sommaire enjeux vous Photographie de couverture : Le Pr Metellus lors d une opération de chirurgie éveillée du cerveau.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sommaire enjeux vous Photographie de couverture : Le Pr Metellus lors d une opération de chirurgie éveillée du cerveau."

Transcription

1

2 2 sommaire en direct p. 3 - Organ Care System p. 4 - Chirurgie robotique p. 5 - SMS et suivi des traitements p. 6 - Progeria : essai thérapeutique européen p. 7 - Urgentistes et COMEX DMLA : dépistage organisé Suivis des athlètes du SCO p. 8 - Neurologie : hôpital de jour p. 9 - Centre de santé du voyageur Moustique tigre et prévention Directeur de la Publication : Jean-Jacques ROMATET Rédacteur en Chef : Caroline PERAGUT Comité de Rédaction : Yves BAILLE, Christine BORREANI, Véronique DELMOTTE, Astrid DUSSOURT, Vincent GAGNAIRE, Alexandre LANZALAVI, Aline LETUPPE, Annie PEAN-ADAM, Bastien RIPERT. Secrétariat de Rédaction : P. SEGHIER : Réalisation : Service Communication Maquette / Photographies : Christophe SO ISSN : en cours - Dépôt légal 28 janvier Imprimé en France sur du papier reçyclé en exemplaires par SPOT. Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille 80, rue Brochier Marseille cedex 5 dossier p L AP-HM en lutte contre le cancer p Websérie CANCÉRO p Cryoablation Plus sport la vie p Chirurgie éveillée du cerveau p Oncogériatrie Equipe mobile de soins palliatifs p Cancer du sein : diagnostic rapide Intrabeam p Traitement des effluents vous p Départs à la retraite Décès p Cuistots du cœur : 2 ans Fête de la musique Un manip radio kitesurfeur p Les blouses roses p Portrait : Nicolas Don Carli p Culture Photographie de couverture : Le Pr Metellus lors d une opération de chirurgie éveillée du cerveau. enjeux p Médecine du Sport p Identitovigilance p Pharma Prescription p Un nouveau parking à l hôpital Nord p Développement durable

3 3 en direct Hôpital Nord L OCS, une révolution pour la greffe pulmonaire! A l hôpital Nord, le service de chirurgie thoracique a été choisi pour une étude clinique sur un équipement capable de prolonger la vie d un greffon. L OCS (Organ Care System), système qui permet de conserver un greffon plus longtemps, est arrivé à Marseille grâce à l association Maryse! pour la vie, au Conseil Général 13 mais aussi à l implication de la Direction des équipements biomédicaux. Cette innovation technologique majeure est en application clinique au sein du service de chirurgie thoracique du Professeur Pascal Thomas, à l Hôpital Nord- la première structure hospitalière française en nombre de greffes. Jusqu à présent, la conservation et le transport des poumons prélevés en vue d une greffe s effectuait en situation d hypothermie, l organe étant placé dans un environnement stérile refroidi par la glace. L OCS bouscule cette pratique en inventant la normothermie. Cette technique permet de prolonger la durée de conservation d un greffon après son prélèvement. Ventilés et perfusés, les poumons continuent de «vivre» comme à l intérieur du corps pendant près de 12 heures (au lieu de 6). Diminuer le risque de rejet Ce surcroît de délai est mis à profit pour sortir de la dimension urgence, élargir la sélection des greffons et diminuer les risques de rejet en approfondissant les tests de compatibilités entre donneurs et receveurs. Autre avantage : la possibilité de greffer de jour en mobilisant tous les spécialistes plutôt que de nuit avec une équipe d astreinte. «Environ un tiers des poumons prélevés sont potentiellement excellents, mais après le décès, ils présentent temporairement une mauvaise fonction qui rend la greffe impossible. En les laissant fonctionner ex-vivo, on les laisse récupérer», précise Pr Pascal Thomas. «De plus, la machine peut vérifier la qualité des poumons prélevés, ce qui amène à prévoir d élargir le champ de sélection des greffons et récupérer un pool d organes jusqu à présent écartés». Si les résultats sont concluants, d'autres organes pourront aussi être transplantés via cet équipement. Coût de l équipement : euros financés à 80% par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône ; les 20% restants ont été collectés auprès de donateurs privés par l'association Maryse pour la vie! QUELQUES CHIFFRES personnes vivent en France avec un greffon. + 20% de greffes de poumons en personnes sont en attente de greffon en patients ont été transplantés pulmonaires à Marseille en 2012 et pourtant, 1 personne meurt encore chaque jour en France faute de greffe!

4 en direct 4 Innovation Chirurgie robotique : l AP-HM s équipe L AP-HM vient de s équiper, grâce au soutien du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, du robot de dernière génération Da Vinci Si HD. Avec l acquisition de cet équipement, l AP-HM poursuit sa politique d innovation dynamique pour offrir une médecine de pointe accessible au plus grand nombre. Cette technique est recommandée pour des indications médicales précises et toutes les interventions chirurgicales n ont pas pour vocation à être réalisées par robotique. Les techniques cœlioscopiques et traditionnelles gardant pour certaines pathologies toutes leur place et leur efficacité. Grâce à l assistance robotique, les malades peuvent bénéficier d un progrès technologique dans le domaine de la chirurgie mini-invasive appliqué aux pathologies complexes. En effet, le «Da Vinci SI» est un système qui combine à la fois une visualisation HD en 3 Dimensions, un contrôle des instruments et une précision inégalée durant l'intervention. Il permet de pratiquer des incisions et des sutures, beaucoup plus précises et de ce fait moins traumatisantes. Plusieurs disciplines concernées Comparée à la cœlioscopie, la chirurgie robot assistée est une technique de «chirurgie mini invasive» plus sécurisée. Le robot chirurgical, Da Vinci Si installé dans le bloc central de l hôpital Nord est mis à la disposition de tous les chirurgiens de l AP-HM (Nord, Conception, Timone) qui viendront opérer les patients à l aide de cet outil. Couramment utilisé en urologie et en gynécologie, le robot verra, au sein de l AP-HM, ses indications développées également en chirurgie thoracique, digestive, ORL, endocrinienne, cervico-faciale, bariatrique et vasculaire. L installation de ce robot à l hôpital Nord est la première phase d un programme de chirurgie robotique multidisciplinaire ambitieux voulu par l AP-HM. Ce programme pourrait comprendre à terme un deuxième robot pour les sites centres et «un robot école» destiné à l enseignement installé au Centre d Enseignement et de Recherche Chirurgicale (CERC) à la Faculté de Médecine. Enseignement L AP-HM avec ce projet complet proposera, dans le cadre de sa mission universitaire, des programmes d apprentissage en chirurgie robotique. Ils seront destinés aux chirurgiens souhaitant se former à la robotique et aux étudiants chirurgiens qui pourront acquérir cette compétence dès leur formation initiale. Accessible à tous L acquisition de ce matériel par l AP-HM permettra à de nombreux patients du département et de toute la région d accéder à cette technologie innovante sans aucune majoration tarifaire ni dépassement d honoraires. Coût de l équipement : 2,3 millions d avec une participation financière du Conseil Général des Bouches-du- Rhône de 1,6 Millions d.

5 5 en direct Education thérapeutique L envoi de SMS améliore le suivi des traitements Les cardiologues de la Timone envoient des textos aux patients pour les inciter à prendre leur anticoagulant. Un système simple et efficace. L es patients destinataires d un SMS quotidien leur rappelant de prendre leur traitement antiplaquettaire le prennent mieux que ceux qui ne reçoivent pas de messages. C est ce que révèle une étude publiée par la revue «International journal of cardiology», conduite par les Dr Jacques Quilici et Thomas Cuisset, du service de cardiologie du Pr Bonnet à la Timone, en collaboration avec les Pr Pierre Morange et Marie-Christine Alessi, du laboratoire d hématologie. Et ce système s'avère très efficace : le taux de suivi du traitement augmente de 40% chez les patients qui reçoivent une relance par SMS. 50 fois plus de risques d infarctus «La prise d aspirine est capitale pour prévenir les complications suite à une angioplastie coronaire (pose d un stent dans une artère). Oublier de prendre un antiagrégant multiplie le risque d'infarctus par 50», rappellent les cardiologues. «Or, si durant l'hospitalisation, le traitement est pris correctement, 15% des patients ont tendance à l oublier après leur sortie de l'hôpital». C est ainsi qu est née l'idée d'envoyer une série de 7 textos personnalisés, incitant les patients à prendre leur traitement. Cette initiative, unique en France, a vu le jour dans le cadre d un programme d éducation thérapeutique : la consultation antiplaquettaire, coordonnée depuis sa création il y a 5 ans par les Dr Quilici et Cuisset. «La durée des consultations a été allongée afin de lutter contre l'anxiété, fréquente lors du retour des malades à la maison. Et le système de SMS que nous avons imaginé permet d améliorer l observance des traitements. C'est un outil intéressant qui sera sans doute utile dans d'autres pathologies». Journée Sport et Santé Hôpital Sainte Marguerite Le 21 mai, les équipes médicales et soignantes des hôpitaux Sud organisaient une journée «Sport et santé» en partenariat avec les associations de patients, l espace gérontologique, la Direction Régionale Jeunesse et Sports, le Comité Départemental des Offices Municipaux des Sports, l association sportive de l AP-HM et la MNH. Ouverte au public et aux professionnels, cette manifestation a rempli son objectif : promouvoir l activité physique et faire connaître l offre de soins des Hôpitaux Sud, avec un plateau technique dédié à la récupération et au maintien de l autonomie : médecine physique et de réadaptation, médecine du sport, gériatrie, Institut du mouvement, etc.

6 en direct 6 Maladies rares Progeria : clôture de l essai thérapeutique européen Les familles d enfants atteints ont été invitées à Marseille pour les premiers résultats de l essai réalisé à la Timone depuis 2008 L a Progeria est une maladie héréditaire grave, très rare, qui provoque le vieillissement prématuré d un enfant sur 8 millions. Le gène responsable de cette maladie a été découvert en 2003 par l équipe de recherche du Pr Nicolas Lévy (Département de Génétique Médicale de la Timone et Faculté de Médecine). En octobre 2008, cette équipe a démarré à Marseille un essai thérapeutique européen : 12 enfants atteints ont reçu tous les 3 mois à la Timone une combinaison de médicaments existants. L un des enjeux était de réduire le risque cardiovasculaire, car la plupart des enfants décèdent avant l âge de 14 ans d infarctus du myocarde ou d AVC. Au terme de cet essai, le département de Génétique médicale de la Timone dirigé par le Pr Nicolas Levy a organisé les 8 et 9 mars, à Marseille, un rassemblement des familles dans un contexte scientifique et médical, afin de communiquer aux familles les résultats (partiels) de l essai, après 2 ans de traitement pour tous les patients ; expliquer aux familles où en est la recherche sur la Progeria dans le monde et dans le laboratoire de la Timone, en faisant intervenir 3 personnalités scientifiques de premier plan dans ce domaine ; informer les familles des différentes pistes thérapeutiques explorées en France et à Boston, en n en dissimulant ni les avantages, ni les inconvénients, et ainsi leur permettre objectivement de choisir leur laboratoire d accueil pour les prochains essais. En parallèle de toutes les conférences et tables rondes, des animations étaient organisées pour les enfants, grâce à l implication de bénévoles de la délégation régionale de l AFM-Téléthon, qui a financé cet événement. Des magiciens bénévoles de l Association des Magiciens de Provence sont également venus proposer de petits spectacles aux enfants. 1 ENFANT SUR 8 MILLIONS La Progeria, ou syndrome de Hutchinson-Gilford, est une maladie génétique causée par une mutation de l ADN qui provoque la production par les cellules d une protéine toxique. Cette protéine, la progérine, attaque l organisme et fait disparaître progressivement les cellules souches. Les symptômes apparaissent généralement entre 18 et 24 mois, le premier signe étant une franche cassure des courbes de croissance et de poids. Elle est fatale en moyenne vers l âge de 13 ans.

7 7 en direct Milieux extrêmes Les urgentistes s entraînent avec la COMEX Grâce à une collaboration scientifique avec des entreprises de pointe telles que la COMEX, les urgentistes de l AP-HM cherchent à améliorer la prise en charge des secours. Début juin, des spécialistes de l urgence en milieu extrême de l AP-HM réalisaient une série d expériences dans un caisson hypobare du centre d essai de la COMEX. Objectif : évaluer la capacité des équipes de secours à agir en altitude en cas d accident lors d évacuations sanitaires en hélicoptère ou en avion. Pour évaluer l impact de la baisse de pression sur les respirateurs utilisés par les urgentistes, le Dr Mathieu Coulange, médecin hyperbare, et le Dr Salah Boussen, réanimateur au Samu 13, ont testé le matériel dans le caisson de dépressurisation, sous les yeux de techniciens et scientifiques de la COMEX. Ces expériences sont l occasion d illustrer la compétence médico-technique de la région dans le domaine aéronautique, qui offre de grandes perspectives en termes de recherche et de développement. Elles marquent également la volonté de l AP-HM de développer une transversalité avec le monde des entreprises. DMLA : dépistage organisé! Chaque année, en juin, les professionnels de l ophtalmologie et les associations de patients organisent une semaine de prévention et de dépistage de la dégénérescence maculaire liée à l âge ou DMLA. Première cause de handicap visuel après 50 ans, la DMLA est une atteinte de la macula, zone centrale de la rétine permettant la vision centrale, par exemple pour la lecture, la reconnaissance des détails, des visages, la conduite automobile. A l AP-HM, des consultations ophtalmologiques ont été proposées au public à l hôpital Nord au sein du service d ophtalmologie du Pr Denis (photo) et à l hôpital de La Timone dans le service d Ophtalmologie du Pr Ridings. Suivi sur mesure pour athlètes de haut niveau Pour assurer le suivi médical des sportifs de haut niveau pratiquant l athlétisme, le pôle de formation de la SCO Sainte Marguerite a choisi l AP-HM. Au sein du Pôle de médecine physique et de réadaptation, l Unité de médecine du sport assurera la visite annuelle de non contreindication à la pratique du sport, et les examens complémentaires éventuellement demandés par la Fédération Française d Athlétisme, notamment le VO2 Max (intensité maximale de l effort). Si besoin, d autres examens de type isocinétisme seront pratiqués au moyen des équipements sophistiqués de l Unité. En cas de blessures, les athlètes seront rapidement pris en charge dans l Unité de médecine du sport par un spécialiste en traumatologie du sport et auront accès au plateau technique spécialisé de l AP-HM.

8 en direct 8 Neurologie L hôpital de jour simplifie la vie des patients Pour améliorer leur prise en charge diagnostique et thérapeutique, l hôpital s adapte aux besoins des malades, notamment des jeunes actifs. Plutôt qu une hospitalisation conventionnelle de plusieurs jours, l AP-HM propose aux personnes suivies pour une tumeur au cerveau, une sclérose en plaques ou une douleur chronique réfractaire de recevoir leur traitement dans une unité de jour qui leur est réservée. La plupart d entre eux, souvent jeunes et actifs, peuvent ainsi retourner à leurs activités dans la journée. Une vingtaine de malades sont ainsi accueillis chaque jour, par des équipes soignantes spécialisées, dans cette nouvelle structure située au rezde-chaussée de l hôpital d adultes de la Timone. Le regroupement des moyens techniques et du personnel facilite une prise en charge globale, experte et personnalisée des malades, ainsi qu un meilleur accès à l innovation diagnostique et thérapeutique. Nouveau métiers De nouveaux métiers apparaissent : 3 infirmières spécialisées (Nurse practioner) assurent la coordination des soins. Une activité spécifique d éducation thérapeutique permet par ailleurs de rendre le patient acteur de la prise en charge de sa maladie. Le centre d évaluation et de traitement de la douleur, situé dans les mêmes locaux, accueille les patients souffrant de douleurs chroniques. Regroupant le Centre douleur chronique et l Unité céphalée migraine, il propose une prise en charge multidisciplinaire et pluri-professionnelle des patients douloureux chroniques, avec en outre des spécialistes de la douleur chez l enfant et la personne âgée. LES NOUVELLES STRUCTURES Neuro-oncologie - Pr Olivier Chinot : Les tumeurs au cerveau représentent la 1ère cause de décès par cancer chez les jeunes de 18 à 40 ans. Le service de neuro-oncologie dirigé par le Pr Olivier Chinot à la Timone compte 750 malades en file active, 250 nouveaux cas par an. Il prend en charge des cancers rares touchant le système nerveux (3 à nouveaux cas en France chaque année). Neurologie - maladies inflammatoires - Pr Jean Pelletier : La sclérose en plaques est une maladie invalidante et chronique, première cause de handicap neurologique chez l adulte de moins de 40 ans. Elle touche majoritairement des jeunes (âge de début de la maladie moyen estimé à 32 ans) et des femmes (71%). A l hôpital de la Timone, patients sont suivis par l équipe du Pr Pelletier, reconnue pour sa forte implication dans les protocoles de nouvelles thérapeutiques et de recherche. Centre d évaluation et de traitement de la douleur - Dr Anne Donnet : Le centre propose aux patients douloureux chroniques une prise en charge pluri-professionnelle (médecins, soignants, psychologue, kiné ), avec des spécificités : -Douleurs de l enfant, avec une pédiatre spécialisée dans la prise en charge de la migraine et de la douleur chronique de l enfant et de l adolescent -Douleurs des personnes âgées, avec un médecin spécialisé -Migraine chez l adulte, avec plus de 11 demi-journées de consultations par semaine - Douleur irréductible, avec une prise en charge spécialement adaptée en hospitalisation

9 9 en direct Hôpital Nord Centre de santé du voyageur : un service expert Vous partez bientôt à l étranger? Pour préparer votre séjour, prévoyez une escale à l hôpital Nord, au centre de santé du voyageur situé dans le service des maladies infectieuses et tropicales dirigé par le Pr Philippe Brouqui. Vous pourrez ainsi vous informer sur les conditions sanitaires du pays visité et éviter les mauvaises surprises qui peuvent gâcher le plus beau des voyages. Consultations - vaccinations Au cours d une consultation personnalisée (sur rendez-vous), l équipe médicale vous délivrera des conseils sanitaires adaptés au pays que vous allez visiter. Les médecins spécialisés vous conseilleront notamment sur la prévention du paludisme et les vaccins préconisés selon votre destination (fièvre jaune, typhoïde et hépatite A, méningite à méningocoque, etc). La vaccination peut être effectuée le jour de la consultation. Un conseil : renseignez-vous au minimum 1 mois avant votre départ en voyage! Site internet A tout moment, vous pouvez trouver sur le site internet des informations utiles pour préparer votre voyage en toute sécurité : hygiène, trousse médicale, eau, nourriture, protection contre le froid ou la chaleur, conseils pour la baignade et la plongée sous-marine, séjours en altitude, piqûres d insectes, morsures d animaux, etc. La carte interactive régulièrement actualisée précise la situation climatique et sanitaire de chaque pays. Serveur vocal automatique Vous pouvez également obtenir des conseils pour votre voyage en utilisant le serveur vocal. Vous obtiendrez des renseignements standardisés pour les destinations les plus fréquentes, des informations sur les vaccins selon le pays de destination, la prévention du paludisme, les médicaments à emporter, etc. Consultations personnalisées en fonction du pays visité : (sur rendez-vous) Serveur vocal : Le service des maladies infectieuses et tropicales est membre du réseau GeoSentinel et centre coordinateur du réseau EuroTravNet. MOUSTIQUE TIGRE : LA PRÉVENTION S ORGANISE À L AP-HM Le moustique tigre est désormais implanté dans notre région, de manière irréversible. Ce moustique est le vecteur potentiel de deux maladies virales d'origine tropicale : la Dengue et le Chikungunya. Chaque année, des voyageurs revenant de pays où sévissent ces maladies introduisent ces virus dans la région. C est pourquoi l AP-HM a mis en œuvre un plan anti-dissémination. Objectif : renforcer la surveillance entomologique et épidémiologique pour prévenir les risques. Parmi les mesures prises figurent l assèchement des eaux stagnantes après chaque pluie, ainsi que la distribution de répulsifs cutanés et de diffuseurs d insecticides aux patients suspects de Dengue ou de Chikungunya.

10 L AP-HM, leader dans la lutte contre le cancer Avec plus de 40 services experts, 400 lits consacrés à la cancérologie répartis sur le secteur Centre et Nord, des équipements de dernière génération et patients traités par an pour un cancer, l AP-HM est leader régional dans la lutte contre le cancer en région PACA.

11 11 dossier Pour renforcer son offre de soins et la rendre plus lisible, l AP HM s est organisée en services experts, véritables centres de cancérologie, lieux d excellence dans une spécialité pour le soin et la recherche. Cette organisation permet de fédérer, autour d une action collective, l ensemble des services en une entité unique. Le patient peut ainsi bénéficier de l accès aux dernières innovations et de l ensemble de l offre de soins du CHU : il est soigné non seulement pour son cancer mais aussi pour l ensemble des pathologies associées et/ou effets secondaires. En collaboration avec le Centre de Recherche en Oncobiologie et Oncopharmacologie (CRO2), les médecins participent à des projets d'envergure internationale tels que les Sites intégrés de recherche en cancérologie (SIRIC). Un important travail, coordonné par le Centre de Coordination en Cancérologie (3C), a permis de centraliser toutes les informations dans la rubrique «Cancer» du site internet de l AP-HM. Grâce à l'apport des médecins et de tous les professionnels en cancérologie, cette rubrique informe les patients et les professionnels de santé sur les modalités de prise en charge. Enfin, un dépliant listant les services et unités spécialisés en cancérologie est destiné aux médecins libéraux. Plaquette d information Un panorama des spécialités de la cancérologie à l AP-HM est disponible. Ce document, simple et lisible, contient les coordonnées des acteurs de l AP-HM qui œuvrent dans le domaine de la cancérologie. s L AP-HM LANCE LA WEBSÉRIE «CANCÉRO» En libre accès sur le site internet, la série vidéo «CancérO» a pour but d informer et de rassurer les patients atteints de cancer En permanence à la recherche d un soutien moral pour comprendre la maladie, connaître les avancées thérapeutiques et le parcours de soins dont ils peuvent bénéficier, les patients et leurs proches peuvent désormais s informer grâce à la série «CancerO» diffusée sur le site internet de l AP-HM. Les équipes médicales de l AP- HM spécialisées dans le domaine de la cancérologie ont conçu cette websérie dans le but d atténuer l anxiété des patients, leur permettre de développer une attitude positive et ainsi de porter un regard objectif sur leur maladie. Cette série sera régulièrement alimentée de nouveaux épisodes qui mettront l accent sur les différents types de cancer en fonction des organes, les dernières avancées thérapeutiques, les traitements ciblés guidés par la biologie, les parcours de soins individualisés, les soins de support, etc. Pour l instant, huit épisodes ont été réalisés : 1. La prise en charge des cancers - Pr Dominique ROSSI 2. Le dispositif d'annonce - Sylvie LAGRSA 3. Les stratégies thérapeutiques - Pr Olivier CHINOT 4. Les différents types de cancers - Pr Florence DUFFAUD 5. La chirurgie - Pr Pascal THOM 6. Chimiothérapie et traitements ciblés - Pr Fabrice BARLESI 7. Les essais cliniques - Pr Jean-François SEITZ 8. La prise en charge du cancer colorectal - Pr Igor SIELEZNEFF

12 dossier 12 Cancer La cryoablation jette un froid sur les tumeurs Les patients atteints d une tumeur osseuse bénéficient d une technique perfectionnée par le service d imagerie médicale des Hôpitaux Sud : la cryoablation. Cette technique, déployée par le Pr Pierre Champsaur et le Dr Thomas Le Corroller, permet de détruire les tumeurs par le froid en respectant les tissus environnants. En France, seuls deux centres d imagerie, dont celui des Hôpitaux Sud, sont particulièrement expérimentés dans la mise en œuvre de cette méthode pour traiter les tumeurs osseuses. «La cryoablation, qui se pratique sous anesthésie locale, est une approche mini-invasive issue de l imagerie interventionnelle oncologique», expliquent les praticiens. «Elle consiste à faire pénétrer une aiguille creuse, d une quinzaine de centimètres de longueur, guidée par scanner dans la tumeur». Durant ce traitement (qui dure une heure trente), l aiguille est reliée à deux bouteilles de gaz, de l argon et de l hélium. L argon est mis sous haute pression et envoyé dans l aiguille pour abaisser la température (- 100 C) à son extrémité afin d y former une boule de glace. Par la suite, une série de cycles de refroidissements extrêmes suivis de réchauffement grâce à l hélium cette fois, va amener progressivement les cellules cancéreuses vers leur destruction. «Comme l opération est très peu traumatisante, le risque de complication est faible», souligne l équipe. «L hospitalisation ne durant que 24 heures, le patient peut très vite reprendre son activité professionnelle». La cryoablation vient renforcer l arsenal thérapeutique pour traiter et détruire des tumeurs et des métastases souvent difficilement opérables jusque-là. Cette technique, encore récente, ne cesse de voir ses indications s étendre. «Plus sport la vie!» Un encadrement sportif personnalisé est proposé aux patients atteints de cancer, grâce à un partenariat avec des associations spécialisées. Les patients atteints d un cancer en cours de traitement ou en rémission peuvent désormais bénéficier de séances d activités physiques encadrées par des professionnels, proposées par le service d Oncologie médicale de la Timone, dirigé par le Pr Florence Duffaud (Pôle DACCORD), en lien avec le 3C de l AP-HM et l unité de médecine du sport. Cette nouvelle activité, au service des patients, a pu voir le jour grâce aux partenariats noués entre l AP-HM, la Faculté de Médecine, la Ligue contre le Cancer des Bouches-du-Rhône, la Fédération nationale «CAMI» et l Association «Gym après». Spécialisées dans l encadrement sportif des patients ou des personnes touchées par le cancer, la «CAMI» et l Association «Gym après» sont en mesure grâce à leur expérience, de leur proposer une activité physique en adéquation avec leur état. Un entretien est réalisé avec chaque participant pour établir, selon ses possibilités physiques et ses goûts, un programme personnalisé. Le doyen de la Faculté de Médecine de Marseille, le Pr Georges Leonetti, a accepté gracieusement que les séances se déroulent au sein du complexe sportif de la Faculté le mardi de 14h30 à 16h et vendredi de 9h30 à 11h. ERI Espace Rencontre et Information dédié au cancer Hôpital de la Timone et Hôpital Nord Tel / du lundi au vendredi de 9h à 17h

13 13 dossier Chirurgie éveillée du cerveau Un patient réveillé pour des tests de langage alors qu on l opère d une tumeur cérébrale : ce n est pas de la science-fiction, mais une technique développée depuis des années à la Timone. E n France, les tumeurs du cerveau touchent chaque année personnes. L ablation d une tumeur peut entraîner des séquelles, d où une certaine réserve à opérer quand elle est placée dans une zone cérébrale délicate. Les outils technologiques sophistiqués utilisés depuis plusieurs années par le Pr Philippe Metellus, au service de neurochirurgie du Pr Dufour à la Timone, permettent de réduire ces risques. Un travail d équipe dont le succès repose sur une coordination parfaite entre différents intervenants : neurochirurgien, neurologue spécialiste du langage, infirmière de bloc, anesthésiste, orthophoniste, neuroradiologue et neuropsychologue. «Durant l intervention», explique le Pr Metellus, «le patient est réveillé et pratique des tests adaptés (de langage, de motricité, de vision). La détection très précise des zones fonctionnelles à épargner, permet de limiter les risques de séquelles neurologiques». Avant l intervention, le patient passe une série d examens afin que la lésion soit très précisément située. «Avec la collaboration active du patient, nous pratiquons un bilan concernant toutes les situations du langage», détaille Valérie Tcherniac, orthophoniste : «la lecture, l écriture, la dénomination, la formulation de phrases, la compréhension». L équipe réalise une première cartographie des différentes zones du cerveau qui ont réagi pendant les exercices, une information essentielle pour le chirurgien. «On sait que le langage est quelque chose de complexe, qu il n y a pas que la parole : il y a aussi tout ce que l on peut comprendre», précise le Dr Agnès Trébuchon, neurologue. «Le but est d effectuer les tâches les plus représentatives des différentes composantes du langage». Réveil Une fois que la craniotomie (ouverture du crâne) est réalisée, le patient est réveillé. L orthophoniste le fait travailler pendant que le chirurgien stimule la surface de son cerveau, point par point. Les exercices s enchaînent au bloc opératoire pendant une heure et demie à deux heures. «A l aide d une petite électrode de 10 millimètres, nous allons stimuler de proche en proche les zones éloquentes», explique le Pr Metellus. «Les zones stimulées qui vont entraîner un trouble du langage devront absolument être respectées. Les zones dont la stimulation n entraînera aucune modification du langage pourront être enlevées». Avantages Le cerveau n étant pas innervé, le patient ne ressent pas de douleur pendant la procédure. «Outre la préservation de la fonction du langage, la chirurgie éveillée permet de réduire la durée des séjours en centres de rééducation, pouvant aller jusqu à 6 mois». Les progrès dans la maîtrise de cette technique permettent maintenant de l appliquer à d autres pathologies comme les métastases cérébrales et les tumeurs vasculaires bénignes (cavernomes).

14 dossier 14 Charte Mieux accompagner les malades âgés 70% des cancers touchent des personnes âgées. Une prise en charge spécifique est devenue nécessaire et une nouvelle spécialité est née : l oncogériatrie. L Unité de Coordination Onco-Gériatrique (UCOG) PACA Ouest, pilotée par l AP-HM et l IPC, a élaboré une charte oncogériatrique avec l ensemble des professionnels confrontés à la prise en charge des sujets âgés cancéreux. Un moyen de sensibiliser les personnels de santé, mais aussi de montrer aux patients et aux familles l attention particulière portée à cette population vulnérable. «Nous souhaitons que cette charte soit adoptée par les établissements de la région», explique le Dr Elodie Cretel, responsable de la consultation d oncogériatrie à la Timone. «Sa diffusion la plus large possible contribuera à harmoniser nos pratiques et à sensibiliser l ensemble des soignants aux particularités des patients âgés cancéreux. Elle permettra aussi de rassurer les patients et leurs proches souvent très réticents vis-à-vis des traitements réputés agressifs du cancer.» Equipes mobiles de soins palliatifs Un soutien pour les services de soins Les unités mobiles de soins de support et de soins palliatifs jouent le rôle d interface entre le patient, sa famille et les acteurs de soins. L'équipe mobile de soins palliatifs est une équipe multidisciplinaire (médecin, infirmier, psychologue, secrétaire ) qui se déplace au lit du malade et/ou auprès des soignants, à la demande des professionnels de l établissement. Elle a un rôle de conseil et de soutien auprès des équipes soignantes, assure leur formation et est associée à la recherche et l enseignement. L équipe ne pratique pas d'actes de soins directement, mais apporte son expertise dans la prise en charge des patients atteints de pathologies graves, le plus en amont possible dans la maladie. Elle représente une interface entre le patient, sa famille et les acteurs de soins. L AP-HM dispose de trois équipes mobiles : une unité Mobile Intra-Hospitalière de Soins de support et de Soins Palliatifs (UMIHSSP) : cette équipe intervient à l hôpital de la Timone, de la Conception et à Sainte Marguerite. Contact : Dr Salas une Equipe Régionale Ressource en soins palliatifs pédiatriques : basée à l'hôpital de la Timone Enfants pour PACA Ouest. Contact : Dr Cotta l équipe mobile de soins palliatifs de l hôpital Nord. Contact : Dr Hamon

15 15 dossier Cancer du sein Diagnostic rapide à l hôpital Nord Les équipes de gynécologie, d imagerie et d anatomopathologie se sont organisées pour fournir un diagnostic dans la journée en cas de lésion mammaire suspecte. Un diagnostic immédiat, dans la journée, d une lésion mammaire suspecte? C est aujourd hui possible à l hôpital Nord. Toutes les patientes dont la mammographie fait apparaître une anomalie ou qui se sont découvert une lésion du sein peuvent maintenant bénéficier d une prise en charge sur mesure grâce à une coopération exemplaire entre les équipes de gynécologie, d imagerie de la femme et d anatomopathologie. La patiente est reçue le matin par un gynécologue avant d être envoyée vers un radiologue qui pratique le ou les examens nécessaires. Si besoin, l équipe réalise une micro ou macro-biopsie transcutanée. Le résultat est rendu à la patiente dans l après midi, et sa prise en charge peut ainsi être rapidement organisée, en évitant l attente angoissante du résultat Intrabeam : un équipement de pointe Une seule irradiation au lieu de 30 séances de rayons : c est ce que propose l hôpital Nord aux femmes atteintes de certains cancers du sein. L AP-HM s est dotée du système Intrabeam, un équipement de dernière génération principalement utilisé dans le traitement du cancer du sein. «Il permet de procéder à une irradiation unique juste après l enlèvement de la tumeur, pendant l opération», expliquent le Pr Didier Cowen, chef du service de radiothérapie des hôpitaux de la Timone et Nord et le Pr Léon Boubli, chef du service de gynécologie obstétrique de l hôpital Nord, qui ont piloté le projet. «L irradiation est réalisée avec une dose unique élevée sur une zone à fort potentiel de récidive, tout en épargnant les organes à risque. Ce dispositif remplace la trentaine de séances de radiothérapie postchirurgie classique habituellement nécessaires. L intérêt de la technique est le ciblage du lit tumoral et la diminution de la contrainte liée au traitement». Aprés le diagnostic en un jour, le traitement en un jour L utilisation de l Intrabeam, installé dans le bloc chirurgical de gynécologie de l hôpital Nord, nécessite une collaboration étroite entre les gynécologues et les radiothérapeutes. Il permet de traiter environ 20% des cancers du sein de manière sûre, efficace et rapide. Après avoir mis en place le diagnostic du cancer du sein en un jour, l AP-HM complète son arsenal thérapeutique : l hôpital Nord devient le premier établissement de santé du nord de la ville à proposer ce traitement aux patientes des zones nord et ouest du département, à proximité de leur domicile. L acquisition de l Intrabeam représente un investissement de , réalisé grâce à un financement de du Conseil Général des Bouches-du-Rhône.

16 dossier 16 Qualité Un procédé innovant pour le traitement des effluents hospitaliers Une expérimentation est en cours pour améliorer et sécuriser le traitement des effluents de l unité 2 du service Oncologie (Pr Duffaut) à la Timone. L e projet, initié en avril 2011 par Pierre Hamon, du Laboratoire Mécanique, Modélisation & Procédés Propres UMR-CNRS 7340, a pour objectifs d évaluer la faisabilité du traitement des effluents hospitaliers à la source et de réduire le rejet de molécules médicamenteuses. Les partenaires du projet sont la Société des Eaux de Marseille, le laboratoire de Mécanique, Modélisation et Procédés Propres d Aix- Marseille Université et l AP-HM. Limiter les risques de pollution En s associant à ce projet, l AP-HM montre sa volonté de contrôler la pollution spécifique générée par ses activités et d anticiper les éventuelles nouvelles normes de rejets. Le procédé bioréacteur à membrane a été retenu pour cette étude car il permet la spécification des boues épuratrices aux polluants à traiter, offrant ainsi des capacités étendues de dégradation. Les premiers résultats sont encourageants : une légère croissance des boues épuratrices a pu être observée, affirmant la faisabilité d acclimatation aux effluents hospitaliers. De plus, l intérêt scientifique du traitement à la source a été démontré puisque la vitesse d élimination du médicament anticancéreux fluorouracile a été accrue de 18% par rapport aux boues provenant d une station d épuration municipale. Une configuration innovante de bioréacteur à membrane est actuellement testée et devrait permettre d accélérer l acclimatation. D autres médicaments seront analysés tels que l amoxicilline. Si les résultats à la fin de la thèse sont concluants, un bioréacteur à membrane industriel sera développé.

17 réalisation : Service Communication AP-HM - septembre "URGENCE AVC, chaque minute compte"

18 enjeux 18 Médecine du Sport Une consultation pour les malades chroniques L Unité de Médecine du Sport (pôle MPR- AP-HM) propose un accompagnement adapté aux patients qui souhaitent reprendre une activité physique. Acompter de janvier 2014, l Unité de Médecine du Sport (Pôle de Médecine Physique et de Réadaptation AP-HM) propose une nouvelle consultation, destinée aux patients atteints d une pathologie chronique. Au programme : une évaluation médicale préalable à la reprise d une activité physique, ainsi que des conseils et une orientation vers les structures proposant une offre d activité adaptée à leur pathologie. Ce programme d aide à la reprise progressive d une activité physique adaptée est financé par l ARS (Agence régionale de santé) dans le cadre du plan régional Sport-santé, et fonctionnera en partenariat avec la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale (DRJSCS). L objectif est d améliorer l état de santé des personnes atteintes de déficiences ou de maladies chroniques. Il s agit de favoriser la pratique d une activité physique et sportive en tant que moyen de prévention et de préservation de la santé et du bien-être. Parcours de santé sur mesure Les personnes adressées à l Unité de Médecine du Sport bénéficieront d une consultation médicale destinée à évaluer leur état de santé et leurs aptitudes à la pratique d une activité physique afin d intégrer les activités physiques et sportives dans le parcours de santé. Sur la base de cette évaluation, le médecin du sport sera en mesure de leur recommander des activités physiques et sportives adaptées, de leur dispenser des consignes simples pour la pratique du sport en toute sécurité, et de les orienter vers les structures proposant une pratique physique adaptée. Les personnes souhaitant être accompagnées dans leur projet de reprise d une activité physique peuvent s inscrire auprès du Dr Guillaume Lotito, à l Unité de Médecine du Sport (hôpital Salvator). Les rendez-vous sont pris uniquement par téléphone. Tél

19 19 enjeux Identitovigilance Le bon soin au bon patient au bon moment : un bracelet pour la sécurité. Depuis le 1 er avril 2013, le port du bracelet d identification est obligatoire pour tous les patients hospitalisés et admis aux urgences. La mauvaise identification d un patient peut entrainer une erreur médicale grave or la sécurité des patients doit rester une priorité et un devoir pour tous les professionnels de l hôpital. Des erreurs d identité surviennent au quotidien dans tous les établissements de soins. Elles sont souvent récupérées avant de produire un accident, ce qui laisse penser qu elles sont rares. Il n en est rien! Aujourd hui, encore un patient sur 16 reste mal identifié. La réduction des erreurs et des risques liés à l identification est un enjeu majeur : l identification du patient doit être considérée comme le premier acte de soins. Un patient sur 16 Un des éléments de sécurisation qui a fait ses preuves est le port du bracelet d identification. C est pour cela que l APHM a décidé d en généraliser son utilisation à tous les patients hospitalisés. Cette généralisation a été accompagnée par une procédure diffusée dans tous les services et détaillant les modalités de pose et de vérification de l identité ainsi que par des affiches à l attention des patients et des professionnels. Le bracelet est posé par un professionnel de santé dès l arrivée du patient dans le service après une vérification indispensable et par un questionnement ouvert de l identité du patient. «Pouvez-vous, s il-vous-plaît me rappeler votre nom, prénom, date de naissance?». Mais, attention, le bracelet seul ne suffit pas : il ne remplace en aucune façon la communication entre soignants et soignés. C est une barrière supplémentaire pour éviter l erreur. Des actions de formation et de sensibilisation sont organisées sur les sites et si besoin à la demande. Pour tout problème, n hésitez pas à contacter la cellule d identitovigilance : ou le MERCI DE NOUS AIDER À PRENDRE SOIN DE VOUS Nous vérifions votre identité à chaque étape de votre prise en charge ACCUEIL CARTE IDENTITE Mr UNIQUE 04/07/1972 Mr UNIQUE Mr UNIQUE 04/07/ /07/1972 Mr UNIQUE Mr UNIQUE 04/07/ /07/1972 Mr UNIQUE Mr UNIQUE 04/07/ /07/1972 Mr UNIQUE 04/07/1972 Mr UNIQUE UE 04/07/1972 Mr UNIQUE 04/07/1972 Rappelez-moi votre nom, prénom et date de naissance? DOSSIERSI Un bracelet d identification pour votre sécurité Mr r UNIQUE UE 04/07/ Soyez vigilants, signalez-nous toute erreur reur sur votre identité. Cellule d identitovigilance - AP-HM

20 enjeux 20 Déploiement de PHARMA Prescription : le seuil des 1000 lits est dépassé! La barre des lits déployés avec PHARMA Prescription a été franchie fin mai. Un an après le démarrage du déploiement massif, 40% des lits MCO de l AP-HM bénéficient d une prescription informatisée. P our rappel, le Pôle Pharmacie a pour objectif de redéfinir, en collaboration avec les instances institutionnelles et notamment le Comité de Sécurisation des Produits de Santé (COSEPS) une politique du médicament et des autres produits de santé visant à sécuriser leur circuit, depuis la prescription jusqu à l administration au patient, et à définir une politique maîtrisée des dépenses pharmaceutiques. Cette sécurisation repose essentiellement sur le déploiement du logiciel métier Pharma. C est dans ce contexte que le déploiement du module de Prescription, piloté par la DSIO, le pôle pharmacie, la CME et la Direction des Soins, a débuté en 2011, avec le soutien de la Direction Générale. Ce projet a été mené par une équipe regroupant les pharmaciens, les ingénieurs et les IDE détachées de la DSIO : Jean Delorme, pharmacien Timone, Pierre Bertault Peres, pharmacien Sud, Pascale Gesse de la Direction des Soins, l équipe «Pharmacie DSIO», l équipe de déploiement, les pharmaciens de site tous ont contribué à l accompagnement des équipes médicales et soignantes impliquées dont l investissement est également à saluer. Le déploiement se poursuit. D ici fin 2013, l ensemble des services de Sainte- Marguerite et de la Conception (hors réa, urgences et secteurs spécifiques) devraient être équipés. Fin 2014, ce sont La Timone et Nord qui devraient mettre en œuvre la prescription informatisée.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Les hôpitaux des armées en France Historique L ancien hôpital 1988 Projet de reconstruction 22 Février 1995 Lancement du projet 10 mai 1995 Programme d infrastructure

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DU NORD Organigramme à partir du 01.10.2015

CENTRE HOSPITALIER DU NORD Organigramme à partir du 01.10.2015 Organigramme à partir du 01.10.2015 Comité d évaluation et d assurance qualité Organigramme de la Direction Générale à partir du 01.10.2015 Comité d évaluation et d assurance qualité - Gestion des risques

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

Soins dentaires pour les personnes autistes

Soins dentaires pour les personnes autistes Soins dentaires pour les personnes autistes Les conseils du Magazine Déclic http://www.magazine-declic.com/images/stories/actus/01-09/conseils-hygiene-dentaireautisme.pdf Région Alsace Réseau Handident

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum Assurance médicale internationale Nos assurances disposent de 3 niveaux de couverture distincts : Silver, Gold et Platinum. Choisissez votre niveau de couverture à l'aide du tableau ci-dessous. Tous les

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Résumé des prestations

Résumé des prestations Résumé des prestations Un tableau simple pour vous aider à choisir le niveau de couverture qui correspond à vos besoins Plan Santé International healthcare Choisissez le niveau de couverture qui vous convient:

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

EXAMENS DES DU-DIU-CEU 2014/2015 EXAMENS DU 22 JUIN A JUILLET 2015

EXAMENS DES DU-DIU-CEU 2014/2015 EXAMENS DU 22 JUIN A JUILLET 2015 EXAMENS DU 22 JUIN A JUILLET 2015 Antibiologie 22/06/2015 FACULTE DE MEDECINE - Secteur NORD - Amphi 5 Accueil des urgences pédiatriques 22/06/2015 9h00-11H00 HOPITAL NORD - Service de Pédiatrie - Salle

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

Centre Hospitalier de Béziers

Centre Hospitalier de Béziers Centre Hospitalier de Béziers Edito Établissement public de santé, le Centre Hospitalier de Béziers est l hôpital de référence du bassin de santé Ouest-Hérault de plus de 200 000 habitants. Sa taille et

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM 1 1.1 INTRODUCTION 1.1.1 CONTEXTE Le projet de construction d un nouveau centre hospitalier est un projet qui chemine depuis un grand nombre d années déjà et dont la finalité première est de doter le Québec

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon

Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Les problèmes de l accès aux soins en milieux urbains: l expérience de la consultation Jean Guillon Dr Adeline Scanvion Praticien Hospitalier au CHU de Nantes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Pôle Santé Méditerranée Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Marseille, le 12 juillet 2011 Fruit d une réflexion et d une vision partagée, le Pôle Santé Méditerranée

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale L esprit de service Paris XII Cahier des charges Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale surveillance et ablation d un cathéter péri nerveux Matériel employé: la pompe PCA ambit TM du

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

ANNUAIRE. UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD. Direction Administration générale

ANNUAIRE. UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD. Direction Administration générale UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD ANNUAIRE Direction Administration générale Campus Universitaire de Fouillole BP 145 97154 POINTE-A-PITRE Cedex Tél. : 0590 48 33 33 Fax : 0590

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS Filière : APS et Bachelor en soins infirmier Nom de l institution : CHUV Nom de l

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS

LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS Hôpital Privé d Antony LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS Livret d information Hôpital Privé d Antony - OPC/KINE/268 Page 1 sur 5 Intervenants Rédigé par : C.DUPUY M.CERISIER Masseur Kinésithérapeute Masseur

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

Code emploi statutaire de la fonction publique hospitalière (NEH) Emplois non-médicaux

Code emploi statutaire de la fonction publique hospitalière (NEH) Emplois non-médicaux emploi statutaire de la fonction publique hospitalière (NEH) Emplois non-médicaux Rubriques S40.G10.08.002.004 / S40.G10.10.002.004 / S40.G10.25.002.004 Table incluant les codes fournis par la Direction

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

La tarification des actes médicaux

La tarification des actes médicaux www.coopami.org FORMATION en gestion de l assurance maladie La tarification des actes médicaux Caisse Nationale d Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) Libreville 12 juin 2013 Michel Vigneul

Plus en détail

Syllabus. MAJ : 18-janv.-08

Syllabus. MAJ : 18-janv.-08 Syllabus Licence professionnelle Instrumentation Médicale (Maintenance Matériel Biomédical (code APOGEE) ADAPTATION ET MISE A NIVEAU Enseignant Responsable : Daniel FOURQUET 05 65 20 58 00 mon46.cdt@ac-toulouse.fr

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon LIVRET D INFORMATIONS CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon 04.72.17.26.26 Accès bus : C6, 89, C14, 66, 19 RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE Accès

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Régime Premier. Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations. Détails du régime Réseau Conventionné Réseau non-conventionné

Régime Premier. Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations. Détails du régime Réseau Conventionné Réseau non-conventionné Régime Premier Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations Détails du régime Zone de couverture États-Unis États-Unis Montant annuel maximal des garanties Illimité Illimité Franchises annuelles

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

DE LA FORMATION CONTINUE À L OFFICINE

DE LA FORMATION CONTINUE À L OFFICINE Notre mission : Chaque pharmacien est unique, UTIP Innovations propose partout en métropole et dans les DOM les solutions de formation adaptées Notre ambition : Devenir acteur de référence du DPC UTIP

Plus en détail