SOLIDARITES INFORMELLES. Smaïn Laacher

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOLIDARITES INFORMELLES. Smaïn Laacher"

Transcription

1 SOLIDARITES INFORMELLES LES DEUX MONNAIES DES SYSTÈMES D'ÉCHANGE LOCAL (SEL) Smaïn Laacher avec la collaboration de Francis Bloch-Malikow

2 SOMMAIRE Remerciements 4 Introduction 5 Une problématique rédéfinie 6 Méthode 8 L'observation des lieux et des pratiques 10 Présentation des trois SEL 11 Catégories indigènes et éthique des échanges 19 Liens, échanges et «richesse» 27 L'épicerie du SEL de Saint Quentin-en-Yvelines 33 Les écarts à la règle 38 Conclusion 45 Bibliographie 49 ANNEXE 50 Le guide d'entretien 51 Les trois bons d'échange des trois SEL 53 La charte de Solidaire 54 La charte d'adhérent du SEL de SQY 55 La charte du SEL de Paris 57 Le règlement intérieur du SEL de Caen 59

3 REMERCIEMENTS Ce travail doit beaucoup aux adhérents des SEL de Caen, de Paris et de Saint Quentin-en- Yvelines. Merci pour leur grande disponibilité. Denis Arbel, Alain Bertrand, Nicole Guilloteau, Alain Bouhier et Armand Tardella, nous ont accueillis et «guidés» dans leur SEL respectifs. Nous les remercions vivement pour l'intérêt constant qu'ils ont montrés pour notre travail. des entretiens. Merci aussi à Francis Bloch-Manikow et Frédéric Hontschoote pour leur aide dans le recueil Enfin un grand merci à Laurette Mokrani pour la lecture attentive de ce texte.

4 INTRODUCTION Initialement notre recherche avait pour objet de construire les formes de contraintes symboliques et matérielles attachées à quelques politiques monétaires fondamentales qui ont cours dans les systèmes d'échange local (SEL). Ces politiques monétaires pouvaient être empiriquement saisies au sein de trois SEL exemplaires. Le SEL de Paris qui organise ses transactions à partir d'une monnaie locale dont la valeur est alignée sur le franc ; le SEL de Caen qui utilise la monnaietravail ; enfin, le SEL de Saint-Quentin-en-Yvelines qui, lui, a choisi la monnaie fondante '. Notre souci était, à partir de ces différentes politiques monétaires, d'expliciter les déterminants de ces choix volontaires visant à fonder un ordre des échanges et un type de lien social entre les personnes. Pour ce faire, nous formulions trois hypothèses. La première était que la biographie des responsables, qui sont en même temps les fondateurs de ces SEL, n'était pas sans incidence sur les choix effectués en matière d'organisation et de politique monétaire. Dans cette perspective, il nous semblait que le degré de rupture ou de conciliation avec les contraintes et les impératifs sociaux et économiques du marché s'expliquait en partie par la qualité de l'insertion socio-professionnelle de ces responsables, et par l'existence (ou l'inexistence) d'une expérience militante passée ou actuelle. La seconde hypothèse, en rapport avec la précédente, était que l'identité de chacun de ces trois SEL renvoyait à un aménagement spécifique des rapports symboliques et économiques entre les personnes. En clair, il existait, selon le médium monétaire choisi, une variation plus ou moins significative dans la définition de notions comme celles de compétence, de travail, de partage des richesses, d'échange, etc. Plus largement, la question était de savoir si le mode d'organisation monétaire des échanges atténuait, transformait ou déplaçait de nouvelles formes d'inégalités et de 1 Les SEL qui adoptent la monnaie-travail la mobilisent et la qualifient de «monnaie la plus juste». Sa vocation qui se décline dans l'impératif suivant : une heure égale une heure, quel que soit le «service» effectué, est bien plutôt un mode d'organisation éthique des échanges. Ce qui est recherché, ce n'est pas le juste prix mais la symétrie des valeurs temporelles : une heure d'une vie est équivalente à toutes les autres quelle que soit la grandeur des personnes. Quant à la monnaie fondante, elle vise à accélérer les échanges en faisant un don en monnaie locale (1000 pavés par exemple ) à tout nouveau membre. L'objectif est double : d'une part, favoriser une entrée aussi rapide que possible dans le cycle des échanges, d'autre part, lutter contre la peur d'un solde négatif du compte. En contrepartie de ce don en monnaie, le solde positif des comptes de chacun est soumis à une taxe mensuelle de 3% afin de récupérer tout ou partie de la somme distribuée. Cette récupération graduelle est appelée «cotisation solidaire». Nous reviendrons plus longuement sur ces questions au cours de nos développements. ç

5 domination entre les personnes et les groupes en fonction de leur ressources matérielles et symboliques. Enfin troisième et dernière hypothèse. Les trois politiques monétaires que nous voulions étudier n'étaient pas envisagées seulement comme des intermédiaires facilitant des échanges plus ou moins équitables mais bien plutôt, chacune à leur manière, comme des politiques pédagogiques de déconditionnement des habitudes acquises en matière d'échanges économiques et d'usages monétaires (individualisme monétaire, relations aux banque, au crédit, etc.). Après plusieurs semaines d'enquête, nos hypothèses initiales se sont à la fois légèrement modifiées et surtout élargies et complexifiées. Nous pouvons maintenant résumer les éléments qui constituent la problématique que nous allons dérouler tout au long des développements qui vont suivre. UNE PROBLEMATIQUE REDEFINIE Sans aucun doute, les membres fondateurs de ces trois SEL ont joué un rôle décisif dans le choix des politiques monétaires et ainsi ont été à l'origine, pour leur SEL, d'une vision de l'échange équitable. Au cœur de celle-ci - ou plus précisément la condition pour inscrire celle-ci dans la pratique quotidienne -, réside le choix de la bonne monnaie, «d'une monnaie sacrée parce qu'elle permet des échanges humains sans exploitation» 2. Pourtant, au sein de chaque SEL, des controverses et des pratiques différentes existent à propos de la définition de ce qu'est une «monnaie juste» et d'un «échange qui rend plus riche en liens qu'en biens». Dans cette perspective, il nous faut rendre compte, d'une part, des catégories économiques indigènes qui sont mobilisées pour qualifier ce qu'est un bien, un service, une dette, du travail, etc. ; d'autre part, des controverses nombreuses et fréquentes (auxquelles participent les fondateurs) portant sur les pratiques monétaires et la qualité des échanges. Ces luttes de définitions sur ce qu'est et doit être un 2 Cf. à ce propos, Aglietta Michel et Orléan André (sous la direction), La monnaie souveraine, Odile Jacob, 1998 ; Gesell Silvio, L'ordre économique naturel, éditions M. Issautier, 8ème édition, 1948 ; Simmel Georges, Philosophie de l'argent, PUF, 1987 ; Mauss Marcel, Sociologie et Anthropologie, PUF,

6 SEL offrent une vue précise et synthétique des enjeux politiques et symboliques pour l'ensemble des SEL. Ces premières données nous mettent objectivement en présence de ce que nous appellerons une économie volontaire. Celle-ci est très codifiée : existence de règlements, d'un «esprit», d'une charte, d'une monnaie locale, d'une comptabilité, de bons d'échanges, d'activités collectives, d'un usage important d'internet et de l'ordinateur, etc. Mais, comme dans l'économie officielle, il y a dans les SEL une gestion des relations entre l'officiel et l'officieux, le déclaré et le non déclaré, une tension permanente entre conformité et écart à la règle, une négociation de la valeur des transactions, des compétences ou des savoir-faire demandés, d'autres pas ou très peu, etc. Par ailleurs, cette économie volontaire - et c'est en cela qu'elle s'oppose à l'économie officielle - structure les échanges à partir d'une politique monétaire locale qui, selon les SEL et la nature des échanges (biens ou services), autorise (ou interdit) les personnes à déterminer elles-mêmes les conditions de l'échange et la valeur (le prix) des biens ou des services. Aussi pourrions-nous dire que l'économie des SEL et l'économie de marché sont semblables et opposées. Il existe non pas une relation contradictoire de compétition ou de dénégation entre ces deux économies mais une symétrie. Pourtant, selon le degré de contrainte de la politique monétaire en vigueur ( politique du «laisser faire», politique de «don forcé», ou politique «égalitariste»), se constitueront des réseaux informels d'échanges dont la particularité fondamentale réside dans leur caractère transitif: l'organisation des échanges et leurs modes de rémunération s'appuient constamment sur une subtile composition entre ressource interne (notoriété, crédit en monnaie locale, nature de l'offre proposée, responsabilité au sein du SEL, etc.) et ressource externe (disponibilité financière, sociabilité, position sociale, compétence professionnelle, possession d'un appartement assez grand pour y tenir des réunions, etc.). Il y a à la fois passage continuel entre le SEL et le marché, et mobilisation systématique des avantages matériels et symboliques des deux marchés, le monétaire et le non monétaire (le SEL). Ainsi, dans cette perspective, on peut envisager l'espace du SEL comme un marché secondaire des compétences reposant sur des règles écrites et non écrites. On offre des compétences, on cherche des compétences, on teste des compétences. Ces trois figures peuvent se /

7 retrouver indépendamment les unes les autres comme elles peuvent être constitutives d'une stratégie cohérente en matière d'insertion socio-professionnelle. Mais la fluidité, le vciume, la qualité des échanges, ainsi que leur circulation entre les diver* marchés, sont en grande partie déterminés par le degré de formalisation scripturale et comptable de chaque SEL. Cette formalisation, qui se veut transparente et démocratique (donc fortement contraignante), produit sur la structure des échanges des effets pratiques obligeant à transgresser les règles officielles. Cette transgression ne vise pas officiellement à porter atteinte à «l'esprit» du SEL et à l'intérêt général, mais recherche la maximisation des échanges. Cette configuration nous suggère l'hypothèse suivante : nous sommes en présence d'une économie volontaire qui ne peut tout réguler (même quand elle le désire comme dans le cas des SEL fonctionnant à la «monnaie travail») ou qui ne veut pas tout réguler. Dans les SEL, il y a des contraintes empêchant une plus grande fluidité des transactions, ce que certains adhérents appellent «des obstacles à l'échange». Une des manières, officieuse, d'accélérer la circulations des biens et des services, de réduire les obstacles à l'échange, c'est de contourner, de redéfinir ou d'assouplir les règles officielles. Par exemple, en utilisant de l'argent et de la monnaie locale au sein du SEL pour certaines transactions ; de limiter son débit en utilisant de l'argent ; en recourant au troc ; en ne comptabilisant plus les échanges ; en échangeant de la monnaie locale contre de l'argent ; ou en augmentant le temps passé au travail dans les SEL dont la règle est la «monnaie-travail», etc. Ces pratiques, il nous faudra les expliciter. METHODE Les entretiens Nous avons réalisé au total, pour les trois SEL, vingt cinq entretiens approfondis. Pour une vingtaine d'entre eux, nous les avons réalisé en deux ou trois étapes. Ces entretiens ont duré entre quatre et six heures chacun. Tous se sont déroulés à l'aide d'un magnétophone. Les personnes nterwievées, conformément à notre réponse à l'appel d'offre, ont été choisies en fonction de leur ancienneté, et parmi les adhérents les plus anciens, ceux qui échangent le plus souvent. 8

8 Ainsi, une dizaine d'entretiens ont été réalisés auprès d'adhérents du SEL de Paris.. Nous avons par ailleurs interviewé les deux principaux responsables du SEL de Paris (qui en sont les fondateurs) ainsi que la trésorière, responsable de la comptabilité en Piafs. Ces personnes sont très ajlives 'i,m le do:v.ii:v;..-. > czh-.r...'.. a possède:.: u la :"bis \ùe min. JÍ. J i.j cibuis : «l'aventure» et une vue très précise du fonctionnement de leur SEL. Pareillement, une dizaine d'entretiens ont été réalisés auprès des adhérents du SEL de Saint-Quentin-en-Yvelines. De la même façon que pour le SEL de Paris, nous avons choisi les plus anciens et les plus actifs. Le responsable, figure charismatique, a lui aussi été, à plusieurs reprises, interviewé sur le mode formel et dans le cadre de conversations informelles. Enfin, le responsable du SEL de Caen a été longuement interviewé ainsi que six adhérents des SEL de Caen et de Vire. Notre analyse s'est évertuée à expliciter les informations et les significations pertinentes contenues dans les entretiens. Nous avons opéré plusieurs lectures d'un même entretien. S'il est vrai que nous sommes ici proche d'une méthode herméneutiques consistant à chaque nouvelle lecture d'un même texte à relever de nouveaux contenus sémantiques, notre ambition ne s'est pas limitée à un travail de déchiffrement de textes. Nous avons choisi, pour lire et interpréter nos entretiens, l'analyse comprehensive fondée sur la rigueur et l'imagination, pour reprendre l'expression de Mills C. Wright. La notion d'imagination traduit un effort nécessaire de représentation (dans les domaines cognitifs et discursifs) des pratiques, des mécanismes et des modes d'engagement qui ont produit les situations ou les phénomènes évoqués par nos interviewés de manière explicite ou simplement allusive. Nous avons répertorié les éléments communs et les éléments divergents d'un entretien à l'autre en prenant appui sur la grille thématique de notre guide d'entretien. Nous obtenons ainsi un tableau à trois colonnes : col 1 : les idées (ou représentations) similaires d'un entretien à l'autre ; col 2 : les différences ou les discordances ; col 3 : les valeurs et les pratiques propres à l'interviewé. 9

9 Ainsi, au sein de chaque colonne, nous pouvions très rapidement repérer et choisir les extraits qui nous semblaient les plus illustratifs pour nos analyses. L'OBSERVATION DES LIEUX ET DES PRATIQUES Nous avons effectué nos observations au sein de trois espaces dans lesquels se jouait, du point de vue théorique, la vocation des SEL, et dans la pratique quotidienne, les différentes modalités d'organisation des échanges. Le premier espace observé fut celui dans lequel se déroule à date fixe et dans un lieu obligatoirement couvert, les échanges de biens et de produits pour l'ensemble des adhérents. Cet espace est appelé «la bourse locale d'échanges» (BLE). Ces bourses nous ont permis de comprendre comment se présente un marché SEL, quels sont les objets et les produits proposés à l'échange et ainsi de voir concrètement comment se fixent et se négocient les prix. Le second espace que nous avons eu la possibilité d'observer est celui des réunions ordinaires et extraordinaires (un conseil d'administration, une assemblée générale, etc.). Nous avons par ailleurs participé à la rencontre nationale (Intersel 2000) des SEL qui s'est déroulée à Saint Jean Le Blanc (Normandie) du 23 au 26 août 2000 et qui a réuni plusieurs dizaines de SEL et environ 300 adhérents. Cette rencontre fut pour nous très précieuse et très instructive car elle a été un moment où se sont exprimés des points de vue, où ont été exposés des pratiques et des «manières de faire», des controverses sur la «nature» politique des SEL et leur «degré de subversion». Enfin, le dernier espace dans lequel nous avons effectué quelques observations est celui de l'épicerie «selservice» du SEL de Saint-Quentin-en-Yvelines. Celui-ci a été le premier à créer une épicerie qui propose des produits alimentaires, pour l'essentiel, achetés en francs mais revendus en monnaie locale (le pavé). Cette épicerie se tient tous les samedis. Elle est ouverte à tous les adhérents de tous les SEL. La compréhension de cette expérience inédite est importante car elle livre des indications très précieuses sur la manière d'articuler «sans perversion l'économie de marché et le système SEL (...) La difficulté est de créer de l'échange équitable avec des produits qui ont été fabriqués par le marché» (un responsable de SQY). Par ailleurs, nous avons assisté à l'assemblée générale du SEL de SQY en novembre Au cours de celle-ci a été abordé un 10

10 problème intéressant, celui d'une introduction maîtrisée «et à toute petite dose» de l'argent dans le domaine du fonctionnement ordinaire du compte SEL. PRESENTATION )ES TROIS SEL Les SEL que nous avons étudié, ceux de Paris, de Saint-Quentin-en-Yvelines (SQY) et de Caen ont bien évidemment de nombreux points communs. Ils sont juridiquement organisés en association et sont adhérents à la Charte des SEL qui codifie la philosophie générale et signe leur appartenance à un même «esprit» ou, ce qui revient au même, à une même «éthique des échanges». La publicité des transactions s'opère à l'aide d'un catalogue des ressources où sont consignés les offres et les demandes de chaque adhérent. Tous les trois matérialisent leurs transactions et leur comptabilité par un système de bons, appelé «bon d'échange» et organisent périodiquement des bourses locales d'échanges (BLE). Mais à y regarder de plus près, les différences qui apparaissent ne peuvent pas être réduites seulement à des modes d'organisation spécifiques. Elles sont liées, pour les plus fondamentales d'entrés elles, à la tentative d'introduire la plus grande équité possible dans les échanges 3. Plus précisément, ces différences résident dans les politiques monétaires mises en place dans chacun des ces SEL. En attendant d'y revenir plus longuement, énonçons rapidement ces trois politiques monétaires. Le SEL de Paris, qui est né en mars 1996, compte aujourd'hui environ 400 adhérents. Il est, à notre connaissance en France, le SEL le plus important en nombre d'adhérents. Etant donné l'ampleur du travail à effectuer quasi quotidiennement, les responsables ont jugé «nécessaire» l'embauche d'une personne en contrat emploi solidarité (CES). Le piaf est le nom de la monnaie locale. Un Piaf est égal à un franc. Mais presque toujours, les biens et les services auxquels on accède avec cette monnaie valent en règle générale «moins cher que sur le marché», selon l'expression d'un adhérent. 3 Laacher Smain, «Les systèmes d'échanges locaux et la question de l'échange», Silence, n 298, février

11 Les échanges se font de gré à gré. C'est indéniablement ce qui caractérise la politique monétaire du SEL de Paris : les prix sont libres, c'est-à-dire qu'il est officiellement recommanda de «négocier» et de «marchander» la valeurs des biens et des services. L'association n'intervient pas dans les :. -,;lu".;ig : 1. o y..\.l >y.\j,l"- :-dh ::':.: ;, A '-',:z :!'c'i\i;hi_\, vvfjun: '..- _ ;>.:!ei.v. transactions pratiquer, essentiellement dans le domaine des services, l'échange fondé sur la «valeurtravail» (1 heure = 1 heure). Cette pratique est tout à fait tolérée mais elle reste très minoritaire. Le SEL de Caen a, quant à lui, été créé en Il compte aujourd'hui 135 adhérents. La monnaie locale s'appelle le grain de sel. Dans ce SEL nous précise un de ses responsables, «il est fortement conseillé de pratiquer le 1 heure égale 1 heure. C'est conseillé mais ce n'est pas imposé, les gens peuvent négocier (...) Si un bon d'échange arrive avec une heure pour plus de 200 grains, on ne va pas le refuser. Du moment qu'il y a eu accord des deux personnes et que ça a été signé, il n'y a pas de problème». Pas de règle imposée mais un mode de régulation dominant : celui de la «monnaie-travail». Le principe est le suivant : une heure égale une heure quel que soit le service échangé. Ainsi, l'heure passée à faire les carreaux vaut le «même prix» qu'une heure d'expertise fiscale. Seules les transactions de biens matériels échappent à cette obligation morale. La valeur des produits (périssables ou non) est laissée à l'appréciation des contractants. Elle fait l'objet d'une «négociation» de gré à gré. Ici, comme d'ailleurs dans les deux autres SEL étudiés, la communauté des adhérents peut fixer directement la définition légitime du mode de régulation des échanges : le gré à gré fixant librement le prix de la transaction ou la «monnaie-travail» qui impose soit un prix de l'heure, soit une «fourchette» à ne pas dépasser, par exemple entre 50 et 70 grains de l'heure. Le SEL de Saint-Quentin-en-Yvelines est né en 1996 et compte à ce jours 150 adhérents. Sa monnaie locale est le pavé. Il a à l'évidence un statut quelque peu particulier au sein de la «mouvance de SEL» et du même coup se différencie des SEL de Paris et de Caen. Non pas tant 4 La mise au vote du choix de la politique est possible, pas toujours avec succès : «Oui les comptes posent problèmes, et ils sont à mon avis incontournables, surtout lorsqu'on cherche à mettre au point un système qui ne soit pas simplement local. Pour le Sel de la Double, j'avais proposé que l'unité d'échange soit l'heure, plus de monnaie, mais du temps échangé. On ne s'aligne plus sur le Franc (parce qu'on fait tous ca, non?) mais sur le temps. En plus d'avoir la satisfaction d'éradiquer la monnaie, cela faisait la nique au passage à l'euro, qui ne simplifiera pas les intersels. Cette piste me plaisait, mais elle n'a pas été retenue. Vox populi...». 5 Comme par exemple au sein du SELd'Ivry qui a inscrit dans son règlement intérieur l'obligation de pratiquer «le 1 heure égale 1 heure». 6 Une heure peut valoir par exemple 60 grains de sel. 12

12 dans le mode de fixation des prix des transactions. Comme dans les autres SEL les adhérents peuvent librement décider, lors des négociations, de la valeurs des produits et des services. Pour le SEL de SQY, la pratique dominante est le gré à gré dans le mode de fixation des prix. Ce qui n'interdit pas à certains adhérents de préférer la «monnaie-travail» quand il s'agit de fixer le mode de rémunération d'un service effectué. Là encore, il est nécessaire de nuancer et de mentionner, pour être plus précis, que pour une même personne la règle peut être soumise à exception ou à variation : on peut avec certaines personnes, pour certains services, lors de certaines périodes (en général de fort débit) faire jouer le gré à gré ou la «monnaie-travail». Le statut particulier du SEL de SQY tient principalement dans le choix de la monnaie fondante comme politique monétaire seule susceptible à la fois «d'accélérer les échanges» et de pratiquer une «politique de relance». Cette politique monétaire, la première tentée dans un SEL en France, a été initiée par Armand Tardella président du SQY en janvier Il vaut la peine de s'arrêter un instant sur cette expérience, souvent citée comme un exemple d'innovation. Après un an environ de fonctionnement, un constat sans appel s'imposait à tous : les personnes dont le compte était «négatif» n'osait pas entrer dans le cycle des échanges. On offrait mais on sollicitait peu, voire pas du tout. Le seul processus qui était privilégié par beaucoup était celui de l'accumulation primitive de pavés. Face à cette «peur d'échanger quand on est en découvert», le président a proposé deux mesures «radicales» pour lutter contre cette «inhibition». Tout d'abord, le versement à chacun et à tout nouvel adhérent de pavés (équivalent de 1000 francs) ; ensuite un «prélèvement» mensuel de 3% sur les soldes positifs à titre de «cotisation solidaire» pour alimenter le «compte commun» en remplacement de la cotisation annuelle. Au bout d'une année, la «peur d'échanger» avait largement diminuée et le volume d'échange a été multiplié par 3,5. Pour le SQY, ces mesures approuvées par une très grande majorité d'adhérents ne remettent pas en cause l'équité dans les échanges puisque ce qui est «taxé», ce ne sont pas les montants des transactions, ou la liberté de fixer soi-même la valeur des choses, mais les avoirs monétaires, les crédits. Ces mesures incitent les personnes à ne pas thésauriser ainsi et, c'est peutêtre plus inattendu, à échelonner les paiements (en pavés) de transactions financièrement importantes («achat» d'un ordinateur, d'une télé, etc.). Par ailleurs, et comme pour renforcer davantage l'implication de chacun dans le bien commun, les pavés ainsi collectés sont mobilisés 13

13 pour deux types d'activités fondamentales : la rémunération liée au fonctionnement quotidien du SEL et la confection de projets fédérateurs, par exemple la mise en place d'une épicerie-sel sur laquelle nous reviendrons plus longuement. Ces trois politiques monétaires doivent beaucoup à leurs fondateurs. Que ce soit Alain Bertrand pour le SEL de Paris, Armand Tardella pour le SQY ou Alain Bouhier pour celui de Caen, tous les trois ont non seulement été à l'origine de leur SEL respectifs mais ils ont été ceux qui ont «proposé» à leurs adhérents une vision idéologique et des principes de justification de l'échange équitable. C'est particulièrement vrai pour Alain Bertrand et Alain Bouhier dont l'engagement dans les SEL (et non plus seulement leur SEL) est théorisé et fondé sur un argumentaire très franchement militant. Pour Alain Bertrand qui a été l'un des quatre fondateurs du premier SEL français en Ariège, devenu par la suite, grâce à cette antériorité qui est aussi un capital d'expérience inédit, une sorte d'expert en création de SEL, la «dimension politique» est d'emblée présente lors de la mise en place du SEL de Paris. Cinquante ans, père de deux enfants, ce militant écologiste est issu de la bourgeoisie parisienne, il a voyagé dans le «Tiers-monde» (Afrique et Amérique Latine essentiellement) et vécu, dans les années 70, six mois en brousse en Afrique, exerçant le plus souvent des «petits boulots intellectuels, comme par exemple enquêteur en Afrique pour l'orstom». Il a été et reste une sorte de militant professionnel. En 1981, il rencontre Teddy Goldsmith «qui m'a fasciné», nous dira t'il, et chez qui il perçoit une fibre écologiste très prononcée après l'avoir entendu exposer son point de vue sur le développement présenté «comme une nouvelle forme de colonialisme». C'est encore Teddy Goldsmith qui lui parle pour la première fois des LETS anglais (Local exchange and trading system 7 ). Pendant de nombreuses années, il va vivre à la campagne et apprendre «à connaître le monde paysan : des gens qui savent tout faire, des gens qui sont intelligents, des gens qui ont des valeurs qu'ils défendent». De là vient son intérêt pour les questions agricoles et son adhésion à l'alliance Paysans Ecologistes Consommateurs (APEC) qui prenait la défense des «petits paysans contre l'agriculture industrielle». L'équivalent des SEL français. 14

14 Mais ce n'est pas seulement sa position de fondateur du premier SEL français 8 qui lui permet de parler avec autorité des monnaies locales, de leurs avantages mais aussi et surtout des limites idéologiques et économiques des différentes politiques monétaires qui ont cours dans Ie:> SEL. C'est aussi une indéniable connaissance historique des différentes expériences étrangères, en particulier des causes de leurs échecs. Parce qu'il est l'un des rares à connaître la littérature anglosaxonne sur le thème des monnaies locales, sa «parole» sera décisive dans l'instauration du gré à gré comme mode dominant de fixation des prix. «Cette histoire de monnaie locale, nous dit Alain Bertrand, a démarré dans les années 70 en Californie, les mouvements «pop», la révolution des mœurs, les soixante-huitard californiens, c'était ça le contexte historique. L'idée dominante, c'était 1 heure égale 1 heure. Donc une idée assez rigide. Mais ça ne fonctionnait pas, c'était pas souple du tout. Les gens qui avaient du matériel ou des compétences techniques, ou qui devaient préparer un peu auparavant (par exemple des cours informatique, etc.) et bien, ces gens n'adhéraient pas trop ou se désinvestissaient. C'était une très belle idée mais ça ne fonctionnait pas, les gens ne jouaient pas le jeu. Et les gens ce sont dit : "on va essayer d'introduire un peu plus de souplesse dans ce système ; après tout pourquoi est-ce que 1 heure de travail égalerait 1 heure de travail? Finalement, les gens sont majeurs et vaccinés et ils peuvent très bien s'entendre". C'est Michael Linton, un informaticien, qui a eu un coup de génie et qui a proposé autre chose : on ouvre un compte en monnaie locale sous forme de bons d'échange à tous les adhérents et tout le monde démarre à zéro et on a le droit de débiter sur ce compte. Mais il fallait quelqu'un pour gérer les comptes et Michael Linton s'est proposé parce qu'il était informaticien. Le système que nous avons à Paris et dans les autres SEL avec débit, crédit, bon d'échange, comptabilité, etc. vient en droite ligne de Linton. Mais au bout de deux ou trois ans, ça s'est cassé la gueule parce qu'il y avait des gens qui avaient énormément profité du système : des gens ont été volés, d'autres lésés, etc. Ca a beaucoup fait réfléchir. Et on sait pourquoi ça a capoté : parce que Michael Linton établissait un peu trop seul les règles de cette "banque alternative". Alors les gens ont commencé à créer d'autres règles. Le principe fondamental à été maintenu mais on a rajouté trois autres mécanismes. Tout d'abord tous les comptes démarrent à zéro et les comptes reflètent la valeur des échanges au sein d'un groupe. Ensuite, il y a un débit et un crédit autorisé ; les gens sont plus regardant sur le débit autorisé. Enfin, une autogestion totale du système et une transparence complète des comptes et des transactions. Compte tenu de cette histoire et de ces expériences, nous avons choisi, à Paris, un système fonctionnant sur le gré à gré, sans imposer un tarif unique. Les gens sont responsables et il faut se faire confiance. Le gré à gré repose sur la responsabilité et la confiance réciproque. Mais les gens peuvent fonctionner à la monnaie-temps s'ils le veulent. A eux de décider». 8 Laacher Smaïn, «Economie informelle officielle et monnaie franche. L'exemple des systèmes d'échanges locaux», Revue Ethnologie française, n 2, juin

15 La préférence, dans le SEL de Caen, pour la «monnaie-travail» comme mode de régulation dominant des échanges, obéit à d'autres déterminations biographiques. Même si la configuration générale du SEL de Caen reste relativement proche de celle de Paris et dans une moindre mesure de celle de SQY. Le fondateur et l'actuel président, Alain Bouhier, âge de 49 ans et père de trois enfants, d'origine bretonne, issu d'une «famille catholique» de cinq enfants dont le père était «directeur de société» et la mère «une épouse au foyer», est aujourd'hui ingénieur en informatique. «Après quelques études de socio-psycho» vite arrêtées «parce que j'avais les gamins, une vie de famille, il fallait donc que j'assure financièrement», il décide de rentrer à la poste comme facteur. Au bout de six mois, il quitte son emploi et en trouve aussitôt un autre à l'assedic. «Je suis resté 12 ans à l'assedic mais pas plus de six mois au même poste (...) J'ai changé 15 fois de poste puisque j'ai gravi tous les échelons, j'ai découvert les ordinateurs et j'ai appris sur place, dans le concret (...) J'ai utilisé toutes possibilités de formation si bien que quand je suis sorti de l'assedic, j'avais en poche un diplôme d'ingénieur en informatique. J'étais cadre et responsable syndical CFDT, responsable de la commission hygiène et sécurité. Quand j'ai quitté l'assedic, j'étais chef d'antenne d'une ASSEDIC. C'était moi le chef (...) Quand j'ai entendu parler la première fois des SEL, c'est en lisant un article du Nouvel Observateur sur le SEL d'ariège. J'ai trouvé l'idée absolument géniale. Cela correspondait à tout ce que je cherchais. J'avais déjà essayé dans ma tête de monter un système comme ça et il y en a qui l'ont fait. J'ai pris contact avec le SEL de l'ariège. Ils m'ont parlé des SEL, entre autre celui des Vans. Ce n'est qu'un an plus tard que j'ai appris qu'il se formait un SEL à Caen. Et au bout d'une année, compte tenu que j'avais mis en place un bulletin, un programme pour gérer les adhésions, des annonces, un système de comptabilité et d'enregistrement des transactions et bien, on m'a élu président. C'était un SEL très théorique : on parlait beaucoup et on n'échangeait pas. Il y avait à l'époque une dizaine d'adhérents, aujourd'hui nous sommes pas loin de 150 (...) Moi dans le SEL, j'offre des dépannages en informatique. Mais je ne demande pratiquement rien parce que je ne pense pas à demander, je pense plutôt à offrir. J'ai beaucoup de mal à demander. Beaucoup, comme moi ne savent pas demander et ne savent pas offrir (...) Dans notre SEL, il y a une base qui dit : une heure égale soixante grains. C'est ce que dit notre règlement intérieur : une activité de médecine ou de balayage, c'est la même chose. Mais il faut dire que 1 heure égale 1 heure, c'est ce qui est conseillé mais ce n'est pas imposé. Les gens peuvent négocier. Mais la dominante, c'est 1 heure égale 1 heure». Avec les SEL de Paris et de Caen, nous sommes dans une logique d'équité (le gré à gré ne lèse personne et la monnaie-travail - toujours conseillée mais jamais imposée sauf à de rares exceptions - réduit la part d'arbitraire dans la négociation), mais aussi de responsabilité, en se refusant par exemple d'intervenir directement, comme dans le cas de la monnaie fondante, dans le cycle des échanges. Les fondateurs et responsables de ces deux SEL ont sans aucun doute, par leur 16

16 surinvestissement dans cette expérience, leur incontestable charisme, leur culture et leurs choix politiques et idéologiques, ainsi que leur connaissance des «mouvements alternatifs», imprimé leur identité aux SEL auxquels ils appartiennent. Par ailleurs, et cette position politique est essentielle, dans les deux cas, il n'est nullement question de remettre en cause la dimension locale des échanges. Celle-ci doit être coûte que coûte préservée et les échanges doivent toujours se dérouler dans un espace d'interconnaissance maîtrisée par tous. L'ambition n'est pas de construire une «économie alternative» ni de faire des SEL un marché autosuffisant à côté de l'économie officielle, l'économie de marché. La perspective et les ambitions sont quelque peu différentes pour le président du SEL de SQY. Armand Tardella, marié et père de deux enfants, est diplômé de l'ecole normale supérieure de Paris. Il est aujourd'hui «conseiller en organisation». «En 1996, j'avais déjà l'intention de créer un SEL. C'est quand j'ai lu un article sur les LETS anglais que je me suis dit : il faudrait faire la même chose en France. Je suis allé en Angleterre pour m'informer et discuter avec des gens qui avaient monté des LETS. J'ai ramené de la documentation. Et quand je suis revenu en France, je tombe sur un reportage télé sur le SEL d'ariège. Autrement dit chacun de son côté, sans le savoir, avait les mêmes projets : essayer de lutter contre le manque d'argent et l'exclusion. J'ai tout de suite pris contact avec François Terris, le responsable du SEL d'ariège et notre SEL a démarré en même temps que le leur (...). Pour moi un SEL, le mien et les autres, ça créé du lien, les gens recherchent du lien social, ça peut aider pas mal de gens mais ça ne résoud pas les problèmes de fond : celui de la relance de l'emploi et des relations entre l'économique et le politique à l'échelle d'une société (...). Ce sont les pavés supplémentaires, bien plus que la pénalité sur l'épargne, qui ont provoqué cette «relance». Les conséquences de ce nouveau systèmes sont importantes : le remboursement de la «dette» devient automatique. Avec un prélèvement sur les comptes positifs et non sur le montant des transactions (contraire à l'esprit du SEL selon nous), le remboursement progressif est assuré, même si pour une raison inconnue le flux des échanges diminue (...) Rien n'empêche de réaliser des relances successives si les capacités de production existent, elles seront toutes financées. Les relances peuvent être orientées. Il est possible d'investir sur une activité en la finançant par la cotisation solidaire. En définitive, il devient possible de piloter l'économie par le politique (...) Dans le SEL de SQY, les prix sont fixés librement, mais les adhérents peuvent aussi utiliser la monnaie-temps, ce n'est pas la majorité et quand ça se pratique c'est seulement pour les services». 17

17 L'absence de règles, au sein des trois SEL que nous venons de présenter, quant aux modalités de fixation des prix, résulte d'un compromis entre plusieurs manières de pratiquer des échanges. Il ne s'agit pas pour les adhérents et avant tout pour les responsables de ces trois SEL d'instaurer grâce aux échanges ;m sens de l'égalité mais bien plutôt d'apprendre en faisant des échanges un sens du juste toujours soumis à la délibération. Une des caractéristiques des SEL étudiés, mais cela vaut pour tous les autres, est de réunir en leur sein des catégories sociales parfois fortement éloignées sous le rapport de l'origine sociale, du capital scolaire, de l'activité professionnelle, etc. Cette hétérogénéité des parcours, des expériences et des compétences (techniques, politiques, etc.) constitue un des points de frottements très important entre les personnes puisque cela peut aller jusqu'à provoquer des «scissions» : «pour créer un SEL qui fonctionne à la monnaie-temps nous avons décidé à quelques-uns de partir». Objectivement, ce compromis traduit une tension permanente entre une politique de «laisser faire» reposant sur le pari que le «négociation» est un mode de constitution du juste prix et de contrôle social des sentiments d'autrui (c'est le cas des SEL de Paris et de SQY), et une politique de réduction des inégalités fondée sur l'équivalence des grandeurs : «une heure de la vie de quelqu'un vaut une heure de la vie d'un autre». Il nous faut d'avantage expliciter cette tension afin d'en reconstruire les enjeux fondamentaux. Il nous semble que le plus approprié pour mener à bien cette opération est de soumettre à examen les controverses souvent passionnées qui ont pour objet les «conditions nécessaires» pour réaliser des échanges structurellement dégagés de tout esprit d'exploitation. Il ne s'agit pas de confronter des points de vue abstraits mobilisant des mais de dessiner un espace concret des points de vue relatant des expériences vécues et des pratiques actuelles. Cette perspective nous permettra ainsi de rendre compte, entre autre, des catégories indigènes qui sont au fondement des définitions et des classements qui sont à l'œuvre au sein des SEL. 18

18 CATEGORIES INDIGENES ET ETHIQUE DES ECHANGES. DE QUELQUES CONTROVERSES On ne choisit pas toujours le SEL auquel on veut adhérer. Pour des raisons de commodité géographique, d'intégration dans le groupe et de maximisation de la confiance dans les échanges, on va dans le SEL le plus proche, celui de sa ville ou de son quartier. Pareillement, on ne peut redéfinir ou remettre en cause, lors de son adhésion, la validité de la monnaie 9, ou plus généralement proposer une autre politique monétaire que celle déjà définie par le groupe. Tout comme il est impossible de déplacer le seuil de tolérance des débits et des crédits. Ce sont là autant de mécanismes structurels qui participent à l'identité de chaque SEL et qui sont en général codifiés dans des textes, en premier lieu dans le règlement intérieur. Mais ce cadre général n'interdit pas l'existence, au sein d'un même groupe, de pratiques particulières d'échanges, c'est-à-dire de procéder à des transactions et à des évaluations qui ne soient pas conformes à la règle. Un SEL n'a de chance de durer, sans devenir une coquille vide, que si ses adhérents échangent le plus souvent possible. Pour cela, il semble qu'il faille au moins remplir trois conditions : que les offreurs trouvent des demandeurs et réciproquement ; que les personnes aient l'occasion de se voir et de se parler le plus souvent possible en dehors des échanges singuliers (par exemple de ce qu'elles pourraient échanger) ; enfin, que la valeur de l'échange ne soit pas livrée à la subjectivité de chacun, c'est-à-dire à la loi du plus «fort» (du fort en thème, du moins timide, du «charmeur», du plus charismatique, de l'expert, etc.). Si la première condition n'est pas remplie, personne n'est lésé et l'échange au mieux tardera, au pire ne se fera jamais. La seconde condition est plus facile à mettre en place et elle existe dans nos trois SEL avec des effets généralement reconnus comme bénéfiques : les bourses locales aux échanges (BLE), les fêtes, les sorties collectives, la création de «pôles», d'ateliers, de stages, de commissions, les réunions inter- SEL, etc., sont autant d'activités fédératrices et créatrices de projets communs. La troisième condition est indéniablement la plus problématique car elle est celle qui met directement en jeu 9 Aglietta Michel et Orléan André (sous la direction de), 1995, Souveraineté, légitimité de la monnaie, Association d'économie financière, Caisse des dépôts et consignations ; Servet Jean-Michel (sous la direction), Monnaies locales et lien social, (émergence des systèmes d'échange local, recherche soutenue par le Mécénat de la caisse des dépots et consignations. Groupe de Rechercheset d'analyses des Institutions, université Lyon II,

19 l'identité des personnes, la valeur sociale de leurs compétences ou de leur «savoir-faire», leur réputation et partant la confiance que le groupe leur accorde, le sens qu'elles ont du juste et de l'injuste lors des transactions, en particulier quand elles font l'objet d'un désaccord et se transforment en litiges. Dans le domaine des échanges, les dernières remarques que nous venons de faire se traduisent concrètement par des pratiques et des morales différentes. Différences entre les SEL, bien entendu (encore serait-il probablement plus précis de parler de variations ou de contiuum de pratiques), mais aussi et surtout différences entre les adhérents au sein d'un même groupe. C'est autour de la «meilleure politique monétaire» à mettre en œuvre que se décline la vocation d'un SEL, la qualité des échanges et, plus généralement et plus profondément, le degré de remise en cause des définitions et des classements qui ont cours dans l'économie et la société. Donnons la parole à Nicole et à Chantai, respectivement adhérentes du SEL de Paris et Caen. «Sur Paris, nous avons choisi un système fonctionnant sur le gré à gré, sans imposer un tarif unique. Il y a certains SEL qui préconisent une heure égale à une heure et qui disent : une minute égale à un grain (équivalent à un franc) et donc tout se négociera sur la base de 60 grains l'heure. Donc là, c'est imposé ; dès qu'on arrive dans un sel qui fonctionne comme ça, on adhère à sa charte qui le précise noir sur blanc et on n'a pas le choix (...) Mais les SEL sont autonomes, donc chacun a toute latitude pour expérimenter, et c'est vraiment de l'expérimentation. Alors moi je dis c'est formidable, ils testent. Si les adhérents trouvent leur compte c'est bien, sauf qu'il peut y avoir d'autres groupes qui ne supportent plus l'idée qu'on leur impose quoi que soit. Donc ils disent : «moi je veux, pour mon cours de mathématiques parce queje suis agrégé, je veux le facturer, l'échanger à 120 grains, je veux pouvoir le faire même si j'ai peut être moins de clients potentiels». A partir du moment où les choses se font de gré à gré, moi j'estime que l'on peut faire confiance aussi sur le regard posé par le groupe sur les abus possibles, par exemple on a proposé à quelqu'un de faire du ménage pour 30 piafs de l'heure, et il a accepté. Cette personne m'a parlée parce qu'elle était mal à l'aise après avoir rendu service. Elle m'a dit : «c'est pas beaucoup mais moi je ne savais pas trop, j'ai l'impression de m'être fait avoir, etc.». Je lui ai dit que la prochaine fois, elle dira non». «Je pratique résolument le 1 heure = 1 heure. Je ne prétends pas vouloir la dictature du seul travail manuel. Alors la solidarité envers ceux qui ne sont pas doués pour travailler de leurs mains (les gens pas dotés de biceps, les malades, les vieux, etc.), serait gravement remise en question et soumise à la loi du plus fort. Par ailleurs, on a besoin de tous les styles de compétences, et tout est respectable (...) Mais le problème, quand on me dit qu'il faut beaucoup d'investissement pour apprendre le piano, ou tout autre matière qu'on fait payer très cher, c'est qu'une fois 20

20 l'investissement amorti, c'est tout bonus pour celui qui encaisse. D'accord, parfois le retour sur investissement est long : et alors? Quand on s'instruit, on y prend plaisir aussi, ou est-ce uniquement par ambition sociale? Après c'est relax non? (...) Si un gars coupe mon bois, ou si je travaille dans la vigne, on n'a pas besoin de longues études c'est sûr, mais notre travail ne nous bonifie pas. A 50 ans on est cassé pour de bon par le boulot, et on n'est pas payé davantage pour autant. Apr-is c'^st pour se faire traiter de bo::«e::x par ceux.7.1í or. - fait des études, et qui :ie r. " r, trouvent.^s assez distingués. Forcément, après une journée à tirer les bois dans la vigne, je vous jure qu'on n'a plus envie de lire Kierkegard. Moi quand je donne une leçon de flûte à bec ou que j'aide quelqu'un à découvrir son ordinateur, ça fait 50 grains et pas un de plus, malgré tout le fric que j'y ai mis pour apprendre. Point final. Sinon c'est toujours les mêmes qui peuvent se payer la musique et le reste (ceux qui ont investi autrefois et qui font payer la séance 500 francs) Remarque la boucle est bouclée et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, entre gens instruits et policés. Pas de risques de se mélanger, pas de risque de promiscuité». Contrairement à ce qui a été parfois avancé, nous sommes loin, avec Nicole et Chantai, d'une obéissance identique aux mêmes principes d'organisation et à une même représentation du rôle d'une monnaie locale et de ses possibles usages économiques et sociaux. Nicole et Chantai ne font pas seulement que décliner des appréciations différentes en matière de «politique monétaire» ; elles disent surtout qu'elles n'attribuent pas la même valeur au temps personnel et qu'elles ne mobilisent pas les mêmes critères pour mesurer la valeur des échanges. Dans le SEL de Paris, auquel appartient Nicole, la pratique dominante lors des transactions est la liberté des prix. Ce SEL n'impose aucune obligation dans le domaine de l'équivalence des échanges. Les transactions sont négociées et les prix sont des prix d'estime : ils sont déterminés en fonction de la qualité de la relation qui s'est nouée avant l'échange ou qui se construit pendant celuici : «Plein de choses entrent enjeu quand la personne te téléphone à propos de ton offre : la voix, le ton aimable ou pas aimable, si elle est agressive ou pas, si ce qu'elle propose sent le problème ou pas, etc. (...) Quand tu rencontres pour la première fois la personne pour faire l'échange, si c'est chez moi, je mets à l'aise, j'offre un pot, etc. ; je privilégie la relation. Quand je vais chez un autre adhérent, s'il passe tout de suite à la négociation, c'est mal parti ; parce que pour moi, ça c'est des relations commerciales, des relations marchandes, ça n'a pas sa place dans le SEL». 21

CHARTE DU SYSTEME D'ECHANGE LOCAL DU VAL D YERRES

CHARTE DU SYSTEME D'ECHANGE LOCAL DU VAL D YERRES CHARTE DU SYSTEME D'ECHANGE LOCAL DU VAL D YERRES Le principe d un Système d Echange Local (SEL) est d offrir la possibilité d échanger autrement et librement, en privilégiant le lien plutôt que le bien,

Plus en détail

Guichet Associations Hélène FREDERICQUE Tel : 01-49-35-37-71 e-mail : associations@mairie-rosny-sous-bois.fr

Guichet Associations Hélène FREDERICQUE Tel : 01-49-35-37-71 e-mail : associations@mairie-rosny-sous-bois.fr Guichet Associations Hélène FREDERICQUE Tel : 01-49-35-37-71 e-mail : associations@mairie-rosny-sous-bois.fr J AI REUNI DES AMIS POUR CREER MON ASSOCIATION, AFIN DE LA DECLARER JE DOIS EN REDIGER LES STATUTS,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Voici un exemple de statuts qui peut vous servir de base pour votre association.

Voici un exemple de statuts qui peut vous servir de base pour votre association. Exemples de statuts Voici un exemple de statuts qui peut vous servir de base pour votre association. Exemple de statuts commentés En s en tenant aux termes de la loi 1901, il n y a pas de statut modèle.

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Société Suisse de Transplantation (SST)

Société Suisse de Transplantation (SST) Société Suisse de Transplantation (SST) REVISION DES STATUTS du 1.6.2008 Conformément à la séance de la Commission constitutive du 11.1.2002 Buts et objectifs de la Société Art. 1 Art. 2 La Société Suisse

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN L'objectif de ce module est de vous familiariser avec le vocabulaire comptable et de vous faire comprendre ce que décrit un bilan Une entreprise vit dans le monde économique

Plus en détail

La retraite à 55 ans, mode d'emploi Mise à jour le vendredi 28 novembre 2014 à 20 h 29 HNE

La retraite à 55 ans, mode d'emploi Mise à jour le vendredi 28 novembre 2014 à 20 h 29 HNE La retraite à 55 ans, mode d'emploi Mise à jour le vendredi 28 novembre 2014 à 20 h 29 HNE Le reportage de Maxime Bertrand La façon dont on gère ses finances dépend souvent des différentes étapes de la

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE n 3 : Exemple de statuts répondant aux exigences d attribution de l agrément des groupements sportifs

FICHE TECHNIQUE n 3 : Exemple de statuts répondant aux exigences d attribution de l agrément des groupements sportifs PREFET DE L OISE FICHE TECHNIQUE n 3 : Exemple de statuts répondant aux exigences d attribution de l agrément des groupements sportifs Code du sport Titre II Chap.1 er (art. L.121-1 à L121-5) - Partie

Plus en détail

Association «Comm'une Sereine»

Association «Comm'une Sereine» Association «Comm'une Sereine» STATUTS Adoptés par l'assemblée Générale Constitutive du 26 septembre 2014. ARTICLE 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION Les adhérents aux présents statuts fondent une association

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP Lycée d Enseignement Agricole Privé de St Maximin Chemin du Prugnon 83470 SAINT MAXIMIN Tel : 04 94 86 52 93 Fax : 04 94 59 78 91 E Mail : st-maximin@cneap.scolanet.org Fait à St Maximin, le 2 janvier

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Selon les statuts du SEL de Cergy Pontoise, une charte et un règlement intérieur ont été établis.

Selon les statuts du SEL de Cergy Pontoise, une charte et un règlement intérieur ont été établis. Le SEL de Cergy-Pontoise, association régie par la loi de 1901, permet d'organiser des échanges entre plusieurs personnes, de biens, de savoirs ou de services. Selon les statuts du SEL de Cergy Pontoise,

Plus en détail

Litiges bancaires : une nouvelle hotline pour défendre les consommateurs

Litiges bancaires : une nouvelle hotline pour défendre les consommateurs Litiges bancaires : une nouvelle hotline pour défendre les consommateurs Les Français sont de plus en plus insatisfaits et méfiants de leurs banques. D après le cabinet Ernst & Young, "plus d un client

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU SEL DU VAL D YERRES

MODE D EMPLOI DU SEL DU VAL D YERRES MODE D EMPLOI DU SEL DU VAL D YERRES Avant mon inscription sur le site 1) je me pré-inscris Sur la page http://selduvaldyerres.free.fr, je clique sur le lien "vous inscrire en ligne". Je remplis les champs,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Statuts de la Fédération

Statuts de la Fédération Présidence Statuts de la Fédération Version en date du 6 février 2013 TITRE 1 : Définition générale Article 1: Constitution Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

Je voudrais m acheter un véhicule

Je voudrais m acheter un véhicule CF 001 Janvier 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi Je voudrais m acheter un véhicule Collection

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes.

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes. PROJET DE CHARTE NATIONALE ENTRE LE MOUVEMENT EUROPEEN FRANCE ET LES JEUNES EUROPEENS FRANCE Préambule L association de type Loi 1901 «Les Jeunes Européens France» (JE-F) a été créée en 1992 à l initiative

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION

STATUTS DE L ASSOCIATION STATUTS DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901,

Plus en détail

Une extension compatible TRM, du jeu «la corbeille». cc-by-nc-sa http://www.valeureux.org/blog/offres/nos-outils/jeu-la-corbeille/

Une extension compatible TRM, du jeu «la corbeille». cc-by-nc-sa http://www.valeureux.org/blog/offres/nos-outils/jeu-la-corbeille/ La Corbeille tour TRM Avec Stéphane Laborde Version 3.3 à la date du 15/06/2014 Une extension compatible TRM, du jeu «la corbeille». cc-by-nc-sa http://www.valeureux.org/blog/offres/nos-outils/jeu-la-corbeille/

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION

STATUTS DE L'ASSOCIATION STATUTS DE L'ASSOCIATION TITRE I : PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION...2 Article 1 : Constitution et dénomination...2 Article 2 : Objet...2 Article 3 : Siège social...2 Article 4 : Moyens d action...2 Article

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Le partage des responsabilités dans une équipe

Le partage des responsabilités dans une équipe Le partage des responsabilités dans une équipe Comment permettre à chacun d avoir des responsabilités et d être soutenu pour les mener à bien? Peut-on s appuyer sur la diversité (histoire, compétences,

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

Le guide des associations. Tunasso

Le guide des associations. Tunasso Le guide des associations Version 1.0 Tunasso Avril 2011 Préambule Le peuple Tunisien, avide de démocratie et de libertés, a vu son souhait devenir une réalité le 14 janvier 2011. Depuis cette date, plusieurs

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Politique sur le Gouvernement d'entreprise

Politique sur le Gouvernement d'entreprise Politique sur le Gouvernement d'entreprise Révisé par le Conseil d'administration le 23 mars 2011 Le Conseil d'administration d'esso Société Anonyme Française (ci-après "ESSO" ou "la Société") a adopté

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

UNE INSPECTION DU 3ème TYPE

UNE INSPECTION DU 3ème TYPE UNE INSPECTION DU 3ème TYPE Déroulé de la situation 1 Envoi d'avis d'inspection de l'ien à mon encontre 2 Retour de courrier de ma part refusant dorénavant l'inspection avec le courrier argumenté joint

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts HOUDEVILLE Gwendoline 3èmeA Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 INTRODUCTION...3 PRÉSENTATION ET ORGANISATION DE L'ENTREPRISE...4 1. Localisation

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

Emprunt d argent Informations aux enseignants

Emprunt d argent Informations aux enseignants Informations aux enseignants 1/7 Tâche Objectif Matériel Les élèves lisent un court texte sur le thème de l emprunt d argent. Ils répondent aux questions sur la fiche de travail. Les avantages et désavantages

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Fonctionnement des ceintures

Fonctionnement des ceintures Fonctionnement des ceintures Dans la classe tous les enfants portent une ceinture de comportement. Cette ceinture est fictive et matérialisée à la fois par une gommette autocollante apposée sur les étiquettes

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Préavis No 27/2011 Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Depuis 1956, les

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES Les modifications de ces statuts, établies par le Conseil d'administration de l'association, ont été votées et acceptées à l'assemblée Générale Ordinaire du

Plus en détail

Pourquoi créer un site Web?

Pourquoi créer un site Web? Créer mon site Web Vous avez une passion, un centre d'intérêt, un "hobbie", et vous souhaitez en parler, partager autour de ce sujet. Vous avez bien pensé à utiliser l'espace web pour faire connaître votre

Plus en détail

Mais cela ne vous suffit peut-être pas et vous souhaitez disposer d une documentation écrite; nous vous avons préparé un dossier ad hoc:

Mais cela ne vous suffit peut-être pas et vous souhaitez disposer d une documentation écrite; nous vous avons préparé un dossier ad hoc: Chère enseignante, cher enseignant, Berne, octobre 2014 Vous prévoyez une excursion avec une visite de l exposition de Chocolat Frey? Vous vous demandez ce que vous pourrez y faire avec vos élèves et ce

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ----

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- NOTICE EXPLICATIVE Ce document comporte deux parties : La présente notice explicative (4 pages) qui vous aidera à rédiger des statuts adaptés à votre association,

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail