NOTE TO USERS. This reproduction is the best copy available

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE TO USERS. This reproduction is the best copy available"

Transcription

1 NOTE TO USERS The original manuscript received by UMI contai pages with indistinct print. Pages were microfilmed as received. This reproduction is the best copy available

2

3 CHARLES KAREMANGINGO Thèse présentée à la Faculté des études supérieures de 1'Université Laval pour l'obtention du grade de Philosophiae Doctor (PbD.) FACUL- Département des sols et de génie agro-alimentaire DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIME~TATION UX'IVERS~ LAVAL Juin 1998 O Charles Karemangingo. 1998

4 National übrary Acquisitio and Bibçographic Services 395 W W m Street ~ OrtawaON KIAON4 canada BiblSottieque nationale du Canada Acquisitio et services bibliographiques 395. Ne wellaigm Ottawa ON K1A ON4 canada The author has granted a nonexclusive licence dowing the National Library of Canada to reproduce, loan, distribute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retai ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts &om it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive pe~nettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/f&n, de reproduction sur papier ou sur fomiat électronique. L'auteur coerve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sa son autorisation.

5 Facuité des 6tudes supérieures ATTESTATION L ont assisté ei fa soutenance de cette thése. NWS UNMm SiGNAl'üRE

6 A mon épouse Marie, A nos enfants Luc, Blaise et Jean-Noël, pour tous les sacrifices coentis, je vous dédie cette dièse.

7 Ui REMERCIEMENTS Au terme de mes études doctorales. je voudrais remercier très siacérernent Moieur le Professeur Marc R. LAVERDIÈRE pour avoir accepte la direction de cette thèse. J'ai fortement apprécié sa disponibilité permanente et ses coeils utiles durant toute ma formation à l'université Laval. Je lui suis très recomaissant pour le soutien materiel et financier qu'il m'a accordé et grice auquel je peux aujourd'hui présenter cette thèse. Je voudrais aussi remercier Docteur Claude BERNARD pour la codirection de cette thèse qu'il a assumée. le lui suis particulièrement reconnaissant des coeils utiles qu'il m'a donnés da la conduite des essis en champs et da les méthodes d'analyse des résultats. Je remercie beaucoup Docteur Georges Gangbazo pour avoir accepté de faire la prélecture de cette thèse et d'en être membre du jury d'évaluation. Des critiques cotmctives qu'il en a faites nous ont permis d'apporter des amélioratio utiles à la version initiale. Je remercie Messieurs le Professeur Michel CESCAS et Docteur Adrien N'DAYEGAMM. pour avoir accepté d'être membres du jury d'évaluation de cette thèse. Mes remerciements vont tgdement aux professeurs du Département des sols et de génie agroalirnentaire et à tout son personnel pour toute l'assistance qu'ils m'ont apportée pendant mes études. Je remercie le personnel de COGISOL inc, la compagnie au sein de laquelle cette recherche a été menée, pour toute leur assistance da les travaux de terrain et da certaines tâches de laboratoire. Mes remerciements vont également au personnel des statio de recherche de Saint-Lamben et Descharnbault pour toute I'assistance que nous avo reçue de leur part. Enfin, je remercie mon épouse Marie et nos enfants pour toute leur patience.

8 AVANT-PROPOS Cette thèse est présentée sous forme d'articles. Un chapitre u Matériel et Méthodes» a été cependant iéré afin d'éviter la répétition de la panie commune aux chapitres principaux qui la composent. Par ailleurs, ceux-ci comportent, chacun, une section «matériel et méthodes >> spécifique. Au chapitre IV. les déplacements du phosphore et de l'azote da le sol sont présentés séparément mais ont en commun l'introduction, la section matériel et méthodes spécifique» et 1a conclusion. La bibliographie a été regroupée. pour l'eemble des parties, et présentée à la fin de la thèse.

9 v RÉsuMÉ COURT Certai systèmes de culture peuvent arnciiorer la productivitc des sols et contribuer à diminuer les risques de contamination des eaux. La présente tude avait pour objectifs d'évaluer la productivité et les risques de pollution des eaux par le phosphore et l'azote découlant de différentes régies de production du maïs-grain. Lcs régies comprennent la fertilisation azotée sous forme de lisier et de nitrate d'ammonium et quatre types de pratiques culturales: le travail conventiomel du sol (TC), le travail réduit du sol (TR), la culture intercalaire (mélange de trèfle rouge et de fléole) da le maïs avec incorporation des résidus par le labour d'automne (TAI) ou par le labour de printemps (TPI). Les résultats obtenus montrent que le lisier accroît généralement les risques de pollution des eaux par le phosphore et l'azote alors que son effet comme fertilisant varie avec les conditio pluriornétriques. Les pratiques de coervation des eaux et du sol ont amélioré cenaines caractéristiques physiques du sol, notamment sa conductivitc hydraulique saturée et sa rnacroporosité d'aération, tout en réduisant les teneurs du sol en P MeNich III et en nitrates aii que. par coéquent, les risques de pollution des eaux superficielles et souterraines. Leur efficacité globale da la gestion de ces risques est telle que TPI > TR > TAI > TC. Mais, ces mêmes pratiques ont contribué à réduire les biomasses aériennes produites et les rendements en maïs-grain da le se te1 que TPI e TR c TAI c TC. Les pertes d'azote par dénitrification pourraient mieux expliquer l'efficacité des pratiques de coervation da la réduction de h' minéral da le sol aii que celle des risques de pollution des eaux. Le développement des mauvaises herbes s'est révéle être une convainte majeure à l'utilisation des pratiques comportant les plantes intercalaires.

10 RÉsUMÉ LONG Le choix judicieux d'un système de culture peut améliorer la productivité du sol et réduire les risques de contamination des eaux. Cette étude a dvalué l'efficacite de quelques régies de production du maïs-grain da le contrôle des risques de pollution des eaux superficielles et souterraines par le phosphore et l'azote. Les traitements coistaient en une fertilisation azotée rnintrafe (N) et organique (L) et en 4 modes de travail du sol. Les lisiers de bovi (da le loam sableux) ou de porcs (da le loam limoneux) et le nime d'ammonium ont été utilisés comme sources d'azote da une culture de maïs-grain produite suivant le travail conventionnel du sol (TC), le travail réduit du sol (TR), en association avec une culture intercalaire (mélange de trèfle rouge et de fléole) suivie d'incorporation des résidus par le labour d'automne (TM) ou de printemps (PD. Les 8 combinaiso de traitements obtenues ont été distribuées selon un dispositif en blocs complètement aléatoires à 3 répétitio sur deux sols limoneux et sableux situés da la région de Québec et ce, de 1994 à Les traitements ou combinaiso de traitements suivants ont été comparés : N vs L ; TC vs TR TAI TPI (TC vs les travaux de coervation ou TCES) ; TR vs TAI TPI (TR vs les travaux comportant les plantes intercalaires ou Tinter) et TAI vs TPI. Les effets des traitements sur les risques de contamination des eaux de surface ont 6té estimés à partir des quantités de P et N dissous et particulaires traportées par érosion da les eaux de ruissellement durant la croissance du maïs. Leur impact sur les risques de pollution des eaux souterraines a été évalué par les teneurs en P Mehlich Ili (P Mm) et en N minéral da les couches 0-20, 20-40, 40-70, et cm des deux sols, au printemps, au milieu de l'été et en début d'automne de chaque année. L'amélioration des paramètres physiques du sol (teneur en eau, masse volumique apparente. porosité. conductivité hydraulique saturée) a été évaluée l'automne de la 3ème année pour les couches 0-15, et 30-45cm de chaque sol. Enfin, l'impact des traitements sur les taux de résidus, les biomasses des plantes intercalaires et du maïs a éte estimé respectivement après le semis, au milieu du mois d'août et Zt la récolte du maïs.

11 De façon genkrale. les lisiers ont gkncrc des pertes plus importantes de P et N tant sous leurs formes dissoute que particulaire par rapport au nitrate d'ammonium. Ces pertes sont cependant vanables de 1 à plus de 5 fois selon les a~ées, le sol, le nutriment et sa foxme da le ruissellement. De même, les lisiers ont augmenté les niveaux de P Mehlich III et des nitrates da la couche 0-20cm des deux sols par rapport au nitrate d'ammonium. Da cette couche, des accroissements moye annuels de P Mehlich III de 4% et 738 ont étt obtenus, à la mi-saison, respectivement pour les loar sableux et limoneux. Da la même couche, le lisier de bovi a généré plus de NO3-N que N et augmenté de 6 fois le Na-N da la couche cm. Le lisier de porcs a augmente les nitrates da chaque couche de sol. Les lisiers n'ont pas amélioré les paramètres physiques des deux sols par rapport au fertilisant minéral. Ils ont réduit le rendement en maïs-grain en années pluvieuses et l'ont maintenu égal ou supérieur à celui du nitrate d'ammonium en année plus sèche. Il en a été de même des biomasses aériennes produites. Les travaux de coervation des eaux et du sol (TCES) ont généralement réduit les risques de pollution des eaux de surface en comparaison avec le travail conventionnel (TC). Rs ont réduit de 508 le P total pmiculaire et le N total particulaire da les loams sableux et limoneux et réduit le P Mm de 119 et 48kg P ha" sur 120cm de profondeur da les deux sols respectifs. A la période critique de la mi-saison, ils ont réduit de 24% et 23% le P MIII et baissé de 28 et 304 les nitrates da les deux sols respectifs par rapport à TC. Les TCES augmentent cependant le Nb-N da le loam sableux en comparaison avec TC. Ces pratiques ont amélioré de 16% la conductivité hydraulique saturée du loam sableux, augmenté sa porosité d'aération, sa porosité totale et diminué sa masse volumique apparente. Cependant, elles ont rtduit de 158 et 37% les rendements en maïs-grain respectivement en 1995 et 1996 da le loam sableux et de 20% A chacune de ces deux années da le loam limoneux. Par rapport à TR, les pratiques culturales comportant les plantes intercalaires (Tinter) ont entraîne, par érosion, des pertes de sol et de nutriments du sol variables selon l'année, l'ion coidéré et sa forme da le ruissellement. En 1996, elles ont reduit de 138g ha-' le P MID et de 1362g ha-' le P total particulaire da le loarn sableux et accru de 517g ha" le N total perdu da les sédiments. Da le loarn limoneux, elles ont

12 gcncré des pertes supérieures à ceiles issues de TR. Elles ont augment6 de 10% la teneur en eau de la couche 15-30cm du loam sableux et m Iioréla macropomsitc d'aeration et de tramission, la conductivitt hydraulique saturée aii que la porosite totale de certaines couches du loam limoneux. Eiies laissent 45 et 24%de résidus contre 65 et 54% pour TR da les deux sols respectifs. Sous Tinter. les plantes prc5event en moyenne 28kg N et 3kg P ha-' de plus que ceiles sous TR. Enfin, TPI réduit toutes les pertes par érosion en comparaison avec TAI da les deux sols. Ce traitement minimise la migration de P Mm et NO3-N da le sol. Des réductio moyennes de 30% ont été obtenues pour les nitrates sous TPI da les deux sols. 11 réduit le P MIII da Ia couche cm de loam sableux et y augmente le N&-N. Cependant, TAI (vs TPI) a augmente de 14 et 22% la teneur en eau du sol, réduit de 7 et 8% la masse volumique apparente des couches et 30-45cm du 10sableux et augmenté la conductivité hydraulique saturée da la couche 15-30cm du loam limoneux. TPI laisse cependant et 7% plus de résidus à la surface du sol après le semis que TAI. Mais il diminue les rendements en maïs-gain en comparaison avec TAI. Aii, le lisier accroît les risques de pollution des eaux alors que son effet comme fertilisant est variable avec les conditio pluviométriques par rapport au nitrate d'ammonium. k s effets moye des TCES réduisent les risques de pollution des eaux tout en améliorant certaines caractéristiques physiques du sol. Aii, par rapport à la gestion de la qualité des eaux, un ordre d'efficacité global peut être établi pour les nitrates et le P disponible tel que TPI > TR > TAI > TC. Mais, ces pratiques contribuent à réduire les rendements en maïs- grain aii que les biomasses aériennes produites da l'ordre tel que TPI < TR < TAI < TC. Le développement des mauvaises herbes s'est révélé être une contrainte majeure à l'utilisation des pratiques comportant les plantes intercalaires. L'immobilisation de P et de N minéral da la dégradation des résidus et les pertes d'azote par dénitrification pourraient mieux expliquer l'efficacité des pratiques de coervation da la réduction des risques de pollution des eaux par ces deux nutriments.

13 TABLE DES MA'MERES Page eœe REMERCIEMENTS eeeeoeeoeeoeeereœ~eemeeeœwo~eeœmee~oeœœeœœœœem~~œeeœeoe~e~e~meoœoœœeeœœeeeœœeœeeœeee~emœeeœeemem~-œ IU CHAPITRE 1: INTRODUCTION GÉM~RALE ET REVUE DE LITTÉIU~RE.-e.l 1.1. KTRODUCTION GENERALE REVLIE GENERALE DE LITIERATL'RE Le phosphore et l'azote da l'environnement Le phosphore da l'environnement L'azote da l'environnement Les modes de traport du phosphore et de l'azote du sol da les eaux La pluie et les paramètres physiques du sol da la pollution des eaux La pluviométrie Les caractéristiques physiques du sol Impact du travail du sol sur la pollution des eaux superficielles et souterraines Effet du travail du sol sur les pertes de sol et de nutriments du sol Impact sur la biochimie du sol et la distribution des nutriments Impact de la nature des fertilisants da la gestion du sol et de l'eau Impacts des systèmes culturaux da la gestion de l'eau en milieu agricole

14 CHAPITRE II : MATÉRIEL ET ~~0~~~~~~ee~.eeoaaeeoeaœe-eeeweo.eoee-eeaa*.eœaœ-oœmoo~*.---ee D E S ~ ODES N S m... EXP~BEKTALX LE DISPOS^ E X P ~ AET L LES ODES D'ANALYSES S T A ~... Q ~ CHAPITRE III : EFFETS DES RÉGIES DE PRODUCTION DU MAÏs-GRAL! SUR L'ÉROSION DU SOL ET LA POLLUTION DES EAUX DE SURFACE**eee~eo.œ*-œe.--eea.e*34 RÉsUMÉ L~ODUCTION MATÉR[EL ET L~~~~~ SPÉC~QLES R~SL?ATS ET DISCUSSION Impact des traitements sur le volume d'eau de ruissellement et sur les sédiments... érodés Effets des traitements sur le volume d'eau de ruissellement Effets des traitements sur les quantités de sédiments traportés par érosion Quantités et formes de P et N traportées da les eaux de ruissellement Influence des fertilisants sur les pertes de nutriments du sol par érosion Impact des sysdmes culturaux du maïs sur le traport de N et P da les eaux de surface par érosion et ruissellement A. CONCL~SION CHAPITRE IV: IMPACTS DE DIFFÉRENTES REGIES DE PRODUCTION DU M~Ïs-GRALV SUR LES RISQUES DE POLLUTION DES EAUX SOUTERRALIES. 55 RÉsUMÉ LNTRODUCTION MAT'ÉRIEL ET MÉTHODES SPÉCIFIQLZS Mesures de l'impact des traitements sur la migration de N et P da le profi Méthodes d' andyses statistiques RESULTATS ET DISCUSSION Impacts des régies de production du maïs sur le P disponible da le sol Impact de la saison sur la distribution du phosphore da le profd Impact de la régie de fertilisation azotée sur le P disponible da le sol... 66

15 Impact des systèmes culturaux sur le P disponible da le profd Impacts des systèmes de production du maïs-grain sur l'azote minéral du sol Effets de la saison sur l'azote min6ra.i da le sol Effets des r gies de fertilisation azotée sur l'azote minéral da le sol Effets des pratiques culturaies sur l'azote minéral du sol CONCLUSION CHAPITRE V : EFFETS A COURT TERME DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DU MA~GRALN SUR CERTAINES PROPRIÉTÉS PHYSIQUES DU SOL RÉscMÉ L ~ O D U ~... O N L'viATÉRIEL ET.&&TH ODES SPECIFIQUES Mesures de l'effet des traitements sur les caractéristiques physiques du sol Méthodes d'analyses statistiques RÉSLZTATS Eï DISCUSSION Evolution da le temps des paramètres physiques du sol... II I Effets des fertilisants sur les paramètres physiques du sol Effets des pratiques culturales sur les caractéristiques physiques du sol Effets des travaux de coervation et du travail conventionnel du sol Effets du travail réduit et des pratiques cornponant les plantes intercalaires Effets de la période de labour sur les qualites physiques du sol CO,~;CLUSION CHAPITRE VI : EFFETS DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DU MAÏS-GRAIN.... SUR DIFFÉRENTS PARAM&TRES DE LA RELATION SOL PLANTE 127 RÉsUMÉ..., INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES SP~CIRQUES Mesure de l'impact des traitemenrs sur les paramètres de production ESULTATS ET DISCUSSION Productivitks des différents systèmes de production du maïs-grain

16 xii Le taux de couvemire du sol par les résidus de culture Les taux d emergence du mais Les biomasses veggtales aériennes sèches des plantes intercalaires Les biomasses végbtdes a6rie~es du maïs (tiges, spathes et rachis) Effets des traitements sur le rendement en mas.grain Impacts des traitements siu les prélèvements de P et N par les biomasses aériennes des cultures Prélèvements des nutriments du sol par les plantes intercalaires Les exportatio totales de N et P par les biomasses aériennes totales CHAPITRE M : CONCLUSION GÉE~ÉRALE LWACTS AGRO.EhWRONh(2,~ \TALX L&s À LA N.4TUX.E DC FER'ITLISh\T Ems DES TRAVAL. DE COSSERVA710-i DES EALX ET DU SOL (TCES) EFFETS CO.W&S DE LA CL'LTL'RE OITERCAL~E ET DU TR~VAIL RÉDLTT DL SOL LWAC~ AGRO-E*VIRO~~ME\T i ~. DE LA PÉRIODE DE L4BOLR SO-WMAIRE ET RECO,W~WATIONS I REFERENCES CITÉES 157 ANNEXES ANNEXES B : DoNNÉEs RELATIVES AUX RISQUES DE POLLUTION DES EAUX DE SURFACE PAR EROSION DE P ET N ANNEXES C : DoNNÉEs RELATIVES AUX RISQUES DE POLLUTION DES EAUX SOUIFRRAIMS PAR LESSIVAGE DE P ET N ANNEXES D : DoNNÉEs RELATIVES AUX EFFETS DES TRAITEMENTS SUR LA QUALITÉ PHYSIQUE DES SOLS ANNEXES E : DoNNÉEs RELATIVES AUX TENEURS DES NUTRIMENTS DANS LES sus VÉGÉTAUX

17 xiii LISTES DES TABLEAUX Tableau 2.1 : Fertilité initiale du sol des deux sites expérimentaux Tableau 2.2. Caracté tiques texturaies des deux sois Tableau 2.3. Stabilité des agrégats da la couche O-2Ocm des deux sols (%) Tableau 2.4. Caractéristiques de conductivité hydraulique saturée et de porosité du sol Tableau 2.5. Précipitatio meuelles de neige et de pluie aux deux sites (en mm) Tableau 2.6. Apports annuels de phosphore (supertriple O ) aux culutres Tableau 2.7. Dates de semis et de fertilisation en post-levée par année d'étude Tableau 2.8. Teneurs en N total et P total des Lisiers appliqués par année d'étude Tableau 3.1. Dates de mise en place du système collecteur par année d'étude Tableau 3.2: Influence des uaitements sur le volume d'eau de niissellement et sur les pertes. I de sol en sédiments erodes A0 Tableau 3.3: Analyses de variance des effets des traitements sur les pertes de P et de N da le Loam sableux Tableau 3.4: Analyses de variance de l'impact des traitements sur les pertes de P et de N da le loam limoneux Tableau 4.1. Dates d'échantillonnage et de suivi des nutriments da le sol Tableau 4.2: Synthèse des analyses de variance des résultats relatifs à P ~Mehlich III dosé da les profils des deux sols par année d'étude Tableau 4.3 : Analyses de variance des effets saisonniers sur le P disponible da le loarn sableux Tableau 4.4 : Analyses de variance des effets saisonniers sur le P disponible da le loam limoneux Tableau 4.5: Analyses de variance des effets des travaux du sol sur le P disponible da le profil Tableau 4.6. Analyses de variance des résultats de N minéral da le loam sableux Tableau 4.7. Analyses de variance des résultats de N minéral da le loarn limoneux... 81

18 xiv Tableau 4.8: Analyses de variance des effets saisonniers sur les nitrates da le Io= sableux *...* Tableau 4.9: Analyses de variance des effets saisonniers sur les nitrates da le loam limoneux Tableau 4.10: Analyses de variance des effets des travaux du sol sur le N min6rai da le loam sableux Tableau 4.11: Analyses de variance des effets moye des travaux du sol sur le N minéral da le loam limoneux.....,-.-.~-.~92 Tableau 5.1: Analyses de variance des effets de la profondeur sur les paramètres physiques du sol , lll Tableau 5.2: Effets des pratiques culturales sur les paramètres physiques du loam sableu Tableau 5.3: Effets des pratiques culturales sur les parameues physiques du loam limoneux Tableau 6.1 : Productivités des systèmes de production du maïs da le loam sableux Tableau 6.2. Productivités des systèmes de production du mais da le loam limoneux Tableau 6.3: Synthèse des analyses de variance des taux de résidus et d'émergence du maïs.133 Tableau 6.4. Résultats d'analyses de variance relatives aux biomasses intercalaires produites Tableau 6.5. Résu1 tats d'analyses de variance relatives aux biomasses aériennes du maïs Tableau 6.6. Résultats d'analyses de variance relatives aux rendements en mais-grain Tableau 6.7: Exportatio de l'azote et du phosphore par les differents systèmes de culture. 144 Tableau 6.8. Analyses de variance des pr6lèvements totaux de N et P da le loam sableux. 146 Tableau 6.9. Analyses de variance des prélèvements totaux de N et P da le loam limoneux...., ,

19 xv LISTE DES FIGURES. Figure 1.1: Le cycle du phosphore da le sol Figure 1.2: Le cycle de l'azote da le sol Figure 2.1 : Dispositif expérimental du site de Deschambauit Figure 2.2 : Dispositif expérimental du site de Saint-Lambert Figures 3.1: (a) Hauteurs d'eau de ruissellement et (b) pertes de sol sous forme de sédiments...., Figures 3.2: Effets combinés des traitements da le loam limoneux (a) Fum x (TR vs Tinter) et (b) Fum x (TAI vs TPI) Figures 3.3: Effets des pratiques culniraies da les deux sols (a) TC vs TCES TAI vs TPI Figures 3.4: Effets de fertilisants (Org/95 = organique/année, Mid96 = minérailannée) sur les pertes de nutriments du sol par érosion (a) en loam sableux et (b) en loarn Limoneux sous forme dissoute (dis) et particulaire (Np et Pp)....- Figures 3.5: Effets des interactio Fum * (TC vs TCES) da le loam sableux pour 1995: a/ Pertes en N dissous et b/ N et P particulaires (l'indice p de Np et Pp signifie particulaûe)...49 Figures 3.6: Effets des interactio Fum * (TR vs Tinter) da le lem sa5!eüx pour l'année 1995: (a) Pertes en Nb-N et N total dissous en N et P totaux particulaires (l'indice p de Np et P, signifie particulaire) Figures 3.7: Effets des interactio Furn * (TAI vs TPI) da le loam sableux pour 1995: (a) Eléments totaux particulaires (l'indice p de Np et P, signifie particulaire) et (b) éléments N dissous Figures 3.8: Effets des interactio Furn * (TC vs TCES) en 1996 : (a) da le loam sableux et (b) da le loam limoneux (l'indice p de Np et Pp signifie particulaire) Figures 3.9: Effets des interactio entre traitements en 1996 : (a) interactio Fum * (TR vs Tinter) da le loam limoneux; (b) interactio Fum * (TAI vs TPI) da le loam sableux.. (l'indice p de Np et P, signifie particulaire) Figure 4.1: Distribution moyenne du phosphore disponible da le loam sableux par date? d'6chantillonnage et par année d enide Figure 4.2: Distribution moyenne du phosphore disponible da le loam limoneux par date 9 r?* d echantillonnage et par annee d etude

20 xvi Figures 4.3: Evolution du phosphore da la couche 100-L20crn (a) en loam sableux et (b) en Ioam limoneux Figure 4.4: Variatio totales de P Mehlich sur 12Ocm de profondeur du sol: (a) da le -66 loam sableux; (b) da le loam limoneux Figure 4.5~ P disponible en fonction des fertilisants da le loam sableux Figure 4Sb: P disponible en fonction des fertilisants da le ioam limoneux Figure 4.6: Effets des pratiques de coervation da la réduction de P disponible da le loam sableux Figure 4.7: Effets des pratiques de coervation da la réduction de P disponible da le loam limoneux Figures 1.8: Impact des pratiques culturales de coenration sur le P Mehlich III sur l2ocm de profondeur du sol (a) de loarn sableux et (b) de loam limoneux Figures 4.9: Effets de TR vs Tinter da (a) la couche ûcm de loam sableux et (b) da la couche 0-20cm de loam limoneux Figures 4.10: Interactio Furn x (TR vs Tinter) da le loarn sableux (a) en 1995 et (b) en ,......,., Figures 4.1 1: Effets du labour printanier par rapport au labour automnal da le loam sableux pour les années (a) 1995 et (b) Figure 4-12: Effets moye de la saison et de l'année sur les nitrates da le loarn sableux Figure 4.13: Effets moye de la saison et de 1'annCe sur les nitrates da le loam limoneux..79 Figure 4.14: Effets de la nature de la fumure azotée sur la distribution des nitrates da le profil de loam sableux (N : nitrate d'ammonium et L : lisier) Figure 4.15: Effets des fertilisants sur la distribution de N ammoniacal da le loam sableux 87 Figure 4.16: Effets des fertilisants sur la distribution des nitrates da le profil de loam limoneux Figures 4.17: Accumulatio totales sur 120cm de profondeur du sol : (a) N ammoniacal da le loam sableux et (b) nitrates da le loarn limoneux Figure 4.18: Effets des pratiques culturales de coervation sur les nitrates da le loam sableux Figure 4.19: Effets des pratiques culturales de coervation sur le Na-N da le loam sableux

21 Figure 4.20: Effets des pratiques culturales de coervation sur NOs-N da le loam limoneux...., , Figure 4.21: Effets des pratiques culnirales de coervation sur le m-n en loam limoneux , ,..,.., * Figure Interactio des travaux du sol avec la saison da le loam sableux Figure 4.23: Interactio des uavaux du sol avec la saison da le loam limoneux Figures 4.24: Evolution des nitrates da le Ioam Limoneux sous les effets combinés des fertilisants et des travaux de coervation des eaux et du sol (a) en 1995 et (b) en Figures 4.25: Impact des travaux de coervation sur les nitrates du sol da la saison de croissance (a) en Ioam sableux et (b) en loam limoneux gg Figure 4.26: Effets de la protection de contre-saison sur la teneur des nitrates da le loam limoneux....,., Figure 4.27: Effets de la période de labour sur la distribution saisonnière de NOj-N da le loam sableux Figure 4.28: Effets de la période de labour sur les nitrates totaux da le loam limoneux Figure 5.1 : Évolution de la conductivité hydraulique saturée des deux sols de 1994 à Figures 5.2: (a) Masse volumique apparente des deux sols et (b) indices de porosité en loam sableux...., ,., Figures 5.3: (a) Indices de porosité du loam limoneux et (b) teneurs en eau da les deux sols Figure 5.4: Effets des fertilisants sur certai paramètres poraux du loam sableux Figure 5.5: Effets des fertilisants sur les indices de porosité du loam Limoneux Figures 5.6: Interactio entre les traitements pour: a/ la masse volumique apparente en loam sableux. bl la conductivité hydraulique satude en loam limoneux Figures 5.7 : Effets des pratiques de coervation al sur la conductivité hydraulique saturée et b/ sur la porosité d'aération da le loam sableu Figures 5.8: Effets des pratiques de coervation a/ sur la conductivité hydraulique saturée et b/ sur la porosité d'aération da le loam limoneux Figures 5.9: Indices de porosité par couche de sol : (a) en loam sableux et (b) en loam Iimoneux......,......, ,

22 Figures 5.10: Da le loam sableux: (a) teneur en eau du sol et (b) indices de porosité de la couche 30-45cm Figures 5.1 1: uidices de porositb du loam limoneux: (a) Pores i 0.300mm et (b) volume macroporal total *.*...,.~ Figures 5.12: Effets de I'époque de labour sur I'espace poral (a) da le Ioam sableux et (b) da le Ioam limoneux Figures 6.1: Effets des fenilisants sur la biomasse sèche totale aérienne du maïs (a) en loam sableux. (b) en loam limoneux Figures 6.2: Effets des travaux du sol sur la biomasse du maïs (a) TC vs TCES; (b) TR vs Tinter da le loam sabieu....,.,..., 138 Figures 6.3: Effets des fertilisants sur les rendements en maïs-grain (a) en loam sableux et (b) en loam limoneux Figures 6.4: Effets de la période de labour sur les rendements en maïs-grain: (a) en loam sableux et (b) en loarn limoneux Figures 6.5: Prélèvements totaux de nutriments da le loarn sableux: (a) l'azote et (b) le phosphore Figures 6.6: Prélèvements totaux de nutriments da le loam limoneux: (a) l'azote et (b) le phosphore Figures 6.7: Prélèvements d'azote sous différents travaux du sol: (a): en loam sableux et (b) en loam limoneux...,.,

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN L'azote est un facteur important dans la fertilisation du maïs. Un manque d'azote peut occasionner une baisse de rendement, alors qu'un excès représente un risque de contamination de l'air et de l'eau,

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

LA GESTION DU PHOSPHORE DANS LES TERRES SATURÉES. Par Sarah Pomerleau

LA GESTION DU PHOSPHORE DANS LES TERRES SATURÉES. Par Sarah Pomerleau LA GESTION DU PHOSPHORE DANS LES TERRES SATURÉES Par Sarah Pomerleau Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable en vue de l obtention du grade de maître

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait on faire. du compost en classe?

Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait on faire. du compost en classe? Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait-on faire du compost en classe? Clientèle visée : 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Objectifs: Se questionner

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

GEODEP L OUTIL DE DIAGNOSTIC DES EXPORTATIONS DE PHOSPHORE SPATIALISÉ Appliqué au ruisseau des Anges (Lanaudière) DOCUMENT DE TRAVAIL

GEODEP L OUTIL DE DIAGNOSTIC DES EXPORTATIONS DE PHOSPHORE SPATIALISÉ Appliqué au ruisseau des Anges (Lanaudière) DOCUMENT DE TRAVAIL GEODEP L OUTIL DE DIAGNOSTIC DES EXPORTATIONS DE PHOSPHORE SPATIALISÉ Appliqué au ruisseau des Anges (Lanaudière) DOCUMENT DE TRAVAIL Par L INSTITUT DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT EN AGROENVIRONNEMENT

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Azote 30 ans de références Coordination du dossier Paul Jegat (Terra) avec Bertrand Decoopman (chambres d'agriculture de Bretagne).

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de :

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : GUIDE EXPLICATIF POUR LES CITOYENS RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES ENGRAIS ET DES PESTICIDES Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : Réduire l apport par ruissellement

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 23 février 2005, Drummondville Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation Odette MÉNARD, M.Sc. Génie, ing.,

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant.

Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant. Département SAD Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant. Complémentarité d une analyse des contraintes d organisation du travail au sein de l exploitation

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau?

L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? L eau invisible 1 Tous les sols contiennent-ils de l eau? Les sols reçoivent de l eau provenant de différents flux, et une partie de l eau arrivant dans le «compartiment» sol y est retenue. Ainsi, la pluie

Plus en détail

Écotoxicité des polymères organiques de synthèse placés en fin de vie dans les sols agricoles

Écotoxicité des polymères organiques de synthèse placés en fin de vie dans les sols agricoles Écotoxicité des polymères organiques de synthèse placés en fin de vie dans les sols agricoles Partie I : Synthèse bibliographique sur l'écotoxicité des plastiques dits "biodégradables" Partie II : Biodégradation

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme"

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en forme Faire son compost Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme" La fabrication du compost permet de réduire le volume de sa poubelle et de produire, à partir de déchets organiques

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013.

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013. FICHE TECHNIQUE Vers de terre Architectes des sols fertiles Introduction Entre un et trois millions de vers de terre vivent dans la terre en bonne santé d un hectare de prairie. Plus il y en a plus le

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

LES FUMIERS DE BOVINS LAITIERS : UNE RESSOURCE QUI SE GÈRE

LES FUMIERS DE BOVINS LAITIERS : UNE RESSOURCE QUI SE GÈRE LES FUMIERS DE BOVINS LAITIERS : UNE RESSOURCE QUI SE GÈRE CONFÉRENCIÈRE Suzelle Barrington COLLABORATEURS Daniel Massé Claude Laguë Michel Fortier Denis Côté CPAQ-1997 SYMPOSIUM SUR LES BOVINS LAITIERS

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Classification des terres agricoles selon leurs aptitudes physiques à recevoir des engrais de fenne à l'aide d'un système expert Rapport de recherche

Classification des terres agricoles selon leurs aptitudes physiques à recevoir des engrais de fenne à l'aide d'un système expert Rapport de recherche Classification des terres agricoles selon leurs aptitudes physiques à recevoir des engrais de fenne à l'aide d'un système expert Rapport de recherche no. 374, Volume 4 MÉTHODOLOGIE D'ÉVALUATION ET CHOIX

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE

EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE EVALUATION DE L'EXPOSITION DES CITADINS AUX POLLUANTS D'ORIGINE AUTOMOBILE AU COURS DE LEURS DEPLACEMENTS DANS L'AGGLOMERATION PARISIENNE Annie COURSIMAULT, Claudie DELAUNAY, Ghislaine GOUPIL Laboratoire

Plus en détail

Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis.

Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis. Programme d appui pour un secteur agroalimentaire innovateur Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis. Rapport final n 11-321

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail