facteurs de motivation. Bien que la plupart des commerciaux soient motivés et veuillent rester chez leur employeur actuel, une part significative d entre eux n est ni motivée ni satisfaite et, par conséquent, envisage de chercher un emploi plus motivant et plus satisfaisant. Sur cette base, nous avons cherché à identifier les facteurs de motivation réels et la façon dont les entreprises y répondent. Par ordre de priorité, les 5 facteurs de motivation sont les suivants : Le niveau de rémunération. L intérêt du poste. La sécurité de l emploi. La clarté des objectifs. Les opportunités de développer ses compétences. La motivation pécunière. Sans surprise, notre étude révèle que l argent est un facteur de motivation remarquable dans la mesure où la bonne rémunération, les autres incitations pécuniaires et les commissions sont classées dans le top 7 des 16 incitations possibles (cf. annexe 3). Ce constat fait écho à d autres recherches qui montrent que l argent ou la volonté d obtenir (le sens du gain) sont essentiels pour motiver les collaborateurs 1. Concernant la capacité des entreprises à utiliser 1. Voir par exemple l article Employee Motivation : A powerful New Model de Nitin Nohria, Boris Groysberg et Linda-Eling Lee, dans le numéro Juill.-Août 2008 de la Harvard Business Review. l argent comme un facteur de motivation, les résultats sont perturbants : dans l ensemble, les commerciaux ayant participé à l enquête ne sont pas satisfaits par leur rémunération. Cette tendance devrait inquiéter les leaders commerciaux : ce qui précisément motive les commerciaux au succès n est pas proposé par l entreprise sous forme d incitation. Nous avons également constaté que les jeunes commerciaux (nés après 1980) sont moins susceptibles que leurs collègues plus âgés de considérer les autres incitations pécuniaires comme pouvant les motiver. De même, les professionnels de la vente les plus jeunes sont moins susceptibles que leurs aînés de considérer que les «commissions» sont importantes. Une recherche scientifique récente sur la motivation a conclu que les entreprises devraient payer suffisamment leurs collaborateurs pour que la rémunération ne soit plus une source d insatisfaction, plutôt que de l utiliser pour motiver une amélioration progressive des performances, car les entreprises sont habituellement peu efficaces en procédant ainsi 2. En particulier en période économique morose, il peut s avérer impossible d augmenter les rémunérations des commerciaux, ce qui renforce l importance des incitations non monétaires. Les incitations non financières. Les bonnes nouvelles sont ici nombreuses : l argent n est pas l unique facteur de motivation, puisque d autres incitations comme un travail intéressant (en 2ème position), la sécurité de l emploi, la clarté des objectifs, l opportunité de développer ses compétences apparaissent dans les 5 premières positions du classement. Disposer des ressources et du support qui vous permettent de progresser, la reconnaissance et l opportunité d apprendre de nouvelles choses sont dans les 10 premières positions. Ceci offre aux leaders commerciaux un large spectre de solutions pour motiver leurs commerciaux sans avoir à prélever dans les fonds de l entreprise. Les personnes qui ont participé à cette enquête ont également positionné en première place la capacité de leur entreprise à proposer un travail intéressant comme levier de motivation. De façon logique, si les entreprises cherchent à rendre le travail commercial le plus intéressant possible, cela deviendra en soi un facteur de motivation pour les commerciaux. Les leaders commerciaux peuvent y parvenir en fournissant une vision stratégique claire, en donnant aux commerciaux l opportunité de travailler au sein 2. Drive : The Surprising Truth About What Motivates Is, Daniel H. Pink, motiver les équipes commerciales 3

4 d équipes multifonctionnelles ou de contribuer à des projets d entreprise qui n ont pas d impact sur leur rémunération mais renforcent leur intérêt pour leur environnement professionnel. Les entreprises qui créent chez leurs collaborateurs le sentiment de prendre part à des décisions importantes pour l organisation bénéficient de commerciaux beaucoup plus motivés et moins susceptibles de les quitter. Les incitations non monétaires telles que les cadeaux, les congés, l appartenance à un club des super-vendeurs ont un faible impact sur la motivation des commerciaux. D autres approches se révèlent beaucoup plus efficaces. En particulier, les entreprises peuvent accroître la motivation de leurs commerciaux en leur proposant des formations leur permettant de développer leurs compétences, et ce à tout âge et quel que soit le niveau hiérarchique. Notre recherche prouve que les entreprises qui proposent des opportunités de développement de compétences à leurs équipes sont celles qui ont le moins de risques de voir des collaborateurs de qualité partir dans un avenir proche. La motivation par la sécurité de l emploi. Le contexte d instabilité économique influence très probablement l importance accordée par les répondants à la sécurité de l emploi. Dans un environnement dans lequel la perte d emploi est un risque majeur, un nombre croissant de collaborateurs accorde un très haut niveau d importance au fait d avoir un poste et de le garder. Quelle que soit leur génération, les commerciaux répondant à notre étude ont exprimé l importance de cet élément de motivation, qui se positionne au troisième rang. Les entreprises sont jugées comme efficaces par les commerciaux dans leur capacité à mettre en avant la sécurité de l emploi comme facteur de motivation. Ce constat pourrait suggérer que les entreprises se servent de ce à quoi leurs employés accordent le plus de valeur dans une période de crise économique. De futures recherches pourront explorer cette tendance. La motivation par la promotion. Bien que la promotion se retrouve en général en fin de liste des facteurs de motivation, il est intéressant de considérer les différences de perception entre les groupes d âges. Notre enquête nous a montré que les commerciaux les plus jeunes (davantage que leurs aînés) considèrent les opportunités de promotion avec plus d intérêt. Deux raisons peuvent l expliquer : Les commerciaux plus âgés ont peut-être progressé autant qu ils le pouvaient au sein de leur organisation, et ne considèrent plus la promotion comme étant possible, ou, Les commerciaux plus âgés sont peut-être plus engagés financièrement (remboursements d emprunts, études des enfants,...) que les plus jeunes. Pour cette raison, ils accordent sans doute plus d intérêt à une motivation financière à court terme qu à une opportunité de promotion pouvant apporter des résultats à moyen, voire à long terme. De façon générale, les commerciaux estiment que leur entreprise n est pas efficace dans la mise en place d opportunités de promotions. Ce sentiment est plus fort auprès des commerciaux les plus expérimentés. Nous en concluons que les entreprises ont un réel intérêt à considérer les évolutions hiérarchiques en prenant en compte le niveau de réussite commerciale plutôt que l âge. Enfin, les commerciaux positionnent les systèmes de motivation non financiers tels que les cadeaux, les voyages, ou les clubs des top vendeurs à l avantdernier rang en terme d importance et considèrent que ces systèmes sont mal utilisés. Cette appréciation pose la question de l intérêt d investir dans ces outils de motivation, et de l affectation de ces budgets à des moyens de motivation qui ont un meilleur impact. Les entreprises sont-elles efficaces? Lorsqu une entreprise met en place des systèmes d incitations, la question est de savoir si ces systèmes soutiennent des objectifs stratégiques. C est la raison pour laquelle nous avons posé aux professionnels interrogés la question de l efficacité des systèmes d incitations. Notre étude fait ressortir des résultats très nets en ce qui concerne les méthodes considérées comme importantes, mais utilisées de façon inefficace par les entreprises. Les réponses montrent un écart significatif général en terme d efficacité qui nous permet d identifier des axes d amélioration, dans trois domaines en particulier : L écart le plus significatif entre le niveau d importance accordé et l efficacité de mise en oeuvre porte sur les autres incitations financières. Le deuxième écart porte sur le niveau de salaire. 4 motiver les équipes commerciales

5 Enfin, le troisième domaine est le sentiment d être pris en compte. Si les entreprises améliorent leur efficacité sur ces trois domaines, elles obtiendront un impact positif sur la motivation globale de leurs équipes commerciales. L annexe 5 précise les écarts. La réalité des générations Plusieurs tendances significatives mettent en exergue les écarts entre les générations de populations commerciales, tant en ce qui concerne l importance que l efficacité perçue des systèmes de motivation. Ces différences doivent attirer l attention des entreprises sur l évaluation de l impact de leur système d incitation en fonction des âges. Par exemple, nous avons identifié que les commerciaux plus âgés sont plus susceptibles que leurs collègues plus jeunes de juger que leur entreprise est peu efficace à leur fournir des opportunités d apprendre. Ceci pourrait être causé par une idée fausse au sein des directions d entreprise sur la difficulté ou le manque d envie qu auraient les seniors à acquérir de nouvelles compétences. Pourtant, la recherche montre que les commerciaux plus âgés sont significativement plus ouverts à l apprentissage que ne le pense leur direction. De façon encore plus significative, ces opportunités semblent être de réels facteurs de motivation pour les commerciaux les plus âgés. Nous avons également découvert que les commerciaux plus âgés avaient davantage tendance que leurs collègues plus jeunes à estimer que leur entreprise n utilise pas effectivement la sécurité de l emploi comme facteur de motivation. Cette tendance peut être associée au fait que la sécurité de l emploi semble naturellement plus importante pour les commerciaux seniors. Conclusion Les commerciaux très motivés sont évidemment plus créatifs et productifs, apportent une réelle valeur à leur entreprise et sont essentiels au succès et à la compétitivité de leur entreprise. Les leaders commerciaux jouent un rôle essentiel pour maintenir la motivation de leurs équipes, et ce de différentes façons. Notre recherche montre clairement que les commerciaux sont motivés par un travail qui leur permette de se réaliser et d être récompensés. Il existe cependant un écart important entre leurs attentes et ce que leur entreprise leur propose. Certaines découvertes importantes devraient pouvoir aider les entreprises à créer et maintenir des équipes commerciales motivées : L argent est donc clairement important, mais au même niveau que le côté stimulant du poste, la sécurité, les objectifs rationnels et les opportunités de se développer. Les commerciaux sont très motivés par l intérêt de leur poste, qui est un réel facteur de rétention des commerciaux. L incitation la plus motivante et importante pour les commerciaux est le salaire, qu il soit fixe, basé sur des bonus sur objectifs, basé sur des commissions ou tout autre système d incitation financière. De façon générale, les commerciaux qui se pensent être payés correctement pour leur travail ont moins de chance de quitter l entreprise, et ceci est particulièrement vrai pour les commerciaux les plus expérimentés. De façon symétrique, les commerciaux qui se disent prêts à quitter leur entreprise sont ceux qui considèrent être mal payés. La réalité est que la motivation d un commercial varie nettement d un individu à l autre, et l idée qu une approche unique peut motiver une équipe de vente entière est un mythe. Au contraire, dans un contexte de changements rapides et de diversité générationnelle, il est plus important que jamais que les managers commerciaux consacrent du temps et de l énergie à comprendre ce qui motive réellement chaque individu, et à créer un lien clair entre les attentes de chacun et les systèmes d incitation efficaces. Lorsque la motivation et la fidélisation des commerciaux sont des priorités de l entreprise, les équipes de vente jouent un rôle crucial dans le positionnement concurrentiel et la réussite de l organisation. A propos de la reherche En 2010, AchieveGlobal a interrogé 334 professionnels de la vente. La plupart des personnes interrogées étaient des commerciaux et des chefs des ventes, une minorité étaient des dirigeants commerciaux. Les participants représentaient des entreprises dont les équipes commerciales allaient de 10 personnes à plus de 1000, de diverses générations. L objectif était d identifier ce qui motive les commerciaux à être performants et à prendre part au succès de leur entreprise. motiver les équipes commerciales 5

6 Annexes 1. Les participants Génération, année de naissance % Génération Y, nés après ,94 Génération X, nés entre 1965 et ,14 Baby-boomers, nés entre 1947 et ,58 Nés avant ,35 Fig. 1. Participants par génération Position dans l entreprise % Commerciaux 73,21 Chefs des ventes 17,13 Directeurs commerciaux 4,05 Autres 5,61 Fig. 2. Participants par niveau hiérarchique Nombre de commerciaux dans l entreprise % , , , , , , ,18 Fig. 3. Nombre de commerciaux dans l entreprise 2. Niveau de motivation Les participants ont noté leur niveau de motivation sur une échelle en 5 points (1 étant "pas du tout motivé", 5 étant "très motivé". Niveau de motivation % 1 - Pas motivé du tout 3, Peu motivé 13, Motivé 23, Assez motivé 34, Très motivé 25,15 Fig. 4. Niveau de motivation Sur le point de la motivation, l étude demandait également aux participants s ils pensaient à changer d employeur. Projet de changer d employeur % Dès que possible 16,82 Dans les 6 à 12 mois 9,66 Dans les 16 à 24 mois 12,15 Pas de projet 61,37 Fig. 5. Projet de changer d employeur 3. Les systèmes de motivation Système de motivation % Salaire 4,32 Intérêt du travail 4,23 Sécurité de l emploi 4,15 Objectifs clairs 4,11 Opportunités de développer les compétences 4,11 Autres incitations financières 4,10 Commissions commerciales 4,05 Ressources et support 4,00 Reconnaissance 3,99 Opportunités d apprendre 3,99 Sentiment d être impliqué 3,95 Bonus sur objectifs 3,91 Opportunités de promotion 3,84 Meilleur salaire que les autres 3,80 Incitations non financières (cadeaux, vacances, club 3,51 top vendeurs,...) Publication des résultats comparés 3,40 Fig. 5. Classement des incitations Corrélations : Les commerciaux pour lesquels le sentiment d être impliqué est important sont également ceux qui ont le moins envie de changer d employeur. Les commerciaux de niveau hiérarchique plus élevé attribuent plus d importance à l incitation Publication des résultats comparés. Les commerciaux dans les plus grandes organisations accordent plus d importance à la publication des résultats comparés. 6 motiver les équipes commerciales

7 4. Efficacité d utilisation des incitations Il a été demandé aux participants, pour les 16 types d incitations ci-dessous, de noter l efficacité d utilisation dans leur entreprise, sur une échelle de 1 (pas du tout efficace) à 5 (très efficace). Efficacité Système de motivation d utilisation moyenne Intérêt du travail 3,55 Sécurité de l emploi 3,49 Objectifs clairs 3,48 Commissions commerciales 3,48 Salaires 3,42 Bonus sur objectifs 3,38 Opportunités d apprendre 3,38 Publication des résultats comparés 3,33 Opportunités de développer les compétences 3,31 Reconnaissance 3,31 Ressources et support 3,19 Autres incitations financières 3,17 Sentiment d être impliqué 3,10 Opportunités de promotion 3,04 Meilleur salaire que les autres 3,04 Incitations non financières (cadeaux, vacances, 2,86 club top vendeurs,...) Fig. 7. Efficacité d utilisation des incitations Corrélations : Plus le niveau hiérarchique est élevé, moins les commerciaux estiment que leur entreprise utilise efficacement l incitation Publication des résultats comparés. A contrario, les commerciaux de niveau hiérarchique plus élevé ont plus tendance à mieux noter l efficacité de leur entreprise à motiver par les opportunités d apprendre et de développer de nouvelles compétences. Plus la taille des équipes commerciales est importante, plus les commerciaux interrogés considèrent que leur entreprise utilise efficacement la reconnaissance, la mise à disposition de ressources et de support et les opportunités de développer des connaissances. Parallèlement, dans les entreprises de petite taille, les commerciaux seraient plus motivés s ils se voyaient proposer ces opportunités. Les commerciaux qui se déclarent prêts à quitter leur entreprise sont majoritairement ceux qui considèrent que leur salaire n est pas satisfaisant. L intérêt du travail et le fait de ne pas se sentir impliqué sont les facteurs de démotivation pouvant mener à un départ de l entreprise, suivis de près par le manque d opportunités de se développer, le manque de ressources et de support et enfin les opportunités d apprendre. 5. Niveau d importance et efficacité de mise en oeuvre Nous avons mesuré les écarts entre le niveau d importance accordé par les commerciaux à chaque type d incitation et leur perception de l efficacité de leur entreprise à le mettre en œuvre. Ces écarts figurent dans le tableau suivant, le score le plus élevé étant celui de l écart le plus important. La moyenne des écarts pour l ensemble des 16 incitations est de 0,73, ce qui suggère de réelles marges d amélioration pour les entreprises quant à leur capacité à motiver leurs commerciaux. Système de motivation Ecart moyen Autres incitations financières 0,98 Salaire 0,92 Sentiment d être impliqué 0,87 Opportunités de promotion 0,84 Opportunités de développer les compétences 0,83 Ressources et support 0,80 Meilleur salaire que les autres 0,80 Commissions commerciales 0,76 Incitations non financières (cadeaux, vacances, club 0,73 top vendeurs,...) Reconnaissance 0,7 Intérêt du travail 0,7 Sécurité de l emploi 0,67 Objectifs clairs 0,64 Bonus sur objectifs 0,62 Opportunités d apprendre 0,62 Publication des résultats comparés 0,15 Fig. 8. Classement des écarts performance/efficacité motiver les équipes commerciales 7

