Les Marionnettistes. Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Marionnettistes. Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher"

Transcription

1 Les Marionnettistes Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher Emile van der Does de Willebois Emily M. Halter Robert A. Harrison Ji Won Park J.C. Sharman Anstalt NV LLC Inc. SA International Business Company Foundation Company

2 Les Marionnettistes

3

4 Les Marionnettistes Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher Emile van der Does de Willebois Emily M. Halter Robert A. Harrison Ji Won Park J.C. Sharman

5 Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement / Association pour le Développement International ou Banque Mondiale. La Banque Mondiale 1818 H Street NW Washington DC Téléphone : Internet : Tous droits réservés Ce livre résulte du travail effectué par le personnel de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement / La Banque Mondiale, ainsi que par les contributions extērieures. Les interprétations et conclusions exprimées dans ce livre ne reflètent pas nécessairement les vues des directeurs exécutifs de la Banque Mondiale ou des gouvernements qu ils représentent. La Banque Mondiale ne garantit pas l exactitude des données contenues dans cet ouvrage. Les frontières, couleurs, dénominations, ainsi que toutes les autres informations figurant sur les cartes n impliquent de la part de la Banque Mondiale aucun jugement au regard du statut légal de tel ou tel territoire, ou une quelconque reconnaissance ou acceptation de telles frontières. Droits et permissions Le contenu de cette publication fait l objet d un dépôt légal. La copie et / ou la transmission de portions ou de la totalité de ce travail sans permission peut constituer une violation de la loi applicable. La Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement / la Banque Mondiale encourage la diffusion de son travail et accordera généralement la permission de reproduire des portions de cette publication dans des délais brefs. Pour toute permission de photocopier ou de reproduire tout ou partie de cette publication, envoyez une demande écrite accompagnée d informations complètes au Copyright Clearance Center Inc., 222 Rosewood Drive, Danvers, MA 20433, USA ; fax : ; ISBN : eisbn : DOI : / Couverture : 1127 Graphic Design [LIBRARY OF CONGRESS]

6 Table des matières Avant-propos Remerciements Abréviations ix xi xv Résumé 1 Un défi significatif 2 Le très discret bénéficiaire effectif : plaidoyer pour une approche qualitative 4 Le besoin d une stratégie gouvernementale 4 Les avantages offerts par les prestataires de services 6 Pourquoi les prestataires de services devraient être soumis à une obligation de vigilance 6 Permettre l application 7 Les avocats et l invocation de la confidentialité entre avocats et clients 7 Une approche sur deux fronts 8 Pourquoi l obligation de vigilance ne suffit pas 9 Accroître les compétences et les capacités des enquêteurs 10 Les enquêtes transnationales 10 Bâtir un dossier transnational 10 Produire une analyse et une typologie des risques 11 Partie 1. L utilisation abusive des structures juridiques Introduction L objectif de ce rapport Comment utiliser ce rapport 18 Partie 2. Le bénéficiaire effectif Introduction L origine du terme «bénéficiaire effectif» Définir la propriété effective : la théorie L application du concept de bénéficiaire effectif en pratique La perspective du prestataire de services Conclusions et recommandations 33 Partie 3. Où se cache le bénéficiaire effectif? Introduction 37

7 3.2 Les structures juridiques : types et propriétés Conclusions et recommandations 73 Partie 4. Identifier le bénéficiaire effectif Introduction Les registres des sociétés Les prestataires de services aux sociétés et trusts Les institutions financières Conclusions et recommandations 114 Annexe A. Conformité aux recommandations 5, 12, 33 et 34 du Groupe d Action Financière (GAFI) 121 Textes des Recommandations 5 et 12 du GAFI 121 Textes des Recommandations 33 et 34 du GAFI 125 Annexe B. Les cinq projets-composants : méthodologie et exposé des résultats 129 Projet 1. Base de données sur la grande corruption 129 Projet 2. Le Projet Banques et Bénéficiaires Effectifs 133 Projet 3. Le projet Prestataires de Service en sociétés et trusts 149 Projet 4. Le Projet Registres 159 Projet 5. Le Projet Enquêteurs 161 Annexe C. Brève description de quelques structures juridiques 175 Personnes morales 175 Sociétés en nom collectif 175 Sociétés en commandite 177 Sociétés anonymes 178 Limited Liability Company (LLC) 180 Fondations 182 Constructions juridiques 182 Les trusts 183 Annexe D. Grande corruption : 10 exemples de dossiers 189 Exemple 1: Bruce Rappaport et la renégociation de la dette IHI 189 Exemple 2: Charles Warwick Reid 193 Exemple 3: Diepreye Alamieyeseigha 198 Exemple 4: Frederick Chiluba 202 Exemple 5: Jack Abramoff 207 Exemple 6: Joseph Estrada 213 Exemple 7: Les contrats saoudiens et BAE Systems 218 Exemple 8: Pavel Lazarenko 223 Exemple 9: Le scandale de l aéroport international de Piarco 228 Exemple 10: Télécommunications d Haïti 234 Annexe E. Description des structures juridiques de quelques pays choisis 241 vi I Table des matières

8 Glossaire 293 Encarts 2.1 L origine du trust Tentative basique de dissimulation Créer une société écran L utilisation abusive d une société écran L utilisation de sociétés inactives pour dissimuler les détenteurs de comptes bancaires Une publicité typique pour des «sociétés inactives et vieillies» Le blanchiment d argent via une société-façade Créer une société avec des instruments au porteur L utilisation abusive d une société par actions au porteur L utilisation abusive d un trust Dissimuler les produits de la corruption dans une fondation de bienfaisance Obtenir des contrats publics frauduleux via une société en commandite ou en nom collectif Blanchir de l argent via une société unipersonnelle «L enchaînement» des structures juridiques pour dissimuler le bénéficiaire effectif Développer un «flair» pour la complexité inappropriée Mise en place d un système formel de prête-nom pour BCP Consolidated Entreprises (Nevada) Les avantages en termes d opacité au fait d utiliser des prête-noms Trouver les prête-noms : une vue de l intérieur Le contrôle de structures juridiques par un homme de paille L expérience des Etats-Unis Le modèle de Jersey Repérer les dirigeants disqualifiés au Royaume-Uni L index des dirigeants : RAS de Hong Kong, Chine Le partage d informations et les systèmes de communication financière à Singapour Etablir une entité juridique au moyen de plusieurs PSST 95 C.1 L Ansalt au Liechtenstein 183 C.2 La fondation à Panama 184 C.3 Les trusts VISTA des Îles Vierges Britanniques 187 Illustrations 3.1 Exemple d une juridique complexe mais légitime Types d informations collectées par les registres sur les structures juridiques L exercice d équilibre des registres de sociétés Les capacités de recherche étendue offertes publiquement par le registre des sociétés du Dubai International Financial Centre 87 Table des matières I vii

9 4.4 Les capacités de recherche étendue offertes publiquement par l ICRIS Cyber Search Centre dans la RAS de Hong Kong, Chine Types d informations mis en ligne par les registres Exigences de présentation d une pièce d identité lors de la création d une société (pays de l OCDE étudiés) Exigences de présentation d une pièce d identité lors de la création d une société (autres pays) Exigences de présentation d une pièce d identité lors de la création d une société (globalement) 103 A.1 GAFI - Recommandation A.2 GAFI - Recommandation A.3 GAFI - Recommandation A.4 GAFI - Recommandation B.1 Questionnaire: les règles appliquées par les institutions financières concernant le bénéficiaire effectif et leur application 136 B.2 Questionnaire : Projet Enquêteurs 163 C.1 Composition détaillée de l activité économique exercée aux Etats-Unis par type de structure telle que vérifiée par les données iscales de l Internal Revenue Service 176 Tables 3.1 Deux exemples dans lesquels l enregistrement des sociétés dirigeantes est appréhendé par le droit Exemples où les prête-noms sont envisagés par la loi 69 B.1 Base de données des dossiers de grande corruption : exposé des dossiers 132 B.2 Base de données des dossiers de grande corruption : structures juridiques 133 B.3 Base de données des dossiers de grande corruption : statistiques-clés 134 B.4 Résultats complets du premier audit 154 B.5 Résultats complets du second audit (réponses non-conformes en italique) 157 B.6 Résultats combinés 158 E.1 Sociétés 242 E.2 Sociétés exemptes / International Business Companies 257 E.3 Limited Liability Companies 264 E.4 Sociétés en nom collectif (partnerships) 270 E.5 Sociétés en commandite (limited partnerships) 272 E.6 Trusts 276 E.7 Fondations 287 viii I Table des matières

10 Avant-propos On estime que la corruption représente un montant d au moins 40 milliards de dollars (USD) par an. Chaque jour, de l argent destiné aux écoles, à la santé et aux infrastructures dans les économies les plus fragiles du monde, est siphonné et caché dans les centres financiers mondiaux et les paradis fiscaux. La corruption, à la manière d une maladie, ronge les bases mêmes de la confiance des populations dans leurs gouvernements. Elle mine la stabilité et la sécurité des nations. Elle constitue donc un défi au développement à plus d un titre : elle affecte directement l aide au développement, mais elle affecte également les conditions préalables à la croissance et à plus d équité. Il nous faut donc une mobilisation au plus haut niveau pour combattre efficacement la corruption. Ce rapport, Les Marionnettistes, traite des entreprises et des structures financières qui constituent la colonne vertébrale des circuits de l argent sale. En particulier, il se concentre sur la facilité avec laquelle les individus corrompus dissimulent leurs intérêts derrière un «voile juridique» et sur les difficultés que rencontrent les enquêteurs qui s efforcent de lever ce voile. Ce rapport nous rappelle aussi combien le recouvrement des produits de la corruption constitue une responsabilité collective qui implique à la fois la participation du secteur public et du secteur privé. Police et justice ne peuvent traquer les avoirs volés, les confisquer et les restituer si ces derniers sont dissimulés derrière un voile juridique. Tous les centres financiers et pays développés se sont engagés, via la Convention des Nations Unies contre la Corruption et les standards internationaux contre le blanchiment et financement du terrorisme, à accroître la transparence des entités et autres constructions juridiques. Ce rapport StAR montre combien il nous reste à accomplir pour faire de ces engagements une réalité. Réduire l écart entre les déclarations d intention et ce qu il se passe en pratique a en effet un impact direct sur le recouvrement effectif des avoirs. Comme le montrent les événements récents, ces questions ne sont pas hypothétiques ; elles sont bien réelles. Sous l autorité du président Obasanjo, j avais initié les efforts

11 entrepris par le Nigéria pour le recouvrement d avoirs volés. Je sais par expérience que les agents publics corrompus dissimulent leurs avoirs derrière des trusts et des sociétés à l apparence neutre. A cet égard, ce rapport est fermement ancré dans la réalité. Il se base sur des recherches documentées, sur l examen de registres commerciaux, l audition de banquiers, d enquêteurs et d autres experts qui affrontent ces questions au quotidien dans le cadre de leur travail, et sur un exercice de simulation entrepris auprès des prestataires de services financiers appropriés conduit dans de nombreux pays. Cette étude met en évidence les faiblesses d un système qui laisse ces structures juridiques à la portée d eventuels manipulations et abus. Cette étude fournit une série de recommandations pratiques et mesurées sur la meilleure manière de surmonter ces faiblesses. Au moment où la communauté internationale accroît ses efforts contre la corruption et met l accent sur le besoin de plus de transparence financière, ce rapport arrive à point nommé. J espère que les décideurs, les praticiens et la société civile sauront tirer le meilleur parti de ces analyses. Les révoltes survenues en Afrique du Nord nous rappellent que l intégrité est une condition nécessaire de la légitimité. Le fait que de nombreuses places financières aient immédiatement commencé à travailler sur le rapatriement des avoirs prétendument volés par d anciens dirigeants montre à quel point les avoirs volés sont devenus à la fois un symbole des abus commis et un point de ralliement pour tous ceux qui, dans la communauté internationale comme dans les rues, en appellent à plus de justice. Travaillons ensemble pour répondre à ces appels. Dr. Ngozi Okonjo-Iwaela, Ministre coordinateur de l économie et ministre des finances, Nigéria, Ancien Directeur Général de la Banque Mondiale. x I Avant-propos

12 Remerciements Cette étude n aurait pas été possible sans la participation, les conseils et les contributions de nombreux individus, administrations et organisations partout dans le monde qui ont offert généreusement leur expertise et leur temps. Ce rapport a été rédigé par Emile van der Does de Willebois (chef de projet, Financial Market Integrity/Transparency and Accountability, Banque Mondiale), le Professeur J. C. Sharman (Griffiths University, Australie), Emily M. Halter (consultant projet), Robert A. Harrison (consultant projet), et Ji Won Park (consultant projet). L équipe souhaite tout particulièrement remercier Jean Pesme (Coordinateur, Stolen Asset Recovery [StAR] Initiative, et Directeur, Financial Market Intergrity/Transparency and Accountability, Banque Mondiale) et Adrian Fozzard (ancien coordinateur, StAR Initiative) pour leur soutien continu et leurs conseils sur ce projet. Nous souhaitons également remercier grandement Larissa A. Gray (Senior Financial Sector Specialist, Financial Market Integrity/Transparency and Accountability) pour ses efforts immenses, ses conseils et corrections et pour nous avoir aidé à mener ce travail à son terme. L équipe a tiré grand bénéfice du processus de peer review, codirigé par Jean Pesme et Adrian Fozzard. Les relecteurs et correcteurs incluent Elise J. Bean (Staff Director and Chief Counsel, U.S. Senate Permanent Subcommittee on Investigations), Frank Anthony Fariello (département juridique, Banque Mondiale), Agustin Flah (département juridique, Banque Mondiale), Yves Klein (Associé, Monfrini Crettol & Partners), Andrei Mikhnev (Doing Business, Banque Mondiale), Robert Palmer (Global Witness, Royaume-Uni), Colin Powell (ancien directeur, Jersey Financial Services Commission), Chip Poncy (Directeur, Office of Strategic Policy for Terrorist Financing and Financial Crimes, U.S. Department of the Treasury), Ric Power (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime), et Simon Whitfield (Anti-Corruption Team, United Kingdom Department for International Development). Nous aimerions également remercier les individus suivants (ainsi que d autres qui ont préféré demeurer anonymes) pour avoir partagé avec nous leurs connaissances, expériences et idées. Ces individus viennent de milieux divers, et incluent des officiers de police, des procureurs, des agents de conformité d institutions financières, des enquêteurs privés et des avocats, ainsi que des chercheurs (à noter : l affiliation de ces indivi-

13 dus à un pays ne signifie pas que leur participation reflète nécessairement les vues et positions dudit pays). Pour le Registry Project, Dobromir Christow, Andrei Mikhnev, et Laura Pop ; ainsi que Lanston Connor et le Registar of Companies of Anguilla ; Kim Holmes et l Australian Securities and Investments Commission ; Gian C. Gandhi et le Belize Companies and Corporate Affairs Registry ; Cindy Jefferson-Bulgin et le General Registry of the Cayman Islands ; Christos Nicolaou et le Department of Registrar of Companies et Official Receiver of Cyprus ; Rick Geisenberger et le Delaware Department of State Division of Corporations ; Natella Safar Ali et le Registrar of Companies of the Dubai International Financial Centre ; Karon Beyer et le Florida Department of State Division of Corporations ; Jennifer C. Wiley et la Companies House of Gibraltar ; Helen Proudlove-Gains et le Guernsey Registry ; Ivy Poon et le Companies Registry of Hong Kong SAR, China ; Andrew Le Brun, Barry Faudemer, Debbie Sebire, et le Jersey Financial Services Commission ; Bernd Hammermann et l Office of Land and Public Registration of Liechtenstein ; Yves Gonner, Helene Massard, et le Register of Commerce and Companies of Luxembourg ; Zoong Chin Tin Loi et le Companies Division of the Ministry of Finance and Economic Development of Mauritius ; Dilkusheen Jayawardene, Amanda Buttigieg, et le Companies and Personal Property Security Branch of the Ministry of Government Services of Ontario ; K. Latha et le Accounting and Corporate Regulatory Authority of Singapore ; Christa Klokow et la Companies and Intellectual Property Commission (anciennement CIPRO) d Afrique du Sud ; Lester Martyr et le Registry of International Business Companies Pinnacle of St. Lucia ; Karen Jackson et l International Financial Services Authority of St. Vincent and the Grenadines ; Adrian Tagmann, le Federal Office of Justice, et les commercial registers de Suisse ; John James et la Financial Services Commission of Turks and Caicos Islands ; et Gail Richards et la Companies House of the United Kingdom ; et Rachelle Boyle (Organisation pour la Coopération Economique et le Développement). Pour le Bankers Project, Gemma Aiolfi (Suisse), Todd Bancroft (Hong Kong RAS, Chine), Brian Conway (Jersey), Jean-Marc Futterknecht (Suisse), Shamsuddin Ali Hussin (Malaisie), Oliver Jost (Allemagne), Keen Yew Kwan (Malaisie), Vincent Li (Hong Kong RAS, Chine), Frank Meister (Etats-Unis), Amanda Parmenter (Royaume-Uni), Paul Shevlin (Jersey), Katy Smith (Australie), Vikas Tandon (Inde), et Susan Wright (Royaume-Uni). Pour l Investigators Project, Emmanuel Akomaye (Nigéria), Victor Charles Banda (Malawi), Maurice Barrett (Jamaïque), Robert Broekhuijsen (Pays-Bas), Ruben Carranza (Philippines), Nikoloz Chinkorashvili (Georgie), Greg Christie (Jamaïque), Martin Comley (Royaume-Uni), Edward H. Davis, Jr. (Etats-Unis), Yara Esquivel (Integrity Vice Presidency, Banque Mondiale), Andre Luis Felicio (Brésil), Financial Intelligence Office de la RAS de Macau, Chine, Leonardo Costa Franco (Uruguay), Robin Gazawi (Etats-Unis), Anibal Gutierrez (International Commission against Impunity in Guatemala), Gene Hann (Canada), Tom Hansen (Canada), Latoya Harris (Jamaïque), Edward Hosea (Tanzanie), Guillermo Jorge (Argentine), Adam S. Kaufmann (Etats-Unis), Mar- xii I Remerciements

14 tin S. Kenney (Iles Vierges Britanniques), Bernd H. Klose (Allemagne), Arnoldo B. Lacayo (Etats-Unis), Douglas A. Leff (Etats-Unis), Robert Lindquist (Canada, Etats- Unis), Silvio Antonio Marques (Brésil), Peter D. Maynard (Bahamas), Keith McCarthy (Royaume-Uni), Deborah Morrisey (Etats-Unis), D. C. Page (Etats-Unis), Abdul Razak bin Hamzah (Malaisie), Juan G. Ronderos (anciennement Integrity Vice Presidency, Banque Mondiale ; actuellement, Inter-American Development Bank), Wellington Cabral Saraiva (Brésil), Jean-Bernard Schmid (Suisse), Maria Schnebli (Suisse), Galvin Shiu (Hong Kong RAS, Chine), Craig Sorrie (Canada), Arnold Tenusaar (Estonie), Richard Weber (Etats-Unis), Joseph J. Wielebinski (Etats-Unis), et Gary Wilson (Iles Vierges Britanniques). Richard Chalmers (The Financial Services Authority, Royaume-Uni), le Professeur Rose-Marie Belle Antoine (la Barbade), et le Professeur Richard K. Gordon (Etats- Unis) ont également fourni une aide précieuse. La World Bank Law Library et la U.S. Law Library of Congress ont fourni une assistance inestimable en matière de recherche et un large soutien à la compilation de documents légaux provenant de toute la planète. Nous remercions tout particulièrement Allison Battiste, Jan van Koningsveld, Frederick Lah, Nicolas G. Troncoso, et Matteo Vaccani, qui ont travaillé sur l étude lors de sa phase initiale, ainsi que Thelma Ayamel, Michael Geller, Maria Orellano, et Miguel Nicolas de la Riva pour leur soutien administratif au projet, et Marianne Mathias et Sarah Jais pour leurs relectures attentives de la traduction française de l ouvrage. Remerciements I xiii

15

16 Abréviations AB BE CAC CDC CDD CFATF CFO CFT CJE CRF EJ EPNFD FARA FCPA GAFI IBC IC IRS ITA LLC LP LLP NIE OCDE PEP PSST SJ TIEA UNCAC UNODC VISTA Anti-blanchiment Bénéficiaire effectif Comité d acceptation client Connaissance du Client Customer Due Diligence Caribbean Financial Action Task Force Centre Financier Offshore Combattre le financement du terrorisme Cour de Justice Européenne Cellule de Renseignement Financier Entraide judiciaire Entreprises et professions non-financières désignées Foreign Agents Registration Act Foreign Corrupt Practices Act Groupe d Action Financière sur le blanchiment d argent International Business Corporation Introducer Certificate Internal Revenue Service (Etats-Unis) International Trust Act Limited Liability Company Limited Partnership Limited Liability Partnership Numéro d identification employeur Organisation de Coopération et de Développement Economique Personne Politiquement Exposée Prestataire de Services aux Sociétés et aux Trusts Structure juridique Tax Information Exchange Act United Nations Convention Against Corruption (Convention des Nations Unies contre la Corruption) United Nations Office on Drugs and Crime (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime) British Virgin Islands Special Trust Act

17

18 Résumé En 2002, le gouvernement du Kenya lança un appel d offre portant sur le remplacement de son système d impression des passeports. Malgré la réception d une proposition d un montant de 6 millions d euros (EUR) émanant d une société française, le gouvernement kenyan signa un contrat d un montant cinq fois supérieur (31.89 millions d euros (EUR)) avec Anglo- Leasing and Finance Ltd, une société écran britannique inconnue dont l adresse d enregistrement était une boîte postale à Liverpool. La décision du gouvernement kenyan fut prise malgré le fait qu Anglo-Leasing proposait de soustraiter la fabrication à la société française. Des documents révélés à la presse par des déclencheurs d alerte («whistleblowers» en anglais) suggèrent que des politiciens corrompus de haut rang comptaient empocher l excès d argent provenant du contrat. Les tentatives d enquêter sur ces allégations furent cependant contrariées lorsqu il se révéla impossible de déterminer qui contrôlait effectivement Anglo-Leasing. En Mars 2010, Daimler AG et trois de ses filiales mirent un terme à une procédure liée à une enquête américaine s appuyant sur le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA). La filiale russe de Daimler AG, DaimlerChrysler Automotive Russia SAO (DCAR), désormais connue sous le nom de Mercedes-Benz Russia SAO, a plaidé coupable pour le chef d association de malfaiteurs visant à corrompre des agents publics étrangers ainsi que pour le chef de corruption d agents publics étrangers. L exposé des faits tel qu admis par Daimler dans le cadre de l accord de poursuite différé dans le dossier US v. Daimler AG soulignait que «DCAR et DAIMLER [avaient] versé plus de 3 millions d euros (EUR) (USD ] en paiements frauduleux à des agents publics employés par leur client, le gouvernement russe, à des personnes désignées par eux ou à des sociétés écrans tierces qui ne fournissaient aucun service légitime à DAIMLER ou DCAR, dans l idée que ces paiements seraient reversés pour partie ou en totalité à des agents gouvernementaux russes». L exposé des faits détaille 25 séries de paiements frauduleux impliquant (en plus de versements en liquide) des virements vers des comptes bancaires situés en Lettonie, en Suisse, aux Etats-Unis, ainsi que dans des pays nonmentionnés ; les comptes étaient détenus par certaines des 27 sociétés impliquées (dont 16 sont nommées et 11 ne le sont pas) enregistrées ou disposant d adresses dans 7 pays différents : les Bahamas ; le Costa Rica ; Chypre ; l Irlande ; les Seychelles ; le Royaume-Uni ; et aux Etats-Unis, dans les Etats de Californie, du Delaware et de Floride.

19 Un défi significatif Les scandales Anglo-Leasing et Daimler AG décrits plus haut illustrent de façon frappante le rôle central joué par les structures juridiques (sociétés, trusts, fondations et autres) dans la dissimulation des abus de confiance opérés à des fins de profit financier privé. Dans aucun des deux dossiers un individu ou une société n a été condamné pour une infraction de corruption, ce malgré les millions voire même les milliards de dollars de versements illicites supposément effectués. Les recherches menées dans le cadre de ce rapport montrent que ces dossiers de «grande corruption» (c est-à-dire de corruption à grande échelle) ne sont pas rares. Ils peuvent se rencontrer partout dans le monde, tant dans les pays industrialisés que dans ceux en développement, et ce que le pays en question ait été le lieu où ont été générés les produits de la corruption ou qu il n ait constitué que l endroit où ces derniers ont fini par être dissimulés. Une analyse de près de 150 dossiers de ce type, menée dans le cadre de cette étude, a montré qu ils partageaient un certain nombre de caractéristiques communes. Dans la vaste majorité des cas : Une structure juridique est utilisée abusivement pour dissimuler le circuit de l argent ; La structure juridique en question est une société ou une entreprise; Les produits et instruments de la corruption sont constitués par des fonds déposés sur un compte bancaire ; et Dans les cas ou les informations relatives au détenteur sont disponibles, la structure juridique en question a été constituée ou gérée par un intermédiaire professionnel. Ce rapport met en lumière la manière dont les structures juridiques sont utilisées abusivement afin de dissimuler les produits de la grande corruption. Il décrit comment les prestataires de services juridiques, financiers et administratifs (gestion) dont des banques, des institutions financières, des avocats, des comptables et d autres professionnels connus comme prestataires de services aux sociétés et trusts (PSST) peuvent être employés pour faciliter de tels systèmes. Bien que ce rapport se concentre essentiellement sur l utilisation de sociétés écrans et sur l abus de l opacité sociale dans le but de dissimuler la corruption, les faiblesses qu il souligne ne sont pas spécifiquement liées à la corruption. Il existe en effet des preuves d utilisation similaire d entités légales, de constructions juridiques ainsi que d organisations de bienfaisance dans le contexte d autres comportements criminels et illicites, comme le contournement de sanctions internationales et le financement d organisations terroristes. 1 Les Marionnettistes vise à soutenir les efforts des pays qui œuvrent à satisfaire aux standards internationaux qui furent mis en place ces dernières années pour aider à combattre la criminalité financière, y compris la grande corruption, le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. Les deux accords-clé, à cet égard, sont la Convention 1. Voir également la recommandation spéciale VIII du GAFI. 2 I Les Marionnettistes

20 des Nations Unies contre la Corruption (UNCAC), adoptée en 2003 et ratifiée par 100 pays (à la date d octobre 2011), et les Recommandations du Groupe d Action Financière (GAFI) de 2003, mises en œuvre par plus de 170 pays. Comme le soulignent ces deux documents, il existe un consensus international sur le besoin d accroître la transparence des personnes morales et des constructions juridiques, et de nombreux pays ont déjà pris des mesures allant dans cette direction. Il existe cependant encore des obstacles significatifs à la mise en oeuvre de ces standards. Pour soutenir les pays qui s efforcent de surmonter ces obstacles, le rapport formule des recommandations sur la manière de garantir une transparence adéquate des structures juridiques. Les discussions théoriques sur la transparence dans le cadre de la propriété et du contrôle des sociétés, des constructions juridiques et des fondations ne manquent pas. Ayant choisi d adopter une approche plus pratique, ce rapport s appuie sur un ensemble de faits nombreux et documentés afin de démontrer : Où réside le défi posé par le recours abusif aux structures juridiques ; Quelles lois et quels standards sont efficaces en pratique, et lesquels ne le sont pas ; et Comment les failles, qui permettent aujourd hui à la plupart des agents publics corrompus de blanchir avec succès leurs fonds illicites via des structures juridiques, peuvent être comblées. Trois types d éléments factuels ont été réunis dans le cadre de ces recherches : Une base de données contenant plus de 150 dossiers réels de grande corruption provenant d un grand nombre de pays ; Des entretiens détaillés avec des professionnels (aussi bien des prestataires de service que des enquêteurs) portant sur les difficultés que ces derniers rencontrent lorsqu ils s efforcent d identifier les bénéficiaires effectifs ; et Les éléments réunis au cours d exercices de sollicitation (testing), au cours desquels des chercheurs se sont fait passer pour des clients potentiels désireux de dissimuler leurs activités financières derrière des sociétés écrans ou des trusts. Au travers de l analyse de ces différentes sources d information, le rapport a identifié un certain nombre de moyens par lesquels le recours abusif aux structures juridiques peut être combattu. En particulier, le rapport : Formule des recommandations sur les informations minimales que devraient collecter et rendre publiques les registres commerciaux concernant les bénéficiaires légaux et effectifs des entités candidates à l enregistrement ; Explore le rôle que les prestataires de service devraient jouer dans une meilleure application de l obligation de vigilance eu égard aux personnes qui exercent le contrôle effectif de structures juridiques (c est-à-dire les bénéficiaires effectifs) ; et Résumé I 3

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

ACCOPLUS. Preséntation de la Société

ACCOPLUS. Preséntation de la Société ACCOPLUS Preséntation de la Société 2 0 1 4 ACCOPLUS LIMITED Notre cabinet est spécialisé dans les services aux petites et moyennes entreprises, aux propriétaires d entreprises et familles possédantes

Plus en détail

Les Marionnettistes. Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher

Les Marionnettistes. Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher 65126 Les Marionnettistes Comment dissimuler les biens mal acquis derrière des structures juridiques, et que faire pour l empêcher Emile van der Does de Willebois Emily M. Halter Robert A. Harrison Ji

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Les Iles Vierges Britanniques (BVI):

Les Iles Vierges Britanniques (BVI): Les Iles Vierges Britanniques (BVI): Les International Business Companies (IBC) sont des sociétés offshore instituées dans les îles Vierges Britanniques (BVI), en vertu de l'international Business Companies

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.2/2014/1 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 11 juin 2014 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE Article 1: Cadre normatif Le présent Manuel contient les dispositions appliquées

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Résultats globaux Niveaux d'efficacité : Élevé : 0 Significatif : 4 Modéré : 7 Faible : 0 Niveaux de conformité : Conforme

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Les Seychelles: Sociétés offshore aux Seychelles:

Les Seychelles: Sociétés offshore aux Seychelles: Les Seychelles: Les International Business offshore Companies des Seychelles constituent des alternatives valables aux sociétés offshore de juridictions réputées telles que les Iles Vierges Britanniques

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

La Cotation Banque de France Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La Cotation Banque de France Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La Cotation Banque de France Novembre 2013 La Cotation Banque de France 2 Objectifs de la Banque de France Définition de la Cotation Banque de France Les sources d informations pour l attribution de la

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

POLITIQUE MONDIALE DE LUTTE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE MONDIALE DE LUTTE ANTI-CORRUPTION INTRODUCTION Chez Capital Safety, nous agissons toujours avec intégrité. Nous agissons de façon éthique et légale à tous les niveaux et dans tous les pays où nous sommes implantés, sans exception. Nos

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA BANK AUDI SAM RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Jersey Financial Services Commission John Harris

Jersey Financial Services Commission John Harris Jersey Financial Services Commission John Harris Introduction Ordre du jour John Harris Le Director Général Europe depuis la crise financière Jersey depuis la crise financière Transparence et co-opération

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Demande d ouverture d un Rabo Business Account pour une société ou ASBL.

Demande d ouverture d un Rabo Business Account pour une société ou ASBL. Demande d ouverture d un abo Business Account pour une société ou ASBL. 1. Identification de la société: Dénomination sociale : ]]]] Forme juridique: ]]]] dénomination commerciale : ]]]] Activité : ]]]]

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

CREATION DE SOCIETE HONG KONG

CREATION DE SOCIETE HONG KONG CREATION DE SOCIETE HONG KONG 2 Création de société Hong Kong Ce document est principalement destiné à tous les futurs créateurs de société à Hong Kong. Il vous donnera les premiers éléments utiles pour

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

Your Trusted Wealth Manager

Your Trusted Wealth Manager Your Trusted Wealth Manager QUI NOUS SOMMES TURQUOISE CAPITAL MANAGEMENT LTD ( TURQUOISE ) agit dans le cadre d un agrément octroyé par la FSC en tant que Conseiller en Placements (Sans Restriction) plus

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 SÉCURITÉ DES INFORMATIONS DANS LE CADRE DE L EXÉCUTION DE CONTRATS CONCLUS AVEC DES TIERCES PARTIES En application de la directive de la Présidence

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Protection des données personnelles de candidat Alstom

Protection des données personnelles de candidat Alstom Protection des données personnelles de candidat Alstom Contents Section 1 L engagement d Alstom envers la protection des données personnelles... 1 Section 2 Definitions:... 1 Section 3 Données personnelles...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 OBLIGATIONS D INSCRIPTION 3. Auditeur

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site Politique générale Vippass de Protection de la Vie privée et des données personnelles sur Internet Vippass respecte votre droit à la vie privée. Le présent documentent vise à identifier quels types de

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Le 2 mars 2015. «Paul Duffy» Paul Duffy Président du comité d examen indépendant

Le 2 mars 2015. «Paul Duffy» Paul Duffy Président du comité d examen indépendant Le 2 mars 2015 Madame, Monsieur, Au nom des membres du comité d examen indépendant (le «CEI») du Groupe de Fonds Barometer (les «Fonds»), j ai le plaisir de vous présenter le rapport annuel du CEI à l

Plus en détail