PRIORITE REGIONALE 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRIORITE REGIONALE 2013"

Transcription

1 PRIORITE REGIONALE 2013 Prévention de la diffusion des Bactéries MultiRésistantes et Bactéries Hautement Résistantes dans les Établissements de Santé et les EHPAD JANVIER-MARS 2013 PROTOCOLE des ENQUÊTES et AUDITS VERSION 2 (JANVIER 2013) 1

2 SOMMAIRE pages CONTEXTE 3 Enquête de Prévalence des IAS et du portage EBLSE / EPC 5-11 les établissements concernés 6 inscription 6 déroulement de l enquête 7 données recueillies pour l enquête 7 recueil et saisie des données 8 analyse des données 8 schéma récapitulatif 8 fiche «établissement» 9 fiche «patient / résident» 10 fiche d information 11 Enquête portant sur la colonisation des siphons les établissements concernés 13 inscription 13 déroulement de l enquête 14 données recueillies pour l enquête 14 recueil et saisie des données 14 analyse des données 15 schéma récapitulatif 15 fiche «établissement» 16 fiche «service» 17 fiche «chambre» 20 Audit portant sur la gestion des excreta et le bionettoyage les établissements concernés 22 inscription 22 déroulement de l audit 23 données recueillies pour l audit 23 recueil et saisie des données 23 analyse des données 23 schéma récapitulatif 23 questionnaire «gestion des excreta» 24 questionnaire «bionettoyage» 37 Annexe Codes des Disciplines et Spécialités 39 2

3 CONTEXTE En Europe, la prévalence de la colonisation digestive et/ou urinaire à entérobactéries productrices de BLSE (EBLSE) et l incidence des infections invasives à EBLSE augmentent. En région Centre, la prévalence du portage était en 2010 de 0,4 % pour les établissements de santé et de 1.6 % pour les EHPAD. L enquête 2012 a montré une nette augmentation avec 1,7 % et 4,8 % pour les ES et les EHPAD respectivement. De même, dans les établissements de santé de la région, l incidence des bactériémies associées aux EBLSE augmente : 0,012/1000 JH en MCO en 2007 vs 0,065 en ,1 0,09 0,08 0,07 0,06 0,05 0,04 0,03 0,02 0, INC EBLSE INC SARM Incidence (/1000 JH en MCO) des bactériémies à SARM et à EBLSE (cohorte RHC). Cette augmentation est associée à des épidémies (principalement associées à K. pneumoniae dans les établissements de santé mais aussi E. coli dans les EHPAD), et à une incidence en hausse des infections urinaires à colibacilles. Depuis 2011, les entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC) font l objet d une alerte K. pneumoniae productrice de carbapénémase : évolution de la prévalence pour les bactériémies (EARSS) 3

4 Au sein des établissements de santé et des EHPAD, la transmission croisée des EBLSE peut intervenir si les précautions standard ne sont pas strictement respectées. Compte-tenu de la grande quantité de germes présents dans les urines et les matières fécales des patients/résidents porteurs, le respect des précautions standard est vraisemblablement crucial au cours des soins portés aux patients incontinents urinaires et/ou fécaux (toilette, change, ), et dans la gestion des excreta. FOCUS SUR LA PRÉVENTION DE LA DIFFUSION DES BMR/BHR L objectif régional 2013 est de mobiliser le plus grand nombre d acteurs au sein des établissements de santé et des EHPAD de la région sur l importance de la mise en œuvre des moyens de prévention de la diffusion épidémique des EBLSE et des EPC. Notre travail régional comporte plusieurs volets complémentaires : une enquête de prévalence du portage des EBLSE proposée à tous les établissements de santé et aux EHPAD (pages 5-11), une étude de la colonisation des points d eau proposée aux services de REANIMATION, SOINS INTENSIFS, et UNITE DE SURV. CONTINUE (pages 12-20), un audit proposé à tous les établissements de santé et aux EHPAD (pages 21-36), et la mise en place d un groupe de travail dont l objectif est de travailler sur les freins à la mise en œuvre des précautions standard et complémentaires en particulier dans les services de SSR et en EHPAD. De plus, les deux grandes journées de formation régionale seront centrées sur ce thème prioritaire : le 18 juin seront présentées les nouvelles recommandations françaises concernant les mesures à prendre autour d un patient porteur de BHR, le 15 octobre, la journée sera centrée sur les précautions standard (hors hygiène des mains) : gestion des excreta, gestion du linge, bionettoyage, 4

5 PRIORITÉ RÉGIONALE 2013 ENQUÊTE DE PRÉVALENCE DES IAS ET DU PORTAGE DES EBLSE / EPC 5

6 L enquête de prévalence des IAS est proposée à l ensemble des établissements de santé et EHPAD de la région. L enquête a trois objectifs : définir la prévalence des IAS définir la prévalence du portage EBLSE/EPC étudier les facteurs de risque associés à ce portage documenter les caractéristiques des EBLSE et EPC diffusant en région. LES ÉTABLISSEMENTS CONCERNÉS L enquête est proposée à l ensemble des établissements de santé de la région Centre (MCO, SSR, SLD, HAD et HJ) et aux EHPAD. L enquête est réalisée sur tout ou partie de l établissement. Compte-tenu de la nécessité de réaliser 1 recherche de portage pour chaque patient/résident inclus, il est possible de limiter l enquête à une partie de l établissement ou de l EHPAD (une unité géographique). Dans le secteur délimité pour l enquête, tous les patients/résidents présents le jour de l enquête sont inclus. Un nombre minimum de 30 patients/résidents inclus est souhaitable. L enquête de prévalence doit être présentée et décidée en CLIN/ Cellule de GDR, ou pour les EHPAD par le médecin coordonnateur et le directeur de l établissement. Comme pour l enquête de prévalence nationale, il est nécessaire d informer le patient de l étude (une lettre vous est proposée en fin de ce guide pour l information du patient). INSCRIPTION DE L ÉTABLISSEMENT A L ENQUÊTE Une fiche de participation est remplie pour chaque établissement participant (établissement de santé, EHPAD) retournée au RHC-arlin pour formaliser l inscription à l enquête régionale, identifier une personne responsable de l enquête, et définir les limites du champ de l enquête (nature du ou des services enquêtés). Le dossier d inscription doit être retourné rapidement au RHC qui en accusera réception et vous fera parvenir les écouvillons pour l enquête. Le protocole d enquête sera disponible sur le site L équipe du RHC s engage à fournir une assistance technique et méthodologique aux établissements participants. 6

7 DÉROULEMENT DE L ENQUÊTE L enquête se déroule un jour donné inclus dans la période du 1 er Janvier au 31 Mars. Il est préférable d effectuer l enquête en milieu de semaine. DONNÉES RECUEILLIES POUR L ENQUÊTE Pour les établissements de santé, les EHPAD et l HAD, les données sont recueillies à l aide de 2 fiches à télécharger sur le site - 1 fiche «établissement» (page 9) - 1 fiche «patient» (page 10), à remplir pour tout patient/résident présent le jour de l enquête : les sortants ET les entrants. L enquêteur se rend dans le service pour rencontrer le correspondant préalablement identifié et averti. Le jour de l enquête, l enquêteur remplit la fiche patient, recherche la présence de signes cliniques en faveur d une infection. Pour cela, il utilise le dossier médical, le dossier infirmier, la feuille de température. Pour chaque patient/résident, un prélèvement pour le dépistage du portage est réalisé. Les écouvillons avec milieu de transport sont distribués par le RHC et doivent être utilisés pour le prélèvement. Il y a plusieurs possibilités au choix pour le prélèvement : 1. prélèvement d urines (1 er jet) 2. prélèvement de selles 3. écouvillon rectal 4. pour les patients incontinents urinaires/fécaux porteurs de protection, un écouvillonnage de la protection peut-être réalisé au moment d un change. Dans les cas 1 et 2, les écouvillons RHC sont ensemencés avec l urine ou les selles du patient/résident. Dans les cas 3 et 4, les écouvillons RHC sont utilisés pour le prélèvement rectal ou l écouvillonnage des protections d incontinence. Les écouvillons RHC sont transmis à la CRENO sans délai pour y être étudiés (date limite d envoi 31 mars 2013). L envoi doit être adressé au Dr N. van der Mee- Marquet, Laboratoire de Bactériologie et Hygiène du CHU Trousseau, Tours Cedex 9. Pour toute question, contacter Nathalie van der Mee-Marquet par mail Le RHC prend en charge la recherche des EBLSE et EPC (antibiogramme complet, caractérisation moléculaire des EBLSE et EPC, typage moléculaire). 7

8 RECUEIL ET SAISIE DES DONNÉES La fiche «établissement» est envoyée avec les écouvillons. Les fiches «patient» sont saisies localement par les établissements de santé sur le WEB à l adresse suivante : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=deyxmgi3ewvztkhhbmdn eflsr2rryve6mq#gid=0 Pour toute question, contacter Nicole GIRARD au ou par mail ANALYSE DES DONNÉES Les données seront analysées par le RHC. La restitution des résultats sera en octobre Les résultats feront l objet d une publication scientifique dans une revue avec comité de lecture. Tous les participants seront cités nommément. SCHÉMA RÉCAPITULATIF INSCRIPTION --AVEC ACCORD DIRECTION--(dossier à retourner au RHC) DÉLIMITATION DU CHAMP DE L ENQUÊTE PRÉPARATION DE L ENQUÊTE avec les services concernés (infirmiers, médecins) Vous devez avoir les écouvillons RHC La réalisation des prélèvements doit être bien planifiée Le médecin du service devra assister l hygiéniste pour remplir les fiches «patient» LE JOUR DE L ENQUÊTE Remplir 1 fiche par patient/résident présent ce jour (y compris les entrants) (page 9) Transmettre sans délai les écouvillons au RHC avec la fiche «établissement» (page 8) LES JOURS SUIVANTS Finaliser le remplissage des fiches et saisir les fiches sur le WEB https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=deyxmgi3ewvztkhhb mdneflsr2rryve6mq#gid=0 8

9 Enquête de Prévalence du portage EBLSE / EPC FICHE ÉTABLISSEMENT Fiche à envoyer avec les écouvillons Code Établissement (ES, EHPAD, HAD) Code oublié? appeler Nicole GIRARD : ENQUÊTE Étude de l Établissement entier? 1. Oui 2. Non [_] Si NON, renseigner chaque service / secteur concerné par l enquête : Service : [ ] Nombre de lits du service : Nombre de patients surveillés : Service : [ ] Nombre de lits du service : Nombre de patients surveillés : Service : [ ] Nombre de lits du service : Nombre de patients surveillés : Service : [ ] Nombre de lits du service : Nombre de patients surveillés : Service : [ ] Nombre de lits du service : Nombre de patients surveillés : Service : [ ] Nombre de lits du service : Nombre de patients surveillés : Type*[_][_][_] [_][_][_] Type* [_][_][_] [_][_][_] Type* [_][_][_] [_][_][_] Type* [_][_][_] [_][_][_] Type* [_][_][_] [_][_][_] Type* [_][_][_] [_][_][_] Type* : se référer à l annexe «CODES DES DISCIPLINES ET DES SPÉCIALITÉS» 9

10 Enquête de Prévalence du portage EBLSE / EPC FICHE PATIENT / RÉSIDENT Code Établissement Code oublié? appeler Nicole GIRARD : Type* de Service [_][_][_] [_][_][_] * : se référer à l annexe «CODES DES DISCIPLINES ET DES SPÉCIALITÉS» PATIENT [_][_][_] [_][_][_] (trois 1 ières lettres prénom et nom) Sexe [_] (1. M 2. F) Date de naissance Date d entrée dans l établissement [_][_]/[_][_]/[_][_][_][_] [_][_]/[_][_]/[_][_][_][_] ÉTAT GENERAL [_] Marche autonome [_] Au fauteuil [_] Alité [_] Cancer [_] Diabète Mc Cabe [_] Pas de maladie/ maladie non fatale [_] Maladie fatale dans les 5 ans [_] Maladie fatale dans l année Signe(s) d infection ce jour [_] OUI [_] NON ANTÉCÉDENTS [_] Hospitalisation dans les 6 mois (hors hospitalisation actuelle) [_] Traitement antibiotique dans les 6 mois (hors épisode actuel) Si OUI, mentionner [_] Fluoroquinolone(s) [_] Céphalosporine(s) [_] Carbapénème(s) FACTEURS DE RISQUE TRANSMISSION CROISÉE [_] Incontinence fécale [_] Incontinence urinaire Si OUI, gestion de l incontinence par [_] protection [_] sonde [_] penilex [_]autre TRAITEMENT ANTI-INFECTIEUX CE JOUR? [_] Si OUI, préciser : RÉALISATION DU PRÉLÈVEMENT [_] OUI [_] NON Si OUI, urine [_] selle [_] écouvillon rectal [_] protection [_] 10

11 FICHE D INFORMATION AUX PATIENTS / RESIDENTS ENQUÊTE RÉGIONALE DE PRÉVALENCE, JANVIER-MARS 2013 Vous êtes hospitalise dans un service de notre établissement de sante / Vous êtes résident dans notre EHPAD. Selon les recommandations du Ministère de la Sante et afin de renforcer la qualité des soins prodigués dans notre établissement, une enquête sur le risque infectieux associé aux soins a lieu dans l ensemble des établissements publics et privés de la région Centre, un jour donne entre le 1 er janvier et le 31 mars Cette enquête consiste en la collecte d informations médicales et épidémiologiques a l aide d un questionnaire standardise, chez les personnes qui sont présentes dans l établissement le jour suivant : / /. Cette enquête nécessite la réalisation d un prélèvement et l'informatisation de données médicales, indirectement nominatives, vous concernant. Les donneés d identification vous concernant seront conserveés uniquement sur le questionnaire papier au niveau de l e tablissement de soins pendant une peŕiode limiteé (de janvier à mai 2013) pour permettre la validation des donneés et seront ensuite de truites. Conformeḿent a l article 38 de la loi n 7817 du 6 janvier 1978 relative a l'informatique, aux fichiers et aux liberteś, modifieé par la loi relative a la protection des personnes physiques a l eǵard des traitements de donneés a caracte re personnel du 6 août 2004, vous avez le droit de vous opposer, pour des motifs leǵitimes, a ce que des donneés a caracte re personnel vous concernant fassent l objet d un traitement. Ces donneés a caracte re personnel anonymiseés feront l objet d un traitement statistique informatique au niveau du RHC-arlin, antenne régionale du Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales. L informatisation des donneés recueillies au cours de cette enquête a fait l objet d une dećlaration a la Commission nationale de l informatique et des liberteś qui a donne un avis favorable. Les articles 39 et 40 de la loi n 7817 du 6 janvier 1978 relative a l informatique, aux fichiers et aux liberteś, modifieé par la loi relative a la protection des personnes physiques a l eǵard des traitements de donneés a caracte re personnel du 6 aou t 2004, garantissent aux personnes physiques concerneés un droit d'acce s et de rectification pour les donneés les concernant. Dans le cas ou vous souhaitez être informe du reśultat et du type d'informations recueillies vous concernant, vous pouvez exercer un droit d'acce s par l'interme diaire de tout me decin exerçant dans ce service, aupre s du preśident du Comite de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) de cet e tablissement, ou aupre s du RHC-arlin. 11

12 PRIORITÉ RÉGIONALE 2013 COLONISATION DES SIPHONS 12

13 La colonisation des siphons a été associée à des épidémies en service de soins intensifs (Hota, 2009 ; Breathnach, 2012). Pseudomonas aeruginosa est souvent le germe en cause, mais des entérobactéries multirésistantes font aussi l objet de rapports dans la littérature (Lowe, 2012 ; Starlander, 2012). L enquête proposée aux établissements de santé ayant des lits de RÉANIMATION, SOINS INTENSIFS, ou une UNITÉ DE SURVEILLANCE CONTINUE, porte sur la colonisation des siphons par les EBLSE et les EPC. L enquête a trois objectifs : définir la prévalence de la colonisation des siphons par les EBLSE et les EPC étudier les facteurs de risque associés à cette colonisation (configuration du lavabo, forme du siphon, procédure d entretien du lavabo, utilisation du point d eau, ) documenter les caractéristiques des EBLSE et EPC colonisant les siphons. LES ÉTABLISSEMENTS CONCERNES L enquête est proposée aux établissements de santé ayant des lits de RÉANIMATION, SOINS INTENSIFS, ou une UNITÉ DE SURVEILLANCE CONTINUE. L enquête est réalisée au niveau de chacun des points d eau des chambres de ces services. L enquête ne porte pas sur les patients. L enquête doit être présentée et décidée en CLIN/ Cellule de GDR. INSCRIPTION DE L ÉTABLISSEMENT Une fiche de participation est remplie pour chaque établissement participant, retournée au RHC-arlin pour formaliser l inscription à l enquête régionale, identifier une personne responsable de l enquête. Le dossier d inscription doit être retourné rapidement au RHC qui en accusera réception et fournira au responsable de l enquête le code établissement et les écouvillons pour l enquête. Le protocole d enquête sera disponible sur le site L équipe du RHC s engage à fournir une assistance technique et méthodologique aux établissements participants. 13

14 DÉROULEMENT DE L ENQUÊTE L enquête se déroule un jour donné inclus dans la période du 1 er Janvier au 28 Février. DONNÉES RECUEILLIES POUR L ENQUÊTE Pour les établissements de santé, les données sont recueillies à l aide de 3 fiches à télécharger sur le site - 1 fiche «établissement» (page 16) - 1 fiche «service» (pages 17-19) - 1 fiche «chambre» (page 20) 1 exemplaire par chambre- L enquêteur se rend dans le service pour rencontrer le correspondant préalablement identifié et averti. Le jour de l enquête, l enquêteur remplit la fiche «service» et la fiche «chambre». Pour chaque siphon, un prélèvement est réalisé. Seuls les écouvillons avec milieu de transport distribués par le RHC doivent être utilisés pour le prélèvement. Attention d écouvillonner les siphons à distance de leur désinfection (AVANT) Les écouvillons RHC sont transmis à la CRENO sans délai pour y être étudiés (date limite d envoi 28 février 2013). La fiche «chambre» est envoyée avec les écouvillons. L envoi doit être adressé au Dr N. van der Mee-Marquet, Laboratoire de Bactériologie et Hygiène du CHU Trousseau, Tours Cedex 9. Pour toute question, contacter N. van der Mee-Marquet par mail Le RHC prend en charge la recherche des EBLSE et EPC (antibiogramme complet, caractérisation moléculaire des EBLSE et EPC, typage moléculaire). RECUEIL ET SAISIE DES DONNÉES La fiche «établissement» et les fiches «chambre» sont transmises au RHC avec les écouvillons. La fiche «service» est saisie localement par les établissements de santé sur le WEB à l adresse suivante : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dfnyelfux29jv01ex3zxu lhuu0rksee6mq#gid=0 Pour toute question, contacter Nicole GIRARD au ou par mail 14

15 ANALYSE DES DONNÉES Les données seront analysées par le RHC. La restitution des résultats sera en juin Les résultats feront l objet d une communication dans un congrès national et/ou publication scientifique dans une revue avec comité de lecture. Tous les participants seront cités nommément. SCHÉMA RÉCAPITULATIF INSCRIPTION --AVEC ACCORD DIRECTION--(dossier à retourner au RHC) PRÉPARATION DE L ENQUÊTE avec les services concernés (infirmiers, médecins) Vous devez avoir les écouvillons RHC La réalisation des prélèvements doit être bien planifiée LE JOUR DE L ENQUÊTE Remplir 1 fiche «service» Réaliser 1 prélèvement par siphon ET remplir la fiche «chambre» (page 22) Transmettre sans délai les écouvillons au RHC, la fiche «prélèvements» et la fiche «établissement» (page 15) LES JOURS SUIVANTS Finaliser le remplissage de la fiche «service» (pages 16-21) et la saisir sur le WEB https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dfnyelfux29jv01ex3 ZxUlhuU0RKSEE6MQ#gid=0 15

16 Enquête SIPHONS -- FICHE ÉTABLISSEMENT -- Fiche à envoyer avec les écouvillons Code Établissement Code oublié? appeler Nicole GIRARD : ENQUÊTE EN REA, SOINS INTENSIFS, UNITÉS DE SURV. CONTINUE Renseigner chaque service / secteur concerné par l enquête : Service : [ ] Nombre de chambre du service : Nombre de points d eau surveillés : Type*[_][_][_] [_][_][_] Service : [ ] Nombre de chambre du service : Nombre de points d eau surveillés : Type*[_][_][_] [_][_][_] Service : [ ] Nombre de chambre du service : Nombre de points d eau surveillés : Type*[_][_][_] [_][_][_] Service : [ ] Nombre de chambre du service : Nombre de points d eau surveillés : Type*[_][_][_] [_][_][_] Service : [ ] Nombre de chambre du service : Nombre de points d eau surveillés : Type*[_][_][_] [_][_][_] Type* : se référer à l annexe «CODES DES DISCIPLINES ET DES SPÉCIALITÉS" 16

17 Enquête SIPHONS -FICHE SERVICE 1 exemplaire par service 17

18 18

19 19

20 Enquête SIPHONS -FICHE CHAMBRE 1 exemplaire par chambre Fiche à envoyer avec les écouvillons SERVICE Date prélèvement Chambre N Point d eau N 1 (utilisé principalement pour ) Ecouvillon N Forme du siphon COCHER la case correspondante Matière constituant le siphon? PVC METAL Présence d un trop plein? OUI NON Si OUI COCHER la case correspondante Eau filtrée? OUI NON l eau tombe directement au niveau du siphon? OUI NON lorsque l eau s écoule, y a-t-il des éclaboussures en dehors du lavabo? OUI NON Distance entre ce point d eau et lit du patient? < 1 m 1 à 2 m > 2 m Séparation entre ce point d eau et le patient (cloison, sas, )? OUI NON Point d eau N 2 (utilisé principalement pour ) Ecouvillon N Forme du siphon COCHER la case correspondante Matière constituant le siphon? PVC METAL Présence d un trop plein? OUI NON Si OUI COCHER la case correspondante Eau filtrée? OUI NON l eau tombe directement au niveau du siphon? OUI NON lorsque l eau s écoule, y a-t-il des éclaboussures en dehors du lavabo? OUI NON Distance entre ce point d eau et lit du patient? < 1 m 1 à 2 m > 2 m Séparation entre ce point d eau et le patient (cloison, sas, )? OUI NON NB : si la chambre comporte un point d eau unique et un WC, écouvillon les toilettes en deuxième point 20

21 PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS Version JANVIER

22 Le respect des Précautions standard est un élément clé de la prévention de la transmission croisée dans les établissements de santé et les EHPAD. En particulier, lors des soins prodigués aux patients/résidents porteurs de EBLSE et EPC (portage urinaire et/ou digestif), le non-respect des précautions standard expose à une contamination importante de l environnement du patient/résident. L audit est proposé aux établissements de santé et aux EHPAD. L audit a pour objectif d analyser les pratiques au cours de situations particulièrement à risque de contamination de l environnement, telles que la réalisation du change d un patient incontinent la réalisation de la toilette d un patient non autonome la réfection d un lit et la gestion du linge sale le bionettoyage de la chambre la gestion des bassins et l élimination des excreta. L audit n a pas pour objectif d évaluer le respect des précautions standard dans leur totalité. LES ETABLISSEMENTS CONCERNES L enquête est proposée à l ensemble des établissements de santé et EHPAD. L enquête est réalisée par questionnaire. Deux questionnaires sont disponibles : questionnaire portant sur la gestion des excreta questionnaire portant sur le bionettoyage. Pour le cas de l enquête par questionnaire, les grilles doivent être remplies par les personnels en charge des tâches auditées. INSCRIPTION DE L ETABLISSEMENT Une fiche de participation est remplie pour chaque établissement participant, retournée au RHC-arlin pour formaliser l inscription à l audit régional, identifier une personne responsable de l audit. Le dossier d inscription doit être retourné rapidement au RHC qui en accusera réception. Le protocole d audit sera disponible sur le site 22

23 DEROULEMENT DE L AUDIT L audit se déroule dans la période du 1 er Janvier au 30 Juin. DONNEES RECUEILLIES POUR L AUDIT Les données sont recueillies à l aide des questionnaires présentés en fin de protocole. L enquêteur se rend dans le service pour rencontrer les professionnels concernés et préalablement avertis. L enquêteur remplit la(les) fiche(s) ou donne la(les) fiche(s) à remplir. Les fiches sont collectées après remplissage. RECUEIL ET SAISIE DES DONNEES Les fiches sont saisies localement par les établissements de santé sur le WEB aux adresses suivantes : questionnaire portant sur la gestion des excreta https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dhdjoxjymhngxzy5cm 54TGhDOXNpX3c6MQ#gid=0 questionnaire portant sur le bionettoyage https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dfpzou8wrlppwvr1yxbo d0xtr044c3c6mq#gid=0 Pour toute question, contacter Nicole GIRARD au ou par mail ANALYSE DES DONNEES Les données seront analysées par le RHC. La restitution des résultats en octobre Les résultats feront l objet d une publication scientifique dans une revue avec comité de lecture. Tous les participants seront cités nommément. SCHEMA RECAPITULATIF INSCRIPTION --AVEC ACCORD DIRECTION--(dossier à retourner au RHC) PREPARATION DE L ENQUETE avec les services concernés (infirmiers, médecins) Remplir 1 fiche par observation ou distribuer les grilles aux personnels concernés LES JOURS SUIVANTS, saisir les fiches sur le WEB 23

24 24

25 25

26 26

27 27

28 28

29 29

30 30

31 31

32 32

33 33

34 34

35 35

36 36

37 37

38 38

39 ANNEXE CODES DES DISCIPLINES ET SPÉCIALITÉS Pédiatrie Codage discipline Codage spécialité Néonatologie PED NEO Hospitalisation de jour, pédiatrie JOU Surv. continue pédiatrique, soins intensifs pédiatriques SUR Pédiatrie et spécialités pédiatriques PED Pédiatrie, autre AUT Réanimation Hors soins intensifs Réanimation néonatale Réanimation pédiatrique Réanimation médicale adultes Réanimation polyvalente Réanimation chirurgicale pour adulte Réanimation spécialisée Réanimation autre REA NEO PED MED POL CHI SPE AUT Chirurgie Chir. Thoracique et thoracique-cardio-vasculaire Chir. Cardiaque Chir. Vasculaire Chir. Cardio-vasculaire Neurochirurgie Chir. Digestive Chir. Générale Chir. Infantile Orthopédie traumatologie Chir. Plastique et reconstructive ORL Ophtalmologie Stomatologie, chir. Maxillo-faciale Urologie Chir. Carcinologique Surv. continue chirurgicale, soins intensifs chirurgicaux Chirurgie ambulatoire Chir. transplantation Autres chirurgie CHI THO CAR VAS CVA NEU DIG GEN PED ORT PLA ORL OPH STO URO CAN SUR AMB TRA AUT Gynéco-Obs Gynécologie-obstétrique, Obstétrique Gynécologie chirurgicale Gynécologie, suivi de grossesse Autres, Gynécologie et obstétrique OBS OBS CHI GYN AUT Médecine Médecine générale, polyvalente Médecine interne Surv. continue médicale, soins intensifs médicaux polyvalents Pneumologie Cardio-vasculaire, cardiologie, Unité de soins intensifs cardiologiques Néphrologie Hépato-gastro-entérologie Dermatologie, vénérologie Endocrinologie, diabétologie, nutrition, métabolisme Rhumatologie Neurologie Médecine carcinologique, Oncologie Radiothérapie,curiethérapie, médecine nucléaire Hématologie Médecine gériatrique Maladies infectieuses, Médecine tropicale Hospitalisation de jour, médecine adulte Autres médecine MED Les soins intensifs spécialisés médicaux sont classés avec les spécialités, sauf en cardiologie Les soins intensifs polyvalents sont en surveillance continue médicale GEN INT SUR PNE CAR USI NEP HGE DER NUT RHU NEU CAN RAD HEM GER INF JOU AUT SSR Soins de suite et de réadaptation 39

40 Rééducation et réadaptation fonctionnelle Soins de suite et de réadaptation,autres SSR REE AUT SLD SLD Psychiatrie PSY Urgences URG EHPAD EHPAD AUTRES Dialyse (hors néphrologie, réa), y compris ambulatoire Hospitalisation à domicile Autre non MCO VILLE AUT DIA HAD AUT VIL 40

PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS

PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS Version JANVIER 2013 1 Le respect des Précautions standard est un élément clé de la prévention de la transmission croisée dans les établissements de santé et les EHPAD. En

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Priorité régionale 2014 - RHC-Arlin

Priorité régionale 2014 - RHC-Arlin Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Pôle de Référence : Centre Hospitalier Universitaire de TOURS PROTOCOLE RÉGIONAL EVALUATION DES PRATIQUES

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

TYPES D'UO Etat à la date du 03/01/2013

TYPES D'UO Etat à la date du 03/01/2013 TYPES D'UO Etat à la date du 03/01/2013 - Accueil chirurgie de la main - Accueil chirurgie de la main SOS main - agrément FESUM - Accueil grande garde neurochirurgie - Accueil neurochirurgie hors grande

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

Conseil national de l Ordre des médecins. Conditions de niveau d'études à remplir pour obtenir une licence de remplacement en spécialité.

Conseil national de l Ordre des médecins. Conditions de niveau d'études à remplir pour obtenir une licence de remplacement en spécialité. Conditions de niveau d'études à remplir pr obtenir une licence de remplacement en spécialité. ACTIVITÉ DU MÉDECIN REMPLACÉ Anatomie et cytologie pathologiques humaines anatomie et cytologie pathologiques.

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU MODULE DE SAISIE ET

MODE D EMPLOI DU MODULE DE SAISIE ET MODE D EMPLOI DU MODULE DE SAISIE ET D ANALYSE SOMMAIRE A Installation de POP_TABLEUR.xls... 2 B Saisie des données... 5 C Edition du rapport d analyse... 15 D Edition des graphiques... 17 E Edition du

Plus en détail

CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES PRIORITE REGIONALE 2010. Participation à l état des lieux OBJECTIF DE LA REUNION REGION CENTRE JANVIER 2010

CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES PRIORITE REGIONALE 2010. Participation à l état des lieux OBJECTIF DE LA REUNION REGION CENTRE JANVIER 2010 CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES REGION CENTRE JANVIER 010 infections urinaires fréquentes et concernent établissements de santé et EHPAD 30 % des bactériémies ont une porte d entrée urinaire Des

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

Livret d inscription 2016

Livret d inscription 2016 Livret d inscription 2016 FICHES D IDENTIFICATION - Fiches «Établissement» 4-5 - Fiches «Destinataires des résultats» 6-8 - Fiche «Biologiste» 9 INSCRIPTIONS - SURVEILLANCE DES BACTÉRIÉMIES 10 - PRÉVALENCE/PORTAGE

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. Code établissement attribué par le C.CLIN. 1. Statut établissement : 1 public 2 privé 3 PSPH. 2. Type d'établissement :

FICHE ETABLISSEMENT. Code établissement attribué par le C.CLIN. 1. Statut établissement : 1 public 2 privé 3 PSPH. 2. Type d'établissement : FICHE ETABLISSEMENT Code établissement attribué par le C.CLIN 1. Statut établissement : 1 public 2 privé 3 PSPH 2. Type d'établissement : 1 CHU 2 CH 3 Clinique MCO 4 MILITAIRE 5 CENTRE DE LUTTE CONTRE

Plus en détail

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1

Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48. Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Cas pratique Klebsiella pneumoniae oxa 48 Hélène Boulestreau - Service d'hygiène Hospitalière - CHU de Bordeaux 1 Contexte CHU de 3300 lits répartis sur 3 groupes hospitaliers et 5 sites Toutes les spécialités

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Commission d agrément des médecins généralistes Eurostation Bloc II

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 22/01/86 MM et MMES les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR Réf.

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400102 Titre du programme Préparation à l'entrée aux écoles d'aide-soignants et d'auxiliaire

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA CONSOMMATION RESEAU ATB RAISIN DES ANTIBIOTIQUES EN 2014 RESEAU D ALERTE, D INVESTIGATION

SURVEILLANCE DE LA CONSOMMATION RESEAU ATB RAISIN DES ANTIBIOTIQUES EN 2014 RESEAU D ALERTE, D INVESTIGATION RESEAU D ALERTE, D INVESTIGATION ET DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES RAISIN SURVEILLANCE DE LA CONSOMMATION DES ANTIBIOTIQUES EN 2014 RESEAU ATB RAISIN GUIDE D UTILISATION DE L OUTIL INFORMATIQUE

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Guide utilisateur de l application web Conso-ATB

Guide utilisateur de l application web Conso-ATB Année 2010 Guide utilisateur de l application web Conso-ATB Conso-ATB 1 I Connexion à l application Table des matières II Choix de l établissement et de l année de consommation 1) niveau établissement

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Commission d agrément des médecins généralistes Eurostation Bloc II

Plus en détail

Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière

Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière XI ème Rencontre Internationale Francophone des Infimiers(e)s en Hygiène Hospitalière 8 et 9 mai 2008 à Liège Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière Méthodologie d audit Préparation

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DE MEDECINE DE SFAX COMMUNIQUE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DE MEDECINE DE SFAX COMMUNIQUE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DE MEDECINE DE SFAX COMMUNIQUE La Faculté de Médecine de Sfax dispense au cours de l année universitaire

Plus en détail

AUDIT BLOC OPERATOIRE

AUDIT BLOC OPERATOIRE AUDIT BLOC OPERATOIRE Forum Octobre 2006 G.Bossuat, inf, HPCI, CHUV 1 Rappel théorique Audit vient du mot latin «audire», écouter. L audit, est un processus méthodique, indépendant et documenté permettant

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017

Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017 Juillet 2015 Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017 Professeur Pierre CARLI Coordonnateur inter régional Paris Ile-de-France Faculté de Médecine Descartes SAMU de Paris,

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Charte des Conseils Nationaux Professionnels et mise en conformité. Bertrand DUREUIL

Charte des Conseils Nationaux Professionnels et mise en conformité. Bertrand DUREUIL Charte des Conseils Nationaux Professionnels et mise en conformité Bertrand DUREUIL Comité Structures et Gouvernance de la FSM Bertrand Dureuil (Anesthésie Réanimation) Christian Ziccarelli (Cardiologie)

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 L enjeu des Epreuves Classantes Nationales est important car il détermine l accès aux spécialités médicales ou chirurgicales.

Plus en détail

PLATINES : PLATeforme d INformations sur les Établissements de Santé FICHE ÉTABLISSEMENT

PLATINES : PLATeforme d INformations sur les Établissements de Santé FICHE ÉTABLISSEMENT MAISON DE SANTÉ PROTESTANTE DE BORDEAUX-BAGATELLE 203 route de Toulouse - 33401 TALENCE Tél. : 05 57 12 34 56 - Fax : 05 56 37 20 21 bagatelle@mspb.com - www.mspb.com TALENCE TALENCE (33) (33) PLATINES

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN EHPAD ET USLD

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN EHPAD ET USLD Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN EHPAD ET USLD ARTICLE D.312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Commission d agrément des médecins généralistes Eurostation Bloc II

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Situation en 2013 Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS,

Plus en détail

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU FINESS : 640781290 Etablissement public ACTIVITE : MCO + SSR + HAD PAU (64) Lutte contre les infections

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Le change au lit du résident dépendant

Le change au lit du résident dépendant Le change au lit du résident dépendant Journée EHPAD Nord-Pas de Calais 22 mai 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais «Gestion des excreta» H.Andre ; C.Barroun ; F.Debosschere

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS 76, Rue de Pâturages 7390 QUAREGNON 065/956.600 065/956.548 Dossier Médical Concerne : Nom :.Prénom : Sexe : Adresse: N. Code Postal

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D.312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES RESERVE A L ETABLISSEMENT INFORMATIONS IMPORTANTES

Plus en détail

Mutuelle Nationale des Artistes

Mutuelle Nationale des Artistes Mutuelle Nationale des Artistes Pont-Aux Aux-Dames Maison des Artistes 30 avenue Constant Coquelin 77860 CLLY-PONT-AUX-DAMES Tél : 01.60.04.00.02 Fax : 01.60.04.14.96 Mail : secretariat2@mutuellenationaledesartistes.fr

Plus en détail

Pôle Santé Sarthe et Loir DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

Pôle Santé Sarthe et Loir DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Pôle Santé Sarthe et Loir 1 DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES

Plus en détail

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051300395 Titre du programme La bientraitance (inter) (catalogue) Référence organisme L161

Plus en détail

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène B. Branger, H. Sénéchal, N. Garreau, S. Bataillon, MA. Ertzscheid, F. Coulomb, R. Baron, F. Borgey, N. Van der Mee-Marquet,

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte

Comité de pilotage. «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale. Contexte. Comité d organisation. Objectifs. Contexte «Evalimag 2007» Audit en imagerie médicale Comité de pilotage M Bordier, CHU Reims V Bussy-Malgrange, Resclin-Champagne-Ardenne G. Calmet, cabinet radiologie Saint Remi, Reims O Toubas, chef de pôle imagerie,

Plus en détail

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC Présentation des modes d exercice hospitalier! Organisation du concours de praticien -------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Doses Définies Journalières (DDJ) ou Defined Daily Doses (DDD) Établi par l OMS :http://www.whocc.no/atcddd/

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D.312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES RESERVE A L ETABLISSEMENT INFORMATIONS IMPORTANTES

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ROUEN 17/11/2011

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ROUEN 17/11/2011 Prévention des infections associées aux soins en EHPAD Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ROUEN 17/11/2011 Plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins 2009-2013

Plus en détail