Eva Mo nteiro Tél. : (# 680 7) C ourri el : mont eiro.e va _ro uqam.ca

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eva Mo nteiro Tél. : 987-300 0 (# 680 7) C ourri el : mont eiro.e va _ro sa @ uqam.ca"

Transcription

1 UNIVER SITE DU QU EBEC A MONTR E AL Départ ement des Sciences de la Terre et de l At mosphère PL AN D E C OU R S SESSION AU TOMNE 2012 THERMOD YNAMIQU E AVAN CEE PHY 4501(030) HO RAIR E : Mercre d i : 9H0 0-12H00 Loca l : PK-6265 Prof esse urs : Éric Girard Tél. : (# 332 5) C ourri el : girard.eri qam. ca L oca l : PK-6435 Eva Mo nteiro Tél. : (# 680 7) C ourri el : mont eiro.e va _ro uqam.ca L oca l : PK-2435 OB JE CTIFS DU C OURS : Cours de base, appliquant les lois de la therm odynamique à l atmosphère dans le but d expliquer les phénomènes météorol ogiques. Phénomènes de tra nsport. C ONTE N U D U CO UR S Révision de la therm odynamique classique. Les changements de phase. É quation de Clapeyron. P aramètres de mesure de la vapeur d e au de l a ir a tmosphérique. Atmosphère sèche et saturé e. Procédées thermodyna miques dans l a tmosphère. Diagra mmes aérologiques. Stabilité thermique de l a ir. M élange vertical et horizontal. Form ation des nuages et de la précipitation. Conde nsation hom ogène et hétérogè ne. Croi ssance des gouttes et cristaux par diffusion et coalescence. Proc essus de Berge ron. É quation de croissance stochastique. Types de pré cipitation. Ca ractéristiques spatio-tempore lles des systèmes de pré cipitation. MÉ TH OD E PÉDAG OG IQU E Cours magistraux et travaux pra tiques MÉ TH OD E PÉDAG OG IQU E D ÉVALU ATION Travaux pra tiques et devoirs : 20 % Testes (2) 20 % Pre mier e xamen (T hermodynamique de l atmosphère ): 30 % Deuxième examen (Physique des nuages) 30 %

2 !! RÉFÉRENCES!! Iribarne, J.V. et W.L. Godson, 1981 : Atmospheric Thermodynamics!! Curry, J. et P.J. Webster, 1999 : Thermodynamics of atmosphere and oceans.!! Riegel, C.A., 1992 : Fundamentals of atmospheric dynamics and thermodynamics.!! Rodgers, R.R., et M.K. Yau, 1989 : A short course in cloud physics, Pergamon Press, 283 pp.!! Pruppacher, H.R., et J.D. Klett, 1997 : Microphysics of Clouds and Precipitation, Reidel Publishing Company, Dordrecht, 714 pp.!! Wallace, J.M. et P.V. Hobbs, 2006 : Atmospheric Science. An introductory Survey!

3 14#novembre# Présentation#du#pl an#de#cours# Historique#de#l a#microphy sique# Caractéristiques#spatio;te mporell es#des#systèmes#précipitants# Types#et#formation#des#nuages## # 21#novembre# # 28#novembre# # 5#déce mbre # # 12#décembre# # 19#décembre# # # # # # # Potentiel#de#précipita tion# Devoir1 à remettre le 26 nov! Microstructure#des#nuages# Nucléation#des#gouttel ettes#de #nuage# Devoir#1#( à#remettre#le#28#nov):#20,#21,#22# Nucléation#des#gouttel ettes#de #nuage#(suite)# Nucléation#des#cristaux#de#g lace#dans#l es#nuage s# Examen#1#(du#début#jusqu à#microstructure#incl us)# Devoir#2#( à#remettre#le#12#décembre )#:#1#à#5#;#11#à#15,#17# # Croissance #des#g outtes#par#diffusion#de#vapeur#d eau# Formation#de#la#précipitation## Formation#de#la#précipitation#(suite)# Résol ution#des#probl èmes#6#à#10,#16,#18,#19#en#classe# Examen#final#

4 !! Devoirs: 10%! Examen intra: 10%! Examen final: 30%!! Évaluation! Les examens ont 2 parties: 1 parties de questions de compréhension des phénomènes microphysiques et une partie de problèmes (similaire aux problèmes des devoirs).!! Les examens sont à livres fermés.!

5 o o o! o! o! o! Tous les documents power point du cours seront sur le site web! people.sca.uqam.ca/~girard/4501/! Les exercices seront également sur le site web! Les devoirs sont à remettre:! o Devoir 1: Lundi 26 novembre! o Devoir 2: Mercredi12 décembre! Les solutionnaires seront disponibles quelques jours avant l examen! Plagiat: la politique facultaire s appliquera! Examens: partie problème et partie court développement! o Examen 1 couvre la matière jusqu à la microstructure (incluse)! o Examen 2 couvre toute la matière de la partie microphysique!!

6

7

8

9 Afin de comprendre la formation des nuages et de la précipitation, 3 aspects importants doivent être abordés:!!! Dans ce cours (PHY 4501):!! Le cycle hydrologique (disponibilité en vapeur d eau et convergence)! Les processus microphysiques (formation des gouttes et cristaux et leurs croissance)!! L an prochain (SCA 4662):! La dynamique des nuages (stratiformes et convectifs)!

10 Les processus microphysiques! Diffusion de vapeur d eau! Nucléation homogène! Vapeur d eau! Diffusion de vapeur d eau! Nucléation homogène! Nucléation hétérogène! Aérosols! Déposition hétérogène! Gel hétérogène! Gouttes nuage! Gel homogène! Cristaux nuage! coalescence! accrétion! Effet Bergeron! agrégation! Gouttes pluie/bruine! coalescence! Grésil! accrétion! accrétion! Grêle! Neige! accrétion! Neige roulée!

11 10-1 µm! Nucléation! 10 0 µm! diffusion! µm! collision! µm! précipitation! 1 µm =10-6 m!

12 Une question centrale nous guidera afin d étudier les différents processus microphysiques et leur importance respective:!! Formation de la précipitation!!! Cette question repose sur le constat suivant: Le temps requis pour la formation d un nuage et de la préciptation est d environ 20 à 30 minutes.!!! Question: Est-ce que le processus microphysique X tel qu expliqué par la théorie peut contribuer à expliquer la formation rapide de la précipitation?! Dans ce cours, nous tenterons de répondre à cette question!! Dans le passé, d autres ont tenté de le faire avec un succès partiel, voyons voir!

13 Un peu d histoire On a longtemps pensé que les nuages étaient formés de bulles d eau. Ce n est qu en 1846 que Waller, un médecin, découvre que ce sont en fait des gouttes. Avant la classification des nuages de Lamark (1802) et Howard (1803), très peu de travaux ont été réalisés en physique des nuages. Lamarck (biologiste)! Howard (chimiste)!

14 Seul Aristote (334 avant J-C) décrit la formation des nuages.! «Le premier de ces principes, comme moteur et comme supérieur, c'est le cercle dans lequel évidemment la révolution du soleil, divisant et réunissant selon qu'il est plus rapproché ou plus loin, est cause de la génération et de la destruction des choses. La terre étant immobile, le liquide qui l'entoure vaporisé par les rayons du soleil et par toute la chaleur qui vient d'en haut, est porté vers le haut.»!! 3. «Quand la chaleur qui l'a élevé vient à manquer, soit qu'elle se disperse dans la région supérieure, soit même qu'elle s'éteigne parce qu'elle est emportée plus loin dans l'air qui est au-dessus de la terre, la vapeur refroidie par la disparition de la chaleur et par le lieu se réunit de nouveau, et redevient eau, d'air qu'elle était; l'eau ainsi reformée est portée de rechef vers la terre.»!

15 Moyen-Âge ( ): En Europe, on associe les phénomènes météos à la religion Ainsi, le tonnerre est une manifestation du diable tandis que l arcen-ciel représente une manifestation de Dieu Les travaux plus scientifiques se font plutôt en Perse, Inde et Chine (observations météos, conception des premiers instruments, etc.)

16 1875: Coulier et Aitken démontrent l importance des aérosols dans la formation des gouttes de nuage à l aide d une chambre d expension. De 1875 à 1940: Saussure (un géologue!) montre que les cristaux se forment à des températures largement sous le point de congélation (eau surfondue). Kelvin montre que la courbure de la goutte influence sa croissance. Khöler démontre que l ajout d un soluté dans une goutte influence sa croissance.

17 Bergeron/Feindeisen/Wegener: Ces trois chercheurs ont contribué de façon importante aux connaissances acquises à l époque sur la nucléation des cristaux de glace dans les nuages: 1) Ils constatent que la nucléation des cristaux ne peut se faire que sur certains aérosols. 2) Ils proposent les mécanismes par lesquels la nucléation des cristaux peut se faire 3) Ils découvrent ce que l on appelera l effet Bergeron (comportement particulier des hydrométéores dans un nuage en phase mixte).

18 En 1940, la physique des nuages se développe rapidement avec la venue des radars météorologiques. Ceux-ci sont développés d abord pour l aviation durant la deuxième grande guerre. Pour la première fois, on observe la microstructure des nuages. À partir de ce moment, l intérêt pour cette science s accroît et des travaux portant sur tous les processus microphysique et la dynamique des nuages sont nombreux. (Radar russe en 1940)! Aujourd hui encore, les nuages demeurent un des aspects de la météorologie les plus méconnus. Radar McGill!