8 Les auteurs de la recherche Colleen O Sullivan, Consultante Colleen est une dirigeante d entreprise expérimentée et intervient en tant que consultante senior. Son expertise et ses compétences lui permettent d intervenir dans des missions de communication stratégique, d évaluation, de conception et de déploiement dans les domaines de la qualité de service, des processus de travail et du leadership, et d accompagnement du changement. Elle aide les entreprises à développer leur capital humain. Elle est intervenue notamment auprès du comité d organisation des jeux olympiques de Salt Lake City en concevant un modèle innovant de déploiement de la formation au service client et au leadership des volontaires et des entreprises impliquées. Elle intervient régulièrement dans les secteurs de la santé, des services, de l assurance et de la finance, est fréquemment impliquée dans des conférences professionnelles reconnues (Association, Mid-Sized Pension and Management Conference, National Customer Support Services Conference, International Quality and Productivity Center (IQPC) Call Center Conference). Elle est régulièrement citée dans des publications (Wall Street Journal, Business Week,ASTD s Training and Development magazine, and Sales and Marketing Management magazine). Elle est membre d associations professionnelles : The American Society for Training and Development, the Organizational Development Network, American Marketing Association, International Society for Performance Improvement, Instructional Systems Association. Greg McDonald, Consultant Grace à une expérience variée en tant que manager et dirigeant, Greg a développé une expertise dans les domaines de la planification stratégique, du conseil, du management et du coaching d équipes de vente, et de la relation client. Chez AchieveGlobal, il a été Responsable de compte, Directeur régional et Responsable du développement stratégique. Chez Acclivus Corporation, il a accompagné la transformation de l entreprise, et chez Siebel il a été Responsable Grands Comptes et responsable des relations avec les partenaires. Il est diplômé de l Université Wittenberg, Springfield, Ohio. 8 motiver les équipes commerciales

9 A propos d AchieveGlobal Aujourd hui, le niveau de performance de chaque individu est déterminant dans la réussite des entreprises. Optimiser la performance des équipes est l objectif que s est fixé AchieveGlobal. Votre succès dépend de la capacité de vos collaborateurs à faire face à des enjeux complexes. Si la technologie est un support précieux, elle ne saurait remplacer le contact direct au client ; elle rend d autant plus déterminant le déploiement de qualités relationnelles exceptionnelles. AchieveGlobal vous apporte le conseil et les formations pour accorder les comportements de vos collaborateurs à vos ambitions et vous accompagne pour traduire votre stratégie en résultats. Écouter, analyser une situation, résoudre des problèmes, expliquer, motiver, se projeter la technologie n a pas ces qualités. Mais, les hommes qui ont ces compétences seront les moteurs du succès de votre entreprise. AchieveGlobal les y prépare. Présent dans 45 pays, le groupe AchieveGlobal déploie ses solutions de formation dans 32 langues, dans le cadre de projets à l échelle mondiale, régionale ou locale. Nous vous proposons des modalités de formation variées et complémentaires, conçues de façon à créer des parcours adaptés à vos besoins. 4 Rue de Châtillon Paris - France Tél : motiver les équipes commerciales 9

Séminaires inter-entreprises

Séminaires inter-entreprises Catalogue Janvier à décembre 2015 2015 AchieveGlobal, prestataire mondial de la formation à la vente, au leadership et au service client. Developing the 21st century workforce TM Séminaires inter-entreprises

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière Communiqué de presse Issy-les-Moulineaux, 22 octobre 2015 Baromètre Cegos «Climat social et qualité de vie au travail» Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique

Plus en détail

CLIMAT 2012 N 2013-04

CLIMAT 2012 N 2013-04 Enquête CLIMAT LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-04 FÉVRIER 2013 Enquête auprès de 3000 cadres en emploi dans le secteur privé (terrain : juillet ) En, les niveaux de satisfaction des cadres en emploi

Plus en détail

Dale Carnegie Livre blanc

Dale Carnegie Livre blanc Dale Carnegie Livre blanc Copyright 2012 Dale Carnegie & Associates, Inc. Tous droits réservés. Enhance_engagement_031814_wp_fr RENFORCER L'ENGAGEMENT DES EMPLOYÉS : LE RÔLE DU SUPÉRIEUR DIRECT L'engagement,

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Rapport Annuel 2013. Nos collaborateurs. Conjuguer les talents pour créer des solutions innovantes Les Business Technologists

Rapport Annuel 2013. Nos collaborateurs. Conjuguer les talents pour créer des solutions innovantes Les Business Technologists 21 Conjuguer les talents pour créer des solutions innovantes Les Business Technologists 22 23 Développer les Talents Créer de la valeur ajoutée L innovation business est facilitée par l utilisation de

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 Daniel Held Mesurer les facteurs qualitatifs de l entreprise Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 La difficulté actuelle que rencontrent presque

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

PERCEPTIONS DES PRATIQUES RH EN ENTREPRISE

PERCEPTIONS DES PRATIQUES RH EN ENTREPRISE PERCEPTIONS DES PRATIQUES RH EN ENTREPRISE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-55 AVRIL 2015 SYNTHÈSE Ce document présente les principaux résultats d une enquête sur les politiques de gestion des ressources

Plus en détail

Attractivité du secteur Banque/Assurance auprès des fonctions commerciales. Le point de vue des candidats

Attractivité du secteur Banque/Assurance auprès des fonctions commerciales. Le point de vue des candidats 2012 Attractivité du secteur Banque/Assurance auprès des fonctions commerciales Le point de vue des candidats Fed Finance / Cadremploi Edito Les secteurs bancaire et assurantiel sont au cœur de bouleversements

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences UN OUTIL PROMOTIONNEL IDÉAL EMEA Améliorer ses connaissances et son savoir-faire participent aux nombreuses possibilités d évolution

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-04 JANVIER 2015 Les circonstances du changement de poste dans l entreprise Les changements observés entre les deux postes Perception de

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF RESULTATS DE L ENQUETE INTERNE «VOIE LIBRE, MODERNISONS NOTRE SECURITE» 9 DECEMBRE 2014 1 POURQUOI UNE ENQUÊTE INTERNE SUR LA SÉCURITÉ? PARCE QUE LA SÉCURITÉ EST NOTRE

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Synthèse questionnaire : Ce questionnaire a été administré au deuxième trimestre 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 110 personnes

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Baromètre Défis RH 2014

Baromètre Défis RH 2014 5 ème édition depuis 2010 Baromètre Défis RH 2014 Etude Andrh Inergie pour Entreprise & Carrières Juin 2014 Pierre Havet Gina de Rosa Luc Vidal Président Rédactrice en chef Directeur général ANDRH Ile-de-France

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Une enquête de l Observatoire Cegos Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Méthodologie de l enquête 2 - L Observatoire

Plus en détail

Climat et relations sociales dans les entreprises

Climat et relations sociales dans les entreprises Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Climat et relations sociales dans les entreprises 13 novembre 2008 1 Méthodologie Enquête menée en septembre / octobre 2008 Echantillons : - 166 DRH d entreprises

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Travailler avec les télécommunications

Travailler avec les télécommunications Travailler avec les télécommunications Minimiser l attrition dans le secteur des télécommunications Table des matières : 1 Analyse de l attrition à l aide du data mining 2 Analyse de l attrition de la

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009.

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009. LA PRESSE Rapport Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle 5 mars 2009 P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MÉTHODOLOGIE... 3 2. FAITS SAILLANTS...

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés 1. De quelle zone géographique vos PDG/Responsables pays expatriés proviennent-ils? Les dirigeants expatriés proviennent à 42% d'europe occidentale

Plus en détail

Les clients de la librairie indépendante

Les clients de la librairie indépendante Les clients de la librairie indépendante Mieux les connaître pour les fidéliser Premiers résultats Etude réalisée par pour La librairie est confrontée à la combinaison de plusieurs facteurs qui pèsent

Plus en détail

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant PARCOURS MANAGEMENT Un parcours permettant le développement commun et cohérent des managers du groupe qui facilite des passerelles en entre BU/ métiers. DEVENIR MANAGER Manager débutant Réussir sa prise

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs civils, agronomes et bioingénieurs, sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises en matière de formation et la satisfaction des

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Les clés de la mixité

Les clés de la mixité Women Matter 2012: Making the Breakthrough Les clés de la mixité Focus sur les entreprises françaises 2 McKinsey conduit depuis de nombreuses années des travaux de recherche sur le rôle des femmes au sein

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

Daniel Held : La rémunération à la performance: un art délicat

Daniel Held : La rémunération à la performance: un art délicat Daniel Held : La rémunération à la performance: un art délicat Paru dans : Persorama, no 3, 1997 La rémunération à la performance connaît depuis plusieurs années un essor considérable. La tendance touche

Plus en détail

DES SALARIéS ENGAGéS ET AUTONOMES

DES SALARIéS ENGAGéS ET AUTONOMES DES SALARIéS ENGAGéS ET AUTONOMES Enquête KGWI 2012 - - Des Attirer salariés et fidéliser engagés les et autonomes meilleurs talents Fidélité ou opportunités? Une décision cruciale pour les salariés Les

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

Le 7 avril 2005 LES MESURES DE LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : NOUVELLES TENDANCES ET IMPACT. Lili de Grandpré

Le 7 avril 2005 LES MESURES DE LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : NOUVELLES TENDANCES ET IMPACT. Lili de Grandpré Le 7 avril 2005 LES MESURES DE LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : NOUVELLES TENDANCES ET IMPACT Lili de Grandpré Le contexte Seulement 11% des directeurs financiers perçoivent les RH comme partenaires

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2

Baromètre : Le bien être psychologique des salariés au travail. Septembre 2008 vague 2 Baromètre : Le bien être psychologique des au travail Septembre 2008 vague 2 Introduction 1 Le rappel du contexte Afin de favoriser, développer et promouvoir l amélioration du bien-être des personnes au

Plus en détail

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Juin 2014 Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Intervenants Caroline MARROT Associée Deloitte José BAGHDAD Directeur Deloitte Vincent Michelet SODEXO Hervé Cardelli SANOFI Stéphane

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Les talents en France Tendances 2014. À quoi pensent les professionnels

Les talents en France Tendances 2014. À quoi pensent les professionnels Les talents en France Tendances 2014 À quoi pensent les professionnels Introduction Pour les professionnels qui souhaitent un changement de carrière, la période que nous traversons en France est intéressante.

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif

Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif Patrick HAAS Direction de la Communication Présenté par la Banque de France dans

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes. Juillet 2014

Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes. Juillet 2014 Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes Juillet 2014 L ADN des entreprises industrielles fait référence à un ensemble de capacités appelées aptitudes et de nombreuses

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

LES SALARIES ET LEUR PREVOYANCE

LES SALARIES ET LEUR PREVOYANCE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES SALARIES ET LEUR PREVOYANCE Marie-Odile SIMON Novembre 2000 Département «Evaluation des Politiques Sociales» dirigé par Marie-Odile

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

La gestion de la relation client (CRM)

La gestion de la relation client (CRM) La gestion de la relation client (CRM) HISTORIQUE De l ère de la consommation de masse : Produits et services standardisés Consommation indifférenciée Au retour de la consommation personnalisée : Produits

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ Synthèse des principaux enseignements Une étude réalisée par Ipsos pour Eco-Emballages, avec le soutien technique et financier de l ADEME. SYNTHÈSE

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants

Plus en détail