Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis"

Transcription

1 Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

2 RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence 276/ habitants 96 % des patients hospitalisés 32 décés (2%)

3

4

5

6

7 Adhésines Adhésion cellules trachéales ciliées Sécrétions toxines Destruction et élimination des cellules ciliées, accumulation mucus, réaction inflammatoire

8

9 Bordetella pertusis et parapertusis Diagnostic direct Recherche de la bactérie dans les échantillons cliniques Culture Immunofluorescence PCR Dosage ac Hly Diagnostic indirect Dosage d agglutinines Anticorps anti toxines par immunoempreinte ou immunoenzymologie Indispensable Résurgence chez le nourrisson non vacciné Existence de formes graves Diagnostic rapide Antibiothérapie adaptée précoce Mesures prophylactiques

10 Devant un tableau typique de quintes de toux (chant du coq) ou une toux prolongée > 8 jours (durée moyenne 50 jours) Toux parfois émétisante Chez l enfant le nourrisson l adulte Devant un tableau atypique chez le nourrisson Apnées Cyanoses Accès hypoxique Existence de cas similaires ou d une toux non fébrile de plus de 8 jours dans l entourage du patient.

11 A réaliser tôt dans la maladie phase catharrhale Recueil des sécrétions rhinopharyngées profondes Par aspiration douce Àl aide d une sonde molle et fine Possible sur «piège à cellules» Acheminement rapide au laboratoire Pas de milieu de transport commercialisé.

12

13 Culture sur milieu de Bordet Gengou au sang Au sang de cheval le plus frais possible (+ chocolat et Mc conkey) Incubation à35 36 en aérobiose, en atmosphère humide Apparition en 3 7 jours de colonies hémolytiques Incubation minimale 7 jours Identification difficile en routine car limitée à Aspect des colonies: 0.2 mm de, luisantes, grisâtre Petit coccobacille à Gram négatif, immobile, asporulés, isolés ou associé en paire (phase I) ou forme longue et filamenteuse après repiquage successifs (phase II et III) Oxydase + Identification confirmée par IF anti B.pertussis ou anti B.parapertussis.

14

15

16

17 Rapide IF directe sur lame Identification par un antisérum spécifique et fluorescent des bactéries présentes dans les sécrétions nasopharyngées Manque de Se Manque de Spécificité Choix de l Ac primordial Technique non recommandée

18 Amplification d une portion du gène codant pour la toxine de pertussis (PCR classique ou en temps réel). Rapide Spécifique de B. pertussis Plus Se que culture Diagnostic possible chez patients vaccinés, sous antibiothérapie préalable, stades tardifs Mais Délicate àréaliser Onéreuse Non remboursée Nécessite un labo spécialisé et le personnel adéquat PCR classique

19

20 Diagnostic microbiologique % de positivité Avantages Inconvénients Culture 34 Isolement Souche Diag de certitude PCR 91 Rapide Sensible Spécifique Longue,peu Se Labo spécialisé Uniquement Labo spécialisé Sérologie 63 Réalisation facile Intérêt /classe Ig Diag rétrospectif

21 Diagnostic rétrospectif Nécessité de 2 sérums prélevés à4 semaines d intervalle (précoce en phase de toux) Méthode la plus couramment utilisée mais performances variables selon technique utilisée Rarement utile chez le nourrisson car Ac souvent tardive et jusqu à 6 mois : présence d Ac maternels Utilisation d un test sérologique rapide Analyse comparative sérum pré partum/sérum précoce de la mère au début maladie nourrisson.

22 Dosages d agglutinines Rapide Remboursé Simple Faible cout Sensible uniquement pour sujets infectés ayant été vaccinés dans l enfance Plus recommandé Dosage immunoenzymatique ou par immunoempreinte Plus sensible et plus spécifiques Utilisation d Ag purifiés PT (B.pertussis) Adénylcyclase hémolysine: AC Hly (B. pertussis et B. parapertussis + B. bronchoseptica) Test immunoempreinte Test immunoenzymatique (ELISA)

23 Infection si: Augmentation (infecté pour la première fois) ou diminution (infectés vaccinés dans l enfance) du taux d AC dans le sérum tardif IgA ou IgG anti PT les plus spécifiques IgA anti PT signe l infection mais dans 30% des cas uniquement IgG anti PT > 125 unités ELISA sur un seul sérum > 3 semaines après début toux et > 1 an (3 ans) vaccination Séroconversion précoce chez la mère

24

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche COQUELUCHE Agent Causal Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche plus rarement parapertussis (5 à 20%): paracoqueluche Bacille

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Coqueluche DCEM3 2011

Coqueluche DCEM3 2011 Coqueluche DCEM3 2011 Vous êtes appelé d urgence au domicile du petit T., nourrisson de 1 mois ½ pour perte de connaissance. L histoire a débuté il y a 10 jours par une toux à recrudescence nocturne, traitée

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ Evaluation de l incidence l de la coqueluche chez l adolescent l de 13 ans et plus et l adulte en médecine m générale g en Ile-de France Enquête Rappel La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict.

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. BORDETELLA Introduction Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. 03 espèces existent : -Bordetella pertussis : ou bacille de Bordet et Gengou

Plus en détail

Coqueluche. Paracoqueluche

Coqueluche. Paracoqueluche CCDM19 : P. Duclos, S. Halperin CCDM18 : P. Duclos 1. Identification Coqueluche Paracoqueluche CIM-9 033.1 ; CIM-10 A37.1 (Croup) Infection bactérienne aigüe du système respiratoire due à Bordetella pertussis.

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE)

BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE) BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS ET A ETE ELABORE PUIS VALIDE PAR DES MEDECINS

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Quelles explorations dans la coqueluche?

Quelles explorations dans la coqueluche? Quelles explorations dans la coqueluche? 1ère Journée de pneumo allergologie pédiatrique de Midi Pyrénées 26 septembre 2013 Dr Karine MORELLE ou définition plus scientifique! La coqueluche, qu'est ce donc??

Plus en détail

Coqueluche (78) J. M. Garnier Janvier 2006

Coqueluche (78) J. M. Garnier Janvier 2006 Coqueluche (78) J. M. Garnier Janvier 2006 Références Broomhall J., Herxheimer A. - Treatment of whooping cough : the facts. Arch Dis Child,. 1984 ; 59 : 185-187. Bass J.W. - Pertussis : Current status

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

-Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient

-Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur et référent :Professeur J.P CARRIERE (carriere.jp@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde

Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde Maladies infectieuses Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde Juillet 2006 Claude Flamand, Alain Manetti et Laurent Filleul Ddass de Gironde Cire Aquitaine Sommaire Abréviations

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Item 78 : COQUELUCHE

Item 78 : COQUELUCHE Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur: Dr Cécile DEBUISSON (debuisson.c@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé C.CLIN Sud-Est Juillet 2009 Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé La découverte d un cas ou plusieurs cas de coqueluche dans un établissement de santé nécessite

Plus en détail

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères

Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères MÉMENTO DEFINITION DU BIOLOGISTE Anticorps anti-nucléaires et anticorps anti-centromères Les anticorps anti-nucléaires (AAN) sont des auto-anticorps réagissant avec divers constituants du noyau cellulaire

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Maladies infectieuses. Mai-juin 2006. Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud

Maladies infectieuses. Mai-juin 2006. Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud Maladies infectieuses Mai-juin 2006 Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud 1.1 Généralités sur la coqueluche 4 1.2 Alerte 5 1.3 Objectifs 6 2.1 Types d enquêtes 7 2.2 Définitions de

Plus en détail

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis CAS Cliniqiue DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis Nourrisson âgé de 2 mois hospitalisé pour dyspnée aigue. Antécédents personnels: Né par C/S,

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

«MENINGITES INSOLITES»

«MENINGITES INSOLITES» «MENINGITES INSOLITES» Deux observations clinico-biologiques Laurent VILLENEUVE Service de Biologie Polyvalente CH AUBAGNE OBSERVATION N 1 Femme 57 ans hospitalisation Urgences CH Aubagne 09/07/2004 pour

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL CHU DE LIEGE Direction Médicale Sites : Sart-Tilman N.-D. des Bruyères Ourthe-Amblève Brull Aywaille Titre : Procédure de prise en charge des membres du personnel du CHU suspects de grippe A H1N1v2009.

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Démarche du diagnostic bactériologique

Démarche du diagnostic bactériologique 1 TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot, C. Branger Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Démarche du diagnostic bactériologique II. COMMENT FAIT-ON LE DIAGNOSTIC D'UNE INFECTION

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy 1 Les virus et Syndromes respiratoires Problématique

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

VERSION : SEPTEMBRE 2014 D i r e c t i o n d e s a n t é p u b l i q u e d e l a M o n t é r é g i e

VERSION : SEPTEMBRE 2014 D i r e c t i o n d e s a n t é p u b l i q u e d e l a M o n t é r é g i e Outils pour la gestion des éclosions de grippe saisonnière VERSION : SEPTEMBRE 2014 D i r e c t i o n d e s a n t é p u b l i q u e d e l a M o n t é r é g i e Table des matières Aide-mémoire Activités

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Bactériologie. Bordetella pertussis, real-time PCR, Whooping cough diagnosis

Bactériologie. Bordetella pertussis, real-time PCR, Whooping cough diagnosis Nadège BOURGEOIS-NICOLAOS*, ** et Florence DOUCET-POPULAIRE *, *** Intérêt de la PCR en temps réel dans le diagnostic biologique de la coqueluche Bactériologie RÉSUMÉ Avec l introduction de la vaccination

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE Juin 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce texte court est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Leishmanioses (Evaluations)

Leishmanioses (Evaluations) Leishmanioses (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/9 : Chez leur hôte vertébré les leishmanies sont présentes sous forme : A - d'amastigotes B - d'épimastigotes C - de promastigotes

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

RENACOQ : SURVEILLANCE DE LA COQUELUCHE A L'HÔPITAL EN 1999 BILAN DE 4 ANNEES DE SURVEILLANCE

RENACOQ : SURVEILLANCE DE LA COQUELUCHE A L'HÔPITAL EN 1999 BILAN DE 4 ANNEES DE SURVEILLANCE Retour au sommaire des BEH de 2001 RENACOQ : SURVEILLANCE DE LA COQUELUCHE A L'HÔPITAL EN 1999 BILAN DE 4 ANNEES DE SURVEILLANCE I.Bonmarin*, C.Six*, E. Laurent, S. Baron*, S. Haeghebaert*, N.Guiso** Et

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

Diagnostic de la leptospirose Révision de la NABM: retour d expérience

Diagnostic de la leptospirose Révision de la NABM: retour d expérience 6ème séminaire des Centres nationaux de référence Diagnostic de la leptospirose Révision de la NABM: retour d expérience Mathieu Picardeau Unité de Biologie des Spirochètes Centre Collaborateur OMS de

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux Activité FISH/CGH et présentation de cas Gaëlle Pérot Institut Bergonié Département de Biopathologie Bordeaux Département

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

HISTOIRE DE LA MALADIE

HISTOIRE DE LA MALADIE OBSERVATION Houaїda 69 jours issue d une grossesse gémellaire née par césarienne à terme PN = 2600 g Pas d antécédents particuliers Vaccination à jour HISTOIRE DE LA MALADIE 1 semaine avant : toux + rhinorrhée

Plus en détail

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012)

POINT SUR LA GALE. (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) POINT SUR LA GALE (basé sur le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique du 9 novembre 2012) Une forte recrudescence de la gale Le HCSP rappelle l augmentation du nombre de cas de gale. L incidence

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE RETRAIT PRÉVENTIF DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE La coqueluche COMITÉ MÉDICAL PROVINCIAL EN SANTÉ AU TRAVAIL DU QUÉBEC Adopté le 26 mars 1998 Guide de pratique élaboré à

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Février 2015 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

DIARRHEES: définition

DIARRHEES: définition DIARRHEES: définition CARACTERISTIQUES Poids Fréquence Consistance Durée > 200 g/j > 3x/j (n: 3x/sem-3x/j) liquides Aiguë: < 7-14 j Chronique: > 2-3 sem DIARRHEES: origines Infection (bactérie, virus,

Plus en détail