Top 10 (14) Développements récents

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Top 10 (14) Développements récents"

Transcription

1 Top 10 (14) Développements récents Luc Deshaies Patrick Thiebart LES OBLIGATIONS DES EMPLOYÉS DÉMISSIONNAIRES GasTOPS c. Forsyth (CS Ontario) Trois cadres, qui ne sont pas des cadres supérieurs, sont informés d une occasion d affaires auprès de GE 16 collègues de leur service démissionnent en rafale Frustration à l égard de leur employeur et des récents changements au sein de l administration Créent un produit que GE voulait obtenir de leur employeur Démissionnent avec un préavis de 2 semaines et constituent leur propre entreprise Vendent ce produit à GE mais aussi à la marine américaine, l aviation koweïtienne et à Bombardier 2 1

2 GasTOPS c. Forsyth (CS Ontario) suite Le juge de première instance décide : Qu il y a défaut de donner un préavis raisonnable Qu il y a eu sollicitation d employés, ou, à tout le moins, embauche non sollicitée de nouveaux employés au détriment de GasTOPS Ils se sont indûment représentés comme étant une société continuant les activités de leur ex-employeur Dommages accordés Plus de 11 millions de dollars Tous les profits pour une période de 9 années sur les ventes faites aux clients précédemment identifiés par leur ex-employeur 3 Les clauses du contrat de travail 4 2

3 Une police des clauses du contrat de travail : Articles L et L du code du travail Le principe de l intangibilité du contrat de travail Le contrôle de la validité des clauses de mobilité et de non-sollicitation : Clause de non-sollicitation : elle doit être rémunérée Clause de mobilité : la zone géographique doit être définie de façon précise Respect de l équilibre contractuel : clause de mobilité s accompagnant d une modification des horaires de travail (Soc. 23 septembre 2009) vs. clause de non-concurrence déguisée 5 Le contrôle de l exercice des clauses de mobilité et de non-sollicitation L intérêt de l entreprise : clause de mobilité «sanction» et cas où le salarié n occupe pas un poste de nature à porter atteinte aux intérêts commerciaux de l entreprise Respect des droits fondamentaux : vie personnelle du salarié pour la clause de mobilité (Cass. soc. 14 octobre 2008) vs. liberté du travail pour la clause de nonsollicitation (Cass. soc. 27 octobre 2009) 6 3

4 Y A-T-IL À L OCCASION UN MOTIF SÉRIEUX DE CONGÉDIEMENT? C.A. Alberta Soost c. Merrill Lynch Canada Ltd. Soost, un conseiller financier vedette Soost avait été recruté par Merrill Lynch alors qu il était au service de RBC Dominion Securities Certaines préoccupations au sujet du défaut de Soost de respecter : Les normes de l industrie Les normes de l entreprise 7 Soost c. Merrill Lynch Canada Ltd. Fait défaut de dévoiler un placement privé sur les formulaires annuels de dévoilement Fait défaut d obtenir l autorisation pour ce placement privé Merrill Lynch commence à sévir au sujet de la conformité à compter de 2001, mais avait été plus laxiste auparavant Une question au sujet de la promotion de produits spéculatifs Une véritable préoccupation n équivaut pas nécessairement à un motif sérieux 8 4

5 Soost c. Merrill Lynch Canada Ltd. suite $ pour l indemnité équivalant à un préavis de 12 mois 1,6 million $ pour la perte de son portefeuille d affaires, même s il est spécifiquement convenu qu il appartient à Merrill Lynch Soost n a pas à rembourser un prêt de $ qui lui avait été consenti Indemnité totale : Plus de 2,6 millions de dollars plus les frais et intérêts 9 À L OCCASION, IL PEUT Y AVOIR MOTIF SÉRIEUX Poliquin c. Devon Canada (Alberta C.A.) Poliquin a 26 ans de service continu Il occupe un poste de cadre où il supervise des subalternes Sollicite et accepte des services d aménagement paysager pour sa résidence de fournisseurs de son employeur Le manuel d employé prohibe spécifiquement la sollicitation ou la réception de cadeaux ou d avantages qui dépasserait une valeur nominale La valeur des services d aménagement est imprécise mais importante Suffisant en soi pour constituer un motif sérieux 10 5

6 Poliquin c. Devon Canada (C.A. Alberta) suite Reçoit et distribue du matériel pornographique et au moins un courriel raciste Précédemment informé par écrit qu accéder à des sites pornographiques était interdit Recevait surtout le matériel pornographique par courriel mais n a pas demandé à l expéditeur de s abstenir 11 Poliquin c. Devon Canada (C.A. Alberta) suite La Cour d appel confirme l importance pour l employeur de protéger ses ressources technologiques et sa réputation Note le risque de plainte pour harcèlement ou pour discrimination Note le risque d infecter le système informatique Le congédiement confirmé pour ces motifs également 12 6

7 La saga Wal-Mart Plourde c. Wal-Mart Canada (CSC) Wal-Mart est la cible de campagnes de syndicalisation Le premier établissement nord-américain à faire l objet d une accréditation - Jonquière Le syndicat et l employeur incapables de conclure une convention collective Le ministère du Travail désigne un arbitre de différend 13 Plourde c. Wal-Mart Canada (CSC) suite Avant l arbitrage, Wal-Mart ferme son établissement Les 190 salariés sont licenciés Plourde est à l origine de la campagne de syndicalisation Le Code du travail protège cette activité Le Code du travail crée une présomption que le salarié est congédié pour ce motif 14 7

8 Plourde v. Wal-Mart Canada (CSC) suite Plourde Établit qu il a accompli une activité syndicale Établit qu il a subi un préjudice fin d emploi Fin d emploi résulte de la fermeture de l établissement de Jonquière 15 Le fardeau est donc sur l employeur de démontrer qu il avait une autre cause juste et suffisante Plourde c. Wal-Mart Canada (CSC) suite La fermeture de l établissement en soi constitue une cause juste et suffisante Plourde aurait pu rechercher un remède sous une autre disposition du Code du travail Cour divisée 16 8

9 Les alertes professionnelles 17 Présentation de l affaire «Dassault Système» Position de la CNIL : sont dispensés du régime préalable d autorisation, les systèmes d alerte professionnels dans les domaines financier, comptable, bancaire et de lutte contre la corruption. La CNIL a aussi prévu la prise en compte de faits mettant en jeu «l intérêt vital de la société ou l intégrité physique ou moral de ses salariés» 18 9

10 Position restrictive de la Cour de Cassation (Cass. soc., 8 décembre 2009) : Les alertes professionnelles faisant l objet d un simple engagement de conformité auprès de la CNIL doivent se limiter aux seuls domaines comptables, financiers et de lutte contre la corruption. Le dispositif d alerte ne peut donc concerner des faits de discrimination, de harcèlement moral ou sexuel. Le dispositif d alerte ne doit pas se substituer aux autres canaux d alertes traditionnels. 19 EMPLOYÉ? ENTREPRENEUR? ENTREPRENEUR DÉPENDANT? McKee c. Reid s Heritage Homes Ltd. (C.A. Ontario) Elizabeth McKee est la dirigeante de Bribet Holdings Bribet vend des maisons neuves construites par Reid Bribet est payée par des commissions sans retenue à la source La relation d affaires débute en 1987 et se termine 18 ans plus tard 20 10

11 McKee c. Reid s Heritage Homes Ltd. (C.A. Ontario) suite Le statut d Elizabeth McKee? Employée Entrepreneur dépendant Entrepreneur indépendant 21 McKee c. Reid s Heritage Homes Ltd. (C.A. Ontario) suite Dépendance économique Contrôle Exclusivité Facteurs La propriété des outils et des moyens de production Test de l intégration/ à qui l entreprise? Risques de profits et pertes 22 11

12 McKee c. Reid s Heritage Homes Ltd. (C.A. Ontario) suite Le juge conclut que McKee est une employée Elle a droit à un préavis de 18 mois La Cour d appel ne conclut pas à une erreur déterminante 23 McKee c. Reid s Heritage Homes Ltd. (C.A.Ontario) suite La morale de l histoire Revoir les conventions qui touchent cette question Attention à la durée du contrat Conclure une entente écrite qui définira clairement la relation Clause de résiliation Rédaction qui considérera la définition de salarié à la LNT La résiliation d une convention de «service ou d entreprise» peut devenir onéreuse nonobstant 24 12

13 BIG BROTHER IS WATCHING YOU LE GPS EN MILIEU DE TRAVAIL La technologie GPS est de plus en plus utilisée pour localiser une flotte de véhicules de livraison, de taxis ou d autobus Raisons premières : Efficacité accrue Réduction de temps d arrêt Protection d actifs coûteux Raisons secondes : Information utile au sujet du déplacement du personnel 25 BIG BROTHER IS WATCHING YOU LE GPS EN MILIEU DE TRAVAIL Provigo utilise le GPS dans ses véhicules Conclusion à partir du GPS que le salarié a faussé ses heures de travail et de pauses Le salarié n a pas un souvenir précis des événements durant son quart de travail L arbitre décide de l admissibilité en preuve des résultats obtenus par le GPS 26 13

14 BIG BROTHER IS WATCHING YOU LE GPS EN MILIEU DE TRAVAIL La balance délicate entre les droits de l employeur de contrôler le travail et les droits du salarié à la vie privée La technologie utilisée par Provigo n offre pas une vérification en temps réel La technologie actuelle fournit l'emplacement GPS instantané Le salarié connaît l existence de la technologie Cette question demeure à être débattue plus amplement La Loi concernant l ordre juridique des technologies de l information 27 L ARTICLE 124 LNT : PRESQUE TOUT EST POSSIBLE Le Groupe de sécurité Garda inc. c. Guindon (CA Québec) CRT Embauche janvier 2003 Congédiement février 2005 Plainte accueillie Salaire impayé : $ Perte pour l exercice d options : $ Intérêts : $ Indemnité pour perte d emploi : $ Frais judiciaires : $ Dommages moraux : $ Dommages punitifs : $ 28 14

15 L ARTICLE 124 LNT: PRESQUE TOUT EST POSSIBLE Le Groupe de sécurité Garda inc. c. Guindon (CA Québec) Cour supérieure Sursis d exécution (1) Requête en révision judiciaire rejetée Cour d appel Requête pour permission d en appeler rejetée Résultat final Garda doit à Guindon un peu plus de $ 29 Le portage salarial 30 15

16 Définition du portage salarial Loi du 25 juin 2008 : introduit le portage salarial dans le code du travail (article ). Toutefois, le statut juridique du portage salarial est encore incertain (durée de la relation, droit à une indemnité de clientèle, droit au chômage ) Arrêts de la Cour de cassation du 17 février 2010 : Soumission aux règles d ordre public du droit du travail : l entreprise de portage doit fournir du travail au salarié; L entreprise de portage doit rémunérer le salarié, y compris pendant les périodes durant lesquelles il ne travaille pas de façon effective. 31 LE CONGÉDIEMENT ADMINISTRATIF OU DISCIPLINAIRE: EST-CE DIFFÉRENT SOUS 124 LNT? Tétrault c. Commission des relations du travail (CS Québec) Décision de la CRT Congédiement administratif Connaît les politiques Lacunes signalées Support nécessaire Bénéficie d un délai raisonnable Prévenu du risque de congédiement 20 ans de service continu Les étapes ont été suivies Décision n est pas arbitraire ni discriminatoire Plainte rejetée 32 16

17 LE CONGÉDIEMENT ADMINISTRATIF OU DISCIPLINAIRE: EST-CE DIFFÉRENT SOUS 124 LNT? Tétrault c. Commission des relations du travail (CS Québec) Cour supérieure La Loi ne prévoit aucune distinction La Commission n a pas arbitré la décision de l employeur pour savoir si elle était proportionnée La décision est manifestement prise pour des fins disciplinaires Dossier renvoyé à la CRT pour nouvelle audience Préoccupations 33 LE HARCELÉ QUI NE L EST PAS EST RÉINTÉGRÉ Bangia c. Spiegel Sohmer (CRT) Plainte pour harcèlement psychologique Blagues, jeux de mots, vocabulaire douteux Cabinet d avocats Discussion franche aurait suffi Impatience de l avocat s explique par l attitude du plaignant La pression existe et est compréhensible Plainte rejetée 34 17

18 LE HARCELÉ QUI NE L EST PAS EST RÉINTÉGRÉ Bangia c. Spiegel Sohmer (CRT) Plainte pour congédiement sous 122 LNT Adjoint juridique Relation tumultueuse Plainte pour harcèlement Évaluation neutre sinon positive Motifs de congédiement rejetés car il y a eu pardon L employeur n a pas sévi en temps opportun Plainte accueillie 35 Les risques psychosociaux et harcèlement moral au travail 36 18

19 Lutter contre le harcèlement moral : un enjeu majeur de la santé et de la sécurité des salariés L obligation de santé et de sécurité est encadrée : articles L et L du code du travail Les changements organisationnels et la modification des rapports sociaux ont pour conséquence l aggravation de la souffrance au travail : médiatisation des suicides chez France Telecom, EDF, Renault, PSA Les initiatives du gouvernement : Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008 : sensibiliser les employeurs sur le stress au travail Plan d urgence du 9 octobre 2009 sur la prévention des risques psychosociaux 37 L action des juges : L exclusion du caractère intentionnel du harcèlement moral (Cass. soc. 10 novembre 2009) Le renforcement de la faute inexcusable de l employeur (TASS des Hauts de Seine, 17 décembre 2009) L émergence de l obligation de sécurité de résultat (Cass. soc. Soc.3 février 2010) Les initiatives des partenaires sociaux : l Accord du 26 mars

20 UNE POLITIQUE ANTI-TABAGISME NE S ENVOLE PAS EN FUMÉE Pratt & Whitney et TCA-Québec (TA Québec) Politique Prohibition complète de l usage du tabac sur ses propriétés Prétentions syndicales Déraisonnable Discriminatoire pour les salariés dépendants à la nicotine Désignation d un lieu 39 UNE POLITIQUE ANTI-TABAGISME NE S ENVOLE PAS EN FUMÉE Pratt & Whitney et TCA-Québec (TA Québec) Position de l employeur Démonstration du lien entre sa politique et l intérêt économique et la santé des travailleurs Valeurs sociales actuelles / intervention du législateur Politique raisonnable Si on veut fumer, on peut / À l extérieur de la propriété de l employeur 40 20

21 UNE POLITIQUE ANTI-TABAGISME NE S ENVOLE PAS EN FUMÉE Pratt & Whitney et TCA-Québec (TA Québec) Décision Discrimination existe à l égard de certains salariés dépendants à la nicotine Mesure d accommodement raisonnable / Ne pas sévir Celle proposée par le syndicat n est pas raisonnable car elle s appliquerait à tous nonobstant le niveau de dépendance Pour ceux qui sont lourdement handicapés, s il en est, l approche individuelle pourra être considérée, preuve médicale à l appui Grief rejeté 41 merci Pour information : PATRICK THIEBART JeantetAssociés 87, avenue Kléber Paris France Tél. : Courriel : LUC DESHAIES Gowling Lafleur Henderson S.E.N.C.R.L., s.r.l. 1 Place Ville Marie, 37e étage Montréal (Québec) H3B 3P4 Tél. : Téléc. : Courriel : montréal ottawa toronto hamilton région de waterloo calgary vancouver moscou londres 21

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Enjeux relatifs à la gestion de l absentéisme

Enjeux relatifs à la gestion de l absentéisme Enjeux relatifs à la gestion de l absentéisme M e Pierre Pilote et M e Éric Thibaudeau En collaboration avec M e Laurence Bourgeois-Hatto INTRODUCTION L absentéisme : casse-tête pour les employeurs Le

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Préface Le statut «unique» : faux espoirs et vraies déceptions?. 3. Chapitre 1. Une exploration en eaux troubles...3

Préface Le statut «unique» : faux espoirs et vraies déceptions?. 3. Chapitre 1. Une exploration en eaux troubles...3 Le statut unique ouvriers-employés Les Dossiers du BSJ [ Table des matières Préface Le statut «unique» : faux espoirs et vraies déceptions?. 3 Chapitre 1. Une exploration en eaux troubles...3 Chapitre

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 février 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

RELATIONS DU TRAVAIL Plan de classification

RELATIONS DU TRAVAIL Plan de classification RELATIONS DU TRAVAIL Plan de classification ACCÈS À L'INFORMATION champ d'application compétence et principes généraux droit d'accès notion cas d'application restrictions au droit d'accès renseignement

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

Mieux connaître les normes du travail pour mieux les appliquer

Mieux connaître les normes du travail pour mieux les appliquer Mieux connaître les normes du travail pour mieux les appliquer 1 Introduction Objectif de la rencontre Présentation du formateur Durée Attentes des participants Période de question à la fin 2 Contenu A.

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

Vol de temps : à la recherche du temps perdu! Luc Deshaies, Gowlings Judith Cardinaels, Rivest Tellier Paradis

Vol de temps : à la recherche du temps perdu! Luc Deshaies, Gowlings Judith Cardinaels, Rivest Tellier Paradis Vol de temps : à la recherche du temps perdu! Luc Deshaies, Gowlings Judith Cardinaels, Rivest Tellier Paradis Plan de la présentation Vol de temps Facteurs aggravants Facteurs atténuants 2 vol de temps

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

L utilisation de consultants et d agences de personnel : ce que l employeur doit savoir. Rolland Forget Associé Sébastien Lebel Avocat

L utilisation de consultants et d agences de personnel : ce que l employeur doit savoir. Rolland Forget Associé Sébastien Lebel Avocat L utilisation de consultants et d agences de personnel : ce que l employeur doit savoir Rolland Forget Associé Sébastien Lebel Avocat Plan de présentation Qu est-ce qu une relation tripartite? Quels sont

Plus en détail

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir decembre 2010 Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir Les employeurs font face à des défis lorsqu un employé souffre d une maladie ou d une

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : N. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 83 Appel n o : GE-14-352 ENTRE : N. P. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant :

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant : Le patenté: un travailleur indépendant De nombreux travailleurs dits indépendants car patentés sont de véritables salariés Dans les métiers du sport, cette confusion semble exister Dans les contrats liant

Plus en détail

Les médias sociaux en milieu de travail

Les médias sociaux en milieu de travail Les médias sociaux en milieu de travail M e Mélanie Morin, associée M e Josée Gervais, avocate Médias sociaux 2 Médias sociaux Travail Perte de temps Diffamation Vie privée Mesures displinaires Droits

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Surfer au travail : prudence est mère de sureté

Surfer au travail : prudence est mère de sureté Surfer au travail : prudence est mère de sureté Rares sont aujourd hui les salariés qui ne disposent pas d une connexion Internet sur leur lieu de travail. Internet constitue en effet un outil indispensable

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

Le syndicat professionnel qu il vous faut 1 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO. Le syndicat professionnel qu il vous faut

Le syndicat professionnel qu il vous faut 1 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO. Le syndicat professionnel qu il vous faut Le syndicat professionnel qu il vous faut 1 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO Le syndicat professionnel qu il vous faut 2 ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO Pour

Plus en détail

Travail en Finlande. Soyez attentif à vos droits!

Travail en Finlande. Soyez attentif à vos droits! Travail en Finlande Soyez attentif à vos droits! 2 Office national de l immigration Système d aide aux victimes du trafic humain Centre d accueil de Joutseno www.ihmiskauppa.fi 0295 463 177 2014, ranska

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité

Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Chapitre 1 : liberté et droit du travail Jean Emmanuel Ray : on passe du salarié citoyen, au citoyen salarié I. Reconnaissance

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE

RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Syndicat de l enseignement de la région du Fer - CSQ RÈGLEMENT DU FONDS D ENTRAIDE SYNDICALE Révisé, novembre 2007 Syndicat de l'enseignement de la région du Fer - CSQ 9 rue Napoléon Sept-Îles (Qc.) G4R

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 9

Tableau synoptique du chapitre 9 Tableau synoptique du chapitre 9 Intervenants principaux dans les relations du travail L entreprise, l employé, le syndicat, le gouvernement, les agents externes à l entreprise (les entreprises concurrentes,

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie L entreprise employeur 1/ Ouverture d un compte employeur auprès des services de l URSSAF La 1 e embauche déclenchera automatiquement, via la DPAE, l ouverture

Plus en détail

MESURES DISCIPLINAIRES ET NON DISCIPLINAIRES Plan de classification

MESURES DISCIPLINAIRES ET NON DISCIPLINAIRES Plan de classification MESURES DISCIPLINAIRES ET NON DISCIPLINAIRES Plan de classification ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES plainte en vertu de l'article 32 LATMP exercice d'un droit prévu à la LATMP mesures

Plus en détail

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE Titre Portage salarial : mesures transitoires Objet Décision du Bureau de l Unédic du 16 décembre 2014 relative aux

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

CO-EMPLOI ET NULLITE DU PSE : COMMENT FAIRE FACE A CES NOUVEAUX RISQUES JUDICIAIRES?

CO-EMPLOI ET NULLITE DU PSE : COMMENT FAIRE FACE A CES NOUVEAUX RISQUES JUDICIAIRES? CO-EMPLOI ET NULLITE DU PSE : COMMENT FAIRE FACE A CES NOUVEAUX RISQUES JUDICIAIRES? Introduction I. NULLITE DU PSE: LA JURISPRUDENCE VIVEO OU LA TENDANCE DES JUGES DU FOND A S IMMISCER DANS LA GESTION

Plus en détail

LE DROIT RÉGISSANT LE TRAVAIL AU QUÉBEC

LE DROIT RÉGISSANT LE TRAVAIL AU QUÉBEC LE DROIT RÉGISSANT LE TRAVAIL AU QUÉBEC Porto Alegre, Brésil Le 26 mars, 2015 Katherine Lippel, Université d Ottawa Faculté de droit, section droit civil Plan de présentation L hiérarchie des sources en

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007

ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord de branche ENSEIGNEMENT AGRICOLE (SECTEUR DES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES) ACCORD NATIONAL DU 7 JUIN 2007 RELATIF AUX ÉQUIVALENCES

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL 06/11/2008 Le contrat de travail fait en principe la loi entre les parties qui sont tenues d'en respecter les clauses. Toutefois, dans la mesure où il s'agit d'un contrat

Plus en détail

Le droit du travail. par ses sources

Le droit du travail. par ses sources Le droit du travail par ses sources Pierre Verge Gilles Trudeau Guylaine Vallée On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ. Centre-Ville

Plus en détail

Tests psychométriques, discrimination et médias sociaux : connaissez vous vos droits et obligations lors de l embauche?

Tests psychométriques, discrimination et médias sociaux : connaissez vous vos droits et obligations lors de l embauche? Tests psychométriques, discrimination et médias sociaux : connaissez vous vos droits et obligations lors de l embauche? 29 NOVEMBRE 2012 STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l. Tests psychométriques, discrimination

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification

Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification Aide-mémoire pour les administrateurs Liste de vérification Prenez note que cette liste ne s applique qu aux organismes de bienfaisance enregistrés qui sont constitués en personne morale ou qui sont établis

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

DISCRIMINATION FONDÉE SUR L ÂGE - JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA CJUE

DISCRIMINATION FONDÉE SUR L ÂGE - JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA CJUE DISCRIMINATION FONDÉE SUR L ÂGE - JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA CJUE Tamás Gyulavári 1. Dispositions du droit de l UE 2. Mise à la retraite d office 3. Restrictions en ce qui concerne la cessation du contrat

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT :

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : La réglementation sur les nouvelles technologies est dispersée, dans le code du travail, dans les lois, dans les

Plus en détail

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement entre L Université René Descartes, représentée par son Président, pour le compte de.., Université René Descartes Paris 5 12, rue de l Ecole de Médecine

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba.

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba. Pour obtenir plus de renseignements sur ces lignes directrices basées sur le Code des droits de la personne, veuillez communiquer avec le bureau de la Commission des droits de la personne du Manitoba de

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique du

Plus en détail

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations FICHE CONSEIL Chemin d accès : METHODES/OUTILS/2.DEVELOPPER/FICHES CONSEIL/SOCIAL RH/DIVERS Page : 1/5 1. L arrêt maladie

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Protéger les investisseurs et favoriser des marchés financiers justes et efficaces partout au Canada. L Organisme canadien de réglementation du commerce

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Objet Origine - SITUATION DES CONDUCTEURS LOCATAIRES DE TAXI AU REGARD DU REGIME D'ASSURANCE CHOMAGE - ARRÊT LABBANE DU 19 DECEMBRE 2000 Direction

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la présentation d observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les

Plus en détail

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE En date du 30 juin 2005, les autorités canadiennes en valeurs mobilières ont adopté le Règlement 58-101 et l Instruction générale

Plus en détail

Processus. Candidature. Recrutement. Détection des potentiels. Formalités. Embauche d un étranger. Intégration.

Processus. Candidature. Recrutement. Détection des potentiels. Formalités. Embauche d un étranger. Intégration. Notre Cabinet vous propose de vous accompagner et de vous conseiller de la manière la plus efficace possible à travers cette large gamme de procédure que vous aurez à réaliser tout au long du développement

Plus en détail

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES 1 st OCTOBER 2015 EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES Paul CRAHAY Avocat au Barreau de Liège Maître de conférences Hec-Ulg page 2 Section

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Actualités en droit du travail

Actualités en droit du travail Actualités en droit du travail 10 juillet 2014 Chloé Alligier August & Debouzy SOMMAIRE I. Loi Formation, Emploi et Démocratie Sociale du 5 mars 2014 II. Actualités jurisprudentielles 1. Représentants

Plus en détail

LOI SUR LES RELATIONS DE TRAVAIL AU PARLEMENT

LOI SUR LES RELATIONS DE TRAVAIL AU PARLEMENT LOI SUR LES RELATIONS DE TRAVAIL AU PARLEMENT SEIZIÈME RAPPORT ANNUEL DE LA COMMISSION DES RELATIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE 2001-2002 LOI SUR LES RELATIONS DE TRAVAIL AU PARLEMENT SEIZIÈME

Plus en détail