Antalgiques / Généralités (I)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antalgiques / Généralités (I)"

Transcription

1 Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1

2 2

3 3

4 4

5 5

6 6

7 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques Douleurs spécifiques >> thérapeutique analgésique plus complexe (neuropathiques, musculaires et spasmes viscéraux, rhumatismales) 7

8 Antalgiques / Généralités (III) Paliers O.M.S. : Niveau I : Antalgiques périphériques/centraux mineurs (Paracétamol, salicylés, AINS, Nefopam...) Niveau IIa : Antalgiques morphiniques mineurs (Dextropropoxyphène, Codéine, Dihydrocodéine, Tramadol...) Niveau IIb : Antalgiques morphiniques majeurs Type agonistes-antagonistes (Buprénorphine, Nalbuphine) Niveau IIIa : Antalgiques morphiniques majeurs type Morphine per os Niveau IIIb : Antalgiques morphiniques majeurs type Morphine par voie parentérale 8

9 Antalgiques / Généralités (IV) Démarches thérapeutiques et associations : Douleurs aiguës type «intervention chirurgicale» : > Analgésiques puissants (morphiniques) >> Analgésiques mineurs Douleurs chroniques évolutives type «cancérologie» : > Analgésiques périphériques >> Analgésiques puissants Exemple : Paracétamol ou Aspirine + Dextropropoxyphène ou Codéine si besoin, Puis Morphine ou dérivés... 9

10 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (I) PARACETAMOL : Propriétés pharmacologiques : Analgésique antipyrétique non anti-inflammatoire, Mécanisme d'action mal connu (périphérique et central), Action pendant à 4 à 6 heures Indiqué en 1ère intention chez l'enfant, la femme enceinte ou qui allaite 10

11 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (II) PARACETAMOL (suite) : Posologies : Par voie orale ou injectable : Adulte : 4 g / 24 heures en 4 prises espacées de 6 heures, Enfant : 60 mg / kg / 24 heures en 4 prises espacées de 6 heures, Indications : Traitement symptomatique des affections douloureuses et/ou fébriles 11

12 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (III) PARACETAMOL (2e suite) : Précautions d'emploi et effets indésirables : Bonne tolérance globale, Pas de troubles digestifs (contrairement à l'aspirine et dérivés), Réactions cutanées allergiques, Hépatotoxicité (cytolyse) en cas de surdosage (notamment chez l'alcoolique) > Acétylcystéine en IV (ou en oral) Contre-Indication : insuffisance hépatocellulaire, hypersensibilité... Interactions médicamenteuses : aucune 12

13 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (IV) PARACETAMOL (3e suite) : Présentations : - voie orale : Doliprane, Dafalgan, Efferalgan, Claradol... à 500 mg, 1000 mg pour adultes, à 80 mg, 100 mg, 150 mg, 200 mg, 250 mg, 300 mg pour enfants, Comprimés, effervescents, lyocs, gélules, poudres, sirops (pipettes)... Formes associées (cf chapitres suivants). - voie parentérale : Perfalgan, Paracétamol injectable... à 500 mg ou 1000 mg - voie rectale : Doliprane, Dafalgan en plusieurs dosages... 13

14 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (V) ASPIRINE & Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) : Propriétés pharmacologiques : Aspirine = Acide acétyl-salicylique Analgésique antipyrétique, (et anti-agrégant plaquettaire à faible dose pour l'aspirine, et anti-inflammatoire à forte dose) Inhibition des cyclo-oxygénases (COX1 & 2), Action pendant à 4 à 6 heures, Indiqué en 2e intention après paracétamol 14

15 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (VI) ASPIRINE & Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) : (suite) Posologies : - Par voie orale : Adulte : 1 g / prise, 3 g / 24 heures en 3-4 prises espacées de 6 heures Enfant : mg/kg/j selon l'âge en 4 prises espacées de 6 heures, - Par voie parentérale : diminuer la dose de moitié chez l'adulte 15

16 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (VII) ASPIRINE & Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) (2e suite) : Indications : Traitement symptomatique des affections douloureuses et/ou fébriles, Affections rhumatismales, antiagrégation plaquettaire, Précautions d'emploi et effets indésirables : Moins bonne tolérance que le paracétamol, Troubles digestifs (gastralgies, ulcérations gastriques, hémorragies...) Syndromes hémorragiques, Réactions cutanées et bronchiques allergiques 16

17 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (VIII) ASPIRINE & Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) (3e suite) : Ne pas administrer chez la femme enceinte (3e trimestre) ou qui allaite Prudence en cas d'antécédents digestifs ou hémorragiques, asthme, CI : allergie à l'aspirine (ou AINS), maladies ulcéreuses ou hémorragiques Et grossesse, 17

18 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (IX) ASPIRINE & Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) (4e suite) : Interactions médicamenteuses : CI avec les Anti-vitamines K et le Méthotrexate, Déconseillé avec autres AINS, stérilets, héparine, Surveiller avec les corticoïdes, diurétiques, topiques gastro-intestinaux... Présentations : - voie orale : Aspégic, Solupsan, Catalgine, Aspirine Upsa... à 400 mg, 500 mg, 1000 mg, 2000 mg pour adultes, à 100 mg, 250 mg pour les enfants... Comprimés, effervescents, à croquer, poudres... 18

19 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (X) ASPIRINE & Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) (5e suite) : AINS antalgiques antipyrétiques : Ibuprofène (Advil, Nureflex, Nurofen...), Ketoprofène (Toprex...) AINS antalgiques anti-inflammatoires : Diclofénac (Voltarène ), Naproxène (Apranax ), Kétoprofène (Profénid...) - voie parentérale : Aspégic injectable*, Kétoprofène injectable (Profenid ) 19

20 Antalgiques périphériques ou centraux mineurs (XI) Autres dérivés : Noramidopyrine (Avafortan, Viscéralgine...) Risques allergiques hématologiques et cutanés, Plus puissant que le paracétamol ou l'aspirine Indication : coliques néphrétiques notamment... Nefopam : Acupan Injectable 20 mg / 2 ml en IM... Mécanisme d'action centrale 20 mg = 10 mg de Morphine (IV) Pas de dépression respiratoire, ni d'effet toxicomanogène. 20

21 Antalgiques morphiniques mineurs (I) Dextropropoxyphène, codéine, tramadol Propriétés pharmacologiques : Antalgiques d'action centrale, moins puissants que la morphine (facteur 5-10) Codéine > Dextropropoxyphène Indications : Douleurs rebelles aux antalgiques périphériques Précautions d emploi et effets indésirables : Prudence : ne pas utiliser de façon prolongée (dépendance) CI : grossesse, allaitement, enfants <15 ans (12 ans pour Tramadol), IR et IH 21

22 Antalgiques morphiniques mineurs (II) Dextropropoxyphène, codéine, tramadol (suite) Codéine et Tramadol : asthmatiques, dépression respiratoire Tramadol : étourdissements, céphalées, somnolence et convulsions (chez patients prédisposés) Nausées, vomissements, constipation, douleurs abdominales Réactions allergiques, hépatites cholestatiques, hypoglycémies Dépendance physique et psychique avec accoutumance Et syndrome de sevrage si arrêt brutal 22

23 Antalgiques morphiniques mineurs (III) Dextropropoxyphène, codéine, tramadol (2e suite) : Surdosage : Cf morphiniques : dépression respiratoire, myosis, hypotension, voire coma > Lavage gastrique, administrer Naloxone (Narcan ), hospitaliser en réanimation - Interactions médicamenteuses : Attention à l association avec la Carbamazépine Surveiller l association avec les médicaments dépresseurs du SNC et l alcool Tramadol : déconseillé avec les médicaments épileptogènes type Neuroleptiques, alcool CI avec les agonistes-antagonistes morphiniques 23

24 Antalgiques morphiniques mineurs (IV) Dextropropoxyphène, codéine, tramadol ( 3e suite) : Dextropropoxyphène : Dextropropoxyphène 30 mg + paracétamol 400 mg = Di-Antalvic Dextropropoxyphène 27 mg + paracétamol 120 mg + Caféine = Propofan Posologie : 1 à 2 cpr ou gélules 3 fois / jour (maxi 6 par jour) Codéine ou Dihydrocodéine : Codéine 30 mg + paracétamol 500 mg = Dafalgan-codéiné, Efféralgan-codéiné Codéine 20 mg + paracétamol 400 mg = Codoliprane Codéine seule 1 mg/ml = Codenfan Dihydrocodéine seule : Dicodin-LP 60 mg 24

25 Antalgiques morphiniques mineurs (IV) Dextropropoxyphène, codéine, tramadol ( 4e suite) : Tramadol : Formes orales : Topalgic, Contramal, Zamudol... À libération immédiate (50 mg), à libération prolongée (100, 150, 200 mg) Formes injectables : Formes associées : Idem en IV avec 100 mg pour 2 ml Avec du paracétamol = Ixprim, Zaldiar 25

26 Antalgiques morphiniques majeurs (I) Morphine Grands principes thérapeutiques : - Pas de dose plafond : de 20 mg à plusieurs grammes par jour, - Peu d effets indésirables, si la dose administrée est en adéquation avec l intensité de la douleur, - En phase douloureuse et pour un traitement en cours, l administration doit être systématique et à heures fixes : pas d administration à la demande. Propriétés pharmacologiques : Récepteurs opioïdes (mu, kappa ) > médicaments stupéfiants Effet antalgique dose-dépendant. 26

27 Antalgiques morphiniques majeurs (II) Morphine (suite) Indications : Douleurs intenses et rebelles aux autres antalgiques, Douleurs cancéreuses, douleurs chroniques, (Syndrome de sevrage du nouveau-né de mère héroïnomane) 27

28 Antalgiques morphiniques majeurs (III) Morphine (2e suite) Précautions d emploi et effets indésirables : Prudence chez : enfants, sujets âgés, conducteurs, insuffisant rénal, Constipation : presque systématique > associer laxatif (type Lactulose = Duphalac ), Nausées, vomissements : associer anti-émétique si nécessaire, Dépression respiratoire : modérée à sévère, Sédation, dysphorie, confusion mentale, Dépendance physique et psychique avec accoutumance (besoin d augmenter les doses) et syndrome de sevrage (larmoiement, sueur, agitation, mydriase, anxiété, douleurs osseuses ) 28

29 Antalgiques morphiniques majeurs (IV) Morphine (3e suite) En cas de surdosage : dépression respiratoire, myosis, hypotension, coma Administrer de la Naloxone (Narcan ) et hospitaliser en Réanimation (Oxygénothérapie ) Interactions médicamenteuses : CI : I.M.A.O. Déconseillé : attention à l association avec la Buprénorphine (Temgésic, Subutex ) et la Nalbuphine (Nubain ) A surveiller : association avec des médicaments dépresseurs du S.N.C. 29

30 Antalgiques morphiniques majeurs (V) Morphine ( 4e suite) Présentations : - Morphine par voie orale : * Formes à libération immédiate : Elixir Analgésique (chlorhydrate de M) : ampoules buvables 10, 20 et 30 mg, Actiskenan (sulfate de M) gélules à 5, 10, 20 et 30 mg, Sévrédol (sulfate de M) comprimés à 10 et 20 mg, Oramorph (sulfate de M) unidoses à 10 mg/5 ml avec 10, 30 et 100 mg, ou flacon à 20 mg/ml avec 1 goutte = 1,25 mg Délai d action : 20 à 60 minutes, pour une Durée d action de 4 heures environ, > Administrer toutes les 4 heures (soit environ 6 prises par jour). 30

31 Antalgiques morphiniques majeurs (VI) Morphine ( 5e suite) Présentations : (suite) Doses de 5 à 10 mg par prise chez l adulte, Puis ajuster la dose si insuffisante en augmentant de 50%, Utiliser des seringues pour ajuster les doses buvables * Formes à libération prolongée : Moscontin LP ou Skénan LP (sulfate de M) Comprimés ou gélules à 10, 30, 60, 100 et 200 mg, Délai d action : plusieurs heures, pour une Durée d action de 12 heures environ, Administrer toutes les 12 heures (soit environ 2 prises par jour), voire 3 prises par jour en cas de métabolisme rapide 31

32 Antalgiques morphiniques majeurs (VII) Morphine ( 6e suite) Attention à la galénique : - Moscontin LP : comprimé système Contin > ne pas écraser, - Skénan LP : gélule avec microgranules à LP > ouvrir si besoin et mettre dans alimentation/sonde gastrique > ne pas écraser, et attention au diamètre sonde. Posologies : débuter par 30 mg deux fois par jour, puis ajuster les doses, En cas de relais de formes Immédiates par LP : donner la 1ère LP avec la dernière à libération immédiate. 32

33 Antalgiques morphiniques majeurs (VIII) Morphine ( 7e suite) Présentations : (2e suite) - Morphine par voie parentérale : Chlorhydrate de Morphine en ampoules de 1, 10, 50, 100, 250 mg..., Par voie SC, (IM) ou IV (en Anesthésie-Réanimation) Egalement : voie péridurale (et intraventriculaire). Deux fois plus puissant que la même dose par voie orale, Donc ajuster la dose en cas de passage d une voie vers l autre (équi-analgésie), Délai d action : 10 à 15 minutes (SC), pour une Durée d action de 4 heures env, > Administration toutes les 4 heures (soit environ 6 fois par jour), Cas de la P.C.A. (Patient Controlled Analgesia) : perfusion+bolus selon options. 33

34 Antalgiques morphiniques majeurs (IX) Agonistes morphiniques (alternatives à la morphine) : En 1ère intention ou en alternative si résistance ou intolérance à la morphine. - Oxycodone : équi-analgésie : 10 mg Oxycodone = 20 mg Morphine, Libération immédiate : Oxynorm gélules à 5, 10 et 20 mg, Libération prolongée : Oxycontin LP comprimés à 10, 20, 40 et 80 mg, - Hydromorphone : équi-analgésie : 4 mg Hydromorphone = 15 mg Morphine, Sophidone LP gélules à 4, 8, 16 et 24 mg. 34

35 Antalgiques morphiniques majeurs (X) Agonistes-Antagonistes morphiniques : Antagoniste des morphiniques purs (morphine ), > Risque de syndrome de sevrage et/ou diminution de l analgésie. Effets indésirables : peu de dépendance physique et psychique, et de syndrome de sevrage. - Buprénorphine (Temgésic ) : injectable 0,3 mg/1 ml (voies SC, IM, IV) comprimé sublingual à 0,2 mg. Administration toutes les 8 heures, Même puissance que la morphine (IM), mais effet plafond. Effets indésirables : nausées et vomissements (> morphine), Peu d effet de la Naloxone en cas de surdosage. 35

36 Antalgiques morphiniques majeurs (XI) Agonistes-Antagonistes morphiniques (suite) : - Nalbuphine (Nubain ) : injectable 20 mg/2 ml (SC, IM, IV) Même puissance que la morphine (IM), mais effet plafond. Avantage : bonne tolérance cardiaque (douleur infarctus) et chez l enfant. Antagoniste morphinique : Naloxone = Narcan Antagoniste pur >> antidote opiacées (morphiniques) Injectable 0,40 mg/1 ml en voies SC, (IM), IV, En IV : délai d action de 30 secondes à 2 minutes (1 à 3 minutes en IM-SC), et durée d action de 20 à 45 minutes (2 à 3 heures en IM-SC). 36

37 Antalgiques morphiniques majeurs (XII) Antagoniste morphinique (suite) : Indications : Naloxone = Narcan - Diagnostic différentiel des comas toxiques (0,4 mg toutes les 3 minutes avec max 10 mg) - Intoxications aiguës aux opiacées (bolus 0,4 mg IV puis 0,1 mg IV toutes les minutes, jusqu à ventilation efficace du patient, puis perfusion de 6 mg/kg/h pdt la durée d action du produit surdosé) Effets indésirables : Rares (nausées et vomissements) 37

38 Antalgiques morphiniques majeurs (XIII) Autres alternatives à la Morphine : Fentanyl : Même puissance que la morphine (et effets indésirables similaires). - Durogésic Patchs à 12, 25, 50, 75 et 100 mg/heure, Laisser en place pendant 72 heures, Attention à l équi-analgésie lors du passage Morphine-Fentanyl, Indication : Douleurs chroniques d origine cancéreuse, en cas de douleurs stables... Si variation dans l intensité de la douleur, donner des interdoses. 38

39 Antalgiques morphiniques majeurs (XIV) - Actiq Dispositifs pour application buccale, 6 dosages : 200, 400, 600, 800, 1200 et 1600 mg, A frotter 15 minutes entre la joue et la gencive, Pas plus de 4 dispositifs par jour, Délai d action rapide (5-15 minutes), durée d action : 2 à 4 heures, Peux être utile pour des interdoses. - Abstral Comprimés sublinguaux, 6 dosages : 100, 200, 300, 400, 600 et 800 mg, Délai d action assez rapide (15-30 minutes), durée d action : 2 à 4 heures, 39

40 Antalgiques autres et Co-antalgiques (I) MEOPA (Mélange Equimoléculaire d Oxygène et de Protoxyde d Azote : Médimix ou Kalinox Mélange gazeux en bouteilles, avec manodétendeurs, Masque respiratoire : absorption par voie pulmonaire Effet très rapide mais bref = grande souplesse Pour actes courts > pas plus de 60 minutes, Stockage en température positive (sinon risque de séparation des phases gazeuses), Aération du local d administration, Analgésie équivalente à de la morphine IM, Effets indésirables : Euphorie, hilarité, ébriété, rêves... 40

41 Antalgiques autres et Co-antalgiques (II) Co-antalgiques (suite) : - Antispasmodiques - Antidépresseurs : Type Amitriptyline, Clomipramine (Anafranil )... Doses supérieures aux doses antidépressives, installation en 4-5 jours, - Anti-épileptiques : Type Clonazépam (Rivotril ), Carbamazépine (Tegretol ), Neurontin, Lyrica... 41

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

Docteur Nathalie ATTARD

Docteur Nathalie ATTARD Les Antalgiques Docteur Nathalie ATTARD Antalgiques de niveau 2 Placés entre le paracétamol et les opioïdes forts jugés d efficacité intermédiaire représentés par des médicaments associant du paracétamol

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification car la balance bénéfice/risque est jugée négative Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Depuis juin 2009,

Plus en détail

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition Définition LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR Trois dimensions : - Une dimension affective et émotionnelle. - Une dimension sensorielle. - Une dimension cognitive. PHYSIOLOGIE DE LA

Plus en détail

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière Les antalgiques- analgésiques Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière RAPPELS - 1 Les 3 types de douleurs : Par excès de nociception

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

Les antalgiques et anti-inflammatoires. 1. Les antalgiques - + 11/02/2009. Les antalgiques. Les antalgiques Physiologie de la douleur

Les antalgiques et anti-inflammatoires. 1. Les antalgiques - + 11/02/2009. Les antalgiques. Les antalgiques Physiologie de la douleur et anti-inflammatoires 1. Dr Catherine Eléouet-Da Violante Pharmacien- CHR d ORléans Physiologie de la douleur INFLUX DOULOUREUX Physiologie de la douleur: «soupe inflammatoire» Agrégation plaquettaire

Plus en détail

INTRODUCTION. Docteur G. LAMBERT de CURSAY, Président du C.L.U.D. Page 63. Page 1

INTRODUCTION. Docteur G. LAMBERT de CURSAY, Président du C.L.U.D. Page 63. Page 1 6) Gaz analgésique : SPÉCIALITÉ : ENTONOX : Mélange Equi-moléculaire O2 et Protoxyde d Azote ( MEOPA) INDICATIONS : Diminution de la composante anxieuse de la douleur chez l enfant ou l adulte ("décontractant")

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

Traitement de la douleur

Traitement de la douleur Traitement de la douleur La douleur n est pas une fatalité, elle se prévient et elle se traite. Céline Moch Interne en pharmacie Cours infirmier 17 octobre 2012 Quelques données épidémio La France : Mauvaise

Plus en détail

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III)

MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) MEDICAMENTS DE LA DOULEUR (de palier II et III) UE Neurosensoriel-Pharmacologie Michel ANDREJAK 19/09/2013 L3 Antalgiques/Analgésiques Médicaments capables diminuer ou d abolir la perception des sensations

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË Ce fascicule tient à mettre à la disposition des médecins du CHV (ainsi que du personnel paramédical) une mise à jour D un rappel pharmacologique

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Formation CLUD - Mars 2008 1 Pourquoi? Connaître les antalgiques disponibles, Adapter la prescription à l intensité douloureuse, Corriger

Plus en détail

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens Dr BOUGOUIN-KUHN Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS, AAS) Classification des Médicaments Analgésiques

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Session de mai 2009 Docteur Jean Paul DIDELOT PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR Le but recherché est que tous les patients soient

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS

LA DOULEUR. PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS LA DOULEUR PRINCIPES DE TRAITEMENT en SOINS PALLIATIFS Principes : Conserver le plus possible l autonomie du patient privilégier la voie orale Ne pas attendre la plainte prévenir : administration à horaires

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques DENOMINATION DU MEDICAMENT MONOGRAPHIE DICODIN L.P. 60 mg, comprimé à libération prolongée COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Tartrate de dihydrocodéine..60 mg Quantité correspondant à dihydrocodéine

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006

Prise en charge de la douleur. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel 10 octobre 2006 Prise en charge de la douleur Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel octobre 6 EVALUATION DE LA DOULEUR Définition de la douleur association internationale d étude de la douleur (IASP 979) La douleur

Plus en détail

Version 2.0 Juillet 2004

Version 2.0 Juillet 2004 Version 2.0 Juillet 2004 «La douleur ne grandit pas l homme, elle le diminue» René LERICHE (1879-1956). EVALUATION / ANAMNESE (Rôle infirmier : décret du 11 février 2002, art.2) Buts - quantifier la douleur

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE COLORDSPA LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE Jf villard chr metz-thionville Définition de la douleur (IASP) La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une atteinte tissulaire

Plus en détail

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Autres traitements C. Les anesthésiques locaux D. Le MEOPA TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR Monsieur Racine Traitement médicamenteux de la douleur Promotion DU 2012-20132013 Date d intervention : avril 2013 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s)

Plus en détail

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon N de version: 01 Date d'application:26052000 Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages Procédure N 003 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 26/05/00 Validation Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Dose max/j. Posologie par prise. orale 4g 0,5-1g. rectale 4g 600mg ou 1g

Dose max/j. Posologie par prise. orale 4g 0,5-1g. rectale 4g 600mg ou 1g !""# DCI Spécialités Voie DOLIPRANE 500mg gélule EFFERALGAN 500mg cp effervescent DOLIPRANE 1000mg sachet 4g 0,5-1g (8h si IR) 30-60' paracétamol DAFALGAN 600mg suppo DOLIPRANE 1g suppo rectale 4g 600mg

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Médicaments antalgiques :

Médicaments antalgiques : Institut Central des Hôpitaux Valaisans Division www.ichv.ch : Comment les administrer? Quel suivi? Dr Johnny Beney SUVA, Clinique Romande de réadaptation, Sion, Plan Pharmacocinétique Galénique Médicaments

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

GENERALITES. LES MEDICAMENTS EN PEDIATRIE (Dr Karouby) Généralités

GENERALITES. LES MEDICAMENTS EN PEDIATRIE (Dr Karouby) Généralités LES MEDICAMENTS EN PEDIATRIE (Dr Karouby) - Généralités : spécificités de la prescription d un médicament en pédiatrie - Classes thérapeutiques les plus utilisées chez l enfant - Essais thérapeutiques

Plus en détail

IFSI. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet Pôle PHARMACIE Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE

IFSI. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet Pôle PHARMACIE Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE IFSI Les ANTALGIQUES Marie-Laure Duchène Pharmacien Hôpital Archet Pôle Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE Les ANTALGIQUES Objectifs du Cours I. Connaissance principales classes et médicaments antalgiques

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Hôpital Henri Mondor. Version 2

Hôpital Henri Mondor. Version 2 Hôpital Henri Mondor Version 2 Comité de Lutte contre la Douleur Novembre 2003 Cette deuxième version du livret douleur a pour objectif de présenter les principales règles de prise en charge de la douleur

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et fonction hépatique Prise en charge de la douleur chez le malade

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine Groupe Référent Médecins Généralistes de l Afssaps Mise au point Prise en charge des douleurs de l adulte modérées à intenses Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol

Plus en détail

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs

Utilisation des nouveaux opioïdes en Soins Palliatifs Med Pal 2002; 1: 69-87 Masson, Paris, 2002, Tous droits réservés Guillemette Laval, Unité de Recherche et de Soutien en Soins Palliatifs, CHU, Grenoble, Marie-Laure Villard, Unité de Recherche et de Soutien

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 14.03.2007 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

LA DOULEUR DU CANCER

LA DOULEUR DU CANCER LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Michel DROUART Pôle SOINS DE SUPPORT Equipe Mobile d Accompagnement d et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER Définitions La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

Chap IV : Morphinomimétiques et antagonistes

Chap IV : Morphinomimétiques et antagonistes Toxicologie médicamenteuse Poly p 120-130 Feat Sovietik Chap IV : Morphinomimétiques et antagonistes I. Généralités Ce sont des médicaments qui ressemblent à la morphine. C est l alcaloïde le plus abondant

Plus en détail

Les antalgiques. IFSI 1ère année ANGERS 2012

Les antalgiques. IFSI 1ère année ANGERS 2012 Les antalgiques IFSI 1ère année ANGERS 2012 1 Définition de la douleur «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle ou encore à une sensation

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Hôpital BRETONNEAU 21.03.2012 CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE INSUFFISANTE DE LA DOULEUR Pour le malade

Plus en détail

1 sur 5 27/05/2011 15:16

1 sur 5 27/05/2011 15:16 1 sur 5 27/05/2011 15:16 Mis à jour : 29/04/2011 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT CODOTUSSYL TOUX SECHE ENFANTS, sirop 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Pholcodine... 0,085 g Pour 100 ml de sirop.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale.

Toujours évaluer l observance du traitement. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. La mémoire de la douleur peut être plus dommageable que son expérience initiale. Des mécanismes conservés à travers les âges permettent à de brefs stimuli nociceptifs de modifier de manière persistante

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

et Personne âgée Douleur Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr

et Personne âgée Douleur Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr Douleur et Personne âgée Dr Marie-Guy Depuydt mg-depuydt@chru-lille.fr Service de médecine interne et gériatrie Pr Dewailly Hôpital gériatrique les Bateliers Cas clinique : Madame Dubois âgée de 82 ans

Plus en détail

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie Docteur Muriel BLERY-KRISSAT Unité Evaluation et traitement de la douleur. HEGP. Paris TRAITEMENT

Plus en détail

janvier 2010 Dr R. SCHWALD

janvier 2010 Dr R. SCHWALD Prise en charge pluridisciplinaire de la douleur en soins palliatifs de l adulte à domicile Formation Aspan janvier 2010 Dr R. SCHWALD 1. Évaluation de la douleur 2.Traitement de la douleur Sommaire Principes

Plus en détail

Modes d action des médicaments

Modes d action des médicaments Modes d action des médicaments Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut

Plus en détail

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT

DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT DU de MEDECINE PALIATIVE ET D ACCOMPAGNEMENT Traitements antalgiques médicamenteux Grands principes d utilisation Dr Sophie TOUSSAINT- MARTEL 6 et 7 février 2014 DOULEURS PAR EXCES DE NOCICEPTION La plupart

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Réseau Ville-Hôpital de Cancérologie du Val-de-Marne Ouest Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE Guide pratique PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE INTRODUCTION Ce guide pratique

Plus en détail