LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES"

Transcription

1 le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés sur fbf.fr

2 SOMMAIRE 1 Favoriser le retour à la croissance 2-3 Améliorer la compétitivité des entreprises françaises 1. Des perspectives économiques toujours atones / 2. En France, le manque de visibilité touche de nombreux secteurs / 3. Les entreprises françaises en quête de compétitivité 4-5 Poursuivre efficacement le financement des entreprises 1. Le crédit est essentiel au financement des entreprises / 2. Le recours au marché augmente / 3. Les délais de paiement pèsent sur les trésoreries 6-7 S adapter au changement de modèle de financement 1. Un bouleversement du cadre réglementaire / 2. Orienter l épargne vers les entreprises 8 Chiffres clés

3 le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie FAVORISER LE RETOUR À LA CROISSANCE retrouver le CHeMin d une CrOissanCe durable et améliorer la situation de l emploi sont les principaux enjeux pour notre pays. Cela passe pour les entreprises par la restauration de leur compétitivité. Confrontées à un taux de prélèvement élevé et un contexte économique ralenti, les entreprises françaises se caractérisent par un taux de marge historiquement bas par rapport à leurs concurrentes européennes. les banques FranÇaises Ont un rôle essentiel à jouer dans ce contexte. Elles ont montré depuis le début de la crise de 2008 leur engagement en finançant les projets de leurs clients ; dans un environnement diffi cile, l encours de crédits à l économie n a cessé de progresser. les banques doivent COnserver les MOYens de poursuivre Cette MissiOn ; or les règles qui leur sont appliquées, de plus en plus nombreuses et contraignantes, pèsent sur leur capacité de prêteur. En particulier, la réglementation Bâle 3 modifie en profondeur le modèle de financement de l économie française. Les banques doivent mobiliser davantage de fonds propres pour un même volume de prêt, et une partie des financements aujourd hui assurée par l intermédiaire des bilans bancaires devra se faire demain directement par le marché. le FinanCeMent par le MarCHé, proche du MOdÈle anglo-saxon, COnCerne surtout les entreprises les plus grandes ; les banques françaises sont prêtes à les accompagner sur les marchés. A cet égard, disposer d acteurs français performants, proches de leurs clients, est un gage de sécurité et de souveraineté pour notre économie. parallèlement, le Crédit bancaire bénéficie principalement aux tpe/pme. En effet, les plus petites entreprises ont moins facilement accès au financement par les marchés. Le crédit bancaire reste le carburant dont elles ont besoin pour se développer, exporter, innover et recruter. 1

4 AMÉLIORER LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES FRANÇAISES La situation des entreprises en Europe est marquée par une conjoncture économique difficile. Une croissance atone pèse sur les résultats et sur les carnets de commande des entreprises nationales. Leur priorité est de restaurer leur compétitivité alors qu elles sont confrontées à de lourdes charges, parmi les plus élevées en Europe. L endettement par le crédit et le marché n apporte pas de réponse globale aux problèmes structurels et de compétitivité des entreprises. La restauration de la compétitivité est l un des enjeux du Pacte de responsabilité présenté début des perspectives économiques toujours atones L Europe fait face à une situation économique dégradée. Pour 2013 la croissance de la zone euro est estimée à -0,4% et à +1,2% pour Pour la France, l évolution du PIB s établit à +0,3% pour 2013 avec des prévisions à +0,9% pour en FranCe, le Manque de visibilité touche de nombreux secteurs Les entreprises françaises sont d abord attentives à leurs perspectives d activité. 40% des PME indiquent faire face à une baisse de leur chiffre d affaires, à un niveau jamais atteint depuis , et près de 45% avoir rencontré des diffi cultés de trésorerie. Les carnets de commandes donnent peu de visibilité à moyen terme et sont plutôt orientés à la baisse. La demande au ralenti en Europe comme en France entraîne une chute de l investissement. La part de marché de la France dans les exportations mondiales est en baisse depuis Le commerce extérieur est défi citaire depuis 10 ans et atteint -61 milliards d euros en les entreprises FranÇaises en quête de COMpétitivité Face à ces incertitudes, la principale préoccupation pour les entreprises françaises demeure la faible rentabilité de leurs activités. Cette faiblesse est particulièrement liée à un niveau inégalé de prélèvements obligatoires (46,3% du PIB en ). La profi tabilité des entreprises en France connaît une dégradation régulière depuis plus de 10 ans, ce qui les pénalise vis-à-vis des entreprises allemandes par exemple. La marge 2

5 le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie 27,7% C EST LA MARGE DES ENTREPRISES en France, à son plus bas niveau depuis des entreprises françaises a atteint, au 3 ème trimestre 2013, un niveau jamais observé : 27,7% (31,5% à la mi-2006). La France se situe dans les derniers rangs en Europe : pour 2012, l Allemagne est à 41% et le Royaume-Uni à 34% 4. L érosion des marges réduit les capacités d autofinancement des entreprises françaises qui, avec 66% en 2012, sont en baisse. Les entreprises ont besoin de retrouver de la compétitivité : cela passe par l innovation sur les produits ainsi que par l abaissement de leurs charges. C est le sens d une mesure comme le CICE 5, qui permet un allégement de charges sociales. Depuis mi-2013, les banques proposent à leurs clients des offres adaptées permettant de préfinancer ce crédit d impôt et donc d en bénéficier immédiatement en trésorerie. Il est nécessaire d aller plus dans le sens de la compétitivité et de la restauration des marges qui doivent être les buts poursuivis dans le cadre du Pacte de responsabilité et des Assises de la fiscalité. FRANCE/ALLEMAGNE : DEUX PARTENAIRES AUX PROFILS DIFFÉRENTS Le PIB allemand est 1,3 fois supérieur à celui de la France, avec une croissance estimée à +1,7% pour 2014 après 0,5% en Les entreprises allemandes sont de taille plus importante, celle-ci ayant eu tendance à augmenter entre 2000 et 2009 notamment. On compte plus de entreprises entre 50 millions et 3 milliards d euros de chiffres d affaires outre-rhin. Entre 2000 et 2012, les exportations de biens et de services allemandes ont augmenté de 88% en volume contre 23% seulement pour la France. 1. INSEE/OCDE, février BPI France, conjoncture semestrielle, janvier Projet de loi de fi nances INSEE, décembre 2013, Eurostat 2013 pour les comparaisons internationales 5. CICE : crédit d impôt compétitivité emploi 4% 1% 0% -1% -2% -3% -4% -5% taux de CrOissanCe du pib, taux de Marge des entreprises 3% 31,7% 30,9% 31,5% 30,1% 29,1% 2% 2,5% 3,2% 2,3% 3% -0,1% 0,4% -3,1% -4,4% 1,7% 2% 28,6% 27,9% 27,7%* 2% 1,5% 0% 0,6% 0,3% -0,4% % 30% 25% 20% 15% 10% Taux de croissance France Taux de croissance zone euro Taux de marge entreprises France *au troisième trimestre 2013 Source : INSEE / Commission Européenne, séries annuelles 3

6 POURSUIVRE EFFICACEMENT LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Malgré la crise financière internationale de 2008, les banques françaises ont fait la preuve de leur solidité. Elle a permis que les banques en France continuent à financer efficacement l économie et les entreprises. En France, la croissance annuelle des encours de crédits reste supérieure à celle du PIB et plus élevée que la moyenne européenne. La diversification des sources de financement est devenue depuis plusieurs années un enjeu pour les entreprises, notamment les plus grandes d entre elles. Les entreprises mobilisent au total près de milliards d euros, sous forme de crédit ou de financement de marché. Leur taux d endettement représente 65,8% du PIB : il est inférieur à la moyenne de la zone euro (67,4%) mais largement plus important qu en Allemagne (42,2%) 1. POUR EN SAVOIR PLUS CONSULTER LA VIDÉO «LES BANQUES FINANCENT LES PROJETS DES MÉNAGES ET DES ENTREPRISES» 1. le Crédit est essentiel au FinanCeMent des entreprises Malgré la crise financière internationale en 2008, les encours de crédits octroyés par les banques aux entreprises en France connaissent une croissance régulière, même si elle est plus faible ces derniers mois du fait de la baisse de la demande. Les banques accompagnent leurs clients entreprises au travers des centres d affaires et des réseaux dédiés, au-delà des agences de proximité. Le crédit bancaire constitue 2/3 de l endettement des entreprises mais l essentiel pour les TPE-PME. A fin décembre 2013, les encours atteignent 817 milliards d euros 2. En 10 ans, les encours de crédits aux entreprises ont augmenté de plus de 55%. Plus de 200 milliards d euros de nouveaux crédits ont été accordés aux entreprises depuis un an. Sur les 5 dernières années, les entreprises et particulièrement les PME ont dû adapter leur modèle d exploitation aux fluctuations de leur chiffre d affaires. Leurs ajustements de gestion ont particulièrement porté sur les stocks et les charges, ce qui a entrainé une limitation de leurs besoins de trésorerie. Elles ont aussi davantage recherché l autofinancement de leurs besoins court terme. Ainsi les crédits de trésorerie (167,5 milliards d euros à fin ), comme la demande des entreprises ont tendance à baisser. Pendant l année 2013, 90% des PME ont obtenu les lignes demandées (nouvelles ou en renouvellement), alors que seulement 2/3 ont utilisé leurs lignes de crédits de trésorerie 3. De plus, en fonction de sa taille et de son activité, l entreprise peut avoir accès à d autres sources de financement court terme (marché pour les grands groupes, escompte, affacturage...). 16,2 milliards d euros : crédits nouveaux aux entreprises, au mois de décembre

7 le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie 2. le recours au MarCHé augmente Les grandes entreprises, et dans une moindre proportion les entreprises de taille intermédiaire (ETI), font appel au financement de marché pour constituer ou accroître leur capital comme pour financer les projets ou les besoins à court terme. Les banques interviennent à leurs côtés et les accompagnent au travers de leurs services spécialisés de banque de financement et d investissement (BFI). En décembre 2013, l endettement de marché des entreprises représente 465,9 milliards d euros, dont 21 milliards d euros sur l année. Depuis 2009, l encours de financement de marché des entreprises s est accru de 120 milliards d euros 4, soit de 35%. Aujourd hui, 36% de l endettement des entreprises provient de l appel au marché, contre 30% en Cette tendance est appelée à se renforcer sous l effet des réglementations en cours de mise en œuvre. 3. les délais de paiement pèsent sur les trésoreries Le crédit inter-entreprises provient des délais de paiement que s octroient mutuellement clients et fournisseurs. En France, ces délais de paiement ont été encadrés depuis 2009 par la Loi de modernisation de l économie (LME), qui les a réduits à 60 jours à compter de l émission de la facture. Améliorer la compétitivité passe aussi par une nouvelle baisse de ces délais, entre entreprises et avec les donneurs d ordre publics. Le crédit inter-entreprises représente 850 milliards d euros. Malgré la loi, une entreprise sur trois présente un délai de paiement supérieur à 60 jours BdF : taux d endettement et comparaisons internationales, 3 ème trimestre BdF : crédits aux entreprises, décembre BdF, enquête sur l accès au crédit auprès des PME, 4 ème trimestre BdF : endettement des sociétés non fi nancières, Rapport de l observatoire des délais de paiement 2013 FINANCEMENT DES TPE/PME Les TPE/PME sont les principales bénéficiaires du crédit aux entreprises en France : elles représentent 45% du total mobilisé (361,6 milliards d euros). L évolution des crédits aux TPE/PME est de +0,5% 6. La demande est toujours faible : 6% des PME ont demandé un crédit de trésorerie et 18% un financement de leur investissement au 4 ème trimestre Depuis 2009 en France, 8 PME sur 10 obtiennent les crédits demandés, taux parmi les plus élevés d Europe depuis plusieurs mois 8. La part des micro-entreprises (TPE) est importante avec un encours de 226,1 milliards d euros en évolution de +2,2% sur un an 9 et 18 milliards d euros de crédits de trésorerie. Le lancement du PEA-PME vise aussi à permettre aux entreprises de consolider les projets de croissance et d investissement. 6. BdF : crédits aux entreprises, décembre BdF, enquête sur l accès au crédit auprès des PME, 4 ème trimestre BCE : enquêtes semestrielles PME, BdF : crédits aux micro-entreprises, 4 ème trim encours des Crédits aux entreprises en europe (en mds ) , ,5 880,3 845,5 889, ,3 626, France Allemagne Italie Espagne Source : BCE, séries statistiques annuelles 5

8 S ADAPTER AU CHANGEMENT DE MODÈLE DE FINANCEMENT Le modèle de financement de l économie va évoluer en Europe et en France sous l effet des nouvelles lois ou directives. Bâle 3 va notamment renforcer le rôle des marchés alors que l économie européenne est aujourd hui financée pour près des 3/4 par l intermédiation bancaire. Les entreprises comme les banques doivent s adapter à une transformation du modèle de financement dans des délais courts. Il est important de laisser aux banques les moyens de financer les projets des entreprises, un élément clé du retour à la croissance. Toute réglementation ou taxation supplémentaire de leurs activités grèvera leur capacité à soutenir l économie. 6 POUR EN SAVOIR PLUS CONSULTER LA VIDÉO «LE MODÈLE BANCAIRE ÉVOLUE SOUS L EFFET DES NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS ET DE LA CONJONCTURE» 1. un bouleversement du Cadre réglementaire La réglementation Bâle 3 qui s applique depuis le 1 er janvier 2014 à toutes les banques européennes 1, impose des normes beaucoup plus exigeantes pour l activité de crédit : Le ratio de solvabilité comprend des exigences de fonds propres plus élevées (2 à 3 fois plus). Les banques françaises se sont adaptées par leurs propres moyens, notamment en mettant en réserve une large partie de leurs bénéfi ces, ce qui leur permet d être au-dessus des normes fi xées. Le ratio de liquidité impose que les banques aient pratiquement autant de dépôts que de crédits dans leurs bilans. Les banques françaises sont à cet égard dans une position atypique par rapport à leurs concurrentes européennes car une partie des dépôts ne reste pas à leur bilan : assurance-vie, livret A et LDD dont les plafonds ont de plus été relevés. Les banques françaises ont donc moins de dépôts à mettre en regard des crédits qu elles accordent. Cette réforme aboutit en France comme en Europe à renforcer le recours au marché, à augmenter le coût du crédit et à en limiter la prise de risque et les durées. La Loi de séparation et de régulation des activités bancaires crée un cadre contraignant pour les activités de banques de financement et d investissement (BFI) au moment où les entreprises ont besoin d acteurs solides et de proximité pour les accompagner. Des BFI performantes sont un atout pour l économie française. Quant au projet européen sur la structure des banques, il pénaliserait lourdement le financement de l économie s il était adopté. La fi scalité spécifi que des banques, qui a fortement augmenté, pèse sur leur capacité de prêter : les banques ont payé au titre de 2012 environ 3 milliards d euros de taxes spécifi ques en plus des impôts qu elles paient comme toutes les entreprises. C est autant de fonds propres et de crédits en moins pour les clients des banques.

9 Le financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie 2. Orienter l épargne vers les entreprises Au-delà des contraintes spécifiques pesant sur les banques, il est indispensable d avoir un cadre réglementaire et fiscal stable qui redonne de la confiance aux investisseurs et qui permette aux entreprises de se financer, d investir dans de bonnes conditions. Avec un taux d épargne global de 16%, la France dispose d une épargne abondante mais encore insuffisamment orientée vers le financement de l investissement productif. Le rapport Berger/Lefebvre a donné des pistes d évolution (PEA-PME, une partie de l assurance vie pour les entreprises ). La priorité doit être dans la réallocation de l épargne, notamment en faveur des actions et de l épargne bancaire longue, afin de répondre aux enjeux économiques à venir ; une révision de la fiscalité de l épargne dans le sens d une plus grande incitation à l investissement de long terme serait nécessaire. L alignement de la taxation des revenus du capital sur celle des revenus du travail depuis début 2013 ne favorise pas non plus l investissement dans les entreprises. Enfin, le recours aux marchés financiers étant appelé à augmenter, il est nécessaire d en améliorer la transparence et le bon fonctionnement. A cet égard, le projet européen de taxe sur les transactions financières est contreproductif et mal calibré. Il faut un cadre qui permette aux places financières européennes, dont la place de Paris, de poursuivre efficacement leur rôle dans l accès aux marchés financiers des entreprises. 1. Via une directive et un réglement européen Les banques s adaptent : EVOLUTION DES FONDS PROPRES DES GROUPES BANCAIRES FRANÇAIS Fonds propres (en Mds ) Ratio core tiers one (%) 7,9% 8,5% 9,2% 11,5% 12% 10% 8% ,8 215,1 232,4 242,8 257,5 6% 4% 50 2% % Source : ACP, à fin

10 CHIFFRES CLÉS entreprises TPE/PME ETI milliards endettement 3 des entreprises en France 813 milliards d encours de crédits 465 milliards d endettement de marché plus de 15 milliards de crédits nouveaux par mois milliards PIB de la France 4 +0,3% pour ,9% prévus pour millions d emplois dans les entreprises emplois dans les TPE/PME emplois dans les ETI 1 45% du crédit aux entreprises vont aux PME 5 167,5 milliards de crédits de trésorerie 568 milliards de prêts d investissement milliards chiffre d affaires des entreprises en France 1 40% des PME estiment leur chiffre d affaires en baisse 23% des PME anticipent une hausse d activité pour INSEE, entreprises par catégorie, novembre ETI : Entreprises de taille intermédiaire 3. BdF, endettement des sociétés non fi nancières, décembre INSEE, février BdF, crédits aux entreprises, décembre BPI France, conjoncture semestrielle PME, janvier

11 suivez-nous sur twitter FbFFrance INFORMEZ-VOUS SUR banques-sepa.fr Migration de vos moyens de paiement, soyez prêts à temps!

12 parlons de la banque... COnÇu par le pôle information et relations extérieures achevé d imprimer en Mars FbFFrance 10

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 %

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Communiqué de presse Paris, le 1 er juillet 2015 Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Malakoff Médéric réalise une

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale?

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? Skandia renforce son positionnement en France Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? 7 mai 2010 Sommaire 1. Présentation et actualité du Groupe Old

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENLigne toutes les innovations FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Le 24 Septembre 2013 CMA Melun PRÉSENTATION DE LA Créée par la loi du 31 décembre 2012, le groupe Bpifrance est

Plus en détail

Le suivi du financement des PME à la Banque de France

Le suivi du financement des PME à la Banque de France Le suivi du financement des PME à la Banque de France Elisabeth Kremp Observatoire des entreprises, Banque de France CNIS 9 avril 2010 1. La BdF dispose avec la Centrale des risques d une information riche

Plus en détail

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires.

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. Décembre 2015 I LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE AU CŒUR DU MODELE BANCAIRE FRANCAIS 2 Un modèle de banque universelle au service de tous les clients

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Direction départementale des Hauts-de-Seine. Comité de Suivi de Financement de l Economie Hauts-de-Seine 27 septembre 2013

Direction départementale des Hauts-de-Seine. Comité de Suivi de Financement de l Economie Hauts-de-Seine 27 septembre 2013 Direction départementale des Hauts-de-Seine Comité de Suivi de Financement de l Economie Hauts-de-Seine 27 septembre 2013 Enquête Industrie Ile de France - août 2013 : La conjoncture francilienne est mieux

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

12 mars 2015 BILAN ACTIVITÉ 2014

12 mars 2015 BILAN ACTIVITÉ 2014 12 mars 2015 BILAN ACTIVITÉ 2014 Bpifrance Activité 2014 Garantie - Financement - Court terme International Financement de l innovation Fonds de fonds Fonds propres directs Régions 2 Garantie des crédits

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

Le financement de l économie - 2010

Le financement de l économie - 2010 Le financement de l économie - 2010 Delphine Lahet Thème L objectif de ce cours est d analyser les canaux de financement de l économie, notamment le financement par les banques, dans une logique macro-économique.

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX Eco-Fiche Mars 2012 LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX L entrée en campagne de nombreux candidats aux élections présidentielles s est faite sur le thème de la compétitivité française. C est donc

Plus en détail

Les banques accompagnent-elles

Les banques accompagnent-elles parlons CLAIR Les banques accompagnent-elles les TPE / PME? parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

GROUPE BANQUE POPULAIRE

GROUPE BANQUE POPULAIRE Paris, le 28 août 2008 GROUPE BANQUE POPULAIRE UN RENFORCEMENT DES FONDAMENTAUX DE LA BANQUE DE DÉTAIL UN PNB EN HAUSSE À 2 936 M UN RÉSULTAT NET PART DU GROUPE EN PROGRESSION À 660 M DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Hong Kong / Bruxelles, 9 mars 2015 Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Une croissance plus faible et une augmentation des prêts non performants attendues en 2015 Une

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

Cartographie des actions de Bpifrance : ciblages et dispositifs conjoncturels

Cartographie des actions de Bpifrance : ciblages et dispositifs conjoncturels Cartographie des actions de Bpifrance : ciblages et dispositifs conjoncturels Annie GEAY, directrice de l évaluation et des études Banque de France 21/11/2014 01. Présentation de Bpifrance Positionnement

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail