Paiement Electronique :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paiement Electronique :"

Transcription

1

2

3 Mensuel - mars N 23 Marketing Les enjeux du développement du secteur bancaire et le rôle du marketing Contrairement aux autres secteurs reliés à l économie d un pays, la banque constitue un secteur particulier voire stratégique. Son embellie est perçue comme révélatrice d un développement certain de ce pays. Lire p. 19 L essenti e l Laser Opcvm, comment être attractif? Pour intéresser un maximum de clients, les sociétés de gestion ont développé des gammes de fonds de plus en plus larges correspondants aux différents niveaux de risques et horizons de placement souhaités par les clients. Lire p.9 Huile de palme, le dénigrement passe mal L AIPH a gagné son procès contre le groupe système U. La publicité considérée comme mensongère de cette dernière a été interdite de diffusion. Une sanction assortie d une astreinte de euros par infraction constatée. Lire p.6 Banques le succès de UBA repose sur les solutions innovantes Le Directeur général de UBA CI après le sacre de son groupe a bien voulu se prêter à nos questions. Dans cette interview, M. Franklin EREBOR relève les sécrets du succès de sa banque. Lire p.7 dossier Paiement Electronique : opérateurs mobiles & banquiers au coude à coude Le marché du transfert d argent, au départ, exclusivement détenu par le secteur financier et bancaire est aujourd hui concurrencé par la téléphonie mobile. Cette dernière est en passe de devenir un sérieux concurrent pour les opérateurs mobiles. Lire p. 10 assurances Oxford Business Group analyse les facteurs de la croissance du secteur En dépit des bouleversements engendrés par les dernières élections présidentielles, le marché ivoirien de l assurance a enregistré une croissance annuelle de 40 % en moyenne au cours des cinq dernières années, due en grande partie aux partenariats bancaires, aux ventes de voitures neuves et aux politiques fiscales. Lire p.5 EXEMPLAIRE GRATUIT

4 REJOIGNEZ-NOUS! 50 ans d expérience 66 agences 79 distributeurs clients Plus de collaborateurs... Société Générale de Banques en Côte d'ivoire S.A, Siège Social à Abidjan, Plateau 5 et 7 Avenue J.Anoma - Yéri 20 w.societegenerale.ci ww

5 CÔTE D IVOIRE ÉCONOMIE - N 23 - MARS EDITO Mars 2013, déjà un trimestre! Le temps coule, le compteur remis à zéro repart de plus belle. Pour notre pays, c est une nouvelle page qui s écrit en lettre mais aussi en chiffres au rythme des chantiers de développement : troisième pont, autoroute de Bassam, renforcement du système d adduction d eau potable à partir de la ville de Bonoua, barrage de Soubré «Le pays est en chantier». Les investissements ne se font pas seulement dans les infrastructures économiques. Dans le secteur des banques et du transfert d argent, la Côte d Ivoire enregistre de nouvelles enseignes ; les anciennes consolidant leurs positions avec, à la clé, une grande percée dans les techniques de l information et de la communication (T.I.C.). Sommaire Les T.I.C. ont ce fascinant pouvoir de faire reculer les barrières, et faire tomber les cloisons de sorte à favoriser l interpénétration des secteurs, voire des métiers. Il est de plus en plus fréquent de voir une banque offrant des services de transfert d argent ou un opérateur mobile proposant des services d e-money, d e-paiement Une indéniable REVOLU- TION qui allie efficacité et gain de temps. Une fois n est pas coutume, l Afrique et particulièrement la Côte d Ivoire n est pas en reste avec les solutions innovantes des opérateurs du secteur. Mais rien est encore joué et le chemin de la technologie réserve encore bien de surprises. La prochaine pourrait venir du secteur des transports terrestre et aérien. LA REDACTION Laser 20 Pourquoi et comment faire une levée de fonds? p. 4 Au coeur du marché p. 5 Procès AIPH contre le groupe Système U p. 6 Brèves d'ici... p. 8 Les différents types d'opcvm p. 9 Dossier Transfert électronique Téléphonie mobile: (assurance, monétique, transfert...) la grande ménace p. 10 Banques / Assurances : chronique d'une fusion généralisée p. 11 Secteur bancaire en Afrique de l Ouest : le Nigeria, la locomotive p. 12 Téléphonie Mobile - Côte d Ivoire: les nouveaux défis p. 15 Management Interview : Charles DABOIKO, Directeur Général de ECOBANK CI p. 18 Marketing Le rôle du marketing dans le système financier p. 19 Enquête 3è pont, opportunités d'emplois pour la jeunesse Conso Options de migration du "cloud" vers l'androïd p. 20 p. 21 REDACTION Directeur de la rédaction : Jean-Pierre Pont Coordinateur de rédaction : Ibrahim Ouattara Secrétaire général de la rédaction : Didier Bras Secrétaire de rédaction : Jean-Claude Acké Directeur artistique : Anderson LAKO Ont participé à ce numéro : Jean-Claude Acké, Jean-Jacques Amond, Lassina Keita, Jean-Emile Sosoo, Germain Tanoh, Prisca Kouassi Armelle Kouakou. Pour nous contacter : GESTION ET ADMINISTRATION Directeur de Publication et d'exploitation : Ibrahim Ouattara Administration et marketing : Armelle Kouakou Coordination commerciale : Prisca Kouassi Contacts commerciaux : INFORMATIONS LEGALES Côte d Ivoire Economie, S.A. au capital de FCFA. - PCA : Jean-Pierre Pont - Siège social : Cocody cité des Arts - Abidjan. Site Internet : - RCCM n CI-ABJ B-1358 du 25 février Récépissé du procureur de la République 12D du 22/03/ Dépôt légal éditeur n 9162 du 25/03/2010. Agrément CSP n ER-291/CSP Impression : HOODA GRAPHICS : Cocody Danga - face cité BAD, 11 BP 1140 Abidjan 11, Côte d'ivoire. Tirage : exemplaires.

6 4 CÔTE D IVOIRE ÉCONOMIE - N 23 - MARS 2013 Laser Pourquoi et comment faire une levée de fonds? Peut-on intéresser des investisseurs quand on est une petite entreprise ou un entrepreneur local? Une levée de fonds, pour quoi faire et auprès de qui? Au prix de quels sacrifices? Qu il s agisse de développer une idée ou un prototype, de lancer une nouvelle activité, d envisager une croissance externe, de se développer à l international, les PME et les entrepreneurs locaux ont rarement la capacité de s autofinancer. Ainsi, pour assurer le financement de leurs besoins de démarrage et de développement, les PME et les entrepreneurs locaux qui sont porteurs de projet, doivent envisager de recourir à une levée de fonds. Cependant, ce n est pas le métier de leur banque de tous les jours. Ils doivent donc se tourner vers le secteur du capital investissement pour trouver ces moyens financiers qui leur sont nécessaires. C est un long chemin qui commence, mais si l énergie et le professionnalisme sont là, la réussite sera au rendez-vous. Des problèmes de financement L'accès aux ressources financières est identifié dans de nombreuses enquêtes de conjoncture comme un des principaux obstacles à la survie et à la croissance des PME et des entrepreneurs locaux porteurs de projet. Les banques commerciales et les investisseurs traditionnels se montrent réticents à fournir des services financiers aux PME et aux entrepreneurs, parce qu ils estiment en général que leur financement est risqué et incertain, du fait d un pouvoir de marché limité, le manque de compétences en matière de gestion, la forte proportion d'actifs incorporels, l'absence de pièces comptables adéquates et le manque d'avoirs De surcroît, le cycle de l'innovation est un processus complexe qui suit souvent une trajectoire non linéaire, son financement requiert une série d'injections de capitaux et à chaque phase du cycle de croissance correspondent des besoins différents qui doivent être financés de manière adéquate. Le capital investissement Définition. Le capital investissement consiste en une prise de participation en capital dans des entreprises généralement non cotées afin de leur procurer des financements que les fondateurs, actionnaires, porteurs de parts ne peuvent fournir. Le capital investisseur est, la plupart du temps, un intermédiaire entre les institutions financières et l entreprise. L attente d une forte rentabilité L objectif du capital investissement est d obtenir une rentabilité supérieure à celle des placements sans risques. Et plus l investissement est risqué, plus la rentabilité attendue est élevée. pour une durée limitée. Car c est la plupart du temps au moment du désinvestissement que se constate l essentiel de la rentabilité espérée. Les acteurs de la levée de fonds Les différentes formes du capital investissement correspondent aux différentes étapes du développement de l entreprise : La Love Money. Les premiers apports de fonds pour financer le projet de l entrepreneur proviennent souvent de la famille et des amis. D où leur nom Les Business Angels. Il s agit de personnes privées investissant leur fortune personnelle dans un projet industriel ou commercial et leur investissement varie de FCFA à 500 millions FCFA. Les incubateurs privés. L incubateur privé prend une partie du capital en contrepartie d un environnement matériel (locaux, équipement informatique, secrétariat,..) et de très nombreux services (Assistance juridique, recherche de financements,..). Ils assurent, entre le Business Angel et le Capital Investissement, une continuité de la chaîne de financement. Les Fonds de Capital Investissement. Ils sont le plus souvent organisés en deux structures : D un côté, le fonds ou véhicule d investissement, de l autre une société de gestion composée de managers, appelées Société de Gestion de Patrimoine (SGP) et Société de Gestion d OPCVM (SGO). Ces principaux intervenants sont agréés par les autorités des marchés financiers. L introduction en Bourse Une introduction en Bourse peut être une alternative au recours à un capital investisseur pour lever des fonds. Dans la réalité, il s agit souvent de deux opérations complémentaires qui se succéderont dans le temps. A qui s adresser? Nous distinguerons schématiquement 3 stades : La start up qui devra privilégier le critère de la proximité, celle-ci pouvant être Géographique, Relationnelle ou Professionnelle. La cible sera l épargne de proximité, tels que les business angels. La levée de fonds dans ce cas est inférieure à 500 millions FCFA. La société ayant déjà un début de réussite liée à une innovation. La cible sera le capital investissement. La levée de fonds dans ce cas est comprise entre 500 millions et 2 milliards FCFA. Enfin, La société déjà développée et qui souhaite passer à la vitesse supérieure. La cible sera le capital développement ou le marché boursier. Et comment? Seul ou accompagné? La réussite de la levée de fonds suppose d être bien préparé et bien cibler ceux auxquels on va s adresser, sous peine de s essouffler à frapper aux mauvaises portes. Et comment faire en sorte que le dossier soit regardé? des dizaines de dossiers sont envoyés tous les jours à de nombreux investisseurs, la sélection est donc redoutable. Il est donc souvent préférable de se faire accompagner. Un réseau de business angel en Côte d Ivoire Qu est ce que le Finvest Initié par les Alumni de MDE Business School, Le Finvest est un forum de formation et d affaire, au cours duquel des entrepreneurs ont l occasion de défendre leur projet d entreprise face à des investisseurs privés ayant la volonté de faire fructifier leur patrimoine tout en participant à la promotion de l entreprenariat local. Il a pour but de créer un cadre permanent dans lequel des entrepreneurs sélectionnés, sur la base de business model innovants, ont la possibilité de défendre leur projet d entreprise devant un panel d investisseurs. Le Finvest a pour but également de créer le premier réseau de business angel de Côte d Ivoire. Qu est ce qu un business angel? Le business angel est un investisseur privé en général, un individu ayant investit dans plusieurs projets ou ayant développé avec succès plusieurs entreprises qui intervient soit durant la période d amorçage ou de démarrage d une entreprise, soit, de façon très active, dans des économies où les institutions financières sont réticente à financer les entreprises à long terme et à un coût raisonnable. Le Business Angel investit sur une période qui peut aller de 3 à10 ans, et il apporte à l entrepreneur et au chef de l entreprise, en plus des moyens financiers, ses connaissances, son expérience professionnelle et son réseau de contacts. Il a l esprit d entreprenariat et la capacité d investir dans des projets porteurs. Il peut décider ou non de s impliquer dans le conseil stratégique de l entreprise dans laquelle il investit afin de mieux accompagner l entrepreneur. Le Business Angel attend surtout de rentabiliser son investissement sur la base de la valeur de l entreprise à sa date de sortie. Mory SOUMAHORO, CFS, AAMS, IFP, professeur de Finance, MDE Business School.

7 Laser A u c CÔTE œ u D IVOIRE r d ÉCONOMIE u m - N 22 a r - FÉVRIER c h é2013 Côte d Ivoire : l union fait la force SONATEL SN : Publication d un résultat net de 171,3 milliards FCFA en 2012 La société publie un chiffre d'affaires pour l'exercice 2012, de 663 milliards FCFA en hausse de 4,3% par rapport à l'exercice précédent et un résultat net en 2012 de 171,3 milliards FCFA soit +11% comparativement à la même période en En termes de perspectives, une préservation de ses parts de marché est attendue sur tous leurs marchés malgré une concurrence de plus en plus accrue. La croissance sera soutenue par le développement de la couverture des réseaux, la forte animation du marché autour des offres prépayées mobiles, du haut débit et des services à valeur ajoutée et des investissements maitrisés pour la couverture des réseaux et le lancement de produits innovants favoriseront la poursuite de la croissance du chiffre d affaires. La société annonce une dividende net de FCFA qui sera mis en paiement à compter du 03 Mai Capitalisation : CBC ouvre son capital 5 Malgré quelques années mouvementées pour la Côte d Ivoire dans son ensemble, le secteur des assurances ivoirien a affiché au cours des deux dernières années des chiffres plutôt réguliers, même si le degré de la concurrence est élevé Le marché subit également des pressions sur les revenus de primes liés à la réforme de l Article-13 de la CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d Assurance) qui oblige les clients à régler l intégralité de leurs primes avant d être assurés, créant ainsi un défi notamment pour l assurance automobile. Certes, les recettes des branches vie et non-vie sont passées de 193 milliards de francs CFA (294, 23 millions d euros) en 2010 à 185 milliards de francs CFA (282,03 millions d euros) en 2011 mais, compte tenu de la crise électorale qui a paralysé l économie durant les quatre premiers mois de l année, il est impressionnant que la baisse n ait pas été plus marquée. Au contraire, en dépit des bouleversements engendrés par les dernières élections présidentielles, le marché ivoirien de l assurance a enregistré une croissance annuelle de 40% en moyenne au cours des cinq dernières années, due en grande partie aux partenariats bancaires, aux ventes de voitures neuves et aux politiques fiscales. Ces excellents résultats reflètent également le fort potentiel de croissance du secteur, dans la mesure où le taux de pénétration des produits d assurance auprès de la population ne s élève qu à 1%. La réduction depuis 2006 des impôts sur l assurance maladie, la ré-domiciliation de l assurance sur les transports et les mesures d incitation fiscale sur les indemnités de fin de carrière pour les contrats d assurance vie depuis 2005 ont eu un effet positif sur le secteur. 32 assureurs opèrent actuellement sur le marché, qui est dominé par des capitaux ivoiriens et africains, même si les compagnies européennes Allianz (Allemagne) et Axa (France) détiennent environ 13% et 4% des parts du du marché, selon la publication ivoirienne d'un organe de presse. Le secteur est marqué par une forte concentration et les acteurs les plus importants se partagent le gros des recettes : quatre compagnies d assurances, Colina, la NSIA (Nouvelle Société Interafricaine d Assurance), Allianz et UA-Vie (Union des Assurances de Côte d Ivoire-Vie) réalisent 60% du chiffre d affaires du secteur. Le secteur regorge par conséquent de petites entreprises, avec 21 compagnies qui affichent des recettes annuelles de moins de 6,55 milliards de francs CFA (10 millions d euros), dont 15 qui ont généré des recettes inférieures ou égales à 3,28 milliards de francs CFA (5 millions d euros), toujours selon PME Magazine. La fragmentation du secteur exerce une pression à la baisse sur les marges des entreprises, en proie à une forte concurrence pour attirer et conserver des clients, tandis que les petites compagnies, en particulier dans la branche vie, ont du mal à faire face à des coûts fixes d exploitation élevés. Afin d accroître les ventes, les compagnies d assurance se sont associées au secteur bancaire, espérant tirer profit du réseau de distribution de ce dernier et de son taux de pénétration plus élevé. Le succès dont ont été couronnées ces initiatives s est révélé d autant plus frappant qu il existe d autres canaux de distribution bien implantés, avec environ 100 courtiers, agents et institutions de microfinance à travers le pays. C est la NSIA qui a lancé la tendance en 2006 en faisant l acquisition de BIAO, l une des principales banques du pays. Elle a depuis également établi des partenariats avec Ecobank et la Société Ivoirienne de Banque (SIB). Aussi bien les assureurs que les African Agriculture Fund a pris une part minoritaire dans le producteur d eau minérale ivoirien Continental Beverage Company. Le fonds d investissement African Agriculture Fund (AAF), géré par la société sud-africaine Phatisa, a annoncé le 28 février avoir investi dans Continental Beverage Company (CBC), une société d'embouteillage et de distribution d'eau minérale installée à Abidjan.Pour justifier cette opération, Phatisa met en avant une étude récente de l ONU selon laquelle 75 à 250 millions de personnes consommeraient de l eau non potable en Afrique. «Le besoin en eau potable fait l objet d une réelle demande, en raison d une forte croissance démographique et de l'urbanisation», explique la société. CBC a été créée en 2004 par le Groupe Teylium, conglomérat africain propriété de l homme d affaire Yérim Sow actif en Afrique de l Ouest et du Centre. Teylium opère actuellement dans plusieurs secteurs d'activités en Afrique de l Ouest et Centrale notamment dans la finance, les télécommunications, l'agro-industrie, l immobilier et l'hôtellerie. Le groupe a d ailleurs annoncé le 27 février la construction d un hôtel de Luxe à Douala en partenariat avec la société civile immobilière Faris, de l homme d affaires Lionel Fofé. BRVM / Groupe Ecobank : la bonne cohabitation La Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) et Ecobank transnational incorporated (ETI) le principal groupe panafricain ont organisé le vendredi 15 février dernier une rencontre d information à l Hôtel Ivoire d Abidjan. Cette importante rencontre avait pour objectif de présenter la vision et les actions stratégiques du Groupe Ecobank aux investisseurs et intervenants dans le marché financier de l Uemoa ainsi qu à la presse économique régionale et internationale. La Brvm était représentée par Mrs Aménounvé Kossi et Gabriel Fal respectivement Directeur général et Pca quand Thierry Tanoh représentait Ecobank. banques ont pris plusieurs associés, ce qui a profité à toutes les parties concernées. Le Directeur-Général d UA-Vie, Almany Timité, a déclaré à OBG : «Nous avons multiplié notre chiffre d affaires par deux, passant de 11 milliards de francs CFA (16,77 millions d euros) en 2007 à 22 milliards de francs CFA (33,54 millions d euros) en 2012, essentiellement en mettant davantage l accent sur la bancassurance en partenariat avec des banques panafricaines.» Dans le cadre d une évolution positive qui permettrait de limiter l exportation des primes envers des réassureurs à l étranger, les assureurs ivoiriens devraient bénéficier de plus grandes capacités locales de réassurance. Continental Reinsurance, compagnie nigériane qui figure parmi les leaders sur le marché de la réassurance, prévoit l ouverture de bureaux à Abidjan. Une première incursion dans l union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour le groupe, qui rejoint les autres réassureurs sur le marché ivoirien, notamment la Cica-Re, compagnie d assurance commune de la zone UEMOA, et Avenir-Re. Au-delà des canaux de distribution, de la rétention locale des primes et des incitations fiscales, l avenir des assurances en Côte d Ivoire dépend avant tout de la stabilité politique et de la sécurité du pays. Dans un marché où plus d un tiers des recettes de la branche non-vie provient de l assurance automobile, qui est obligatoire, il n est pas étonnant que la baisse de 4,1% qu accusaient les recettes du secteur en 2011 coïncide avec le ralentissement économique qui a marqué cette année et qui s est accompagné d une chute des ventes de voitures neuves. En attendant, il ne fait pas de doute que le secteur des assurances va poursuivre sa croissance à mesure que la pénétration augmente et que de nouveaux produits sont lancés ; reste à savoir à quel point cette croissance sera marquée. Une contribution de OXFORD BUSINESS GROUP

8 6 CÔTE D IVOIRE ÉCONOMIE - N 23 - MARS 2013 Laser Procès AIPH contre le groupe Système U Le dénigrement de l'huile de palme ne passe pas L AIPH a gagné son procès contre le groupe système U. La publicité considérée comme mensongère de cette dernière a été interdite de diffusion. Une sanction assortie d une astreinte de euros par infraction constatée. Le 21 novembre 2012, la commission des affaires sociales de l Assemblée nationale française a repoussé un amendement dit «Nutella» qui avait été présenté par le Parti socialiste et défendu par le groupe Europe Ecologie. Les Verts, censés augmenter de 300% la taxe sur l huile de palme, c est un combat au sein duquel les producteurs ivoiriens d huile de palme ont pris une large part qui a trouvé son épilogue. Car parallèlement à cette joute législative, le combat s est également joué dans l espace judiciaire. Pour rappel, à l automne dernier, le groupe de distribution français «Magasins U» a lancé une vaste campagne publicitaire dénonçant les conséquences de la culture intense du palmier à huile, détruisant les forêts tropicales, augmentant les gaz à effet de serre et menaçant les espèces protégées. Au-delà de ces raccourcis, cette campagne publicitaire présentait des produits consommables sans huile de palme, sans aspartame, sans sels aluminium, sans bisphénol A, et vendus sous marque distributeur. L enseigne donnait également à voir des frites cuites avec de l huile de tournesol, expliquant les méfaits de l huile de palme. Les producteurs de palmiers à huile, regroupés au sein de l Association interprofessionnelle des producteurs de palmier à huile (AIPH), ont alors décidé de réagir en assignant le groupe Système U devant le tribunal de commerce de Paris. Ce dernier a tranché. L interdiction de diffuser cette publicité, considérée comme mensongère, fut assortie d une astreinte de euros par infraction constatée. L occasion de remettre en perspective les aspects positifs du produit. Cette décision a été évidemment accueillie à sa juste valeur par l ensemble des acteurs de la filière palmier à huile qui venait de remporter une victoire historique sur un grand groupe de la distribution. Se félicitant de ce qu ils ont appelé la victoire de «David sur Goliath», les producteurs de palmier à huile, par la voix de leur président, Monsieur Logossina Kamara, ont rappelé que l huile de palme ne présentait pas de danger particulier sur le plan sanitaire, précisant au demeurant que celle produite en Côte d Ivoire contenait sensiblement moins d acides gras saturés que l huile de palme produite en Asie. Chronique d une victoire annoncée, le mardi 4 décembre, jour du verdict final, l AIPH conviait la presse à l Hôtel Ivoire Sofitel d Abidjan. Autour du Pr Gnopo Jean Nemlin, les convives étaient amenés à débattre autour du thème : «La palme au cœur de la tourmente». Pour le conférencier il s agissait de présenter les différents enjeux auxquels l huile de palme produite en Côte d Ivoire était confrontée. Il en a profité pour annoncer la tenue très prochaine, au mois de juin 2013, du premier congrès africain sur l huile de palme à Abidjan. Selon lui, l objectif d un tel forum «permettra de démontrer tous les bienfaits de l huile de palme afin de renforcer les éléments de contradiction de la campagne de dénigrement perpétrée par des ONG françaises contre ce produit». Au sortir de cette conférence, les acteurs de la filière palmier à huile n ont pas manqué également de saluer les efforts consentis par les autorités ivoiriennes pour leur soutien dans cette lutte contre cette campagne dont ils ont fini par démontrer le caractère infondé. Jean-Claude Acke

9 Laser CÔTE D IVOIRE ÉCONOMIE - N 23 - MARS Interview : M. Franklin EREBOR, Directeur général de UBA-Côte d Ivoire «Ce prix est une reconnaissance internationale» En une seule soirée, vous raflez trois prix : celui de la banque de l année 2013 décerné par Banquer Magazine, et vous êtes distingué comme la meilleure banque au Cameroun et au Sénégal. Quelles sont vos impressions après ce sacre acquis de haute lutte? Ces prix confortent le Groupe UBA dans sa position de leader sur le continent et rendent crédible son expansion à travers l'afrique et ses contributions en faveur du développement du secteur bancaire sur le plan international. Remporter ces trois prix tant convoités est une grande réussite et cela nous conforte aussi dans nos efforts collectifs et dans notre volonté de faire de UBA la banque de référence en Afrique en accord avec notre slogan «Africa s Global Bank» qui s inscrit dans notre vision d être la Banque Africaine de Choix à l Echelle Internationale. Nous dédions ces prix à tous nos clients, nos parties prenantes et partenaires à travers le continent, en reconnaissance de leur soutien continu. Cela nous exhorte à poursuivre notre quête de l excellence, de la satisfaction clientèle et nous sommes motivés à faire encore davantage. Par rapport aux autres banques, on observe que vous disposez de moins d agences, notamment à Abidjan. Pourtant vous êtes sacré champion! N est-ce pas-là un paradoxe? Le prix du Groupe est une reconnaissance internationale décernée pour récompenser les performances de UBA dans son ensemble. Les critères de sélection ont portés sur plusieurs aspects : il y a certes l étendue du réseau, mais également les innovations en termes de produits et la performance financière. En ce qui concerne la Côte d Ivoire, UBA ne comptabilise que 5 années d existence dans un marché où les Le Directeur général de UBA-CI, M. Franklin EREBOR a bien voulu se prêter à nos questions après le sacre de son groupe. Dans cette interview exclusive, il révèle les secrets du succès de la banque. Il parle également de la réouverture des agences de Yopougon et de la responsabilité sociétale de l entreprise. Entretien. premières banques sont arrivées il y a plus de 50 ans. Il est donc tout à fait normal que celles-ci disposent de réseaux plus étendus. Cinq ans après notre installation, nous comptons 10 agences dont 1 à San Pédro et 23 guichets automatiques. Suite à cette première phase d expansion, nous consolidons nos acquis tout en planifiant la prochaine phase d élargissement de notre réseau. Il est bon également de noter que le mode de livraison des services bancaires est en train d évoluer vers des solutions électroniques offrant plus de confort et de mobilité aux clients. Notre approche de la proximité consiste aussi à utiliser la technologie moderne pour assurer un accès à la banque 24h/24 via Internet, les guichets automatiques ou le téléphone mobile. Néanmoins, nous sommes résolument engagés à déployer davantage notre réseau en Côte d Ivoire. A titre d exemple, au Nigeria, où se situe le siège de UBA, la banque dispose de 750 agences réparties sur l ensemble du territoire, cela s inscrit dans la volonté du groupe de démocratiser la banque au plus grand nombre. Comment avez-vous fait la différence d avec vos concurrents? Le choix de UBA a été motivé par la transformation réussie de la Banque et le retour d une forte rentabilité après la passation en pertes des créances douteuses et la restructuration de son bilan en Le Banker a également indiqué d'autres raisons qui justifient le choix de UBA, notamment la consolidation notable des activités de la banque à travers l'afrique, ainsi que des produits innovants en termes de paiement électronique et de transferts transfrontaliers qui ont rendu les transactions commerciales et financières plus abordables et plus pratiques sur le continent Quel est votre position en Cote d Ivoire, ou vous n a pas encore obtenu un prix? UBA à démarré ses activités en Côte d Ivoire en 2008 et en 2010 un autre sondage éffectué nous classais 3è banque préférée des ivoiriens nous étions la 19ème banque à ouvrir ses portes sur le marché ivoirien. UBA s est différenciée grâce à certaines actions pionnières qui ont défrayé la chronique, notamment le lancement de la première solution d Internet Banking en TEMPS REEL (U-Direct), le déploiement du premier réseau de guichets automatiques hors-sites pour désengorger les agences, la réduction du dépôt minimum requis pour l ouverture d un compte à 5000 FCFA, l évolution rapide de notre réseau d agences et de guichets automatiques après peu d années d existence. Plus récemment, nous avons dévoilé notre carte prépayée AFRICARD qui est une carte de retrait internationale très versatile pouvant servir aux entreprises comme aux particuliers, notamment pour les achats sur Internet, pour le virement de salaires, de frais de mission ou de bourses d études. La carte fonctionne partout dans le monde via le réseau VISA et elle peut être rechargée en espèces depuis la Côte d Ivoire ou par transfert Internet à partir d une autre carte AFRICARD. Notre positionnement est donc axé sur l innovation et l apport de solutions concrètes pour satisfaire les besoins des populations, des institutionnels et des entreprises locales. Certaines de vos agences sont encore fermées, notamment à Yopougon. Pourquoi alors que la situation socio-économique se normalise? Yopougon est une zone incontournable pour toute banque de la place étant donné sa forte activité industrielle et le fait que sa population regorge d entrepreneurs et de ménages à fort potentiel. Peu après avoir démarré nos activités en Côte d Ivoire, nous avons ouvert quatre agences à Yopougon. Malheureusement celles-ci ont été fortement touchées par la guerre en 2011 et nous avons dû les fermer. Maintenant que la situation du pays s est stabilisée, nous allons procéder, dans un premier temps, à la réouverture de notre agence de Yopougon Sable. Des travaux de rénovation sont actuellement en cours afin de garantir un cadre agréable à nos clients. Nous avons même démarré les recrutements, nous recherchons d habiles talents pour servir la clientèle à la hauteur des ses exigences. Votre stratégie, apparemment, est basée sur l Afrique. Avez-vous l intention d aller au-delà? Notre stratégie d expansion se décline en souvent une expansion de leurs activités à échelle régionale, continentale et même internationale. Ainsi notre vision africaine de la banque consiste à les conseiller dans leurs projets grâce à notre expertise de ces marchés, à les accompagner via le déploiement physique de notre réseau, mais également à leur proposer des solutions technologiques qui leur permettent de gérer leurs affaires sereinement, d effectuer leurs transactions rapidement et d avoir les moyens de leurs ambitions. Notre banque s est donné pour mission de contribuer à la promotion de l intégration africaine, celle-ci passe inévitablement par le renforcement des liens économiques et commerciaux entre les pays. Non seulement notre banque est outillée localement pour faire une contribution significative, mais en plus nous reposons sur un groupe bancaire bien implanté dans le paysage financier mondial et ayant une surface financière suffisamment importante pour appuyer de grands projets. Par ailleurs, notre offre technologique parvient à accroître la rapidité des transactions intra-africaines tout en réduisant leurs coûts, il s agit notamment de solutions telles que PAY MANAGER (paiements entreprises par Internet), U-DIRECT (banque par Internet), AFRITRADE (solutions de financement de commerce extérieur), BANK COLLECT (collecte des fonds), AFRICASH (Transfert d argent instantané), AFRICARD (carte de retrait, de paiement et de transfert d argent). La responsabilité sociale d entreprise fait-elle partie de vos priorités? Un groupe qui opère en Afrique ne peut aspirer à devenir leader s il ne se soucie pas du bien être des populations du continent. La dimension sociale fait partie intégrante de l impact que UBA souhaite avoir dans la vie des populations africaines. A cet effet, le groupe a créé la Fondation UBA qui est en charge de développer la politique de responsabilité sociale du groupe et d assurer sa mise en œuvre à travers les filiales africaines. Le pilier de l action sociale du groupe est l Education et un vaste programme a été entamé en collaboration avec les gouvernements et les diverses parties prenantes en Afrique. Les initiatives de la fondation vont s étendre à la Côte d Ivoire dès cette année et plusieurs actions sont prévues (suite p.8)

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN»

APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN» APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN» Cotonou Le 25 octobre 2014 PLAN PRESENTATION DU GIM-UEMOA RÔLE & IMPORTANCE DE LA

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Connectez-vous sur www.bmci.ma1

Connectez-vous sur www.bmci.ma1 Connectez-vous sur www.bmci.ma1 LA BMCI, FILIALE DU GROUPE BNP PARIBAS AU MAROC, ACCOMPAGNE TOUS LES MAROCAINS DU MONDE. La BMCI, filiale du groupe BNP PARIBAS, a le plaisir de vous offrir ce guide, exclusivement

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2014

CAPITAL INVEST PME 2014 FCPI CAPITAL INVEST PME 2014 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque de perte en capital Prise en compte des souscriptions - du

Plus en détail

Créer un Modèle Financier Africain

Créer un Modèle Financier Africain 2015 F o r u m I n t e r n a t ion a l d e l a F ina n c e e n A f riq u e S u b s aharie n n e DU 15 AU 17 JUIN 2015 SOFITEL ABIDJAN HÔTEL IVOIRE Créer un Modèle Financier Africain L e F o r u m I n t

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2015

CAPITAL INVEST PME 2015 FCPI CAPITAL INVEST PME 2015 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT D ENTREPRISES INNOVANTES TOUT EN ALLÉGEANT VOTRE FISCALITÉ EN CONTREPARTIE D UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL ET D UN BLOCAGE DE VOS AVOIRS DE 8 A 10

Plus en détail

Thème : la régulation des Marchés

Thème : la régulation des Marchés FORUM DES MARCHÉS 2014 Thème : la régulation des Marchés Introduction par Monsieur Protais AYANGMA, Directeur Général, Saham Assurance Cameroun Président du Panel Libreville, le 31 Octobre 2014 1 Les Panélistes

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital FCPI CAPITAL INVEST PME 2012 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital Prise en compte des souscriptions - du 16 avril

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

fcpi la banque postale innovation 11

fcpi la banque postale innovation 11 avertissement : ce document vous est remis par votre conseiller. Il doit comporter 5 pages. JUILLET 2011 INVESTIR DANS L INNOVATION ET BÉNÉFICIER D AVANTAGES FISCAUX ATTRACTIFS DANS LE CADRE D UN PLACEMENT

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- ------------------ Union-Discipline-Travail FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

En collaboration avec :

En collaboration avec : 2 ème Edition des Journées Comment Entreprendre au Cameroun? Organisée par : & Strategie de financement des PME par le Capital Investissement Aurore Bahounoui Vice president - ECP Bureau de Douala En collaboration

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

DECISION N 2013-062 PORTANT AUTORISATION DE L'EMISSION DE L'EMPRUNT OBLIGATAIRE PAR PLACEMENT PRIVE "PETRO IVOIRE 7% 2013-2020"

DECISION N 2013-062 PORTANT AUTORISATION DE L'EMISSION DE L'EMPRUNT OBLIGATAIRE PAR PLACEMENT PRIVE PETRO IVOIRE 7% 2013-2020 Union Monétaire Ouest Africaine CL Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers DECISION N 2013-062 PORTANT AUTORISATION DE L'EMISSION DE L'EMPRUNT OBLIGATAIRE PAR PLACEMENT PRIVE "PETRO

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 FONDS PROTÉGÉ EN CAPITAL À HAUTEUR DE 70% À L ÉCHÉANCE SG FRANCE PME Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 n Ce placement n est pas

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA.

CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA. 1 CONTEXTE ; FORME ; CONTENU ET PERSPECTIVES DES MESURES DE GRATUITE DE SERVICES BANCAIRES POUR LA CLIENTELE DES BANQUES DE L UMOA. Monsieur Cheickh Mbacké Diokhané Secrétaire exécutif de l Association

Plus en détail

The Cloud Company RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2012

The Cloud Company RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2012 The Cloud Company RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2012 Société anonyme au capital de 538 668euros. Siege social: 35, rue des Jeûneurs, 75002 Paris. RCS Bobigny 440 014 678 Activité : Services de

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI

NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI DESCRIPTION DU PROJET Dans le cadre du développement des services de la plateforme JONI JONI, nous avons noué un partenariat avec UBA Sénégal en vue de vulgariser

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE

CONVENTION DE COMPTE 1 CONVENTION DE COMPTE ENTRE LES SOUSSIGNES: ATLANTIQUE FINANCE - Société Anonyme au capital de FCFA 360 000 000 ayant son siège social à l immeuble Atlantique Assurances (10i ème étage), 15 Avenue Joseph

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Connectez-vous sur www.bmci.ma

Connectez-vous sur www.bmci.ma Connectez-vous sur www.bmci.ma 1 LA BMCI, FILIALE DU GROUPE BNP PARIBAS AU MAROC, ACCOMPAGNE TOUS LES MAROCAINS DU MONDE. Marocains Résidents à l Etranger, ce guide vous est destiné. Il vous présente,

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Comment réduire mes impôts tout en diversifiant mon patrimoine?

Comment réduire mes impôts tout en diversifiant mon patrimoine? Épargne Comment réduire mes impôts tout en diversifiant mon patrimoine? AXA Entrepreneurs & Croissance 2013 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Durée de blocage : 6 ans minimum pouvant aller jusqu

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

ProFolio. Assurance-Vie de droit Luxembourgeois. Société de Gestion de Portefeuille N AMF GP-00-023. www.figalile.com

ProFolio. Assurance-Vie de droit Luxembourgeois. Société de Gestion de Portefeuille N AMF GP-00-023. www.figalile.com ProFolio Assurance-Vie de droit Luxembourgeois Société de Gestion de Portefeuille N AMF GP-00-023 www.figalile.com Le contrat ProFolio contrat d Assurance-Vie Un contrat haut-de-gamme dans sa conception

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE 1 - PRESENTATION SUCCINCTE

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : Souscription ouverte jusqu au 21 juin 2012 sous certaines conditions* (pour les parts A1) Souscription ouverte jusqu au 31 décembre 2012 (pour les parts A2) Diversifiez votre patrimoine financier avec

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Conférence de presse Abidjan, le 30 novembre 2012 Plan 1 - Présentation de la Bourse Régionale

Plus en détail