19 The Thunderstorm Project (1946)! C est la toute première campagne de mesures en physique des nuages. Pour la première fois, les nuages convectifs (du cumulus au cumulonimbus) sont documentés.! Avions utilisés en 1946! Avions utilisés aujourd hui! Horace Byers!

20 Années 50 et 60! q Travaux de laboratoire pour étudier le processus de nucléation, condensation et les processus de collection. La plupart des bases fondamentales des théories existantes pour expliquer ces processus ont été développées durant cette période.!

21 Années 50 et 60! q L ensemmencement des nuages constitue aussi un domaine de recherche très en vogue. L ensemmencement de nuage est un procédé par lequel un avion libère des aérosols d AgI afin de faciliter la formation de cristaux et la précipitation (statique) ou encore dans le but de générer un courant vertical puissant par dégagement local de chaleur latente (dynamique).! q Les succès obtenus par ces opérations sont très mitigés et finalement la plupart des essais sont abandonnés à la fin des années 70. Ce fut cependant un domaine de recherche très actif où le financement des gouvernements était très important.! Pionnier: Vonnegut, B., 1947: The nucleation of ice formation by silver! iodide. J. Appl. Phys., 18, ! Années 70!! 40 M/ an! Années 2000!! < 0,5 M/ an!

22 Cependant, certains persistent pour des raisons économiques Cloud seeding the Moscow winter For convenience purposes, the city officials of Moscow have decided to prevent snowfall in Moscow this winter by spraying chemicals into the environment. By Amy Blume, Student Correspondent Mon, Oct at 9:23 AM EST Cloud seeding is a highly controversial weather tampering method. Using planes, chemicals (such as liquid nitrogen, silver iodide or cement) are dispersed through cloud masses to provoke or prevent precipitation. This winter, city officials in Moscow plan to save money on snow clean-up using weather chemicals. The city will employ the Air Force to disperse a variety of chemicals into local cloud masses, which will drastically lower yearly snowfall, cut down on daily traffic jams and be significantly cheaper than the usual use of snow plows. Mayor Yury Luzhkov has been a long time proponent of using chemicals to affect the weather in Moscow. On Russian holidays, like the Day of the City, the city typically uses planes and chemicals to assure dry weather. Such weather tampering is very successful in its goal, providing a beautiful day year after year for the residents of Moscow. However, a variety of drawbacks accompany such use of chemicals. While the city's new snow plan may be economical and provide immediate convenience, yearly tampering with natural environments through full Russian winters will likely lead to problems in the future. Immediate public safety should also be a concern. One year, while cloud seeding, a portion of cement failed to spread throughout the clouds and fell in one solid chunk through the roof of a suburban home. Information and photo: The Moscow Times

23 More money for seeding rain clouds this year Source Nathan Toohey at 14/03/2012 Moscow authorities are planning to spend 25 percent more money on seeding rain clouds during public holidays than was spent last year. The aviation processing of clouds will be conducted if necessary on May 9, June 12 and Sept. 2, said a City Hall source, Interfax reported. The holidays are Victory Day, Russia Day and City Day respectively. This year the authorities plan to spend 192 million rubles as apposed to 150 million rubles spent last year. (The Moscow News)

24 Autre tentative! China's largest cloud seeding assault aims to stop rain on the national parade Cloud-seeding aircraft to intercept rainclouds that threaten to cast shadow over communist party's 60th celebrations in Beijing (réf: The Guardian) Ce que le plus grand expert dans le domaine en pense! Water Expert: Cloud Seeding not a Solution Reported: 08:09 AM - Mar/19/09 University of Tel Aviv Professor Zev Levine, a renowned expert on water resources, said Thursday morning that cloud seeding is a waste of time and money. He told Voice of Israel government radio that efforts to bring more rain through seeding have not brought adequate results. Prof. Levine said that Israel must invest its efforts into desalinization and water efficiency programs. New plants for treating seawater are expected to be in operation by the summer of 2010, but Israel faces water restrictions this summer due to the fourth straight year of less than average rainfa

25 Années 60 et 70! q La modélisation numérique de l atmosphère (climat et prévision) se développe de plus en plus grâce aux ordinateurs dont la puissance croît de façon exponentielle. L accent est d abord mis sur la dynamique et graduellement les processus physiques à sous-échelle sont ajoutés dont la formation des nuages.!! ENIAC1 (1946) 5000 flops! IBM Roadrunner (2009) flops!! 2011: K computer (Japon) flops!! 2012: votre PC environ flops soit la puissance des super ordi en 1995!

26 q À partir des années 70, on délaisse les laboratoires pour se concentrer sur la simulation numérique. Les expériences de mesures sur le terrain se poursuivent cependant.! q La modélisation numérique se poursuit jusqu à nos jours.!

27 Années ! q Le climat arctique devient un centre d intérêt important pour les chercheurs. Lors d expériences de mesures sur le terrains, on découvre que l Arctique est une des régions sur Terre la plus polluée, surtout l hiver.!!! Arctique! Beijing!

28 q Beaucoup de travaux de recherche concernant les aérosols sont faits. Les aérosols seront éventuellement inclus dans les modèles numériques du climat dans les années 90 et 2000.! q Les années 80 marquent également le début d un intérêt de plus en plus grand pour le climat. C est encore vrai à ce jour. C est le commencement des modèle climatiques actuels avec l ajout des autres sous-systèmes qui forment le système climatique (hydrosphère, lithosphère, biosphère, cryosphère).! 1990! 1995! 2001! 2007!

29 Années 2000! q Intérêt marqué pour les changements climatiques liés à l augmentation des gaz à effet de serre et aux aérosols d origine anthropique.! q L intérêt plus grand pour les aérosols se traduit par un retour au expériences de laboratoire dans les années La recherche est axée sur les aérosols et leur capacité à servie de noyau glaçogène.! q Lancement de nombreux satellites scientifiques pour l observation! q Des collaborations entre modélisateurs, chimistes atmosphériques (laboratoire) et chercheurs de terrain (expériences de mesures) débutent.!

30 Les échelles spatiales couvertes par la physique/dynamique des nuages! Les nuages sont extrêment complexes en raison des processus physiques et dynamiques ainsi que la taille des hydrométéores contribuant à leur formation qui couvrent 14 échelles de grandeur!:! Dans ce cours, nous traiterons de la microphysique (10-8 à 10-3 )!! En méso-météorologie (SCA 4662), nous examinerons les échelles 10 2 à 10 6!! 10-8! 10-7! 10-6! 10-5! 10-4! 10-3! 10-0! 10 1! 10 2! 10 3! 10 4!10 5!10 6! (m)! aérosols! Gouttes de nuage! Bruine! pluie! turbulence! tornade! orages! SCM! CCM!

31 Avant d examiner la microphysique des nuages, nous allons d abord nous attarder sur la matière première servant à former les nuages, soit la vapeur d eau.!

32 Caractéristiques spatio-temporelles des systèmes précipitants Disponibilité de la vapeur d eau Circulation atmosphérique à différentes échelles La climatologie des systèmes précipitants dépend de la combinaison (favorable ou défavorable) de ces deux éléments. Ainsi, malgré la grande disponibilité en vapeur d eau des régions tropicales, la précipitation est limitée en raison de la circulation à grande échelle qui y est défavorable. D autre part, la précipitation est fréquente dans les plaines américaines malgré l absence locale de vapeur d eau. La circulation atmosphérique est cependant favorable à la précipitation.

33 L atmosphère est un des plus petits réservoirs d eau Ce réservoir se renouvelle continuellement et très rapidement relativement aux autres réservoirs.

34 Période de renouvellement des réservoirs La période de renouvellement dépend des dimensions du réservoir et de la vitesse de circulation de l eau.!

35 Le cycle hydrologique décrit le transport d eau entre les différents réservoirs

36 Équations générales du cycle hydrologique { E } = P $ w ' % ( & t ) + Q Q { } + R 0 { } { R 0 } (branche terrestre du cycle hydrologique) { } = E P $ { } + % w { } (branche atmosphérique du cycle hydrologique) & t ' ( = 0 (équation unifiée du cycle hydrologique) )

37 Équations cycle hydrologique Branche terrestre

38 Soit: E: le taux d évaporation (kg m -2 s -1 ) P: le taux de précipitation (kg m -2 s -1 ) S: le taux d emmagasinement (kg m -2 s -1 ) R u : le taux de percolation (ruisselement sous-terrain) (kg m -2 s -1 ) R 0 : le taux de ruissellement (kg m -2 s -1 ) Où R 0 et R u sont négatifs lorsque le ruissellement quitte le bassin et positifs lorsque le ruissellement entre dans le bassin. On aura alors: S = P - E - R u - R 0 Pour une grande région et une longue période de temps: { E } = P { } { } R 0

39 Équations cycle hydrologique Branche atmosphérique

40 Soit l équation de conservation pour la vapeur d eau q (humidité spécifique): dq dt = q t + q x dx dt + q y dy dt + q p dq dt = q t + V h h q + ω q p = S dp dt = S On remplace le terme d advection horizontale en utilisant l identité vectorielle suivante: On sait que pour un fluide incompressible: ==> h q ( V h ) = q h q h V h + V h h q h V h = ω p ( V h ) = q ω p + V h h q dρ dt V

41 On substitue le terme d advection dans l éq. de conservation: q t + h q q t + h q ( V h ) + q ω ( V h ) + p qω p + ω q p = S ( ) = S = e c e est le taux d évaporation c est le taux de condensation On peut développer une équation similaire pour l eau condensée (incluant liquide et solide): q c t + h q c ( V h ) + p q cω ( ) = S c = e + c

42 On additionne les 2 équations, et on obtient: q t + h q ( V h ) + p qω ( ) + q c t + h q c ( V h ) + p q cω ( ) = 0 On intègre dans la verticale sur p de p=0 à p=p 0 et on multiplie les termes par 1/g:

43 W t + h Q + W c t + h Q c = E P W c = W = E = 0 0 P 0 P 0 0 P 0 q c q dp g dp g p qω ( ) dp g Q = Q c = P = P 0 P 0 P 0 q V h q c V h dp g dp g p q cω ( ) dp g W représente la quantité intégrée de vapeur d eau dans la verticale (kg m -2 ) W c représente la quantité intégrée d eau condensée dans la verticale (kg m -2 ) Q représente le flux de vapeur d eau intégré dans la verticale (kg m -1 s -1 ) Q c représente le flux d eau condensée intégré dans la verticale (kg m -1 s -1 ) E représente le taux d évaporation (kg m -2 s -1 ) P représente le taux de précipitation (kg m -2 s -1 )

44 On peut approximer cette équation lorsque l on considère une grande région et une longue période de temps. Dans l atmosphère: q 10q c Le flux de vapeur d eau est donc beaucoup plus grand que le flux d eau condensée. On peut donc négliger Q c. Q c Q La variation locale de W est relativement grande en raison de la grande valeur de q et de sa variation avec la température tandis que les variations de W c est limité par les petites valeurs de q c. W c W t t

45 On a alors: # W $ % t & ' ( + h Q { } E P { } À travers le terme de droite, il est possible de lier les branches terrestre et atmosphérique du cycle hydrologique pour obtenir: # W $ % t & ' ( + h Q { } + R 0 { } 0 En absence d emmagasinement local (environnement saturé par exemple), la divergence du flux de vapeur d eau atmosphérique est essentiellement balancée par le ruissellement de surface.

46 Humidité spécifique 1) LES VALEURS SONT 10 FOIS PUS GRANDES AUX TROPIQUES QU AUX LATITUDE MOYENNE! 2) PLUS GRAND PRÈS DE LA SURFACE AVEC DÉCROISSANCE TRÈS RAPIDE! 3) TRANSITION NORD-SUD ENTRE LES SAISONS RÉFLÉTANT LE MAX D ENSOLEIGNEMENT (PLANÈTE EST INCLINÉE)!

47 Moyenne climatologique annuelle pour une intégration verticale de vapeur d eau, d après ERA40 ( )

48 La Relation de Clausius-Clapeyron Entre 0 C et ~30 C, la courbe d équilibre augmente exponentiellement en fonction de la température, i.e. qu il y a exponentiellement plus d eau dans sa forme vapeur lorsque la température augmente, à pression constante. C est connu sous le nom de relation de Clausius-Clapeyron et elle est une propriété critique qui définit le système climatique planétaire. Vapeur d eau intégrée à la verticale kgm -2 de s dt = Le s R v T 2 ( ) exp& T e s T $ ' ) % T ( Température à la surface (K)

49 Climatologie des vecteurs de vents près de la surface La distribution globale entre l eau et les vents (dynamiques) a un lien apparent.

50 DIVERGENCE DU VENT (dont dépend Q) h V h

51 Divergence:! u x 0 Conergence:! u x 0

52 COUVERT NUAGEUX

53 PRÉCIPITATION

54 Moyenne climatologique annuelle de précipitation d après ERA40 ( )

55 ERA40 Climatologie de l évaporation-précipitation La moyenne globale est zéro, mais la carte indique des sources et des puits d eau dans l atmosphère

56 Carte de vapeur d eau aujourd hui! Couvert nuageux sur le Globe aujourd hui!

57 Performance des modèles numériques climatiques observations!

58 Modèle numérique de l atmosphère Incompréhension des processus physiques Contraintes liées aux modèles

59 observations!

60

61 LES TYPES DE NUAGES Nuages noctulescents Classification de Howard! Nuages stratosphériques polaires Nuages troposphériques polaires

62

63 Nuages stratosphérique polaires

64 Nuages stratosphérique polaires Se forment à une température de C à C. Ils sont formés de cristaux et aussi de gouttelettes d acide nitrique ou sulfurique. Ces nuages sont confinés aux pôles du fait des températures très froide permettant la formation des cristaux.

65 Nuages noctulescents

66 Caractéristiques des nuages noctulescents Nuages les plus élevés Ils se forment à 83 km d altitude Ils sont observés seulement durant l été Ils se forment à l endroit le plus froid au monde, la mésopause ( C) Ils sont composés de cristaux de glace très petits d un rayon d environ 50 nm, soit 100 fois plus petit qu un cristal composant les nuages dans la troposphère! 50 nm = 0,00005 mm!

67 Peuvent être observés de la surface seulement, après le coucher du soleil Les nuages sont encore éclairés par le soleil peu de temps après le coucher du soleil en surface

68 Lien avec les changements climatiques? Ces nuages dépendent fortement de la température et de la disponibilité en vapeur d eau Le CO 2 et le CH 4 augmentent en raison de l activité humaine Augmentation du CO 2 : Réchauffe la troposphère, effet de serre Refroidit la mésosphère par augmentation de l émissivité IR vers l espace. Augmentation du CH 4 : CH 4 est oxidé par le radical OH pour former de l eau: CH 4 + OH > CH 3 + H 2 O Ces nuages constituent donc un traceur des changements du climat!

69

70 Nuage polaire troposphérique Nuage optiquement mince pouvant atteindre plusieurs km d épaisseur Constitué d une faible concentration de gros cristaux Ce type de nuages peut aussi être présent dans les basses couches près de la surface: c est la précipitation en ciel clair.

71

72 Formation des nuages Les nuages se forment lorsque l atmosphère devient saturé par rapport à l eau liquide ou à la glace. Puisque la tension saturante de vapeur d eau augmente avec la température, il faut donc diminuer la température de T 1 à T 2 de l air jusqu à ce que e = e s (T 2 ).! Condition essentielle: Refroidir l air! Convection Soulèvement forcé (fronts, orographie, etc.) Refroidissement radiatif Mélange de 2 masses d air

73 Le soulèvement (convectif ou synoptique)

74 Le taux de refroidissement critique: le taux adiabatique 1. Conservation d énergie : Première loi de la thermodynamique dt dp C p = Q + α dt dt Les sources/drains d énergie/chaleur externes (Q) entraînent des changements de l énergie interne d une parcelle d air (changement de température) et/ou de travail fait par/sur la parcelle d air (i.e. expansion ou contraction contre une force externe : la pression) 2. Dans un processus adiabatique, on suppose aucun mélange d air avec l extérieur de la parcelle et aucun échange d énergie (ni source ni drain). or:! dp dt = dp dz dz dt C p dt dp = α dt dt dt et dt = dt dz dz dt dp 1 Hypothèse hydrostatique : = ρg and α = dz ρ Nous donne la définition du taux de refroidissement adiabatique: ' dt $ % " & dz# = g ad C p = γ d

75 Quand l air s élève, il se refroidit de manière adiabatique. La pression de vapeur saturant de l air diminue quand la température diminue. Conséquemment, la vapeur d eau de la parcelle d air se condensera graduellement en gouttelettes de liquide. Ceci libérera de la chaleur latente et réchauffera la parcelle d air. Le taux de refroidissement pseudo-adiabatique (ou adiabatique mouillé) est moins grand que le taux adiabatique sec. Il est d environ 6,5K/km à cause de la libération de chaleur. Selon le contenu de vapeur d eau dans la parcelle d air, l atmosphère ambiant peut être instable s il se refroidit plus rapidement que -6.5K/km. Si tel est le cas, la colonne d air verticale se mélangera et la vapeur d eau se redistribuée pour que le taux de refroidissement adiabatique critique soit rétabli (ajustement convectif humide). Processus essentiel pour transférer la vapeur d eau et la chaleur de la basse à la haute troposphère.

76 Exemple de graphique thermodynamique : le téphigramme Isobare Isotherme Adiabatique sèche Pseudo-adiabatique Ligne d équisaturation

77 Exemples d atmosphères stable et instable sur un téphigramme

78 L atmosphère est souvent dans une situation de stabilité conditionnelle. Lorsqu une parcelle se déplace le long d une adiabatique sèche, elle subit une force de flottabilité au niveau de condensation par soulèvement adiabatique (LCL * ). Mais, il y a une grande région d instabilité potentielle au-dessus. Si la parcelle reçoit une force externe (ex. un élan causé par l orographie), elle peut atteindre le niveau de convection libre (LFC * ) et s élèvera spontanément à travers toute la portion instable grâce à sa propre flottabilité positive. *LCL: Lifting Condensation Level *LFC: Level of Free Convection En s élevant, la chaleur latente dégagée maintient la flottabilité positive et la précipitation est un sous-produit.

79 Refroidissement radiatif: Quelques définitions Flux radiatif: Énergie par unité de temps (J s -1 ou W) Irradiance: Flux radiatif par unité de surface (W m -2 ) Irradiance monochromatique: Flux radiatif de longueur d onde λ par unité de surface. (W m -2 ) Corps noir: Un corps qui absorbe toute l énergie qui lui est incidente (et ce à toutes les λ) et qui émet le maximum théorique d énergie radiante d un corps à température T.

80 Quelques lois importantes 1) La loi de Plank: E λ = f (λ, T) Tous les corps dont la température est plus grande que 0 K émettent de l énergie radiante dont l intensité dépend de la température du corps et de la longueur d onde. 2) La loi de Stephan-Boltzmann: E = εσ T 4 où σ = 5,67x10-8 W m -2 K -4 La quantité totale d énergie radiante émise par un corps est proportionnelle à sa température à la puissance 4.

81 3) La loi de Wien: λ m = 2897/T (µm K) La loi de Wien nous donne la longueur d onde correspondant au maximum d irradiance d un corps. E λm > E λ λ Le soleil émet des courtes longueurs d ondes avec une énergie de haute intensité. Ce rayonnement est absorbé et réchauffe la Terre. La Terre émet à des longueurs d ondes plus longues et de plus basse intensité, mais sur une spectre beaucoup plus large. Pour l équilibre radiatif, l énergie émise doit être égal à l énergie absorbée. Autrement, le système se réchaufferait et émettrait à une intensité plus élevée.

82 Spectre d émission du Soleil et de la Terre

83 Spectre d aborption des gaz atmosphériques! Alors que les gaz atmosphériques n absorbent pas la radiation entre 8 et 12 um, les nuages et le sol eux absorbent (et émettent) cette radiation!

84 Le brouillard radiatif Refroidissement radiatif de la surface Air au-dessus se refroidit aussi radiativement Augmentation de l H.R. et atteinte du point de rosée Condensation et formation de gouttes Propagation du brouillard au sommet de la couche limite. Variantes: brouillard de vallée, brouillard d advection

85 Le brouillard d évaporation (fumée de mer) Air froid au-dessus d eau plus chaude Humidification et réchauffement de l air au-dessus de l eau. Instabilité verticale et mélange avec l air au-dessus Condensation par mélange

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Circulation générale et météorologie

Circulation générale et météorologie Circulation générale et météorologie B. Legras, http://www.lmd.ens.fr/legras I Instabilités convectives de l'atmosphère humide (supposés connues: les notions de température potentielle sèche et d'instabilité

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel Bienvenue Tribond - La danse de la pluie L oeil dans la météo A yous que la météo fit dans mon programme Météo everywhere

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

METEO n 1. !"#$%$&$'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( (

METEO n 1. !#$%$&$'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( ( n 1 "#%&'()*+,+ L atmosphère "#%&'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( ( *"+,-&&'%(./-&0,1/() Le gaz se raréfie avec l'altitude. 99% de la masse totale

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

L'atmosphère est subdivisée en plusieurs couches qui ont pour nom troposphère, stratosphère, mésosphère et thermosphère.

L'atmosphère est subdivisée en plusieurs couches qui ont pour nom troposphère, stratosphère, mésosphère et thermosphère. L'ATMOSPHERE N 1 Def : enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres Répartition verticale : Le gaz se raréfie avec l'altitude. 99% de la masse totale de l'atmosphère se

Plus en détail

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR : Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Atmosphère instable : état de l atmosphère favorisant le mouvement vertical en présence d une couche d air froid au dessus d une couche d air chaud.

Atmosphère instable : état de l atmosphère favorisant le mouvement vertical en présence d une couche d air froid au dessus d une couche d air chaud. glossaire Altocumulus : nuage de l étage moyen (de 2 400 à 6 100 m) se présentant sous l aspect d un amas de galets en rouleaux, en couches ou en bancs, dont les éléments individuels sont plus gros et

Plus en détail

Rapport. sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair

Rapport. sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair N ISBN : 978-2-11-098012-0 Rapport sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair Bureau d Enquêtes et d Analyses

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire الشعبية الجمهوریة الجزاي ریة الدیمقراطية Ministère de l enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université 8 mai 45 Guelma التعليم العالي

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel

Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Cours Météo, Club Alpin Suisse, Section de Neuchâtel Liens utiles pour les prévisions météorologiques http://meteo.chamonix.org/ 0900 55 21 65 (Haute Savoie) 0900 55 21 68 (Alpes romandes) Par SMS au numéro

Plus en détail

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration. Contacts : jean-martial.cohard@ujf-grenoble.fr AMA Fall Meeting 2013 Toulouse, 22-24 janvier Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

MODULE 2.7A NÉPHANALYSE. Introduction et techniques

MODULE 2.7A NÉPHANALYSE. Introduction et techniques MODULE 2.7A NÉPHANALYSE Introduction et techniques 1 INTRODUCTION Une néphanalyse est l une des analyses les plus détaillées que fait régulièrement un météorologiste opérationnel. Elle consiste en une

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais IOC-XXV/2 Annexe 5 COMMISSION OCÉANOGRAPHIQUE INTERGOUVERNEMENTALE (de l'unesco) Distribution restreinte PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais Vingt-cinquième session de l'assemblée UNESCO, Paris, 16-25

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Le CEL exprime la quantité d eau liquide condensée présente dans un mètre cube d air humide (g/m 3 )

Le CEL exprime la quantité d eau liquide condensée présente dans un mètre cube d air humide (g/m 3 ) QU EST CE QUE LE GIVRAGE? Le givrage est dû à la présence d eau sous forme liquide à des températures négatives. En impactant, elle se transforme en glace : il y a accrétion sur l avion. Tair < 0 C Fin

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante :

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante : Extraits du Rapport accepté par le Groupe de travail I du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat mais non approuvé dans les détails Questions fréquentes Citations des présentes

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

LA MESURE DE LA TEMPERATURE

LA MESURE DE LA TEMPERATURE LA MESURE DE LA TEMPERATURE s effectue à l aide d un thermomètre ou plus exactement d une sonde thermométrique. Il s agit d un instrument permettant de repérer la température du milieu avec lequel il doit

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat

Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat (Résultats de WOOPI) N. Tran, A. Vernier (CLS) F. Rémy R (LEGOS) P. Féménias F (ESA) Calottes glaciaires & classification de la neige/glace

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

DEMYSTIFIONS L EMAGRAMME, LE «TEMP» ET L ECHAUFFEMENT DE L ATMOSPHERE, première partie.

DEMYSTIFIONS L EMAGRAMME, LE «TEMP» ET L ECHAUFFEMENT DE L ATMOSPHERE, première partie. DEMYSTIFIONS L EMAGRAMME, LE «TEMP» ET L ECHAUFFEMENT DE L ATMOSPHERE, première partie. Après parution de mon article sur les modèles numériques dans le «Swiss Glider» d avril, qui parlait entre autres

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland)

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Z(km)= 112 96 80 64 48 32 16 0 VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Thermosphère Mésosphère Stratosphère Troposphère Dans

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Projet évaluation : précipitation et

Projet évaluation : précipitation et Projet évaluation : précipitation et nuages du Global-Meso Groupe Global-Meso Meso: Stéphane Bélair,, Michel Roch,, Anne- Marie Leduc, Paul Vaillancourt Objectifs du projet d évaluation Développer des

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Transferts thermiques en plasmas thermiques

Transferts thermiques en plasmas thermiques Arc Electrique et Procédés Plasmas Thermiques Transferts thermiques en plasmas thermiques P. Freton, M. Masquère, J.J. Gonzalez LAPLACE : «Arc électrique et procédés plasmas thermiques» Les enjeux de la

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment.

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Tout commence avec une histoire de masses d'air. 2. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Des nuages se forment dans le ciel, dont certains provoquent...... des hydrométéores, 4....

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

METEOROLOGIE. Test : Les NUAGES.

METEOROLOGIE. Test : Les NUAGES. METEOROLOGIE. Test : Les NUAGES. -II- Nuages & précipitations. 1 - La vapeur d'eau se présente sous forme : a) d'un gaz blanchâtre b) de petites gouttelettes d'eau en suspension dans l'air c) d'un gaz

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

l École nationale des ponts et chaussées http://cermics.enpc.fr/scilab

l École nationale des ponts et chaussées http://cermics.enpc.fr/scilab scilab à l École nationale des ponts et chaussées http://cermics.enpc.fr/scilab Tests de comparaison pour l augmentation du volume de précipitation 13 février 2007 (dernière date de mise à jour) Table

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

TRANSPORT CONVECTIF TROPOSPHERE-STRATOSPHERE Importance l échelle globale? Jean-Pierre Pommereau CNRS LATMOS, Guyancourt, France

TRANSPORT CONVECTIF TROPOSPHERE-STRATOSPHERE Importance l échelle globale? Jean-Pierre Pommereau CNRS LATMOS, Guyancourt, France TRANSPORT CONVECTIF TROPOSPHERE-STRATOSPHERE Importance l échelle globale? Jean-Pierre Pommereau CNRS LATMOS, Guyancourt, France Transport Troposphere-Stratosphere 0-14 km Convection. Rapide (heures) jusqu

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la!

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! Console Hyper Heating Super chauffage 1 MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! 1 Performance énergétique La pompe à chaleur Air/Air MFZ-KJ est constituée d un groupe extérieur et

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Judge Group: P Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Student(s): Emma O'Shea Grade: 6

Judge Group: P Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Student(s): Emma O'Shea Grade: 6 Project No.1114 Title: Quel est meilleur: le compost ou le fertilisant chimique? Level: Student(s): Emma O'Shea Grade: 6 This progect compares the results of compost, chemical fertilizer and normal earth

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail