NOTE TO USERS. This reproduction is the best copy available

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE TO USERS. This reproduction is the best copy available"

Transcription

1 NOTE TO USERS The original manuscript received by UMI contai pages with indistinct print. Pages were microfilmed as received. This reproduction is the best copy available

2

3 CHARLES KAREMANGINGO Thèse présentée à la Faculté des études supérieures de 1'Université Laval pour l'obtention du grade de Philosophiae Doctor (PbD.) FACUL- Département des sols et de génie agro-alimentaire DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIME~TATION UX'IVERS~ LAVAL Juin 1998 O Charles Karemangingo. 1998

4 National übrary Acquisitio and Bibçographic Services 395 W W m Street ~ OrtawaON KIAON4 canada BiblSottieque nationale du Canada Acquisitio et services bibliographiques 395. Ne wellaigm Ottawa ON K1A ON4 canada The author has granted a nonexclusive licence dowing the National Library of Canada to reproduce, loan, distribute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retai ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts &om it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive pe~nettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/f&n, de reproduction sur papier ou sur fomiat électronique. L'auteur coerve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sa son autorisation.

5 Facuité des 6tudes supérieures ATTESTATION L ont assisté ei fa soutenance de cette thése. NWS UNMm SiGNAl'üRE

6 A mon épouse Marie, A nos enfants Luc, Blaise et Jean-Noël, pour tous les sacrifices coentis, je vous dédie cette dièse.

7 Ui REMERCIEMENTS Au terme de mes études doctorales. je voudrais remercier très siacérernent Moieur le Professeur Marc R. LAVERDIÈRE pour avoir accepte la direction de cette thèse. J'ai fortement apprécié sa disponibilité permanente et ses coeils utiles durant toute ma formation à l'université Laval. Je lui suis très recomaissant pour le soutien materiel et financier qu'il m'a accordé et grice auquel je peux aujourd'hui présenter cette thèse. Je voudrais aussi remercier Docteur Claude BERNARD pour la codirection de cette thèse qu'il a assumée. le lui suis particulièrement reconnaissant des coeils utiles qu'il m'a donnés da la conduite des essis en champs et da les méthodes d'analyse des résultats. Je remercie beaucoup Docteur Georges Gangbazo pour avoir accepté de faire la prélecture de cette thèse et d'en être membre du jury d'évaluation. Des critiques cotmctives qu'il en a faites nous ont permis d'apporter des amélioratio utiles à la version initiale. Je remercie Messieurs le Professeur Michel CESCAS et Docteur Adrien N'DAYEGAMM. pour avoir accepté d'être membres du jury d'évaluation de cette thèse. Mes remerciements vont tgdement aux professeurs du Département des sols et de génie agroalirnentaire et à tout son personnel pour toute l'assistance qu'ils m'ont apportée pendant mes études. Je remercie le personnel de COGISOL inc, la compagnie au sein de laquelle cette recherche a été menée, pour toute leur assistance da les travaux de terrain et da certaines tâches de laboratoire. Mes remerciements vont également au personnel des statio de recherche de Saint-Lamben et Descharnbault pour toute I'assistance que nous avo reçue de leur part. Enfin, je remercie mon épouse Marie et nos enfants pour toute leur patience.

8 AVANT-PROPOS Cette thèse est présentée sous forme d'articles. Un chapitre u Matériel et Méthodes» a été cependant iéré afin d'éviter la répétition de la panie commune aux chapitres principaux qui la composent. Par ailleurs, ceux-ci comportent, chacun, une section «matériel et méthodes >> spécifique. Au chapitre IV. les déplacements du phosphore et de l'azote da le sol sont présentés séparément mais ont en commun l'introduction, la section matériel et méthodes spécifique» et 1a conclusion. La bibliographie a été regroupée. pour l'eemble des parties, et présentée à la fin de la thèse.

9 v RÉsuMÉ COURT Certai systèmes de culture peuvent arnciiorer la productivitc des sols et contribuer à diminuer les risques de contamination des eaux. La présente tude avait pour objectifs d'évaluer la productivité et les risques de pollution des eaux par le phosphore et l'azote découlant de différentes régies de production du maïs-grain. Lcs régies comprennent la fertilisation azotée sous forme de lisier et de nitrate d'ammonium et quatre types de pratiques culturales: le travail conventiomel du sol (TC), le travail réduit du sol (TR), la culture intercalaire (mélange de trèfle rouge et de fléole) da le maïs avec incorporation des résidus par le labour d'automne (TAI) ou par le labour de printemps (TPI). Les résultats obtenus montrent que le lisier accroît généralement les risques de pollution des eaux par le phosphore et l'azote alors que son effet comme fertilisant varie avec les conditio pluriornétriques. Les pratiques de coervation des eaux et du sol ont amélioré cenaines caractéristiques physiques du sol, notamment sa conductivitc hydraulique saturée et sa rnacroporosité d'aération, tout en réduisant les teneurs du sol en P MeNich III et en nitrates aii que. par coéquent, les risques de pollution des eaux superficielles et souterraines. Leur efficacité globale da la gestion de ces risques est telle que TPI > TR > TAI > TC. Mais, ces mêmes pratiques ont contribué à réduire les biomasses aériennes produites et les rendements en maïs-grain da le se te1 que TPI e TR c TAI c TC. Les pertes d'azote par dénitrification pourraient mieux expliquer l'efficacité des pratiques de coervation da la réduction de h' minéral da le sol aii que celle des risques de pollution des eaux. Le développement des mauvaises herbes s'est révéle être une convainte majeure à l'utilisation des pratiques comportant les plantes intercalaires.

10 RÉsUMÉ LONG Le choix judicieux d'un système de culture peut améliorer la productivité du sol et réduire les risques de contamination des eaux. Cette étude a dvalué l'efficacite de quelques régies de production du maïs-grain da le contrôle des risques de pollution des eaux superficielles et souterraines par le phosphore et l'azote. Les traitements coistaient en une fertilisation azotée rnintrafe (N) et organique (L) et en 4 modes de travail du sol. Les lisiers de bovi (da le loam sableux) ou de porcs (da le loam limoneux) et le nime d'ammonium ont été utilisés comme sources d'azote da une culture de maïs-grain produite suivant le travail conventionnel du sol (TC), le travail réduit du sol (TR), en association avec une culture intercalaire (mélange de trèfle rouge et de fléole) suivie d'incorporation des résidus par le labour d'automne (TM) ou de printemps (PD. Les 8 combinaiso de traitements obtenues ont été distribuées selon un dispositif en blocs complètement aléatoires à 3 répétitio sur deux sols limoneux et sableux situés da la région de Québec et ce, de 1994 à Les traitements ou combinaiso de traitements suivants ont été comparés : N vs L ; TC vs TR TAI TPI (TC vs les travaux de coervation ou TCES) ; TR vs TAI TPI (TR vs les travaux comportant les plantes intercalaires ou Tinter) et TAI vs TPI. Les effets des traitements sur les risques de contamination des eaux de surface ont 6té estimés à partir des quantités de P et N dissous et particulaires traportées par érosion da les eaux de ruissellement durant la croissance du maïs. Leur impact sur les risques de pollution des eaux souterraines a été évalué par les teneurs en P Mehlich Ili (P Mm) et en N minéral da les couches 0-20, 20-40, 40-70, et cm des deux sols, au printemps, au milieu de l'été et en début d'automne de chaque année. L'amélioration des paramètres physiques du sol (teneur en eau, masse volumique apparente. porosité. conductivité hydraulique saturée) a été évaluée l'automne de la 3ème année pour les couches 0-15, et 30-45cm de chaque sol. Enfin, l'impact des traitements sur les taux de résidus, les biomasses des plantes intercalaires et du maïs a éte estimé respectivement après le semis, au milieu du mois d'août et Zt la récolte du maïs.

11 De façon genkrale. les lisiers ont gkncrc des pertes plus importantes de P et N tant sous leurs formes dissoute que particulaire par rapport au nitrate d'ammonium. Ces pertes sont cependant vanables de 1 à plus de 5 fois selon les a~ées, le sol, le nutriment et sa foxme da le ruissellement. De même, les lisiers ont augmenté les niveaux de P Mehlich III et des nitrates da la couche 0-20cm des deux sols par rapport au nitrate d'ammonium. Da cette couche, des accroissements moye annuels de P Mehlich III de 4% et 738 ont étt obtenus, à la mi-saison, respectivement pour les loar sableux et limoneux. Da la même couche, le lisier de bovi a généré plus de NO3-N que N et augmenté de 6 fois le Na-N da la couche cm. Le lisier de porcs a augmente les nitrates da chaque couche de sol. Les lisiers n'ont pas amélioré les paramètres physiques des deux sols par rapport au fertilisant minéral. Ils ont réduit le rendement en maïs-grain en années pluvieuses et l'ont maintenu égal ou supérieur à celui du nitrate d'ammonium en année plus sèche. Il en a été de même des biomasses aériennes produites. Les travaux de coervation des eaux et du sol (TCES) ont généralement réduit les risques de pollution des eaux de surface en comparaison avec le travail conventionnel (TC). Rs ont réduit de 508 le P total pmiculaire et le N total particulaire da les loams sableux et limoneux et réduit le P Mm de 119 et 48kg P ha" sur 120cm de profondeur da les deux sols respectifs. A la période critique de la mi-saison, ils ont réduit de 24% et 23% le P MIII et baissé de 28 et 304 les nitrates da les deux sols respectifs par rapport à TC. Les TCES augmentent cependant le Nb-N da le loam sableux en comparaison avec TC. Ces pratiques ont amélioré de 16% la conductivité hydraulique saturée du loam sableux, augmenté sa porosité d'aération, sa porosité totale et diminué sa masse volumique apparente. Cependant, elles ont rtduit de 158 et 37% les rendements en maïs-grain respectivement en 1995 et 1996 da le loam sableux et de 20% A chacune de ces deux années da le loam limoneux. Par rapport à TR, les pratiques culturales comportant les plantes intercalaires (Tinter) ont entraîne, par érosion, des pertes de sol et de nutriments du sol variables selon l'année, l'ion coidéré et sa forme da le ruissellement. En 1996, elles ont reduit de 138g ha-' le P MID et de 1362g ha-' le P total particulaire da le loarn sableux et accru de 517g ha" le N total perdu da les sédiments. Da le loarn limoneux, elles ont

12 gcncré des pertes supérieures à ceiles issues de TR. Elles ont augment6 de 10% la teneur en eau de la couche 15-30cm du loam sableux et m Iioréla macropomsitc d'aeration et de tramission, la conductivitt hydraulique saturée aii que la porosite totale de certaines couches du loam limoneux. Eiies laissent 45 et 24%de résidus contre 65 et 54% pour TR da les deux sols respectifs. Sous Tinter. les plantes prc5event en moyenne 28kg N et 3kg P ha-' de plus que ceiles sous TR. Enfin, TPI réduit toutes les pertes par érosion en comparaison avec TAI da les deux sols. Ce traitement minimise la migration de P Mm et NO3-N da le sol. Des réductio moyennes de 30% ont été obtenues pour les nitrates sous TPI da les deux sols. 11 réduit le P MIII da Ia couche cm de loam sableux et y augmente le N&-N. Cependant, TAI (vs TPI) a augmente de 14 et 22% la teneur en eau du sol, réduit de 7 et 8% la masse volumique apparente des couches et 30-45cm du 10sableux et augmenté la conductivité hydraulique saturée da la couche 15-30cm du loam limoneux. TPI laisse cependant et 7% plus de résidus à la surface du sol après le semis que TAI. Mais il diminue les rendements en maïs-gain en comparaison avec TAI. Aii, le lisier accroît les risques de pollution des eaux alors que son effet comme fertilisant est variable avec les conditio pluviométriques par rapport au nitrate d'ammonium. k s effets moye des TCES réduisent les risques de pollution des eaux tout en améliorant certaines caractéristiques physiques du sol. Aii, par rapport à la gestion de la qualité des eaux, un ordre d'efficacité global peut être établi pour les nitrates et le P disponible tel que TPI > TR > TAI > TC. Mais, ces pratiques contribuent à réduire les rendements en maïs- grain aii que les biomasses aériennes produites da l'ordre tel que TPI < TR < TAI < TC. Le développement des mauvaises herbes s'est révélé être une contrainte majeure à l'utilisation des pratiques comportant les plantes intercalaires. L'immobilisation de P et de N minéral da la dégradation des résidus et les pertes d'azote par dénitrification pourraient mieux expliquer l'efficacité des pratiques de coervation da la réduction des risques de pollution des eaux par ces deux nutriments.

13 TABLE DES MA'MERES Page eœe REMERCIEMENTS eeeeoeeoeeoeeereœ~eemeeeœwo~eeœmee~oeœœeœœœœem~~œeeœeoe~e~e~meoœoœœeeœœeeeœœeœeeœeee~emœeeœeemem~-œ IU CHAPITRE 1: INTRODUCTION GÉM~RALE ET REVUE DE LITTÉIU~RE.-e.l 1.1. KTRODUCTION GENERALE REVLIE GENERALE DE LITIERATL'RE Le phosphore et l'azote da l'environnement Le phosphore da l'environnement L'azote da l'environnement Les modes de traport du phosphore et de l'azote du sol da les eaux La pluie et les paramètres physiques du sol da la pollution des eaux La pluviométrie Les caractéristiques physiques du sol Impact du travail du sol sur la pollution des eaux superficielles et souterraines Effet du travail du sol sur les pertes de sol et de nutriments du sol Impact sur la biochimie du sol et la distribution des nutriments Impact de la nature des fertilisants da la gestion du sol et de l'eau Impacts des systèmes culturaux da la gestion de l'eau en milieu agricole

14 CHAPITRE II : MATÉRIEL ET ~~0~~~~~~ee~.eeoaaeeoeaœe-eeeweo.eoee-eeaa*.eœaœ-oœmoo~*.---ee D E S ~ ODES N S m... EXP~BEKTALX LE DISPOS^ E X P ~ AET L LES ODES D'ANALYSES S T A ~... Q ~ CHAPITRE III : EFFETS DES RÉGIES DE PRODUCTION DU MAÏs-GRAL! SUR L'ÉROSION DU SOL ET LA POLLUTION DES EAUX DE SURFACE**eee~eo.œ*-œe.--eea.e*34 RÉsUMÉ L~ODUCTION MATÉR[EL ET L~~~~~ SPÉC~QLES R~SL?ATS ET DISCUSSION Impact des traitements sur le volume d'eau de ruissellement et sur les sédiments... érodés Effets des traitements sur le volume d'eau de ruissellement Effets des traitements sur les quantités de sédiments traportés par érosion Quantités et formes de P et N traportées da les eaux de ruissellement Influence des fertilisants sur les pertes de nutriments du sol par érosion Impact des sysdmes culturaux du maïs sur le traport de N et P da les eaux de surface par érosion et ruissellement A. CONCL~SION CHAPITRE IV: IMPACTS DE DIFFÉRENTES REGIES DE PRODUCTION DU M~Ïs-GRALV SUR LES RISQUES DE POLLUTION DES EAUX SOUTERRALIES. 55 RÉsUMÉ LNTRODUCTION MAT'ÉRIEL ET MÉTHODES SPÉCIFIQLZS Mesures de l'impact des traitements sur la migration de N et P da le profi Méthodes d' andyses statistiques RESULTATS ET DISCUSSION Impacts des régies de production du maïs sur le P disponible da le sol Impact de la saison sur la distribution du phosphore da le profd Impact de la régie de fertilisation azotée sur le P disponible da le sol... 66

15 Impact des systèmes culturaux sur le P disponible da le profd Impacts des systèmes de production du maïs-grain sur l'azote minéral du sol Effets de la saison sur l'azote min6ra.i da le sol Effets des r gies de fertilisation azotée sur l'azote minéral da le sol Effets des pratiques culturaies sur l'azote minéral du sol CONCLUSION CHAPITRE V : EFFETS A COURT TERME DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DU MA~GRALN SUR CERTAINES PROPRIÉTÉS PHYSIQUES DU SOL RÉscMÉ L ~ O D U ~... O N L'viATÉRIEL ET.&&TH ODES SPECIFIQUES Mesures de l'effet des traitements sur les caractéristiques physiques du sol Méthodes d'analyses statistiques RÉSLZTATS Eï DISCUSSION Evolution da le temps des paramètres physiques du sol... II I Effets des fertilisants sur les paramètres physiques du sol Effets des pratiques culturales sur les caractéristiques physiques du sol Effets des travaux de coervation et du travail conventionnel du sol Effets du travail réduit et des pratiques cornponant les plantes intercalaires Effets de la période de labour sur les qualites physiques du sol CO,~;CLUSION CHAPITRE VI : EFFETS DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DU MAÏS-GRAIN.... SUR DIFFÉRENTS PARAM&TRES DE LA RELATION SOL PLANTE 127 RÉsUMÉ..., INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES SP~CIRQUES Mesure de l'impact des traitemenrs sur les paramètres de production ESULTATS ET DISCUSSION Productivitks des différents systèmes de production du maïs-grain

16 xii Le taux de couvemire du sol par les résidus de culture Les taux d emergence du mais Les biomasses veggtales aériennes sèches des plantes intercalaires Les biomasses végbtdes a6rie~es du maïs (tiges, spathes et rachis) Effets des traitements sur le rendement en mas.grain Impacts des traitements siu les prélèvements de P et N par les biomasses aériennes des cultures Prélèvements des nutriments du sol par les plantes intercalaires Les exportatio totales de N et P par les biomasses aériennes totales CHAPITRE M : CONCLUSION GÉE~ÉRALE LWACTS AGRO.EhWRONh(2,~ \TALX L&s À LA N.4TUX.E DC FER'ITLISh\T Ems DES TRAVAL. DE COSSERVA710-i DES EALX ET DU SOL (TCES) EFFETS CO.W&S DE LA CL'LTL'RE OITERCAL~E ET DU TR~VAIL RÉDLTT DL SOL LWAC~ AGRO-E*VIRO~~ME\T i ~. DE LA PÉRIODE DE L4BOLR SO-WMAIRE ET RECO,W~WATIONS I REFERENCES CITÉES 157 ANNEXES ANNEXES B : DoNNÉEs RELATIVES AUX RISQUES DE POLLUTION DES EAUX DE SURFACE PAR EROSION DE P ET N ANNEXES C : DoNNÉEs RELATIVES AUX RISQUES DE POLLUTION DES EAUX SOUIFRRAIMS PAR LESSIVAGE DE P ET N ANNEXES D : DoNNÉEs RELATIVES AUX EFFETS DES TRAITEMENTS SUR LA QUALITÉ PHYSIQUE DES SOLS ANNEXES E : DoNNÉEs RELATIVES AUX TENEURS DES NUTRIMENTS DANS LES sus VÉGÉTAUX

17 xiii LISTES DES TABLEAUX Tableau 2.1 : Fertilité initiale du sol des deux sites expérimentaux Tableau 2.2. Caracté tiques texturaies des deux sois Tableau 2.3. Stabilité des agrégats da la couche O-2Ocm des deux sols (%) Tableau 2.4. Caractéristiques de conductivité hydraulique saturée et de porosité du sol Tableau 2.5. Précipitatio meuelles de neige et de pluie aux deux sites (en mm) Tableau 2.6. Apports annuels de phosphore (supertriple O ) aux culutres Tableau 2.7. Dates de semis et de fertilisation en post-levée par année d'étude Tableau 2.8. Teneurs en N total et P total des Lisiers appliqués par année d'étude Tableau 3.1. Dates de mise en place du système collecteur par année d'étude Tableau 3.2: Influence des uaitements sur le volume d'eau de niissellement et sur les pertes. I de sol en sédiments erodes A0 Tableau 3.3: Analyses de variance des effets des traitements sur les pertes de P et de N da le Loam sableux Tableau 3.4: Analyses de variance de l'impact des traitements sur les pertes de P et de N da le loam limoneux Tableau 4.1. Dates d'échantillonnage et de suivi des nutriments da le sol Tableau 4.2: Synthèse des analyses de variance des résultats relatifs à P ~Mehlich III dosé da les profils des deux sols par année d'étude Tableau 4.3 : Analyses de variance des effets saisonniers sur le P disponible da le loarn sableux Tableau 4.4 : Analyses de variance des effets saisonniers sur le P disponible da le loam limoneux Tableau 4.5: Analyses de variance des effets des travaux du sol sur le P disponible da le profil Tableau 4.6. Analyses de variance des résultats de N minéral da le loam sableux Tableau 4.7. Analyses de variance des résultats de N minéral da le loarn limoneux... 81

18 xiv Tableau 4.8: Analyses de variance des effets saisonniers sur les nitrates da le Io= sableux *...* Tableau 4.9: Analyses de variance des effets saisonniers sur les nitrates da le loam limoneux Tableau 4.10: Analyses de variance des effets des travaux du sol sur le N min6rai da le loam sableux Tableau 4.11: Analyses de variance des effets moye des travaux du sol sur le N minéral da le loam limoneux.....,-.-.~-.~92 Tableau 5.1: Analyses de variance des effets de la profondeur sur les paramètres physiques du sol , lll Tableau 5.2: Effets des pratiques culturales sur les paramètres physiques du loam sableu Tableau 5.3: Effets des pratiques culturales sur les parameues physiques du loam limoneux Tableau 6.1 : Productivités des systèmes de production du maïs da le loam sableux Tableau 6.2. Productivités des systèmes de production du mais da le loam limoneux Tableau 6.3: Synthèse des analyses de variance des taux de résidus et d'émergence du maïs.133 Tableau 6.4. Résultats d'analyses de variance relatives aux biomasses intercalaires produites Tableau 6.5. Résu1 tats d'analyses de variance relatives aux biomasses aériennes du maïs Tableau 6.6. Résultats d'analyses de variance relatives aux rendements en mais-grain Tableau 6.7: Exportatio de l'azote et du phosphore par les differents systèmes de culture. 144 Tableau 6.8. Analyses de variance des pr6lèvements totaux de N et P da le loam sableux. 146 Tableau 6.9. Analyses de variance des prélèvements totaux de N et P da le loam limoneux...., ,

19 xv LISTE DES FIGURES. Figure 1.1: Le cycle du phosphore da le sol Figure 1.2: Le cycle de l'azote da le sol Figure 2.1 : Dispositif expérimental du site de Deschambauit Figure 2.2 : Dispositif expérimental du site de Saint-Lambert Figures 3.1: (a) Hauteurs d'eau de ruissellement et (b) pertes de sol sous forme de sédiments...., Figures 3.2: Effets combinés des traitements da le loam limoneux (a) Fum x (TR vs Tinter) et (b) Fum x (TAI vs TPI) Figures 3.3: Effets des pratiques culniraies da les deux sols (a) TC vs TCES TAI vs TPI Figures 3.4: Effets de fertilisants (Org/95 = organique/année, Mid96 = minérailannée) sur les pertes de nutriments du sol par érosion (a) en loam sableux et (b) en loarn Limoneux sous forme dissoute (dis) et particulaire (Np et Pp)....- Figures 3.5: Effets des interactio Fum * (TC vs TCES) da le loam sableux pour 1995: a/ Pertes en N dissous et b/ N et P particulaires (l'indice p de Np et Pp signifie particulaûe)...49 Figures 3.6: Effets des interactio Fum * (TR vs Tinter) da le lem sa5!eüx pour l'année 1995: (a) Pertes en Nb-N et N total dissous en N et P totaux particulaires (l'indice p de Np et P, signifie particulaire) Figures 3.7: Effets des interactio Furn * (TAI vs TPI) da le loam sableux pour 1995: (a) Eléments totaux particulaires (l'indice p de Np et P, signifie particulaire) et (b) éléments N dissous Figures 3.8: Effets des interactio Furn * (TC vs TCES) en 1996 : (a) da le loam sableux et (b) da le loam limoneux (l'indice p de Np et Pp signifie particulaire) Figures 3.9: Effets des interactio entre traitements en 1996 : (a) interactio Fum * (TR vs Tinter) da le loam limoneux; (b) interactio Fum * (TAI vs TPI) da le loam sableux.. (l'indice p de Np et P, signifie particulaire) Figure 4.1: Distribution moyenne du phosphore disponible da le loam sableux par date? d'6chantillonnage et par année d enide Figure 4.2: Distribution moyenne du phosphore disponible da le loam limoneux par date 9 r?* d echantillonnage et par annee d etude

20 xvi Figures 4.3: Evolution du phosphore da la couche 100-L20crn (a) en loam sableux et (b) en Ioam limoneux Figure 4.4: Variatio totales de P Mehlich sur 12Ocm de profondeur du sol: (a) da le -66 loam sableux; (b) da le loam limoneux Figure 4.5~ P disponible en fonction des fertilisants da le loam sableux Figure 4Sb: P disponible en fonction des fertilisants da le ioam limoneux Figure 4.6: Effets des pratiques de coervation da la réduction de P disponible da le loam sableux Figure 4.7: Effets des pratiques de coervation da la réduction de P disponible da le loam limoneux Figures 1.8: Impact des pratiques culturales de coenration sur le P Mehlich III sur l2ocm de profondeur du sol (a) de loarn sableux et (b) de loam limoneux Figures 4.9: Effets de TR vs Tinter da (a) la couche ûcm de loam sableux et (b) da la couche 0-20cm de loam limoneux Figures 4.10: Interactio Furn x (TR vs Tinter) da le loarn sableux (a) en 1995 et (b) en ,......,., Figures 4.1 1: Effets du labour printanier par rapport au labour automnal da le loam sableux pour les années (a) 1995 et (b) Figure 4-12: Effets moye de la saison et de l'année sur les nitrates da le loarn sableux Figure 4.13: Effets moye de la saison et de 1'annCe sur les nitrates da le loam limoneux..79 Figure 4.14: Effets de la nature de la fumure azotée sur la distribution des nitrates da le profil de loam sableux (N : nitrate d'ammonium et L : lisier) Figure 4.15: Effets des fertilisants sur la distribution de N ammoniacal da le loam sableux 87 Figure 4.16: Effets des fertilisants sur la distribution des nitrates da le profil de loam limoneux Figures 4.17: Accumulatio totales sur 120cm de profondeur du sol : (a) N ammoniacal da le loam sableux et (b) nitrates da le loarn limoneux Figure 4.18: Effets des pratiques culturales de coervation sur les nitrates da le loam sableux Figure 4.19: Effets des pratiques culturales de coervation sur le Na-N da le loam sableux

21 Figure 4.20: Effets des pratiques culturales de coervation sur NOs-N da le loam limoneux...., , Figure 4.21: Effets des pratiques culnirales de coervation sur le m-n en loam limoneux , ,..,.., * Figure Interactio des travaux du sol avec la saison da le loam sableux Figure 4.23: Interactio des uavaux du sol avec la saison da le loam limoneux Figures 4.24: Evolution des nitrates da le Ioam Limoneux sous les effets combinés des fertilisants et des travaux de coervation des eaux et du sol (a) en 1995 et (b) en Figures 4.25: Impact des travaux de coervation sur les nitrates du sol da la saison de croissance (a) en Ioam sableux et (b) en loam limoneux gg Figure 4.26: Effets de la protection de contre-saison sur la teneur des nitrates da le loam limoneux....,., Figure 4.27: Effets de la période de labour sur la distribution saisonnière de NOj-N da le loam sableux Figure 4.28: Effets de la période de labour sur les nitrates totaux da le loam limoneux Figure 5.1 : Évolution de la conductivité hydraulique saturée des deux sols de 1994 à Figures 5.2: (a) Masse volumique apparente des deux sols et (b) indices de porosité en loam sableux...., ,., Figures 5.3: (a) Indices de porosité du loam limoneux et (b) teneurs en eau da les deux sols Figure 5.4: Effets des fertilisants sur certai paramètres poraux du loam sableux Figure 5.5: Effets des fertilisants sur les indices de porosité du loam Limoneux Figures 5.6: Interactio entre les traitements pour: a/ la masse volumique apparente en loam sableux. bl la conductivité hydraulique satude en loam limoneux Figures 5.7 : Effets des pratiques de coervation al sur la conductivité hydraulique saturée et b/ sur la porosité d'aération da le loam sableu Figures 5.8: Effets des pratiques de coervation a/ sur la conductivité hydraulique saturée et b/ sur la porosité d'aération da le loam limoneux Figures 5.9: Indices de porosité par couche de sol : (a) en loam sableux et (b) en loam Iimoneux......,......, ,

22 Figures 5.10: Da le loam sableux: (a) teneur en eau du sol et (b) indices de porosité de la couche 30-45cm Figures 5.1 1: uidices de porositb du loam limoneux: (a) Pores i 0.300mm et (b) volume macroporal total *.*...,.~ Figures 5.12: Effets de I'époque de labour sur I'espace poral (a) da le Ioam sableux et (b) da le Ioam limoneux Figures 6.1: Effets des fenilisants sur la biomasse sèche totale aérienne du maïs (a) en loam sableux. (b) en loam limoneux Figures 6.2: Effets des travaux du sol sur la biomasse du maïs (a) TC vs TCES; (b) TR vs Tinter da le loam sabieu....,.,..., 138 Figures 6.3: Effets des fertilisants sur les rendements en maïs-grain (a) en loam sableux et (b) en loam limoneux Figures 6.4: Effets de la période de labour sur les rendements en maïs-grain: (a) en loam sableux et (b) en loarn limoneux Figures 6.5: Prélèvements totaux de nutriments da le loarn sableux: (a) l'azote et (b) le phosphore Figures 6.6: Prélèvements totaux de nutriments da le loam limoneux: (a) l'azote et (b) le phosphore Figures 6.7: Prélèvements d'azote sous différents travaux du sol: (a): en loam sableux et (b) en loam limoneux...,.,

Migration des substances

Migration des substances CHAPITRE 14 Migration des substances 14.1 INTRODUCTION L application d engrais minéraux ou organiques apportent des quantités d azote qui se transforment en nitrates. Ces nitrates sont prélevés par les

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D.

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Présenté à St-Rémi le 4 Décembre 2014 Volets de la présentation Retour

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Pourquoi une analyse de sol? A) Il peut y avoir deux types de carences: La carence vraie: l élément minéral n est pas assez présent dans le sol. La carence induite:

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

GESTION DE L ENHERBEMENT :

GESTION DE L ENHERBEMENT : GESTION DE L ENHERBEMENT : LES ATOUTS DU NATUREL Qu'il soit semé ou naturel, permanent ou temporaire, l'enherbement du vignoble constitue aujourd'hui une pratique très largement répandue en Aquitaine,

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)?

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Dans une Déclaration Environnementale de Produit ou EPD, 11 catégories d impact sur l environnement sont exprimées en chiffres. Il s agit d

Plus en détail

Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole

Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole Présentation dans le cadre du colloque du centre de la science et de la biodiversité du Québec 1 er mai 2014 Isabelle Breune, agr.

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux Plan détaillé Introduction : le sol (p. 3-5) Partie 1 : l érosion hydrique des sols, facteurs et processus L érosion du sol : définition et

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG

Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG Notions de base pour l implantation d un verger de camerisiers Journée Camerise, Vallée-de-la-Gatineau 24 avril 2014 Par Carlos Baez, M.Sc., Agronome CLD VG Planification du projet Prévoir 1 ou 2 années

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN

FERTILISATION AZOTÉE. DANS LE MAïS-GRAIN L'azote est un facteur important dans la fertilisation du maïs. Un manque d'azote peut occasionner une baisse de rendement, alors qu'un excès représente un risque de contamination de l'air et de l'eau,

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

Démystifions les engrais naturels

Démystifions les engrais naturels Démystifions les engrais naturels Journée sur les méthodes BIO LOGIQUES en horticulture ornementale 22 janvier 2009 Martin Trépanier, Ph.D., agr. Centre de Recherche en Horticulture La fertilisation des

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

Session de formation sur la nutrition minérale des plants forestiers

Session de formation sur la nutrition minérale des plants forestiers Impact des différentes formes d azote (Urée, NH 4+, NO 3- ) sur la croissance des plants et sur le lessivage des engrais Session de formation sur la nutrition minérale des plants forestiers Jean Gagnon,

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Utilisation des engrais chimiques en agriculture.

Utilisation des engrais chimiques en agriculture. UNIVERSITÉ DE LOMÉ Département de Botanique, Faculté des Sciences. Exposé Utilisation des engrais chimiques en agriculture. Par DOKPONOU Kofi Mathieu Ahonam, Étudiant en Biologie et Physiologie Végétale.

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau eau, nitrate & i- agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau Les agriculteurs utilisent et produisent du nitrate, sous forme d engrais organique (fumier,

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

RAPPORT D ÉTAPE. SECTION 2 CALENDRIER DE RÉALISATION (tel que prévu dans l acceptation du projet)

RAPPORT D ÉTAPE. SECTION 2 CALENDRIER DE RÉALISATION (tel que prévu dans l acceptation du projet) PRO PROGRAMME INNOV ACTION AGROALIMENTAIRE SECTION 1 IDENTIFICATION DU PROJET RAPPORT D ÉTAPE Numéro de projet : Projet - IA213080 Date de remise : 12 janvier 2015 Établissement d'une régie de fertilisation

Plus en détail

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer Article publié dans Porc Québec Octobre 2001 ENVIRONNEMENT SYLVAIN PIGEON M. Sc., ingénieur LE SUIVI DES PLANS DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES ISABELLE DEMERS Agronome BPR Groupe-conseil Collaboratrice:

Plus en détail

La boîte à outils des serriculteurs

La boîte à outils des serriculteurs Produit par le Syndicat des producteurs en serre du Québec Vol. 1 nº 5c Système de recyclage des eaux de lessivage Aspect rééquilibrage des solutions nutritives Modèle pour entreprises de production de

Plus en détail

Drainage et aménagements hydro-agricoles

Drainage et aménagements hydro-agricoles Drainage et aménagements hydro-agricoles Améliorer nos rendements grâce à l égouttement des sols Rivière-du-Loup, 9 janvier 2013 Par Yves Bédard, ing. MAPAQ, Chaudière-Appalaches UNE PARCELLE CULTIVÉE

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

Différentes techniques d épuration

Différentes techniques d épuration Différentes techniques d épuration Le lagunage naturel Les caractéristiques de cette technique sont tirées du document technique FNDAE n 22, Filières d épuration adaptées aux petites collectivités, Ministère

Plus en détail

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Art 1 : objet = définir les conditions d épandage sur sols agricoles, forestiers

Plus en détail